Accueil / T Y P E S / Articles / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (6)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (6)

C’est à croire que Donald ne s’entourait que de demi-pointures, sinon se contentait plutôt de quarts, même. Si Joe Oltmann est insignifiant mais exerce un pouvoir dingue, poussé par celui alors en place, une autre sans saveur émerge également du chaos : un personnage plutôt à part, qui se balade au Sénat avec ses éperons d’ancien de cavalerie, et qui est devenu le chouchou de l’occupant fêlé de la Maison Blanche pour la simple raison qu’il a fait très vite la promotion de la théorie de la fraude lors de l’élection, bâtie sur du vent (celui soufflé par les partisans de QAnon). C’est aussi un de ses amis qui nous ramène en fait directement à la chambre de Giuliani au Willard où l’homme semble bien être venu prendre des directives, pour s’activer aussitôt auprès des émeutiers, les haranguer et les guider… et mettre lui-même la main à la pâte en attaquant des policiers. Plus aujourd’hui l’incroyable découverte du jour, avec la résurgence sur place d’une secte bien connue, ce 6 janvier, à Washington, via un autre vieil ami de Mastriano  !!!

« Le casseur numéro 275 », copain d’un sénateur républicain

Le second individu découvert cité au tout début de l’article précédent n’était visible que par le sommet de son crâne (ici gauche), mais il a fini par être lui aussi identifié : or celui-là est aussi intéressant, car longtemps recherché par le FBI comme étant « le casseur N°275 »,  il s’agit de Samuel Lazar, un ancien militaire ayant été aperçu en juin portant un t-shirt »Back The Blue »(un soutien à la police, en opposition à Black Lives Matter) et qui a copieusement arrosé la dite police  le 6 janvier d’un produit aérosol irritant (destiné à faire fuir les ours au départ, fabriqué à base de capsaïcine). Un homme plutôt dangereux, donc, très copain avec le sénateur trumpiste de Pennsylvanie Doug Mastriano (ici à gauche les deux ensemble), l’ancien de la cavalerie portant ses éperons dans l’hémicycle (présent lui ainsi sur l’Ellipse). Lazar avait été vu ce jour-là portant un porte-voix, équipé d’un gilet pare-balles, de lunettes de skis et le visage noirci comme les commandos (ici à droite). Il avait aussi crié « pendez-les tous, ces motherfuckers » (pas la peine de traduire) en bousculant une barricade, côté ouest du Capitole…

On reviendra sur lui, rassurez-vous : sorti tout droit de la chambre de Giuliani au Willard pour venir renverser des barrières, pensez  donc qu’il nous intéresse plus que d’autres ! Un casseur très actif, et qui ne s’est arrêté parfois que pour prendre des ordres, semble-t-il (ici à gauche) sur le terrain auprès d’une autre personne plus forte physiquement et fort peu reconnaissable hélas… à l’accoutrement proche du service d’ordre de la manifestation (ici à droite) ! Et si, justement, ces fameux responsables du service d’ordre étaient les principaux guides, justement, des émeutiers ? L’idée fait son chemin, à les croiser constamment aux endroits stratégiques de la manifestation dans un autre rôle que celui d’hommes de sécurité !!! Pour ce qui est de Lazar lui-même c’est plutôt ce qu’il éructait dans son mégaphone qu’on retiendra pour l’instant : « prenez-leur leurs revolvers » l’a-t-on surpris à crier :

Notre si vaillant émeutier « leader » et guide au mégaphone  de manifestants étant aussi un… Proud Boy, pris ici en flagrant délit de remonter vers le Capitole au milieu de « pointures » de l’attaque délibérée (dont le briseur de vitre Dominic Pezzola, une attaque fomentée et concertée en haut lieu (en haut  de l’image la tour carrée du Trump Hotel, dont on distingue de là cette entrée, donc; c’est un autre point privilégié à ne pas mépriser ) : ils sont alors à 80 mètres seulement de l’entrée des marches du Capitole.

 

 

Le retour d’une secte bien connue !!!

Nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises. L’un des plus surprenantes va arriver. Doug Mastriano, a été d’abord trahi par un cliché pris sur l’Ellipse de son copain Rick Saccone (les deux ici à gauche), son vieux pote au look de père tranquille mais aussi un ancien « consultant » en Irak dans la sinistre prison d’Abu Grhaib, un partisan éhonté de l’usage de la torture,des menaces d’exécution, de l’usage des chiens pour effrayer, de l’électricité, du waterboarding et surtout du refus d’appliquer les Conventions de Genève aux prisonniers (1) !!! On a beau avoir le look d’un bon père tranquille, on peut aussi être un piètre individu; et c’est le cas de notre pappy tout sourire sur l’Ellipse. Rick Saccone, mais c’est hélas passé complètement inaperçu, s’était rendu le 8 octobre 2021  à un festival à Greenley en Pennsylvanie. Oh, rien de musical : pour lui (comme pour Mastriano) ce serait plutôt ça comme musique préférée, j’imagine. Saccone y est même intervenu sur scène ce jour là comme on peut le voir ici à droite. Or cette apparition nous mène directement à autre chose encore : un soutien surprenant mais oublié à Trump, dont la dangerosité est pourtant flagrante… Tenez vous bien, encore une fois, car on va sombrer dans un beau délire là…

Un festival appelé « Freedom Festival » a été mis en place à partir de 2019 par Rod of Iron, se tenant dans les montagnes Pocono du nord-est de la Pennsylvanie, avec de sacrés empaffés plutôt, comme intervenants, (voir ici, un vrai catalogue Manufrance des chasseurs) ou des timbrés dangereux si vous préférez, car, tenez vous bien (on touche le fond là, c’est une « conférence sur la paix » qui ressemble comme deux gouttes d’eau à un stand de tir !!!) . « L’événement présente une coalition croissante visant à déstabiliser la démocratie, avec le pasteur Hyung Jin « Sean » Moon (non non vous ne rêvez pas c’est bien le fils de l’autre), qui a fondé en 2013 l’église du sanctuaire, jouant un rôle de premier plan, selon les experts à Hatewatch. Steve Bannon, Joey Gibson du groupe d’extrême droite Patriot Prayer,  l’ancien représentant de l’État de Pennsylvanie Rick Saccone (le voici donc, le tortionnaire) et les pasteurs Dan Fisher et Gary Haskell, qui veulent faire revivre un « régiment en robe noire » du clergé pour lutter pour la « liberté », sont prévus parler. John Lott, un chercheur discrédité qui a brièvement servi au ministère de la Justice et utilise des recherches douteuses pour prétendre que les immigrants sans papiers commettent plus de crimes, et  Richard Mack, fondateur de la Constitutional Sheriffs and Peace Officers Association – un groupe qui prétend que les shérifs ont plus de pouvoir que le gouvernement fédéral – prendra également la parole » (à droite ici c’est Dean Fischer, regardez bien le texte qu’il projette en conférence :  » c’est l’heure de combattre, maintenant ! »). Le dénommé Moon étant bien le plus jeune fils du Revérend Sun Myung Moon de sinistre mémoire. C’est la surprise de l’épisode !!!  C’est un grand fan des armes et de l’AR-15 notamment,  comme on peu le voir avec des photos de son étonnant mariage (?) ou celle de son  épouse, voire des deux en bons apôtres (ou la danse de la soirée avec des armes semi-automatiques en mains !)  !! Ces gens-là sont complètement  fous !!! A côté de lui, très représenté ce jour-là, la firme Kahr Arms, un fabricant d’armes de Greeley (PA) dont le patron n’est autre que le frère aîné Kook-Jin « Justin » Moon !!!  Un fiston Dustin qui remettre sans doute le temps de l’opulence de ses parents, qui le trimballaient dans des jets, dont un énorme Bombardier Gobal 5000, au salon VIP immense à bord... Lire ici, l’intégrale du dossier à charge du FBI contre la secte Moon… terrifiant !

Un danger évident

L’association secte et armes étant bien entendu fort dangereuse comme on le dit ici. Elle organise des festivals, depuis 2019 il semble auxquels participent des politiques, des idéologues et une ribambelle de pasteurs, dont cette année-là par exemple sur la photo Eugene Kenneth, ou Joey Gibson, de Portland, dans l’Oregon, bien plus controversé car le fondateur du mouvement extrémiste de droite Patriot Prayer, très proche des Proud Boys. Un de ses hauts faits était d’être allé se bagarrer en 2018 avec une manifestation de là Women’s March !!! Comme beaucoup, il s’est recyclé dans l’anti-masque avec comme compère Tusitala « Tiny » Toese. A droite c’est Dustin Moon, le frère de l’autre et à gauche Kelly Pigeon qui est… instructrice de tir pour femmes... une activité qui est fort lucrative aux USA !!! Ci-dessous c’est la visite en 2016 du magasin du frangin par des gens bien reconnaissables (impensable photo : mais que font-il donc là, les Trump? ):

Un étonnant fashion-show

Lors de ces trois festivals, on a assisté à de nombreux discours, mais aussi à de bien étranges démonstrations : celles axées surtout sur comment dissimuler des armes sous des vêtements, les exemples étant le plus souvent féminins. Sous les habits, dans les sacs, des pistolets de couleur vive faisant penser à des jouets d’enfants mais de vrais engins faits pour tuer. Etrange et inquiétante démonstration !!! On était là en pleine glorification des armes, avec un responsable venu clore les discours orné de sa tiare composée de balles : on nageait en plein délire, là !!! Et on y repense obligatoirement aujourd’hui,  en se disant que le 6 janvier, ils devaient en avoir apporté de la même façon, des armes !! Sur la  vidéo du festival de 2020, à 8’19 » du début, vous pouvez voir le défilé de  mode dont je viens de vous parler avec d’autres exemples, donc..et ici l’ensemble,  absolument effarant ! Sidérant !!! Un vrai manuel de l’envahisseur du 6 janvier, présenté par la conceptrice de ce projet dément, appelé Amanda Sufflecool, de l’Ohio !!! Sans surprise celle-ci travaille aussi sur Targething & Eye On The Target Radio de Dana Loesh (la grande vedette du show 2021); l  porte-parole pour la National Rifle Association (NRA, et…confondatrice du Tea Party, définitivement le fossoyeur du GOP !!! Et c’est suivi par une mise aux enchères d’une mitraillette Thompson de collection, siglée « 45 » (pour 45 eme président US) !! On est tombés -encore une fois- chez des fous !!

Mais aussi surprise en 2019, pour la première édition tenue sur le parking et les champs derrière l’usine d’armes du frère (Dustin), pour assister à la distribution des prix à John Velleco, vice-président exécutif de Gun Owners of America, ou à Kelly Ann Pidgeon pour Armed and Feminine et Mike Barth plus Kory Erick au nom des Amis de la NRA, la secte avait mis les petits plats dans les grands et mis en place tout un service… de mini-voiturettes de golf pour balader les VIPs. (ici à gauche c’est Michael Christopher, le Pennsylvania State Constable – le shérif/gendarme en Pensylvannie – pour la ville de Blooming Grove qui en fait usage). Les organisateurs de cette exposition d’armes déguisée en « festival de paix » seraient-il à l’origine de l’idée pour faciliter la circulation le 6 janvier à Washington ? A droite, à l’entrée du meeting de 2021, une démonstration d’armes effectuée par un membre des III Percenters… c’était l’extrême-droite sans frontières, là-bas !

Ils étaient bien là, eux aussi (et équipés)

Or notre fameux  descendant héritier de la secte apocalyptique, devenue milice militarisée déjantée, était là aussi avec ses sbires, et son harem, à Washington, arrivé  lui aussi au pied de l’aile ouest comme l’azoté un policier dans sa déposition : « le 6 janvier, une vidéo partagée sur Instagram par Sean Moon le montre, ainsi qu’au moins une douzaine de membres de Rod of Iron Ministries, réagissant aux pulvérisations chimiques d’agents des forces de l’ordre sur la place à l’extérieur du Capitole, et Moon a ensuite conduit les membres sur l’échafaudage du côté ouest du bâtiment. Un associé de Rod of Iron Ministries, Robert Pickell, a poussé contre une file d’officiers de police du Capitole en tenue anti-émeute à l’extérieur des Columbus Doors alors que d’autres émeutiers bombardaient les officiers de projectiles et frappaient les fenêtres avec des mâts de drapeau. Dans la vidéo examinée par Raw Story, on peut voir Pickell charger dans la ligne de police à gauche de l’entrée, alors que les portes s’ouvrent et qu’une autre personne crie: « Ils sont entrés! » Pickell n’a pas été inculpé, mais Frank Scavo, qui a présenté Sean Moon au Rod of Iron Freedom Festival en octobre 2020, fait face à une accusation d’entrée violente et de conduite désordonnée dans un bâtiment du Capitole, entre autres crimes ».

Des journalistes de Raw Story ont constaté « qu’une femme du groupe, qui comprenait également Justin Moon et Kyle Yoder, avait une radio bidirectionnelle accrochée à son manteau. Sean portait des lunettes de protection tandis que d’autres étaient équipés de lunettes ou de masques faciaux ». C’est un des points fondamentaux encore une fois, car pourquoi donc ce groupe dont on connait la dangerosité s’était-il lui aussi équipé du même matériel que celui des Oath Keepers et des Proud Boys ? Comment obtenir cela sans organisation préalable ??? Qui donc les avait contactés pour qu’ils se munissent, eux aussi, du même équipement ??? Ça ne peut plus être une émeute spontanée, à ce stade !! Ou alors c’est la plus belle campagne de promotion du constructeur chinois de talkie-walkies !!! Ils étaient aussi venus munis d’un mégaphone (ici à gauche) : connaissant leurs idées, ce n’était certainement pas pour y proférer des incitations à pactiser avec les forces de l’ordre ce jour-là… A droite, c’est quand Pickell se trouve en train de batailler avec les policiers devant la célèbre porte noire du Capitole appelée Colombus, de Randolph Rogers. L’encart situé à gauche de l’image c’est quand il rompt le combat, exténué. A ses cotés deux mégaphones hurlent des slogans, mais aucun des deux n’est celui de du RoI; visiblement. Mais une image empruntée à l’Agence Reuters nous offre un détail saisissant : enroulé dans un drapeau US, Pickell dissimulait en fait un autre mégaphone !! La secte est bien venue pour attiser le conflit !!

Ci-dessous, les voici arrivés – en partie- en haut de l’échafaudage de l’aile Ouest (nota : « RoI » c’est pour Rod of Iron) :

 

De la secte au service de sécurité de l’événement

Ce n’était pas la première fois qu’on les rencontrait ainsi. Le 14 novembre, l’équipe du »roi » dont Robert Pickell, avait rejoint la manifestation pro-Trump du moment. Le jeune  adhérent Kyle Yoder (voir ici)  l’avaite noté candidement sur son agenda : « je me suis levé et j’ai rencontré un Antifa avec mon camouflage de milice de la paix de la police de la paix », a-t-il écrit sur sa page Facebook. Même chose pour Jerry Heying, responsable de sécurité privée (c’est le  président d’Executive Protection Institute), nommé responsable de la section motorisée des troupes du « roi » Sean Moon rejoint Pickell et Sean Moon sur le point de rendez-vous prévu par le groupe, celui de la  Cour Suprême qui servira à d’autres comme on va le voir). A droite ici c’est le dénommé Heying assis sur sa moto, affichant un gout plutôt douteux…  Ils remettront ça de la même façon le 12 décembre à Washington, avec des équipements militarisés comme des « gilets tactiques » cette fois a noté ici le vigilant DC Report. Voilà qui fait figure aujourd’hui de véritable répétition, vu ainsi… A gauche ici c’est le groupe en juin 2020 à en Pennsyvanie, plus discret en effet, lors d’une manifestation pro-police, ce qui ne manque pas de sel aujourd’hui (une manifestation sans masques bien sûr) ! Le groupe a assisté à tous les meetings précédent le 6 janvier, le  5 novembre Harrisburg (PA), le  14  à Washington, le 22  à Valdosta en  Georgie; le 8 et le 12  décembre de nouveau dans la capitale. On peut aussi l’entendre devant la Cour Suprême débiter son discours apocalyptique annonçant la fin du monde prochaine si les « communistes » l’emportent. Ce qui fait plutôt froid dans le dos, c’est d’apprendre que leur nouvelle base s’est installée à Thornton, qui est situé à peine à 50 miles de Waco, de sinistre mémoire… leur installation avait posé quelques questions alentour… à entendre surtout les deux jeunes tenanciers (Yoder et sa copine) insister lourdement sur le seul côté « business » de l’entreprise avec des bribes de phrases débitées par cœur … alors que d’inquiétantes images provenaient des festivals organisés comme celle ici à droite, révélées par une chaîne d’information locale… Kyle Yoder  parlait d’un lieu de loisirs et de pêche seulement !!

Une confusion voulue et une entourloupe de dernière minute

Plus grave encore : on a déniché depuis la liste des invités VIPs du meeting de l’Ellipse. Elle est bien sûr passionnante, mais on y découvre aussi les noms des responsables de la sécurité (ici l’un d’entre eux derrière la scène le 5 janvier, sur Freedom Plaza, une équipe appelée pour l’événement « DC TEAM ». Comme indiqué sur le document de police déposé avant l’événement, on y trouve l’équipe de RMS Security, officiellement investie, avec par exemple Lyndon Brentnall ou Eerin Houck, et Zachary Rugen comme dirigeants. Celui-là, je vous l’ai déjà décrit : condamné jadis pour usurpation du titre de policier, il fait carrière sans problème depuis dans la sécurité (?), notamment chez David Deanovich (qui a raconté dans la presse avoir décliné la demande de surveillance du 6 janvier), lui aussi jadis condamné (en 1994) pour attaque de banque à main armée (et 49 mois de détention à la clé). De drôles de patrons, assurément, pour un tel événement, d’une boîte recrutée pas loin car de Frederick dans le Maryland. Elle vendait aussi du  du matériel « tactique », notamment des sacs à dos et des gilets pare-balles sous le nom de Spartan Tactical & Police Supply : ces gens-là sont obsédés par la vision du guerrier grec ! Le slogan de la boutique, fermée en août 2020 était  « our mission-your survival ». La boutique est devenue depuis boutique de tatouage (ici à droite) !

On notera que dans les papiers officiels, le nom de 1st Amendment Praetorian, de création récente, n’apparaît nul part !!! Dans ce lot étrange se mêle aussi GSI, et son centre d’entraînement si particulier, étudié ici, dans un article en forme d’intuition de manigance… resurgie lors de l’interrogatoire de Jessica Watkins la Oath Keeper arrêtée depuis qui a affirmé avoir travaillé de concert avec les services secrets, qui dont nié vigoureusement la chose. On a affaire à un beau micmac, car au final, celui pressenti et affiché dans les papiers officiels avait rendu la main au dernier moment au groupe de Lewis, des 1st Amendment Praetorian, dans ce qui semble une entourloupe de dernière minute comme on peut le lire ici : « (Dustin) Stockton a déclaré qu’ils utilisaient des bénévoles pour d’autres tâches, mais pas pour la sécurité, et qu’ils devaient soumettre les dates de naissance et les numéros de sécurité sociale des bénévoles aux services secrets pour vérification. Tous les agents de sécurité privés pour les événements avec les services secrets doivent également passer par un processus de contrôle tout aussi rigoureux, ont déclaré les propriétaires de deux autres services de sécurité, dont une entreprise qui a organisé le rassemblement et une autre nommée sur le permis qui n’a pas fini par assurer la sécurité. journée. Lyndon Brentnall, propriétaire de la société de sécurité RMS basée en Floride, a signé un contrat pour l’événement à l’Ellipse le 6 janvier. Les gens à l’endroit où ils étaient censés s’asseoir, a déclaré Brentnall. L’autre sécurité, y compris derrière la barrière et la scène, « était clairement gérée par les services secrets », a-t-il déclaré. Les conditions de licence pour travailler à Washington sont strictes et les entreprises qui ne les respectent pas s’exposent à des amendes et même à des peines de prison, a déclaré David Deanovich, propriétaire de Deanovich and Associates, une société de sécurité professionnelle basée dans le Maryland. Bien que l’entreprise de Deanovich figurait sur la liste pour assurer la sécurité lors du rassemblement Trump à l’Ellipse, Deanovich a déclaré que son entreprise n’avait finalement pas accepté le poste et qu’il était chagriné d’apprendre récemment que son nom figurait sur le permis. Deanovich a déclaré qu’il n’avait jamais travaillé avec les Oath Keepers ou Proud Boys ou des bénévoles ». En résumé, c’est simple : le service d’ordre de la manifestation du 6 janvier était tout simplement illégal, car ce n’était pas celui indiqué à la police !! 80 000 personnes vont voir ce jour-là leur sécurité gérée par des gens sans permis officiel (!!! Dirigée par un patron, (ici à droite)  qui ne fait pas mystère de ses convictions complotistes (ou antivax) !!! N’était pas tout simplement dangereux dès le départ de confier cette tâche à aussi peu de gens et à un patron qui présentait et résumait ainsi sa société : « en réunissant des vétérans de l’armée, des forces de l’ordre et de l’industrie du renseignement, le 1er Amendement Prétorien permettra aux Américains de se rassembler à nouveau et d’exprimer leurs opinions sans craindre l’intimidation ou la violence des groupes subversifs marxistes ».

Selon le comité actuel en train de s’activer sur ce cas, le premier cité est appelé à venir déposer quelques éclaircissements; car il, avait dû coordonner obligatoirement ses efforts « avec les services secrets et la police du parc ». On lui demandera j’espère pourquoi ses hommes (en haut à gauche) avaient surtout été vêtus strictement de la même façon que ces fameux services secrets : pantalon beige et large blouson noir, par exemple, comme le montre ci-dessus à gauche la comparaison avec l’Oath Keeper le plus connu, Roberto Minuta…. Les gardes du meeting de l’Ellipse ayant l’allure ici à droite avec un masque remntant de couleur bien déterminés selon le contrat officiellement signé (« Black Polos & tan/khaki BDUs with bright green face masks », voir image plus haut). Créant ainsi obligatoirement la confusion chez les gens et chez la police elle-même !! Ou surtout pourquoi dans la liste des 12 personnes citées dans le DC Team, figurait un certain… Michael Yoder !! A ce stade, on peut parler d’infiltration, ou de noyautage d’un système !

Ou bien encore à comparer à l’arrivée groupée des « New Jersey Boys » des « Sons of Liberty » ci-dessous, groupe d’extrême droite, vêtus à l’identique encore, de façon sidérante (avec leur drapeau déployé ci-dessus à droite) :


Un groupe mystérieux, que celui  du New Jersey (au lourd héritage historique) dont on a retrouvé l’hôtel, en plein centre de Washington lui aussi (nous verrons ça plus loin) et qui comportait de bien étranges sbires, comme celui-ci repéré à droite, venu avec dans son sac pectoral… son animal de compagnie !!!

C’est du grand n’importe quoi là… avec ce groupuscule de formation très récente semble-t-il !!! On notera qu’en même temps l’un d’entre eux se promène ouvertement avec un bouclier similaire à celui qu’utilise la police. Et qu’ils ont aussi traversé le mail pour arriver au plan d’eau devant l’aile Ouest en se tenant un par un par l’épaule, en file indienne, selon une consigne militaire de commando utilise par les Oath Keepers (cf les trois clichés à gauche)!!! Un groupe très organisé, encadré par des hommes en jeans et vestes bleues porteurs de sacs dont le contenu est inconnu. A l’avant de leur cortège, au milieu et à l’arrière pour fermer la marche !!! Ici, on rappelle l’origine de leur devise , qui laisse augurer qu’ils n’étaient pas venus non plus en touristes uniquement « L’arbre de la liberté doit être rafraîchi de temps en temps avec le sang des patriotes et des tyrans. C’est son terreau naturel. »  :La citation a été écrite par Jefferson à un fonctionnaire diplomatique à Londres à la fin de 1787 (quatre ans après la fin de la guerre d’Indépendance américaine). Jefferson a écrit la Déclaration d’Indépendance mais, notamment, n’a pas été impliqué militairement dans la Révolution américaine ». A droite, l’un des leaders du groupe, d’un certain âge déjà, déniché dans un des hôtels du centre  le soir du 5 janvier. Du bon usage chez lui du bandana comme masque anti-covid, ou plutôt pour dissimuler son visage…

Trump venu glaner de l’argent auprès de la secte

Pour ce qui est de qui ça pourrait venir, ce fameux lien avec la secte, on tombe sur un appel pressant reçu par l’héritier aussi atteint à la calebasse que son père… sinon plus encore ! C’est celui de Steve Bannon (eh oui !) le 20 septembre 2020 effectué en vidéo lors du Festival de cette année-là, dans lequel il avait déclaré  avant même l’élection, que « ce que la gauche a l’intention de faire – et vous le voyez en Pennsylvanie en ce moment – [est] d’utiliser les tribunaux, d’utiliser les médias sociaux, d’utiliser les médias grand public pour essayer de s’assurer que Trump ne soit pas déclaré vainqueur ce soir-là », a déclaré Bannon. mentionné. The Trace a rapporté que Bannon avait faussement déclaré que « des bulletins de vote « non certifiables » seraient utilisés pour« voler la présidence »à Trump. » Bannon s’est ensuite adressé à la foule. (« Regardez, nous allons gagner cette affaire », a-t-il déclaré. « La Pennsylvanie est la clé qui permet de crocheter la serrure pour un deuxième mandat Trump. » Bannon avait besoin d’un pied de biche pour écarter ceux qui estimaient la victoire de Biden acquise sans ambiguité aucune. Les Oath Keepers, les III Percenters, les Proud Boys mais aussi les membres de Rod Of Iron ont été ces leviers… plus Sam Faddis, venu faire un speech chez les moonistes à propos des élections « truquées » un ancien de la CIA qui avait déjà sévi auparavant à la radio chez… Steve Bannon ! Remarquez, ce gars-là, chez lui, à un peu plus de livres que Lauren Boebert – ou moins d’armes !).

Un des membres de la secte, David Kanagy, a bel et bien participé à l’événement, et il l’a bêtement décrit sur son blog personnel, ou en mettant en cause ses dirigeants, venus eux aussi avec des mégaphones  : « une fois au Capitole, j’ai vu les drapeaux du Japon et le bâton de fer des sanctuaires sur la droite. Je suis allé là-bas pour les soutenir. Le 2eme roi parlait dans un microphone. Les gens jubilaient, célébraient leur liberté, mais étaient également bouleversés lorsque la nouvelle est sortie que Pence avait décidé de ne pas rejeter les faux électeurs. … La police du Capitole s’est alignée comme une police anti-émeute avec des boucliers et a essayé de pousser la foule. Les patriotes ont repoussé le cordon policier. La police a tiré sur nous des grenades lacrymogènes. » A noter qu’il indique aussi que le point de ralliement donné par son « roi » était « la fontaine de la 16th Street (c’est la Haupt Fountain, qui est double, située au sud de l’Ellipse, donnant drectement sur Constitution Avenue, qui mène… au Capitole !!! Ceux-là aussi savaient à l’avance que ça se passerait là en priorité ! ).

L’entreprise d’armes à feu du frangin Moon vend aussi un drôle de bouquin à l’inquiétant scénario (comme sa couverture aussi !) ainsi résumé : « si vous êtes un lecteur et que vous aimez vos romans bourrés d’action, consultez l’auteur P.A. Le dernier volet de Glaspy de sa série de fiction post-apocalyptique « Perilous Miles »: « 200 Miles to Liberty ». Suivez le major Damon Sorley alors qu’il parcourt une route longue et dangereuse pour amener le président élu en toute sécurité à Washington, DC Ses personnages principaux reviendront, et cette fois aussi l’un de nos pistolets Kahr, avec « Amanda » utilisant notre édition spéciale  » Tig » ST9 ! Le ST9 est suffisamment compact pour un transport dissimulé, tout en offrant notre plus grande taille de poignée pour une prise de vue facile et une capacité de chargeur supplémentaire. La version Tig présente une finition Kryptek Typhon personnalisée sur le cadre, avec une glissière en acier inoxydable noirci. Chaque arme porte la signature de John « Tig » Tiegen et le logo Beyond the Battlefield Foundation sur la diapositive » . Le cas de Tiegen a déjà été expliqué ici (mais je la remets ici en (2) avec sa photo lors du meeting du ROI).  On se dit qu’ils sont à part, qu’ils sont fous, et qu’ils ne représentent pas grand chose en nombre… Mais le plus gros hic, pour sûr c’est quand un autre fou de dimension nationale vient célébrer cette secte débile et glorifier la « grande histoire » de son leader « une personne extraordinaire », le 12 septembre dernier. Non, vous ne rêvez pas non plus, c’est bien… lui, Donald en personne (ici à droite) ! Inimaginable séquence enregistrée !!! Quel triste sire pathétique !!! Une vidéo qui montre à quel point Trump comptait autant sur Rod Of Iron que sur les Proud Boys !!

Le « black robed regiment » cité est aussi « historique » : « l’ancien aumônier des Oath Keepers et partisan du Black Robed Regiment, le pasteur Chuck Baldwin, a prononcé un sermon devant les forces anti-gouvernementales lors de l’affrontement de Bundy Ranch en 2014. Cliven Bundy et des centaines d’extrémistes armés antigouvernementaux ont repoussé les agents fédéraux qui tentaient de percevoir plus d’un million de dollars en frais dus ». Encore une fois on y revient !

La religion du bus ?

Qaund les bus partent à l’heure, on se dit que le patron de l’entreprise de transport s’en fait une religion. Il y en a un autre qui pratique les deux… Frank Scavo, lui aussi dans la liste des moonistes, est un agitateur républicain ancien directeur d’école (la Old Forge School), et un bel hypocrite : c’est celui qui a organisé 5 bus sur Washington contenant 200 supporters  (ici à gauche il a en main une liasse de billets verts à leur départ !). Une habitude pour lui : dans son école, il s’intéressait déjà en 2019 à recruter des chauffeurs de bus !! Quand la presse est venue chez lui lui demander si lui-même était entré lui-même dans le Capitole il a dit que non, il n’était pas entré. Manque de bol pour lui, il a bel et bien été photographié à plusieurs endroits dans l’enceinte (dont une ici à droite) !! Or Scavo est très lié à la secte moniste et a organisé plusieurs manfestations avec eu comme ici à Lancaster en face du bureau du House Speaker local Bryan Cutler, rassemblant une centaine de personnes pas plus:

L’homme est un activiste pro-trump et un politicien raté qui n’a cessé de participer à des meetings anti-lockdown, réclamant partout l’ouverture des commerces, un anti-vax forcené également, comme ici à gauche. Parfois sous le regard même de la secte Moon, comme ici à droite avec son leader en train de le prendre en photo. Lors du festival 2020, il a été l’un des présentateurs les plus actifs, et il fait donc bien partie de la secte, et à un haut rang, manifestement. Sur la photo finale, il est aux côtés même de Sean Moon, qui a même posé sa main sur son épaule… la consécration !!

Mais tel un vrai idiot, il s’était lui-même photographié devant un des tableaux les plus connus à l’intérieur du Capitole, apportant tout seul la preuve de son forfait… un de plus, donc,  pris au piège de la maladie des selfies !! Comme défense, il n’a rien trouvé de mieux que de dire « qu’on l’a poussé à l’intérieur » !  Et comme défenseur, il a choisi Ernie Preate, qui est aussi le père de la chargée de communication de Bannon, quel curieux hasard, n’est ce pas ! Le père a été démis du barreau US en 1995 pour racket et corruption !!! Ce qui ne l’a pas empêché de devenir membre du Pennsylvania Legislature’s Joint State Government Commission’s Advisory Committee à qui il prodigue de juteux conseils !! Alexandra Preate (ici à gauche avec Jeff Bush), elle, est désormais plus célèbre que lui depuis un tweet assez fabuleux : le jour où Wikileaks a sorti les emails d’Hillary Clinton elle avait fait la gaffe du siècle en tweetant « bien joué »… à Roger Stone, le mettant ainsi en cause directement dans l’affaire !! Preate-Stone-Bannon-Scavo, tout remonte une nouvelle fois vers… Donald !!

Au meeting de 2020  des moonistes, Scavo avait suivi sur scène l’intervention de … Steve Bannon (s’exprimant en vidéo)  en criant au micro  « vous avez entendu Steve Bannon », a déclaré Scavo. « Maintenant c’est notre heure, maintenant c’est votre heure. Travailler les sondages – tout ce que vous faites est de vous assurer que tout se passe bien, que tout se passe comme prévu. Tout ce que vous faites, c’est vous assurer qu’il n’y a pas de bus remplis de personnes qui se présentent et votent par hasard. » (c’est lui qui enverra les siens deux mois plus tard, c’est à se tordre de rire là !!)Bannon l’avait précédé avec une prédiction (devant un auditoire de secte religieuse, il ne prenait pas de risques) : « ce que la gauche a l’intention de faire – et vous le voyez en Pennsylvanie en ce moment – utiliser les tribunaux, utiliser les médias sociaux, utiliser les médias grand public pour essayer de s’assurer que Trump ne soit pas déclaré vainqueur ce soir-là », a déclaré Bannon. Il a promis que les forces Trump « gagneraient cette chose », ajoutant : « La Pennsylvanie est la clé qui permet de crocheter la serrure pour un deuxième mandat Trump. » Conscient de l’échec annoncé de son poulain dans les sondages, Bannon avait anticipé la parade : c’était perdu d’avance, alors autant faire croire que la victoire n’était pas juste, et qu’elle serait volée ! Scavo directeur de SIP LLC, société d’investissements (dans les bus) s’annonce désormais comme « Director of Pennsylvania coalition for election integrity », à savoir qu’il se place sous la bannière de Joe Oltmann !!! Un de plus ! Remarquez lui aussi à débuté dans les bagnoles , pour Napa Auto Parts.. Et à vrai dire, Scavo n’aura pas été le seul à organiser une noria de bus pour Washington. Un autre aussi s’en est chargé : le sénateur Doug Mastriano, quel hasard, tiens encore … comme l’ a fait aussi Amanda Chase (et que dire de celui ici à droite qui circulait librement dans les rues de Sacramento, en, Californie, avant l’intronisation officielle de Joe Biden ?).

Plus c’est gros, plus ça passe, avec Donald

Le dénommé Teddy Daniels, présent aussi au meeting mooniste, est aussi un candidat au Sénat que l’on imagine sans étiquette il semble, à l’apparence (tant il « méprise » en campagne Mitt Romney et Liz Cheney). En fait il est bien républicain, et il est Trumpiste, en tout cas, et le mot est faible. Il pèse au minimum son quintal de conneries facilement, et a commis le clip de campagne le plus idiot que je connaisse (et j’en ai vu pourtant) ! Imaginez-ça au Congrès !!! C’est Marjorie Greene puissance X ce tas de lard ! Il a pourtant invité par Trump récemment à déjeuner à son golf en posant même avec Ivanka et le représentant républicain de Georgie Jody Hice !! Il semblaient tous ce jour-là (ou plutôt Ivanka en particulier) avoir oublié la photo du même Daniels posant au Festival des moonistes, avec un slogan du meilleur goût… et pas vraiment dans le style MeToo ! l’homme s’affiche aussi avec des sweats de bikers… qui lui vont mieux que le costume à vrai dire ! Des Bikers for Trump, obligatoirement (et un signe du diable au passage, un !).

Un Daniels qui avait été odieux peu de temps auparavant quand il avait moqué les larmes des policiers agressés au Capitole : « Daniels n’a pas non plus semblé plein de remords pour l’attaque contre le Capitole des États-Unis. Après que quatre policiers ont témoigné du bilan physique et émotionnel qiue les émeutes avaient causé à eux et à leurs collègues, Daniels, un ancien policier, a publié une photo d’un essuyant des larmes. « Vous savez qui ne peut pas pleurer et donner un témoignage dramatique, théâtral et scénarisé ? Tous les flics qui ont été tués l’été dernier lors des émeutes de BLM & Antifa. Heureux que ce gars travaille au Capitole, j’adorerais voir ces gars travailler avec de vrais flics de rue à Chicago, Baltimore, Philly et LA », a-t-il écrit. « Croyez-moi, ils peuvent porter un badge, ils peuvent être des forces de l’ordre. Mais ce ne sont pas des « COPS ». Il y a une très grande différence entre les deux » avait-il osé. Remarquez l’homme avec qui il a déjeuné est celui qui a regardé l’assaut à la Maison Blanche sur un téléviseur en souriant, selon plusieurs témoignages concordants… A gauche c’est Daniels lors de son discours -écrit- chez les moonistes, qu’il préfère donc aux défenseurs du Capitole !! Et à gauche encore en dessous une annonce Instagram de la secte apocalyptique avec un Daniels en point central, ayant changé de t-shirt pour le slogan « Audit PA » : l’homme veut devenir sénateur mais affiche ne pas avoir confiance dans le système d’élection !!! Allez comprendre !!!

Et que penser d’autres clichés… fort compromettants pour l’invité de Donald. Celle en particulier prise sur le parvis de l’aile Est du Capitole, bien avant l’envahissement, accompagné au staff de son équipe électorale, ce qui signifierait aussi que Daniels n’aurait en ce cas même pas assisté au discours de Trump sur l’Ellipse, et il est en compagnie de son pote de secte Rod of Iron, à savoir… Frank Scavo, l’organisateur de la tournée de cars d’émeutiers ! Il portait alors sa casquette rappelant ses hauts faits d’armes qui lui avaient valu une Purple Heart, à savoir d’avoir résisté seul à un groupe de talibans alors qu’il venait d’être blessé par un tir de sniper. Et on le retrouvera plus tard mêlé à la foule des émeutiers  avec le même couvre chef !!! Et comme ce n’est définitivement pas une lumière, il annoncera tout seul sa présence sur le périmètre interdit, via un Tweet saluant les patriotes qui allaient dévaster ensuite le bâtiment !! A se demander ce qu’il avait pu dire sur la radio. Enfin pas n’importe laquelle non plus : celle de Steve Bannon bien sûr !!

Le petit monde de Donald est schizophrène à l’évidence, à lire cette « une » de journal de  juin dernier et ce titre effarant (ici à gauche).  Remarquez, ça n’a pas pour autant marché pour Daniels  : le 4 juin 2020, il a été battu pour l’investiture du GOP, où figuraient avec lui Mike Cammisa, Earl Granville, Harry Haas et Mike Marsicano. Battu au final par Jim Bognet dans la bataille pour le 8th District du Congrès (et donc pas investi donc par Trump !). Les quatre avaient rapidement reconnu leur défaite… sauf Daniels, qui avait sorti un argument ahurissant pour un républicain de son acabit : « des milliers de bulletins de vote par correspondance dans les comtés de Lackawanna et de Monroe, ainsi que des milliers de bulletins de vote provisoires où les gens auraient dû pouvoir voter mais n’ont jamais reçu leur bulletin de vote par correspondance, n’ont pas encore été comptés »,  a écrit Daniels dans un article enflammé sur sa page decampagne Facebook. « Je ne concède rien. Je veux que chaque vote soit compté », a ajouté Daniels (en Trump délocalisé !) . Amusant en effet quand on sait que les trumpistes accusent Biden d’avoir été élu par les bulletins par correspondance !! Bon d’accord, il avait quand même reçu le soutien de collègues, dont ceux aperçus d’ailleurs aussi au Capitole quel hasard : Doug Mastriano bien sûr ! Et même un second : Mark Finchem, bien sûr aussi !!  Et même une troisième : Marjorie Greene, bingo ! Une vraie légion de pouces levés (hilarante la photo derrière les deux marioles ici à  droite avec le tableau qui fait la même chose qu’eux !)  !!  Sans oublier Paul Gosar !. On prend les mêmes, et ça recommence (ce sont tous des clients réguliers au micro de Bannon) !! Celui du noyau dur des soutiens, obligatoirement aussi au courant des préparatifs de coup d’Etat imminent !

A noter dans la liste de demeurés l’apparition également d’Alan Gottlieb, le fondateur du Second Amendment Foundation, et le responsable du Citizens Commitee for the Right to Keep and Bear Arms, le pire individu existant dans la liste, et de loin. Je l’avais déjà repéré bien encadré d’hommes en armes lors du meeting de Richmond. C’est là où ont été aperçus en premier il semble bien le dispositif de bandes orange fluorescent (ici à droite) pour distinguer les membres du même groupe repris ici par les Proud Boys, quand ils n’arboraient pas de bonnet de laine de la même couleur. J’avais écrit « Si l’on cherche les prémices des événements du 6 janvier, il faut jeter un œil du côté de la Virginie, de sa capitale Richmond, et de son Capitole »… L’un des pires thuriféraires du lobby des armes existant. Le nœud pap’ le plus affligeant du monde , avais-je ajouté !  Et il avait assisté, lui aussi, en 2019 au festival des moonistes comme le montre la photo ici à droite  !

Doug Mastriano, invité lui aussi avec son compère chez les moonistes,  avait en prime utilisé les deniers de sa campagne pour fournir lui aussi des bus supplémentaires pour se rendre à Washington le 6 janvier !!! Il était déjà intervenu lors du meeting du 12 décembre sur Freedom Plaza… (cf ici à droite). Et avait activement participé à la grotesque prestation de Rudy Giuliani et ses experts de pacotille (Russell Ramsland, Phil Waldron), le 25 novembre 2020 au  Wyndham de Gettysburg (ici à gauche). Ce jour-là, Mastriano s’était montré fort joyeux… faisant du faux procès un véritable spectacle… de cirque ! Grotesque, mais déjà avec une arrière pensée qui va s’avérer tenace, celle de la contestation de résultats, même à partir de faux calculs, dans lesquels les républicains vont s’engouffrer, à y perdre leur âme, si tant est que Trump leur en ait laissé une… à en pourrir le pays à un point inimaginable (ici les enregistrements sonores où l’on entend Trump au téléphone au ton plus qu’énervé dire qu’il a gagné largement (« oui, ils ont volé une élection, mais nous n’allons pas — Nous n’allons tout simplement pas laisser cela se produire ! ») et que « Doug est le héros. Et votre groupe qu’ils sont venus, ils sont venus au bureau, mais Doug est le héros absolu. Alors Eric (nota : Metaxas) , on se retrouve. Je pense que vous faites un travail fantastique et continuez comme ça. Continuez comme ça! ». Mastriano, lui aussi Bannon addict, un héros ? Mais de quoi ? Ah ça, on va devoir y venir ! Et dès le prochain épisode !

 

1) un autre grave fêlé venu du Tea Party lui aussi, selon The Intercept :

« Saccone s’appuie sur sa propre expérience personnelle pour plaider largement en faveur d’une utilisation élargie des techniques qualifiées de torture. Les exemples de son séjour en Irak incluent le fait de dire à un suspect que, à moins qu’il n’avoue, il sera remis à une milice qui l’exécutera. Dans un autre, Saccone écrit à propos d’un suspect endurci qui a exprimé sa peur lorsqu’il a vu un gros chien policier allemand, alors Saccone a fait croire au suspect qu’il libérerait le chien pour attaquer le suspect à moins qu’il ne fournisse des informations. Et dans un autre, Saccone discute de l’utilisation de fils sous tension pour menacer un détenu d’électrocution.« Les menaces d’électrocution, d’attaques par des chiens,recommandées par Saccone sont aussi clairement illégales au regard de la Convention contre la torture, qui interdit à la fois les souffrances physiques et mentales », dit Gordon.« En effet, ajoute-t-elle, la souffrance mentale de la torture pourrait bien avoir les effets les plus durables sur ses victimes, comme en témoigne une remarquable série d’entretiens avec des survivants de Guantanamo.Alors que Saccone n’a pas fait de la torture une partie principale de son appel politique, son site Web de campagne du Congrès vante son trvail « d’identification, de capture et d’interrogatoire des insurgés » en Irak. Saccone, qui a été élu lors de l’élection de la vague du Tea Party de 2010 à un siège législatif de l’État, a mis en avant les questions sociales dans sa candidature au Congrès cette année. 

Et au final, le bouquet: « Il est généralement connu dans la politique de l’État pour avoir tenté de faire de 2012 l’« Année de la Bible » et a longtemps fait campagne pour affirmer qu’il ne devrait pas y avoir de séparation entre l’Église et l’État « Dieu a établi un plan pour nous », a déclaré Saccone à un animateur de radio de droite chrétienne l’année dernière, discutant de ses plans pour un poste fédéral. « Il veut des hommes et des femmes pieux dans tous les aspects de la vie. Il veut que des gens qui régneront avec la crainte de Dieu en eux règnent sur nous. »En 2018, Saccone a été défait en primaire par son collègue républicain Guy Reschenthaler . Et aussi par le démocrate Conor Lamb dans un second scrutin.Heureusement on va dire.

(2) Voici une bio plutôt hagiographique  magnifiant son action en Libye lors de l’attaque contre l’ambassadeur  à Benghazi : » Le 11 septembre 2012, Tig et le reste de son Global Response Staff (GRS) ont désobéi aux ordres, ont quitté l’annexe de la CIA et ont tenté de secourir l’ambassadeur américain Christopher Stevens et l’officier d’information Sean Smith dans un complexe diplomatique américain à Benghazi, en Libye. Ses actions lui ont valu le prix d’héroïsme et de vaillance. Plus tard, Tiegen a co-écrit le livre 13 Hours: The Inside Account of What Really Happened in Benghazi et a été consultant pour le film 13 Hours ».  Ce qu’oublie de dire Tiege, c’est qu’ailleurs l’action du GRS, des privés travaillant pour la CIA, a toujours posé problème. Selon The Guardian  « Glen Doherty et Tyrone Woods, les deux agents décédés dans l’incident de Benghazi plus tôt cette année, faisaient tous deux partie de la GRS, dont le Post rapporte qu’elle compte au moins 125 employés à l’étranger. Raymond Davis, le « diplomate » capturé au Pakistan début 2011, faisait également partie du groupe (j’ai évoqué le cas troublant ici, il y a 10 ans déjà). Leur  grande exposition a commencé en 2011 lorsque Davis a ouvert le feu sur un couple de voyous pakistanais qui l’avaientt confronté dans les rues animées de Lahore. Davis, un ancien soldat des forces spéciales, a sorti son pistolet Glock semi-automatique de 9 mm et, toujours au volant, a ouvert le feu. Cinq coups de feu tirés à travers le pare-brise. Muhammad Faheem, un bandit de rue de 19 ans, est mort. Ensuite, un détachement de sauvetage roulant à contresens dans la rue dans un Toyota Land Cruiser a renversé un « négociant en cosmétiques » et a continué à avancer. Un peu le contraire de secret. Un an et demi plus tard, Fox a rapporté que Woods était dans un camion « faisant tourner le moteur » alors que la mission diplomatique à Benghazi était attaquée. Il devait le remettre alors en marche, parce qu’ils auraient reçu l’ordre de « se retirer » des agents de la CIA, une affirmation que l’Agence non seulement nie, mais poursuit en disant qu’il n’y a eu « aucun retard » dans leur temps de réponse. » Nota : lui auss était au festival des fêlés en 2019 (ici à gauche).

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le gouvernement des Etats-Unis est-il coupable de génocide ?

Xiao PIGNOUF « Si jamais nous sommes forcés de déterrer la hache de guerre contre une ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *