Accueil / A C T U A L I T É / Le LR en surchauffe ? c’est l’effet Peltier (5) !

Le LR en surchauffe ? c’est l’effet Peltier (5) !

Malgré tous ses efforts, Guillaume Peltier n’était toujours pas un élu de l’Assemblée Nationale, le tremplin obligatoire pour de plus hautes responsabilités. Comme il est lui-même dévoré par cette ambition, cela finissait par lui peser. Mais cela finit par arriver en 2017, lors d’un suffrage qui, comme je vais vous le rappeler, a connu un épisode bien étrange que tout le monde semble avoir oublié depuis, et Peltier en premier bien sûr. Au fil du temps, il a transformé « sa » Fête de la Violette » en chambre d’enregistrement de sa capacité à gouverner, une fois que tous les espoirs mis dans le retour de son héros sont tombés à l’eau après les multiples mises en examen de ce dernier. Au risque de heurter sur son passage un concurrent de taille, Laurent Wauquiez, heureusement pour lui renvoyé dans les cordes lors des élections européennes, un désastre pour le LR, laissant une direction vide…au siège encore tout chaud et bien tentant de numéro 1 du LR !

Enfin élu député… mais avec un soupçon de triche !

Notre capteur et dompteur d’UDF se voit toujours reproché par ses détracteurs de n’avoir jamais été élu. Il a failli l’être en 2011 aux cantonales de TourSud, où il a terminé deuxième derrière le socialiste sortant Claude-Pierre Chauveau … qui le devançait de 55 voix seulement ! Au premier tour, il avait viré en tête de 39% contre 28,17, mais sans réservoir de FN derrière lui… c’est le vert François Lafourcade, ancien instituteur, qui avait fait le juge de paix avec 18,23 %. Cela pourrait se produire pour la première fois donc, en 2015, où il est sélectionné par son parti pour être tête de liste aux régionales. Il est présenté par Olivier Lebreton, adjoint au maire de Tours, Claude Greff et Philippe Briand, piliers locaux et prend la place d’Hervé Novelli, ancien du GUD et maire de Richelieu (Indre-et-Loire), tout un symbole (ici à droite). Un bel héritage comme passage de témoin : « passé par Occident, groupuscule d’extrême-droite violent dissous en novembre 1968, au côté d’autres figures de la droite libérale comme Alain Madelin ou Gérard Longuet. Suite à la dissolution d’Occident, « alors que Madelin ou Devedjian bifurquent vers la droite plus « classique », Novelli rejoint Ordre Nouveau, successeur d’Occident » . »Novelli est également passé par l’Institut Supérieur du Travail, fondé par un ancien membre du parti collaborationiste de Marcel Déat » note La Rotative . Un sondage le donne futur président de la région Centre-Val de Loire, et l’homme arpente alors tous les plateaux télés faisables en y croyant dur comme fer. Avec Philippe Vigier, député maire (UDI) de Cloyes-sur-le-Loir et l’autre tête de liste de la droite et du centre aux élections régionales, il s’en va visiter Le Perche, nouvelle patrie de Stéphane Bern. Au final… c’est le FN qui l’emporte avec 30,49 des voix devant sa liste 26,25 et le PS 24,31. : la région est tripartite !!! Mais il s’en sort bien : en Loir et Cher, il finit deuxième avec 25,70% des voix battu cependant par le FN de Michel Chassier. La présidence de région lui échappe, elle reste aux mains du socialiste Marcel Bonneau qui a succédé à Michel Sapin ! En 2017 le FN sombrera et descendra à 15,4 % suite à la débâcle de sa cheftaine à l’élection présidentielle…

Il attendait donc depuis longtemps son premier mandat national à l’Assemblée Nationale (en plus des émoluments afférents, pour cet homme obnubilé par l’argent). Il y tenait donc énormément, on s’en doute. Il est finalement à sa grande satisfaction élu député LR de la 2ème circonscription du Loir-et-Cher avec 53,93 % des voix le 18 juin 2017, son opposant, le candidat En Marche, Jean-Luc Brault, maire de Contres (ça ne s’invente pas), n’a obtenu que 46,07 %. Contres, c’est là qu’est situé le zoo de Beauval, mais là aussi où plein d’entreprises ont été accueillies par Brault, cet entrepreneur (un ancien plombier, fils d’ouvriers agricoles) très actif, remuant ciel et terre pour faire installer des entreprises chez lui. Selon l’Observatoire de l’Economie et des Territoires grâce à lui, « entre 2000 et 2018, le nombre d’emploi dans le secteur privé à Contres a été multiplié pratiquement par trois » précise FR3 !

Une victoire que l’on imagine donc indiscutable, avec cet écart pour Peltier. Mais aujourd’hui encore, le doute plane, en raison d’une rocambolesque affaire liée à cette élection restée… douteuse, et ce, au premier tour, en tout cas. Peltier, une fois élu, tentera de s’en prendre indirectement à Braut en 2018, en organisant un forum des entreprises de la Vallée du Cher au château de Selles-sur-Cher, sans qu’il ait été averti. « Tout a été décidé dans le dos de la communauté de communes val de Cher Controis dont le président n’est autre que Jean-Luc Brault »(…) « Et pourtant la première compétence d’une communauté d’agglomérations, c’est le développement économique…. mais le président n’a pas été associé dans l’organisation » note ici France 3 Val de Loire. Cet individu est vraiment retors ! Et rancunier : il a vraiment un problème avec le pouvoir et avec ceux qui ont le tort de s’opposer à lui ! En réalité, il avait déjà fait la même chose en 2015 et 2016 : « le deuxième Forum des entreprises de Neung-sur-Beuvron (Loir-et-Cher), tenait du comice agricole, de la foire-exposition, du speed dating au job, façon “2000 emplois-2000 sourires”, de la fête de la Violettes et de celle de la Rose réunies ! » note ici MagCentre. Une fête du travail et de la violette ?

Tout ça se tenant dans le parc du château de Villemorant, ayant appartenu à Bokassa …« une sorte de Samaritaine aussi car on trouve de tout sur le forum, du tapissier d’art à l’éleveur d’escargots en passant par l’expert-comptable jusqu’à l’organisme de formation et…pôle emploi qui, cette année, avait décidé d’en être, mais aussi des démonstrations de cirque, des spectacles équestres, des trompes de chasse et des orchestres. L’objectif de ce forum que Guillaume Peltier souhaite décliner et labelliser ailleurs en région Centre-Val de Loire reste avant tout l’emploi. » En fait l’emploi était le cadet de ses soucis.  Tout ce qui comptait était de faire la même chose que son opposant politique qui lui avait réellement créé des emplois ! Peltier lui le laissait croire devant les caméras !!! C’est dans son caractère, à Peltier : ne jamais se mettre sur sa route, sinon ça va durer longtemps… les bisbilles à distance avec un adversaire. C’est dans son caractère en effet. On ne s’oppose pas à lui !!!

Pour l’élection de 2017, ça s’est passé au premier tour pour le coup tordu disait-on. Plutôt serré, ce tour : au final, 127 voix séparaient en effet Guillaume Peltier (L.R., 12.170 voix, 29,08 %) du candidat LREM (12.043 voix, 28,78 %). Virer en tête au premier tour, même de peu, donne un avantage moral certain pour aborder le second tour, on le sait, et il venait d’échapper de peu à Brault grâce à une entourloupe, car quelqu’un avait siphonné in extremis 1078 voix (2,58 %) sur une autre liste LREM, non reconnue officiellement par le parti, et déposée au dernier moment dans des circonstances plus que douteuses : la personne, nommée Olivia Marchal, était une totale inconnue, elle est restée injoignable durant toute la procédure, n’a pas fait campagne sur place, demeurant  invisible à tous, et sommet de fabrication, les photos de sa profession de foi différaient même totalement de celles de sa présentation à la presse (cf ici à droite). Le cas est très, très étrange… Du jamais vu électoralement ! Qu’est-ce donc que cette candidature sauvage qui a privé Braut de virer en tête au premier tour, en lui siphonnant des voix LREM ??? Le FN, représenté par Mathilde Paris avait fait 7 505 et 17,93 % au premier tour… apportant bien sûr ses voix en masse au second à Peltier (des retrouvailles du cœur ?) ! Selon elle, en  effet, « la circonscription de Romorantin est très favorable au Front national » !!! Dont acte !

Certes, mais qui donc avait pu faire ce coup pendable ? »Beaucoup cherchent à savoir qui se cache réellement derrière cette candidature fantomatique. Nos confrères du Petit Solognot, les premiers, ont noté un fait troublant : les « professions de foi » distribuées dans les boîtes aux lettres ont été imprimées à Paris, chez l’ancien imprimeur d’un certain… Nicolas Sarkozy, de 2007 à 2012. Il s’agit d’Eproc Factory, entreprise dirigée par Gilbert Caron. (ici à droite). Selon le Monde, ce dernier avait été « amené » par Patrick Buisson, en échange du versement de deux commissions de 300 000 € chacune pour le dirigeant de la chaîne Histoire. Troublant… De là à imaginer que le marionnettiste soit en Sologne et se nomme Guillaume Peltier, il n’y a qu’un pas que certains franchissent allègrement, sans le dire directement naturellement. À commencer par Jean-Luc Brault lui-même. Il a confié à nos confrères de France 3 : « C’est une barbouzerie. C’est une candidate qui a été poussée depuis la région parisienne. Nous avons déposé une procédure en préfecture par l’intermédiaire de notre avocat. On se réserve le droit de faire une action contre cette candidature inadmissible, dont on ne sait d’où elle vient… ». Il ajoute ailleurs:  « La sincérité du scrutin est viciée. Les personnes qui ont monté cette supercherie sont très bien organisées. L’affaire n’apparait que lors de la distribution des professions de foi, la veille de la clôture de la campagne officielle. Nous avons peu de temps pour prévenir les électeurs. Nous n’avons matériellement pas le temps d’engager un référé pour faire retirer les bulletins de cette candidature fantôme ».

En 2007, Buisson avait été remercié comme intermédiaire avec le versement de 600 000 euros (et non 300 000) provenant de Roto Press Numeris, la société d’impression de Caron ! L’affairiste sarkozyste Nicolas Miguet avait racheté le Quotidien de Paris grâce également à l’entremise de l’influent Caron !!! Bref, Peltier a bénéficié d’un coup de pouce tombé du ciel au tout dernier moment… ou de rotatives d’impression rodées au tirage très particulier d’affiches électorales et de professions de foi, très réglementées (certaines sont refusées pour 1 mm de dépassement de format, c’est ce qu’était venu expliquer un jour Caron en personne !), des rotatives  qui ont sorti vite fait une candidate qui n’existait même pas !!  Ce qui n’empêchera pas Guillaume Peltier une fois élu de prétendre un peu plus tard que  « ma liberté, je l’ai conquise. Je ne dois rien à personne. J’ai perdu des élections seul et j’ai gagné des élections seul, grâce à mon travail »... en l’occurrence un pieux mensonge, pour ce croyant manifestement aidé, et pas par une intervention divine…  Tout sauf catholique !!!

Un gag circulera un peu partout après sur les réseaux sociaux qui peut résumer l’affaire ; on y distingue une autre photo encore de la dénommée Olivia, mais c’est la figure de Peltier ornée d’une perruque de femme… Tout le monde en rigole toujours là-bas (sauf Peltier !). On sait les méthodes de forbans d’un Sarkozy mais là son élève et protégé semble bien avoir été tenté par une imitation de ses méthodes ou celles de son mentor Charles Pasqua. Tout en prenant grand soin de ne pas laisser de traces. Car qui donc d’autre aurait pu être tenté par ce genre de manigance ? Ou plutôt qui a bénéficié surtout au premier chef de celle-ci ? Tous les regards locaux semblaient converger vers lui ! Quand Sarko avait ravi Neuilly à Charles Pasqua, le 21 avril 1983, c’est en collant des affiches à son nom alors que « Charlie » était encore à l’hôpital pour une hernie et pensait que son fidèle Nicolas roulait pour lui pendant ce temps-là… Un Pasqua qui faisait duo aux européennes de 2002 avec un certain De Villiers ! On reste néanmoins étonné que l’élection n’ait pas été annulée avec cet acte de piraterie électorale manifeste. L’élection de Peltier, c’est simple, demeure entachée de cette manipulation grossière digne des pires barbouzeries… à la Pasqua !

Peltier, les chasseurs mondains et l’Oie Cendrée

Notre ex maire de petit patelin rural devenu enfin député n’est pas à une contradiction près; loin s’en faut. Au Forum des entreprises de Sologne – Neung-sur-Beuvron de 2018, Peltier il s’était offert la présence d’un kador comme parrain, accroché à son tableau de chasse relationnel, pour faire la nique à Brault: « l’invité d’honneur sera cette année un chef d’entreprise d’envergure nationale, voire internationale, en l’occurrence Franck Provost, à la tête d’un réseau de 2 600 salons de coiffure à travers le monde, soit 20 000 salariés et un milliard d’euros de chiffre d’affaires. Cette success-story sera au menu de la soirée dédiée aux entreprises, samedi 7 avril » vantait-il. Provost est ici avec Nathalie Huard et Françoise Bissonnet lors d’un départ de chasse début 2013, pris en photo dans la revue Jours de Chasse d’Olivier Dassault, qui entretient le gotha de la chasse des gens fortunés). Ce n’est en fait pas étonnant. Car Provost est un peu du coin, avec sa propriété solognote,  comme le sont aussi Martin Bouygues (au château de Luet, situé à Vannes-sur-Cosson plus son domaine de Vernou-en-Sologne, celui du château des Nardilays), feu Olivier Dassault (et ses deux immenses propriétés de Salbris et des Châtaigniers), Benjamin Dessange (et sa Range Rover spéciale chasse) Jérôme Seydoux (venu de Saint-Viâtre et de son château de Frogère) ou encore Iskander Makhmudov (propriétaire du château des Pins à Soings-en-Sologne, ici à gauche, bardé de caméras de surveillance; celui-là a été cité dans l’affaire Benalla qui lui aurait favorisé l’obtention d’un titre de séjour.!!) ou les frères Alain et Gérard Wertheimer, les propriétaires de Chanel, ou encore Yves Forestier, le roi du camion frigorifique, Christian Pellerin, le bâtisseur de La Défense, mais encore les fils Bissonnet (les patrons des Boucheries nivernaises), voire Monique Pozzo di Borgo, la veuve du fondateur des Bistro romain, celle qui fait comme les américains en achetant des bâtiments pour les démonter et aller les reconstruire ailleurs (en Sologne bien sûr, c’est une chapelle qui appartenait à Jacques Waynberg, « un des pionniers de la sexologie française » !).

Les Wertheimer sont aussi les propriétaires des fusils Holland & Holland, car vous l’avez compris, tous sont chasseurs invétérés et de larges pourvoyeurs d’argent pour le LR. Le CPNT de Nihous soutenant LR depuis toujours. Des gens puissants et embarrassants pour certains solognots : « les grands propriétaires ont aussi une fâcheuse tendance à clôturer leurs bois sur des dizaines de kilomètres (à 25 000 euros le kilomètre tout de même), ce qui fait rugir les villageois voisins, privés ainsi de champignons. Mais nos grands patrons ne veulent pas que leur gibier si grassement nourri s’égare. Et cherchent surtout la tranquillité. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à faire pression sur les élus locaux afin d’empêcher, comme Olivier Dassault, la création d’un village vacances, ou, comme Martin Bouygues, l’installation d’une aire de gens du voyage, à côté de chez eux ». Ci-dessous le château solognot de Martin Bouygues :

Selon l’Humanité « patrons et rentiers possèdent la quasi-totalité des 500 000 hectares qui composent cette région de bois et d’étangs » (où l’on dénombre 400 châteaux)  !!! Tous des petits malins, en fait : »et puis, posséder des hectares de forêt permet aussi de bénéficier de confortables avantages fiscaux puisque, grâce à l’amendement Monichon, les propriétaires peuvent être exonérés de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) à concurrence des trois quarts de la valeur de leurs forêts. De plus, la détention de bois ouvre le droit à des réductions d’impôt sur le revenu et à des crédits d’impôt en cas de travaux forestiers »…

Or, gag de l’histoire, le maire qui avait invité l’un des plus grands chasseurs du coin à sa fiesta pôle-emploi est aussi le député qui a déposé une motion à l’Assemblée Nationale pour limiter voire interdire la pratique de l’engrillagement des terrains de chasse (avec Guillaume Larrivé), soutenant ainsi une association d’anti-chasseurs (« Les amis des chemins de Sologne« ) avec laquelle il a posé complaisamment en photo (ici à droite). L’association en effet l’annonçait clairement : « ce que nous souhaitons, comme beaucoup de solognots, c’est de voir INTERDIRE la chasse dans les propriétés closes« . C’est oublier que… SPV !! Le retour !!!

C’était lors d’une de ses rares apparitions à l’Assemblée (4 en un an !) là où il a l’art de ne pas prendre parti et de s’abstenir à chaque vote, lui, ce fier-à-bras … La cohérence n’est vraiment le domaine de cet arriviste de Peltier !!! Un jour il déroule le tapis rouge à de riches propriétaires, le lendemain il s’oppose à leurs pratiques dans leur propriétés !!! Voici donc deux beaux pigeons de plus à son palmarès de chasseur de têtes électorales !! Gag supplémentaire de l’homme aux contradictions flagrantes : à l’Assemblée, il est bien membre du « Groupe d’études chasse et territoires » !!! « Parmi les lobbys les plus puissants et les plus organisés du Parlement, il y a le lobby des chasseurs. On s’en était rendu compte en novembre dernier lorsque la commission développement durable avait étudié un rapport entier dédié à la chasse aux oies cendrées. Le groupe d’études Chasse et territoires est aussi l’un des plus couru du Parlement (et sa présidence toujours très disputée) » explique ici Le Monde. Le dernier débat enflammé portait sur l’Oie Cendrée. Omniprésente, vous l’auriez deviné, en Sologne !!! SPV !!

Le micro-parti à lui tout seul

Tout a démarré en 2010 avec la révélation de l’incroyable prolifération des micros partis jusqu’ici restés ignorés. En 1990, ils étaient 28 seulement, ils étaient alors devenus 283 !!! Dix fois plus;   les candidats aux élections peuvent en effet recevoir des dons à condition de ne pas dépasser 7500 euros par donateurs (qui peuvent être un parti politique) en vertu de la nouvelle loi électorale édictée. Avec l’’affaire Woerth-Bettencourt et l’Association de soutien à Eric Woerth, créé en 2008, le scandale avait éclaté :  il avait bien palpé, le Woerth.  Sur son compte il avait 44 126 euros sans avoir aucune cotisation d’adhérent !!! « Il a aussi été épaulé par une confortable contribution venue de l’UMP: 66 250 euros. Heureux hasard, le trésorier de l’UMP s’appelle… Eric Woerth » note, sarcastique, L’Express, qui révélait alors que « François Fillon a créé France 9, Christian Estrosi a lancé Alliance Méditerranée Alpes, Michèle Alliot-Marie s’appuie sur Le Chêne, et Laurent Wauquiez s’affirme avec Nouvel Oxygène. Sans parler de Jean-François Copé (generationfrance.fr), Jean-Pierre Raffarin (Dialogue et initiative) ou Patrick Balkany (Rassemblement pour Levallois). Wauquiez ayant une autre source de revenus avec sa rente personnelle, défendue ici par un dénommé Peltier !!! Un Guillaume Peltier lui aussi embringué dans cette création, avec une organisation chargée de mettre en place une fête politique, sur le modèle de la célèbre Fête de la Rose des socialistes. Une idée à lui, il paraît.

Quand les Pandas aussi font de la politique

Le problème des dons à son micro-parti vient de resurgir après ces déclarations incendiaires. C’est encore une fois le journal la Nouvelle République, bien informé, qui met les pieds dans le plat et révèle un élément fondamental de l’organisation mise en place par Peltier, en fait un rappel d’un dossier du Monde : « Le début de semaine est aussi agité pour le député de Romorantin. Dans un article paru mardi 1er juin, Le Monde met au jour les liens entre des entreprises du sud du Loir-et-Cher et les micro-partis créés par l’élu. Sont notamment cités les architectes romorantinais Dominique et Daniel Boitte ; Nicolas Mazzesi, propriétaire du château de Selles-sur-Cher (ici à gauche) ainsi que Rodolphe Delord, patron du ZooParc de Beauval (qui avait vu naître un petit deux ans auparavant : ici en photo, Huan Meng et sa mère, Huan Huan : leur présence implique un tas de démarches diplomatiques du plus haut niveau en réalité) .« On n’a pas le droit de donner de l’argent ? ! », s’étrangle Daniel Boitte qui indique à la NR ne pas avoir lu l’article qui évoque l’attribution d’un chantier à son cabinet en 2015. L’architecte précise que son fils et lui ont bien donné à l’association de financement des amis de Guillaume Peltier, mais bien plus tard : au total 8.000 € sur deux ans, « l’année dernière et cette année ». Quant à Rodolphe Delord, il assure que son don « n’a rien à voir avec le zoo. J’ai aidé une fois Guillaume Peltier que je connais depuis quinze ans ». Enfin, Nicolas Mazzesi dit qu’il n’y a « pas de lien » entre son don et l’accueil à titre gratuit du Forum des entreprises au château de Selles : « Mon objectif est et était de replacer le château au centre du tissu économique de la région Centre ». Quant au don, cela relève, indique-t-il, d’un choix de citoyen. Toujours selon Le Monde, à ces structures politiques s’ajoute l’existence d’un fichier informatique comprenant plus de 250 000 identités. Parmi eux, un millier de maires et conseillers municipaux avec notamment la mention de leur soutien ou non à Guillaume Peltier. Autant d’informations à propos desquels le député assure que « tout est légal et transparent ». L’homme avoue candidement détenir 250 000 contacts en fiches ? Etait-ce à ça alors que servait sa boîte de « sondages », aujourd’hui fermée ? Mais qu’en pense la CNIL ? Il est interdit de ficher les opinions politiques d’autres que celles appartenant à un parti précis (1) ! A droite, c’est la visite le 23 novembre 2017 du Zoo avec Peltier… et Sarkozy ce dernier ce jour-là  indiquant « qu’il reviendra avec son épouse Carla et sa fille Giulia, 6 ans, dans «un cadre très privé»… Les Pandas c’est tellement mignon que ça attire tout le monde ! Y compris les politiciens !

En attendant Godot (euh, Sarko)

Nous en étions restés aux deux premières dans notre épisode précédent. En 2014, Peltier avait remis ça, pour a 3eme fête de la Violette, en ressortant son bouquet devenu rendez-vous incontournable, de plus en plus centré sur sa personne remarquaient déjà certains. Appelant avant tout ouvertement au retour de Sarkozy. Avec à l’entrée les Mugs signés Com+ siglés « Nicolas c’est maintenant… » ou le tee-shirt « Nicolas, reviens! », Il avait déjà réussi d’une année à l’autre à effacer Copé de son site, en annonçant à la place la prochaine sarkolâtrie à venir en 2015  !

En 2015, en effet, Sarkozy, pour la 3 eme manifestation en Sologne, avait (enfin) fait le déplacement en guest-star, faisant le show comme de coutume chez lui, en venant promettre  de revenir l’année suivante à la fameuse fête de la Violette « avec Carla ». Peltier affirmant à qui voulait l’entendre « qu’il manquait à la France « … Tout cela devant 2500 personnes et un orage zébrant le ciel d’éclairs dans une atmosphère … électrique !! Quelle vision… d’apocalypse électorale à venir !!! Un retour séismique en vue !!! En réalité, on ne l’a pas revu depuis sur place, Sarko, trop occupé à préparer sa défense avec ses avocats, sans doute. Ou alors Carla n’aimait peut-être pas le foin, qui sait ou y serait allergique. En réalité encore, en 2016, il n’y a aura pas de violettes, annulées à cause de l’état d‘urgence ! Il avait eu quand même le temps de dire l’année précédente que “oui il y a une guerre contre notre civilisation judéo-chrétienne”…. en s’emballant contre le terrorisme de Daesh, une vraie aubaine pour lui (et pour Peltier, qui vient juste de reprendre le thème, 5 ans après ! Chez lui, l’image de Sarko fait de la rémanence, c’est comme sur le vieilles télévisions (2) ! ).

En 2017, c’est donc Wauquiez qui est revenu à sa place devant les bottes de foin, pour la 4 eme Fête de la Violette, dans un nouveau décor censé symboliser l’enracinement rural de Peltier. L’image, toujours l’image, en priorité ! Tout le monde avait constaté que la réunion affichait plutôt de faux airs de meeting de « Laurent », alors en campagne pour la présidence des Républicains (qui lui échappera, en raison de la débâcle du parti aux européennes – avec 8%-,le poste revenant en 2019 à Christian Jacob). Comme l’insatiable Peltier lorgnait déjà sur le même poste, le premier avait du descendre auparavant pour lui remettre les idées de bienséance du parti en place. Dans un décor de ranch (celui du plus gros taureau du monde (2), ça s’annonçait entre les deux comme un remake de OK Corral, comme atmosphère. Après quelques tirs de sommation verbaux échangés, Peltier s’était remis au pas et était vite rentré dans le rang. Ce serait Wauquiez, le grand sachem, point barre.

Ce dernier, pas mal énervé, en était ressorti en donnant un nouveau surnom à Peltier ; exit « Adolf », voici le « Che » (selon Wauquiez, pour ses propositions d’augmentations de salaire d’un populisme affligeant mais aussi pour pour son autoritarisme plus que pour son leadership véritable !) !! On adore décidément les images historiques au  LR !!! En fait ça s’était réglé en amont, avant les violettes, raconte Le Parisien : « en février, le président de LR a convoqué son numéro trois pour une explication de texte : « Il avait le sentiment que Guillaume faisait des trucs dans son coin. Ils s’en sont expliqués. Wauquiez considère maintenant que Peltier est réglo », affirme-t-on au siège, rue de Vaugirard. » Mais Wauquiez, sur Twitter, se montrera fort condescendant dans ses remerciements vis à vis de Peltier, une erreur, car ce dernier n’est pas homme à apprécier du tout : Wauquiez n’avait pas compris qu’il ne faut jamais blesser un jeune loup, en politique comme ailleurs (et surtout en politique avec celui-là, surtout !)  : « jeune talent » pffff…. pensez donc !

Ne jamais fâcher Peltier. Sinon, la rancune le titille, à l ‘évidence. On en verra les ravages demain, de cet état d’esprit, si vous le voulez bien, où nous constaterons bien d’autres choses inquiétantes encore chez lui et son obsession du pouvoir. A force de vouloir trop en faire…  « de choses dans son coin », comme l’avait constaté un peu trop tard déjà Wauquiez.

(1) Selon la CNIL : « Les données sensibles forment une catégorie particulière des données personnelles. Ce sont des informations qui révèlent la prétendue origine raciale ou ethnique, les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques ou l’appartenance syndicale, ainsi que le traitement des données génétiques, des données biométriques aux fins d’identifier une personne physique de manière unique, des données concernant la santé ou des données concernant la vie sexuelle ou l’orientation sexuelle d’une personne physique. » « Le règlement européen interdit de recueillir ou d’utiliser ces données »… Sauf…. (entre autres) : »si elles concernent les membres ou adhérents d’une association ou d’une organisation politique, religieuse, philosophique, politique ou syndicale. » Le chiffre de 250 000 annoncé par Peltier outrepasse de loin la totalité des adhérents LR. « Le parti de droite a annoncé qu’il n’avait comptabilisé que 58 000 adhérents en 2019. Loin des 238 208 revendiqués fin 2015. » Une chute vertigineuse alors que LR revendiquait 238 208 adhérents au 31 décembre 2015. Trois quart des troupes ont donc quitté le navire en quatre ans, certainement marqués par la défaite, et peut-être aussi les affaires, de François Fillon à la présidentielle de 2017 » ajoute le Figaro. De là à dire que Peltier ne fait pas recette… et fait plutôt fuir…

(2) son image est revenue au procès de Bygmalion fidèle à celle qu’on connaissait : celle d’un agité, particulièrement menteur. Il a bien sûr tout nié comme attendu, y compris le coût de la musique spéciale d’intro de ses mégas meetings, pourtant dûment facturée (ou rejeté la faute sur Copé, qui la veille l’avait rejetée sur lui) : « reprenant sa respiration, il enchaîne alors » (selon 20 Minutes) : « On se moque du monde ! L’argent n’a pas été dans ma campagne. Sinon, cela se serait vu ! On aurait dit : « Nicolas Sarkozy est devenu fou ! Il donne du caviar au public de ses meetings ! » » Du caviar, non. Mais des écrans géants, des TGV pour faire venir des militants, des brassées de drapeaux bleu-blanc-rouge et même une symphonie composée pour accompagner l’arrivée du candidat, oui. Sur ce dernier point, il se défend en prétendant que la musique a été offerte « par un ami de Carla ». Avant de se faire corriger par le procureur, qui sort la facture de l’orchestre, pour un montant de 72.000 euros. D’une voix calme qui tranche avec celle du prévenu, Caroline Viguier, la présidente de la 11e chambre, rappelle alors, un par un, les éléments qui paraissent incontestables. Mais à chaque fois, il répond : « Non, madame ! Non, madame ! » Et persiste : « Personne n’a démontré que ma campagne avait valu deux fois son prix ! Personne ! » Et pourtant si… Le système de fausses factures a bien été établi. Cela fait maintenant trois semaines qu’il s’affiche tous les jours sur l’écran géant du prétoire. Nicolas Sarkozy ne peut le contester. Il faut juste suggérer une autre utilité à ce montage frauduleux. « Moi, je ne suis pas là pour accuser qui que ce soit », attaque-t-il avant de parler opportunément de Jérôme Lavrilleux, le lieutenant de Jean-François Copé, qui dirigeait l’UMP, à l’époque… Et de la société Bygmalion dont « le chiffre d’affaires a bien augmenté grâce à la campagne ». « Je ne sais pas ce qui leur est passé par la tête, balance-t-il sans ciller. En tout cas, si je n’avais pas eu l’idée de rassembler ma famille politique et de mettre Copé à la tête de l’UMP, personne ne serait ici. Parce que jamais il n’y aurait eu de Bygmalion… »

 

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

L’Ekranoplan d’Alexeïev, une formule d’avenir ? (4)

Alekseïev, lorsqu’il se fait connaître avec ses étonnants Ekranoplanes, est tout sauf un inconnu: il ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *