Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / COMPLOTS / 9/11 / Le gouvernement des Etats-Unis impliqu? dans les attentats du 11 septembre ?

Le gouvernement des Etats-Unis impliqu? dans les attentats du 11 septembre ?

Source: Alter Info

Le 1er mai 2011, quatre-vingt commandos des forces sp?ciales US ex?cutaient Oussama ben Laden dans sa tani?re au Pakistan. Manifestations de joie ? New-York lorsque Barack Obama a annonc? la mort du terroriste. ? Justice a ?t? faite ? d?clarait le pr?sident sur les antennes. Pourtant, certains responsables de la trag?die du 11 septembre courent toujours.

Des cadres dynamiques virevoltent gaiement sur le chemin du travail. Carpette sous le bras, une famille ?panouie emm?nage dans une banlieue paisible et verdoyante alors qu?un gamin ? bicyclette distribue les journaux avec entrain. Ailleurs, un jeune couple se jure fid?lit? sous le regard myope mais attendri de m?re-grand. Et sous un soleil resplendissant, des citoyens de tous horizons, exalt?s par l?ivresse patriotique, hissent la banni?re ?toil?e, l??tendard de cette nation o? tout peut r?ussir. ??Le Jour se l?ve ? nouveau sur l?Am?rique. ?
Apr?s la tourmente des ann?es 70, son choc p?trolier, sa crise ?conomique, sa r?volution iranienne et son invasion sovi?tique de l?Afghanistan, il fallait bien un slogan mielleux et un spot de campagne tout aussi sirupeux pour que le candidat Reagan rassure les citoyens des Etats-Unis.
Trente ans plus tard, des travailleurs sans-emploi s?agglutinent aux portes des bureaux de ch?mage. Les banlieues chatoyantes ont laiss? place ? des terrains vagues o? s?amonc?lent les expropri?s victimes des subprimes, sorte de bidonvilles o? le bambin ? bicyclette ne s?aventure pas pour distribuer les journaux.
Pourtant, avec l?annonce de la mort d?Oussama ben Laden, il semble que le jour se l?ve ? nouveau sur l?Am?rique. La foule amass?e autour de Ground Zero parait empreinte de cette m?me euphorie b?ate qui animait les clich?s sur pattes du clip reaganien. L?Axe du Bien a triomph? du mal incarn?, l?ennemi public num?ro un est mort et immerg?.
Mais au risque de jouer les trouble-happy-end, il serait peut-?tre bon de souligner que la saga de la guerre contre le terrorisme ne peut se conclure avec la mort du m?chant ? la fin. En effet, pour certains responsables de cette trag?die moderne, justice n?a pas encore ?t? faite. Pire, ils poursuivent tranquillement leur folie meurtri?re du c?t? de la Maison Blanche et du Pentagone.
Les diff?rentes vies de ben Laden
Il ne sera pas ici question de savoir si les attentats du 11 septembre sont une op?ration mont?e de toute pi?ce par la CIA. Certes, la version officielle comporte de nombreuses zones d?ombre qui alimentent le soup?on. Cependant, comme le remarquait Jean Bricmont sur notre site, organiser un tel attentat sous faux pavillon impliquerait un trop grand nombre de personnes ? divers ?chelons des institutions US pour pouvoir garder le secret.
Difficile donc de faire la lumi?re sur les myst?res du 11 septembre tout comme sur ceux qui planent autour de la mort de ben Laden. Selon un journal pakistanais, le c?l?bre terroriste aurait succomb? ? des complications pulmonaires en d?cembre 2001. Six ans plus tard, Benazir Bhutto, alors Premi?re ministre du Pakistan, indiquait dans une interview que le c?l?bre terroriste ?tait mort. Et aujourd?hui, Barack Obama nous annonce son ex?cution mais pas de cadavre donc pas de crime. Il faudrait simplement croire le pr?sident des Etats-Unis sur parole, ce qui demande un certain effort.
Mais finalement, le fait que ben Laden ?tait vivant ou pas n?est pas le plus important. Tout comme le fait de savoir quel r?le a pu jouer l?administration Bush dans les attentats du 11 septembre. Certes, si conspiration il y a eu, il serait utile que la v?rit? ?clate au grand jour. Mais si nous avions eu la preuve irr?futable que les attentats du World Trade Center avaient bien ?t? commis par Al-Qa?da et uniquement par Al-Qa?da, qu?auraient fait les instigateurs du 11 septembre?? Se seraient-ils inclin?s devant les campagnes guerri?res du chevalier Bush?? Auraient-ils applaudi ? l?invasion de l?Afghanistan??
En fait, soit on adh?re aux th?ories du complot et la responsabilit? des autorit?s US est d?une infamie ?vidente. Soit on s?en tient ? la version officielle, celle rapport?e par les dirigeants politiques, matraqu?e par les m?dias de masse et largement r?pandue aupr?s de l?opinion publique. Or, dans ce deuxi?me cas, la responsabilit? du gouvernement des Etats-Unis dans les attentats du 11 septembre prend une autre forme mais reste engag?e. Il suffit de d?mystifier les diatribes sur le soi-disant choc des civilisations, replacer les ?v?nements dans leur contexte historique et analyser les enjeux tant du c?t? des attentats que de la guerre contre le terrorisme.
Il ?tait une fois, le choc des civilisations

Depuis dix ans maintenant, dirigeants politiques, professionnels du storytelling et autres griots m?diatiques nous content l?histoire de ce fanatique religieux parti en guerre contre les valeurs progressistes que repr?sentent les Etats-Unis.
Le soir du 11 septembre 2001 d?j?, le pr?sident Georges W. Bush jetait les bases de l?interpr?tation qui devait pr?valoir : ??Aujourd’hui, nos concitoyens, notre mode de vie, notre libert? m?me ont ?t? attaqu?s dans une s?rie d’actes terroristes meurtriers et d?lib?r?s. (?) L’Am?rique a ?t? vis?e parce que nous sommes la lanterne de la libert? et des opportunit?s dans le monde. Et personne n?emp?chera cette lumi?re de briller. ? Le pr?sident poursuivait sur une note religieuse?: ??Ce soir je vous demande de prier pour toutes les personnes afflig?es, pour les enfants dont le monde est bris? (?). Et je prie pour qu?ils soient soulag?s par une puissance plus grande que nous dont nous parle le psaume 23?: ?Bien que je marche dans la vall?e de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal car tu es avec moi.? ?
Le 20 septembre 2001, Georges W. Bush popularisait le concept du choc des civilisations sur les antennes de la plan?te?: ??Ce n’est cependant pas toutefois le combat de la seule Am?rique. Ce qui est en jeu n’est pas seulement la libert? de l’Am?rique. C’est le combat du monde entier. C’est le combat de la civilisation. C’est le combat de tous ceux qui croient au progr?s et au pluralisme, ? la tol?rance et ? la libert?. ?
Presque dix ans plus tard, le 1er mai 2011, Barack Obama cl?turait l??pop?e dans la m?me veine, commentant l?ex?cution sommaire de ben Laden en ces termes?: ??Rappelons-nous que nous pouvons accomplir ces choses non pas seulement pour des raisons de richesse ou de puissance, mais ? cause de ce que nous sommes?: une seule nation b?nie de Dieu, indivisible et vou?e ? la libert? et ? la justice pour tous. ?
A notre gauche donc, la lanterne des opportunit?s, l?Am?rique libre, le monde civilis? qui r?cite des psaumes pour les enfants bris?s. Et ? notre droite?? Oussama ben Laden, le champion de l?obscurantisme, le barbare fanatique, le Dark Vador de l?islam, qui hait l?Occident parce que l?Occident est l?Occident.
Le probl?me est que cette version des faits qu?on nous a servie ne correspond pas ? la r?alit?. Oussama ben Laden ?tait-il un terroriste coupable d?actes ignobles?? Bien-s?r. A-t-il agi parce que l?American Way of Life lui ?tait insupportable?? Certainement pas.
L?ennemi public num?ro un
Oussama ben Laden est issu d?une des familles les plus fortun?es d?Arabie saoudite. Au d?but des ann?es 80, avec l?appui indirect de la CIA et des services de renseignements saoudiens, il participe au recrutement de moudjahidines pour combattre les troupes sovi?tiques en Afghanistan. L?op?ration est un succ?s?: les Etats-Unis voulaient offrir ? l?URSS son Vi?t-Nam et, apr?s dix ans de combats st?riles et dispendieux, Moscou retire ses soldats du bourbier afghan.
Kalachnikov sous le bras, ben Laden retourne alors en Arabie saoudite o? la tension est palpable. En effet, Saddam Hussein, cribl? de dettes suite ? la guerre contre l?Iran, a envahi le Kowe?t. Le petit ?mirat p?trolier est l?un des plus importants cr?anciers de l?Irak. L?autre grand bailleur de fonds de Saddam, c?est l?Arabie saoudite.
