Accueil / T Y P E S / Articles / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (16)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (16)

Le Parti républicain, papillon prenant Donald Trump pour lumière s’est grillé en route depuis, rattrapé par les sirènes du Tea Party qui l’a aujourd’hui phagocyté. Au sein de ce mouvement à la dérive, je vous ai trouvé une obscure déléguée qui a conseillé à ses adhérents de se munir d’armes fort particulières pour se rendre à Washington le 6 janvier. La preuve que l’on savait quelque part que cela tournerait à l’affrontement. Car les engins recommandés étaient en effet très effrayants (on le verra surtout dans l’épisode suivant) .. et certains provenaient d’une sorte de tradition… au sein de l’extrême droite !

Le ver est bien dans le fruit du GOP 

Des gens comme Oltmann traînent les républicains vers le bas, à l’évidence, via leur agitation continuelle et leurs seules préoccupations maladives. Au même titre qu’Amanda Chase,  la représentante de Virginie., déjà décrite ici.  Et le hic supplémentaire, c’est que la présidente de son mouvement FEC dans le Colorado, Kristi Burton Brown, est aussi la candidate républicaine du coin (la plus jeune aussi – 33 ans -) !!! « Brown n’a pas répondu à une demande de commentaires sur la messagerie vocale demandant de clarifier les dates précises de sa présidence de la FEC United, mais son activité avec le groupe indique qu’elle dirigeait le groupe lorsque celui-ci, avec sa milice affiliée, United American Defence Force, a co- a organisé un rassemblement « Patriot Muster » au Civic Center Park de Denver le 10 octobre (où étaient apparus ici à gauche le groupe de milciens armés de Joe Oltmann !) qui s’est avéré mortel lorsqu’un membre du groupe a pulvérisé un répulsif contre les ours et a giflé un homme qui l’a ensuite abattu. Le tireur, qui portait une arme de poing dissimulée, travaillait comme agent de sécurité pour un journaliste de 9News » (ci contre deux images de la scène, la victime s’appelait Lee Ketner, ici à gauche, le tireur Matthew Dolloff)). Comme s’il n’y avait pas déjà Boeber et Greene comme élues déhjantées !!! La voici réduite en bouillie dans un article de Colorado Newsline (et ici en train de noyer complètement le poisson de façon éhontée)  :

« Elle a fait beaucoup pour s’assurer que toute personne occupant le poste de président du parti de l’État du GOP ait l’air stupide, et depuis qu’elle occupe la première place, elle s’est constamment couronnée. Au cours de sa campagne pour le poste, elle a presque maîtrisé l’habileté de contourner les questions sur les gros mensonges de l’ancien président Trump selon lesquels les élections de novembre lui ont été volées. Mais parfois, elle a glissé. « Il ne fait aucun doute qu’il y a beaucoup de fraude électorale à travers le pays », a-t-elle déclaré lors d’un débat en février entre les candidats à la présidence, même s’il n’existe aucune preuve légitime d’une fraude électorale généralisée Une telle soumission à l’aile QAnon de la base républicaine aurait peut-être contribué à la propulser à la tête du parti, mais cela rend les messages publics gênants maintenant qu’elle essaie de sauver l’organisation de l’inutilité. Considérez, par exemple, son approche d’une interview pour laquelle elle a passé avec KOAA5 ce mois-ci. Lorsqu’on lui a demandé d’où elle venait des affirmations continues de Trump selon lesquelles les élections avaient été volées, Burton Brown a déclaré: « Je me concentre sur l’avenir du Colorado. » Croit-elle que Trump, qui apparaît de plus en plus comme s’il serait le candidat républicain à la présidentielle en 2024, est toujours le chef du parti ? « Je crois que les idées dirigent le Parti républicain dans ce pays. » Que pense-t-elle d’une enquête sur l’insurrection du 6 janvier ? « Nous devons avancer »…. sans bouger un sourcil ! Lamentable prestation d’aveugle totale !

Le manuel d’intrusion violente qui circulait dans le Colorado : stylos d’acier conseillés (et une autre arme, à découvrir demain) !

Et la preuve de sa bêtise, à cette jeune arriviste prête à tout, c’est le choix comme superviseur des élections de 2020 de quelqu’un ayant tenu des propos inquiétants à propos de la démocratie (au vu des pancartes tenues à bout de bras le 6 janvier, comme ici à gauche) : « L’USEIP (l’U.S. Election Integrity Plan, fondé par Oltmann et Ashe Epp) a organisé plusieurs rassemblements de complot pour fraude électorale au Colorado Capitol fin 2020 et au début de cette année, et a également coordonné une caravane de membres. Sa planification pour que la caravane assiste au rassemblement « Stop the Steal » du 6 janvier à Washington DC comprenait non seulement un soutien logistique tel que le covoiturage, les itinéraires et les options d’hébergement, mais également une discussion sur les armes les mieux adaptées à transporter pendant l’événement ». Notez à gauche l’un des solgans des émeutiers ( » pas de capitulation », celui … d’Alamo !).Car attention ce qui va suivre est à la fois terrifiant et désolant : au Colarado, avant les événements,  a circulé au sein des républicains un manuel de comportement du parfait séditieux pour le 6 janvier au Capitole….

« Dans une salle de discussion de l’USEIP, la membre Theresa Watson, qui est également la présidente du GOP du comté de Boulder (et la représentante du Widefield School District 3 school  !), a fait référence à des vidéos sur l’utilisation d’un «stylo tactique», qui est un stylo en métal lourd destiné non pas à être utilisé comme instrument d’écriture mais comme un arme pour poignarder un adversaire. « Un stylo tactique est une bonne arme  à transporter dans une foule », a déclaré Watson. « Jason Hanson, ancien agent de la CIA, en a un de bonne qualité (ici il fait le show à la télé en montrant comment enfoncer ses doigts dans les yeux de son adversaire : sympathique, n’est-ce-pas !) – j’éviterais les versions Amazon et Walmart – et il a de nombreuses vidéos sur la façon d’utiliser et de s’en sortir rapidement. Plus des choses que vous pensiez ne jamais avoir besoin de connaître ».

Ignorant du monde survivaliste, et de ses délires, j’ignorais comme vous je suppose qu’un stylo pouvait en effet aussi servir d’arme. Sur un site français du genre, déguisé en « Equipements pour l’aventure du quotidien » (ils avancent toujours masqués). Voici ce comment on les présente ces engins-miracles : « les stylos tactiques sont des stylos qui de part leur conception solide et résistante, vont vous permettre d’agir dans des situations extrêmes ! « 
« Briser une vitre (via son extrémité pointue), allumer un feu, se défendre ou prélever l’ADN de votre agresseur sont parmi ses fonctions les plus courantes. Certains modèles de stylos tactiques  intègrent également une fonction lampe torche, efficace pour vous éclairer ou aveugler votre agresseur... Des marques comme Smith & Wesson en fabriquent désormais, on est loin des stylos bille en effet ! Bigre, quel programme pour ce qui semble être la clé de douze indispensable de celui qui souhait se battre  sans arme à feu… ou entrer par effraction dans un bâtiment d’Etat !

Pour faire fuir les ours, habituellement

Les sprays répulsifs ou irritants au poivre, surnommés là-bas BearMace (pour faire fuir les grizzlys) ont été aussi utilisés massivement, on l’a vu, et un bon nombre de participants en étaient en effet équipés. Il sont très, très irritants, et peuvent provoquer des arrêts respiratoires.

Le policier qui est décédé plus tard en avait reçu une dose massive. Certains y ont mis la dose en effet (cf ci-dessous)…  beaucoup en disposaient de façon très visibles sur eux ou dans leurs sacs à dos comme on peut le voir.

Le spray du Proud

L’un des utilisateurs de ses sprays incapacitants est aussi  une belle pièce, lui-même. venu de Collier, en Floride, Christopher Worrell est fort représentatif sinon emblématique de ceux qui ont envahi le Capitole, et à plus d’un titre comme vous allez le comprendre. Il était entré avec un collègue Proud Boy (ici à droite) dans l’enceinte réservée au dehors du bâtiment, équipé d’un gilet tactique, d’une caméra corporelle, de gants renforcés, d’un sac d’hydratation, d’un écouteur de communication radio type « push-to-talk » à l’oreille, ici un modèle branché sur son  portable (« cellular push to talk) et d’une bombe de spray au poivre en gel. Avec cette dernière, il  avait copieusement arrosé de produit au poivre les forces de l’ordre (ici gauche et à droite), puis s’était introduit après dans le Capitole et dans la salle des statues notamment. Et il  était rentré ensuite tranquillement chez lui en Floride. Dès le lendemain, le 8, il avait droit dans le quartier de  Stanhope Circle à Maplewood à la visite des gens du FBI qui l’avaient trouvé plutôt « nerveux ». Il leur avait prétexté d’abord être parti  » faire du camping » pendant trois jours, et ça les avait eux aussi plutôt énervés, à l’avoir croisé sur mal de photos le 6 janvier mais pas vraiment dans la nature, au milieu des 80 000 personnes à Washington. Surtout quand ils lui avaient parlé de son affiliation aux Proud Boys, qu’il avait niée (alors qu’il avait été photographié sur place ici à gauche en train de faire le signe suprémaciste caractéristique du groupe !). En lui mettant sous nez aussi  des photos datant du 12 décembre à Naples (en Floride), au Mercato Shopping Mall, la mémoire lui était alors soudainement revenue ! Le cliché avait été pris en décembre et diffusée en mars 2021 pendant un interview mené  par un journaliste turc, Yunus Paksoy, juste aux côtés… d’Enrique Tarrio en personne (ici à droite) !!! Ou une autre, ici à droite le 12 décembre 2021, avant la soirée de violence des Proud Boys, vêtu du t-shirt jeune du groupe, signe de reconnaissance ce jour-là… Plus tard, en analysant les vidéo du 6 janvier, on avait pu le suivre dans l’itinéraire des Proud Boys que l’on commence à mieux appréhender : une photo à la base de la colonne du Washington Monument,  lieu de rendez-vous pour beaucoup d’entre eux (ici à gauche), puis descente vers le Mail et dernier regroupement avant photo, les Proud Boys pensant à chaque étape à immortaliser, regroupés, leurs déplacements, persuadés que c’est leur coup du siècle (et que l’attaque devait être massive pour réussir, autant pas trop se disperser, donc !!!). Ci-dessous, Christopher Worrell, avec ses amis Proud Boys  s’attaque aux barrières côté Ouest du bâtiment (le gars à ses côtés  en chemise à carreaux s’appelle Arthur Jackman):

A un moment- un peu auparavant- l’un des leaders au mégaphone, Ethan Nordean, sera obligé de les faire taire devant les journalistes, car ils criaient un peu trop fort d’aller tout casser.. et ça ne valait pas trop que ce soit divulgué avant même d’être fait ! A partir de là ils avaient déjà contourné l’édifice (par le Nord) pour arriver côté Est. Où ils feront une célèbre photo, prise donc devant la façade Est, dans laquelle ont distingue à peine notre Proud Boy du jour perdu dans l’énorme groupe de casseurs  !!!

Le sommet de sa participation étant celle au clip musical tourné PENDANT  l’attaque d’un titre (1) !!! Comment-a-t-on pu prévoir pareille ineptie, sinon en pensant bien avant qu’il fallait profiter de l’occasion pour marquer le coup !!!  Les deux rappeurs étant ceux accompagnant… Roger Stone la veille au soir sur Freedom Plaza !!! Incroyable séquence !!! A noter que l’un des rappeurs concerné, Forgiato Blow, (l’homme du bon goût) était venu à Washington en jet privé, ce qui ne va pas manquer de nous intéresser très bientôt… question factures de l’événement (qui a donc payé son déplacement ?) !!! L’un des interprètes posant avec un panneau d’interdiction apposé par les autorités  sur les barrières d’entrée, juste devant, en ultime provocation contre l’Etat, une voiture de police, justement  ! Plus intéressant encore, c’est ce même gros rappeur idiot qui va nous confirmer une présence particulière dans la tente blanche jouxtant ce soir-là la scène : celle de Joe Oltmann !!! L’un des maîtres d’œuvre du complot !!!

On lui avait payé le voyage et l’hôtel, à lui et à sa femme !

Car avec la vision de Joe Oltmann, on retombe aussi sur un des mystères de la présence de ce Proud Boys venu de loin, de Floride, lui aussi. Avaient-il payé eux-mêmes tous les frais de leur expédition ? L’avion, le bus, le van, la voiture et ensuite quel hôtel dans le le centre ou pas trop loin pour pouvoir se regrouper rapidement ??? Comme l’a relevé le perspicace Empty Wheel le 10 septembre après huit mois d’observation du groupe, Worrel  n’était pas arrivé comme ça comme un cheveu sur la soupe : c’est simple, car notre Proud Boy s’était en effet fait offrir le trajet et le gîte sur place !!!  La révolution, mais tous frais payés !!! Incroyable découverte !!! On était allé le recruter, et on l’avait aidé à le convaincre en lui offrant le trajet – en van – jusque Washington  Et de l’argent, circulant  en masse derrière cette opération ! j!!! Si cela ce n’est pas la preuve d’une organisation préalable (ou d’une organisation supérieure aux simples Proue Boys !! « Le mémo de détention de Christopher Worrell, un Proud Boy qui a aspergé les forces de l’ordre de gaz poivré, révèle que lui et sa petite amie se sont rendus à Washington dans des camionnettes payées par quelqu’un d’autre et ont séjourné dans des hôtels également payés par quelqu’un d’autre. Selon la petite amie résidante de Worrell, qui a été interrogée par les forces de l’ordre le 12 mars 2021, elle et Worrell se sont rendus à Washington D.C. dans les jours précédant le 6 janvier 2021, avec d’autres Proud Boys dans des camionnettes payées par un autre individu. Leurs chambres d’hôtel ont également été payées par une autre personne. D’autant plus que ces fourgonnettes venaient de Floride – où Tarrio, Biggs et les personnages clés des Oath Keepers ont tous traîné (et traîné avec Roger Stone) – la personne qui a payé pour ces choses peut être responsable de tout complot en fin de compte. facturé dans son ensemble. » Voilà pourquoi surtout notre Proud Boy présent une certaine importance : il nous révèle que derrière lui il y avait… des organisateurs, qui payaient tout ! Y compris des chambres au Willard Hotel, pas vraiment données !!!

Pour en revenir à notre Proud Boy, cet autre « patriote »donc, c’est en fait  Trish Priller, la compagne de Christopher Worrell, travaillant pour le Naples Daily News, qui avait avant lui avoué qu’il en était bien, des Proud Boys, les policiers auxquels elle l’avait avoué  ajoutant à charge ses sombres faits d’armes antérieurs, notamment en 2009 : cette année-là, doté d’un équipement complet de policier, menottes et Glock calibre .40 compris, il avait été arrêté en flagrant délit de harcèlement à bord d’une Hummer d’une jeune fille de 23 ans, Danielle Bower. Déclaré coupable, il a avait écopé en mai 2010, de trois ans de probation et à deux ans de contrôle judiciaire pour avoir fait croire qu’il était un agent des forces de l’ordre. Mais ce n’st pas tout, car le revoilà doublement dans de beaux draps  : comme défenseur pas sûr qu’il ait trouvé le bon en effet  en la personne du controversé John Pierce, le premier à avoir voulu défendre Kyle Rittenhouse et avoir laissé tomber après . C’est celui du cabinet où sévit aussi Lin Wood !!! La célèbre Wonkette formulant une excellente remarque à props de cet événement : « ce n’est pas tout à fait prévisible à ce sujet… MAIS C’EST DU MATOS DE TUEUR EN SÉRIE. Ted Bundy et Angelo Buono prétendaient tous deux être des flics afin d’amener les femmes à leur faire confiance, afin qu’elles puissent les assassiner. C’est un tout. William Suff, alias le Riverside Prostitute Killer, aurait également fait cela. C’est pourquoi on dit toujours aux femmes qu’elles devraient s’arrêter dans des parkings bien éclairés plutôt que sur le bord de la route, lorsqu’elles sont arrêtées par un policier – bien que probablement peu d’entre nous aient toujours la présence d’esprit et la capacité de le faire. cette. Dieu merci, cette femme l’a fait, car cela ne ressemble vraiment pas à une situation qui se serait trop bien terminée. « Étant donné que c’est le genre de gars qu’il est apparemment… Je ne peux pas être le seul à penser que sa petite amie, qui travaille dans un journal, n’a pas laissé échapper des choses par accident ».

La continuation du processsus, les casseurs glorifiés et Rhodes reconnu par le GOP : les nouvelles « vedettes » des CPAC

Le conservateurs US ont leur grand’messe annuelle, la Conservative Political Action Conference (ou CPAC, qui se produit par Etat). L’occasion, pour Roger Stone, qui nous dit aujourd’hui ne connaître personne de cette équipe, de retrouver dès le 28 février suivant le même rappeur pour se trémousser à nouveau devant un énorme pick-up décoré aux couleurs d’un Trump-Rambo de mauvais goût déjà vu sur des drapeaux ce 6 janvier (ici à droite). Tout cela devant devant en effet le Comité d’action politique conservateur (CPAC) d’ Orlando, en Floride, créant un buzz médiatique énorme ! Le rappeur modifiant ce jour ses paroles pour dire que ceux qui ont attaqué le Capitole étaient des « patriotes » !!! Consternant !

Le 9 juillet 2021, à Dallas, au Texas, pour une autre CPAC, c’était une autre individu qui a été surpris arpentant tranquillement les allées, en territoire conquise: Stewart Rhodes, oui, c’est bien lui, le leader des Oath Keepers, dûment invité via un pass officiel bien visible !!! A ses côtés, Marcia Strickler-Watson, la fondatrice de Wilco We Thee People et la co-directrice de True Texas Project-Wilco (dont la directrice, Fran Rhodes, est du Tea Party !!!) , Marcia, une éleveuse de bétail déléguée du GOP, soutenant la « Christian Missionary »… et c’est aussi organisatrice des parades pro-Trump dans l »Etat !! A part ça, Rhodes serait un pestiféré politique ??? Ou encore plutôt un autre « patriote » très bien accepté par l’establishment républicain ???

 

Des masques à gaz à profusion !

Vous en connaissez-vous, des gens qui se rendent à un concert ou à un meeting en extérieur (voire ci-dessus une exposition des statues et de tableaux en intérieur, dans la Rotonde du Capitole) et  se munissent avant de partir d’un masque à gaz ?

Personnellement non, et le cas, autant que les armes improvisées me laissent entendrent que ces gens-là savaient au départ que ça allait dégénérer, et que la tranquille promenade touristique décrite par des élus républicains à œillères se terminerait bien par un assaut et en retour de lancers de grenades lacrymogènes ou l’envoi de gaz irritants !!! Et donc s’opposer… à la Police ! Et pourtant, on en vu des masques à gaz, bien plus d’ailleurs que de masques anti-covid (mais plutôt à leur place une profusion de foulards et bandanas fort pratiques pour couvrir le bas du visage) !!! Au pointd’en faire aujourd’hui l’emblème de l’insurrection dans les magazines !

 

Des anciens en caoutchouc ou même en cuir, des inquiétants et des moins inquiétants, des vieux modèles et des beaucoup plus récents, à croire que les émeutiers avaient dévalisé le grenier deleur grand-père qui avait fait la Seconde Guerre Mondiale où s’étaient précipités pour acheter en masse en ligne (ce qu’ils ont effectivement fait dès l’annonce de l’élection de Joe Biden) ! Et ce, pour équiper aussi bien les hommes que les femmes !!!  Autant que les armes improvisées, cette étrange abondance effarante de masques à gaz de toutes sortes (provenant d’ateliers de peinture en carrosserie ou de surplus de l’armée) démontre par l’exemple que  l’on s’attendait à l’avance à du grabuge et des heurts violents !! De ce lot, je vous en ai extrait quelques uns qui méritent davantage le détour. L’un d’entre eux est celui d’un ancien militaire engagé en 1987 arborant sur son torse son origine, pourvu d’un gilet pare-balles de l’armée, (plus de l’eau et un kit médical de survie) à savoir le drapeau de la Georgie, et non un insigne religieux (ici à droite). Son porteur s’appelle Jeffrey A. McKellop, c’est un ancien Sgt. 1st Class de l’armée, un ancien membre surtout du 3rd Special Forces Group,  accusé d’avoir frappé un membre de la D.C. Metropolitan Police avec la hampe d’un drapeau… portant celui de Défense de la Police (???), le fameux noir et blanc à rayure isolée bleue !!! Quelle terrible dérision ! t Curiosité plutôt malvenue, l’homme avait retrouve du boulot en 2018, mais comme « contractant », à savoir mercenaire, pour « travailler » en Irak, et même carrément au service… de la CIA  !!!  22 ans de service et 2 Bronze Star sur le poitrail pour en arriver à ça ??? L’homme (ici à gauche masque enlevé) est aujourd’hui dans un beau pétrin : une bourse en ligne ouverte par un fond d’aide religieux (Give Send Go) qui a tenté de réunir les 300 000 dollars pour lui venir en aide (et payer sa lourde caution de prison) n‘a atteint à ce jour que … 2820 petits dollars . En voilà un qui vient de tout perdre à s’être fait berner par les slogans trumpiens ! En tout cas une chose est sûre : les porteurs de masque ont bien été ceux parmi les plus à même d’engager les hostilités avec les policiers (ici à droite avec toujours le même attaquant à l’œuvre).

Parmi les plus étranges engins du genre, celui-ci à gauche ici avec son énorme mentonnière avancée lui donnant l’allure d’une créature extraterrestre. Un drôles de truc, sorti du grenier, à l’évidence, avec une mentonnière proéminente qui donne encore plus l’allure d’une créature extraterrestre.

 

Renseignements pris, ça sort effectivement des surplus de l’armée américaine, mais période Guerre Froide, type M17A1, même que les yougolasves de l’époque en avait fait une copie presqu’exacte comme on peut le constater ici… à droite (et également ici dans l’infanterie grecque !). Pour le « big nose » à gauche, c’est encore un autre modèle (un engin d’origine Serbe, le M9) qui rend surtout ridicule celui qui le porte !

De toutes les photos les plus marquantes de cette journée dantesque, c’est très certainement aussi celle d’un masque à gaz enveloppé des vapeurs de  gaz lacrymogènes qui a marqué les esprits. Or visiblement cet exemplaire plus effarant que les autres provient d’un stock… soviétique  (c’est celui qui a été utilisé à Tchernobyl !) :

 

Le masques suivants sont aussi étonnants, et pour leur look, surtout, ces deux-là. Photographiés côté Ouest du Capitole et se tenant pourtant très éloignés des émissions le nuages lacrymogènes, ils avaient enfilé deux modèles assez singuliers de masques, les faisant ressembler ensemble  à un couple d’insectes géants. On ne sait s’ils faisaient partie d’un groupe particulier, mais l’homme qui se tenait à leurs côtés portait lui aussi la fameuse radio talkie-walkie des leaders des émeutiers. (« Baofeng everywhere », le slogan du 6 janvier !!!).  Renseignement pris, nos deux lascars, bien proprets sur eux (l’homme est en  chemise blanche, la femme porte un foulard de marque)) se sont équipés d’un modèle de chez 3M Scott Vision à 184 dollars pièces sans comptables les recharges filtrantes. Il est évident que chez ces deux-là), la choix d’un engin muni d’une visière opaque correspond manifestement à un désir profond de passer totalement inaperçu !! Une volonté évidente, car le même modèle existe en visière transparente qui fait un peu moins science-fiction, une version croisée aussi ce 6 janvier, comme le démontre la photo de gauche ici  (et un modèle plaisant aux femmes, apparemment) !!!  Seraient-ce des politiques ou des patrons d’entreprise venu assister au spectacle de la mort de la démocratie ??? A noter que dans notre couple l’homme arbore aussi un casque protège-tympans celui que l’on rencontre couramment dans les stands de tir aux USA !!!  Quand à savoir qui exactement a décidé d’utiliser ce genre d’engins, on peut en avoir une idée en regardant (ici à droite) ,ses voisins immédiats : tel celui-ci à gauche sur la photo, tout encapuchonné,  qui jouxte dans la bagarre… Joseph Biggs, des Proud Boys !!

Sans oublier que parmi ceux au premier rang des heurts pour en rendre compte aussi il y avait d’autres utilisateurs de masques à gaz, bien plus habitués; les journalistes, largement malmenés durant l’insurrection (chapeau, les artistes !) !

Le dernier cas est tout aussi étonnant car ceux-là sont entrés sans masques.. mais sont ressortis avec chacun un enveloppant leur tête !! C’est au sortir de la porte Colombus qu’on les a repérés, ces deux-là. Un jeune homme… et sa mère ! Maryann Mooney-Rondon et son fils, Rafael Rondon. La première avait entraîné le second dans son admiration et son soutien pour Trump indiqué dans des pages Facebook de droite retrouvées par le FBI , comme celle-ci en  2016 : « je suis inscrite en tant qu’indépendant mais j’ai voté pour Trump. Pour tant de raisons, il était le meilleur choix pour moi. Clinton a 30 ans en politique et n’a pas de bilan que je puisse respecter », avait-t-elle écrit en réponse à un ami sur Facebook, le jour des élections 2016″. Les deux avaient traversé tout le Capitole, monté l’escalier menant aux bureaux des élus, saccagés, et avaient même fait un selfie, Rafael assis sur une des tables de réunion ! Et ils avaient tout simplement volé les masques de protection respiratoires dont disposent les élus dans leur bureau, en cas d’intrusion aux gaz, justement. Là, en l’occurrence ils avaient volé les leurs dans le bureau de Nancy Pelosi, la présidente du Congrès. Un acte irraisonné qui va leur coûter cher, pour sûr. C’est le troisième couple mère-fils retrouvé dans ce chaos : auparavant on avait découvert Deborah Sandoval, de Des Moines, dans l’Iowa, et son fils Salvador Sandoval Jr; la toute première ayant été Lisa Eisenhart, et Eric Munchel, qui disposait d’un incroyable arsenal chez lui. A gauche ici, les employés et les élus du Capitole ayant enfilé les masques anti-gaz disponibles derrière chaque siège dans le Parlement. On n’oubliera pas non plus le policier (Hodges)  coincé dans la porte du bout du tunnel dont le masque avait été violemment arraché et présenté ensuite sur un balcon comme trophée… juste à côté d’un autre élu aujourd’hui dans de beaux draps lui aussi, notre cow-boy de service, Couy Griffin; pris lui au piège de ses vantardises à répétition. Lui avait déjà menacé au mictro de « tuer des démocrates« …

Les deux pingouins à vélo !

Chose amusante dans cette saga des masques à gaz ; le duo de pingouins qui se promenait ouvertement en pères tranquilles dans la Rotonde habillés de la même façon avec des vestes militaires de camouflage immaculées et quasiment repassées portaient sur l’épaule des écussons particuliers : ceux d’Armor Of God, vocable tout droit sorti de la Bible avec la sentence 11-17 de l’épitre aux Ephésiens (3) attribuée à l’apôtre Paul, résumée en « revêtez-vous de l’armure complète de Dieu, afin que vous puissiez prendre position contre les plans du diable ».  Fchtre, voilà qui promettait !! Eux qui paraissaient plutôt paisibles lors de leur visite de la Rotonde (ça avait été un des tous premiers clichés révélés de l’envahissement) cachaient alors bien leur jeu : ils s’étaient bien emparés du fameux bouclier, l’ayant ramené devant la façade Est, mais en étant entrés par la force de l’autre côté, façade Ouest en renversant les grilles et en bousculant au passage les policiers, totalement démunis à cet endroit d’équipements de protection : le bouclier avait donc dû être récupéré plus en aval, en bas du bâtiment où on les retrouvera en effet cette fois un bref moment.. sans masques, dévoilant pour l’un des deux complètement le visage (image à gauche, ce qui implique qu’ils ne devraient donc plus tarder à être tous les deux reconnus : deux amis, en couple, ou un duo père et fils ?). Ci-dessous, l’entrée – fracassante- côté Ouest de l’un des deux :

Avec la seconde icône sûr leur épaule,  er leurs exploits de prise de bouclier en trophée, on s’attendait à voir débouler de fiers guerriers, donc, voire sur de fiers coursiers, et vous allez voir,  on va être pas mal déçu en fait, dans le genre. Le second logo étant en effet celui du Punisher, sorti de la BD éponyme, avec un deuxième slogan plus vindicatif encore :“God will judge our enemies. We’ll arrange the meeting » Un internaute avait eu une fort juste remarque en le voyant … (ici à gauche), tant cela paraissait… puéril en effet, le second patch anéantissant plutôt le premier : voici deux émeutiers… plutôt contradictoires, qu’allaient-ils  en effet suivre comme précepte pour agir :  la religion, ou la BD ?

Visiblement ils avaient seulement ramassé le bouclier et on ignore s’ils s’en étaient-ils servis, une fois remontés façade Est.  On en doute, à vrai dire, à avoir vu leur allure débonnaire dans la rotonde et surtout… à lire la suite. Ces deux-là, étaient -là eux aussi depuis la veille, descendus dans un hôtel pas très éloigné, très certainement. Ce qui me fait dire ça, c’est une autre photo… sidérante des deux zigs, prise le 5 janvier sur le côté sud de Freedom Plaza, juchés tous les deux sur les bicyclettes rouges de location de la ville de Washington (des « capitol bikeshare », ici à gauche c’est la station de location de vélos de la banlieue d’Alexandria)  !!! La révolution semble plutôt pépère chez eux, à part l’épisode des grilles renversées ! Dieu, roi de la petite reine ? Ça tourne surtout au ridicule complet pour les deux lascars !!!  La révolution, certes, mais plutôt écolo alors, en pédalant ! Mais qu’est ce donc que ces miliciens d’opérette ? On veut renverser les institutions, et on utilise les services qu’offre cette même institution pour y parvenir (à 8 dollars par jour, ici c’est le District of Columbia qui régale) ?

Du bon usage du masque à gaz… chez les néo-nazis provocateurs

Certes, le masque à gaz n’est pas une arme. Mais le bidule a un lourd passé d’équipement très lié aux groupuscules d’extrême-droite et leur fantasmes guerriers. Sur les réseaux c’est en tout cas une habitude chez eux de se présenter ainsi arnachés. Pratique comme déguisement ! Tel ici Patrik Mathews (ici à gauche), de Beausejour, dans le Manitoba (au Canada (mais limitrophe du Nord-Dakota), alors en fuite, un des recruteurs de The Base, un groupe de jeunes néo-nazis comprenant Brian Mark Lemley Jr., et William Garfield Bilbrough IV, qui avait fait parlé de lui avec Trump  avec le monteur vidéo « Carpe Donktum » (Logan Cook),  invité du Social Media Summit  incroyable meeting qui s’était tenu à la Maison Blanche le 11 juillet 2019. Lié lui-même à Minds, fondé par Bill Ottman, John Ottman et Mark Harding. C’est chez le réseau Minds que c’était installé le Patriot Front (déjà décrit ici) groupe de nationalisme blanc, associé au néonazi qui a tué Heather Heyer, en 2017, lors du rallye « Unite the Right » à Charlottesville… Leur programme d’action, fait en lien avec un second groupe connu, celui de l’Atomwaffen Division,  comprenait le déraillement de trains pour provoquer le chaos ; En janvier, le FBI les avait surpris en train de s’approvisionner dans une armurerie du Delaware, et craignait le pire à venir.

Autre utilisateur de masque à respirateur à cartouches de peintre qui nous avait intrigué rappelez-vous, c’était à Minneapolis, lors des émeutes liées au mouvement Black Lives Matters. On avait vu surgir un étrange bonhomme, sous un parapluie (alors qu’il ne pleuvait pas ce jour-là ), qui était guidé visiblement au téléphone par une personne distante lui dictant ses ordres. Le parapluie en ce sens prenait tour son sens étant visible de loin, d’un point haut par exemple. (les antifascistes avaient soupçonné la police, dont la surveillance aérienne est constante, on le sait. Ce n’est pas la première fois historiquement qu’un parapluie incongru apparait sur une scène de crime !! (2) Souvenez-vous : muni d’un marteau, il s’était alors mis à casser consciencieusement les carreaux d’un magasin de revente de voitures (AutoZone), répétant ce qu’à fait tout aussi consciencieusement un Proud Boy repéré au milieu des couloirs du Capitole. Les gens de BLM avaient effectivement crié à la provocation policière; avait alors circulé rapidement une photo de policier censé ressembler au casseur, ce qui était dangereux et prématuré, bien sûr, mais la police avait fini par retrouver le gus responsable du forfait : et c’était bien un suprémaciste, affilié au gang très dangereux des Aryan Cowboys Brotherhood, un Hell’s Angels appelé Mitchell Westley Carlson, un motard sur Harley-Davidon jouant les gros bras et des biscotos, (ici à droite) âgé de 32 ans, déguisé en « antifa », tout de noir vêtu, qui voulait ainsi rejeter la faute sur le groupe !!!

Exactement le cri de guerre des Proud Boys avant d’attaquer le Capitole  (au marteau également pour l’un d’entre eux, comme on l’a vu en détail à l’épisode 9 !) !!!  Ça ne peut être plus clair il me semble  même technique et même but : rejeter la faute sur des « antifas ».. totalement inexistants ce jour-là   !!!

 

(1) contenu de la chanson :

Grand stepper, nation rouge, un seul Dieu
Maintenant, nous en avons marre, fini de jouer avec vous tous
Le téléphone sonne, « quoi de neuf, Trump ? Tu sais que nous arrivons »
Pennsylvania Ave, ANTIFA, tu sais que nous les effondrerons
Freedom Plaza, tu connais le gang avec moi
Je ne vends pas mon âme, je fais l’histoire
Gauche-droite, nous marchons pour Maga
On fait ça pour la culture, tu sais qu’on ne trompe pas
« Garçon, vous êtes sur la liste des recherches d’ANTIFA, vous ne le savez pas ? »
Je suis un garçon de Floride qui prend des photos comme je suis Kodak

Encore quatre ans, mon pays, ma chaleur

Tu sais que Big Trump a toujours de l’amour dans les rues
Gardez le 45 sur moi, ouais rock-a-bye bébé
Je suis un fier Américain, l’Amérique m’a fait
Grand stepper, une nation, un Dieu
Les gens en ont marre, tu sais qu’on est dehors »…

(2) comme celui de Louis Steven Witt, par exemple !

(3) « Enfin, soyez forts dans le Seigneur et dans sa toute-puissance. 11 Revêtez-vous de l’armure complète de Dieu, afin que vous puissiez prendre position contre les plans du diable. 12 Car notre lutte n’est pas contre la chair et le sang, mais contre les dirigeants, contre les autorités, contre les puissances de ce monde obscur et contre les forces spirituelles du mal dans les royaumes célestes. 13 C’est pourquoi revêtez toutes les armes de Dieu, afin que, le jour du mal, vous puissiez tenir bon, et tenir bon après avoir tout fait. 14 Tenez donc ferme, avec la ceinture de la vérité bouclée autour de votre taille, avec la cuirasse de la justice en place, 15 et avec vos pieds ajustés avec la disponibilité qui vient de l’évangile de paix. 16 En plus de tout cela, prenez le bouclier de la foi, avec lequel vous pouvez éteindre toutes les flèches enflammées du malin. 17 Prenez le casque du salut et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu »

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le gouvernement des Etats-Unis est-il coupable de génocide ?

Xiao PIGNOUF « Si jamais nous sommes forcés de déterrer la hache de guerre contre une ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *