Accueil / T H E M E S / PENSÉE POLITIQUE / Démocratie / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (19)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (19)

Le problème de l’armement ou non des émeutiers est crucial. On en avait certes découvert chez les participants au saccage du Capitole, une fois ces derniers identifiés. Parfois de véritables arsenaux personnels comme on l’a vu (1). L’un d’entre eux, arrivé trop tard pour le meeting, avait été pincé avec une arme particulière, un Tavor X95, fusil automatique court et dévastateur, apporté dans sa chambre de l’Holiday Inn (au 550 C Street SW, Washington, DC). Aujourd’hui, on s’aperçoit qu’il n’était pas le seul a avoir ainsi agi. Des armes, il y en a eu bien plus que l’on n’imagine sur place. Le coup d’Etat prévu était bien armé ! Un groupe d’Oath Keepers débarqué en très proche banlieue de Washington en avait apporté toute une palanquée, et pouvait en disposer rapidement au Capitole si le besoin s’en faisait sentir. Un groupe dont une partie avait suivi quelques semaines auparavant une formation à l’assaut et au meurtre, à un endroit où l’on trouvait aussi … Roger Stone (quel curieux  hasard n’est ce pas !), et qui était resté en liaison téléphonique constante avec le leader des miliciens, Stewart Rhodes, stationné à l’extérieur du périmètre protégé du Capitole. Ils n’attendaient qu’une chose ; que Donald Trump en personne leur intime l’ordre de passer à l’offensive. Ce dont ils étaient tous persuadés… sinon ils n’auraient pas trimballé, pour sûr, tout cet équipement dans la capitale !!!

Tout un arsenal à (courte) portée : un jeu très dangereux révélé

Le troisième larron a embrayer dès novembre 2020 sur le projet de manifestation  de masse le jour de la certification présidentielle étant Stewart Rhodes, le leader borgne des Oath Keepers qui voyait là une chance de lire de renversement du pouvoir sédition comme il en avait toujours rêvé, proposant déjà d’envahir Washington dès le 14 novembre, et avec des gens armés : « nous avons déjà des hommes stationnés à l’extérieur de DC en tant qu’option nucléaire (?) au cas où ils tenteraient de destituer illégalement le président, nous interviendrons et l’arrêterons » et a souligné que ces hommes sont « armés » et « prêt à entrer, si le président nous appelle. » En plus des activités en dehors de la capitale, Rhodes a déclaré qu’il aurait des Oath Keepers à l’intérieur de la ville le week-end prochain pour soutenir une caravane de partisans d’Infowars dirigée par Shroyer (l’adjoint de Jones) qui dit qu’ils organiseront un événement le 14 novembre. Le contingent d’Infowars est l’un des plusieurs groupes d’extrême droite qui disent qu’ils se rassembleront dans la ville pour soutenir Trump. Stewart a ajouté que son groupe avait effectué des « reconnaissances » la semaine dernière dans la région de Washington, DC » .  Ci-dessous la caméra de surveillance de l’hôtel surprenant le matin du 7 janvier le départ de l’équipe, avec un chariot rempli d’équipements :

Installés comme on l’a vu en proche banlieue de  Washington, à Ballston, à l’hôtel Comfort Inn, (2) où ils avaient apporté des armes; comme on a pu le vérifier en juillet dernier sur de nouvelles images accablantes des surveillance de l’hôtel où certains étaient descendus. En particulier Kenneth Harrelson, surpris en plein déménagement de fusils, maladroitement dissimulés sous du tissu, ou d’étuis a fusils. Son double dossier à charge est disponible, et contient des photos de son arsenal chez lui avec un coffre même d’un coffre d’armurerie complet contenant des munitions et au moins deux armes dont un Ar-15 camouflé (ici à droite). Plus toute une littérature survivaliste, dont un ouvrage intitulé « 100 pratiques mortelles« …. énumérant les diverses façons de tuer des Navy Seal… en vente partout aux USA (et en France aussi, hélas, via Amazon).  

Les enquêteurs relèveront  aussi le badge qu’il portait ce jour-là, spécifiant que « je ne crois en rien. Je suis juste là pour la violence (1) «  !!! Tout un programme (ici à gauche) !! Ses deux acolytes, Kelly Meggs et Joseph Hacketts ont aussi été photographiés le 7 au matin repartant avec leurs armes dans de grands étuis. Le 6 janvier Rhodes avait envoyé comme message « vérifiez que vous avez tous les membres de votre équipe. Si quelqu’un manque, postez ici. » Ce qui laisse effectivement penser que des équipes, il y en avait au moins deux, et non pas une seule ! Plusieurs équipes, mais c’est sûr !!! On y avait songé déjà, à ces regroupements, mais aussi avec une autre « espèce » de manifestants. Un cliché retransmis en « Live » par ABC, au début de ce regroupement des forces avant l’assaut nous avait montré en effet une liaison « physique »entre les Proud Boys et les Oath Keepers, façade Est, après qu’il aient contourné le bâtiment :

Un constat confirmé ensuite par une photo prise sur place (ici à gauche) : les Oath Keepers on effectivement bien travaillé en liaison avec les Proud Boys  (ce que Kelly Meggs précisera dans sa déposition,une fois arrêté !!! Tous disposaient d’armes chez eux, et en nombre. J’avais aussi déjà ici relevé ici (et là aussi) chez des envahisseurs du Capitole ces arsenaux mis à disposition. Voici la photo apparue en juillet de l’arsenal découvert chez Joseph Hackett, qui en avaient donc apporté une partie (ou la totalité ?) dans son hôtel de banlieue de Washington : on remarque parmi les 7 fusils (???) la Winchester de cow-boy vers le bas, à réarmement par le levier servant de protège gâchette, au dessus de l’Ar-15 équipé d’une lunette de visée à amplification nocturne. Il y a aussi deux pistolets et un nombre conséquent de munitions :

Des équipes entraînées à tuer avec un mentor : Roger Stone !

Repérés également les premiers membres du commando d’Oath Keepers qui avaient été vus montant les marches côté Ouest du Capitole en se tenant par l’épaule, comme le recommandent les militaires en action… !  A gauche ici c’est Kelly Meggs de Dunnellon, en Floride, (et à droite ici en civil, repérable par sa grande taille) attendant les ordres d’intervenir.. ou pas, son calme apparent faisant oublier qu’en décembre il avait tweeté de chez lui « Trump veut que ça soit sauvage !  » . Etrangement, sa femme et lui étaient deux recrues récentes des Oath Keepers : « les dossiers judiciaires déposés par le DoJ montrent que Kelly Meggs a acheté un « abonnement à vie avec conjoint » aux Oath Keepers pour lui et Connie le 3 juillet 2020. Le coût : 85 dollars /mois pendant 20 mois » (1 700 dollars).

Mais ils n’étaient pas venus pour autant en novices : ils avaient effectué un entraînement de type militaire 3 mois à peine après s’être inscrits… Un coup d’Etat ça se prépare effectivement plusiers mois à l’avance. Et là aussi on n a retrouvé les preuves, flagrantes, encore une fois avec, et encore une fois également un individu fort particulier se dissimulant derrière ces préparatifs.. Selon USA Today, en effet, « les procureurs  (chargés de son cas) avaient affirmé que Connie et Kelly Meggs (sa femme ici à droite) avaient participé à un entraînement aux armes en Floride environ quatre mois avant l’attaque, affirmant qu’il ne s’agissait pas d’un simple cours de sécurité sur les armes à feu, mais d’instructions sur « comment passer à l’offensive »…. Ci-contre à gauche le type de cible de l’entraînement ce ne sont pas des cercles en effet mais bien des figures humaines), et ci-dessous à droite  c’est Connie Meggs tirant à l’Ar-15,  à balles réelles. A droite de la photo ci-dessus c’est Harrelson, figurant ci-contre lors de l’entraînement en Floride dans le tir à balle réelles… A balle réelles, on insiste en effet !!! En montrant la figurine, le formateur avait « expliqué au groupe de six comment tirer sur l’ennemi « pour arrêter une menace » et suggèrait de viser la ligne du col dans l’espoir de toucher le cœur ou les poumons pour créer « une hémorragie massive » ou « une plaie thoracique aspirante ». Il dit également aux stagiaires de « penser à une balle dans la tête » à courte distance et de viser « entre les yeux… [à] où sont les choses spongieuses » note-t-on chez Mother Jones. Formés par un véritable boucher, ils seraient venus « pacifiquement » à Washington ?

On les voit ci-dessus à gauche à la fin d’un entraînement, celui du 20 septembre. Leur instructeur (le barbu au milieu du groupe, ci-dessus à droite) s’appelait Andrew Smrecek, un ancien Marine Corps dirigeant une société de Dale City (Floride) appelée Combat Art Training qui affichait comme slogan de recrutement sur ses t -shirts  “Keep Fighting Communism” (ici à gauche) !!! Tout un programme !!! Sur ce cliché en lien, tout le monde montre le diplôme obtenu de fin de formation, vers la fin octobre 2020. Selon Mother Jones qui en a dressé un portait effrayant de notre instructeur (il expliquait par exemple tranquillement comment égorger des gens !), il faisait aussi des allusions pas trop finaudes, excusez du peu, durant ses cours… « Au cours de la formation, Smrecek a déclaré que « tout ce qui vaut la peine d’être tiré une fois vaut la peine d’être tiré deux fois », et a ajouté « Free Kyle », une référence à Kyle Rittenhouse, la célèbre cause de combat lointaine chez l’adolescent qui fait face à des accusations d’homicide pour avoir tiré sur trois personnes, en tuant deux, lors d’une manifestation contre les violences policières à Kenosha, Wisconsin, en août dernier ». D’un goût douteux donc, le gars.

Une photo publicitaire le présentant est assez grotesque, tenant arc-bouté un Ar-15 camouflé sur-équipé pour le tir à longue distance (lunette de visés, protège canon et même pieds repliables : le genre d’arme de frimeur). Un autre cliche le montre en short avec deux fusils automatiques en main, entouré de deux allumés dont un portant sur un casque des lunettes de vision nocturne !!! Grotesque !! Une autre photo va davantage retenir notre attention, sur ces dérives clownesques ; elle a été prise avec une bonne partie de la même équipe (dont Graydon Young et Connie Meggs): celle prise le 14 décembre, d’un auteur de livres venu les dédicacer sur place.. et appelé Roger Stone !!! Le revoilà, l’homme de l’ombre, encore lui sur le trajet des préparatifs de coup d’Etat !!

Encore une fois on retrouve le mentor de Trump mêlé à des gens dangereux que l’on retrouvera le 6 janvier monter à l’assaut des policiers défendants le Capitole : voilà qui commence déjà à nous donner une piste sur l’organisation et les organisateurs réels de la tentative de ce coup d’Etat… Car les liens entre Stone et ce groupe prècis des Oath Keepers sont bien plus importants que ce qu’on avait ou imaginer il y a quelques mois encore. Pour preuve ce cliché d’une rencontre entre ce même Stone, toujours en Floride, le 13 décembre 2020, en compagnie de deux autres membres des Oath Keepers apporteurs d’armes dans leur hôtel : Jason Dolan et Kelly Meggs (et sa haute stature reconnaissable). En, résumé, Stone a été en contact direct moins d’un moins avant avec une équipe jugée aujourd’hui la plus dangereuse rencontrée à Washington le 6 janvier !! Admirez au passage le t-shirt porté par Stone… le thème de ses préparatifs en Floride, trois semaines avant l’attaque !!  Et le lendemain 14 décembre, qui retrouvait-on à Largo, toujours en Floride, pour garder le meeting improvisé de Roger Stone juché sur un pick-up ??? Graydon Young et Connie Meggs (celle-ci isolée ici à droite  bien sûr !! Stone recommençant son cirque habituel se terminant inévitablement chez lui par les bras en V  !!! C’est bien LE groupe de Roger Stone venu de Floride qui a envahi en priorité le Capitole (3) !!!

 

Un leader bien caché

Le lot d’Oath Keepers arrêté en premier comprend également le dénommé Hackett. C’est un des plus emblématiques, photographiquement : sa photo avec en arrière-plan la Cour Suprême, lieu de regroupement de la milice armée, est en effet bien connue (ici à gauche). Au début, les juges l’avaient mis au même rang que les autres. Mais dans un deuxième jugement, un grand jury en a décidé autrement, le 17 août 2021, en le renvoyant à nouveau en prison (alors qu’il avait é été libéré la veille) en découvrant grâce à des documents du FBI sa plus grande responsabilité en tant que leader indéniable des Oath Keepers de Sarasota, (pas seulement en raison de son imposant arsenal personnel décrit dans le chapitre précédent !) en même temps que la séance d’entraînement à balles réelles que je viens de vous décrire ici. et ses nombreux contacts téléphoniques de coordination manifestes. Celui-là, qui exerce la profession  –discutable- de chiropracteur (sa femme faisant dans l’acupuncture) -a manifestement joué au petit malin, en communiquant intensivement, au point de faire une erreur qui lui coûte gros aujourd’hui. Il ne s’est pas intéressé qu’aux armes : en communication aussi il a montré un sacré savoir-faire, comme on va le voir.

On note au passage qu’à Sarasota, justement, le candidat républicain au langage plutôt rude et souvent raciste (il avait renvoyé deux jeunes sportifs  parlant espagnol de son local de tennis en leur disant d’aller plutôt tondre le gazon !), et également forcené de l’anti-vaccination alors qu’il participe au comité des écoles, vient de de choisir un conseiller en communication à 10 000 dollars par mois, soutenu en même temps par… le général Flynn. Le super-conseiller en question s’appelant… Roger Stone !. La rencontre entre Hyde et Flynn ayant eu lieue dans le bus de la tournée de ce dernier !! Ils continuent à polluer toute la campagne 2022 ! Ces gens-là sont des assassins, car les cas de covid en Floride explosent à nouveau !

Deux mois avant…

Hackett a tout d’abord organisé une réunion, fondamentale aujourd’hui, dans le cadre d’un complot d’Etat préparé à l’avance et non une simple émeute imprévue indique le document de justice (lisible ici)  : « le formulaire de vérification de l’accusé Hackett pour le chapitre de Floride des Oath Keepers – que le FBI a localisé dans sa maison lors de l’exécution d’un mandat de perquisition – le montre même en train de demander un rôle de leadership : « l’accusé Hackett avait une importance suffisante dans l’organisation pour être présent au GoToMeeting (l’appli ici à gauche) du 9 novembre 2020 avec Person One (le FBI  n’indique toujours pas qui est-ce, hélas !) et d’autres dirigeants des Oath Keepers, y compris notamment les co-accusés Kelly Meggs, Harrelson et Watkins. (Cinquième acte d’accusation remplaçant (ECF 328)/39.) L’accusé Hackett a entendu la première personne faire des plans pour les Oath Keepers à Washington, DC, le 6 janvier 2021, et exhorter l’assemblée : « Nous allons défendre le président, le président dûment élu, et nous l’appelons à faire ce qui doit être fait pour sauver notre pays. Parce que si vous ne le faites pas les gars, vous allez être dans une guerre civile sanglante, très sanglante – vous pouvez appeler cela une insurrection ou vous pouvez appeler cela une guerre ou un combat. (Identifiant.) Enfin, comme expliqué plus en détail ci-dessous, à partir du 19 décembre 2020, l’accusé Hackett était un « organisateur » et non plus simplement un « participant » des GoToMeetings se préparant à venir à Washington, DC, y compris notamment les « équipes de discussion et CPT » GoToMeeting qui a eu lieu le 23 décembre ». Dès le 9 novembre, à peine 7 jours après l’élection de Joe Biden, on aura bien noté la date ; cela fait deux mois de préparatifs, ce qui est énorme, et laisse largement le temps de s’équiper et de s’organiser en conséquence !!!

Un accusé techniquement au point pour passer inaperçu

Le document du FBI scellant son sort en révélant une de ses pratiques pour échapper à la détection et à la surveillance via Internet  :  » fait – révélateur, avant l’élection présidentielle du 3 novembre 2020, l’accusé Hackett se connectait souvent en utilisant son propre nom ou le surnom de « joeh ». Mais à partir de décembre 2020, il ne s’est jamais connecté sous son propre nom, et au cours de 16 réunions, il a toujours utilisé le surnom « ahab ». De plus, à partir de la fin décembre, l’accusé Hackett est passé du statut de « participant » à ces réunions à celui « d’ organisateur » des réunions. De cette façon, il a suivi une évolution similaire à celle du coaccusé Harrelson, passant d’un participant participant sous son vrai nom à un organisateur utilisant un surnom à l’approche de la date du 6 janvier. Les dossiers montrent en outre qu’après l’élection, à une seule exception près, le défendeur 14 Cas 1:21-cr-00028-APM Document 344 Déposé le 17/08/21 Page 15 sur 24 Hackett s’est connecté à la réunion à partir d’un VPN. Un VPN permet à un utilisateur de masquer sa ville de participant et sa véritable adresse IP. Le 10 décembre 2020, l’accusé Hackett s’est connecté à une réunion avec sa véritable adresse IP (enregistrée au nom de sa femme à son adresse connue à Sarasota, en Floride), mais s’est rapidement déconnecté et reconnecté avec un VPN – réalisant apparemment son erreur. » Le petit malin à ce jour-là raté son coup et est aujourd’hui condamnable à plus de dix années de prison (et même plutôt 20 !) pour organisation de complot et de sédition… armés. Et il n’a pas que le coup du VPN chez lui pour masquer ses communications:  il  avait aussi créé le pseudo « John Willow” chez le fournisseur crypté ProtonMail, se transformant alors en “Ahab” puis en “Faith”.

Le coup du « Burner Phone », une des clés de l’assaut

« L’accusé Hackett a utilisé une application sur son iPhone appelée TextMe pour masquer davantage son identité, et il avait un téléphone à clapet (communément appelé téléphone « burner » -« brûleur », en fait un téléphone prépayé, tout simplement) ». Ici , on en fait l’apologie… en  rappelant que seuls les IMSI Catcher  (ici à gauche) appelés aussi Stingrays peuvent les leurrer et les repérer. Le conseil donné ici étant de les acheter avec du liquide, ce que Hackett a fait, bien sûr, pour ne pas laisser de traces physiques. « Fin 2020 et début 2021, l’accusé Hackett utilisait régulièrement un iPhone 6S avec un service via AT&T. (Alors que son opérateur était AT&T, son compte était en fait chez un revendeur tiers nommé TracFone). Il avait également une application sur son iPhone appelée TextMe. En utilisant TextMe, une personne peut passer des appels téléphoniques et envoyer des SMS via l’application plutôt que d’utiliser le réseau de l’opérateur (c’est déjà un moyen de contourner la surveillance, donc !). Les accusés ici communiquaient fréquemment à l’aide de Signal, une application téléphonique cryptée de bout en bout. (Cinquième acte d’accusation remplaçant (ECF 328)/ 38(k).) Pour utiliser Signal, une personne doit avoir un numéro de téléphone associé. Lors de l’accès à Signal, l’accusé Hackett a utilisé son numéro de téléphone TextMe (se terminant par 2509) plutôt que son numéro de téléphone AT&T (se terminant par 6396). En d’autres termes, en plus d’utiliser un surnom sur Signal (« ahab »), l’accusé Hackett a encore obscurci son identité en associant son compte TextMe plutôt qu’un vrai numéro de téléphone. » On entre là dans un autre domaine en effet que l’on va encore complexifier un peu plus loin avec un « superviseur » de tout cela…

C’est vraiment le champion de l’invisibilité, celui-là, en tout cas !!! « Le compte TextMe n’était pas enregistré à son propre nom ; il a simplement été enregistré avec son adresse e-mail ProtonMail « John Willow ».  Lors de l’assaut -, il s’est abstenu de recourir à son i-phone, pour ne recourir qu’à son prépayé : Les dossiers suggèrent que l’accusé Hackett a délibérément éteint son iPhone – ou, au minimum, désactivé le service cellulaire et WiFi – alors qu’il était au Capitole. En effet, selon les archives d’AT&T, le premier appel téléphonique de son téléphone le 6 janvier a eu lieu à 18h27. et aucun SMS n’a été envoyé ou reçu entre 11h28 et 16h06. Selon les archives de TextMe, il n’a reçu aucun appel téléphonique ni message texte le 6 janvier. Alors que d’autres membres du chat Florida Signal publiaient régulièrement le 6 janvier, l’accusé Hackett n’a pas publié du tout. En d’autres termes, alors que l’accusé Hackett avait son téléphone avec lui au Capitole – il est vu sur une vidéo de surveillance le tenant pour prendre une photo ou une vidéo, et il a admis à D-4 qu’il avait enregistré une vidéo qu’il a ensuite supprimée – il a déployé des efforts considérables pour s’assurer qu’il ne serait pas lié au téléphone et que le téléphone ne serait pas lié à l’attaque du Capitole. Enfin, lors de la perquisition de sa maison le 28 mai 2021, le FBI a localisé un téléphone à clapet Samsung (comme celui ici à droite) qui semblait être un téléphone « burner »…

Une technique complexe donc, mais qui n’est qu’un bout de l’iceberg des communications sophistiquées mises en place par les émeutiers, avec au bout, vous vous en doutez un spécialiste du genre. Celui-là aussi, un vétéran de l’armée, spécialisé dans les communications pour commandos, que j’ai également découvert, après des mois de recherche, je vais aussi vous le réserver pour la fin, car un tel degré de sophistication (ave des matériels pointus) est la preuve flagrante d’un complot de coup d’Etat préparé des semaines à l’avance. Et lui aussi a été pris (bêtement) en photo… au Willard Hotel, vous vous en doutiez  !!!

Une duplicité familiale complète chez les Hackett

Notre homme a donc déployé de l’intelligence avant et pendant l’assaut, mais moins après quand le FBI a découvert tous ses préparatifs. Une autre personne est entrée en jeu alors, raconte ici le Daily Mail. Sa femme, Deena ! Celle-ci, son rôle plus que trouble est apparu avant qu’il ne soit de nouveau incarcéré, au vu des éléments nouveaux découverts, ceux que l’on vient de décrire. Le couple Hackett s’était dégoté une avocate qui avait cru bon de développer une idée pour la moins osée pour faire libérer le mari de la Pinellas County Jail de Clearwater, en  Floride (ce qu’il avait réussi à obtenir en un premier temps) : selon lui, Hackett était plus un « suiveur » qu’un chef de file de l’insurrection et sa femme, de toute façon, « ne lui permettrait pas d’exprimer des opinions extrémistes »). Bel argument, mais qui a vite fait un flop magistral chez les magistrats, qui avaient déjà découvert qu’à peine incarcéré Deena Hackett hébergeait un podcast politique de droite extrémiste intitulé « A&D’s Patriot Battle Cry (Rub THAT In!!)« sur la chaîne Rumble, dans lequel elle parlait de son mari comme étant « un prisonnier politique »  qui avait « essayé de préserver son pays » ! Mauvaise pioche pour l’avocate !!! A gauche elle est ici avec la femme de Kenneth Harrelson protestant toutes deux contre les « prisonniers politiques » !! Son avocate ajoutant une couche en déclarant que « Joseph Hackett de Sarasota, essayant de sortir de prison dans l’affaire du 6 janvier, n’avait jamais voté avant 2020. Il a  rejoint Oath Keepers cet été-là. (alors qu’il était la tête du comité de Sarasota depuis des années !!). « La politique n’était pas une grande partie de sa vie » jusqu’à la pandémie « … (minimisant de la sorte tous ses intenses préparatifs !)

Sur la chaîne – chétienne- de donateurs (Give Send Go), la femme du conspirateur fan de technologie avait même déjà réuni 110 000 dollars sur les 200 000 de sa caution pour le libérer !!! Une femme qui pratique l’acupuncture dans sa boutique appelée 941 Wellness (ah tiens encore ce domaine de médecine floue) et qui entre autres glorifiait Marjorie Taylor Greene ( pas vraiment un hasard donc) mais relayait aussi abondamment les thèses de QAnon : là encore tout sauf une surprise !!!

Le juge ayant retrouvé une autre déclaration rès embarrassante de Joseph qui disait : « je suis prêt à me sacrifier pour ça. Que le combat commence là-bas. Cela donnera au président Trump ce dont il a besoin, franchement. « Si les choses tournent à la bagarre , tant mieux. S’ils nous lancent des bombes et nous tirent dessus, tant mieux, car cela apporte au président sa raison et sa justification pour l’abandon de la loi sur l’insurrection. » (c’était donc bien ça le but : la provocation, pour « forcer » Trump à déclarer l’urgence nationale !!!) «Je veux que certains Oath Keepers restent à l’extérieur, et qu’ils restent entièrement armés et prêts à entrer armés, s’ils le doivent … ordres du président. . . . Nous espérons qu’il nous donnera les ordres. « Nous voulons qu’il déclare une insurrection et qu’il nous appelle en tant que milice. »

C’est un des plus beaux aveux écrits à ce jour !!!Le couple Hackett, littéralement aveuglé par des promesses infaisables, semblait avoir oublié une chose : Donald Trump a souvent trahi ses proches, le plus souvent au dernier moment, ou ceux qui le soutenaient (comme ces deux là…)… Dans son discours il leur avait promis de les rejoindre devant le Capitole, et ils étaient persuadés qu’il allait le faire : il ne l’a jamais fait, préférant se réjouir bien au chaud devant sa télé des visions dantesques des bagarres qui s’y sont produites !! Et qu’il avait attisées ! On vient d’avoir la confirmation que sa fille Ivanka lui a demandé à quatre reprises d’intervenir pour arrêter le massacre !!!  Une fille et son frère qui viennent juste d’être convoqués… pour autre chose : le dossier fiscal (volumineux) de leur père !!

Là où ça devient très clair

Le 20 octobre dernier, la thèse d’un Hackett pas impliqué défendu bec et ongles par sa femme, qui était allé se plaindre de sa situation chez l’infect Gatewy Pundit, s’effondre totalement avec l’annonce du journal  The Herald Tribune comme quoi au moins 100 personnes de Sarasota et des environs liées aux Oath Keepers ont eu quelque chose à voir avec le 6 janvier. Le chiffre monte même à plus de 2000 !!! Le complot était bien plus vaste, donc, à l’évidence et un nom bien connu est apparu au milieu : « la liste apparente des membres des Oath Keepers comprend un proche associé  du comté de Sarasota (Andrew Badolato (4), or celui-là, c’est aussi, comme on se retrouve,  l’associé de Bannon et de Stockton dans l’affaire du détournement de l’argent du mur « mexicain » !) et de l’ancien conseiller de l’ancien président Donald Trump, Steve Bannon, et un ancien candidat au poste de shérif dans le comté de Manatee (c’est William Waldron, ici à droite) qui a déclaré avoir quitté le groupe après s’être inquiété du fait que le chapitre local devienne « trop radicalisé ». et vouloir devenir « comme une milice secrète ». Le gouvernement fédéral a inculpé 20 Oath Keepers – dont neuf résidents de Floride, dont deux du comté de Sarasota – d’avoir participé à la prise d’assaut du Capitole des États-Unis le 6 janvier, affirmant qu’ils s’étaient engagés dans un complot pour arrêter, retarder ou entraver la certification du Vote du Collège électoral. La Floride apparaît comme le berceau de l’insurrection alors que les arrestations contre les émeutes du Capitole du 6 janvier continuent de s’accumuler. La Floride a eu plus d’Oath Keepers arrêtés en lien avec le 6 janvier que tout autre État. » Deena Hackett était aussi pleurer sa cause… devinez où ?  Eh bien chez Steve Bannon, bien sûr, dans son émission War Room, expliquant dans un fort grossier mensonge que «je ne sais même pas si Joseph est entré dans le Capitole. Ils n’ont pas de vidéo de lui. Il ne m’a jamais dit qu’il était au Capitole. Il ne me l’a toujours pas dit » alors que le FBI avait mis en ligne les clichés :

« La liste obtenue par le Herald-Tribune indique que les Oath Keepers avaient une portée beaucoup plus grande en Floride – et dans les comtés de Sarasota et de Manatee – qu’on ne le savait auparavant, bien que la plupart des personnes interrogées pour cet article aient déclaré qu’elles avaient une implication limitée dans le groupe. La liste comprend plus de 2 600 personnes ayant des adresses en Floride et 101 personnes ayant des adresses à Sarasota, Bradenton, Venise, North Port, Palmetto, Longboat Key, Lakewood Ranch, Anna Maria, Nokomis, Parrish, Myakka City, Osprey ou Ellenton. Dans la région de Sarasota-Lamantin, Bradenton compte le plus grand nombre de personnes sur la liste avec 31, suivi de Sarasota avec 22, North Port avec 13 et Venise avec 11… On va finir par croire que Stone avait amené avec lui toute la Floride en armes à Washington !!! (même celui-ici à gauche, descendu à Washington pour la MAGA March du 14 novembre 2020 ?). Tous les chemins mènent en Floride… jusque Mar-a-Lago !

Caldwell, un (très) grand malade…

Au lendemain de l’assaut, le 7 janvier, Harrelson avait également fait la une des journaux aux côtés d’un autre Oath Keeper plus âgé, Graydon Young (lire ici en note N°4 de la page), parvenus parmi les premiers au centre de la Rotonde du Capitole, le premier toujours en train de vociférer… On retient aussi que dans les conversations entre Oath Keepers et de Three Percenter interceptées depuis par le FBI, certains d’entre eux envisageaient de faire venir des armes par bateau, sur le Potomac, qui n’est effectivement pas loin du Capitole !!« Un membre du groupe paramilitaire de droite les Oath Keepers dans les jours qui ont précédé l’émeute du 6 janvier au Capitole a proposé un plan pour transporter des « armes lourdes » dans un bateau sur le fleuve Potomac, ont déclaré les procureurs dans un dossier judiciaire jeudi ». Caldwell,  car c’est lui dont on parle, est ici à gauche affichant ses convictions et son équipe est à côté, descendant les marches du Capitole, « Il fait aujourd’hui, avec ses collègues membres de Oath Keeper, Jessica Marie Watkins et Donovan Crowl, fait face à des accusations de complot en rapport avec des plans présumés pour mener un coup d’État avant l’attaque de la foule pro-Trump (à gauche c’est Stewart Rhodes avec ses troupes devant l’aile ouest du Capitole, avant l’assaut, discutant avec un personnage bien particulier comme on va le voir un peu plus loin). « Quelques jours avant l’attaque, les procureurs du tribunal ont déclaré que Caldwell avait contacté un membre des Three Percenters, une milice extrémiste pour les droits des armes à feu, disant qu’avec « quelqu’un se tenant à une rampe d’accès (une près du Pentagone à coup sûr), nous pourrions avoir notre L’équipe d’intervention rapide avec les armes lourdes en attente, les charger rapidement et les faire traverser la rivière jusqu’à nos bras qui les attendent » nous avait révélé « TheHill » dès le 12 février, à la lecture du dossier de Thomas Edward Caldwell, descendu au Confort Hill lui aussi,  comme il l’avait indiqué lui-même : je conduis avec ma femme de Berryville (Virginie) mais je passe la nuit précédente au Comfort Inn Arlington/Ballston sur Glebe Road. Rencontre avec les Oathkeepers de Caroline du Nord et le groupe Patriot de la vallée de Shenandoah« . On note que ça fait déjà deux groupes, là…

Considéré comme handicapé à la suite de blessures à la colonne vertébrale, et ayant travaillé brièvement pour le FBI de 2009 à 2010 (?), il sera filmé le 6 janvier criant de « tous les tuer » à propos des élus appelés par lui «  des fils de pute  » et des « traîtres « … (cf ici à droite) pour l’hôtel choisi il donnera aussi et avis surprenant « c‘est un bon emplacement et nous permettrait de chasser la nuit si nous le voulions« , selon les documents du tribunal… vérification faite ça lui aurait été difficile de faire son safari nocturne : Ballston est une conurbation jouxtant Washington, à 7 km à vol d’oiseau à peine de l’Ellipse, sans aucune forêt alentour !! Il pensait pouvoir chasser le cerf sur le bitume, sans doute, ce fêlé ???

Mais Caldwell est aussi allé plus loin que la chasse aux lapins blancs (ceux de QAnon comme ceux d’Alice). Il est aussi allé se promener sur Internet, selon ce qu’on trouvé les inspecteurs du FBI débarqués chez lui en fouillant dans ses ordinateurs. Et là nouvelle surprise : en  cache de son navigateur, ses recherches d’emplettes avant son départ du 5 janvier : un engin appelé « Zombie Killer« , une hache munie d’un côté scie crantée, ou lame acérée  !!! Voilà qui ne devait pas être destiné à attraper les lapins !! Et quelques mois après, nouvelle découverte encore plus inquiétante du FBI  : le retraité avait commandé sur Internet un bidule encore plus alarmant, auquel n’avaient pas pensé les fêlés de de la secte Moon lors de leur présentation montrant comment dissimuler des armes dans leurs vêtements (cf ici à gauche et lire ici  le détail).  C’est en épluchant ses mails que les policiers ont trouvé une plainte de sa main… pour un retard de livraison d’une arme fort spéciale achetée 550 dollars et commandée sur le net, une incroyable découverte en fait: « le ministère de la Justice a déclaré mercredi que des documents récemment obtenus montraient que Thomas Caldwell, un associé du groupe d’extrême droite Oath Keepers, avait acheté l’arme de poing inhabituelle à double canon de calibre .380 (celui des pistolets les plus en vue) en novembre 2020 et avait envoyé un e-mail au vendeur le mois suivant après son échec. « Je suis impatient de recevoir cette arme », a déclaré Caldwell dans l’e-mail, deux semaines avant l’attaque du Capitole, selon le dossier »... L’avait-il entre temps reçu et la portait-il ce jour-là ?

Cette arme très spéciale, il s’agissait d’un engin inventé par Kirk Kjellberg, le directeur de la firme du Minnesota appellée Ideal Conceal, ici… flingué par le rédacteur de Médium.com, qui a trouvé le projet comme sortant d’un esprit bien malade en effet !!!  Kjellberg ayant ainsi expliqué l’origine de sa trouvaille de 2016 (il était venu le présenter à trois reprises sur Fox-News et notamment dans l’émission de Maria Bartiromo, grande supportrice de Trump qui avait pourtant semblé dubitative :  « tout d’abord, c’est la pensée qui sous-tend sa naissance. Selon l’article, « Kjellberg […] a déclaré que l’idée lui est venue après qu’un enfant dans un restaurant a vu son propre pistolet, qui n’était pas caché, et a eu peur . « Il y a des gens qui auraient de sérieux problèmes sur le lieu de travail ou ailleurs pour voir une arme sur vous, et je pense que cela donne aux gens la possibilité d’éviter cette réaction », a-t-il déclaré l’année dernière. Une personne saine d’esprit se rendrait sûrement compte que la meilleure façon «d’éviter cette réaction» n’est pas de porter une arme en premier lieu. Quel genre d’individu, je me demande, voit un enfant effrayé par une arme à feu visible en public, et pense que la meilleure solution est de déguiser l’arme en quelque chose d’autre ? Deuxièmement, cette arme « n’est pas classée comme une « arme déguisée » aux États-Unis et est donc légale, est conçue pour être transportée dans un sac à main, une poche arrière ou portée dans un support de téléphone à la ceinture, pour être rapidement ouverte et instantanément prête tirer avec une action sans marteau. Quel genre de réflexion évalue une arme qui ressemble à un iPhone comme « non déguisée » ? écrit fort justement ici Scott Walker dans Medium. Les tarés se munissent d’armcs inventées par des fous, c’est ça la conclusion, je pense  (le constructeur affirme en avoir déjà eu 12 000 de commandés : quel pays de fêlés  !) !! L’engin avait promptement été dénoncé, pourtant, part le sénateur vigilant Charles Schumer, (un démocrate, évidemment !)), dès son apparition, le 4 avril 2016 à New York. Il en avait demandé – en vain donc – l’interdiction de vente !

Revenu tranquillement chez lui et avant qu’on ne découvre sa participation via les photos diffusées sur les réseaux, Caldwell avait recommencé à être inquiétant en proposant de remettre ça à brève échéance : on comprend pourquoi maintenant il a été parmi les premiers arrêtés et aussi vite catégorisé comme « dangereux » par le procureur s’occupant de son cas !! « Quelques heures après le siège, Caldwell discutait à ce moment-là d’une autre attaque « au niveau voisin », ont déclaré les autorités « Dans le cas où nous aurions eu des armes à feu, je vous garantis que nous aurions massacré 100 politiciens. Ils se sont enfuis et ont été entraînés dans leurs tunnels souterrains comme des rats qu’ils étaient », a déclaré Caldwell dans un message, comme l’indiquent des documents judiciaires.. » La preuve vivante, encore une fois, que chez les Oath Keepers il y a pas mal de dérangés !!! Et que ce jour-là on a évité de peu le carnage avec ce genre d’individu prêt à tuer (et équipé pour ça !) !!

Rhodes-Jones, même combat

Caldwell est à l’image de son leader, à cache-œill très en cheville lui-même avec un gros texan dopé aux “SuperSilver Whitening Toothpaste” et “SuperSilver Wound Dressing Gel”  !!! De vieux amis, à vrai dire : en mars 2009, Rhodes qui parlait déjà de « l’incapacité du gouvernement à pourchasser les criminels » (une façon de fourguer sa milice privée) le faisait déjà chez Jones : ces deux lascars-là ça fait plus de 10 ans qu’ils travaillent ensemble !!! Jones et Rhodes c’est un peu les Laurel et Hardy de la complosphère (profitez-en pour admirer ici à droite le look d’alors d’avocat sérieux de Rhodes) !! Très au point leur duo ! (ici c’est les deux mêmes le 12 novembre, le second expliquant à l’autre que « ses troupes » admirons le langage militaire) étaient déjà là pour intervenir et « renverser » Biden !!!

Rhodes avait alors » déclaré » que le seul moyen d’empêcher ses hommes de s’engager dans un « combat sanglant » serait que Trump déclassifie des informations pour prétendument exposer un pédophile » (sous entendu Biden, ça vole toujours aussi haut chez eux). C’était un fake, bien sûr : aucun groupe d’Oath Keeper n’avait été aperçu sillonnant les rues de Washington ou autour de la Maison Blanche,  la veille, où ce soir là ! En revanche, le 14, le « MAGA Rally » avait eu lieu dans la capitale, mais s’était révélé décevant pour les pro-Trumps car claironné par le staff de Trump comme devant atteindre le million de participants, il avait culminé à 30 000 tout juste, bien loin du véritable million obtenu en 1995 par le leader (islamiste !) Louis Farrakhan, ce que des petits malins mais historiens avaient rappelé, de quoi mettre en rage Donald ! Un meeting du 14 mars qui avait été l’objet de heurts violents, en raison de ds Proud Boys, qui n’attendaient que ça, comme à leur habitude. On y avait ramassé, déjà ce soir-là,  un beau lots de pistolets abandonnés sur place par leur propriétaire… A l’arrivée pour la manifestion, ses leaders extrémistes étaient ensemble en effet. Jones, avait été rapidement rejoint par Tarrio, arborant sur son torse une énorme plaque blindée… au cas où : ce fanfaron est aussi couard sinon plus qu’Alex Jones, qui, ce jour là tenait fièrement par la main sa nouvelle compagne Erika Wulf (5). Entre les deux l’inévitable roquet Owen Shroyer, doté d’un mégphone et tout autour la nuée habituelle de gros bras de Jones, drivés par son inséparable chien de garde Tim Enlow. Ce jour-là, Stone arborait un t-shirt ancien de la NASA, un de ces nouveaux dadas ridicules…

L’ahurissante théorie promue par  Alex et son auteur, un antivax mort du covid !!!  

Ce fameux t-shirt c’est celui commémoratif de la 100 eme mission de la navette spatiale, la STS-92 lancée du Kennedy Space Center, en Florida, du 11 octobre 2000. Une mission ordinaire qui n’avait servi qu’à apporter 10 tonnes de matériel à l’ISS et qui était revenue plutôt à Edwards, en raison de vents violents en Floride.  Si Alex Jones portait ce t-shirt, ce n’et pas un hasard en fait. Oh, non pas qu’il soit féru de science : dans un sens c’est l’âne parfait dans le domaine ! La preuve : en juin 2017, son émission un peu en perte de vitesse, désireux de faire la chasse au scoop, il avait invité un vieux routier du sensationnalisme, Robert David Steele, qui tenait toujours sa vague émission de radio complotiste dans laquelle il répandait ses thèse farfelues ou de plus graves et fort peu respectables. On ne rigole pas tout de suite, car ce gars-là, aussi débile qu’il puisse être se targue aussi de politique, comme j’ai pu l’expliquer aussi dans ces colonnes. On se doute de laquelle : en juillet dernier, il organisait toujours une série de manifestations « Arise USA » (87 au total, au public souvent clairsemé !) pour dénoncer la fraude électorale de Joe Biden, en compagnie de Richard Mack, à la tête des  “Constitutional Sheriffs” (et membre lui aussi des Oath Keepers !) en qualifiant au passage  » la Covid-19 de « canular ». Comme intervenant, dans la tournée, il y avait aussi un autre gars dangereux : Kevin D. Jenkins, (ici à gauche) un leader noir responsable du Urban Global Health Alliance, un organisme antivax qui a de l’nfluence, hélas !!! Manque de chance pour Steele, c’est bien le « canular » qui l’a tué définitivement un mois plus tard,  le 28 août !! Dans le public, il y a avait peu de chances d’en mourir, statistiquement parlant, a voir le flop de la tournée comme ci-dessous Sutton, en West Virginia … et ses 1087 habitants il est vrai aussi… 

Et un antivax victime du covid, encore un ! Et un antisémite et une négationniste de moins en tout cas !! Ce faux prophète ridicule et dangereux avait donc affirmé (on y arrive…)  dur comme fer en 2017  (mais il l’avait formulée des mois déjà auparavant), cette foiss devant les caméras d’Alex Jones que la NASA avait créé « depuis 20 ans » (d’où le t-shirt !), tenez vous bien, « une colonie d’enfants » (???), des « esclaves » selon lui, expédiés là-bas on ne sait pas trop bien comment en l’an 2000, et lui non plus, car, comme Jones et ne connaissait visiblement rien à l’astronautique. L’annonce, d’un ridicule achevé, avait pourtant marché et des milliers voire des millions d’américains y avaient  cru… obligeant même la NASA à faire un démenti officiel !!!  « Il n’y a pas d’humains sur Mars. Il y a des rovers actifs sur Mars. Une rumeur circulait la semaine dernière selon laquelle il n’y en avait pas. Il y a. Mais il n’y a pas d’humains », a déclaré au Daily Beast le porte-parole de l’exploration de Mars à la NASA, Guy Webster ». C’était grotesque et irréel mais ça avait marché de façon exceptionnelle !

Aujourd’hui, quand on y regarde de près, je pense qu’on peut y voir autre chose : c’était peut-être bien plutôt un galop d’essai pour tester la capacité d’une idéologie toute aussi fumeuse que celle de QAnon, pour savoir si les américains étaient prêts à ingurgiter les pires conneries au monde, ou pour savoir jusqu’où on pouvait aller, car iça correspond assez bien dans le timing avec l’appartion du Pizzagate de Posobiec, par exemple (débarqué lui en novembre 2016). Steele avait été en prime dès le départ un grand zélateur de QAnon !! Sans surprises en annonçant son décès, son ami Mark Tassi accusait l’hôpital où il avait été admis de l’avoir tué, et non pas le covid : ces gens sont des crétins indécrottables !!! Vous avez retenu en tout cas  le t-shirt ? On va en reparler un peu plus loin, figurez-vous ! Porté par un autre personnage !!!

L’arrivée en camion blindé, pour impressionner

Deux lascars qui remettaient ça en envahissant le Capitole de Georgie le 18 suivant ! Ou plutôt le même Jones, mais cette fois flanqué d’autres larrons comme Ali Alexander, du néonazi Nick Fuentes et du sénateur noir retourneur de veste (invité sur scène le 6 janvier et que l’on va retrouver aussi au milieu des envahisseurs, côté Ouest !), Enrique Tarrio s’occupant de chauffer la foule entre temps, Jones s’était déjà échauffé les cordes vocales le 5 précédent à Phoenix !!! Si l’on devait chercher les liens entre Proud Boys, nazis et Oath Keepers, se serait là, justement, à la MAGA March ; l’étape suivante étant l’envahissement des Capitoles régionaux…  avec au bout le principal, national !!! Le 6 janvier, c’est donc un… aboutissement !!!

Le 9 novembre, note en résumé l’excellent justsecurity.org, « le point de vente de Jones, Infowars, fait la promotion de la cause Stop the Steal et organise une caravane multi-États à Washington, D.C. Les personnalités d’Infowars exhortent les téléspectateurs à suivre un compte Parler avec le pseudo @stopthestealcaravan. L’hôte Owen Shroyer continuera à voyager dans un véhicule blindé personnalisé du Texas à D.C., faisant des arrêts dans plusieurs villes en cours de route. Le point de vente continue de promouvoir la manifestation avec des vidéos et des publications supplémentaires. » Comme flyer publicitaire de la manifestation, figurait ,une image plutôt inquiétante car on y associait la figure de Donald Trump au véhicule blindé d’Alex Jones : un véritable symbole roulant de ce qui attendra les américains le 6 janvier :

Mais c’est un autre qui apparaît dedans, en véritable squatteur qui profite du travail des autres : c’est Ali Alexander qui arrive en effet triomphant juché sur le véhicule blindé d’Alex Jones, désireux avec cet équipement de montrer ses velléités (et sa couardise légendaire, car il ne se déplace jamais sans ses sbires !). Dans le public, on aperçcevait des pancartes « Protect élection integrity » Le leitmotiv de Joe Altmann !! Le 18 novembre, à Atlanta, avec toujours le même encore comme publicité velléitaire, l’alliance Alex Jones-Ali Alexander-Enrique-Tarrio fonctionnait à merveille, déjà, et préfigurera la même le 6 janvier, à la différence d’un Tarrio évincé pour avoir provoqué l’incendie d’une pancarte d’église et remplacé par le trio Ethan Nordean, Zachary Rehl and Joseph Biggs, ici au pas de charge à partir de l’Ellipse, le 6 janvier, objectif ; le Capitole !

Rassurez-vous (ou effrayez-vous davantage), on n’a pas encore tout dit à propos des armes à feu  présentes ou des mercenaires assurant ce jour-là la sécurité d’Alex Jones. Le pire est à venir en fait ! Au prochain épisode !

Documents à regarder :

Le dossier à charge du groupe de Smrecek es ici, il est… hallucinant.

Un excellent rappel des faits ici.

La liste des comploteurs appréhendés

https://seditiontracker.com

Un très bon article sur le timing de la manifestation Stop The Steal

Désinformation, cas d’école : la campagne StopTheSteal

C’est le travail fondamental de l’INRER (Institut de recherches et d’études sur les radicalités). Un vrai régal !! A lire absolument !

une time line de rappel ici.

une description d’émeutiers ici.

(1) lire ici notamment :

L’incroyable arsenal des émeutiers de Washington (1)

On notera dans l’épisode que des émeutiers dont Eric Gavelek Munchel (et sa mère) étaient débarqués au Grand Hyatt Hotel de Washington, situé dans le quartier Penn Quarter. C’est au nord du Mail, ça jouxte Pennsylvania Avenue, c’st juste au sud de Chinatown… et plus près encore du Capitole !

L’incroyable arsenal des émeutiers de Washington (2)

 

(2) tous n’y étaient pas : Kelly Meggs et quelques autres encore étaient descendus au Hilton Garden Inn  de Washington DC, par exemple. Harelsson semble y avoir résidé aussi, selon le pointage de son téléphone, alors qu’il aussi été croisé au Comfort Inn. Meggs avait réglé pour plusieurs chambres sur place, laissant à nouveau entendre un argent venu de l’extérieur, comme on l’a déjà vu pour le cas d’autres émeutiers Proud Boys dont le déplacement et l’hôtel ont aussi été réglés par d’autres qu’eux : évdiemment, c’est une preuve flagrante d’une organisation préalable et d’une mainmise supérieure au seul groupe armé

(3) Roger Stone jouant sur les deux tableaux de forces complotistes , car il est fort lié déjà sur place en Floride aux Proud Boys d’Enrique Tarrio; on le sait : ces deux-là ont été photographiés des dizaines de fois ensemble (exemple ici à gauche) Tarrio étant lui aussi résidant de Floride. Et ce à un stade assez profond,  comme le montre le cliché ci-dessous en  bas de la note d’un Roger Stone entouré de Proud Boys moins connus que leur leader tant médiatisé… Roger Stone s’appuyant en Floride, ,côté femmes, sur un quatuor comme celui à droite : Genevieve Peters, une nfluenceuse anti-masque dirigeant le Family America Project Facebook Group, qui avait rencontré Tarrio et Stone à l’American Priority Conference au Trump National Doral de Miami. Elle a aussi envahi le Capitole du Michigan en septembre 2020, entourée d’hommes en armes du mouvement Boogaloo. Ou bien Elsa Aldeguer, de Latinos 4 Trump et Leonor Ferris… ou l’inévitable Marjorie Greene, toujours dans les mauvais coups. Mais Peters a fait mieux encore que ses collègues d’extrême droite, en se prenant en selfie, teintée en brune, le 6 janvier à Washington, avec derrière elle l’assaut de l’aile ouest du Capitole… toujours porteuse de son badge de VIP bien évidence accroché à son coup (cf ici à gauche !!!) A ce stade on ne sait plus chez elle si c’est de l’inconscience, de la pure bêtise ou bien si elle est dotée du même cerveau de moineau que Lauren Boebert !!

Un autre cliché encore montre Stone avec des Proud Boys, dont certains vont nous intéresser ici un peu plus tard :

(4) avec un sacré CV , celui-là, selon ici USA Today : « le passé de Badolato – selon les archives du comté et des tribunaux fédéraux, les dossiers commerciaux de l’État, les rapports du bureau du shérif du comté de Sarasota, les entretiens avec d’anciens associés et les documents internes obtenus par le Herald-Tribune – comprend de nombreuses poursuites, des jugements pécuniaires substantiels et des privilèges importants de l’Internal Revenue Service déposés contre lui; les relations commerciales avec des criminels condamnés pour fraude boursière ; une tentative d’extorsion après avoir emprunté de l’argent à un gangster autoproclamé qui l’a amené à porter un fil pour le FBI ; une association avec une société offshore costaricienne qui a été qualifiée de « centre de blanchiment d’argent » par le ministère de la Justice ; et des allégations d’agression sexuelle faites par trois femmes sur une période de quatre ans qui auraient eu lieu à l’intérieur de sa maison d’un million de dollars sur Casey Key Road. A droite la villa où ont lieu les faits. Quant à savoir pourquoi Bannon n’a jamais cessé ses liens avec ce mafieux, c’est très simple à comprendre selon le connaisseur Joey Barquin : « Badolato enregistre tous ses appels téléphoniques avec un micro lecteur de cassette Sony m-572-v et son bureau est câblé avec un micro-appareil GSM avec insertion de carte SIM séparée pour une écoute à distance. « Il a enregistré Bannon et d’autres associés/individus/groupes conservateurs etc. etc. pendant des années sans qu’ils en aient (sic) connaissance. » Du chantage à l’ancienne !!

(5) quand il ne se précipite pas dans le commissariat de Travis County pour se plaindre de violences domestiques subies par sa femme, ce qui lui vient tout juste d’arriver la veille de Noël. Alex Jones mettant aussitôt ça sur un « abus de médicaments » ou2 un « mauvais dosage » !!! Hallucinant encore, les aventures de cet… halluciné !!! Un de ses derniers exploits familiaux avait été d’aller survoler à très basse altitude en hélicoptère Robinson la maison de son ex, (et de s’être filmé en train de le faire, en grand fêlé alors qu’un juge lui avait demandé d’en rester éloigné, son ex en avait peur car il buvait aussi beaucoup, y compris devant ses enfants; qu’il refusait aussi  de faire vacciner). Ceci pour l’effrayer et l’empêcher de réclamer sa part de divorce !

Depuis que sa nouvelle compagne a appris qu’il devrait rembourser des milliers de dollars aux parents des victimes du massacre de Sandy Hook, le conduisant à la ruine, c’est sûr, l‘ambiance, avait dû changer dans le couple !! Elle-même étant sérieusement impliquée dans la sédition, via l’intermédiaire de Cyndy Chiafan (comme on va le voir bientôt).  Elle a été surprise elle-même à escalader l’aile Ouest du Capitole (ici à droite), dans l’enceinte réservée par les barrières, devenant par la même occasion une participante active à l’émeute.  Et pouvant donc être inculpée également !!! La romance semble bien finie entre les tourtereaux hallucinés… qui étaient tous les deux, on le rappelle, au premier rang de l’Ellipse pour applaudir leur idole (munis de leur passes respectifs  de VIPs – et pas de leur certificat d »émeutiers) !

 

 

 

 

 

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (26)

Dans l’épisode précédent, je vous ai proposé de commencer à étudier le cas de l’une ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *