Accueil / A C T U A L I T É / Le grand délire d’Emmanuel Todd

Le grand délire d’Emmanuel Todd

Le 7 mai va sortir aux Éditions du Seuil le nouveau livre d’Emmanuel Todd : « Qui est Charlie ? ». Un ouvrage polémique dans lequel l’historien-démographe brosse un portrait au vitriol des manifestants du 11 janvier…

Emmanuel Todd était lundi matin dans la matinale de France-Inter. Venu répondre aux questions de la rédaction et de quelques auditeurs sur la sociologie des manifestations du 11 janvier, il a pu exprimer tout le mal qu’il pense des fondements idéologiques et culturels qui ont poussé des millions de Français à descendre ce jour-là dans la rue.

En résumé : ces masses de manifestants ont répondu à l’appel de l’exécutif ; elles étaient essentiellement constituées de personnes appartenant aux classes moyennes et supérieures ; elles étaient principalement issues de la population catholique provinciale bon teint – tendance « antidreyfusarde » ! –, soucieuse de préserver ses acquis culturels dans un réflexe conservateur et nationaliste ; elles étaient animées d’une évidente islamophobie, attentatoire à la « religion des faibles », et potentiellement porteuse de dérives antisémites.

Où diable Emmanuel Todd est-il allé chercher tout cela ? On n’ose croire qu’il a écrit ce livre sous un angle volontairement polémique pour doper les ventes en librairie. Faut-il donc voir dans ce ramassis d’âneries la conséquence d’une exposition prolongée aux effets du cannabis ? Ou bien encore le résultat d’une grande fatigue intellectuelle ? On se perd en conjectures…

Ainsi, lorsque Todd affirme que 4 millions de Français sont descendus dans la rue le 11 janvier à l’appel de Hollande et Valls, c’est faux. Indiscutablement faux. Non qu’il n’y ait pas eu, ici et là, des personnes sensibles à cet appel. Mais, dans le contexte de rejet de l’action et de la parole des caciques de l’exécutif, elles ont probablement été très minoritaires. À cet égard, il faut savoir que, dans de nombreuses villes de France, des rassemblements spontanés se sont tenus dès le soir de l’attentat contre Charlie Hebdo. Cela a été le cas jusque dans ma ville de Dinan, à l’initiative de dizaines de lycéens.

Quant à la composition sociologique des manifestations, elle ne correspond manifestement pas aux conclusions extrapolées par Todd à la lecture de cartes de nature différentes, réalisées à des années d’écart et utilisées, à la manière d’un chausse-pied, pour faire entrer des pseudos faits dans une conviction forgée avant même que les premiers manifestants du 11 janvier ne posent les pieds sur le macadam des rues. Ingénument, Todd l’a d’ailleurs implicitement avoué en affirmant sur France-Inter qu’il n’était pas allé dans l’un de ces cortèges, en sachant pertinemment ce qu’il y trouverait. Comprenne qui peut !

En l’occurrence, cette absence confine à la faute professionnelle. Voilà un sociologue qui boude l’un des évènements majeurs de ce début de siècle en France, une occasion d’étude de terrain tout à fait exceptionnelle. N’importe lequel de ses collègues se serait précipité dans la rue pour observer les cortèges, lire les banderoles, écouter les propos des participants, interroger des manifestants pour comprendre leurs motivations profondes.

Or, rien de tel avec Emmanuel Todd : drapé dans ses certitudes, il a snobé les défilés, jeté un regard condescendant sur les participants, et tout fait depuis le 11 janvier pour travestir la réalité du terrain en la regardant à travers le prisme déformant de ses préjugés. Ce n’est évidemment pas sérieux, et nombre de spécialistes des sciences sociales ont, d’ores et déjà, exprimé leur profond désaccord avec la thèse défendue par Todd.

Les défilés du 11 janvier ont regroupé des personnes venues d’horizons très différents, et cela des parents, des amis, des voisins, l’ont constaté en différentes villes de France. Il y avait des croyants – y compris musulmans – et des non-croyants ; des Français de gauche et des Français de droite ; des participants de tous les âges ; des patriotes et des libertaires ; des personnes qui approuvaient les caricatures du prophète et d’autres qui les condamnaient ; des gens venus soutenir la liberté d’expression, d’autres venus exprimer leur solidarité avec les victimes juives de l’Hyper Cacher ; des manifestants qui proclamaient « Je suis Charlie » et d’autres qui affirmaient ne pas l’être.

Mais pour se rendre compte de cela, encore eût-il fallu que Monsieur Todd ôte ses œillères. Dommage car il arrive que cet intellectuel énonce des vérités nettement moins discutables. Par exemple lorsqu’il dénonce dans l’Obs le fait que « notre pays est devenu inégalitaire, ultraconservateur et fermé ». Et cela en pointant d’un doigt accusateur l’exécutif en place : « Hollande aura eu un rôle historique : celui de révéler que la gauche pouvait se concilier avec les structures les plus inégalitaires, prouvant par là même que le système politique français est totalement détraqué. »

Voilà l’Emmanuel Todd que l’on apprécie tant son regard porté sur la vie politique est frappé au coin du bon sens. Pourquoi donc s’est-il fourvoyé en écrivant des inepties sur le 11 janvier ?

A propos de Fergus

avatar
Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Check Also

Agir pour la fin de la déforestation importée !

Depuis des années, la déforestation générée par la production de biens que nous importons contribue ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Excellente mise au point de celui qui n’a rien compris au film. Les français ont montré le contraire de ce qu’il affirme : ce n’est pas un événement islamophob,e, c’est l’expression de l’amour pour les principes républicains et la défense de la démocratie, la chose la plus difficile à faire au monde. Merci Fergus de l’avoir compris depuis longtemps….

    • avatar

      Bonjour, ghostofmomo

      Merci à vous pour ce commentaire.

      Les rassemblements et les défilés du 11 janvier ont en effet été tout à la fois cela et un hommage sincère à toutes les victimes des attentats. L’interprétation qu’en a fait Todd a choqué beaucoup de Français et d’étrangers présents sur le territoire, notamment ceux qui ont participé à ces manifestations et dont le profil sociologique et les motivations ont été odieusement trahis. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les écrits et les propos de Todd sur le sujet aient suscité une réaction très négative de la part d’un grand nombre de sociologues et d’éditorialistes.