Accueil / T Y P E S / Articles / Le legs de W. Bush : une d?mocratie d?tourn?e (3)

Le legs de W. Bush : une d?mocratie d?tourn?e (3)

Flickr: BL1961
Flickr: BL1961

Le pouvoir de W.Bush s?est donc assis sur les conventions de Gen?ve et?sur le respect d? aux prisonniers de guerre, comme nous l?avons vu hier??: c??tait une « guerre au terrorisme », qu?il a d?cid?e, mais ces prisonniers n?avaient pas ? avoir les droits h?rit?s des conventions de guerre. Et c?est l? tout le paradoxe de Guantanamo, cette zone de non-droit qui est l?image m?me de la dictature Bushienne. Pendant le m?me temps, en novembre 2004,?l?administration Bush subit un ?norme revers. La Cour Supr?me des ?tats-Unis d?clare en effet que les emprisonn?s de Guantanamo ont droit?? un jugement non pas de juridiction militaire d?exception, mais doivent ?tre entendus par une cour l?gale. « Ce jugement ??contredit fermement l?argument de l?administration qui pr?tendait que ces activit?s dans le cadre de la guerre contre le terrorisme sont hors de port?e de la loi et non sujettes ? un examen des tribunaux am?ricains?? a d?clar? Steven Shapiro, directeur juridique de l?ACLU, la plus grande organisation am?ricaine de protection des libert?s individuelles. « .

? partir de l?, disons en 2005, comme nous l?avons vu pr?c?demment donc, le pouvoir de l??quipe de Bush va subir revers sur revers dans le pays, les juges se rebellant de plus en plus ouvertement contre Washington. W. Bush a donc pass? les trois derni?res ann?es de son mandat ? lutter contre le judiciaire US, qui venait de constater de combien il avait franchi la fronti?re entre la l?galit? et l?ill?galit?. L??viction de juges jug?s partiaux par Gonzales ne sera qu?un ?pisode de plus du bras de fer engag? par le pouvoir contre son propre syst?me judiciaire en r?volte contre son autoritarisme. En d?cembre 2006, en effet, huit juges f?d?raux sont d?missionn?s au d?part Kar Rove projetait d?en virer l?int?gralit?, soit 93?!!!)?: ces derniers se retournent alors contre la Chambre des repr?sentants, arguant qu?il s?agit d?une purge politique antid?mocrate. C?est un scandale ?norme, surtout que dans l?affaire, du beau linge est m?l??: on retrouve l?in?vitable Karl Rove et sa correspondance avec Gonzales, qui subit le m?me sort que l?ordinateur de nos militants caritatifs. Le tout orchestr? par le monsieur informatique du pouvoir, ? savoir l?infortun? Mike Connell, ? l?origine de la manipulation « rat?e » de changement d?Intranet ? la Maison Blanche, ayant conduit ? mettre d?finitivement ? la poubelle tous les mails compromettants. Ils seront finalement retrouv?s en partie par des experts, prouvant par l?exemple la collusion entre le pouvoir et la justice, et for?ant par la m?me Gonzales ? d?missionner. Fin ao?t 2007, Gonzales est contraint ? la d?mission.?L?ancien avocat de W.Bush dans l?affaire Enron (et oui c??tait bien lui?!) est mis ? la porte apr?s une s?rie de mensonges et de parjures…. « Des courriels, produits au cours de l?enqu?te de la Commission s?natoriale, r?v?leront que les noms?des rempla?ants potentiels ont ?t? propos?s d?s la fin de l?ann?e 2005. Le ministre de la Justice avait pourtant affirm? qu?il ne les avait choisis qu?apr?s?l?annonce officielle du remplacement des procureurs, en d?cembre dernier.?Les ?changes de courriels (6?000 pages au total) vont ?tre tr?s instructifs.En f?vrier 2006, Monica Goodling, conseill?re de Alberto R. Gonzales, envoie une lettre ? des hauts fonctionnaires de l?administration, dans laquelle elle d?taille les activit?s et les liens politiques des procureurs f?d?raux ? remplacer ». A cette date, le gouffre qui s?pare l?autorit? pr?sidentielle de l?autorit? judiciaire s?agrandit chaque jour davantage?: Bush, au milieu de 2006 a perdu tout cr?dit face ? sa propre justice. Il n?est plus suivi par son administration judiciaire, qui est tent?e maintenant de se retourner contre lui?: les dossiers bloqu?s se mettent soudain ? avancer plus vite… au d?triment de l??quipe Bush, vis?e par de nombreuses plaintes jusqu?ici contenues par mille artifices juridiques et une arm?e d?avocats.

