Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / analyses / Le Japon doit faire faillite!

Le Japon doit faire faillite!

Le Japon ne s?est jamais vraiment attel? ? r?sorber et ? combattre ses endettements colossaux apr?s l?implosion de ses multiples bulles d?s 1989. Les dirigeants ?conomiques et politiques de ce pays n?ont effectivement proc?d? qu?? des restructurations cosm?tiques et ? des liquidations de dettes en douceur, aux cons?quences d?sastreuses pour leur syst?me bancaire qui ne put survivre qu?? la faveur d?incessantes perfusions. L?Etat fut donc contraint de prendre ? son compte ? la fois les dettes de banques d?sormais qualifi?es ? juste titre de ??zombies??, mais ?galement celles de l?ensemble du secteur priv? japonais sinistr? pour avoir fait trop d?exc?s. A mesure que le secteur priv? se mettait en mode ?pargne afin de soulager sa gueule de bois, les gouvernements successifs faisaient preuve d?un cruel manque de volont? politique et tentaient de compenser ? la faveur d?une cr?ation mon?taire hyper laxiste. Ce qui maintenait tant bien que mal leur ?conomie tout en remettant ? plus tard les d?cisions p?nibles.

Les fonds publics continuellement inject?s dans l??conomie permettaient certes d??viter la d?pression, dans un pays qui dut n?anmoins subir une s?rie de r?cessions. Pour autant, cette g?n?rosit? ? ou ce manque de cran?? ? de la part des politiciens eut une contrepartie catastrophique puisqu?elle se traduisit en un gonflement quasi morbide de l??pargne des priv?s. Comment ce pays parviendrait-il d?s lors ? casser cette spirale infernale et, ce, en l?absence de toute pression inflationniste et sans nulle autre croissance que celle insuffl?e par les fonds publics?? En toute logique, la d?flation fut au rendez-vous qui, combin?e ? un d?clin d?mographique majeur, devaient contribuer ? voir s?affaisser la position nagu?re dominante du Japon qui subit une longue agonie ?conomique et qui se fit assez facilement distancer par la Chine.

Aujourd?hui, la conjugaison de facteurs comme la masse colossale de la dette publique japonaise, dans un contexte d?mographique catastrophique, au vu de la situation g?opolitique du pays, et eu ?gard aux d?fauts structurels de son ?conomie, emp?chera le red?marrage au Japon d?une croissance authentique, saine, et qui pourra enfin voler de ses propres ailes sans l?assistance de l?Etat. Des ?tudes ont effectivement r?v?l? que m?me un P.I.B. de 5% (ou de 3% nets en d?duisant une inflation ? 2%) n?autoriserait pas l?instauration d?une croissance qui serait enti?rement redevable au secteur priv?. Les r?formes structurelles sont pourtant d?une urgence vitale dans un Japon qui n?en finit plus de stagner sous le poids des int?r?ts particuliers et du fait d?un syst?me politique faible. En effet, si les deux premi?res ??fl?ches?? du gouvernement Abe furent relativement ais?es ? mettre en place. Si l?augmentation massive des d?penses publiques (fl?che no. 1) et l?intense cr?ation mon?taire ayant pour objectif de promouvoir l?inflation (fl?che no. 2) purent ?tre d?cr?t?es quasiment du jour au lendemain.

On ne voit pas comment Abe sera en mesure d?am?liorer la productivit? japonaise et de stimuler les investissements priv?s si ce n?est en imposant des mesures impopulaires qui ne manqueront pas de d?ranger les ??int?r?ts sp?ciaux??. A cet ?gard, les d?tails de cette ??troisi?me fl?che?? ? cens?e r?former son ?conomie en profondeur ? manquent cruellement de consistance et ne semblent absolument pas de taille ? lutter contre les entreprises mort-vivantes qui jouissent de fonds publics pr?t?s ? des taux d?fiant toute concurrence. Heureuses de vivre sous perfusion depuis des d?cennies au crochet de l?Etat et sans nulle remise en question, ces entreprises op?rent toutefois une concurrence d?loyale vis-?-vis de celles qui tentent de faire des efforts en termes de productivit?. L?activit? an?mique chronique au Japon est donc tout autant due ? des d?ficiences de gouvernance qu?? une incapacit? de l?Etat ? trancher dans le vif, c?est-?-dire ? interrompre la respiration artificielle en faveur d?entreprises qui nuisent ? l??mergence d?authentiques faiseurs de croissance.

Le Japon a donc imp?rativement besoin d?une destruction qui ne pourrait s?av?rer que cr?atrice, et qui consistera ? laisser mourir l?ensemble de ses entreprises (et de ses banques) ? l?agonie, pour enfin permettre l??mergence d?affaires neuves et en pleine sant?. Ses dirigeants doivent donc avoir le courage politique de forcer au d?faut, qui autorisera la liquidation en masse des dettes, et qui se r?v?lera au final nettement plus efficace qu?une longue aust?rit? in?vitablement accompagn?e d?encore et de toujours plus de stagnation ?conomique. En outre, un d?faut de paiement op?rerait une redistribution depuis les riches en faveur des jeunes, tandis que l?aust?rit? induit comme on le sait un mouvement inverse. L?Histoire du Japon ?tant ? cet ?gard riche en enseignements?: l?effondrement de l?ordre actuel, incontestablement en bout de course, y autoriserait une explosion de dynamisme et d?entreprenariat, et pr?siderait ? un nouveau miracle ?conomique. Un peu comme l??mergence de Sony ou de Honda apr?s le cataclysme de la Seconde guerre mondiale, ou comme la Restauration Meiji.

Les japonais ont aujourd?hui toutes les raisons pour opter en faveur d?un d?faut de paiement s?lectif, voire g?n?ralis

A propos de

avatar

Check Also

« Le menteur » : un rôle taillé pour Macron

Ce n’est un secret pour personne, Emmanuel Macron aime le théâtre, un art qu’il a ...