Accueil / T H E M E S / ETHIQUE & RELIGIONS / chrétienté / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (8)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (8)

Les chrétiens nationalistes et prophétiques, bien que nettement moins nombreux que les évangélistes (largement acquis (1)), constituent un réservoir de voix non négligeable, que Trump est donc allé ouvertement draguer en leur ouvrant par exemple un soir une des grandes salles de son principal hôtel de Washington pour la transformer en église temporaire comme on l’a vu à l’épisode précédent. Parmi eux, une bonne paire de frappadingues complets ayant prophétisé son retour le 6 janvier ou jouant les négationnistes de la mortalité due au Covid19, dont le sommet du genre s’appelle Dutch Sheets ou encore des escrocs  notoires, ayant bâti toute leur vie sur le mensonge. Et politiquement en misant sur un vieux cheval qui ratera le coche des urnes, en se révélant surtout avoir été soutenu par un négationniste. L’ombre du nazisme plane derrière pas mal d’émeutiers, en effet, ce dont on va reparler ici en fin de série avec d’autres cas ahurissants.

Une bande d’illuminés avant tout

Ce n’est pas ce qui manque, à vrai dire, les pasteurs prophétiques avec ces phénomènes déjà décrits : ils sont plusieurs à se partager le juteux business ! Il y a le texan Chuck Pierce de Global Spheres, Inc., et sa tête de Père Noel abandonné par ses rennes (à gauche à la fameuse soirée du Trump Hotel), Cindy Jacobs de  Generals International, et sa coiffure de salon des années 50,  ou le télévangéliste allumé Ken Copeland (ici complètement hallucinant et grotesque !!!). Il s’était déjà illustré auparant en clamant avoir « détruit » le coronavirus en soufflant dessus – il semble doté en effet de super-pouvoirs divins!) mais aussi James Goll, Jeremiah Johnson de Caroline du Sud (celui-là à  eu depuis l’honnêteté d’arrêter de prophétiser la victoire de Trump !), mais aussi Kat Kerr (ici à droite, la reine du bon goût artistique comme on peut voir ici à droite !), Johnny Enlow, le péruvien d’origine (voir plus loin), ou Jeff Jansen des Global Fire Ministries dans le Tennessee (ou notre fameux Greg Locke !).

Jansen ici à gauche sur scène) a depuis tout abandonné… y compris sa propre femme (et ses enfants, cf ici à droite !!). Il avait continué un temps à prédire toujours le retour du Dieu Donald, ce qui a fini par taper sur le système des membres de l’administration  de son église qui l’ont débarqué trois mois après en avril !!! Il avait raconté en mars 2021 en streaming que les militaires allaient prendre le pouvoir et réinstaller Trump, un avis rediffusé en célibataire – ici à gauche- avec un arrière plan kitchissime; un hâtre factice en vidéo tournant sur le grand écran de son salon (et une lampe à lave des années 70 !) : un moment culte révélant sa profondeur d’esprit !!! Sa dernière intervention sonnant comme du QAnon : « Les médias grand public font partie du marais que Trump essaie de drainer. Ils sont de mèche avec le mauvais côté obscur. Ayez simplement confiance que Dieu est à l’œuvre… » 

On peut y ajouter également cette tripotée d’énergumènes Steve Schultz d’Albany et Lance Wallnau que l’on va se réserver pour un peu plus tard, vu que celui-là ne communiquait pas seulement qu’avec Dieu, mais aussi avec un français, le 6 janvier au matin  (je vous laisse deviner lequel !!!). Tous ont un point commun : ils ont tous prophétisé le retour… de Trump, et non pas du Christ ! Et se sont donc tous aussi plantés, la prophétie n’étant pas une science et encore moins une science exacte ! Ici à droite ce sont Cindy Jacobs, Dutch Sheets, et Lames Goll lors de leur réception à la Maison Blanche le 7 novembre 2019. Donald préparant déjà le terrain il semble bien !

Question Covid-19, vous pensez bien, selon eux, ce n’est pas à la science d’en venir bout pour eux. Comme a pu le dire d’ailleurs Doug Mastriano en personne : « c’est très clair. Jean dans l’épitre 8/36  dit : « Si le Christ vous a libérés, vous êtes vraiment libres », alors pourquoi ne marchons-nous pas comme des personnes libres ? Pourquoi marchons-nous comme une bande de lâches ici, entrant dans le magasin, vous savez, entrant dans l’épicerie, tous effondrés de peur de se faire éventuellement crier dessus, vous savez, en attendant que la chaussure tombe. Marchez dans la victoire ! Et si quelqu’un dit « Mettez votre masque », vous dites : « Je suis exempté » et vous êtes exempté »…. encore un irresponsable et un assassin en puissance, qui cite les Evangiles pour régler une crise humanitaire mondiale !! On ne possède aucune photo de lui portant un masque (résultat, il a chopé le Covid le 29 novembre  2020, et pas vacciné pour autant; il est donc allé joyeusement contaminer Washington le 6 janvier !)  !!! Ce gars-là est doublement dangereux !

Les monstres du marais selon Cindy

Cindy Jacobs, confondatrice de Generals International, est un autre beau cas d’espèce (ici avec son copain prophète et escroc Jim Bakker).. Un moqueur nous a rappelé ces derniers exploits… argentins : « si le son de son nom vous dit quelque chose, vous vous souvenez probablement de Jacobs comme de la femme qui a imputé la mort d’un grand nombre de merles à l’abrogation de Don’t Ask Don’t Tell  (???) il y a quelques années. Apparemment, elle gère les moqueries publiques comme une championne, car elle en redemande. « L’une des façons inhabituelles dont Dieu m’utilise parfois pour guérir est de transformer le métal en os. J’ai appelé ceux qui avaient perdu leur mobilité à cause d’épingles, de tiges ou de fils métalliques dans leur corps. Les guérisons étaient spectaculaires. Les épaules autrefois gelées ont été guéries et d’autres ont à nouveau pu se pencher, bouger les pieds ou courir » a-t-elle affirmé avec un sourire fabriqué à l’écarteur chirurgical, sans doute (à la soirée chez Trump elle affichait un drôle de tailleur au look militaire, ici à droite). Et oui, c’est ça aussi les « nouveaux religieux » !!! Des rebouteux à l’ancienne ??? Franchement à l’écouter chez Bakker, ressuscité de sa prison pour escroquerie pour recommencer à escroquer avec son eau miraculeuse (le flacon  bleu à droite de l’image ici), venir prophétiser que Trump était là pour « nettoyer le marais », des « créatures » qui y stagnent (façon film des années 50 comme ci-dessous ou en ouverture de chapitre ici !!!), il n’y a AUCUNE différence chez elle avec la théorie de QAnon !!! La même idée étant promue par… Lance Wallnau, chez le même individu et sur le même plateau TV (ici à droite) !!

Ce bon Kersterson et la reine de l’hoax magnétique frappadingue

De là, l’anti-vaccin « religieux » aux relents QAnonistes a donc très vite pris le relais, comme l’a très bien noté ici Religions News Services avec une manifestation tenue cet été (2020, la version 2021 a été annulée)  à Louisville : « c’était un appel aux armes répété tout au long du Bards Fest, une extravagance largement chrétienne qui s’est tenue du 26 au 29 août au POWERplex, un cinéma drive-in et un espace événementiel à St. Louis. Organisé par le podcasteur et dévot vocal de QAnon, Scott Kesterson, il a été présenté comme « un réveil de la gloire de Dieu en tant que fondement de notre grande nation » et le « plus grand réveil spirituel de l’histoire de l’humanité ». Les images de l’événement suggèrent qu’il n’a pas attiré plus de participants que de nombreuses méga-églises ont donné un dimanche . Mais la diffusion en direct sur des plateformes numériques alternatives a probablement élargi sa portée, faisant du Bards Fest une large plateforme pour une variante particulière et émergente du nationalisme chrétien propagée par des pasteurs et des influenceurs anti-vaccins : une qui mélange les affirmations selon lesquelles les États-Unis ont été fondés en tant que nation chrétienne. avec des théories du complot dérivées du mouvement QAnon et une conviction que les efforts du gouvernement pour freiner le COVID-19 sont oppressifs – et une opportunité de faire avancer une cause religieuse…« . Sur scène on avait vu ce jour-là une dame bien particulière, venue raconter une histoire invraisemblable qui depuis a eu un énorme succés sur le net ; celle du « magnétisme » apporté soi-disant par les injections anti-covid, encore une grossière ineptie et une croyance absurde facilement débusquée et démontrée (par le sébum de la peau : c’est le gras qui fait coller !). La dame, devenue une vedette ayant capitalisé sur son succès médiatique (elle en a fait un business lui rapportant aujourd’hui 4 milions de dollars grâce à son « camp d’entraînement » ou ses conférences, telle la « Croisade pour la liberté », dont l’entrée a été facturée 57 dollars.) c’est Sherri Tenpenny, qui possède une autre particularité étonnante : on la retrouve aussi souvent citée au sein du 1st Amendment Praetorian de Lewis !!  C’est Vice qui a évoqué ce lien ici en juin dernier : « Les prétoriens travaillent également avec un véritable who’s-who de théoriciens du complot, dont le célèbre anti-vaxxer Sheri Tenpenny, qui a fait les gros titres la semaine dernière lorsqu’elle a affirmé que les vaccins COVID-19 rendaient les gens magnétiques. Et maintenant, Lewis utilise ce réseau pour lancer une formation de survie pour les « patriotes » à travers le pays, pour les préparer à l’arrivée de la révolution (…) Lewis a déclaré qu’en plus de travailler avec des shérifs à travers le pays sur ce projet, il se coordonne avec Scott Kesterson, un éminent promoteur et podcasteur de QAnon qui a volé 12 000 $ à une campagne caritative contre le cancer pour son ami mourant (nota : la femme de ce dernier exactement). Tenpenny et Lee Merritt, une ostéopathe membre du groupe complotiste America’s Frontline Doctors, font également partie de ce réseau, qui, selon Lewis, enseigneait aux gens des compétences telles que la formation médicale de base et l’agriculture. La «révolution» infusée du complot de Lewis est reprise par des groupes conservateurs à travers le pays, y compris QAnon et le Parti républicain, qui utilisent le mensonge selon lequel les élections de novembre dernier étaient frauduleuses pour rallier les gens à l’action ». Le clip vidéo évoquant l’événement évoque une … croisade religieuse (moyen-âgeuse), pas moins.

Tempennny, est une médecin en fait perclue de dettes envers le Fisc : « Mme Tenpenny, a passé des années à se battre en justice contre le fisc américain (IRS). Une des dettes dépasse un million et demi de dollars, mais les documents du fisc les plus récents affichent des estimations à payer de plus de 500 000 dollars. Selon des données publiques, le Tenpenny Integrative Medical Center, sa clinique, génère un chiffre d’affaires estimé à 4,04 millions de dollars par an ».

Johnny Be Bad : Dieu ne nous dit pas tout ! 

Biden en place, Trump renvoyé à ses absences d’études, il y en a qui ont dû sérieusement ramer après son éviction, chez les prophètes ayant parié sur son retour.. L’un d’entre eux, dans le genre s’est surpassé, c’est Johnny Enlow, d’Elijah List avec sa femme Elisabeth, celui qui avait comparé Trump au roi David (ou qui l’avait rêvé portant un sceptre après avoir vu une image de lui avec… une batte de baseball, celle à droite ci-dessous!). Celui-là a formulé une réthorique fort imaginative pour se disculper lui-même et de son erreur de pronostic. L’homme a souvent évoqué dans ses prophéties le mot  » The Storm » celui des QAnonistes et tenu des propos assez abscons, ou prophétisé des choses attendues comme un tremblement de terre en Antarctique, en fait près du Chili, pays  où il s’en produit régulièrement : une prophétie sans trop de risques pour lui ! Lisez-Bien, c’est à la fois désolant, hilarant et fort tordu surtout (on dirait un sketch du bistrot d’Anne Roumanoff) : « ainsi, le calendrier est déterminé par Dieu. Vous savez, il y a un aspect de, les gens demandent pourquoi nous ne savons pas. Le prophète ne comprend pas ces choses parce qu’il y a beaucoup de choses que le Seigneur ne révèle pas. Ce n’est pas seulement parce que ce sont de mauvais prophètes – vous ne dites pas des choses que vous ne voyez pas. Et une fois – plus vous comprenez ce qui se passe, cela gâcherait littéralement la stratégie de la façon dont le Seigneur le fait, vous savez ? » dit Enlow (ouh là mais où donc veut-il en venir avec ce Dieu qui ne dit pas tout… exprès ? Ou quoi donc à propos de ces prophètes mal embouchés qui ne savent pas traduire correctement le coup de téléphone divin). « S’il utilise certains individus dans le monde et certains dirigeants et certaines armées pour faire des choses et que nous en racontons tous les secrets et les horaires, vous savez, nous avons entendu dire que de l’autre côté, même des sorciers et des sorciers sont en train de se mettre en marche  – nous dirons des états profonds – et s’ils ne le font pas, n’entendant rien, on leur dit donc d’écouter les prophètes sur les canaux prophétiques, pour entendre ce qui se passe », a-t-il ajouté . « Donc, le Seigneur ne leur donnera rien qui les aide à savoir quoi faire, comment se battre, comment rester plus longtemps. » En résumé. Si Dieu annonce à l’avance ce qu’il souhaite, il va se faire spolier ou pirater, alors le sachant, il ne peut qu’annoncer le contraire de ce qu’il souhaite, ou se taire !! Et hop, c’est pour ça donc qu’il fallait annoncer le retour de Trump… mais qui ne s’est donc pas fait ! Voilà qui est particulièrement tiré par les cheveux !!! Ici, il nous raconte que le Christ s’est « stratégiquement endormi », par exemple, dans la même lignée…

Les 7 piliers de la démesure et de la folie religieuse

Johnny Enlow, se rattache en fait au mouvement du Seven Mountains Dominionism, (alias les 7M, qui n’ont rien à voir avec les  7 mercenaires, même japonisés façon Kurosowa) une réunion de « nouveaux apôtres » nationalistes . Ça a démarré tôt en 1975 avec une « illumination » chez l’obscure Loren Cunningham, du Campus  Crusade for Christ fondée par Bill Bright, (et fondateur de l’organisation missionnaire Jeunesse en Mission (JEM)) allié lui-même au pasteur évangéliste Francis Schaeffer (mort en 1984). Rejoints en 2000 par Lance Wallnau, qui dans son livre » Invading Babylon: The 7 Mountain Mandate  » co-écrit avec le pasteur Bill Johnson de la megachurch calfifornienne de Bethel re- précise l’idée, celle d’un monde actuel manipulé par des forces obscures(et sataniques bien sûr) faisant en fait des croyants en cette théorie des paranoïaques invétérés voyant des démons partout, via des images et des expressions anciennes…  très proches des visions QAnonistes !! !!! Et un point final en vue à l’existence terrestre : ce sont aussi des prophètes apocalyptiques, annonçant la fin prochaine du monde, placés au sommet d’un fonctionnement pyramidal copié sur un schéma de Ponzi (l’argent remontant aussi chez eux que vers le haut) ! « Evoquer la présence de forces maléfiques tout autour de nous sert également à quelque chose dans cette culture de signes, de merveilles et de métaphores épaisses. Si des esprits démoniaques descendent sur la société comme du brouillard, le sommet de la montagne est la seule chose qui s’élève au-dessus d’eux. Bien sûr, ceux qui se trouvent au sommet des sommets, comme Wallnau et White, sont capables de regarder de haut notre enveloppement dans le brouillard démoniaque et d’appeler nos esprits, nos corps, nos esprits et nos portefeuilles à agir. Ce qui est amusant, c’est que l’autorité de Dieu semble beaucoup plus terrestre que le langage fleuri de la prophétie pourrait nous le faire croire. Derrière la terreur marine imminente, les publications positives sur Instagram et le langage de la Silicon Valley, le mouvement reste une version du 21e siècle du dominionisme chrétien pur et dur, c’est-à-dire la croyance que Dieu a appelé les chrétiens conservateurs à exercer leur autorité sur nous tous en prenant le contrôle de la culture et les institutions politiques. Ils fusionnent les mondes biblique et séculier par le biais du président Trump, leur « roi Cyrus » païen, le chef persan de la Bible qui a conquis Babylone et permis aux Juifs de retourner en Israël. La décision de leur roi des temps modernes de déplacer l’ambassade des États-Unis à Jérusalem et l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani qui accélèreraient l’Amérique dans les derniers jours prophétisés sur terre, où, comme le dit Wallnau, « il n’y a pas de territoire neutre ». Et derrière ce fatras il y a bien l’idée au bout d’une prise de pouvoir politique, par « un combat », une prise de pouvoir que Wallnau décrit comme étant« l‘autorité d’administrer sur terre et de vaincre toute opposition démoniaque » ! Et au final cela donne en effet ce genre de slogan dangereux :

L’entrepreneur de Dieu : un escroc notoire !

L’argent, moteur de cette oppostion au pouvoir et cet engagement religieux de pacotille ?  On est fort tenté d’y souscrire, avec ce qui va suivre et qui allie les deux. De pasteur à podcasteur il y a peu de différences, finalement…. C’est l’organisateur du Festival décrit ici auquel on va s’intéresser maintenant, après la vedette antivax : ce bon samaritain qui a tout compris celui-là, y compris à comment décrocher le paradis… pour lui. Notre prêcheur pro-Flynn est plutôt itinérant, disons :  en 2016 la presse l’avait présenté comme un entrepreneur venu de loin dans l’Oregon, pour venir s’installer près de Phildalphie, à Portland,  dans ce qu’on appelle une Historically Underutilized Business (HUB) Zone , à savoir des bâtiments industriels abandonnés à faire revivre. Sa société s’appelant Spatial Terra. Personne n’avait cru vraiment à son projet (sauf lui). Avant cela, son parcours avait été mouvementé raconte-t-on : « après s’être installé  en Floride, venant de l’Oregon, où il a travaillé pour McDonald’s et Costco, et au Minnesota, où il a été directeur national du marketing chez Central Boiler, qui fabrique et distribue des fours à bois extérieurs, il est retourné dans l’Oregon en 1999 pour restructurer l’entreprise familiale de rénovation afin de se concentrer sur la construction spécialisée d’espaces de vie extérieurs. » Au milieu des années 2000, il s’est lancé dans le cinéma, remportant un prix localement dont il se vantait beaucouyp « pour son travail documentaire en Afghanistan, où il est revenu plus tard (brièvement, en réalité à peine quelques jours) pour un travail de consultant (et s’est vite attribué une médaille qu’il n’a jamais eue !). En Afghanistan, particularité chez lui, il bossait pour les canadiens de la Task Force Orion comme « embedded journalist » et non comme militaire, au sein exactement de la prestigieuse Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, appelés les “Patricia’s” (ici il se plaint des médias à ce propos chez Sheila Gunn Reid, une activiste d’extrême droite canadienne). Pour ce qui est de la dite Sheila, il faudra qu’elle nous explique pourqoi  la Lituanie en a fait son idole de rediffusion, ou qu’elle nous raconte ce qu’elle pense de son vrai patron, ici au centre de l’image : Gavin McInnes,, le créateur des … Proud Boys !

De retour en Oregon, notre homme a lancé Spatial Terra en (2012). « Spatial Terra (www.spatialterra.com) compte deux employés en plus de Kesterson – travaillant dans le Maryland et le North Jersey – et s’attend à dépasser 1 million de dollars de chiffre d’affaires cette année. L’entreprise est rentable depuis sa première année. Parce que Spatial Terra est autofinancé sans dette, Kesterson ne vise pas une croissance sauvage et à acquérir, mais plutôt une croissance « prudente », pouvant atteindre 10 employés locaux dans les 18 prochains mois et 10 millions de dollars de revenus en cinq ans. » L’idée est d’être une entreprise patrimoniale », a-t-il déclaré. « Dans un avenir prévisible, Philadelphie sera sa plaque tournante et sa maison. » Résultat, il s’est de nouveau planté et il vante aujourd’hui au fond de l’Oregon, à Roseburg, où il est donc à nouveau revenu, les mérites d’une société de radio appellée BardsFM, dont le slogan est Restoring the Republic, et où il propose aussi toutes les deux minutes une marque de café, la sienne, et les oreillers MyPillow (ah tiens le revoilà celui-là !), ou de la Pure 47 Spherical Nano Silver Supplement, la même escroquerie – de l’eau- vendue par Alex Jones (à 70 dollars le mini-flacon, chez lui). Il a donc aussi depuis changé de statut, puisqu’il est devenu…homme de radio !  Un drôle d’animateur, qui le 19 novembre  parlait de la pandémie comme moyen d’enrichir certains, parlant de « Monkey Pox« , de « fear addiction« ,  de Johnson &Johnson, (le fabricant de vaccins) sans évoquer sa dangerosité ou le moyen de l’éradiquer… « l’économie de la peur » il appelle-ça sur fond de chœurs hard-gospel. Bref un énième prêcheur… résolument Pro-Trump !

Un drôle de parcours, donc, pour lui, dans lequel il y a en fait un trou béant de l’espace-temps. De 2017 à 2019, personne ne l’a vu en fait : logique, car il était… à l’ombre, en prison, après avoir fui vers le Colorado, puis avoir été arrêté dans le Montana, pour une très sombre et affligeante histoire de détournement d’argent. De 2013 à 2014, il avait en effet subtilisé les dons faits pour soigner une dame atteinte d’un cancer et décédée depuis, Kelly de la Torre (ici à droite), qui était en prime la femme de son meilleur ami !!! Parmi l’argent détourné à 80 payeurs celui reversé à sa fameuse société Terra Spatial  (ci-dessous à gauche) !!! Condamné à deux ans de réclusion et à verser 15 656 dollars de dédommagement, il était donc devenu en sortant de prison…  homme de radio en 2020 ! Et devenir aussitôt, et c’est à se demander pourquoi un des… fidèles des envois de Tweets de Michael Flynn, un fidèle auditeur, donc, qui le contactait souvent au même titre que Sydney Powell, TracyBeanz ou son propre frère Joseph !!! Sidérant !  Comment Flynn a-t-il pu se faire berner ainsi ???  Ou s’acoquiner avec un tel escroc ? Faut-il qu’il soit idiot au dernier degré pour ne pas s’être renseigné avant, lui, l’ex-chef du renseignement du pays ? C’est totalement incompréhensible, à moins d’être tombé chez les fous ! Ici, on peut entendre Joe (en fait Joseph) un autre frère de Michael, en direct sur BardsFM. Très impressionnant… comme propos complètement fêlé d’où ressort une vieille haine contre Obama, ou contre Hillary Clinton, présentée comme « sorcière » et la conviction d’une infiltration de la CIA par la gauche et les « socialistes » alors que tous les faits démontrent là aussi le contraire, plus une vieille rancune contre les généraux de West Point, en présentant son frère comme issu d’une famille pauvre et pas eux !!! C’est une vielle rancune en tirade contre l’establishment militaire surtout, présentée comme des responsables en cols blancs éloignés du terrain, alors qu’eux y sont restés car issus de familles non aisées ! Son frère selon lui étant « une boule de démolition » pour bâtiments (« wrecking ball »), en quelque sorte le chien fou lâché  dans le jeu de quilles. Un populisme larmoyant affligeant ! Dedans, il revient aussi sur Sydney Powell, qui pour lui avait des documents « sérieux » alors qu’il étaient tous à côté de la plaque comme on l’a vu !!!  Il a fini par bêtise par attraper le Covid-19 lui aussi en août 2021 !

Le 6 janvier Scott Kesterson n’y était pas, au Capitole, mais on a arrêté venues de son Oregon natal les dénommées Jo Rae Perkins, une promoteuse de QAnon candidate ratée à la députation  et Angelita Sanchez, la porte-parole de l’association de Timber Unity, (comme son nom l’indique des charpentiers) groupe très lié à l’extrême droite US, une Sanchez qui n’a rien trouvé de mieux que de dénoncer une copine à elle appelée « Shady Groove« , envoyée sur place sur l’aile Est selon elle pour filmer pour… BardsFM ! Perkins se prenant en selfie avec derrière elle une pancarte affichant »Pelossi is Satan » !!  Rapellons que Mike Huckabee, lui -même pasteur, lui avait fait don via son Huck PAC de 5000 dollars pour sa campagne électorale (lire ici) …. Tout aussi gênant est de retrouver l’attention particulière prêtée par la Maison Blanche lors de la visite de Sanchez avec la photo en compagnie d’Ivanka Trump, très éloignée pourtant des considérations des conducteurs de Freighliner tirant des troncs d’arbres… ci-dessus à droite, le camion de Todd Stoffel, du syndicat de Timber Unity. Donald devant ses meilleurs scores aux contrées locales les plus isolées comme on le sait !

Le détournement des faits, du grand art !

Revenons à notre fêlé du jour et ses explications oiseuses  pour remettre Trump en place du président élu, qui commence par une inversion complète des faits, Trump étant présenté comme celui que l’on a renversé alors qu’il fomente le renversement  du pouvoir élu le 6 janvier   : »Nous sommes au milieu d’une tentative diabolique de renverser le gouvernement des États-Unis d’Amérique. Cette tentative va bien au-delà du président Trump, mais il est actuellement le point focal de l’attaque. L’ennemi a un plan pour régner sur cette nation et le président Trump se dresse sur son chemin. Satan a poussé la gauche à faire avancer son plan, et ils ont vraiment tout mis en œuvre pour que cela se produise. Ce n’est pas nouveau. Le Psaume 2 commence par dire : « Comment les nations osent-elles planifier une rébellion. Leurs complots insensés sont futiles ! Regardez comment les puissants du monde se lèvent pour tenir leur sommet alors que les dirigeants planifient et se concertent contre Yahvé et son roi oint, en disant :  » Rassemblons-nous et séparons-nous du Créateur. Une fois pour toutes, rejetons ces chaînes de contrôle de Dieu et de Son Christ !  » (versets 1-3, TPT) ».

On a noté le mot « satan » qui lui sert de référence, il revient un peu plus loin dans ses propos : « en ce qui concerne cette nation en ce moment, il existe des programmes démoniaques à tous les niveaux dans tous les secteurs. Nous le voyons dans le gouvernement, les médias, les affaires, la religion, les arts et le divertissement et l’éducation conspirant ensemble pour changer idéologiquement l’Amérique. S’ils réussissent, l’Amérique qui était, ne sera plus. Nous devons rester fermes et croire que Dieu interviendra et que tous leurs plans méchants échoueront, alors que nous continuons à intercéder et à décréter. Nous devons nous lever et déclarer : « Les forces spirituelles maléfiques qui essaient de gouverner l’Amérique maintenant seront renversées par l’autorité du roi Jésus ! (…) Et le voici parti dans une croisade religieuse, agrémentée d’une intervention divine : « certaines voix prophétiques ont dit que cette bataille ressemblera au livre d’Esther. Haman, qui pensait qu’il était exalté, a plutôt été pendu à sa propre potence. D’autres ont dit que ce serait comme Lazare dans la tombe ou Christ dans la tombe. Comme dans tous ces cas, l’ennemi pensera qu’il a gagné. On dirait que c’est fini. Puis soudain, la victoire sera vue. C’est exactement ce qui s’est passé jusqu’à présent. Les médias ont annoncé prématurément leur choix présidentiel. Alors que la gauche se réjouit, nous attendons toujours les résultats légaux de cette élection. Nous avons encore le temps de voir tomber le bâton de l’autorité du Christ et écraser la rébellion à la porte ». Bigre, en voilà un persuadé que tout pouvait encore changer, ce 6 janvier !!! Grâce « au bâton du Christ »… alors que l’on verra plutôt à la place des battes de base-ball et des crosses de hockey !!!

Trump a fait preuve de beaucoup d’interêt politique pour eux 

Donald a toujours lorgné sur eux, et pas qu’en les invitant à la Maison Blanche pour faire une photo pour le moins décalée, sinon ridicule chez ce gars qui ne met pas les pieds dans les églises. C’était rappelez-vous à peuvent arrivé à la Maison Blanche, où il se déclare partisan d’un juge pour le moins controversé : l’affaire débute avec une élection cruciale pour le début de mandat de Trump, celle de l’élection en Alabama d’un sénateur, un juge controversé appelé Roy Moore (ici à gauche, aussi tartignole que le juge Bruce Shroeder). Ce dernier est un réactionnaire tendance XXL, qui a déjà énoncé que le la criminalité, la corruption, l’immoralité, l’avortement, la sodomie, les perversions sexuelles dévastent notre pays«.  Franchemment conservateur, il estime que « l’homosexualité devrait être illégale » et a fait jadis poser devant son tribunal d’Alabama un monument de 2,5 tonnes figurant « Les Dix Commandements qu’un juge fédéral fera enlever malgré ses cris et ses plaintes. Comme supporter principal, Moore a dégoté … Chuck Nooris : pas sûr que ce soir d’une grande aide. « Chuck Norris est exactement le genre de gars que vous voulez de votre côté, et je suis honoré d’avoir son soutien alors que nous poursuivons ce combat pour porter nos valeurs de l’Alabama à Washington. » dit-il sans s’esclaffer de rire. Au temps de G.W Bush, ce bon Chuck avait soutenu le très religieux Mike Huckabee, car c’est aussi un pasteur baptiste. Pour Trump il est alors indispensable que Moore gagne pour lui conserver une majorité au Sénat. Moore doit en effet reprendre le siège de l’ancien sénateur Jeff Sessions, devenu procureur général des États-Unis dans l’administration de Donald Trump (ils sont très fâchés depuis…). Mais comme le candidat Luther Strange  est le mieux placé dans les sondages des primaires, Trump avait auparavant choisi de le soutenir, plutôt que Moore, en un premier temps… avant de virer à 180% une fois Moore sélectionné par les républicains : pour moi, c’est à ce moment-là que Donald  commence à songer à se rapprocher sérieusement du mouvement qui vient de prouver  qu’il a les faveurs des électeurs mais aussi de ce groupe républicain qui le détestait au départ, rappelons-nous !

La (dure) loi de Moore

Moore était sûr de lui et au meeting de Pensacola le 9 décembre 2017 c’est en tout cas là qu’il se  fait acclamer avec sa moue habituelle de gars à qui on ne l’a fait pas. Un avenir électoral radieux lui était promis (par Dieu ?), avec un nom pareil (le titre du chapitre est emprunté à l’informatique). Sans programme précis autre que ses prières, Trump lui en avait un en miroir de son adversaire qu »il avait ainsi décrit : « Doug Jones, il voterait contre nous à 100%”, avait-il souligné dans son tweet. “Il est mauvais sur la criminalité, l’avortement, les frontières, les vétérans, les armes individuelles et l’armée”. Tout était clair !

C’était sans compter avec le Washington Post qui un mois avant les élections au poste de sénateur balance un dossier à charge terrible sur Moore, qu’il accuse d’avoir agressé quatre femmes dans les années 70, preuves à l’appui  d’attouchements et de comportements déplacés. Elles étaient encore mineures et lui trentenaire. Trump a lui accepté en un premier les dénégations du prétendant au fauteuil sénatorial (en connaisseur de la question ?). Va s’en suivre une rocambolesque histoire dans laquelle le sous-marin de Trump, l’ignoble O’Keefe, va tenter de leurrer le journal mais sans réussir à y parvenir. Devant les preuves accablantes, Trump est obligé de laisser tomber Moore, certain qu’il sera battu, ce qu’il affirme dans deux tweets le 29 mai 2019 même s’il maintient (encore) globalement sa confiance à ce dernier. Celui-ci au lieu de se retirer se maintient. Le résultat final est là : le siège sénatorial envié échappe ainsi aux Républicains pour la première fois depuis 1992… Vous allez me dire, c’est du Trump tout craché, de virer ainsi de bord sans aucun remors… Les électeurs ont a lâchés le juge en raison de sa conduite mais pas sa foi !!! Et ça Donald l’a très bien compris !

Mais il savait pourtant, qui était le fameux Roy Moore, lui aussi un chrétien-nationaliste en effet : son dossier était connu du FBI mais aussi des impôts, car l’ardent défenseur des 10 commandements semblait personnellement oublié le septième…Le Post avait mis en lumière ses manigances et ses détournements d’argent manifestes (on comprend mieux l’admiration que Trump avait pour lui) : « Moore a déclaré qu’il ne percevait pas de « salaire régulier » de l’organisation. En octobre 2017, cependant, le Washington Post a rapporté que Moore avait obtenu un salaire annuel de 180 000 $ pour lui-même de la fondation. De 2007 à 2012, il a collecté plus d’un million de dollars, un montant qui dépasse de loin ce que l’organisation a déclaré dans ses déclarations de revenus publiques. De plus, le Washington Post a rapporté que Moore avait arrangé le salaire et qu’en 2012, lorsque l’organisme de bienfaisance ne pouvait pas payer son salaire complet, Moore a reçu une note promettant qu’il obtiendrait le salaire en arriéré ou une participation dans les actifs de la fondation. La fondation a également payé les prestations de soins de santé de Moore, les frais de voyage et le garde du corps, et le site Web de la fondation a régulièrement fait la promotion des arrangements et du livre de Moore. De plus, la fondation employait la femme de Moore et au moins deux de ses enfants. Le Washington Post a également signalé qu’il y avait un chevauchement considérable entre l’organisation caritative et les activités politiques de Moore, avec d’anciens hauts responsables de l’organisation caritative menant la campagne de Moore au Sénat en 2017 et avec l’organisation caritative utilisant la même société de collecte de fonds que les campagnes de Moore ». Et c’est le genre d’individu qui venait vous parler de charité chrétienne !!

C’est à croire que les 10 commandements (ou le film de Cecil B.De Mille avec Charlton Heston, l’apôtre de la NRA en Moïse !) les a beaucoup marqués, ces américains, car un autre individu a lui aussi eu l’idée de faire sa propre stèle de pierre pour afficher les 10 recommandations divines, rééditant l’exploit de Moore. Lui Cc’est Jason Rapert,ette fois,  un député américain de l’Arkansas, membre du Rotary local, très réac, anti-avortement, partisan d’aller bombarder l’irak à la bombe nucléaire pour lutter contre l’Etat Islamique (« tu ne tueras point »), anti LGBT bien sûr, pro-armes, on s’y attendait, proche des idées du Tea Party. Son premier monument du genre (ici à droite), à peine posé (en 2017) à été détruit le lendemain même par une voiture-bélier; le second, renforcé avec du béton, a été inauguré sous Trump le 27 février 2018… L’argent pour l’érection provient de l’American Heritage et de l’History Foundation locales, dont il est aussi le président !!! Pour faire sa propagande électorale, il s’appuie sur le Pin Apple Flag, un drapeau récupéré depuis des années par la sphère suprémaciste… il est ici mis en exemple comme « crétin de la semaine » : opposé aux masques et à la vaccination, traitant la pandémie de  » hoax », il a fini lui aussi par choper le Covid 19 ! « Plus tôt en juillet, Rapert a participé à un service religieux sans masque où il s‘est adressé à la congrégation.  « Dites: » Je veux être libre «  », implore-t-il dans une vidéo publiée sur Twitter, levant la main. Il y a une réponse marmonnée de « Je veux être libre » de la foule. « Je ne suis pas un esclave de la peur, mais un enfant de Dieu. »  Raciste, il a également été banni un temps de Twitter pour avoir appelé – comme Boebert- les députées musulmanes US « the Squad », mot faisant référence au terrorisme. En 2013, il avait abondamment retweeté l’hoax (ici à droite) affirmant que le président Obama était un musulman déguisé (c’est vous monter l’abîme de sa bêtise !)… Or lui aussi se caractérise comme étant pourtant un « chrétien nationaliste » !!!

Un (premier) lien avec les nazis (il y en aura d’autres, hélas)

Pire encore avec un autre découverte gênante : Moore avait aussi reçu en 2005 un don de 1 000 dollars d’une organisation néo-nazie fondée par Willis Carto (mort en 2015, ici en photo demandant la libération du négationniste Ernst Zundel et de Rudolf Hess ! ), un négationniste en effet, façon Faurisson, affiché et revendiqué !!! Il s’en était vanté en exhibant le chèque. « Todd Blodgett, qui a surveillé Carto pour le FBI de 2000 à 2002, a déclaré au site Web que l’idéologie dominant la fondation était « totalement nazie; et remarquez que je n’ai pas dit néo-nazi » précise Times of Israel. Le danger était là et il est toujours là ;  derrière le mot « nationalisme »se dissimulent des extrémistes de droite, et aussi régulièrement et invariablement des sympathies pour le nazisme, sujet sur lequel on va retomber avec Trump vers la fin de notre enquête qui va s’enfoncer bien loin dans les arcanes du trumpisme, dont on voudrait à vrai dire débarrasser la planète à tout jamais, tant il aura fait mal à la démocratie et principalement ce funeste 6 janvier dans lequel il a tenté de renverser un gouvernement élu, pas moins. Un gars qui admirait tant la Nuit de Cristal ne pouvait qu’avoir donné des idées à Donald, comme Schwartzenneger s’en était – heureusement- souvenu, lui…

Il a été en effet le premier, dès le 11 janvier, à oser la comparaison et en effet elle se se tenait (le mot juif à l’évidence étant remplacé par « antifa », mis en boucle par les supporters de Trump et lui-même, comme boucs-émissaires !). Arnold avait vu juste et désigné le Proud Boys comme étant eux-mêmes les équivalents des nazis !! Celui-là avait eu tout bon tout de suite !! Mais il est vrai aussi qu’ils portaient des bottes sans éperons, eux…

(1) 76% des évangéliques blancs ont voté pour Trump en 2020 ! Les États-Unis sont plutôt une nation essentiellement protestante selon beaucoup de sources. « En 2019, les chrétiens représentent 65% de la population adulte totale, 43% s’identifiant comme protestants, 20% comme catholiques et 2% comme mormons. Les personnes sans identité religieuse formelle forment 26% de la population totale« . Fait nouveau, la montée de l’absence de sentiment religieux ou de l’athéisme et de l’agnostisme dans le pays (en violet ici) . Environ un tiers des personnes déclarées catholiques et blanches a disparu depuis 1996. La religion perd du poids, mais moins rapidement que comparée à l’Europe, et depuis 2019 les non-croyants sont le groupe le plus nombreux (ils sont à 23% contre 8% seulement en 1990) !

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (24)

Et puis parfois c’est la surprise, en fouillant le fond des centaines de vidéos disponibles sur You Tube (à cette ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *