Accueil / T Y P E S / Articles / Le devoir d??tre Sourd Qu?b?cois
Je vous fais le plaisir de pr?senter la version originale du texte que j’ai ?crit et pr?par? ? l’intention de la lecture publique au Moulin ? paroles du 23 juin 2010 au parc Molson, ? Montr?al dans le cadre des festivit?s de la F?te nationale du Qu?bec. Je vous laisse lire et envisager l’avenir [...]

Politicoblogue - Parce que la politique est partout...
Le devoir d??tre Sourd Qu?b?cois

Le devoir d??tre Sourd Qu?b?cois

F?te Nationale

Je vous fais le plaisir de pr?senter la version originale du texte que j’ai ?crit et pr?par? ? l’intention de la lecture publique au Moulin ? paroles du 23 juin 2010 au parc Molson, ? Montr?al dans le cadre des festivit?s de la F?te nationale du Qu?bec. Je vous laisse lire et envisager l’avenir des Sourds Qu?b?cois avec r?solution et confiance.

Bonsoir,

Il y a un an, je faisais le r?ve que les Sourds soient de la F?te nationale du Qu?bec. Nous vous remercions de nous accueillir. Ce droit de signer, nous allons le prendre.

Tout comme nous aspirons ? signer, nous revendiquons le droit ? une Option Sourde. Le Moulin ? Paroles nous permet de nous retrouver ensemble.

Il n?est pas dit que la lutte pour la survie de la communaut? sourde soit gagn?e d?avance. L?histoire du Qu?bec nous l?enseigne.

Mondialement, nous existons. Nous partageons plus d?une centaine de langues sign?es.

Nous avons surv?cu certaines p?riodes noires face ? un monde qui tentait de nous imposer la parole unilat?ralement, sans consultation.

Nous nous souvenons du 11 septembre Sourd, le congr?s de Milan. Du 6 au 12 septembre 1880, des intervenants du monde de l??ducation se sont regroup?s pour se prononcer sur l?avenir des enfants sourds.

Nous vous rappelons que des professeurs sourds enseignaient d?j? ? cette ?poque.

Au congr?s de Milan, les participants, qui ont voulu mettre les intervenants sourds de c?t?, ont proclam? l?enseignement de la parole orale de fa?on exclusive.

Comme vous voyez, nous sommes plus ? l?aise en signant. L?important est d?apprendre dans les langues que nous ma?trisons, de tenir compte des capacit?s r?elles des enfants sourds et du mode de communication qui convienne ? chacun. C?est ce principe de l?Option Sourde que nous d?fendons.

Depuis les ann?es 1970, les signes sont de plus en plus reconnus comme constituant des langues ? part enti?re.

Par la suite, au Qu?bec, nous avons eu acc?s ? l??ducation postsecondaire et nous avons plus de possibilit?s qu?autrefois.

Nous voulons r?ussir nos ?tudes, aspirer ? une vie meilleure et exercer des emplois ? la hauteur de nos ambitions.

Nous voulons des professeurs et des directeurs sourds dans nos ?coles, des politiciens et des dirigeants d?entreprise sourds, des artistes et des ?crivains de la condition sourde, et des Sourds dans tous les domaines o? nous pouvons faire preuve de notre savoir-faire.

Nous sommes fiers des n?tres et r?clamons le droit ? notre diff?rence.

?tre Sourd, c?est appartenir ? une communaut?, la communaut? sourde qu?b?coise. Tout comme la communaut? qu?b?coise, nous partageons des moments historiques particuliers.

En 1760, la premi?re ?cole sourde ?tait ouverte en France. Aujourd?hui, 250 ans plus tard apr?s la Conqu?te, nous sommes toujours ? r?clamer notre appartenance collective.

Unissons les luttes sourdes et qu?b?coises de mani?re ? conqu?rir notre libert? citoyenne dans la concorde de nos forces mutuelles.

Au Qu?bec, ?a prend un premier d?put? et locuteur sourd, voire plusieurs. Nous voulons ?tre repr?sent?s fid?lement par les n?tres et conqu?rir nos aspirations d?mocratiques.

Nous avons bien s?r la mairesse de Longueuil, Caroline Saint-Hilaire, qui est sourde d?une oreille et qui conna?t un peu la LSQ. Continuons le travail en ce sens et encourageons nos bons coups collectifs.

Au Canada anglais, en Ontario, les Sourds ont d?j? eu un premier d?put?, Gary Malkowski. ? la fin des ann?es 1980, il a d?fendu le principe de l?enseignement de l?American Sign Language et de la Langue des signes qu?b?coise.

Au Qu?bec, nous avons deux langues ? sauvegarder, le fran?ais et la LSQ.

Depuis longtemps, nous revendiquons le droit de signer. Nous militons pour une ?ducation de qualit?. C?est pourquoi nous visons collectivement la reconnaissance de la Langue des signes Qu?b?coise.

Nous devons saisir cette occasion de faire l?histoire du Qu?bec et franchir un nouveau cap dans l??tablissement de nos droits collectifs.

D?non?ons l?affaiblissement g?n?ralis? de la loi 101 par la Cour Supr?me du Canada.

Signifions notre d?saccord global du principe du projet de loi 103 du gouvernement Charest qui ach?terait un droit ? l??ducation subventionn?e en anglais et qui minerait la n?cessit? de pr?server le bassin linguistique d?expression francophone.

Opposons-nous ?nergiquement et sans ?quivoque ? cette d?rive inacceptable de nos droits linguistiques.

Les langues sign?es font ?galement face au ph?nom?ne de la fracture sociale.

Nous vivons avec la r?alit? des implants cochl?aires depuis le milieu des ann?es 1980.

Mondialement, nous faisons face ? un p?ril. La survie de la communaut? sourde risque d??tre compromise s?il n?y a pas un r?veil collectif.

Un jour, Raymond Dewar a dit des choses capitales quant aux pistes d?avenir de nos luttes citoyennes sourdes et qu?b?coises.

Quoi qu?on dise et quoi qu?on fasse, le Sourd Qu?b?cois prend part ? une certaine d?marche. Il ne se contentera pas du r?le de spectateur. Il est l?acteur de son avenir collectif.

Sans dire que nous faisons face aux forces de l?argent, du pouvoir m?dical et des implants ethniques, il nous faudra rectifier certaines id?es re?ues et poursuivre le travail de sensibilisation, quitte ? brasser la cage de nos tabous collectifs.

La devenue surdit? de Michel Chartrand nous permet de constater l?absence m?diatique des acteurs de notre condition Sourde Qu?b?coise. Nous n?avons d?autre choix que de le dire. Le dernier Moulin ? paroles nous permet d?en tenir acte.

Nous avons perdu certaines batailles, nous n?avons certainement pas perdu de vue la pertinence et la n?cessit? de poursuivre le combat.

Je profite de l?occasion pour dire aux Sourds implant?s et ? tous ceux-celles qui sont int?ress?s ? apprendre des bases en langue de signes qu?ils sont les bienvenus au sein de la communaut? sourde.

En outre, je tends la main aux Sourds, aux communaut?s culturelles et ? tous les Qu?b?cois d?sireux de prendre part ? la cause de l?ind?pendance nationale du Qu?bec et ? l??mergence du pays.

Renforcer la Langue des signes qu?b?coise, c?est renforcer la cause du Qu?bec fran?ais.

Le bilinguisme sourd qui nous permet d?apprendre une premi?re langue sign?e favorise ensuite l?apprentissage du fran?ais ?crit, qui est notre langue seconde. ?tablissons ce droit et permettons aux Sourds Qu?b?cois de s?enraciner au sein de la soci?t?.

D?montrons notre solidarit? collectivement.

Nous avons pris conscience aujourd?hui de nos diff?rences en tant que Sourds et entendants d?un m?me peuple, le peuple qu?b?cois!

Je vous invite ? signer comme moi. Signes Droit. Signes Droit. Signes Droit. Voici comment nous applaudissons dans la communaut? sourde. Applaudissements. C?est maintenant que nous nous disons ? la prochaine.

AFFIRMER NOTRE LANGUE, C?EST AFFIRMER NOTRE CULTURE!

Politicoblogue – Parce que la politique est partout…

Le devoir d??tre Sourd Qu?b?cois

Share/Bookmark

Articles reli?s

A propos de

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (24)

Et puis parfois c’est la surprise, en fouillant le fond des centaines de vidéos disponibles sur You Tube (à cette ...

One comment

  1. avatar

    «Nous vivons avec la réalité des implants cochléaires depuis le milieu des années 1980.
    Mondialement, nous faisons face à un péril. La survie de la communauté sourde risque d’être compromise s’il n’y a pas un réveil collectif.

    Sans dire que nous faisons face aux forces de l’argent, du pouvoir médical et des implants ethniques,…
    »
    Corrigez moi si je me trompe mais vous semblez considérer la technologie des implants comme négative. Je ne connais rien à ce domaine mais est-ce parce qu’elle ne fonctionne pas ou bien est-ce comme le laisse penser votre texte: qu’elle menace la communauté des sourds ?

    Si c’est le cas, quelles sont les valeurs en jeux ?
    Est-ce que vous considérez vraiment ceux qui choisissent d’utiliser un implant sont des «traitres» à la communauté sourde ? (ie: le devoir d’être «Sourd Québécois).
    Si oui, qu’en est-il de leur choix personnel ?