Ben Laden propose alors aux dirigeants saoudiens de lever une arm?e pour combattre les soldats irakiens qui portent la menace aux fronti?res du royaume. Les Saoud refusent mais autorisent l?arm?e US ? stationner en Arabie saoudite dans le cadre de l?op?ration Temp?te du D?sert. En r?alit?, le risque d?une attaque irakienne est tr?s faible. Par contre, en r?cup?rant le Kowe?t (que les colonialistes britanniques lui avaient enlev?), l?Irak deviendrait le premier producteur de p?trole au monde. Ni l?Arabie saoudite, ni les Etats-Unis ne peuvent l?accepter.
La pr?sence de soldats US sur le sol saoudien soul?ve une vague de protestations dans le royaume?: la population appr?cie tr?s peu que des boots infid?les viennent souiller les terres saintes de l?islam. Beaucoup de citoyens ne comprennent pas non plus pourquoi le r?gime est incapable de se d?fendre seul alors qu?il a d?pens? sans compter ses p?trodollars dans l?achat de mat?riel militaire.?De son c?t?, Oussama ben Laden est furieux, d?nonce la corruption du r?gime et les sanctions impos?es ? l?Irak qui causent des milliers de victimes.
Comme le souligne Mohamed Hassan dans Comprendre le monde musulman, un livre d?entretiens ? para?tre en septembre 2011 chez Investig?Action, ben Laden est un homme pieux qui utilise la religion pour mobiliser les masses et confronter la famille royale. Il demande, par exemple, pourquoi le pays n?a pas de Constitution alors que le proph?te Mahomet en?a ?tabli une ? M?dine d?finissant des droits ?gaux pour les musulmans, les chr?tiens et les juifs. En opposition ? cette famille royale totalement d?pendante du soutien des Etats-Unis, le riche ben Laden repr?sente en fait un courant de la bourgeoisie nationale saoudienne qui exige des r?formes politiques et plus d?ind?pendance pour le pays.
Dans les ann?es 90, l?ancien recruteur de moudjahidines engage des actions terroristes contre les dirigeants saoudiens avant de s?en prendre directement ? la puissance qui les supporte?: en 1996, Oussama ben Laden lance un appel ? attaquer les int?r?ts US partout dans le monde.
Il est int?ressant de noter qu?au-del? de l?aspect religieux, les actions men?es par ben Laden comportent une dimension politique. Le terroriste d?nonce les vis?es h?g?moniques des Etats-Unis dans le monde musulman, fustige le soutien de Washington aux r?gimes tyranniques et condamnent les pressions exerc?es pour maintenir le p?trole ? bas prix. Ben Laden trouve ainsi un ?cho favorable aupr?s d?une partie des masses dans certains pays musulmans, qui consid?re le milliardaire terroriste comme une esp?ce de Robin des bois. C?est ce que rel?ve dans plusieurs ouvrages Michael Scheuer, un ancien officier de la CIA charg? du dossier ben Laden durant pr?s d?une dizaine d?ann?es et qui remit son tablier en 2004 pour marquer son d?saccord avec les m?thodes employ?es par l?administration Bush dans la lutte contre le terrorisme.
Scheuer explique que ben Laden n?est pas un terroriste aveugl? par le fanatisme religieux qui attaque les Etats-Unis parce que les valeurs occidentales sont contraires ? celles de l?islam. Le sp?cialiste de la CIA pr?cise au contraire que ben Laden m?ne un djihad d?fensif en r?action ? la politique guerri?re men?e par Washington dans le monde musulman. C?est n?est pas un islamiste radical qui le dit, ni un militant atteint d?anti-am?ricanisme primaire et encore moins un pourfendeur de l?imp?rialisme ??yankee??. Juste quelqu?un qui connait bien son sujet.
On ne peut pas non plus soup?onner Scheuer d??tre tomb? sous l?emprise d?une fascination malsaine pour l?homme qu?il a ?tudi? de nombreuses ann?es?: l?officier de la CIA regrette que le pr?sident Clinton n?ait pas fait liquider ben Laden dans les ann?es 90, lorsque c??tait possible.
Combattre le terrorisme par le terrorisme??
Visiblement, l?analyse de Michael Scheuer n?a pourtant eu que peu d?impact sur les d?cisions de l?administration Bush. Le soir du 11 septembre, le pr?sident des Etats-Unis aurait pourtant pu s?adresser en ces termes ? la nation?: ??Nos hommes ont rapidement identifi? les auteurs des attentats qui ont frapp? notre pays aujourd?hui. Il s?agit d?une organisation islamiste dirig?e par un saoudien du nom d?Oussama ben Laden. Je me suis entretenu avec la personne qui, au sein de nos services de renseignements, suit les agissements de ce dangereux terroriste depuis des ann?es. C?est notre meilleur sp?cialiste sur le sujet, le genre de type qui, chaque matin, en buvant son caf?, fixe intens?ment la photo du criminel pour tenter de comprendre sa mani?re de fonctionner. Eh bien, figurez-vous que ces terroristes sont motiv?s par un profond ressentiment ? l??gard de notre politique de domination au Moyen-Orient. Le temps est venu pour l?Am?rique de b?tir des relations plus respectueuses avec le reste de la plan?te. Nous ne pouvons imposer notre leadership par la force sans nous faire des ennemis. Nous en payons le prix aujourd?hui mais cela va changer. Par ailleurs, nous allons tout mettre en ?uvre pour arr?ter et juger les criminels qui nous ont attaqu?s. Je suis en contact avec les autorit?s d?Afghanistan o? ben Laden est cach?. Le gouvernement afghan attend que nous fournissions les preuves de la culpabilit? de ben Laden pour le livrer ? la justice. Nous allons fournir ces preuves le plus rapidement possible. Dieu b?nisse l?Am?rique. ?
Evidemment, Georges W. Bush n?a jamais prononc? un tel discours. Il a parl? de lanternes et de combat du Bien contre le Mal. En octobre 2001, il engageait les Etats-Unis et les forces de l?OTAN dans une guerre contre l?Afghanistan. Alors que les Talibans s??taient vraiment dits pr?ts ? n?gocier la livraison de ben Laden. Et alors que les raisons qui avaient pouss? Al-Qa?da ? commettre des attentats ?taient justement li?es ? la politique guerri?re men?e par les Etats-Unis dans les pays musulmans. Au lieu d?attaquer le probl?me ? la racine, Georges W. Bush jetait donc de l?huile sur le feu. Comme si cela n??tait pas suffisant, en mars 2003, le pr?sident des Etats-Unis lan?ait une nouvelle attaque contre l?Irak, pr?textant des liens entretenus par Saddam Hussein avec Al-Qa?da.
Quel est le bilan de cette guerre contre le terrorisme?? En Afghanistan, des milliers de civils ont ?t? tu?s, les divisions ethniques ont ?t? exacerb?es et ont plong? le pays dans le chaos, l??conomie et de nombreuses infrastructures ont ?t? d?truites mais le commerce de l?opium a connu un regain d?activit? intense avec l?aide de la CIA (plus de 60% de l?h?ro?ne vendue dans le monde viendrait d?Afghanistan, contre 0% du temps des Talibans). Enfin, Washington a plac? Hamid Karza? ? la t?te du pays. Ce pr?sident n?a aucune base sociale en Afghanistan mais est parvenu ? se faire r??lire dans le silence et la fraude en 2009.
Pour l?Irak, sur base d?une ?tude du journal m?dical ??The Lancet?? , on estime que plus d?un million de vies ont d?j? ?t? arrach?es, sans compter les victimes de la premi?re guerre du Golfe et de l?embargo meurtrier impos? ??ce pays durant une douzaine d?ann?es. A l?instar de l?Afghanistan, l?Irak est plong? dans le chaos. La politique d?occupation des Etats-Unis a raviv? les tensions confessionnelles. En 2010, Dirk Adriaensens du BRussels Tribunal dressait un bilan de l?invasion de l?Irak et apportait ces quelques chiffres?: ??Depuis 1990, d?but du r?gime de sanctions impos? par l?ONU, le taux de mortalit? infantile a augment? de 150% en Irak. (?) En 2007, les statistiques gouvernementales officielles d?nombraient 5 millions d?orphelins en Irak. Plus de 2 millions d?Irakiens sont r?fugi?s hors du pays et pr?s de 3 millions sont r?fugi?s (ou d?plac?s) ? l?int?rieur du pays. 70% des Irakiens n?ont plus acc?s ? l?eau potable. Le nombre de ch?meurs (sans indemnit?s) atteint officiellement les 50%, il est de 70% officieusement. (?) 4 millions d?Irakiens sont sous-aliment?s et ont un urgent besoin d?assistance humanitaire. 80% des Irakiens ne disposent plus d?aucun syst?me sanitaire (?gouts et eaux us?es) ?
L?enjeu de la guerre contre le terrorisme?: remodeler le Moyen-Orient
L?administration Bush baignait-elle donc dans l?inconscience la plus totale lorsqu?elle s?est engag?e dans cette guerre contre le terrorisme?? Pourquoi aggraver le probl?me plut?t que de chercher ? la r?soudre?? Difficile de r?pondre si on s?en tient aux discours id?ologiques des autorit?s US. La v?rit? se trouve au-del? des mots, dans les int?r?ts objectifs qu?avaient les faucons de Washington ? intervenir militairement en Asie centrale et au Moyen-Orient.
Apr?s la chute du bloc sovi?tique en 1991, les Etats-Unis voyaient s?effondrer leur principal concurrent et prenaient le leadership mondial. Maintenir une telle position n?cessite de se renforcer et d?emp?cher les autres concurrents de vous rattraper. C?est pour remplir cet objectif que les n?oconservateurs de l?administration Bush ont d?velopp? le concept du Grand Moyen-Orient?: un remodelage de l?espace s??tendant du Maghreb au Pakistan en passant par la p?ninsule arabique. Officiellement, il s?agit de promouvoir la d?mocratie et d?aider ces pays ? s?ins?rer dans l??conomie mondiale. En r?alit?, ce projet ?tait d?j? ?tudi? bien avant les attentats du 11 septembre. L?objectif?? Mettre au pas les r?gimes r?calcitrants de la r?gion pour contr?ler ce vaste espace strat?gique et riche en mati?res premi?res, notamment en p?trole et en gaz. En effet, ? travers le contr?le des ressources ?nerg?tiques, c?est le d?veloppement de ses concurrents ?conomiques que Washington peut contr?ler?: Chine, Inde, Br?sil, etc.
D?ailleurs, si les Etats-Unis n?avaient pas rencontr? une telle r?sistance tant en Irak qu?en Afghanistan, l?Iran aurait probablement ?t? la prochaine cible. Il est int?ressant de noter sur ce point que les campagnes militaires ont ?t? un v?ritable fiasco pour les n?oconservateurs. Le remodelage du Grand Moyen-Orient se r?v?le ?tre un gribouillage g?opolitique dont les Etats-Unis n?ont pu tirer de v?ritable b?n?fices. Au contraire, la guerre contre le terrorisme a ruin? l??conomie US, ce qui constitue une victoire pour Al-Qa?da. En effet, Michael Scheuer souligne dans Imperial Hubris que l?organisation terroriste avait d?cid? d?attaquer son ennemi ? son centre de gravit??: l??conomie.
Le gouvernement des Etats-Unis se soucient-ils de la s?curit? de ses citoyens??
La guerre contre le terrorisme n??tait donc qu?un pr?texte pour rencontrer des objectifs strat?giques et ?conomiques. Evidemment, il faut pr?senter ? l?opinion publique un raison valable pour partir en guerre et envoyer des tas de jeunes au casse-pipe. Les attentats d?Al-Qa?da ont offert le mobile r?v?. Peu importe si l?invasion de l?Afghanistan n??tait pas n?cessaire pour capturer ben Laden. Peu importe si Saddam Hussein n?entretenait aucune relation avec Al-Qa?da. Les esprits ?taient chauff?s ? blanc et pr?ts ? s?engager dans la croisade du Bien contre le Mal.
Pourtant, les citoyens qui ont pouss? des cris de joie lorsque Barack Obama a annonc? la mort de ben Laden, devraient se poser quelques questions aujourd?hui. Si le chef d?Al-Qa?da est bien mort, le gouvernement des Etats-Unis n?a pas montr? le moindre signe de remise en question de cette politique d?vastatrice qui avait servi de terreau ? l?islamisme radical?: coups d?Etat, agressions militaires, violations du droit international, utilisation de bombes au phosphore blanc ou ? l?uranium appauvri, financement d?organisations terroristes et de r?gimes dictatoriaux, pillage des richesses??Les dirigeants US ont poursuivi leurs crimes en toute impunit?.
On ne pourrait justifier d?aucune mani?re les actes terroristes de ben Laden. En revanche, on peut tenter d?en comprendre les fondements pour ?viter que des trag?dies semblables aux attentats du 11 septembre ne se reproduisent. Cette d?marche nous renvoie in?vitablement ? la politique ?trang?re men?e par les Etats-Unis. Or, non seulement les dirigeants US n?ont pas tent? d?enrayer le ph?nom?ne, mais ils l?ont gracieusement aliment? en d?clenchant de nouvelles guerres.
Les citoyens des Etats-Unis doivent comprendre que leur gouvernement se soucie tr?s peu de leur s?curit?. Les terroristes de la Maison Blanche r?pondent ? des int?r?ts ?conomiques qui sont contraires ? ceux du peuple.
Le chef d?Al-Qa?da est mort mais peut-?tre que le prochain ben Laden sera l?un des ces 5 millions d?orphelins qui errent en Irak, ou bien un Afghan qui aura vu ses parents tu?s par les drones de l?arm?e US. Il pourrait venir d?Indon?sie o? la r?pression du dictateur Suharto, soutenu par les Etats-Unis, a provoqu? 1,2 millions de morts. Il sera peut-?tre somalien ou chilien. Les Etats-Unis maintiennent le pays du premier dans le chaos depuis dix ans. Et ils ont renvers? le pr?sident d?mocratiquement ?lu du second en 1973 pour installer la dictature sanglante du g?n?ral Pinochet.

Bref, des ben Laden pourraient voir le jour aux quatre coins de la plan?te, partout o? les Etats-Unis ont sem? la d?solation. Les int?r?ts des multinationales ne sont pas favorables ? la paix dans le monde ni ? la s?curit? des citoyens, qu?ils soient de New-York, Bagdad ou Santiago. Pour ces terroristes aussi, il est n?cessaire que justice soit rendue. Celle des tribunaux et non celle des ex?cutions sans proc?s.

http://www.michelcollon.info/Le-gouvernement-des-Etats-Unis.html http://www.michelcollon.info/Le-gouvernement-des-Etats-Unis.html

A propos de

avatar

Check Also

7 pistes de réflexion sur la peine de mort, abolie il y a 40 ans en France

« Notre responsabilité de protéger et de défendre la vie humaine à chaque étape de son ...

One comment

  1. avatar

    Bon! J’ai lu jusqu’à:

    « en mars 2003, le président des Etats-Unis lançait une nouvelle attaque contre l’Irak, prétextant des liens entretenus par Saddam Hussein avec Al-Qaïda. »

    Et comme cela est inexact, le reste doit l’être tout autant; donc, j’ai arrêté de lire cet article.

    André Lefebvre