Accueil / T H E M E S / PENSÉE POLITIQUE / Démocratie / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (20)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (20)

Des armes, mais aussi des hommes, pour ce coup d’Etat. Des groupes d’hommes, dont deux surtout, les Proud Boys et les Oath Keepers, coordonnés entre eux par un personnage fort particulier, lié lui aux mercenaires d’Alex Jones, la plupart d’entre eux issus de Blackwater. On leur a trouvé aussi un QG, à ceux-là, un endroit haut perché comme vous allez le découvrir. Omniprésents tous les trois autour et dans le Capitole ce 6 janvier 2021 (1). Des gens organisés comme on l’a vu hier avec leur déploiement d’armes mais aussi bénéficiant sur place de moyens de locomotion rapides pour se projeter facilement à une endroit précis en cas d’intervention nécessaire : les petites voiturettes de golf mises à disposition par l’organisation du meeting de Donald Trump. Certains d’entre eux ont aussi servi la veille de service d’ordre à Roger Stone, comme on l’a vu. Pour se transformer le lendemain même en émeutiers !!!

Des armes, toujours … et même un chien de police (K9)!

La confusion entre hommes de sécurité vétus de noir, des Oath Keepers et membres armés de la milice on la retrouve dans une personnalité troublante appelée Joshua James et décrite ici en détail par Time. Ce vétéran, ici à droite sur la photo ouvrant le passage pour Roger Stone, ici avec Kristin Davis et la chanteuse CJaye Ke Rose et (avec deux collègues croisés tout le temps après comme on va le voir, le second à droite portant une veste siglée Molon Labe, signe de ralliement de l’extrême droite comme on l’a vu). Notre homme du jour, grièvement blessé – à 19 ans – en Irak en 2007, son véhicule ayant été volatilisé par une IED, était revenu aux USA atteint de PTSD (trouble de stress post-traumatique) et de dépression. Il a rejoint progressivement les mouvements pro-Trump après avoir connu des ennuis avec la police pour des petits larcins. Il s’est inscrit chez les Oath Keepers en 2016 pour leur offrir ses services et aider les gens en Floride lors de l’ouragan Katrina. Et se radicaliser en même temps petit à petit… Entre temps, il vivotait de sa petite entreprise de nettoyage appelée American Hydro Services LL. Il est ici « en civil » arborant fièrement les couleurs de sa société.

Selon le Time, toujours, lui aussi a décrit un stock d’armes à proximité du Capitole, amené par les Oath Keepers, dont Kelly Meggs, déjà abondamment cité ici (en lien direct avec Roger Stone !), avec qui il avait travaillé pour l’après-Katrina. « Les dossiers judiciaires dans l’affaire James le présentent comme un personnage clé du plan de prise d’assaut du Capitole. Les conversations avec d’autres Oath Keepers sur l’application de messagerie cryptée Signal « démontrent que l’accusé a été désigné comme leader du groupe et qu’il a fonctionné comme tel dès le début », selon les procureurs. James aurait envoyé des messages d’autres hommes en Alabama désireux de rejoindre son équipe de « force de réaction rapide » (QRF). Quand l’un d’eux a dit qu’il avait des amis près de D.C. prêts à aider avec « beaucoup d’armes et de munitions si vous avez des ennuis », a répondu James, selon les procureurs. « Cela pourrait être utile, mais nous avons un tas de QRF  (nota : cela signifie « quick reaction force ») en attente avec un arsenal. » Sur Parler, James a discuté avec Roberto Minuta, un tatoueur new-yorkais et membre des Oath Keepers ».  Celui-là, je ne vous le présente plus !! A droite, sur les marches du côté Est du Capitole, le regroupement du trio Walden-Minuta-Grodsn ce dernier déjà porteur de son bâton.

Le chien… et les voiturettes de golf

A droite sur la photo de gauche ci-dessus c’est Joshua, sur l’herbe de l’Ellipse, s’apprêtant à se rendre sur le Capitole. On remarque sur son collègue Walden à sa droite l’équipement radio Baofeng déjà décrit ici, un des éléments vitaux de l’organisation puisqu’équipant à la fois les Oath Keepers et les Proud Boys ! Tous branchés sur la même fréquence ! Preuve encore d’une organisation mise en place au préalable !! Et c’est fort amusant de constater que les disciples de Trump, tant axés contre la Chine, ont fomenté leur assaut grâce à des engins fabriqués à Nan’an City, dans la province du Fujian… . « J’ai amassé toutes les munitions sur lesquelles je peux mettre la main lol », a répondu Minuta en décembre à une photo que James avait publiée de ses armes et de ses munitions. » Minuta, collecteur d’armes… et garde du corps de Roger Stone !! Arrêté, Joshua a été relâché un mois après, en attendant son procès, pour problèmes mentaux récurrents. Ses vieux tourments post-irakiens de retour… Ironie de l’histoire, il habite en terre sudiste, en Alabama, dans un petit patelin de 8000 habitants appelé… Arab !!

L’un des leurs collègues s’ appelle Brian Ulrich de Guyton en Georgie, arrêté lui aussi depuis pour avoir envahi le Capitole après avoir servi la veille de gros bras à Roger Stone: c’est cela le plus étonnant : qu’ils ne se soient pas contentés de faire garde du corps !!! Preuve cette fois que celle qui a signé leur contrat de sécurité était une totale inconsciente ou… une personne dans la confidence de ce qui était prévu. Car tout était noyauté par les hommes de Stewart Rhodes, qui n’a jamais caché son désir de renverser tout gouvernement qui soit !!! L’article du New-York-Times du 14 février 2021 est en cela fondamental : il s’intitule en effet très clairement « First They Guarded Roger Stone. Then They Joined the Capitol Attack », ce qui est le problème fondamental en fait de l’opération conçue par Stewart Rhodes : munis de passes par l’organisation, ayant croisé la veille déjà les forces de l’ordre, ils n’ont eu aucune difficulté à circuler durant tout l’assaut à parvenir à s’approcher du Capitole !!! Le journal en a repéré six a moins !!! Le New-York Times citant au passage l’incroyable duplicité et le toupet de Roger Stone affirmant sans sourire le 10 février, « qu’il n’avait vu aucune preuve d’activité illégale de la part de membres » des Oath Keepers, et que s’il y avait des preuves, « ils devraient être poursuivis ». Sur le cliché sélectionné par le NYT, le gars à gauche à la cagoule bleue s’appelle Mark Grods, arrêté depuis. Son affidavit est ici.

Un groupe qui parlait d’armes, lui aussi

De même, en effet, relève le FBI, « Ulrich était en communication avec d’autres accusés au moins dès le 31 décembre 2020, lorsqu’il a rejoint un message du groupe Signal sur invitation uniquement intitulé « DC OP: Jan 6 21 ». Ulrich (alias « Molon Labe » comme surnom) a envoyé un message sur le chat : « Plus il y aura de patriotes, plus on sera joyeux » et « Quelqu’un pourra me dire si je suis fou, mais je prévois d’avoir un sac à dos pour un usage régulier, puis un sac à dos séparé avec mes munitions. Certaines bases sur lesquelles je peux [juste] basculer, c’est vraiment pour chier dans ples pales du ventilateur…  » Il a ajouté:  » Je serai le gars qui court avec le budget AR. « Le 1er janvier, Ulrich a envoyé un message au co-accusé Joshua James sur Signal et lui a demandé: «Hé, nous avons dit d’apporter des armes et peut-être de les mettre en scène en VA ?? Mais vous montrez des hôtels à Washington pour l’Alabama. Apportons-nous des armes ou non [.] Si oui, comment cela fonctionnera-t-il ? » James a répondu: « [Nous] travaillons sur un emplacement de la ferme [.] Certains apportent des fusils longs, des armes de poing… J’apporte des armes de poing.  » Ulrich s’est rendu à Washington le 4 janvier et a séjourné à l’hôtel Mayflower. La » ferme » devant être ici le surnom de l’hôtel qui les hébergeait. James, en tout cas, a bien avoué avoir apporté des pistolets sur place !!!

Selon l’acte d’accusation, James a envoyé à une « Person Nineteen» encore non identifiée (ce pourrait être Jeremy Brown – on va reparler de lui demain– , qui se posait la même question alors publiquement une question sur Signal : « Avons-nous une ferme pour les armes ? » « Pas que je sache encore », a répondu Person Nineteen. « Si rien d’autre, mon hôtel en Virginie et [sic] dispose d’un parking souterrain sécurisé. Environ 15-20 minutes à l’extérieur de DC, moins si vous ne vous souciez vraiment pas des limites de vitesse… ce serait formidable si nous avions quelqu’un avec un véhicule de type camion fermé et une unité d’intervention rapide juste à l’extérieur de la ville. » Bref, ils avaient prévu et envisagé de pouvoir en apporter rapidement des armes au Capitole, au cas où, et c’est très clair !! Et si ce n’est pas via des camionnettes, cela aurait été par un autre dispositif ingénieux mis en place par l’organisatrice Cinfy Chafian, sur le modèle emprunté à la direction du Trump Hotel le jour de l’inauguration pour Donald (ou les fameux  adeptes moonistes, rappelez-vous !!!) Elle n’était pas allée chercher très loin l’idée !!!

Et en voiture tout le monde !!! 

Le cas de Mark Grods est tout aussi… passionnant comme l’a noté le rapporteur du FBI : « Grods et d’autres personnes connues et inconnues ont séjourné à l’hôtel Mayflower à Washington, D.C. Une carte de débit associée à Grods a été utilisée pour payer une chambre à l’hôtel Mayflower réservée au nom d’une autre personne. Le 6 janvier 2021, Grods et d’autres personnes connues et inconnues sont montées dans une paire de voiturettes de golf en direction du Capitole, contournant parfois les véhicules des forces de l’ordre » (on comprend bien le but ; munis de « passes », fournis par l’équipe de Chafian ils circulent en effet librement, sans avoir à être arrêtés). « fÀ 14 h 33, Grods et d’autres personnes connues et inconnues ont garé les voiturettes de golf près de l’intersection de Third Street et Pennsylvania Avenue, Northwest. Ils ont ensuite continué à pied vers le Capitole. En marchant dans la zone restreinte et en direction du Capitole, Grods et d’autres personnes connues et inconnues se sont rassemblées dans une formation militaire « pile » avec les mains sur les épaules de ceux qui se trouvaient devant eux pour communiquer et se déplacer efficacement vers le Capitole.  À 15 h 21, Grods et d’autres sont entrés dans le bâtiment du Capitole par les portes de la rotonde est, quelques minutes après que d’autres personnes avec qui Grods avaient voyagé aient franchi les mêmes portes et agressé des agents des forces de l’ordre dans la rotonde. Grods est entré dans le bâtiment du Capitole avec un gros bâton » (ici à droite :  qui lui a fourni, on l’ignore).

On notera que le choix de l’hôtel est assez drôle : c’est là, chambre 871 du  Mayflower Hotel que sous le nom de George Fox, un copain à lui,  le sénateur démocrate Eliot Spitzer (« alias le client N°9 ») venait galipettes avec une prostituée (tarif 1500 dollars… l’heure). Mais aussi là que Trump a rencontré en avril 2016 l’ambassadeur russe Sergey Kislyak, (en photo ici à la Maison Blanche avec un Donad paraissant pas trop frais)  que Jeff Sessions a été obligé de nier devant un comité d’enquête. Et donc là peut-être bien que Donald a pu se voir en personne sur une vidéo tournée au Ritz-Carlton Hotel de Moscou, vidéo qui avait dû calmer aussitôt ses velléités de s’en prendre à Vladimir pour un bon bout de temps…

« La force de réaction rapide »

L’affidavit (déposition sous serment) qui suit est en ce sens accablant pour tout le monde, émeutiers comme organisateurs de l’événement : « Ulrich a roulé avec d’autres dans une paire de voiturettes de golf vers le Capitole, contournant parfois les véhicules des forces de l’ordre. Peu après 14 h 33, Ulrich se tenait aux côtés des coaccusés James Minuta (2) et Jonathan Walden alors qu’ils réprimandaient et raillaient agressivement les agents des forces de l’ordre en tenue anti-émeute gardant le périmètre du Capitole près du côté est du bâtiment. A 15h21, Ulrich franchit les portes de la rotonde du côté est. (ci-dessous à gauche). Il est sorti à 15h33. par les mêmes portes, selon l’acte d’accusation ». Notre secouriste sinophile s’était ainsi présenté à ses camarades : « Walden, je suis un ancien pompier, EMT-B et j’ai un K-9 formé pour la patrouille de sécurité , un berger allemand de 82 livres nommé Warrior – « Guerrier ») ». « J’ai un sac de saut avec des fournitures de traumatologie et j’ai TOUS les équipements 2A nécessaires que la situation peut nécessiter. s’il vous plaît donnez votre avis » ». « Le 2A gear » cité semblant être une référence au droit du deuxième amendement de porter des armes. »Dès que j’ai de vos nouvelles, je peux prendre la route pour vous rejoindre » . C’est le barbu de l’image vu sous une autre angle montrant… son chien, qui avait débarqué débarquant en effet sur l’ellipse avec tout son barda !! On le retrouvera plus tard sur une vidéo de RT Russia (quel hasard !), ravie de la tournure foireuse des événements en train de prodiguer des soins sommaires aux personnes incommodées par les tirs de lacrymogènes en appliquant ici ses gants sur les yeux du blessé… Le fameux  chien sera en effet aperçu au milieu d’une voiturette de golf (cliché ci-dessus), qui en suivait une autre pour se rendre le plus vite possible… au Capitole : la « force rapide » dont parlaient certains émeutiers, c’étaient… en effet aussi les voiturettes de golf dont le rôle de transporteur de VIPs n’était qu’annexe !!! En somme, la présence inconnue d’un… chien sur une voiturette fonçant à toute allure au travers du dispositif policier, grâce aux badges de passe de ses occupants nous révèle un des dispositifs clés d’un coup d’Etat véritable !!! Fidel Castro avait bien fait le sien avec des Jeeps toutes neuves -cf ici à gauche- vendues par… Jack Ruby !!! Je reviendrai plus loin sur ces fameuses voiturettes, et leurs rotations qui n’ont pas servi qu’aux VIP s comme initialement prévu au départ. C’est aussi la preuve d’une longue préparation préalable, et d’une réflexion quasi-militaire sur comment réagir vite en cas de besoin au milieu d’une telle foule : en détournant les zones de passage libres tracées dans cette foule compacte, attribuées aux sauveteurs potentiels ou aux VIPs !

Un petit homme en noir, comme coordinateur, un ex-Blackwater !

Des Oath Keepers, donc, et un maître de cérémonie. Lors de son arrivée devant l’US Suprême Court pour faire le show, comme à son habitude Roger Stone avait été accueilli par un homme en noir qui visiblement, été écouté par tous les Oath Keepers présents. De petite taille, cagoule, habillé de noir, c’est l’homme à gauche sur la photo), on a mis du temps à le cerner. C’est Mother Jones qui l’a décrit ici. Celui-là est un homme d’importance dans l’organisation, ne serait-ce que par son pedigree. Il s’appelle Michael Simmons, se faisant aussi appeler Michael Greene (ou surnommé « Mike Whip« , c’est encore un vétéran de la guerre en Irak (de 2003 à 2006) et se serait surtout un ancien de Blackwater (selon ses propres dires, invérifiables), les mercenaires massacreurs d’Erik Prince, dont la sœur, Betsy Devos, on le rappelle faisait alors partie du cabinet Trump. Il aurait travaillé encore pour eux, devenus Academi, en 2012 and 2013, il prétend aussi avoir été policier, mais à encore on ne retrouve aucun élément le prouvant. Lui aussi s’est fait piéger par ses échanges téléphoniques avec le leader des Oath Keepers, groupe qu’il a intégré en 2017. Des coups de téléphone passés entre 13h59 et1 et 14h33 exactement. « Les documents judiciaires détaillent les appels téléphoniques et les messages que Simmons a échangés avec le fondateur de Oath Keepers, Stewart Rhodes et d’autres membres du groupe, quelques minutes avant que plusieurs Oath Keepers n’entrent et n’occupent illégalement le bâtiment du Capitole au milieu de la foule envahissante pro-Trump. Simmons a été interrogé par des agents du FBI et dit qu’il n’a rien fait d’illégal et n’a rien à cacher. Ses actions le 6 janvier comprenaient une rencontre juste à l’extérieur du Capitole, aux côtés de Rhodes, avec 11 Oath Keepers qui ont participé au siège ». Il a avoué depuis avoir été payé directement par Rhodes sans révéler le montant palpé. Son titre officiel selon Rhodes était « our tactical team leader on the ground here ».

Et il communiquait alors avec… Joshua James : « tout en échangeant des appels avec Simmons, James a voyagé de l’hôtel Willard, dans le centre-ville de Washington, où il dirigeait un élément de sécurité gardant Stone, au Capitole. Vers 14h30, James, avec deux autres Oath Keepers, a conduit des voiturettes de golf dans le centre-ville « parfois en contournant les voitures de police », selon les procureurs. Sur le chemin, un autre Oath Keeper avec James a déclaré: « Nous sommes en route dans une voiturette de golf grand vol vers le Capitole en ce moment… putain de guerre dans les rues en ce moment. »  Moment  exceptionnel pris sur le vif par  l’historienne Lindsay Ayling, qui a étudié les révolutions et la nationalisme en France a qui  a saisi le moment où Stewart Rhodes tient sur le parvis Est du Capitole en train de se remplir de monde,le discours de Trump n’étant pas encore terminé, un conciliabule avec Simmons (reconnaissable de dos à sa petite taille) et pas loin d’eux l’Oath Keeper Graydon Youg, reconnaissable lui à son chapeau de tissu qu’il troquera pour un casque rigide  pour rentrer dans la Rotonde et s’y faire photographier avec Harrelson (relire notre épisode d’hier). L’image montre que Stewart et Simmons étaient là sur place bien avant le début des hostilités et n’assistaient donc pas au discours de Trump. Or, par principe, il n’y avait aucune manifestation de prévue devant le Capitole même : on peut donc parler … de préméditation !!! Surtout que les coups de fils relevés ont été enregistrés après la photo… et pendant le déroulement du saccage !!!

On rappellera au passage que le lien avec Blackwater de Simmons devient fort intéressant quand on sait que la majeure partie de l’imposant staff de protection d’Alex Jones en est issu. De son nom complet Michael Lamont Simmons, il  a été découvert par Capitol Terrorists Exposers, sur Twitter, qui a réussi à comparer des clichés  le montrant en armes le 24 septembre 2020 à Lousiville, lors du meeting de BLM ayant pour sujet le cas de Breonna Taylor.  Il s’y affichait en leader des Oath Keepers, trahi par sa petite taille. Sur Lnked’in, il avait déjà utilisé le pseudos de Simmons et Greene et affichait également le surnom de Mike Whip. C’est un ancien vétéran de l’armée, envoyé en Irak vers l’an 2000.

Les gros bras d’Alex Jones

Durant la descente de Jones sur Pennsylvania Avenue (et ne portion de Constitution Avenue)u, il était présent, avec derrière eux Alex Alexander Shroyer, le groupe étant précédé par Simmons, qui révéle ainsi son importance stratégique en faisant devant nous la jonction entre les Oath Keepers et le groupe d’Alex Jones  ! Visiblement, en tête du groupe, c’est lui qui donnait le tempo !!! Et comme ils sont un peu bêtes chez les ex-Blackwater, ils ont tenu à nous faire savoir qu’il étaient tous bien là en matinée le 6 janvier en posant tous ensemble à quelques hectomètres du Capitole alignés autour de leur leader Tim Enlow, ayant à sa gauche ci-dessous celui qui va suivre Alex Jones toute la journée :

La tour de contrôle du champ de bataille

Pour prendre ce cliché, ils sont montés ur la terrasse située au sommet de l’immeuble du 101 Constitution de la Lincoln Property Company, qui se loue 7 jours sur 7 et qui sert habituellement à organiser… des mariages, en offrant la meilleure vue à distance du Capitole. L’endroit a été repéré sur photo satellite par l’angle de la prise de vue et le détail du carrelage, qui apparaît également sur Google Earth; avec le plus souvent une tente dressée pour les invités et un service de « cathering » (traiteur)  à dispsosition : l’endroit peut accueillir jusqu’à 685 personnes !! Tout était prévu pour accueillir les sbires de Jones (et d’autres, très certainement) !!  A quel coût, on l’ignore ! Mais encore une fois c’est la preuve d’une réflexion sur comment agir ce jour-là. Et prendre les dispositions des semaines auparavant (pour ici par exemple réserver la terrasse !).

Ironie de l’endroit, un des gérants de l’immeuble, Jean Kabre, s’est vu offrir une aide de son groupe pour son village natal démuni du Burkina Faso, appelé Tintilou. Soit un certain contraste avec les dires racistes d’Alex Jones… qui avait affirmé en mars 2018 que « les colons blancs ont amené la civilisation en Afrique uniquement pour que les Noirs indigènes les expulsent et sombrent dans la barbarie… ». Mais la terrasse a aussi servi à d’autres au milieu de l’après-midi du 6 février. Et pas des moindres : à 15h47, deux individus (et même trois comme on va le voit y sont déjà montés. Il s’agît d’Alex Jones et de son acolyte Owen Shroyer qui n’a pas lâché une seule basket de son mentor durant toute l’après-midi. S’ils ont largement incité à l’émeute avec leur mégaphone, ils se sont bien gardés d’entrer dans le bâtiment : pas folles, les guêpes. Ils savent alors que l’affaire est mal embarquée : Ashley Babbit a été abattue à 15h25, les émeutiers ont atteint un hémicycle vide, l’espoir de prendre les élus en otage a fait faux bon. Pence a refusé d’y participer, des jeunes femmes courageuses ont mis en sécurité les preuves des votes enfermés dans de vieux coffres de cuir (ici à gauche). Trump vient alors de décider de battre en retraite, il ne le dira au micro qu’à 16h17, battu sur le fil par un Joe Biden bien plus éveillé que lui ce jour là !!! C’est « Sleepy Donald » qui vient d’être doublement battu (la seconde par la certification de Biden, qui ne sera prononcée au final qu’à… 3h40 du matin !). C’est donc un Jones dépité, et un Shroyer effondré tirant une tête de 20 mètres de long que l’on peut entendre sur la même terrasse sommet du fief du groupe de Blackwater qui protégeait les deux lascars (cf ci-dessus à droite). Leur plan, ou plutôt celui de Trump de ceinturer le Capitole, puis l’occuper (le temps qu’il faudra) pour faire plier les élus, à échoué !!

Le rôle essentiel de Jones : re-diriger les émeutiers vers l’aile Est

En bons ex-militaires, ces mercenaires avaient tout simplement investi l’endroit donnant la meilleure vue sur le champ de bataille !!! Le troisième larron présent aussi sur place est … Ali Alexander : c’est lui qui a prévenu Jones de filer à l’anglaise, par SMS, car la mort de Babitt allait selon lui « ramener le FBI »; ce qu’il semblait beaucoup craindre (étant donné ces antécédents personnels d’ancien petit voleur à la tire). Lui aussi y ira de son couplet genre selfie vidéo, au même endroit, ne pouvant réfréner son égo démesuré… une vidéo mise en ligne par Michael Coudrey, un des autres complotistes dont on va aussi reparler (et de ses amitiés néo-nazies surtout !). En se précisant sur la terrasse, les deux compères venaient de nous révéler bêtement quel était leur QG, devenu après le flop leur solution de repli !!!

Ils pouvaient remballèrent effet : leur coup d’Etat minable à échoué.  Comme l’appel au calme fort peut convaincant de Donald Trump : les combats violents aux abords de l’aile ouest continueront en effet jusque… 18H30 au moins, avec un paroxysme vers 17h et la fin des heurts dans le tunnel où des policiers ont failli laisser la vie est ou une émeutière a été mortellement écrasée. Stone et Alexander s’étaient fait eux carrément ouvrir le passage pour arriver en haut des marches du Capitole aile Est par une demi-douzaine de sbires, ceux de Blackwater constituant la garde personnelle de Jones (image ici à droite une fois arrivé en haut des marches). Au début de l’après-midi, ils en étaient encore à se concerter pour faire en sorte que les émeutiers ne se dirigent pas tous vers l’aile Ouest, la première rencontrée en venant de l’Ellipse, et la première enfoncée. Avec un Jones toujours protégé par ses costauds, tous équipés de radios (toujours les mêmes modèles chinois !), en discussion ici avec Michael Coudrey, auto-bombardé responsable de la manifestion et de Michael Simmons, l’interface entre Jones et Stewart Rhodes.

Ce que l’on note, c’est que personne ne rentre dans l’édifice côté Est avant que Jones ne soit arrivé avec toute sa délégation en contrebas (cf ici à droite), puis ait escaladé les marches, toujours suivi de sa meute de protection (ou carrément porté par elle lors du rush d’escalade !) Jones et ses gros bras, équipés eux aussi donc des mêmes radios que celles des Proud Boys ou des Oath Keepers !!!

Entre temps également, un homme particulier revêtu d’un long manteau noir a réussi à se glisser pas loin de cet endroit, pour pénétrer discrètement dans le bâtiment, (via un pass « All Access » ?) , pour y rencontrer on ne sait qui…. On l’avait appelé, rappelez-vous, « Big Mustache » ou « Yoda » (c’est ainsi qu’il se faisait appeler sur les réseaux sociaux). Depuis hier, on a découvert son nom : il s’appelle en fait Geoffrey Flohr, c’est un homme qui a été dans une vie antérieure porte-parole du Las Vegas Metropolitan Police Department, et également le spécialiste du détecteur de mensonges du département de la police de la ville, de 2007 à 2011 !!!  Il a même sa page sur Linked’in (ici à gauche, comme d’ailleurs aussi les plus gros fournisseurs des trafiquants de drogue par avion, preuve que Linked’in est une escroquerie pire que Facebook !), où il nous apprend qu’il a aussi travaillé 25 ans dans le MichiganIl a été vu en liaison téléphonique fréquente, durant toute cette après-midi (cf ci-dessous à gauche), laissant entrevoir un rôle important dans le dispositif du coup d’Etat… celui d’homme de liaison entre les groupes factieux des Proud Boys et des Oath Keepers, lui-même s’inscrivant dans la nébuleuse des « Prétoriens » de Lewis (cf ici à droite) !!! C’est une autre homme clé en effet sachant qu’il fait partie de la garde (très) rapprochée d’un certain Michael Flynn !!! Celui-là nous conduit tout simplement en réalité au sommet des conspirateurs (et pour Flynn et Jones directement à la case Willard comme on l’a vu  !!! ) !!!!

Le 12 décembre 2020; devant la Cour Suprême, le lot principal de conspirationnistes déjà cités ici était donc déjà là, sous nos yeux (ne manquaient que Jones, Alexander et Stone) : c’est un mois ou presque avant la tentative ! Largement le temps… de se coordonner !

Quant à savoir si les deux principaux groupes d’émeutiers (Proud Boys et Oath Keepers) communiquaient entre eux, c’est l’un des Oath Keepers arrêté, depuis passé à table, Kelly Meggs, dont je viens de vous parler comme étant en lien direct avec Roger Stone, qui nous l’a dit : c’était bien le cas en effet !! Le puzzle commence à s’assembler !!

Ne nous manque plus qu’un responsable des communications (en résumé le supérieur de Joseph Hackett, étudié hier en détail dans notre épisode précédent) et on aura cerné toute l’équipe (d’où émerge de façon flagrante un deus ex machina qui s’appelle Roger Stone (mis en évidence ici dans le résumé -agréable à regarder, mais assez succinct- du Monde-), c’est simple, l’homme est omniprésent, à tous les stades de cette enquête)  !!

Un endroit parfait !

L’endroit est tellement parfait avec le Capitole en fond de prise de vue qu’on va voir y succéder deux types d’individus bien différents sur sa terrasse. Le 9 janvier, trois jours après l’émeute, qui voit-on en premier venir y poser devant les caméras ? Alex Jones en personne, déjà revenu au même endroit  !!! Ce qui signifierait aussi  qu’il est resté depuis ce temps dans le secteur et n’est pas reparti à Austin (avec son service d’ordre d’anciens de Blackwater ?). C’est pour faire une de ses déclarations tonitruantes affirmant qu’il a donné de sa poche (« 500 millions de dollars« ) pour organiser l’événement.  Ce qui semblait une tentative maladroite de dissimuler le véritable sponsor : il avoue dans la foulée que 80% a été versé en  effet par un donateur « inconnu » (on sait lequel – ou plutôt laquelle, depuis !). Et de continuer à délirer en affirmant que c’était les services secrets qu’il l’avaient « sorti » du meeting de l’Ellipse pourqu’il puisse mener en tête la marche sur Pennsylvnia Avenue pour rejoindre le Capitole (en fait de « service secret » c’était Simmons, l’envoyé de Stewart Rhodes comme on vient de le voir  !!!).

Et une semaine après, le 15 janvier suivant, c’est la police qui vient expliquer sur une la chaîne ABC le terrible assaut… sur exactement  la même terrasse, avec notamment le policier Daniel Hodges pris au piège du tunnel de l’aile ouest, compressé contre la porte, masque arraché par l’émeutier Steven Cappuccio  et Michael Fanone, celui battu à coups de hampe de drapeau US notamment par Jeffrey Sabol (et par Peter Francis Stager, Clayton Ray Mullins, Michael John Lopatic Sr, Jack Wade Whitton, Logan James Barnhardt, et Ronald Colton McAbbee), il avait été tasé à 3 reprises une fois projeté au sol ce qui lui avait occasionné une crise cardiaque (il a démissionné récemment de la Police) ! Ci-dessous, les quatre policiers blessés venus témoigner à la commission d’enquête en cours de la sauvagerie avec laquelle ils avaient été agressés :

Sanctionné au prix fort

Depuis, Graydon Young, d’Englewood, en Floride, s’est fait pincer et s’est vu infliger le tarif au prix fort, même en choisissant de coopérer (et donc en apportant beaucoup d’infos au FBI sur … Roger Stone qu’il côtoyait en Floride comme on l’a vu) : « en plaidant coupable, Young a également accepté de coopérer avec les procureurs en échange d’une chance d’obtenir une peine recommandée inférieure, qui, selon un juge, pourrait être comprise entre 63 et 78 mois, environ 5 à 6 ans et demi, avec une amende estimée allant de n’importe où. de 25 000 $ à 250 000 $ et un dédommagement probable de 2 000 $. Il encourait une peine maximale possible de 5 ans pour l’accusation de complot et de 20 ans pour l’accusation d’entrave à une procédure officielle »… avait-on pu lire le 23 juin dernier. J’étais revenu ici en mars en note de bas de page sur Graydon Young. Avec Laura Steele, 52 ans, de Thomasville, en fait sa sœur, venue de Caroline du Nord (travaillant comme gardienne de sécurité pour Novant Health (avec derrière elle 13 ans de maître-chien dans la police et de SWAT !) , il était venu avec son van personel à Washington avec elle en métro d’un hôtel de Springfield, en Virginie. Laura Steele a eu un drôle de comportment durant sa carrière, elle a aspergé par exemple de bombe au poivre deux écoliers dont une de 11 ans ! Elle aussi a été vue avec les deux tenues : sur l’Ellipse en large sweet noir recouvrant tout le haut de sa teue »tactique » avec gilet pare-balles (cf les deux clichés ici). Ça a donc été un mot d’ordre général pour les Oath Keeper : la matinée en civil, l’après-midi midi en tenue militaire  (avec une coquetterie chez elle, un plumet sur le chapeau de toile noir ! N’ayant pas de sac à dos, on peut imaginer qu’ils soient retournés s’équiper dans leur van avant de pénétrer dans le Capitole ou pour Young pour aller chercher son casque.. Mais  pourquoi ne l’avoir remis qu’en entrant dans le bâtiment, sinon dans la crainte de grabuge ?? Et que contenait leur van, justement ??? Quelles armes ?

Rassurez-vous, on n’a pas encore tout dit à propos des mercenaires assurant ce jour-là la sécurité d’Alex Jones. Le pire est (hélas) à venir en fait (avec l’un des mercenaires de Stone, notamment !) Rendez-vous au prochain épisode !

Documents:

Le dossier à charge du groupe de Smrecek es ici, il est… hallucinant.`

Un excellent rappel des faits ici.

La liste des comploteurs appréhendés

https://seditiontracker.com

Un très bon article sur le timing de la manifestation Stop The Steal

Désinformation, cas d’école : la campagne StopTheSteal

C’est le travail fondamental de l’INRER (Institut de recherches et d’études sur les radicalités). Un vrai régal !! A lire absolument !

(1) c’est l’anniversaire de l’attaque du Capitole, ce 6 janvier. Hier, Trump a annulé le discours qu’il devait tenir à ce propos, signe que tout ne va pas si bien que ça chez lui. L’enquête du comité l’a cerné plus vite que prévu. Et bientôt, ici même, on montrera l’intégralité de l’équipe qu’il avait mis en place pour effectuer son coup d’Etat. Préparé longtemps à l’avance. Avant même le jour de l’élection il avait déjà fait répandre l’idée insidieuse « d’élection volée » et prévoyait déjà d’y remédier par la force. Ses contacts avec les Oath Keepers et les Proud Boys ne datent pas de janvier 2021. Il avait reçu personnellement Enrique Tarrio à la Maison Blanche en décembre 2020 et a été en contact direct avec les émeutiers. Mais aux USA, il y a du travail à faire, car le fiel du doute insufflé par Donald le vicieux est tenace, hélas… 

(2) relevé par le procureur chargé de son affaire, le minutage qui condamne l’action violente de Joshua James, accompagné de Robert Minuta :

« A 15h15. (Roberto) Minuta, James et (Jonathan) Walden sont entrés de force dans le bâtiment du Capitole par les portes de la rotonde du côté est. Avant d’entrer, James a déclaré « Nous entrons ». En entrant dans le bâtiment du Capitole, Minuta et James ont dépassé les policiers du Capitole qui ont placé leurs mains sur Minuta et James dans une tentative infructueuse de les empêcher d’avancer vers la rotonde du Capitole.
À 15 h 17, lorsque Minuta et James ont atteint l’entrée de la rotonde du Capitole, ils se sont joints à d’autres dans la foule dans une confrontation avec une file d’agents des forces de l’ordre qui formaient une barrière entre le hall et la rotonde du Capitole. James a tiré et a poussé plusieurs des agents anti-émeute à l’écart. Tout en se livrant à cette conduite, James a crié à plusieurs reprises  » Sortez de mon Capitole » et « C’est mon putain de bâtiment ! Ce n’est pas le vôtre ! C’est mon Capitole ! » A droite ici le moment sais par la caméra portée sur le corps d’un officier de police montre le moment où James jette son corps contre un officier des forces de l’ordre en criant.. « Alors qu’il se tenait derrière James tout en recensant les événements avec une caméra, Minuta a crié « C’est ce qui doit arriver, sortez ! Sortez ! » James a brièvement traversé la rotonde mais a été expulsé par au moins un officier qui a dirigé un spray chimique directement sur James et plusieurs officiers qui l’ont poussé par derrièreÀ 15 h 22, James est sorti du Capitole par la porte de la rotonde du côté est par laquelle il est entré. Après son départ, les procureurs ont déclaré que James avait passé des appels téléphoniques à d’autres personnes anonymes et rencontré certains des coaccusés juste à l’extérieur du bâtiment » ». Et ceux-là, on les connait !

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (25)

Aujourd’hui, je vous propose de commencer à nous intéresser à une personne qui à ce ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *