Accueil / T Y P E S / Articles / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (2)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (2)

L’analyse des milliers de photos ou de vidéos prises le 6 janvier est pleine d’enseignements. Elle permet à la fois de distinguer une organisation précise et préalable des faits, avec même plusieurs essais lors de manifestations servant à tester les trajets et les effectifs déployables comme on va le voir, mais aussi de drôles d’individus, notamment de ceux recrutés pour se charger de la sécurité de l’événement, dont beaucoup ont versé dans un autre rôle innattendu pour ce genre d’événements. Aujourd’hui je vous propose d’en découvrir un surtout, censé assurer la surveillance du Général  Flynn, une des clés on le sait du problème depuis le début, Beaucoup d’acteurs de ce coup d’Etat raté se sont déjà recyclés aussi après l’échec : ils sont tous devenus « antivax » (et tous des assassins en puissance par la même occasion !!!). Et ils sont à peu près tous aussi adeptes de la secte QAnon !

Quand les gardes du corps font de la politique…

Le second cliché révélé (ici à gauche) montre d’autres complotistes, et pas des moindres. Rudy utilise sa dernière maîtresse comme secrétaire, Maria Ryan, présente à ses côtés ce jour-là (à gauche sur la photo) mais un homme en t-shirt blanc présent intrigue davantage. Abramson  finit par découvrir qu’il s’agit de Philip Luelsdorff, alors détecté par les efficaces Capitol Hunters sur Twitter, dont on salue le formidable travail au passage. Un joueur de poker, souvent perdant et déjà arrêté pour vol ; et sa mère est une baronne russe exilée, au  nom de faille en Rida Von Luelsdorff) !!!  Or ce n’est autre que le second du Team sécuritaire des 1st Amendment Praetorian de Robert Patrick Lewis (lire ici) ; l’ancien Green Beret en charge de la protection le 6 janvier de … Michael Flynn. Et lui aussi un adepte de la théorie fumeuse de QAnon !! Lorsque Michael Flynn avait déboulé le 12 décembre pour intervenir sur Freedom Plaza, au nom du Women For America First, Lewis assurait déjà sa protection comme on peut le voir ici à droite, lui et un moustachu dont on devoir aussi, reparler ici. Et un autre homme le protégeait également : Roberto Minuta, l’Oath Keeper, trahi par ses tatouages (c’est son métier premier, de tatouer, comme on va le voir un  peu loin aussi) un autre garde attitré avec Thomas Spéciale aussi présent, lui-même sous le regard d’un gars en chapeau qui soudain traverse l’écran vidéo pour aussi vite se faire oublier : Stewart Rhodes, qui, donc, déjà le 12 décembre supervisait toute la manœuvre !!!

Thomas Speciale se présentant depuis comme candidat républicain à Charlotte, fief de l’extrême droite US, avec comme idée principale saugrenue «  la santé mentale » de ses futurs administrés (ne souriez pas) ! Ça s’explique chez lui lorsqu’il dit ici « nous n’avons même pas de problème de tireur de masse, nous avons un problème de santé mentale qui a été négligé pendant des décennies ». Tous les massacreurs étant fous, c’est bien connu. Et ce qui évite surtout de parler de la détention des armes !!! Celui là aussi c’st un beau phénomène dont la carrière d’homme de sécurité censé empêcher les terroristes d’attaquer un bâtiment est littéralement ruinée par une chaîne de TV russe, la plus ancienne d’ailleurs, Russia-1, qui avait dépêché ce jour-là sur place des journalistes, qui ont dû être ravis de se retrouver à de telles loges. La séquence en deux plans, est irrésistible en effet. Le premier plan c’est interview lui-même de Spéciale, où il crie plutôt qu’il ne parle avec en fond le grondement des émeutiers (image ici à gauche), et un bruit de frappe sur un mur pas loin de lui. A cet moment-là le cameraman tourne légèrement vers la droite et nous montre quel est ce bruit qui parasite l’interview : celle de deux casseurs de carreaux,  bien repérables, le casseur proprement dit portant une veste à rayures sur un sweat à capuche blanc et une casquette rouge, son drapeau jaune avec lequel il tente de casser la vitre semblant être un énième Gasdsden flag (ce gars-là, on le retrouvera aussi casseur itinérant, façade ouest mais à l’étage, en train de taper sur un policier – ici à gauche- avec un élément de pied de meuble cassé dans un des bureaux des congressistes : ce gars-là n’était venu que pour casser, visiblement !!!). Notre « proamericain  » déclaré en prend un coup, côté éthique !!!  Lui dont le slogan de campagne est « Get Into The Fight » !!!

On est en train de bousiller à un mètre de lui le monument censé le représenter, ou qui devrait l’abriter s’il était élu, et tout ce qu’il trouve à faire est de ne pas intervenir et d’alimenter la propagande russe, ravie de l’aubaine ?? Et ça voudrait être élu, ça ??? Où ça devient incompréhensible, c’est quand il affiche une photo de lui en train de discuter avec des supporters, dont des vietnamiens ne portant pas de masque, ni lui ni eux en recommandant en tweet… de porter un masque (on va y revenir aussi sur cette présence d’asiatiques particuliers dans le meeting) :

Remarquez c’était prévisible, ar ce cgarde du corps multitâche qui se rêve en représentant de l’Etat, avait déjà été filmé, par l’équipe chinoise de New Tang Dynasty (NTD TV) le 5 janvier sur une un des multiples petits stands ouverts par Ali Alexander, celui-là au nom de Virginia Women for  Trump, devant l’immeuble de la cour des comptes (où viendront Roger Stone et Alex Jones) vêtu d’un sweat et portant une casquette tous deux bleu nuit, portant son badge de  VIP (et non de sécurité), il avait tenu des propos forts vindicatifs appelant à l’émeute… « Je m’appelle ThomasSpeciale, je suis le porte-parole national de #Vets4Treason… Peu importe le froid, l’humidité ou la violence, si nécessaire.Nous  reprendrons notre pays » avait-on pu entendre de sa bouche ; piégé par les russes, le voilà annihilé par les chinois !!  Bodyguard de Flynn, mais aussi de… Roger Stone, au milieu des Oath Keepers, le 5 janvier, lors du discours du conseiller occulte de Trump, gracié par lui, devant le bâtiment de la Cour des Comptes (ici à droite, il se baisse pour ramasser quelque chose).

Il avait récidivé peu de temps après un peu plus loin, le lendemain 6 janvier quelques heures avant le début de l’émeute, notre (voir ci-dessous) avec la même vindicte sinon davantage (image ici à gauche). Il effectuait donc les deux tâches à la fois, étant bodyguard (à gauche ici en décembre de Michal Flynn) et en même temps animateur de scène, et quelle scène, jugez donc, à ce moment-là  :

En fait à part Stephen Willeford, l’enchâpeauté de noir qui est l’homme qui a réussi à tirer sur Devin Kelley, celui qui venait de tuer 26 personnes dans une église de Sutherland Springs,au Texas, une tuerie survenue le  tous descendent du même hôtel (qui n’est pas celui que j’ai pu indiquer jusqu’ici, mea culpa) : il y là en effet Amanda Chase (venue avec ses deux gardes du corps attitrés, Antonio laMotta et Joshua Macias, les deux loustics au Hummer siglé QAnon ici en photo à gauche au Trump Hotel avec un gars connu!) et Stewart Rhodes, toujours étrangement accompagné de l’avocate Kelly SoRelle, à croire qu’il vivent en couple ces deux-là (ce que doit savoir son téléphone, saisi et analysé depuis par le FBI). Rhodes se tenant derrière le micro mais sans intervenir pour autant. On note avec surprise qu’à ce moment, la scène fluctue encore, il semble que l’écran vidéo ne soit pas encore installé, bref, que l’on a fabriqué à la va-vite une scène destinée à canaliser les gens vers une façade particulière du Capitole, la façade Est, car en descendant de l’Ellipse on se retrouve « naturellement » plutôt côté Ouest. Tout a été prévu pour que la foule s’amasse autour du bâtiment et non pas d’un seul côté : c’est bien un plan pré-établi (on a y revenir aussi !). Derrière Willeford, devenu  obligatoirement un héros trumpien, on distingue furtivement une autre figure importante de la journée ; Robert Minuta, qui la veille a servi de garde du corps à Roger Stone, et qui ce jour-là va aller mettre la main à la pâte en allant casser du flic comme on va le voir. A noter aussi le badge (flou, hélas) de cette manifestation qui va s’avouer à la belle collection que l’on va réunir tout au fil de ce dossier… Comme aure invité bouche-trou, on se coltine celui qui se présente comme le « photographe officiel de Trump », Gene Ho, un intriguant qui joue au « socialite » comme on dit là-bas, à savoir un coureur de cocktails mondains (ici à droite, parlez d’une vedette, il fait dans la politique chez les « Latinos For Trump » avec une belle brochette !), alors que la vraie s’appelle Shealah Craighead !! Quant à savoir où ce petit monde s’est installé, eh bien c’est côté façade sud du Capitole, le stand ayant derrière lui manifestement le Cannon House Office Building, le plus ancien immeuble de bureaux du Congrès datant de 1908 : la disposition de la scène n’est pas un hasard, cela a été choisie sciemment pour attirer la foule de ce côté-ci du bâtiment. Nous verrons plus loin par qui exactement…

Pour ce qui est de l »heure elle est assez étonnante, car la scène voit ses invités interrompus quand  Donald Trump commence son discours, qui est diffusé sur l’écran qui a été mis la hâte à cet endroit (cf ici à droite.

On croit rêver là complètement avec ce Thomas Spéciale jouant sur les deux tableaux dans la même journée ou presque ! En prime, c’est un beau falsificateur que ce garde du corps particulier, question lutte contre le Covid19 (comme ceux que nous allons découvrir un peu plus loin) : le 10 août dernier il a en effet mis en ligne un lien vers deux interventions dans une école du Vermont, en prenant soin de ne pas diffuser la pire des deux, celle du docteur Daniel Stock, qui n’est qu’un simple vendeurs de vitamines en ligne, venu raconter n’importe quoi sur les vaccins. La vidéo de son intervention sera diffusée pour devenir virale par Sebastian Gorka, conseiller de Donald Trump présent les 5 et 6 janvier Washington et qui tient un podcast réactionnaire. Stock n’a aucune compétence et ses propos ont été anéantis partout. Spéciale, lui, les commente ainsi : « les Américains DOIVENT prendre position contre les élites, leur dire NON et qu’ils seront démis de leurs fonctions. Nous sommes dans ce pétrin parce que beaucoup trop sont restés les bras croisés en leur permettant de nous prendre de plus en plus. Il est temps de tracer une ligne dans le sable et de ne pas reculer, peu importe ce qu’ils disent ou font, comme un sénateur demande aux gens de faire ! »….  Encore un qui veut se faire élire pour s’en prendre aux élus (c’est surréaliste comme position !) : Trump et son « swamp », toujours présent, même lui parti !

Pour ajouter au tableau côté Covid, on rappelle que ce sont Cristen Nagle et Sarah Choujounian, deux infirmières canadiennes, qui avaient ouvert le bal de ce mini-meeting : elles, ce sont deux fermes opposantes à la vaccination, créatrices de « Nurses Against Lockdowns » et auteures de plusieurs meetings du même genre en Ontario !! Là elles s’intitulaient Global Frontline Nurses, prétendant que la distanciation sociale ne servait à rien non plus !! Au Canada, les deux ont été sévèrement tancées par la Canadian Nursing Association. Elles ont été virées depuis, heureusement.

Lewis aussi je l’avais repéré… assis dans l’entrée bien reconnaissable de l’Hotel Willard, aux côtés du présentateur Matt Couch, déjà vu dans la même tenue dans les étages, avec Roger Stone, un cliché paru sur Parler et aussitôt supprimé (on se demande bien pourquoi; tiens !) !!! Couch, dirigeant de l’America First Media Group. ne s’en vante pas trop, mais en janvier dernier ses avocats ont accepté un accord pour verser de l’argent à la famille de Seth Rich qu’il avait gravement diffamé (avec le millionnaire texan Edward Butowsky, très lié à Steve Bannon) en l’accusant sans aucune preuve d’avoir détourné les mails d’Hillary Clinton (lire ici l’affaire). Couch, dont on  reparlera ici, rassurez-vous,  avait cru sur parole les dires d’un informaticien anglais absolument pas crédible, Tim Leonard, rédigeant sur les réseaux sous le pseudonyme d’Adam Carter !! Les documents provenaient en fait du groupe de hackers russes de Guccifer 2.0 !! C’est fou ce que ceux qui sont censés assurer la sécurité ce jour-là, se transforment en intervenants au micro : ce ne sont pas des sociétés indépendantes qui ont été engagées, mais bien des partisanes !!!

Une drôle de firme de sécurité (et même deux)

C’est donc une règle non écrite mais flagrante dans ce fatras de scènes différentes ce 5 janvier à Washington ; les gens de la sécurité sont des partisans ceux qu’il doivent protéger, et prennent donc souvent leur place sur scène dès qu’ils sont partis, ou parfois avant pour chauffer le public. Après Speciale, « a very special guy », voici d’autres anges gardiens pas loin de Lucifer. Parmi les nombreux meetings ce jour là, celui – plutôt matinal- où est apparue entre autres Marjorie Greene sur le podium du Mom’s For America. Si des clichés la montrent plein pot avec derrière le Capitole, laissant croire à un grand meeting, la réalité est beaucoup plus décevante : la scène est minuscule et la déco se résume à deux calicots maigrichons annonçant l’événement. Le public n’est pas non plus au rendez-vous, les invités parement quasi dans le vide. Un gars en sweat noir surveille la scène où se trouve Greene d’un air plutôt endormi, on en découvre une autre faisant le chien de garde derrière un quatuor trop enthousiaste pour être honnête (cf ici à droite): il s’ennuie ferme, le gars, il n’a rien à surveiller visiblement : ce ne sont pas les rombières venues assister à la fête qui vont se lancer soudainement dans un attentat sanglant ! Plus surprenant, il y en a un d’une autre équipe, disons d’une autre espèce encore, ce qui étonne vu le danger inexistant (ici à gauche). Celui-là arbore une tenue dont on va s’apercevoir qu’elle est décrite comme celle, officielle,  de la sécurité de la scène de l’Ellipse du 6 janvier: sweat noir porté avec un pantalon beige. Si casquette indique « 1776 », c’est son badge qui nous surprend : sa forme et ses lettrages (« I » et « W » entrelacés) nous dit quelque chose en effet et un individu en fait commerce en ligne, comme ici pour un support de téléphone. Vous reconnaissez bien sûr qui : c’est Alex Jones ! Jones aurait donc son service de sécurité attitré (et oui, et nous allons découvrir bientôt qui le compose, et ce n’est pas reluisant !). Etonnant, en tout cas : un membre d’une équipe de sécurité arbore le signe d’un gars qui le 18 janvier 2020 avait cherché à polluer ou spolier la Marche des Femmes et à grand coup de mégaphone en portant un bonnet rose, lui aussi, toujours suivi par son fidèle gardes du corps (ici à gauche)  ! Ou bien les organisatrices ignoraient qui était Alex Jones, et en cas sont de de parfaites imbéciles, ou elles le savaient et souhaitaient donc simplement fermer les yeux ! C’est pourtant le même Jones qui vend sur Internet des produits comme « vitalité masculine », « pouvoir alpha » et « la vraie pilule rouge » destinés aux machos censés avec donner un coup de fouet à la leur vie sexuelle flageolante !!! A la fin de sa prestation sur scène , Marjorie Greene va s’entretenir avec un représentant de la première faction, celle au logo de tête de guerrier spartiate (ou Homoio). Sur Inrernet, elles seront trois à vanter les mérites de 1st Amendment Praetorian : elle, Lauren Boebert et Tracy Beanz, la grande diffuseuse de la thèse de QAnon (à gauche les remerciements qui lui sont adressées) !

Sécurisation et prêche incitatif : drôle de société !

On retrouve pendant les discours des intervenants le même individu en plein débat avec ce qui semble être son grand patron, équipé d’un lourd havresac noir, en train de se faire épingler par un journaliste curieux se demandant ce qu’il représentait : l’Etat ou une société privée… et lui d’insister sur le caractère paisible de la manifestation (« very peacefull »). A ce moment là au micro quelqu’un s’époumone à dire « qu’ils nous on volé l’élections, qu’il nous ont volé nos enfants…(???) «  Le gars de la sécurité qui s’ennuyait est aussi un ponte de l’entreprise, qui porte sur lui un badge, encore un autre que ceux aperçus jusqu’ici et très sobrement indiqué « security » (ici à droite). On ne sait s’il porte un code (barre) particulier mais c’est à souhaiter car visiblement, de loin, en noir et blanc seulement, il paraît être le plus facile à falsifier !!! Ce qui serait un comble pour une société de sécurité…

Une société que l’on va retrouver le lendemain dans un tout autre rôle, à l’entrée du Capitole, mais côté Est cette fois. Un homme, muni d’un mégaphone fait un harangue passablement énervée et violente encore une fois, mégaphone en main. Et il porte bien le sweat reconnaissable à son logo des membres du 1st Amendment Praetorian !! La harangue est religieuse en prime, l’homme réussissant à un moment à faire mettre à genoux au premier rang des spectateurs ! Ceux-ci sont alors arrivés à quelques dizaines de mètres de l’entrée Est du Capitole !!! Les énormes bassins en bronze abritant des fontaines en hauteur derrière lui étant situés à quelques mètres seulement de l’entrée (laphoto à droite est extraite de Google Earth et elle exagère la profondeur de prise de vue !!). Juste de quoi les remonter comme un coucou avant d’aller saccager le bâtiment  !! Etrange façon d’assurer la sécurité, non ??? Mais qu’est-ce donc que ses agents qui mélangent autant des genres censés être incompatibles ? Peut-on parler de « sécurité » avec ces personnes qui poussent visiblement à l’émeute ? C’est bien là un des clés de ce sinistre 6 janvier : même ceux censés faire respecter l’ordre ont montré outrageusement leur goût pour le désordre !

« Yoda », (alias »big mustache » !) une des autres clés du complot

En sus, je vous ai trouvé un autre « prétorien » passionnant et l’un des plus importants en fait : celui-là (cf ici à droite avec le t-shirt, le moustachu au premier plan à gauche), mais fait régulièrement la une de la presse : il se promène depuis des mois dans l’ombre d’un ou plusieurs personnages importants de ce coup d’Etat (il est toujours présent à proximité) : Michael Flynn (ici à gauche) dont il est le garde du corps attitré. Mais pas seulement. Rien que par un seul homme de sécurité, on relie toute une équipe conspiratrice en effet, car on l’a retrouvé présent sur plein d’événements : ainsi aux côtés d’Enrique Tarrio, leader des Proud Boys, et… d’Ali Alexander, cette fois, le 20 novembre à Atlanta, en Georgie, lors d’un meeting Stop The Steal où le petit nazillon raciste Nick Fuentes avait aussi pris la parole.


L’homme de l’ombre à véritablement l’art de passer inaperçu, malgré sa grosse moustache reconnaissable, mais certains l’ont aussi retrouvé lors du 6 janvier dans un très étrange accoutrement : un long manteau noir (pour dissimuler quoi, il a bien le bras gauche bien raide !), aperçu ainsi alors qu’il se dirigeait (ça a été filmé) fort discrètement vers une porte forcée du côté gauche de l’aile Est du Capitole, repérable à ses lanternes d’entrée. Pour y faire quoi, c’est bien ça la question (mais quel déguisement ce jour-là !). Cet homme, surnommé « Yoda » par les connaisseurs et « shadowman » par ceux qui le traquent est omniprésent ci dans tous les épisodes du jour : on le retrouve encore comme gars recruté pour assurer la « sécurité »du recomptage en Arizona (ici à droite), c’est vous dire son importance stratégique dans la galaxie Flynn-Bannon !!!

Et si on l’accole le 12 décembre à Washington avant la Cour Suprême avec son collègue Thomas Speciale, faisant ce jour-là le même boulot que lui, on retombe sur … Michael Flynn (bref, on tourne en rond !). A noter que la vieille dame en rouge qui s’apprête à monter sur scène juste après Flynn (et après une prière entonnée par lui !) n’est autre que la richissime Alice-Butler Short, ici à gauche, une des importantes tirelires du système Trump (lire ici le rôle de la rombière à billets). On l’a recroisera le 5 janvier suivant au même endroit mais cette fois venu soutenir Roger Stone (cf ici à droite), dans un sorte de continuité d’argent versé aux mêmes activistes pro-trumpiens. A noter la présence derrière elle de Joshua Mathias, l’homme à la Hummer décorée QAnon de Denver… Butler n’est plus, elle est morte le à 78 ans, le 30 mars 2021.

Le lendemain, 13 décembre 2020, c’est encore la même société , par exemple, qui assurait la sécurité lors d’un des plus étranges meetings de Mom’s For America, qui avait eu pour thème principal la demande faite à Trump de « garder la célébration de Noël », une rumeur complotiste venue de QAnon ayant fait croire que la « cancel culture » lancée allait la supprimer !! Tout leur a été bon pour faire peur et ce meeting sans spectateurs ayant pourtant suivi la MAGA March de la veille en est la preuve, avec comme décor… Le Mail, derrière la scène (et le Capitole en arrière plan). Des sapins, quelques pots de fleur, un auvent rachitique réduit à sa simple expression et une sono couvrant 50 mètres maxi, on était loin de la débauche de matos du 6 janvier suivant :

Les répétitions avant le grand show ?

Le maître de cérémonie de ce meeting surréaliste de Mom’s For America au fort maigre public étant à nouveau Ali Alexander, faisant applaudir le slogan « Stop the Steal » (alors que c’était censé être à la gloire de la fête de Noël !!) , et les intervenants notables le couple de pasteurs Gibson, Linda Tarver, une des rares noires républicaines (de Lansing  dans le Michigan, une belle tâche aussi, qui a tenté de déposer, quelle surprise une demande de rejet des votes dans son Etat pour se faire sèchement débouter  !), Mike Lindell (encore lui !) mais aussi la fascisante Rose Tennent (membre depuis le début de Mom’s of America), et le politicien du Nebraska, habituellement plus sensible aux beuglements de son troupeau de vaches, Charles Herbster, un hyperfan trumpien (la prestation au violon joué de manière fausse de bout en bout étant un  grand moment du meeting catastrophique !). Ce 13 décembre l’organisatrice du meeting, Kimberly Fletcher, avait débuté celui-ci… en remerciant chaleureusement son service de sécurité !!!

Un meeting sans public et pour rien ? Ou encore un pour tester les temps de déplacements, les communications, les voies menant de l’Ellipse au Capitole ??? Et si tout cela n’avait servi qu’à tester quelque chose de plus grand à venir, après débriefing et une analyse de ce qui a été ou pas ? La veille le 12 avait eu lieu c’était la « Jericho March » qui avait été organisée avec une scène plus grande et comme participants la pro-life Abby Johnson,, … Michael Flynn, Alex Jones et même Stewart Rhodes pour une fois sur scène (où il se révèle affreusement mauvais d’ailleurs !): place plutôt aux hommes !! Derrière lui en coulisse (ci-dessus), un autre gars connu de passage : Roberto Minuta, le plus célèbre des Oath Keepers… après Rhodes et accessoirement garde du corps de… Michael Flynn (et de sa femme, ouvrant au micro le meeting) ! On ne sort pas du même petit cercle !! Et on  remarque dans le public un visiteur attentif que je vous ai aussi repéré : le sénateur Mastriano (cf ici à droite avec sa femme, ectoplasme de Pénélope Fillon), venu avec son lot de fidèles  lui aussi parler religion, des « médias tous de gauche » selon lui … et de l’élection « volée » !!! Celui-là va nous intéresser bigrement, bientôt, vous allez voir !!

Question religion, c’était bien fourni avec l’archevêque réac Carlo Maria Viganò, (en retransmission par écran interposé, ci-dessous), le prêcheur de l’Apocalypse Jonathan Cahn, un représentant des chrétiens nationalistes, mais aussi avec lui dans la même veine Lance Wallnau (retenez ce nom), Cindy Jacobs et son sourire forcé en calandre de cadillac Eldorado, plus encore et toujours Mike Lindell !

Derrière Rhodes, à l’arrière de la scène on re tombait sur Rose Tennent (ici à droite), celle qui a enflammé la radio pendant des décennie avec son extrémisme de droite très virulent, une fascisante, n’ayons pas peur des mots, arborant sur elle son badge orange « Jericho March ».
Pour ce qui est de la sécurité, il y avait des Oaths Keepers partout, vêtus de noir, comme on les retrouvera le 6 janvier et un gag absolu. Sur une chaîne de TV, (chinoise, c’était NTD), lors de l’interview du co-organisateur, Rob Weaver (1), on assiste au défilé de l’arrivée intégrale du staff d’Alex Jones et ses gros bras, que nous allons tous retrouver le 6 janvier suivant (et dans le même ordre, cf les trois images ici à gauche) !!! Quel gag !!  Une vraie vidéo-bombing à mourir de rire !!!

Restons dans la rigolade, car le plus drôle peut-être ce jour-là étant le discours de Carlo Maria Vigano venu parler de la paix de Dieu avec dans le champ des caméras le drapeau de Trump déguisé en Rambo (ci-dessus) : c’était vraiment à se rouler par terre de grotesque !!! Le soir-même de ce 12 décembre, on rigolera moins : d’autres personnes bien connues mais non invitées, débouleront en plein centre de Washington (ils y brûleront une banderole posée sur une église), alors qu’on les verra le 6 janvier  prier un genou en terre, ces bons croyants, avant de s’en prendre au Capitole, comme sur la photo ici en date de mars 2020 : notez qu’ils avaient déjà leurs bouts de collants orange fluorescent de reconnaissance sur eux !. Le 30 septembre précédent, Trump à la télévision, leur avait dit « de se tenir prêts ». Pour être parfaitement prêt, faut bien un peu s’entraîner, non ? C’est ce soir-là que des violents heurts vont se produire avec les Proud Boys !

Et le cirque continue (ou presque)… au Casino !

Le même Robert Patrick Lewis étant intervenu sur scène le 4 janvier sur la Freedom Plaza (ci-dessus à droite !) ! Les « prétoriens » se vantent ici de participer au meeting du 22 et 25 octobre 2021 du « For God and Country Patriot double down » rassemblant de fait à Las Vegas toute une myriade de demeurés QAnonistes, avec en tête de liste Ron et Jim Watkins, le père et le fils (expatriés tous deux), créateurs de QAnon (le FBI devrait penser à les cueillir dès leur arrivée s’ils se produisent physiquement sur scène !!) !! Les tarifs y étaient pour rien, voyez du peu : 650 dollars pour une entrée simple, 1300 pour tout le week-end et 3000 pour un « high roller VIP pass« . Une des plus belles escroqueries à venir ! Un nouveau chapitre de cirque, mais au ticket d’entrée plutôt salé !! On devait y retrouver par exemple comme intervenant Jordan Satherune vieille  connaissance ici : l’azimuts croit aux martiens, aux soucoupes volantes et au crop-circles !! C’était payer un peu cher il me semble pour entendre des tarés complets !! Finalement, les martiens ne viendront pas au Casino, avait-on appris : Caesars Entertainment (d’Anthony P. Rodio qui a repris le casino en faillite abyssale en 2015), le propriétaire qui devait assurer l’accueil de l’événement, a décidé en août dernier de ne pas soutenir l’organisateur, The Patriot Voice (l’organisme de Matt Couch)  !!!  On peut s’estimer heureux de ce refus de les recevoir : lors d’un événement précédent du For God and Country Patriot Roundup, à Dallas, (ou en avait retrouvé ces fêlé de Lin Wood et de Davis Byrne) en juin dernier, Texas, Michael Flynn, encore lui, s’exprimant au micro, annoncé par Jason Sullivan,ancien conseiller de Trump et ami de Roger Stone (déja lui ici !) questionné par quelqu’un dans l’assistance qui se demandait si Donald Trump aurait dû réaliser… un coup d’état armé, dans le site de la junte birmane de Myamar, avait en fait répondu… non (contrairement à ce que la presse avait repris après) !!! Pour certains la réponse de Flynn s’était voulue ironique, mais on le voyait mal en effet s’infliger la responsabilité d’un coup d’Etat. Pas totalement folle, la guêpe. Même s’il est adepte de QAnon (2) !!! Mais lors de ces conférences, on avait eu droit surtout au fatras habituel des griefs vaseux (des rengaines avant tout QAnonistes)…

Et au final, grande surprise, la « conférence »  For God & Country: Patriot Double Down de Las Vegas, mais réduite à sa plus simple expression a bien eu lieu, le 22 octobre dernier, dans une salle minuscule genre théâtre de one man show (standing up) avec à tout casser 50 personnes comme public. Avec le père, le fils et toujours aussi peu d’esprit. Comment-ont-ils pu se rendre aux USA de la sorte, ça reste surprenant (mais que fait donc le FBI ?). Le fils osant se comparer à.. une Rosa Parks « digitale » ce soir là : les cons, ça ose vraiment tout !! Ou même depuis pense à se présenter aux élections… en Arizona !!  (pourquoi là ? Parce que dans cet Etat on n’est pas obligé d’y habiter en permanence pour s’y présenter, pardi !!). Elu, il fera la paire dans l’assemblée avec Marjorie Greene, c’est sûr !!! Ce qu’il a de plus risible, c’est que le gars qui nous serine depuis des mois de corruption partout, de « marais » glauque de politiciens a soudain envie d’en devenir un. Le même qui nous dit que toutes les élections sont pourries choisit aujourd’hui d’y participer. Question santé mentale, ça me parait limite… Ou alors il est complètement con, comme l’avait démontré Audiard. Con, certes, mais habile : il s’est déjà empressé de poster une photo bras dessus-dessous avec la candidate républicaine Kari Lake affirmant avoir dîné avec elle. Celle qui a déjà été choisie par Donald ! Lake a déjà fait savoir qu’elle avait fait un selfie comme ça, sans savoir qui c’était. Ça vous donne aussi une idée de son niveau à elle !!! Entre cons, difficile de savoir se reconnaître, il est vrai. Pas  sûr que Donald n’aurait pas fait la même… mais Watkins va vite, et en a déjà fait une deuxième avec l’autre candidat Tom Horne ! QAnon a encore de beaux jours à venir avec cette plaie familiale qui circule toujours comme elle veut dans le monde !!!

Tous « antivax » désormais (faut bien enfourcher un autre cheval)

Ce fatras de complotistes, la plupart adeptes de QAnon, le voici énuméré, relevé sur place par l’ADL qui garde depuis un œil sur eux en décrivant leurres revendications, dont de sacrées  en effet :

L’élection présidentielle de 2020 a été volée par les démocrates (vantée lors des événements Health and Freedom, organisés par l’entrepreneur de droite Clay Clark, ainsi que lors d’autres événements.). La présence ici  (cf à gauche avec Flynn derrière lui) de Clark n’est pas une surprise : on la lui aussi rencontré le 6 janvier dans la tente VIP, en compagnie de Simone Gold (ci-contre à droite), celle qui prêchait l’insurrection au mégaphone le même jour (ci-dessous à droite également), en compagnie aussi d’un pasteur anti-avortement, arrêté depuis pour refus de porter une masque !!! On remarque au passage que le pasteur en question  Jason Jones, en est un drôle, d’homme d’Eglise, à ostensiblement faire avec les doigts le signe du diable… ces gens sont des fous !

-Une cabale mondiale de pédophiles (y compris des démocrates) qui enlèvent des enfants pour leur sang sera exécutée lorsque Donald Trump sera réintégré à la présidence (c’est le vieux thème préféré des QAnonistes).

-Le coronavirus a été co-créé dans un laboratoire par le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, le Dr Anthony Fauci, et le fondateur de Microsoft, Bill Gates. (c’est abracadabrantesque !)

-Le vaccin contre le coronavirus contient des ingrédients dangereux qui modifient votre ADN et font que les personnes vaccinées « rejettent » des toxines dangereuses (ça n’est pas une explication scientifique du tout !). Pas mal de gens ont reçu, en France également, des variantes d’une ineptie du même tonneau  sur la prétendue « aimantation  » provoquée par les vaccins. Grotesque (et facile à expliquer pourtant) !

-Les socialistes sataniques tentent de s’emparer du pays (déjà qu’ils ont failli être communistes, pensez-donc !).

-Si les démocrates et « la gauche » restent au pouvoir, un affrontement, potentiellement violent, sera nécessaire pour « reconquérir » le pays ». Ça c’est le thème qui fédère tous les milices armées du pays !! Et chez eux, un secret espoir en fait !!! Celui de l’embrasement du pays !

La conversion au mouvement anti-vaccins s’est faite très rapidement, et c’est logique puisque les deux émeutiers ayant empoigné le mégaphone au sein même du Capitole étaient déjà des leaders du mouvement, tous deux aujourd’hui en accusation.

Le train-train rémunérateur des anti-vax ; un brossage de poil d’électeurs trompaient

Fini donc le slogan « Stop the Steal » : en septembre dernier un nouveau apparaît, soutenu par une tournée qui ressemble fort à celle de Dustin Sotckton avant l’élection. Ça s’appelle « Reawaken America », le coup de massue du 6 janvier n’ayant pas été assez violent encore, on suppose; Un mouvement  profondément et avant tout anti-vaccins, dont les trois leaders déclarés s’appellent Mike Lindell, Roger Stone… et Michael Flynn. A l’évidence, un recyclage de ces habitués du mensonge ! On prend les mêmes (cf les tronches des  invités ici) et on recommence ! La tournée, au prétexte de parler vaccins, parle surtout élection volée : c’est bien la même, mais dont on a simplement changé le nom, en réalité. Y participent entre autres le toujours aussi déjanté Lin Wood, Clay Clark, en maître de cérémonie, et comme référence médicale Stella Immanuel, dont a notoriété dans le public repose sur sa déclaration comme quoi les rêves sexuels impliquant des démons provoquaient des maladies et que l’ADN extraterrestre était utilisé dans des médicaments. C’est vous dire la référence scientifique derrière l’événement !!! Y participent aussi des politiciens comme Scott Jensen du Minnesota, lui aussi une sommité en la matière depuis qu’il a affirmé que les médecins déclaraient plus de malades du Covid19 pour toucher davantage de subventions. !

Le gag, à celui-là, c’est que sa clinique, Catalyst, renvoie directement vers une parmacie, Waterton Pharmacy, qui propose en pleine page les trois choix de vaccins(Pfizer, Moderne, Johnson&Johnson), avec pour chacun un formulaire de consentement pour les plus jeunes… Question argent, parlons-en : cette tournée ne sert qu’à en faire renter dans l’éventualité d’une candidature Trump 2024. Et enrichir en premier ses organisateurs !!! « Les billets pour les événements varient de 250 $ pour l’admission générale ou 500 $ pour VIP. Les pasteurs ont droit à des billets à moitié prix« . Tout le système mis en place par Flynn et magistralement décortiqué ici dans The Intercept repose sur ce principe ; ces gens-là vivent de l’entretien des mensonges QAnonistes, comme Tracy Beanz, mise en évidence dans cette enquête renversante. C’est une de celles à avoir été à l’origine de la diffusion de la thèsse QAnoniste. Avant ils vivaient des mensonges de Trump, maintenant ils vivent des mensonges sur les masque ou la vaccination !! C’est du show-biz désormais, un spectacle, un représentation, du cirque plutôt !!

Pour ça, Flynn a mis en place tout une réseau entretenu par des gens qu’il appelle ces « Digital Soldiers ». Flynn jouant avec l’ambiguité de ce qu’il représente désormais:  «être un conservateur franc maintenant sur les réseaux sociaux, c’est être un paria. Si vous êtes un patriote et que vous aimez votre pays, vous avez été appelé nazi, fasciste et suprémaciste blanc », a déclaré le site. « Les républicains peuvent contrôler la Maison Blanche et le Sénat, mais ces cow-boys de box contrôlent les médias, les universités, Hollywood et la Silicon Valley. » Et c’est reparti  dans un discours à l’antisémitisme fort peu voilé !! Sur scène, tous les moyens sont bons : quand bon ne ramène les gros bras de l’entraîneur de gym barbu (Ian Smith) qui avait assuré la scène du 5 janvier (par deux fois, l’après midi et le soir, il a hérité en mars dernier d’un  bannissement de vols aériens pour ne pas avoir mis de masque !), on fait pleurer les chaumières avec le cas d’une gamine ayant fait une réaction cutanée à un masque, un cas inattendu monté en épingle (même Flynn se promènera sur scène avec cette pancarte !!)… Un seul exemple chez eux et voilà une généralité !! C’est de la débilité profonde !!

« America » le site Web de la Digital Soldiers Conference, , a déclaré que le pays « est au bord d’une guerre civile numérique » et « Flynn est un véritable héros américain combattant l’État profond qui a tout mis en jeu pour Dieu et le pays ». Le site a annoncé que Flynn serait un conférencier principal aux côtés de George Papadopoulos, ancien conseiller de campagne de Trump et autre victime de Mueller, George Papadopoulos et d’autres influenceurs de MAGA ». Pour celui viré de l’équipe Trump car trop compromettant pour son patron, c’est une sorte de retour en grâce !  « Le site Web annonçait des billets d’admission générale  à 99 $ pour la conférence, tandis qu’un laissez-passer « VIP All Day » coûtait 500 $. Les personnes intéressées par un dîner assis avec Flynn et un accès au premier rang aux discours pouvaient acheter le forfait de billets «Ultra VIP» pour 2 500 $. La « majorité des recettes de la Digital Soldiers Conference ira au profit du Mike Flynn Defence Fund », a promis le site Web de la conférence ».  On le voit, c’est une nouvelle fois un événement ramasseur de billets verts qui réunit un gratin bien connu (cf l’affiche surchargée à droite). Chez les gens, le concept de « Digital Soldiers » est complètement assimilé à QAnon, comme le montrent ici ces manifestantes. C’est la « Q Army » peut-on y voir inscrit ! A part que cette photo ici à droite  à été prise à Bucarest, le 10 août 2020 !!! Preuve pour certains de l’universalité de la secte, et pour d’autres un cliché qui démontre plutôt avec brio que l’imbécilité et la crédulité n’ont aucune frontière !

Selon l’avocat Gerry Hebert « la tournée perpétue des mensonges sur le vol des élections de 2020, malgré de nombreux procès et recomptages ayant échoué. Les mensonges et les campagnes de désinformation peuvent tuer à la fois nos compatriotes américains et notre démocratie, et cette tournée ReAwaken America semble conçue pour accentuer ces problèmes », a déclaré Hebert au Guardian… Je suis en fait gêné par le fait qu’il y ait des médecins à fond dans cette folie », a déclaré Irwin Redlener, qui dirige l’Initiative de ressources et de récupération en cas de pandémie de l’Université Columbia, au Guardian. On en est à 750 000 morts, dont une bonne partie due au laxisme trumpien… Et ça ne leur suffit toujours pas ?

Une bande d’assassins en puissance, et une vieille histoire au bout

La fine équipe d’antivax recrute de tout : ainsi Bryan Ardis, devenu Dr Ardis, qui est en fait un chiropracteur, dont le métier il est vrai est de manipuler les corps…. avec celui-là, nourrit de fakes news disséminées depuis notamment l’Australie, apparait un énième phénomène en effet, qui s’attaque une fois de plus à la cible préférée des trumpistes. « Ardis discute également d’une théorie du complot impliquant le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, et des agences fédérales dans la vidéo, enregistrée lors d’un événement en direct. Il dit que les autorités sanitaires ont rendu « Covid-19 plus meurtrier qu’il ne l’était en réalité » en approuvant le remdesivir afin qu’« elles puissent assassiner des gens et vous convaincre que les gens mouraient de Covid-19 ». À titre d’exemple de portée, au 30 septembre, une vidéo BitChute du discours avait été visionnée près de 380 000 fois, tandis qu’une vidéo Rumble de la même séquence avait reçu plus de 220 000 vues« . Et comme ce petit monde de falsificateurs tourne en boucle on le retrouve par exemple aussi dans le show radio de Pete Santilli, une vieille connaissance complotiste, que cet animateur radio, Pete Santilli, qui a été mêlé au blocage du site du Refuge du Malheur de janvier 2016, une des premières apparition de sédition avec des milices venues en renfort !!! Des Oath Keepers et des III Percenters !!! Santilli, c’était même leur porte-parole qui s’était rendu célèbre en promettant de descendre Hillary Clinton d’une balle dans la tête !! Un lien existe, et il est flagrant, avec ce que j’ai déjà décrit ici en démêlant l’affaire de la tentative prise d’otage de la gouverneure du Michigan… il a reçu en direct la déjantée DeAnna Lorraine, dont j’ai déjà parlé ici, qui y voit une vaste opération montée (false flag) destinée à discréditer les fans de Trump… comme si ils avaient eu besoin de le faire avec leur soutien les yeux fermés aux débilités de QAnon ! On reviendra un peu plus loin sur comment et pourquoi notre homme de radio pouvait recevoir en direct cette intrusion menée le 6 janvier dans le Capitole. Pourquoi lui, et par qui (un dénommé « Chad P » selon ses dires – la vidéo indique une diffusion le 8 janvier). Santilli, qui a échappé de peu à la prison en 2016, venant prendre la défense des dévastateurs du Capitole… Ce gars-là ne changera jamais  (la dame avec lui s’appelle Deborah Jordan, ils iofficent ensemble depuis des années) !

Cet irresponsable d’Ardis est l’un des pires, car il remet en cause le passage dans les hôpitaux, condamnant irrémédiablement les gens : « Ardis a également découragé à plusieurs reprises les gens de rechercher des soins hospitaliers pour Covid-19 dans le discours et dans cette interview avec l’animateur de radio d’extrême droite Alex Jones ‘InfoWars, dans lequel il déclare que «votre probabilité de survie augmente si vous restez loin des hôpitaux.  » Il dit également dans un rapport en ligne non vérifié que « [les protocoles du NIH] et du CDC causent plus de décès par COVID que Covid seul. »  Alex Jones, le revoilà, un des principaux animateurs de la journée du 6 janvier… dont nous allons beaucoup reparler ici, bien entendu !

 

 

(1) Rob Weaver et ce représentant de tribu indienne (?) qui après avoir été sélectionné par Trump pour diriger l’Indian Health Service a été viré sans ménagement quand on s’est aperçu de ses détournements financiers antérieurs. La presse de l’époque ne n’avait pas raté, comme ici à gauche avec cette caricature. Lire ici plus en détail son parcours. Comment ce gars endetté de partout a-t-il pu financer l’événement, c’est un autre mystère trumpien !

(2) où c’est inquiétant ce qui le concerne, c’est quand on apprend ce qu’il a été : « il est directeur du renseignement pour le Joint Special Operation Command de juillet 2004 à juin 2007 et sert en Afghanistan (opération Enduring Freedom) et en Irak (opération Iraqi Freedom). Il est directeur du renseignement au United States Central Command de juin 2007 à juillet 2008. Il devient ensuite directeur du renseignement auprès du Gal Stanley McChrystal au Joint Staff de juillet 2008 à juin 2009  avant de devenir directeur du renseignement pour la Force internationale d’assistance et de sécurité en Afghanistan de juin 2009 jusqu’à octobre 20104. Il est promu lieutenant-général et assigné au bureau du directeur du renseignement national. Ses tâches incluent un engagement public, privé et international. Son influence initiale au sein de la communauté du renseignement US concernait les unités opérationnelles au travers de tous les services, en particulier le renseignement, la surveillance et la reconnaissance, ainsi que la technologie de l’information et l’organisation ». A gauche ici il est filmé serrant la main de Poutine, dans une réunion devenue objet de discussion pour trahison, suivie par le procureur Mueller, et enterrée par la justice sous Trump. En résumé, c’est un illuminé qui croit que l’on dévore des bébés pour se régénérer (la thèse de QAnon) a été celui qui s’est chargé d’empêcher les Talibans de se ré-organiser pour conquérir le pouvoir : mais on leur a offert un boulevard là !!! Et l’on s’étonne qu’il soient revenus aussi vite ?? Pas avec cet olibrius en train ici de marmonner en juin 2020 le texte d’engagement à la croyance QAnon avec toute sa famille !

 

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Les Acadiens, cette société qui fut annihilée

S’il y eu une société qui demanda la « participation » de chacun de ses citoyens, ce ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *