Accueil / A C T U A L I T É / Le manifeste d?espoir de Mme David

Le manifeste d?espoir de Mme David

La pr?sidente du parti Qu?bec solidaire, Mme Fran?oise David vient de publier un petit livre, une sorte de manifeste (De col?re et d?espoir) qu?il est bon d??tudier et de m?diter. C?est le texte d?une personne libre qui donne avec clart? et d?termination sa pens?e au sujet des choix que le Qu?bec doit faire pour vivre ou, comme certains le pensent, pour ?survivre?. Car l?avenir de ce peuple qu?b?cois est loin d??tre assur??: sa proportion diminue par rapport ? la population canadienne (il ne compte plus que pour 22 p. cent des citoyens);? la langue et la culture en tout cas ne paraissent? pas faire de grands bonds en avant et les coutumes politiques ne sont pas emballantes (pour le moment du moins).

Il faut m?diter le texte car il se pourrait bien que Mme David (qui n?est pas encore ?lue) et son unique coresponsable? (r?cemment ?lu d?put?, lui, ? l?assembl?e nationale du Qu?bec, ce bouillant Amir Kahdir) pourraient bien prendre le pouvoir.? Mais oui! Si l?on songe que les Qu?b?cois ont quasiment pris le pouvoir (d?opposition) au gouvernement f?d?ral, il y a juste un petit moment, par le moyen d?un parti de gauche canadien anglais (le NPD) on peut croire que tout est possible maintenant. Le changement pour le changement n?est-ce pas?

Le parti de Mme David est effectivement de gauche comme on dit; et de gauche radicale, ce qui a son c?t? rafraichissant?: pensons au flot de paroles creuses qui inonde le paysage politique qu?b?cois pas les temps qui courent; aux tergiversations paralysantes de notre temps! Mme David ne passe pas par quatre chemins?: ?le Qu?bec, dit-elle en commentant la question des fameuses ?coles dites ?passerelles? (vers l?anglais) doit vivre pleinement et s??panouir jusqu?? se donner un pays?. Son parti, en somme, est ?de plusieurs couleurs? il est ?f?ministe, de la justice sociale, ?cologiste et souverainiste?.? Je pr?cise ici que les mots ind?pendance nationale et r?publique ne sont pas utilis?s dans le manifeste, mais passons. Il faudra pr?ciser!

Quant ? moi, qui suis un extr?miste du centre, il se peut que je ne sois pas le meilleur juge d?une politique radicale. Toutefois on me permettra quelques r?flexions en toute bonhomie. D?abord Mme David, si elle est ?lue, rendra de grands services au Qu?bec, que celui-ci devienne ?souverain? ou pas. En effet, c?est la premi?re fois dans toute l?histoire du Qu?bec qu?un personnage politique aborde la question de la BEAUT?. ?C?est si important, dit-elle, d?avoir acc?s ? la beaut?, si inspirant? Ici au Qu?bec, pr?cise-t-elle, accordons nous l?importance qu?ils m?ritent ? l?architecture, ? la conservation du patrimoine, aux paysages? Je me d?sole de l?enlaidissement que nous acceptons tacitement chaque fois que des centres commerciaux, de plus en plus imposants, s?installent ? l?entr?e de nos villes. Tous pareils, tous laids?. Bravo! Il faut comprendre, ici, que Qu?bec solidaire donnerait de l?importance au planning urbain? ce qui ne serait pas un luxe.

Par ailleurs, Mme David se passionne pour la culture qu?b?coise.? C?est ?vident dans toutes les lignes et entre toutes les lignes. Il s?agit d?un nationalisme (reconnu) mais ?inclusif?. L?ouverture de Mme David ? la diff?rence, aux diff?rences est sans r?serve. Elle accepte l??interculturalisme (pour se diff?rencier du multiculturalisme) comme un ?choix qu?b?cois? . Le Qu?bec que j?aime, dit-elle, ?a peu ? voir avec le bon vieux nationalisme de Duplessis?.

Il s?ensuit que l?ouverture ? l?autre est sans r?serve. La politique d?immigration de la derni?re d?cennie, selon laquelle 50,000 immigrants sont admis par ann?e est pour elle parfaitement acceptable car les ?personnes immigrantes? ne forment que 11 p. cent de la population du Qu?bec. Ce serait moins qu?ailleurs notamment en Australie et aux ?tats-Unis. Il me semble que cela est discutable. Car les immigrants ne viennent pas au Qu?bec; ils viennent ? Montr?al! Et nous savons qu?? Montr?al la moiti? de ces immigrants parlent anglais ? la maison ? la moiti? des Montr?alais, du reste, parle anglais ? la maison! Des sp?cialistes de la d?mographi e estiment que 50,000 immigrants ? Montr?al c?est le double du seuil au-del? duquel il devient impossible d?int?grer les communaut?s. Mais passons, ce probl?me difficile pourra peut-?tre se r?soudre avec le temps. Il n?en comporte pas moins ici une contradiction?: un Montr?al anglais ne rendrait-il pas l?objectif ?de se donner un pays? impossible ? r?aliser? Mme David estime, n?anmoins, qu?une politique linguistique coh?rente pour franciser les milieux de travail? aiderait les choses? probablement.

Hormis cette question fondamentale les propositions de Mme David emballeront les citoyens qui n?ont pas peur du changement. Pourrions-nous,? ainsi, ?revoir les m?canismes de r?mun?ration des m?decins pay?s majoritairement ? l?acte?? Ne pourrions- nous pas investir massivement ? pour les vieux ? ?dans la construction de logements adapt?s, dans des centres communautaires?. Ne pourrions- nous? pas ?ramener au secteur public les enfants de la classe moyenne? et cesser de subventionner ? graduellement ? les ?coles priv?es? Et le reste?.

Au total le manifeste de Mme David est une bouff?e de bons sens et d?id?aux louables objectifs dont les qu?b?cois ont bien besoin par les temps de leur morne politique. Je ne suis pas d?accord avec elle quand elle nous dit que les ?collectivit?s locales? (les municipalit?s) devraient obtenir des responsabilit?s qu?elles ?assumeraient mieux qu?un ?tat centralis??.? Cela pourrait s?av?rer en certains domaines restreints, mais pour ce qui concerne l?am?nagement territorial et l?architecture c?est l??tat central qui devra agir. Mais ceci pourrait se r?gler par des? accommodements, comme on dit, et les portes de la vie ne sont certes pas ferm?es.

Jean-Pierre Bonhomme

A propos de

avatar

Check Also

Hyman Minsky, mal-aimé clairvoyant

Décédé en 1996, Hyman Minsky fut un économiste quasiment inconnu de son vivant. A l’époque, ...

One comment

  1. avatar
    SylvainGuillemette

    Oui, de bon sens, mais ce n’est pas révolutionnaire et tant qu’on ne s’attaquera pas au salariat, il sera impossible d’éviter une concentration de la richesse et une concentration conséquente du pouvoir entre les mains des élites, conçues par le système capitaliste lui-même.

    Je veux bien, mais pour moi, Q-s, c’est plus que cela. Je ne veux pas d’un autre «PQ», d’un autre outil national, pour maintenir de toute évidence, un ordre établi. Je veux une révolution et je crois qu’il n’est pas trop tard pour Q-s. Je suis membre pour les trois prochaines années et disons que j’attends beaucoup plus que ce manifeste pour le Québec et de la part de mes camarades de Q-s.

    Cela dit, le travail de madame David est le bienvenu, comme toutes autres opinions. Mais je suis pour ma part, de l’aile radicale de gauche de ce parti, des communistes. Alors ce ne sera pas moi qui me revendiquerai de son manifeste, même le livre vert de Kadhafi m’attire plus…

    N’empêche, toutes les opinions sont les bienvenues comme je disais ci-haut.

    Mais ne voyez-vous pas que le problème est beaucoup plus profond et relatif au système de salariat lui-même?

    Le capitalisme n’est pas conçu pour les prolétaires, sinon du moins, pas pour leur bienêtre. Il est conçu pour les asservir, au profit d’une minorité parasitaire, possédant celle-là, les moyens de production, par lesquels l’exploitation du labeur d’autrui devient possible, et l’enrichissement de cette minorité devient inévitable, comme le disait jadis, il y a très, très longtemps, Karl Marx, toujours d’actualité.

    Solidairement,

    Sylvain Guillemette

    Q-s Lanaudière (Berthier)