En parlant d?arm?e, au sein de la sienne, ce n?est gu?re mieux. Vaincu dans son propre pays, subissant l?obstruction des juges, Bush tente de redorer son blason avec une attaque pr?emptive sur l?Iran. Tout est pr?t, ou presque depuis longtemps. Bateaux, sous-marins, avions, drones, soldats et troupes infiltr?es sont sur site depuis.. pr?s de deux ans d?j? (sans oublier les pigeons?!). On compte pr?s de 18 000 personnes au total dans le secteur. Cheney pousse tous les jours Bush ? attaquer T?h?ran. En 2007, une forte activit? militaire est remarqu?e toute l?ann?e dans le Golfe. Le 5 ao?t, un ?trange incident se produit sur une base US?: un B-52 vole avec 6 bombes thermonucl?aires arm?es du nord au sud du pays, le chemin habituel vers l?Iran. L?histoire demeure floue?: les engins sont anciens et en cours de d?commissionnement (trop anciens, ils doivent ?tre retir?s) et au final on en retrouve que 5 sur les 6 au d?part.?Un missile est manquant. Tout le monde pense ? une tentative de Cheney de provoquer quelque chose, lui qui a d?j? ?voqu? devant des proches une autre affaire du Golfe du Tonkin, le proc?d? pr?f?r? des Am?ricains pour d?clencher le conflit qu?ils souhaitent. On pense surtout ? une attaque iranienne, le ton montant entre Cheney et les responsables iraniens, mais l?hypoth?se d?une bombe dans le pays n?est pas ? exclure non plus. Manque de chance, au moment o? il pourrait le faire, cette attaque, un de ses vecteurs principaux de la mission, un B-2 modifi? pour porter une gigantesque bombe sp?ciale, s??crase sur l??le de Guam, le 23 f?vrier 2008. La flotte d?appareils, tous modifi?s de la m?me fa?on pour transporter une ?norme bombe anti-bunker, sans possibilit? de revenir en arri?re ? moins de plusieurs mois de travaux, est consign?e au sol. L?attaque doit ?tre imp?rativement remise?!

Quelques semaines plus tard un pav? dans la mare est ?t? jet? par l?amiral Fallon, qui d?missionne avec fracas apr?s avoir accord? une interview ? un magazine o? il n?a pas trop fait myst?re de son opposition franche ? une attaque contre l?Iran. Les B-2 ?taient donc bien en route pour l?Iran, une fois tous modifi?s. L?arm?e am?ricaine semble bien s??tre int?rieurement r?volt?e contre les d?cisions de ses chefs : d?but juin 2008, deux hauts grad?s sont ?vinc?s par Dick Cheney dont un responsable du transport de missiles arm?s de Minot. En 2008, c?est au tour de l?arm?e de l?cher Bush. Elle a d?autres chats ? fouette au Pakistan?: une rencontre secr?te ? lieu ? bord d?un porte-avion US entre Ashfaq Pervez Kayani, le responsable de l?arm?e pakistanaise et l?amiral Mike Mullen nous apprend que la situation est catastrophique dans la r?gion, et que l?ouverture d?un 3e front serait une catastrophe de plus. Benazir Bhutto assassin?e le 27 d?cembre 2007, cela devient intenable. L??v?nement qui parach?ve le blocage de la question est la d?cision insens?e du pr?sident Georgien d?attaquer les provinces s?paratistes le 7 ao?t 2008 : les a?roports Georgiens sont une n?cessit? en cas d?attaque, comme soutiens de diversion en cas de probl?me au retour, ou pour?accueillir?des ravitailleurs am?ricains. L?attaque de Saalkatchvili ruine tout espoir de voir une attaque am?ricaine de l?Iran. Le relais est aussit?t pris par les Isra?liens, ultrapr?sents sur place, mais la prise de v?hicules am?ricains par les Russes contenant leurs moyens de cryptage rend l?op?ration hasardeuse?: les Iraniens, avertis par la Russie, savent d?sormais contrecarrer et brouiller les radars am?ricains ?quipant les F-16 isra?liens.

Un ?missaire am?ricain est envoy? en catastrophe en Isra?l le 20 septembre 2008 pour prier le pouvoir de ne pas d?clencher d?attaque, qui pourrait tourner au fiasco, ?tant donn? le bon ?quipement g?n?ral des d?fenses iraniennes (avec des F-14 entretenus, ? qui l?administration Bush n?a cess? que tardivement – en 2003?!- d?envoyer des pi?ces de rechange !). L?amiral Mullen avait d?j? tent? de le faire en juillet??: « Chairman of the Joint Chiefs of Staff, Admiral Michael Mullen appeared to warn Israel on Wednesday against an attack on Iran. He said at news conference, « Opening up a third front right now would be extremely stressful on us . . . This is a very unstable part of the world, and I don?t need it to be more unstable. » W.Bush le va-t-en-guerre est pri? de faire retraite par ses propres g?n?raux et amiraux?: il vient de perdre sur le front ext?rieur, apr?s avoir perdu sur le front int?rieur. En novembre, les Am?ricains le r?p?tent (lourdement) aux Isra?liens?: ce n?est pas le moment d?attaquer l?Iran. Isra?l est fort tent? de le faire pendant les 3 mois de vacance du pouvoir am?ricain s?parant l??lection de la prise de pouvoir effective. Mais les annonces de d?couverte en Georgie des ?quipements US et isra?liens par les troupes russes et la livraison de nouveaux missiles anti-avions performants par les Russes aux Iraniens temp?rent leurs ardeurs, sans oublier le v?to am?ricain, qui peut ?tre lourd de sens en cas de non livraison des munitions indispensables?: beaucoup pensent en effet que l?acheminement r?cemment de 5200 tonnes de munitions en pleine attaque de Gaza est un ?change contre la promesse de ne pas attaquer l?Iran…?D?pit?e, l?arm?e isra?lienne, en cheville avec les politiciens extr?mistes?pr?ts ? nucl?ariser l?Iran, se retourne alors contre… Gaza, avec l?efficacit? que l?on sait.

Mais l?arm?e am?ricaine, comme toutes les arm?es, est une grande muette, et on ne saura que dans quelques ann?es ce ? quoi nous avons ?chapp? dans la derni?re ann?e de pr?sidence de Bush. Les langues se d?lient progressivement pourtant sur l?usage de la torture, non sans d?ultimes actions gouvernementales pour en supprimer les preuves, comme cette destruction de cassettes des enregistrements des s?ances de tortures, qui fait grand bruit.?On en conna?t depuis fort peu de temps le nombre?: 92 cassettes, indiqu?es le 2 mars 2009 par un procureur f?d?ral charg? de l?enqu?te.?Deux noms sont li?s ? ces enregistrements?: « les?vid?os auraient ?t? tourn?es en 2002 pendant des interrogatoires d?Abou Zoubaydah, pr?sum? membre influent du r?seau Al-Qa?da arr?t? au Pakistan, et Abdel Rahim Al-Nachiri, soup?onn? d??tre impliqu? dans l?attentat contre le navire USS Cole, au Y?men, en 2000 ». Deux personnes qui auraient pu ?voquer d?autres pr?paratifs similaires connus sous le nom de Millenium, tr?s embarrassant pour le pouvoir (l?attaque du Cole devait avoir une r?p?tition pr?alable).?C?est en tout cas beaucoup plus que ce qu?avait laiss? entendre Michael Hayden, l?ancien directeur de la CIA qui a donc menti, lui aussi.?Donald Rusmfeld est accus? par le Congr?s d?avoir personnellement recommand? l?usage de la torture. C?en est fini de son immunit?. Le 14 octobre 2007, un g?n?ral (Antonio Taguba) l?avait d?j??accus? de mensonge ? propos d?Abou Ghraib. Le g?n?ral enqu?tait alors pour le Congr?s, en ajoutant?: « ?on m?a emp?ch? de poursuivre de plus amples recherches sur les sph?res sup?rieures de la hi?rarchie??.

Le 12 d?cembre 2008, Donald Rumsfeld est donc logiquement accus? nomm?ment par un rapport des s?nateurs US d?avoir ?t? ? l?origine des s?vices d?Abou Ghraib. L?enqu?te r?v?le alors qu?en fait le Pentagone s?int?ressait ? la torture d?s 2002. « Briefings, r?unions et groupes de travail s?encha?nent alors, r?unissant juristes, militaires et des membres tr?s haut plac?s de l?administration Bush, tels George Tenet, John Ashcroft ou Condoleezza Rice, ex-conseiller ? la s?curit? nationale, devenue ensuite secr?taire d??tat. Le 1er ao?t, le d?partement de la Justice produit deux m?mos qui red?finissent d?un trait de plume ce qu?est la torture?: il faut d?sormais que la douleur physique soit ???quivalente ? celle d?une perte d?un membre ou d?un organe ou m?me de la mort??. Quant ? la douleur mentale, elle doit ??durer des mois ou m?me des ann?es?? pour constituer une torture. Parall?lement, de nombreux militaires font remonter jusqu?au Pentagone des demandes d?autorisations d?user de techniques plus muscl?es. » Le rapport des s?nateurs est un terrible « j?accuse »?: « le fait est que des hauts fonctionnaires du gouvernement des ?tats-Unis ont sollicit? des informations sur l?usage de techniques agressives, ont red?fini la loi pour leur donner l?apparence de la l?galit?, et ont autoris? leur usage sur des d?tenus » dit-il. Terrible condamnation?! Chez le successeur d?mocrate ? la t?te des services de la CIA, la simulation de noyade est bien un acte de torture. Pour Condoleeza Rice, son masque de gentille n?gociatrice tombe?: l?ancienne dirigeante d?Exxon a bien donn? son blanc-seing ? la pratique de la torture. Quand Isra?l attaque Gaza, elle est la premi?re ? parler de « justification » et de citer les « provocations du Hamas » avec les tirs de roquettes. Sans jamais citer les assassinats cibl?s sur des dirigeants de ce m?me Hamas pratiqu?s par l??tat h?breu quelques jours?avant la rupture de la tr?ve. Elle a menti aussi, au m?me titre qu?un Cheney et un Rumsfeld, et continue donc ? mentir. Finira-t-elle elle aussi comme W.?Bush??

Le mensonge ?hont? a ?t? le moteur principal des deux l?gislatures Bush. Ce n?est que press? de toutes parts qu?il finira parfois par avouer, non sans commettre d?impair.?Le 5 septembre 2006, devant les cam?ras de Katie Couric, de chez CBS, Bush se voit contraint de d?voiler l?existence d?autres prisons dans le monde et les transferts de prisonnier par jets. Il reconna?t pour la premi?re fois l?existence de ses fameuses prisons secr?tes de la CIA. Son administration les avait toujours ni?es. Les raisons donn?es aux arrestations???« We uncovered a potential anthrax attack on the United States ». Alors qu?aujourd?hui on sait que le scientifique du laboratoire, li? lui-m?me ? la CIA ?tait tr?s certainement le seul en cause. Interrog? pour savoir si les prisonniers avaient ?t? tortur?s, W.?Bush avait ni? en grand?: « No. Not at all. It?s a tacit acknowledgement that we?re doing smart things to get information to protect the American people, » the President said. « I?ve said to the people that we don?t torture, and we don?t. » On n?avait donc pas tortur?, ? Guantanamo comme ailleurs,selon lui.?Or aujourd?hui, tous les t?moignages parlent de torture…qui ont m?me ?t? film?es. Bien entendu, ? partir de 2005 o? la presse fait ?tat de ces possibles tortures, ordre est donn? de supprimer les cassettes compromettantes?: nouveau scandale suppl?mentaire… Et aujourd?hui, Obama ?lu, la lutte pour la v?rit? continue, au sein des associations de d?fense des droits de l?homme : la plainte d?pos?e par 5 d?tenus contre le transporteur des prisonniers, Jeppesen Dataplan (de San Jose, en Californie), une filiale de Boeing, devait ?tre examin?e en ce d?but f?vrier. L? encore, le fameux « secret d??tat » ? tout bloqu? pendant des ann?es?: sa lev?e permettrait d?accuser nomm?ment W.?Bush d?obstruction ? la justice. Car, comme l?indique un commentaire judicieux ajout? ? la vid?o, ce n?est l? qu?un bout de l?iceberg… Or le 9 f?vrier dernier, c?est la d?ception totale pour ces associations?: « An attorney for President Obama?s Department of Justice has told the Ninth U.S. Circuit Court of Appeals that it supports the Bush administration?s controversial state secrets defense in a lawsuit over the prior president?s « extraordinary rendition » program. » Pour Eric Holder, nouvel Attorney General, ce sont des cas o? le secret d??tat doit demeurer?: r?sultat, Bush en prison… il faudra encore attendre…qu?un d?put? d?mocrate comme Patrick Leahy, du Vermont, remette du charbon dans le moteur en demandant de poursuivre l?administration de W.?Bush pour toutes ces obstructions manifestes ? la justice de son pays. L?espoir existe encore de voir un jour W.?Bush derri?re des barreaux. Un espoir qui envahit la presse am?ricaine depuis quelques semaines..?le 14 f?vrier, Newsweek lance son pav? dans la mare avec son superbe article  » The torture memos » qui annonce que les avocats de W.?Bush ont du mouron ? se faire.? » According to two knowledgeable sources who asked not to be identified discussing sensitive matters, a draft of the report was submitted in the final weeks of the Bush administration. It sharply criticized the legal work of two former top officials?Jay Bybee and John Yoo?as well as that of Steven Bradbury, who was chief of the Office of Legal Counsel (OLC) at the time the report was submitted, the sources said. » Ce sont les interm?diaires comme Yoo, Bradbury et Bybee qui sont maintenant dans le collimateur. Nous serons amen?s ? en reparler, tr?s certainement. Les hommes qui ont voulu l?galiser la torture. Et tous convergent vers W.?Bush, qui devra bien un jour rendre des comptes.?Cela, j?en suis totalement persuad?.

Les nouvelles avan?ant vite en ce moment, on apprend le 13 mars 2009 que l?administration nouvelle d?Obama vient juste d?abandonner l?usage de l?appellation « d?ennemi combattant « ? l?encontre des derniers prisonniers de Guantanamo. « Les nouvelles normes reposent sur le droit international de la guerre (…) et stipulent clairement que le gouvernement n?a pas l?autorit? de d?tenir ces personnes au titre d?un soutien mineur ou non av?r? ? Al-Qa?da et aux Talibans », explique le communiqu?. » Un communiqu? qui signifie aussi en filigrane que les ann?es qui ont pr?c?d?, les ?tats-Unis n?avaient donc pas respect? le droit international… ce que l?on vous avait d?j? dit ?galement ici. Le 12 juin 2008, les juges de la Cour Supr?me avaient inflig? un camouflet m?morable ? W.Bush?: nous en voyons aujourd?hui les effets secondaires. Obama red?couvre l?usage des Conventions de Gen?ve, car comme le pr?cise le Wiki : c?est bien « l?article 5 de la Troisi?me Convention de Gen?ve, qui indique que, en cas de doute, c?est ? un tribunal qu?il revient de d?terminer si un individu pr?sente ou non les caract?ristiques constitutives d?un ??prisonnier de guerre??, et que ledit individu doit ?tre prot?g? en tant que tel jusqu?au prononc? du jugement ». La torture est interdite, donc.

Confirmation de tout cela o
btenue le 16 mars par la bouche du d?l?gu? de la Croix-Rouge internationale, dans un terrible rapport datant de 2007 r?v?l? par le Washington Post. « Mauvais traitements, tels que des coups, une privation de sommeil, des temp?ratures extr?mes et, dans certains cas, des simulations de noyade » sont certes cit?s, mais c?est surtout leur dissimulation aux yeux du grand public qui est ? noter. « Le quotidien indique qu?au moins cinq copies du rapport ont ?t? r?alis?es et diffus?es aupr?s de hauts responsables de la CIA et de la Maison Blanche en 2007, mais interdits de diffusion aupr?s du public par le CICR cens? garder sa neutralit? dans les conflits ». Le gouvernement de W.Bush a donc bien tent? de dissimuler la v?rit? ? ses concitoyens. On en a aujourd?hui la preuve. ?a a commenc? dans le mensonge, ?a a continu? dans le mensonge, et ?a se termine pareil. Le « we do not torture » du?5 septembre 2006?est donc un cas de forfaiture manifeste. C?est bien assez pour envoyer ce pr?sident en prison pour le reste de ses jours.

A propos de

avatar

Check Also

Dans les règles de l’art

Le 5 septembre dernier, la sémillante ministre de la Culture lâchait au cours d’une (longue) ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Aie,

    Pas un seul commentaire… Vous croyez que les lecteurs de centpapiers ont déjà cerné votre double jeu???

    A bientot Morice

  2. avatar

    comme je l’ai déjà spécifié ailleurs, le dénommé Papy est un troll organisateur de cabales sur Agoravox qui vient polluer le site: je demande donc son éviction, étant donné qu’il ne poste pas pour apporter quelque chose mais pour détruire.

  3. avatar

    J’adore les trolls ! J’en mange un chaque matin à mon petit déjeuner. 😆

    N’y pretez attention Momo. Je ferais le nettoyage si nécessaire avec mon « humour douteux ». 😉

    Au Quebec, avec les beaux jours qui arrivent, les gens en profitent et se sortent de leur tanière hivernale (6 mois).