Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Le manifeste dans ??sans dents??

Le manifeste dans ??sans dents??

F.-Hollande

Pour les chanceux qui b?n?ficient encore d?un emploi, l??volution de leur salaire s?est r?v?l?e path?tique ces derni?res ann?es. En fait, le revenu des salari?s subit, depuis 2008, le tassement le plus spectaculaire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au m?me moment, par le jeu des licenciements, ? la faveur de la r?duction de leurs charges et de leurs co?ts de production, par l?artifice du rachat de leurs propres actions cot?es en bourse et enfin gr?ce ? la g?n?rosit? des subventions et autres cr?dits prodigu?s par les Etats, les entreprises n?ont jamais autant gagn?. Que ce soit en valeur nominale, ou en rapport avec le P.I.B. de leur pays de tutelle et de domicile, les grosses et moyennes entreprises enregistrent des records de b?n?fices, tandis que leur Direction G?n?rale a d?sormais achev? sa mue, d?laissant la bonne vieille gouvernance au profit d?une ing?nierie financi?re bien plus lucrative. Au passage, le petit groupe d?heureux ?lus ? les ??bien dent?s?? ? s?accaparent et monopolisent un pourcentage toujours plus important de la richesse nationale.

 

Pour autant, la juxtaposition de bourses atteignant et d?passant jour apr?s jour des records de hausse, pendant qu?une proportion toujours plus importante de la population subit ch?mage et pr?carit?, est choquante, contre-nature, au minimum incompr?hensible pour le commun des mortels. Toutefois, ? question complexe, r?ponse ?l?mentaire. Le consommateur ? qui est un salari? dont le revenu stagne, quand il ne r?gresse pas ? ?est en effet contraint de r?duire ses d?penses avec, pour cons?quence directe et imm?diate, une ?rosion suppl?mentaire de l?activit? ?conomique, et donc du P.I.B. Ne soyons donc pas ?tonn?s de sombrer dans la r?cession si ? en termes r?els ? les entreprises paient leurs salari?s toujours moins, tandis que, pour leur part, patrons et actionnaires sont toujours gagnants au grand jeu schizophr?ne de la sp?culation boursi?re, du rachat d?action et du dividende en constante am?lioration.

 

Autrement dit, pendant que l?obsession du profit rapide affame l??conomie, ass?che la mis?rable croissance r?siduelle et sacrifie all?grement la cr?ation de valeur au long terme, le pouvoir d?achat du consommateur et les salaires des ??vrais gens?? d?clinent et sont comme aspir?s dans une irr?sistible spirale baissi?re. Eh oui: la fameuse d?flation n?a pas encore affect? les nantis! Et pour cause: les 500 compagnies composant l?indice boursier S&P n?ont-elles pas d?pens? 1?500 milliards de dollars depuis 2010, non pour investir ni pour majorer les salaires, mais juste pour racheter leurs propres actions ? Il n?y a, pourtant, aucune loi sacr?e du capitalisme qui prescrit de sous-payer ses salari?s. Le capitalisme ne signifie pas non plus, ni n?induit syst?matiquement, qu?il soit imp?ratif d?augmenter encore et toujours plus ses b?n?fices. L? aussi, pas besoin de s??garer dans des raisonnements complexes, ni dans des pr?textes politiques: le cercle tr?s restreint qui contr?le capital et entreprises garde prosa?quement les richesses pour lui, tant et si bien que la gigantesque ??arm?e de r?serves?? ? c?est-?-dire nous ? co-existe ? c?t? ? en fait: plut?t en-dessous ? d?une infime minorit?.

 

Pour autant, l?accent a ?t? syst?matiquement mis, et l?attention toujours attir?e ces derni?res ann?es, sur ce que les riches ont, sur ce qu?ils poss?dent et sur ce qu?ils font (ou ne font pas), alors qu?il est d?sormais vital de s?int?resser de tr?s pr?s ? ce dont la masse des ??sans-dents?? et des ??peu-dent?s?? est priv?e. En d?autres termes : ? ce qu?ils n?ont pas. A cet ?gard, il va de soi que la pauvret? peut ?tre combattue, et efficacement jugul?e, en r?duisant la richesse des plus nantis. Et prenons garde ? ne pas tomber dans le pi?ge sempiternellement tendu, et ? ne pas se laisser abuser par les grosses ficelles toujours invoqu?es, selon lesquels la r?duction d?imp?ts en faveur des entreprises et des riches secr?te naturellement la croissance. Car, en un certain sens, c?est la richesse des plus riches qui cause la pauvret? des plus pauvres !

Michel Santi

 

De m?me, ce n?est pas la cr?ation de nouvelles richesses ? c?est-?-dire la croissance ? qui am?liorera n?cessairement la condition des plus pauvres, qui sont le plus souvent priv?s de participer ? ce festin ne profitant qu?? une infime minorit?. Car, ??repeat after me?? : seule l?augmentation de son revenu permettra d?am?liorer la condition du moins chanceux et du moins ais?. La progression de la production et la relance de la croissance ne b?n?ficient en effet pas syst?matiquement aux pauvres. Seule une redistribution efficace ? voire agressive en certaines occasions ? est ? m?me de reclasser les membres les moins favoris?s de notre soci?t?, et du m?me coup d?assurer une croissance stable et saine. Ne nous focalisons donc pas trop sur les statistiques d?une croissance qui reste un terme abstrait ? et vide de sens ? pour majorit? toujours plus nombreuse.

 

Voil? pourquoi il est fondamental de savoir pr?cis?ment aujourd?hui qui sont les riches, et quel est le vrai montant de leur fortune. A travers les organismes gouvernementaux, gr?ce aux lois ? voire en faisant appel ? la police -, nous devons ?valuer ces richesses et clairement en identifier les d?tenteurs. Afin de proc?der ? des transferts, afin de taxer ? voire dans certains cas extr?mes de confisquer ? et, ce, pour promouvoir la croissance, pour casser la sp?culation et pour sortir les plus riches de leur bulle.

The post Le manifeste dans ??sans dents?? appeared first on Michel Santi.

 

A propos de

avatar

Check Also

Michael Collins, une histoire française (2)

Hier, je vous ai rappelé que l’homme qui a effectué le périple le plus étonnant ...