Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / analyses / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (3)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (3)

Il y a des gens comme ça qui sont tellement peu doués de charisme que l’on passe à côté d’eux, sans s’apercevoir de leur importance ou de leur pouvoir de malfaisance via leur réseau d’influence. Joe Oltmann, ancien vendeur de voitures d’occasions séduit par la religion et aujourd’hui à la tête d’un petit empire médiatique est de ceux-là. Personne n’aurait imaginé un jour le voir fomenter un coup d’Etat partit d’un hoax grossier qui a tant plus à un président ayant perdu la boussole après un verdict sans appel des urnes. Et pourtant. Les ramifications de la tentative échouée qui remontent toutes au Willard Hotel, véritable QG de campagne de guerre, nous le prouvent.  Et Joe Oltmann, sans ambiguïté aucune, est donc sans en grande partie responsable des événements du 6 janvier…

On n’en a pas totalement fini avec les photos fuitées de Rudy Guiliani prise dans l’hôtel Willard, Que tout le monde reconnait enfin comme QG central du coup d’Etat tenté  : le troisième cliché nous montre en premier plan un homme effectuant un double V  de victoire se serait Robert Hyde, selon  Seth Abramson, le malentendant, ami personnel de Trump, largement embarqué dans le scandale ukrainien, photographié lui aussi avec Roger Stone, un cigare à la main (lire ici ses accointances), mais aussi à nouveau la présentatrice Christina Bobb, de dos, et à nouveau John C. Eastman. On notera cette fois comme éléments de décor de nouveau les chaises, la table basse carrée aux pieds dorés, un petit sofa gris aux montants en courbe douce et la lampe derrière lui. Plus deux individus valant le détour : le premier s’appelant Samuel Lazar sur lequel sur leqon reviendra, promis, et second sur lequel, on va s’étendre un peu étant le businessman devenu millionnaire Joe Oltmann (ici à droite), extrémiste ayant attaqué bille en tête et sans preuves sérieuses Eric Coomer, le directeur de Dominion Systems en l’accusant d’avoir trafiqué l’élection, ce que personne n’a réussi à démontrer à ce jour, même pas les illuminés d’Arizona qui ont cherché pendant des mois pour savoir si les bulletins envoyés en premier (mais dépouillés en dernier) n’étaient pas faits à base de bambou car venant de Chine (????).

Les obsédés du recomptage (raté !)

Ceux-là viennent pourtant (enfin, le 24 septembre dernier seulement !) de reconnaître que Biden avait bel et bien gagné ! Après avoir dépensé des milliers de dollars pour rien !!!  Un verdict humiliant pour les zozos ayant recompté : « après des mois de travail et quelque 6 millions de dollars dépensés, un soi-disant audit qui, selon les partisans de Trump, montrerait que l’élection avait été volée au président vaincu a révélé que Joe Biden avait en fait remporté l’Arizona par plus de voix que le décompte officiel – et il n’a trouvé aucun preuve concluante que l’élection avait été influencée par la fraude (…). Les rapports de l’examen que la présidente du Sénat Karen Fann a commandé sur les résultats des élections du comté de Maricopa ont déclaré qu’un décompte manuel de près de 2,1 millions de bulletins de vote lors des élections de novembre 2020 a révélé que Donald Trump avait 261 voix de moins que le sondage officiel du comté lui avait donné, tandis que Biden en avait 99. Au total, Biden a obtenu 360 voix dans le décompte manuel « d’audit » du Sénat – qui a été critiqué par les experts électoraux comme fondamentalement défectueux – lui donnant une victoire de 45 469 voix dans le comté de Maricopa. Officiellement,  Biden a remporté le comté par 45 109 voix et l’État par 10 457 voix. » On a sombré dans le ridicule, avec cette longue et grotesque opération !!!

Apparu au grand jour après l’élection de 2020 avec un hoax grossier

Oltmann, venu du fin fond du Colorado, jusqu’ici était passé au travers du filet. Démuni de charisme, mauvais sur scène, il ne figure pas dans les ténors trumpistes ni n’a de page Wikipedia et on ignore même où il est né. Et pourtant : comme tout bon extrême-droitiste, il n’est effectivement rien politiquement, ne s’est jamais frotté au suffrage universel, mais il a tissé un réseau d’influence empiétant sur celui des pasteurs en proclamant sa foi… nébuleuse. Sans épaisseur aucune donc, il en a pris une soudainement en se déclarant « spécialiste » et en prenant fait et cause pour la théorie de l’élection volée selon lui par les ordinateurs de Dominion alors que la marque n’est pas le leader de ce genre d’engins à voter dans le pays (c’est toujours ES&S avec la moitié du parc installé pour lui tout seul). Comme l’a très bien écrit CPR News, « l’accusation a commencé avec un militant conservateur du comté de Douglas, Joe Oltmann. Il a affirmé sur son podcast qu’il avait infiltré un appel avec des membres « Antifa » de la région de Denver qui comprenait un homme identifié comme « Eric de Dominion » (ici deux podcasts d’Oltman le premier à gauche avec Max McGuire (auteur au Federalist, lié du Tea-Party), le second à droite en live avec la très réac pro-Trump Michelle Malkin) . Voici ce qu’Oltmann a balancé, sans preuve aucune : « Ils parlent lors de cet appel et il répond, et je paraphrase ça, n’est-ce pas… » Ne vous inquiétez pas pour les élections. Trump ne va pas gagner. Je m’en suis assuré. Ha ha.’ Et tout le monde dit ‘Ouais’. Et puis quelqu’un d’autre répond « effing right’ », a déclaré Oltmann. » Tout ceci étant pure invention !!!

Un jugement récent, en date du 17 septembre 2021, du Tribunal de Denver, à pourtant fermement condamné cette attitude de harcèlement infondé envers Coomer (ici à gauche): « il s’agit d’un cas où les poursuivis ont publié des déclarations graves et scandaleuses concernant un citoyen privé- et en agissant, a détruit sa vie privée, sa sécurité et sa réputation. Les accusés n’ont jamais eu la moindre preuve fiable que l’une de leurs déclaratons diffamatoires sur le Dr Coomer était vraie, et les poursuivis savaient et auraient dû savoir que ces déclarations étaient sans fondement et fausses. Ni le premier amendement ni la loi anti-SLAPP du Colorado n’isolent les poursuivis de ces actes délictueux ». Oltmann avait répandu un hoax total selon les juges ! Le bon chrétien déclaré a joué au Judas en désignant du doigt un (faux) responsable de l’échec de son idole !

Glorificateur de la violence

Pire encore, il a justifié sans hésitation depuis l’usage de la violence pour recourir aux fins de Donald, à savoir l’annulation de l’élection. Le 21 mars 2021, il récidivait encore, ouvertement, en effet, lors du “Free DougCo” (pour enlever l’obligation de porter le masque dans le comté de Douglas County dans le Colorado, en déclarant « si quelqu’un me demande : « Joe, plaidez-vous pour la violence ? » Je vais vous dire que non. Mais si vous voulez prendre notre pays, il faudra que ce soit par la violence. Si vous voulez nous enlever notre mode de vie, vous ne le ferez pas sans que le sang ne soit versé ». Derrière lui un gros bras arborant un t-shirt avec le drapeau de Betsy Ross. Celui si cher aux III Percenters (celui de Nyberg) ! Aucun remords chez lui et bien au contraire : une glorification plutôt des événements sanglants du 6 janvier ! Oltmann, toujours entouré d’étranges gros bras :  une sorte de Judas, donc, mais avec une garde romaine ! Un Judas qui a gardé le réflexe du commerce : il a fondé un site « givesendgo.com » intitulé prétentieusement  » le Joe Oltmann Election Integrity Defense Fund« , qui se charge de collecter de l’argent pour « démontrer » la pseudo-fraude électorale de 2020. Il annonçait l’objectif d’un demi-million de dollars… mais  n’a atteint que le 1/10 eme à peine ce jour, une paille aux USA, juste de quoi s’acheter un pickup US classique et en prime on n’a toujours rien trouvé de probant sur le sujet !!!

Un banal vendeur de voitures reconverti dans la religion

Acheter un pick-up ? Ça lui rappellerait ses débuts comme banal vendeurs de bagnoles d’occasion dans sa boutique de Millennium Autosport, ouverte en 2001 à « three miles west of Centennial Airport ». (c’est en fait en bout de piste 35R-17L!) « Joe Oltmann a commencé à vendre des voitures en gros dans son garage. Il a acheté les voitures aux enchères ou aux concessionnaires automobiles, puis les a vendues à d’autres concessionnaires. Il cherchait également constamment des amis et des véhicules familiaux, il a donc finalement dû obtenir son permis de vente au détail (…) Il a commencé avec Emmick, qui est maintenant Elway ; il a commencé comme vendeur et a tout simplement gravi les échelons », a déclaré Ankeney. « Il a également travaillé pour Ferguson pendant un certain temps. Il a beaucoup de talent, de dynamisme et d’énergie. C’est le gars qu’ils feraient venir pour réparer les concessionnaires. Il connaît vraiment son affaire, les gens et le modèle d’affaires. Il connaît aussi les voitures comme un fou. Et il connaît le marché, donc il connaît le bon moment pour acheter ou vendre aux enchères automobiles, et quand c’est le bon moment pour faire le plein de voitures de sport et quand se débarrasser des véhicules utilitaires sport ».  Pour les voitures d’occasion il avait trouvé une drôle de technique pour être sur de ne pas se faire avoir. Il a joué par exemple au détective pour aider les policiers du comté d’Arapahoe à résoudre une affaire de vol de véhicules qui avait fait l’actualité locale. « Un client a acheté un de ses véhicules Mercedes Benz avec un faux crédit. Cette voiture et des dizaines d’autres volées dans la région métropolitaine ont été vendues à un magasin de pièces détachées. Il a découvert l’information en faisant peur au client frauduleux pour qu’il partage les noms des autres personnes impliquées. Ils ont arrêté 17 personnes avec 163 inculpations, donc c’était un gros problème », a déclaré Oltmann… » Il est toujours président de l’entreprise mais préfère parler de sa réussite dans les médias et les bases de données clients aujourd’hui, (Data as a Service -DaaS- company, où tout se fait sur le Cloud) c’est plus dans l’air du temps… il fait de tout en communication, y compris la réalisation de clips vidéos…  comme ces deux  extraits pour une boite spécialisé dans l’apprentissage du tir… un loisir, il est vrai, aux USA !!! Notez que sa boutique édite aussi des badges d’accès à des meetings. On en verra plein de différents lors de ce 6 janvier : là encore un dispositif précis, qui avait aussi pour but de permettre à des tas de gens de franchir les barrages de police, car déclarés assermentés par cette même police !!!

Doté d’une milice ayant pour chef un mercenaire retour de Libye !

On l’a oublié, mais ce bon Joe,  preux catholique  » – il se vante d’être the « Leader In Christian Fundraising » – possède aussi son groupe de milice armée (ici à gauche), qui a déjà fait des siennes dans le Colorado lors du rassemblement mortel  du 10 octobre 2020 (voir ci-dessous). « Comme le nom de l’événement l’indique (« muster »- rassembler-  signifie rassembler des troupes militaires), le rassemblement était un appel à l’action pour que les partisans armés se rassemblent publiquement. La FEC United possède son propre groupe armé appelé United American Defence Force (UADF), dirigé par l’ancien entrepreneur en sécurité de Benghazi, John Tiegen (1) La « force de défense » n’utilise pas le mot « milice », mais il ne se distingue pas des autres groupes coordonnés de civils armés. L’UADF n’est qu’une composante de l’organisation à plusieurs volets de FEC United (FEC signifie Faith, Education & Commerce) qui a l’ambition d’être une organisation nationale politique et politique pour la droite religieuse. » Et en effet, extérieurement, ils ont tout des Oath Keepers ou autres III Percenters ! Au tarif de 50 dollars l’inscription et 10 tous les mois… il n’y a pas de petits profits. Ce jour là « Parmi les orateurs figuraient le chef de l’UADF John Tiegen, le candidat du GOP au Congrès Casper Stockham, l’instructeur d’autodéfense Jimmy Grahm et l’animateur du podcast Major League Liberty Louie Huey, qui a exprimé son soutien continu aux Proud Boys »La preuve en photo ici avec…le meeting de Trump dans le Colorado où le sénateur Casper Stockham (taxé ici de fasciste), entourés de Proud Boys affichant leurs couleurs légendaires.  Stockham est ici à droite avec l’extrémiste Michelle Malkin, la « Groyper Mommy » dont on a déjà parlé ici (et pas vraiment en bien): c’était pour un meeting pro-police !!!

Le plus dur, à propos de Louie Huey, est d’essayer de trouver une photo dans laquelle il ne ferait pas le signe suprémaciste OK (WP en fait, pour White Power), avec les doigts, ce qu’il fait constamment … comme ici à gauche avec Zach Lightner, autre Proud Boy fascisant, lors du meeting  nationaliste du Patriot Prayer de Portland en août 2018. Pas étonnant qu’il dise apprécier la violence, avec une telle compagnie !! En ce sens, Oltmann apporte un lien fort avec les Proud Boys et fait le pont avec les républicains religieux. Et lui aussi y était venu de sa rengaine hargneuse le soir du 5 janvier (ici à droite ) devant la grande bannière « Stop au vol » (de l’élection), le soir précédent  la tentative de coup d’Etat… violent !

Même pas prophète dans son Etat

Sans vision politique, il ne pouvait que sombrer dans la veine du complot. Le 6 janvier, il y a avait eu aussi une manifestation devant le Capitole local de Denver, annoncé par un flyer  (cf celui ici à droite) signé Oltmann. Un drôle de flyer, révélant une influence QAnoniste évidente avec le moto : « the storm », la tempête tant attendue par la secte !!! Mais l’effet espéré n’aura pas lieu, la tempête sera une toute petite brise incapable de faire bouger les drapeaux : très peu de monde présent, une animation ridicule, effectuée par le directeur de l’Election Integrity Defense Fund, la création d’Oltmann pas très convaincante,  et la présence de Casper Stockham, encore lui., mais qui rejettera lui, fermement, au moins, l’idée de violence à Washington (retransmise en direct dans la sono), en parlant à ce props de « folie. » Bref, un flop total… il y avait aussi le candidat gouverneur républicain Greg Lopez. Mais on avait  surtout remarqué la présence fort voyante de Proud Boys tout autour de la scène, révélant une nouvelle fois les liens privilégiés déjà perçus aupravant chez Oltmann… devant la scène,, dans ce groupe, on découvrait un peu surpris   des maigrichons, fluets ou petits râblés, ou même des filles (?) : pas de quoi vraiment faire peur, on nageait plutôt en plein folklore « proudesque’. De posts-ados boutonneux vêtis en  jaune et noir, pales d’une armée ! L’un d’entre eux portait une matraque de bois, un autre un spray de répulsif au poivre dont on distingue l’étiquette montrant un ours : c’est bien de la bear-mace. On en conclut que les Proud-Boys demi-sel de Denver façon Oltmann ont envie de repousser et non plus d’attaquer !!! Oltmann a donc faux sur tout les points ! « The Storm » ?  Une vaguelette !!!

Une influence fortement gonflée… 

Aujourd’hui, notre bon chrétien amateur de Proud Boys s’est acoquiné avec un pasteur canadien controversé, Arthur Pawloswki (on va en reparler bientôt) pour participer à son « Reawaken America Tour » à épisodes, il se sont rencontrés à Colorado Springs (ici il est à Castle Rock devant une audience réduite, selon le son de sa salle qui résonne beaucoup). Ils y ont parlé Covid19 et l’absence de masque, devant une foule clairsemée, il s sont aussi revenus sur leur obsession commune: les élections soi-disant volées. Pawlowski ayant lui déjà eu des contacts avec un confrère croisé ici, le pasteur Greg Locke (cf ici à droite), mais aussi avec un autre personnage clé du complot du 6 janvier : Michael Flynn (ici à gauche) ! Pawlowski est également beaucoup promu depuis plusieurs mois maintenant (on va y revenir) par Cindy Chafian, l’organisatrice du meeting du 6 janvier qui a tourné au désastre que l’on sait. Et les deux connaissent aussi très bien un autre homme, devenu homme de radio avant, pendant, et après l’insurrection, qu’il appelait depuis des années de ses vœux. La photo ci-dessous scellant un autre pacte encore entre complotistes, puisque l’homme n’est autre que Steve Bannon (Flynn et Bannon ayant eux-mêmes été reçus par Trump en personne quelques heures avant le déclenchement des hostilités au  Capitole : ici à droite c’est une image de février 2017 où ils venaient prendre leurs ordres dans le bureau de Trump) !! Ci-dessous, Chafian, Pawlowski et Bannon dans le studio radio de ce dernier : signalons qu’il habite dans le block de maisons situées sur la A Street NE au N°210, ou plutôt c’est là plutôt que sont installés les bureaux de Breitbart.  C’est à moins de 100 mètres à l’Est de l’arrière du bâtiment de la Cour Suprême, qui a constitué un point de ralliement pour un bon nombre des manifestations de la capitale. Le studio de radio n’est pas situé là, en tout cas. La maison elle appartient en fait à Moustafa El-Gindy, ancien membre du parlement égyptien, qui a acheté la propriété pour 2,35 millions de dollars en 2009, et Breibart la lui loue, donc.

La nébuleuse Oltmann : tous de fieffés menteurs

Car Oltmann, dans un classement des pires dénigreurs de la dernière élection se situe en deuxième position au Colorado, juste derrière le vétéran de l’Air Force Shawn Smith (où il était  » Cyber Systems Operator » parlez du peu, il est ici à droite), décrit ici avec humour par le journal local critique, le  Coloradonewsline, dont la lecture est un régal constant (quelle belle plume !): « il témoigne sur l’intégrité des élections devant les organes de l’État. Il parle dans des émissions de radio de droite. Il travaille avec Election Integrity Defense Fund (nota : création d’Oltmann). Il est apparu avec Peters et Bishop au « Cyber ​​Symposium » (on verra ce que c’est en détail, bientôt). « Son message illustre l’objectif primordial des Trumpistes, d’éliminer la confiance dans les élections afin que Trump puisse reprendre le pouvoir par d’autres moyens. « Je vais être aussi direct et direct que possible: nos systèmes de vote ne sont pas sécurisés », a-t-il déclaré, à tort, lors d’un appel vidéo de groupe organisé par Bishop. Et il n’hésite pas à faire des allusions détournées à la violence : « Ma dernière décennie de service militaire était très centrée sur nos ennemis étrangers, et je ne peux pas vous dire à quel point je suis désillusionné de prendre conscience de ce qui peut très bien être des ennemis domestiques. «  Le vieux plan des « antifas » partout (cf notre premier épisode), celui de l’ennemi intérieur, cette foire à tous les délires, le revoilà, disséminés avec force par les sbires d’Oltmann  !!! Comme arguments, ça vole toujours très bas pour un ancien de l’Air Force : mais ils peuvent faire pire encore. Lors du rassemblement « Stop the Steal » de Denver, par exemple, le 12 décembre 2020, un porte-parole de l’USEIP, Dave Roach, avait affirmé que la Chine « finançait les machines à voter » utilisées pour truquer les élections. Ah, la grande peur citée à plusieurs reprises par cet autre illuminé de Lin Wood !!! Le 12 décembre, à Denver, la manifestation avait rameuté... 60 personnes à peine ! Ces gens là sont abonnés aux meetings ratés !!! A  en être pathétiques !!! Des agitateurs, qui ne font même pas recette sur leur propre territoire ! Ridicules !!!

Des liens flagrants avec les Prouds Boys

La dame qui tenait le micro pour débiter ses sornettes (Ashe Epp), le 12 décembre, a laissé (au moins) une photo embarrassante sur le net ; celle où elle est en compagnie d’Enrique Tarrio, le leader des Proud Boys comme on le sait, prise le 11 décembre au soir … le nom « d’Intégrité » accolé à son « projet » s’effondrant du même coup !!! Elle devrait plutôt l’appeler « Projet Partisan », donc, logiquement. Or le 20 juin 2021, la même Epp (ici à droite lors du meeting – désert- du 12 décembre 2020 à Denver) organisait une causerie auprès du Mountains Republicans Club, se présentant comme « news junkie », mère d’enfants scolarisés »,  et « Originalist American Patriot », ce qui parait un peu….confus et ce qui ne veut rien dire, pour la dernière appellation ! Son groupe a surtout été un PDF de 25 pages assez sidérant décrivant toute la technique pour fourguer ses idées aux gens. Il est lisible ici. On y sent l’influence fort présente d’une boite de com’ derrière ; celle d’Oltmann bien sûr. On dirait un manuel pour employé de démarchage téléphonique débutant (on insiste sur les gens à rappeler hebdomadairement ou mensuellement, et ça rappelle beaucoup les techniques immondes de Karl Rove pour faire élire son champion G.W.Bush) !! Bien sûr, ça repose sur un système… pyramidal : c’est fortement hiérarchisé et tout remonte donc… vers Joe !

L’idée qui prévaut dans ce manuel du parfait militant étant de bousculer les républicains pour les forcer à commander un recalcul partout des comptes électoraux (objectif en séduire au moins 300 !). Notez à la fin du texte le slogan… QAnoniste : « si nous voulons obtenir un audit dans le Colorado, nous devons apporter des preuves. Au Colorado, nous avons fait du démarchage pour vérifier les élections de novembre 2020 pendant des mois. Alors que de nombreux autres États commencent cet effort, nous avons décidé d’écrire notre approche afin que d’autres puissent apprendre de notre expérience. Veuillez vous connecter avec nous pour aller plus loin. Nous sommes heureux de partager nos ressources et nos expériences avec tout le pays. Nous sommes le peuple américain. ET NOUS SOMMES LE PLAN. » Voilà qui rappelle fort un slogan de QAnon en effet !   Au début en exergue, la miss Epp avait salué des gens : « ce guide de ressources est dédié au Dr Frank, Mike Lindell, au professeur David Clements, au Colonel Phil Waldren, au colonel Shawn Smith et à tous les incroyables patriotes qui risquent des vies, des fortunes et un honneur sacré au nom de la vérité. Merci de nous inspirer et de montrer la voie. Signé : Les super mamans du Colorado »… En fait aucun de ses « témoins » d »une quelconque fraude n’est sérieux… et ça, s’est facile à démontrer, et ce que l’on verra demain en effet ici  !

(1) un gars dangereux, car mêlé aux troublants événements de Benghazi : selon sa bio plutôt hagiographique,   » le 11 septembre 2012, Tig et le reste de son Global Response Staff (GRS) ont désobéi aux ordres, ont quitté l’annexe de la CIA et ont tenté de secourir l’ambassadeur américain Christopher Stevens et l’officier d’information Sean Smith dans un complexe diplomatique américain à Benghazi, en Libye. Ses actions lui ont valu le prix d’héroïsme et de vaillance. Plus tard, Tiegen a co-écrit le livre 13 Hours: The Inside Account of What Really Happened in Benghazi et a été consultant pour le film 13 Hours ».  Ce qu’oublie de dire Tiegen, c’est qu’ailleurs l’action du GRS, des privés travaillant pour la CIA, a toujours posé problème. Selon The Guardian  « Glen Doherty et Tyrone Woods, les deux agents décédés dans l’incident de Benghazi plus tôt cette année, faisaient tous deux partie de la GRS, dont le Post rapporte qu’elle compte au moins 125 employés à l’étranger. Raymond Davis, le « diplomate » capturé au Pakistan début 2011, faisait également partie du groupe (j’ai évoqué le cas troublant ici, il y a 10 ans déjà). Leur  grande exposition a commencé en 2011 lorsque Davis a ouvert le feu sur un couple de voyous pakistanais qui l’ont confronté dans les rues animées de Lahore. Davis, un ancien soldat des forces spéciales, a sorti son pistolet Glock semi-automatique de 9 mm et, toujours au volant, a ouvert le feu. Cinq coups de feu tranchés à travers le pare-brise. Muhammad Faheem, un criminel de rue de 19 ans, est mort.; Ensuite, un détachement de sauvetage roulant à contresens dans la rue dans un Toyota Land Cruiser a renversé un « négociant en cosmétiques » et a continué à avancer. Un peu le contraire de secret. Un an et demi plus tard, Fox a rapporté que Woods était dans un camion « faisant tourner le moteur » alors que la mission diplomatique à Benghazi était attaquée. Le remettre en marche, parce qu’ils auraient reçu l’ordre de « se retirer » des agents de la CIA, une affirmation que l’Agence non seulement nie, mais poursuit en disant qu’il n’y a eu « aucun retard » dans leur temps de réponse. »

 

 

 

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Les Acadiens, cette société qui fut annihilée

S’il y eu une société qui demanda la « participation » de chacun de ses citoyens, ce ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *