Accueil / T H E M E S / PENSÉE POLITIQUE / Démocratie / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (15)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (15)

A la veille de Noël, ce sera un cadeau avec une double dose et un article (encore) plus long. Que voulez-vous, c’est ainsi car aujourd’hui deux histoires inextricables vous sont racontées (pour le prix d’une). D’abord celle promise de l’état des lieux de l’habitation de Roger Stone, en réalité une suite de l’hôtel Willard et de l’autre une incroyable découverte fortuite : en remontant une histoire d’arrêt fortuit de bus à Nashville, lors de la tournée de Dustin Stockton, comme vous allez le voir, je suis retombé au même endroit, à savoir le même hôtel, décidément fort accueillant pour recevoir la cinquantaine d’individus décrits dans notre épisode d’hier par la compagne de Roger Stone : il y avait  foule à Washington, au Willard Hotel, pour tenter de réussir ce coup d’Etat !!!

Roger pris à son propre piège… au Willard Hotel 

Vous vous rappelez des épisodes antérieurs où je vous avais retrouvé le look du QG  de Rudy ?  Eh bien un deuxième cliché nous a donné un autre renseignement encore sur l’endroit exact où il dormait. Pour Roger Stone, idem : on est bien au Willard encore avec des éléments communs aux deux suites, comme la chaise longue, les petites tables carrées jointes ou le canapé et ici  comme différence cette foid un large meuble à tout faire. Ici le rappel du QG de Giuliani :

D’abord donc ci-dessus le rappel de la suite « de bureau » de Rudy, en dessous l’image de l’interview de Roger Stone, qui laisse d’emblée entrevoir pas mal de similitudes…

Celle de Roger Stone n’est pas bien différente en effet, à part le gros buffet-support de TV sombre ici sur la gauche et plus visible sur le cliché publicitaire de l’hôtel :

.. et en dessous encore le décorticage des éléments  (9 de repérés ici) du second cliché, dans lequel Roger Stone a reçu les journalistes (ici caméra au point à droite) comparé à notre « mine de renseignements » qu’est en fait la photothèque de Trip Advisor (pas loin de 3 000 photos !) ! Celle qui nous avis permis de dire que Kylie Jane Kremer effectuait bien ses interviews à la télé du Willard… grâce aux rideaux de sa chambre, strictement les mêmes (ici à droite) que ceux de la suite de Roger Stone !!!

La seconde photo (ci-dessus) étant plus parlante encore que celles étudiés précédemment concernant Stone, car elle nous montrait une conférence de presse (d’un inconscience rare, donc) tenue directement dans le fameux « duplex » dont la reine des prostituées était la co-locataire avec Roger Stone !! Au Willard Hotel, eh oui, dans une des « One Bedroom Suites » de 93 m2 (la copie de celle de Giuliani, à quelques différences près dont un long meuble-vitrine et porte-tv de bois foncé et des caches portes-rideaux différents) « offrant une vue sur la ville ou sur Pennsylvania Avenue et le Washington Monument, choisissez entre un lit king-size ou deux lits queen-size. Les suites à une chambre avec deux lits queen-size disposent également d’un garde-manger avec un mini-réfrigérateur » selon la pub de l’hôtel. On suppose Roger Stone plus souvent au restaurant que le nez dans le frigo, mais bon… On ignore le nombre de lits sélectionnés par lui… étant donné qu’il est présent sur place mais avec… trois femmes, comme on l’a constaté. Un endroit reconnu grâce à des éléments incontournables comme les meubles, les rideaux (cf Kylie Kremer !) , la table basse, une lampe, la forme des montants du canapé, voire la chaise ouvragée sur laquelle est assis Burns, et le fauteuil de Roger Stone, ou encore une fois… la moquette, qui aura finalement trahi pas mal de monde ici (c’est le même dessin que celle de la suite de Rudy Giuliani, qui disposait du même type de chaises également dans le même style de suite hôtelière !) !!! Et un endroit possédant comme celui de Giuliani un« lien » vers la George Washington Presidential Suite... au cas où des invités plus nombreux arriveraient ! L’homme au premier plan sur la photos un pasteur, il s’appelle Mark Burn, Ici à droite le trio Mark Burns, Casper Stockham, républicain du Colorado aperçu à plusieurs reprises en compagnie de Proud Boys, et Roger Stone dans un endroit non déterminé mais qui pourrait être aussi le Willard encore une fois.
Les deux autres clichés étant pour montrer la proximité du pasteur avec Donald Trump, à ses débuts devant la Trump Tower et après dans un jet, en tête à tête (qui n’est pas ici AirForce One).

Burns, pasteur incendaire

Un second cliché pris au même endroit (cf les rideaux comme preuve, cette fois !) montrait Stone, chez-lui, accoudé à la fenêtre (ci-conte à droite) discutant avec le pasteur Mark Burns, visible au premier plan, et déjà présent sur premier cliché, en train certainement de mettre au point l‘intervention enflammée de ce dernier le 5 au soir. Cet abruti-là, sur Twitter, avait vendu toute la mèche, la veille, le 4 janvier sur Twitter en écrivant « dans l’avion Direction DC pour protester contre la certification de cette élection. Rejoignez-moi le mardi 5 janvier et le mercredi 6 janvier avec le président @realDonaldTrump, #RogerStone et tant d’autres avec lesquels nous déclarons, Don’t Tread On Me (cf le drapeau jaune au serpent des extrémistes d’extrême droite) ! Le véhément Burns a des amis, dont certains peu recommandables : une photo là encore nous le prouve ; c’est celle d’un déjeuner en un lieu indéterminé réunissant Cindy Chafian, créatrice de Moms fort America, et organisatrice principale du 6 janvier, sorte d’illuminée qui en dehors de faire dans le yoga et les soins par passes « magnétiques », voire le Reiki, se pique elle aussi désormais de religion, et apprécie le pasteur canadien controversé anti masque Arthur Pawlowski. Chafian semblant apprécier le canadien au point de le présenter ici à droite sur scène récemment à Scottdale. En se présentant comme envoyée par FEC United, créé par… Joe Oltmann, grand fan aussi du pasteur anti-masque !! Un petit monde bien uni !!! Un Pawlowski hyper-provocateur qui s’est fait récemment fait menotter à sa descente d’un avion au Canada – pour la deuxième fois – pour avoir enfreint les régles anti-covid (ici à gauche, mis à genoux, bras sur la tête au bas de son avion, un jet privé – il ne se refuse rien le pasteur ! )….

Burns, pour bouter le feu

De drôles de pasteurs en effet, que ses suiveurs de Trump. Le soir du 5, Burns entonnera ( sur deux prestations sur scène en fait ) des propos très inquiétants, évoquant le fait de « traverser le mur de briques » (comment interpréter ça chez les émeutiers ?) ou bien qu’il s’agissait « d’une guerre entre le bien et le mal » et « qu’on allait créer l’enfer pour Joe Biden », qui » ne sera jamais président« . Comment le prendre, la veille où il devait être intronisé à cette place ? Sinon en effectuant par la force un coup… d’Etat ? Qui avait pu lui glisser dans les oreilles de tels propos incendiaires ? Dans la matinée du 6 il avait ajouté une couche rageuse :« écoutez, je suis le pasteur Mark Burns du grand État de Caroline du Sud et je vais vous dire qu’en Caroline du Sud, nous sommes venus dans cette ville libérale de Washington, DC, pour avertir ces démocrates qui nous intimident. Faites-leur savoir que ce soir, nous allons gagner ces deux sièges au Sénat dans le grand État de Géorgie. Ce soir. Ce soir… » (en somme, Burns annonçait à l’avance une victoire républicaine qui ne se fera pas : à ce moment là, dans l’Etat ou Biden avait gagné de justesse, les résultats entre Perdue (Rep) et Ossof (dem) et entre Loeffer (rep) et Warnock étaient fort proches et ce sont les deux démocrates qui ont au final gagné  – avec l’aide de beaucoup d’argent!!)..

 » Je dis que ce soir que nous allons gagner. Nous prenons—nous allons sauver le Sénat. Est-ce que vous me croyez ? Ai-je un témoin dans le bâtiment ce soir ? Nous allons sauver le Sénat, car nous sommes venus et nous sommes prêts à faire la guerre. Mes patriotes, ils ont peur de Donald J. Trump. Ils ont peur de lui. Parce qu’ils ne peuvent pas le contrôler. Et ils savent qu’ils ne peuvent pas le contrôler, ils ne peuvent pas vous contrôler ! »…
La prédiction de Burns s’avérera triplement fausse au final : ses deux candidats seront défaits, et Trump ne récupérera pas sa couronne d’un coup de baguette magique… ou en ayant tenté un renversement du pouvoir !!! Ci-contre la tente des  VIPs avec pendant le passage de Burns sur scène : trois personnages sont à remarquer, dont Matt Couch, extrémiste de droite dont le rôle a été bien plus important qu’on ne l’avait supposé jusqu’ici (on le retrouvera plus loin dans les épisodes suivants).

La tournée enflammée

A gauche ici, c’est le pasteur dans la tente des VIPs l’après midi du 5 janvier, avant sa prestation scénique, en compagnie de Dustin Stockton qui vient de se répandre partout fort récemment dans la presse et sur les plateaux TVs pour minimiser au maximum son rôle dans l’affaire, se plaignant d’avoir tout perdu depuis à cause de Trump et se présentant comme ayant été dupé par des « envahisseurs » incontrôlés,  des émeutiers qui l’auraient doublé, oubliant ses propos enflammés ou ceux antisémites de sa femme : le gars se donne aujourd’hui à bon prix une bonne conscience qu’il n’a jamais affichée auparavant. Sa femme idem, qui avait tweeté à Trump « la cavalerie arrive  » !! .  Elle s’enferre ici lamentablement en fait, en révélant leurs liens avec Paul Gosar ou Greg Locke l!!  Faire copain-copain avec un gars qui pousse les gens à aller fracasser les murs du Capitole le 5 janvier (lire ci-dessous), être surpris le 6 qu’ils le font réellement : cet imbécile de Stockton se moque du monde, tout simplement (et Politico également je trouve en les comparant à des Bonnie and Clyde modernes, en les glorifiant plus qu’autre chose même si l’article les présente comme des ratés notoires ou de parfaits imbéciles complètement ruinés voulant la jouer bohème désormais !!! Je parlerai plus loin ici de ce qu’il continue à balancer sur le net, Stockton, pour faire croire à la thèse d’un envahissement par des antifas que personne n’a vu sur place : Dustin Stockton, décampé avec Bannon avec une partie de la caisse de l’argent du mur mexicain demeure, c’est simple, un menteur invétéré !!! Stockton, et ses liens avec des  gens comme… Matt Couch !!

Remarquez, de pareils imbéciles ça peut servir, surtout lorsqu’en espérant la clémence ils commencent à déballer pour sauver leur misérable peau  les noms de leurs contacts, tous les noms, dont certains ou plutôt certaines… envoyée directement par Donald pour prendre change leur aventure en bus… et l’organisation du meeting du 6 janvier ! Amy Kremer par exemple qui s’est fait complètement supplanter par une véritable « team MAGA », comprenant notamment Katrina Pierson (en cheftaine du groupe, de son vrai nom Katrina Lanette Shaddix (1), ici à droite avec Dustin Stockton et Amy Kremer) ou Megan Powers Caroline Wren, Maggie Mulvaney, Arina Grossu, d’un côté, (c’est une ex Family Research Council) et un trio Ali Alexander- Roger Stone- Alex Jones de l’autre !! Une reprise en mains dans laquelle Katrina Pierson a très vite fait de se prendre pour une reine (et venir tâter de la scène le 5 ici à gauche sur Freedom Plaza pour recommencer le 6 sur l’Ellipse, ce qui montre le rang exceptionnel que lui avait réservé Trump dans l’organigramme du coup d’Etat !!!). Une reprise en mains qui a commencé tôt, comme le montre le cliché ci-dessous d’Arina Grossu  (2), pris lors du meeting du 12 décembre, véritable  répétition générale du 6 janvier (on y avait déjà vu aussi la secte Moon, ici à gauche  !). Celle-ci avait déclaré le 12 décembre à propos de Trump que  « : « Dieu peut révéler toutes les fraudes électorales et la corruption qui lui ont volé les élections (somptueux, non ?). » Au meeting figuraient on le rappelle le général Flynn, Alex Jones et Stewart Rhodes !!!

Faisons la connaissance de « Jeff » : celui-là nous mène à un grand classique !

Sans cettelongue tournée au travers des Etats-Unis, fort médiatisée par les chaînes pro-Trump, une chose détonne. C’est un clip vidéo dépourvu de son, surgit de nul part. Je vous ai déjà montré l’extrait, monté « artistiquement » en couleur et noir et blanc par Dustin Stockton sur son site et celui de Women For America First, on y voyait un quintette lourdement armé se promener nonchalamment dans une mise en scène assez grotesque avec des fumigènes comme ambiance de guerre.  L’étonnant pause avait eu lieu près de Nashville, à trois étapes seulement de la fin du parcours :

Il y avait là les deux Kremer, mère et filles Kremer et les deux Stockton (Dustin et Jennifer Lawrence) mais aussi James Lyle, le compagnon d’Amy Kremer. La séquence, surréaliste, m’avait intrigué dès février dernier. Or hier, un homme a rompu – bêtement le silence. C’est le cinéaste de la scène !! Il s’appelle Jeff Rainforth. Le 19 décembre il a posté un bref message sur Twitter, disant ceci : « ce jour-là l’année dernière, alors que je couvrais la tournée M4T en bus à travers le pays . J’ai reçu une formation à Tactical Response dans le Tennessee. passé un bon moment avec Dustin Stockton et Jen Lawrence »... Et notre homme de ses montrer s’exerçant à tirer sur des cibles… faites de profils humains en carton. Plutôt inquiétant, non ?? Sur son profil professionnel, il s’affiche ainsi (ici à droite). On retrouve vite  où la photo a été prise :c’est lors de l’inauguration du bout de frontière en métal créé par l’entreprise de Stockton, objet toujours d’un litige financier. Ils étaient trois pour la faire, dont le second s’appelait… Steve Bannon ! En photo ici avec Rainforth ce qui démontre que ce dernier faisait aussi partie de l’équipe ! Oh, il n’a pas fait que ça, notre amateur de gros calibres : sur sa page Twitter, il nous explique ici ce qu’il faisait en 2019 : il était mercenaire en Lybie !!! Au service de qui, on ne le saura pas ! 

C’est l’endroit choisi pour arrêter les bus qui était étonnant. CNN avait lui aussi noté où : « au cours d’une pause entre les deux circuits en bus en décembre, les Kremer ont visité un centre de formation au maniement des armes à feu de Nashville dirigé par James Yeager, qui avait vu son permis d’armes à feu révoqué en 2013 après avoir menacé de « commencer à tuer des gens » si l’administration Obama adoptait des lois sur le contrôle des armes à feu. Comme le New York Times l’a signalé pour la première fois, le duo mère-fille a enregistré une vidéo en noir et blanc de style film d’action d’eux-mêmes et de plusieurs autres militants, avec Kylie levant un fusil d’assaut. » Rainforth et le groupe étaient allés en fait s’entraîner au tir chez un activiste extrémiste dangereux (James Yeager) avant de revenir à Washington (3 jours plus tard) ? Mais dans quel but ? Ou plutôt dans la crainte de quoi, une fois arrivés sur place ??? Car une chose nous revient à l’esprit, puisque que l’on a étudié déjà ici l’affaire du ranch Bundy, rappelez-vous, c’était déjà une… rébellion, en avril 2014, contre l’Etat fédéral !(lire ici ce résumé prémonitoire) !!  Rebellion à laquelle s’était mêlé…. Yeager, justement, comme on peut le voici ici avec le reportage de Fox News !!!  Stockton est allé faire un détour à ses deux bus pour aller rencontrer un des principaux acteurs d’une rébellion armée qui avait failli mal se terminer !!! Et pour s’y entraîner au tir !! Ceux qui trouveront que c’est un hasard… en seront pour croire aussi que les « antifas » ont dévasté le Capitole  (chez Tactical, curieux hasard, on fait aussi la promotion des chargeurs de M16 décorés du visage d’Hillary Clinton en prison, ceux que vantait aussi Trump Junior, rappelez vous)…!!! 

On y présente aussi dance site des clichés de ce grand malade de Yeager, qui font plutôt vomir, comme ces quatre photos ci-dessous (ou celui-ci) : des photos révoltantes  !!!

Stockton, très loin d’être l’innocent dont il se targue…

Car chose à ne pas oublier aussi, Dustin Stockton,  qui clame partout aujourd’hui n’avoir pas vu la violence venir le 6 janvier, a aussi été jadis un des organisateurs et des promoteurs de la ligne dure des Gun Owners of America, comme il l’avait rappelé dans sa page  LinkedIn, et c’est d’ailleurs là qu’il était entré en contact avec des membres de la milice des Three Percenters, qui sont tout sauf des anges, comme on le saità, une milice  bien représentée comme on l’a vu le 6 janvier à Washington. (il avait posté un cliché d’eux, en  noir et blanc , rappelez-vous !!! Certains on noté que sa feuille de chou sur le net, appelée TheTyrant’s Curse, avait comme leit-motiv : « Une population bien armée et autonome, qui assume sa responsabilité personnelle et met sa foi en Dieu, ne peut jamais être opprimée et ne sera jamais gouvernée ». Et l’image qu’il avait mise en avant de son arrivée à Washington, postée le 4 janvier, était bien troublante, car il y figurait masqué, casquette enfoncée sur la tête, bref le look des émeutiers qui envahiront le Capitole le 6 janvier (ici à droite) !! Sans oublier le point fondamental que j’avais relevé ici dès l 14 février : il apportait avec lui  Washington toute une technique de communication dont bruissaient les milices depuis des mois et dont il avait parlé des semaines avant également… Stockton avait en effet aussi sollicité le public pour mettre en route un système bien particulier : « l’un des plus gros projets sur lesquels nous travaillons est la construction d’un réseau HAM Radio. Cela prendra du temps, mais si vous souhaitez être prêt lorsque nous le mettrons en marche, vous pouvez acheter un ordinateur portable de poche sur Amazon pour environ 80 dollars »… Tyrant’s Curse continue d’explorer diverses stratégies et plates-formes de communication possibles. La reconquête de notre indépendance dans les communications est essentielle pour répondre à la charge autosuffisante du credo du Tyran’s Curse »… le système visé étant celui du NPR, pour New Packet Radio, via la bande de radio en 70 cm. On a vu durant l’assaut cet usage des radios spécifiques, dont il aura été donc l’un des grands initiateurs !! Les Proud Boys ayant eux aussi au même moment sollicité les deniers publics pour se fournir avec les mêmes matériels, très répandus également chez les III Percenters (ici à gauche) !! Et c’est lui qui continue a dire que le Capitole a été envahi uniquement par des « antifas » ??? 

Quand Bonnie and Clyde se mettent à table… ça balance sec !

Car le fameux Dustin ne peut pas dire aujourd’hui qu’il ignorait tout de ce qui allait se passer le 6 janvier et que ce serait nécessairement au minimun tendu, disons, à l’arrivée de ses deux bus à Washington (on comprend mieux en ce cas la raison son « stage de tir accéléré » à Nashville, en cas de grabuge !) : « on » l’avait tenu au courant le jour le jour de l’avancée des préparatifs, et en particulier des liens très spéciaux liés entre les auteurs et quelques politiciens parfaitement mis au courant de ce qui se tramait. (notez ici à gauche que le bus était reparti depuis car la photo date du 14 janvier 2021, mais avec une gosse finasserie dessus : remarquez le texte indiquant que our connaître sa tournée, il fallait faire comme code d’appel « RECOUNT » pour avoir des nouvelles de sa situation !! Stockton niait toujours le résultat, 8 jours après la tentative ratée, et 6 avant l’intronisation de Biden !! Il faisait toujours dans le négationnisme et dans la provocation !!! Et comme Stockton, à qui on avait promis monts et merveilles est une buse complète, pour sauver sa peau, il a décidé hier de se mettre à table et de balancer, nous apprenant par la sorte les noms des principaux complotistes impliqués !!! Des aveux inespérés !!

« Rolling Stone dit maintenant que Stockton et Lawrence étaient ses sources pour un article d’octobre 2021 selon lequel deux sources anonymes affirmaient avoir participé à des « dizaines » de briefings de planification avant les émeutes du Capitole avec des membres du Congrès.. « Je me souviens en particulier de Marjorie Taylor Greene », a déclaré l’un d’eux à Rolling Stone. « Je me souviens avoir parlé à probablement près d’une douzaine d’autres membres à un moment ou à un autre ou à leur personnel. » Ils ont nommé ces membres du Congrès à Rolling Stone : « La paire dit que les membres qui ont participé à ces conversations ou qui ont fait participer les meilleurs membres du personnel comprenaient le représentant Paul Gosar (R-Ariz.), La représentante Lauren Boebert (R-Colo.) , représentant Mo Brooks (R-Ala.), représentant Madison Cawthorn (R-N.C.), représentant Andy Biggs (R-Arizona) et représentant Louie Gohmert (R-Texas).” Tous cités comme suspects depuis le tout début !! « Nous parlions à l’équipe de Boebert, à l’équipe de Cawthorn, à l’équipe de Gosar comme côte à côte », a déclaré l’une des deux sources. Rolling Stone n’a pas utilisé leurs noms. « Rolling Stone a également rapporté que la paire prétend que le représentant Paul Gosar (R-Arizona), « a suggéré la possibilité que Trump pourrait leur obtenir un » pardon général « dans une enquête en cours sans rapport s’ils aidaient à protester contre l’élection », une accusation que Gosar a  » catégoriquement » nié. La voilà la carotte qu’on leur avait promise !! Une amnistie présidentielle façon Bannon ou Stone !! On comprend mieux leur actuelle frustration et leur grand déballage pour se venger !! Un déballage dont on retient le nom de Boebert, jusqu’ici resté invisible dans ces préparatifs. On s’en doutait mais cette fois c’est clair : elle a bien fait partie du complot, elle aussi !!

L’agent provocateur démasqué : il dormait au Willard Hotel !!!

Parlons-en, tiens, justement des « Antifas »! Car avec Rainforth, en fait, il faut bien le dire, on est tombé sur la bille complète. « Ze » bille pourrait-on  dire, même !!! Le parfait abruti qui va tout révéler sans s’en rendre compte !! Celui qui par sa bêtise va nous confirmer tout ce que l’on pressentait comme localisation et la dangerosité des gens ayant créché… au Willard Hotel. Il a en effet posté tardivement en août dernier une dizaine de vidéos sur sa propre participation aux événements (sur You Tube, ça y est toujours) : le fana d’armes automatiques y était donc également ! Et il va tout nous décrire, cet imbécile ! Ainsi cet exemplaire de post : « Partie 2 de la marche vers le Capitole. C’est juste après que le président Trump a fini de parler à l’Ellipse. Il était 13h38 HNE quand j’ai commencé cette vidéo. J’étais le vidéaste de la tournée en bus March for Trump et je suis allé filmer la manifestation après le rassemblement à l’Ellipse où le président Trump a pris la parole. Si vous avez besoin d’un vidéaste pour un événement, contactez-moi pour un devis sur : https://rainforthphotography.com/ »…

Il nous avoue ainsi benoîtement qu’il avait donc bien fait partie de la tournée de Stockton !!! C’est un ancien militaire, car il est accompagné d’un autre cinéaste des armées beaucoup plus connu que lui (c’est un de ceux qui a le mieux filmé les soldats en Irak et en Afghanistan !!) : « Une autre vidéo avec un homme criant dans un mégaphone, « Remplissez les gradins. » Il était au sommet de l’échafaudage. Mon ami, le correspondant de guerre Michael Yon, pense que certains de ceux avec des mégaphones exhortant la foule à agir étaient des « agents provocateurs ». Il était 15h07 HNE quand j’ai commencé cette vidéo. Ashli Babbitt a été abattu par un officier de police du Capitole à 14h44 HNE, selon l’Associated Press » . Le 28 novembre 2020, Michael Yon avait annoncé être invité à la Maison Blanche  pour le « mardi suivant » (3). Jusqu’ici  rien de transcendant, mais la suite va nous laisser pantois.

Pas besoin du pasteur Burns pour mettre le feu !!

La séquence suivante est plus étonnante encore (sinon primordiale !), elle est filmé par lui le 5 janvier, la veille, donc, et décrite ainsi : « c‘était la veille du rassemblement à l’Ellipse et de la manifestation au Capitole. Le bus de la Marche pour Trump est arrivé en fin d’après-midi. Nous avons tous vérifié dans nos chambres d’hôtel (au Willard InterContinental). Plus tard dans la soirée, je suis sorti fumer une cigarette et j’ai vu une foule rassemblée devant notre hôtel. Un drapeau du BLM a été brûlé et les gens criaient « Fuck Antifa ». La police est venue et a ordonné aux gens de reculer. Certaines personnes dans la foule ont commencé à injurier la police. J’ai filmé la tournée March for Trump pendant environ 6 semaines et je n’avais jamais vu ce type de comportement lors de nos rassemblements. Cela a eu lieu à 21h19 HNE ».  En somme, on avait l’espoir précédent tout fait pour attiser une haine antifa, on l’a surtout créée de toutes pièces, ou plus exactement ici avec cet exemple un « drapeau » (une banderole barbouillée de noir) sorti (e) d’on ne sait où… provocant obligatoirement un chant « fuck anfifa » (façon Proud Boys) repris en commun : ce soir-là, on galvanisait les troupes pour le lendemain, c’est évident  !! Lui-même note que c’est incongru, comme « cérémonie nocturne » !! Mais c’est quand la séquence se termine que l’on tombe des nues : parmi ceux qui ont crié « fuck antifa » on trouve celui qui a allumé la banderole avec son briquet, figure un gars bien connu et fort reconnaissable à sa coiffure et surtout à son t-shirt : il s’agit en effet du militant anti-avortement Taylor Hansen, celui aperçu dans la tente VIP de Freedom Plaza, et que l’on retrouvera le lendemain en train de filmer le tir sur Hashli Babbitt !!! Sidérante découverte !!

En prime, l’inconnue figurant à ses côtés pour mettre le feu est bien la même qui figurait auprès de lui sous la tente, vêtue pareillement, où tous les deux portaient bien en évidence leurs badges VIP : les voilà, pris sur le fait, nos deux beaux fameux « AP » pour « agents provocateurs » !!!

Lors de son apparition du lendemain, au pied de l’échafaudage, Hansen se promenait avec le même micro qu’il avait la veille, au milieu des  premiers jets de gaz lacrymogènes lancées après que les secondes barrières eurent été renversées par le groupe de Proud Boys mené par Ethan Nordean. Pas loin de lui Samuel Lazar, l’agitateur sorti tout droit du bureau de Giuliani ! Son micro relié par bluetooth (semble–il) à son téléphone portable, à qui communiquait-il la prise du  Capitole en direct ? Le bras levé, il arborait toujours son passe de VIP de la veille ! Un VIP versé émeutier e 6 janvier mais ayant donc commencé son œuvre de sape la veille ! Pensez d’une aubaine pour démontrer que tout venait bien du clan Trump et non des invisibles « antifas » !!!


Le lendemain, après l’épisode Hansen, très révélateur, Rainforth continuera à filmer son périple personnel en filmant plusieurs séquences montrant son trajet jusqu’en bas de l’échafaudage de l’aile Ouest (et son entrée jusque la porte où a été tuée Babitt -ici à gauche une des rares images de on évacuation sur un brancard !). Et notre 
 fameux Jeff terminera en beauté avec un aveu de taille et un beau cadeau de Noël pour le comité d’enquête en chasse des responsables (il l’avait déjà dit d’emblée en fait) : « c’était après la manifestation au Capitole. L’équipe de la Marche pour Trump séjournait au Willard InterContinental en bas de la rue du Capitole. Je suis sorti devant pour une cigarette et un verre. La police a dit à tout le monde de regagner leur chambre car il y avait une possible alerte à la bombe. Le feu vert a été donné quelque temps plus tard ». On aura noté le « toute l’équipe » de Dustin Stockton, y compris le vidéaste passionné d’armes et de tir, et le grand  pote de Dustin reconnaissable à son « hoodie » au logo du Tyrant’s Curse, ici à gauche) était donc… au Willard (avait-il emmené dans le bus ses jouets favoris ?) ! Avec en prime un autre cadeau de Noël : à la fin d’un de ses reportages notre phénomène itinérant capte sur son passage des gens en train crier « Fuck Antifa« . Tout un groupe, dont à l’évidence des Proud Boys en goguette, dans lequel on reconnait un autre personnage devenu célèbre depuis : Robert Gieswein, le Proud Boy à la batte de base-ball déjà arrivé lui aussi la veille (on en reparlera aussi ici bientôt)… et déjà en tenue de combat ! (et au fond à gauche la tour du Trump Hotel) !!! Quelle incroyable vision nocturne !

 

Like a Dancing’ Stone

Incroyable bévue ou incroyable égo conduisant à sa perte, pour Stone que le montrer ainsi dans son antre de luxe, pour en revenir au fameux cliché du début ! La « Madam’ de Manhattan » (ou mère maquerelle ici, selon Paris Match) n’hésitant pas dans la foulée à minimiser maladroitement son rôle, leur rôle plutôt, sur Twitter, en mentant effrontément alors qu’on l’a bel et bien photographiée le 5 sur Freedom Plaza en écrivant « qu’en tant que publiciste #RogerStone depuis 13 ans – j’étais présent les 5 et 6 janvier – nous n’avions rien à voir avec le 6 janvier ! Nous sommes sortis de l’hôtel Willard pendant 5 minutes pour décider si nous allions à l’événement et je l’ai annulé ! Nous sommes restés quelques heures à le regarder à la télévision, puis nous avons pris un vol pour la Floride ! ». Davis, comme Stone, sont bel et bien des menteurs professionnels !!

La même, de façon encore plus idiote, vantant la danse chaloupée de Stone sur scène, le 5 janvier (ici à droite, introduit sur scène par Matt Couch !!! Ce soir-là, la chanteuse CJaye Le Rose du Deplorable Choir (un nom somme toute bien trouvé, car  c’est pénible à écouter comme le dit ici Casey Aonso, même si ici c’est une allusion à la célèbre phrase d’Hillary Clinton), avait entonné en sa présence la « Roger Stone Song », décrite ici, dont le refrain était bien sûr « Roger Stone did nothing wrong » (1) .  Roger Stone, imperturbable, reprenant ensuite la scène pour tenir lui aussi un discours enflammé et confus, mêlant religion et politique :

Plus imbécile  encore, la même Davis mettant en ligne le retour le soir-même du concert au Willard Hôtel, en compagnie de l’escorte des Oath Keepers, déjà abondamment cités ici, et d’un personnage fort particulier, le garde du corps personnel de Stone, à savoir un policier du NYPD (ici à droite), alors hors-service, mais toujours enregistré dans le service de la ville, nommé Salvatore Greco (à droite ici tout sourire sur la photo – et ici au milieu de Proud Boys en juillet 2019) !!!

Roger Stone toujours accompagné de sa plantureuse blonde, se faisant raccompagner le soir du 5 janvier après sa mémorable prestation  scénique … à pieds de la scène de la place du Freedom Plaza à son hôtel, toujours acccompagné de la chanteuse en chapeau de cow-boy jaune :

Toute l’équipe vue sur scène s’engouffrant alors avec lui dans l’hôtel Willard, CJaye le Rose comprise, donc,
(4) portant toujours son chapeau jaune et emmitouflée dans le drapeau US ! Roger ne pouvant s’empêcher avant d’aller se coucher de faire son signe emblématique du V de la victoire (cf ici à gauche) , les deux bras écartés :

Et puisque c’est Noël, un dernier cadeau des selfistes compulsifs du Willard  

A l’approche des fêtes de fin d’année 2021, le comité d’enquête sur le coup d’Etat tenté par l’équipe ici décrite peut se réjouir en effet. Il dispose de preuves tangibles et évidentes des intenses préparatifs tenus au Willard, avec des noms qui émergent sans cesse et qui reviennent continuellement : le duo Flynn-Stone par exemple. On a vu que le fameux général s’était fait interviewer par le troisième important conjuré, j’ai nommé Alex Jones, dans la suite d’un quatrième qui a aussi son importance comme on l’a vu : Dustin Stockton, qui cherche comme il le peut aujourd’hui à minimiser ses responsabilités, qui sont grandes comme on l’a dit. Celui-là, je vous l’ai dit, créchait dans la suite Matthew Perry de l’hôtel, dont voici une plus large photo. Or depuis un autre cliché fort compromettant à fuité : on y voit au premier plan Roger Stone et le général Flynn, l’air bien satisfaits, levant tous les deux les pouces à la manière de Trump. Flynn portant les mêmes vêtements que lors de l’interview effectuée au même endroit par… Alex Jones, dans le coin opposé de la même pièce (retour à la case 1 de notre enquête) ! En arrière-plan figure Owen Shroyer (l’associé de Jones, inculpé aujourd’hui), et sur la droite un des gardes du corps de Stone, celui qui figurait justement sur notre image précédente à l’extrême gauche de la photo (cf le chapitre précédent) :

Comme d’habitude, je me suis plutôt intéressé aux détails habituellement laissés pour compte par des journalistes pressés ou peu attentifs. Et pourtant ! Cette fois, trois extraits de la photo précédente (le lustre, le meuble et ses poignées ou bien la forme du cadre du tableau, sans même parler des moulures circulant sur le mur) nous le confirment : le cliché a bien été pris dans la suite occupée par Jennifer Lawrence et Dustin Stockton. Et c’est… indubitable !

« 50 dans l’hôtel » ?

Mais notre plantureuse blonde a la langue trop bien pendue (comme Stone en  fait). Elle commettra une erreur encore plus grande lors d’un interview un peu après les événements. La reine des prostituées conclura en effet à sa façon en déclarant au New York Daily News, que « nous étions littéralement cinquante à séjourner à l’hôtel The Willard. Je pense que tous les gars, quand les choses avaient été faites, traînaient juste un peu. » Cinquante personnes ????  Mais c’est sinon une armée au moins un escadron, un groupe, une équipe !!!  Mais qui a payé toutes ses chambres ??? Et pourquoi donc cette fausse pudeur pour évoquer un tel saccage ?

Au petit matin, en tout cas, tout ce petit monde était en bas de l’hôtel, prêt à rejoindre l’Ellipse via le système de petites voitures de golf louées par l’organisateur pour les déplacements des VIPs (avec sur le siège arrière… Salvatore Greco (ci-dessus à gauche). On y retrouvait Roger Stone et Kristin Davis, »Manhattan’Madam », mais aussi les deux plus jeunes femmes aperçues dans la chambre (image en haut du chapitre), emmitouflées dans leurs manteaux, l’une portant chapeau et l’autre bonnet (et aucune trace de Nydia, la femme de Stone), deux jeunes femmes qui ne semblaient pas afficher particulièrement des talents de secrétaires… particulières. Visiblement, Manatthan’ Madam avait relancé sa florissante petite entreprise pouvait-on spéculer… on les imagine mal en effet en train de développer la nuit  StoneColdTruth.com et StoneOnStyle.com, les deux derniers sites lancés par Roger Stone pour entretenir sa propre gloire !!!

Cet usage particulier des voiturettes de golf, on en reparlera… à la rentrée, si vous le voulez bien. Elle s’annonce chargée dans tous les sens du terme car nous allons y aborder les armes rencontrées ce 6 janvier… ou la police aura réussi à éviter le pire, en fait, tant il y en avait sur place, ou à proximité.

Un Noël bien chargé (?) chez les républicains

Mais comme avec ce 15eme épisode Noël approche, et que nous allons bientôt commencer à nous pencher sérieusement sur l’armement que possédaient les auteurs du coup d’Etat (vous serez effarés, comme moi, à voir ce qu’ils avaient apporté), je ne résiste pas à vous faire part d’une carte de vœux un peu particulière qu’a envoyée début décembre sur les réseaux sociaux un élu du Congrès républicain (depuis 2012). Il s’appelle Thomas Massie, il; est représentant du Kentucky, soutenu par Rand Paul (pour qui l’élection de Biden a été frauduleuse) et comme lui à l’origine affilié au Tea Party, parti qui aura donc bien rongé de l’intérieur  tout le GOP !!!. C’est un libertarien  dans l’âme, dont le travail (de sape) à l’Assemblée lui a valu le surnom de « Mr NO », car il s’appose à tout (et ne fait donc rien avancer : en 2014 il l’a fait 234 fois  !!!). C’est plutôt un cas pathologique qu’autre chose, doublé aujourd’hui antivax bien sûr : en 2013, il avait été le seul membre du Congrès à voter contre la loi sur les armes à feu indétectables, un projet de loi visant à empêcher la contrebande d’armes non métalliques à bord des avions. (ou pour entrer dans le Capitole !). Pareil pour le Stolen Valor Act punissant les personnes se faisant faussement passer pour des héros de guerr !!! Ce qui ne l’empêche pas d’être aussi proche de Jim Jordan, celui qui a évité par deux fois l’Impeachment de Donald Trump (ce qui a valu à ce dernier la plus haute médaille civile US décernée par Trump, 5 jours après le coup d’Etat raté !). Un gars… au final incompréhensible, que ce Massie, à la vision politique illisible, qui ramène tout à son cas personnel, à la limite de la démence, façon inventeur fou : après s’être bâti une maison constellée de panneaux solaires pour devenir totalement indépendant en énergie, à partir de ses brevets d’invention, d’ailleurs, et s’être battu pendant des années contre une administration qui voulait l’en empêcher, il a voté contre la loi sur le climat facilitant ce genre d’installation ! Comme gestionnaire de batteries pour sa maison, il a bricolé des éléments empruntés à une Tesla S, connectés  à un petit ordinateur Raspberry programmé en C par ses soins (le montage figure ici  droite) !!! Un bazar gérant 17 kilowatts à partir de 69 panneaux solaires, installé dans une maison de bois arborant un drapeau confédéré pendant ue bonne parie de sa construction (la photo en début de chapitre).

Massie, quasi-dément, pour qui l’élection de Biden  » a été volée »; est donc aussi un client-né pour les théories du complot, qui lui font oublier à l’évidence ses facultés de logique de pensée exercée avec brio selon lui lors de ses études scientifiques. Le voilà en effet parti sur une thèse foireuse, celle non pas des « antifas » mais une beaucoup plus pernicieuse d’une manipulation du FBI. A partir de l’exemple d’un seul individu, aperçu la veille en train d’haranguer la foule des avinés du soir, du coté de Freedom Plaza, une vidéo mise en ligne par l’extrémiste de droite Tim “Baked Alaska” Gionet (lui même émeutier le lendemain !), puis le lendemain le même individu  les mains en porte voix sur Pennsylvania Avenue pour diriger les gens vers le Capitole et enfin en train de conseiller un émeutier membre des Proud Boys (il s’agit de Ryan Samsel, au passé violent avec les femmes, il frappera juste après une policière alors qu’il était toujours sous probation !), un conseil sur comment s’y prendre pour renverser une barrière, ce que le jeune homme allait s’empresser de faire juste après. Pour Massie cet s« inconnu » elon lui était déguisé et travaillait donc pour le FBI (dont le directeur Christopher Wray a été nommé par Trump – et gardé par Biden, comme Obama avait gardé James Comey).

Or l’homme est désormais connu justement et Massie aurait pu le trouver en deux minutes en furetant sur le net, il s’appelle en effet Ray Epps. Il est originaire de Queen Creek, Arizona, et tient une auberge pour mariage ou plutôt deux, Rocking R Farms et la Knotty Barn… plus possède une entreprise appelée sans équivoque Patriot Holdings, LLC., ce qui classe plutôt à droite, et c’était surtout le président local des Oath Keepers en  2011 (en photo ici à droite avec son leader) , qui a communiqué à plusieurs reprises avec eux durant l’émeute ont montré les appels téléphoniques. Arrêté au Texas dans un hôtel, son téléphone saisi et examiné, il a été vite relâché, ce qui laisse entendre à beaucoup d’observateurs qu’il aurait été rapidement retourné ou devenu plutôt un informateur  : pas exactement pour autant un « membre du FBI »,  l’origine, donc. Car Bassie n’a même pas noté d’où venait l’information : du site Revolver, dont l’animateur n’est autre que Darren Beattie. Et lui, on s’en souvient comme d’un homme très lié à l’extrême droite, justement : membre au départ de l’équipe de Trump, il avait dû démissionner 2018 là la suite de propos antisémites et a révélation de son appartenance à un  groupe néo-nazi !!! Malgré cela, Trump, en éternel provocateur, l’avait recasé dans un endroit inimaginable après ce qu’il avait fait : il l’avait en effet nommé à la supervision des sites américains sur l’Holocauste, ce qui avait fait bondir toute la communauté des familles de déportés, dont Trump n’avait cure, visiblement !!! La théorie « du FBI »une fois lancée, avait été amplifiée ensuite par deux élus républicains : Marjorie Taylor Greene de Georgie et Matt Gaetz, de Floride, deux ardents supporters de Trump et aussi deux références côtés idiots de service, et même soutenu sur FoxNews par l’ineffable Tucker Carlson (ici à gauche), celui qui ne vérifie jamais ses infos comme on le sait. Beattie doublant plus tard la mise en affirmant que c’était aussi le FBI qui était derrière la tentative d’enlèvement de la gouverneure du Michigan, sans plus de preuves à vrai dire que pour le 6 janvier !! Le Daily Kos, outre le fait que le FBI n’aurait jamais choisi comme membre quelqu’un des Oath Keepers (il  les décrit comme un mouvement de « milice anti-gouvernementale » !), avait pourtant relevé une chose tout simple à propos de Epps : « un vrai agent provocateur n’aurait jamais utilisé son vrai nom. Un  vrai agent de la Fed aurait utilisé un faux nom et une histoire inventée. Si Ray Epps avait été un agent infiltré du FBI, ils ne lui auraient jamais donné de numéro ou mis son visage sur leur site Web en premier lieu. » CNN, ayant cherché à questionner Bessie sur ses sources, s’était vu répondre par ce dernier « qu’il n’avait pas vu de violence » le 6 janvier… Alors que toute sa thèse reposait sur un Ray Epps ayant incité à ces mêmes violences : le voilà bêtement piégé tout seul car c’était d’un total illogisme en effet chez lu, d’avoir accusé quelqu’un d’incitation à la violence pour dire quelques jours plus tard qu’il n’y en avait pas eu, de violence !!!

Après la fusillade mortelle du lycée du Michigan, d’aucuns l’ont trouvée de fort mauvais goût, cette carte de vœux. Personnellement, je la  juge complètement inepte, c’est à dire à l’image du crétin qui a osé la mettre en ligne. La voici :

La folie meurtrière s’est emparée d’une partie de l’Amérique, et ce parti, miné par ses extrémistes du Tea Party, au lieu de chercher à calmer le jeu, ne trouve rien de mieux avec des imbéciles comme Massie de la renforcer, au contraire. Sans oublier la crétinerie à intituler sa carte « Père Noël apporte-nous des munitions », alors que dans sa maison on compte donc  déjà 7 armes, et pas des moindres  (Massie lui-même posant avec une mitrailleuse lourde M60 entre les mains, sa plus jeune fille à sa gauche avec une mitraillette Uzi !)  !!! C’est Fort Chabrol 2021 chez lui !  La folie débarque même pour Noël, chez ces tarés !!! Quelle famille de crétins !

Deuxième dose : restons dans le même domaine de crétinerie avec la reine toutes catégories du genre, j’ai nommé Lauren Boebert, et sa cervelle de moineau, qui elle aussi à tenu à rassurer ses fans sur sa capacité à promouvoir le port d’armes jusque dans famille (lors d’une réunion distancée avec ses collègues de l’Assemblée, ici à gauche, elle avait laissé montrer derrière elle -ici à gauche –  sa « bibliothèque » bien … chargée : j’en reparlerai un peu plus loin), elle met en scène cette fois dans ses vœux ses garçons dont certains encore en bas âge. Toute aussi affligeante, sinon pire que chez son collègue du GOP, avec toute sa maisonnée armée elle aussi jusqu’aux dents, en oubliant comme le précédent la terrible tuerie survenue la veille : c’est définitivement une imbécile, dangereuse, de surcroît  (ses gamins son âgés de 15, 13, 11 et 8 ans pour le plus jeune, à peine plus haut que l’AR-15 qu’il tient : originaire de Floride, c’est en effet une jeune mère : elle à en effet eu son aîné à… 18 ans) !

Drôle de façon de souhaiter Joyeux Noël, non ? (je ne vous raconte pas le carnage chez les Boebert si l’un des gamins entendant du bruit dans la cheminée  le 24 décembre au soir dégaine son artillerie… pour abattre son père ou l’infortuné cousin Bill recruté tous les ans pour s’habiller en rouge et faire le mariole chez eux) !

(1) elle est à l’image de son mentor avec un arrivisme ravageur (et son collier de balles !), ne laissant derrière elle que des ruines car elle est prête à tout pour enfoncer ses adversaires (y compris de s’associer à Roger Stone pour évincer Ted Cruz qu’elle a donc ouvertement trahie 2016 ,!) elle flinguée, ici en beauté sans un article au vitriol du Huffington Post de 2016 (extraits) : « Surnaturellement imperturbable, Pierson est à bien des égards l’opposé de Trump, ayant atteint sa position en surmontant des obstacles stupéfiants. Mais tout comme Trump, elle a laissé le chaos et le carnage dans son sillage – elle a été lancée en tant que volontaire sur la campagne sénatoriale de Ted Cruz, sa tentative d’évincer un républicain de la Chambre en tant qu’insurgé du tea party a échoué, et le comité d’action politique pour lequel elle travaillait était qualifié d’« arnaque ». A chaque fois, elle n’en est ressortie que plus forte. »Vous ne montez pas en politique en laissant une traînée de destruction partout où vous allez », a déclaré Matt Mackowiak, consultant du Texas GOP, qui connaît Pierson depuis qu’elle a travaillé sur la campagne de Cruz en 2012. « Katrina est l’exception à cela », a-t-il déclaré au Huffington Post.

« Pierson (à gauche à ses débuts sous l’étiquette du Tea Party, une de plus !)  dit qu’elle a été incitée à rejoindre le mouvement conservateur en 2008, après que le président Barack Obama a suscité la controverse pour avoir dit qu’il avait décidé de cesser de porter une épinglette du drapeau américain sur son revers. »La première chose était qu’il ne portait pas l’épinglette du drapeau et qu’il a en fait avancé un argument contre le port de l’épinglette du drapeau sur sa veste, ce qui devrait juste être compris », a déclaré Pierson dans une interview en 2011. « Vous êtes candidat à la présidence des États-Unis et vous ne porterez pas le drapeau ? Cela m’a beaucoup bouleversé. » Pierson s’identifie comme afro-américaine dans des interviews et des documents judiciaires. Elle a qualifié Obama de « nègre en chef » et lui a reproché de ne pas être vraiment afro-américain, même si les deux sont nés d’une mère blanche et d’un père noir. « Parfait père d’Obama né en Afrique, père de Mitt Romney né au Mexique. Il reste des races pures ? » a-t-elle tweeté en 2012″. 

« Pierson a mis à profit ses journées en tant que bénévole pour la campagne Cruz pour ramasser des apparitions dans les journaux télévisés et des concerts dans lesquels elle a félicité le candidat. Son ton était alors remarquablement plus doux qu’il ne l’est aujourd’hui. Dans une interview accordée en 2012 à Megyn Kelly de Fox News, elle a affirmé que Cruz était un « témoignage ambulant des immigrants qui ont fui leur pays pour rechercher la liberté et réaliser le rêve américain ». Quatre ans plus tard, Pierson a repris la ligne de Trump selon laquelle Cruz n’était pas éligible à la présidence parce qu’il est né au Canada.Elle agissait toujours avec une grande importance envers Ted, même lorsqu’elle n’était pas à titre officiel. Elle agissait comme si elle se rapprochait de lui, essayant de donner l’impression qu’elle faisait réellement partie de l’équipe de campagne. » a déclaré un ancien membre du personnel de Cruz qui a demandé à rester anonyme. « Kat a essayé de tout prendre en charge et d’agir comme si elle avait une sorte de relation unique avec Ted. »

« Cela ne convenait apparemment pas à la femme de Cruz, Heidi. Mackowiak et d’autres membres du personnel de campagne de Cruz ont déclaré au HuffPost que c’était Heidi Cruz qui avait finalement expulsé Pierson. Le porte-parole de Cruz a refusé de commenter cette histoire. Mais les détracteurs de Pierson ont utilisé son passé contre elle pendant la campagne électorale, l’accusant d’hypocrisie pour avoir reçu 11 000 $ d’allocations de chômage pendant son bénévolat pour la campagne Cruz – malgré le fait qu’elle critiquait fréquemment les allocations gouvernementales en tant que candidate. Il y a eu des spéculations que sa campagne était plus une vanité pour élever son profil et passer à la télévision qu’un sérieux défi principal. « Elle n’a pas collecté d’argent réel. Sa campagne n’a pas fait beaucoup de terrain », a déclaré Mackowiak. « C’était presque une arnaque de campagne. »

« Comme Trump, elle ne se soucie pas des contradictions. Bien qu’elle soit désormais la porte-parole en chef de la campagne la plus ouvertement raciste de la politique moderne – une campagne qui dénonce le politiquement correct à chaque instant – elle a déjà accusé son patron chez Sanofi-Aventis de discrimination raciale à son encontre.Trump a également armé l’animosité de Pierson envers Cruz. Son temps sur la campagne a indirectement conduit à ce qui était peut-être le cycle d’actualités le plus bizarre de l’élection la plus bizarre de mémoire, lorsque le National Enquirer a publié un article en mars alléguant que Cruz n’avait pas une mais cinq maîtresses secrètes. Trump est largement connu pour être proche de David Pecker, PDG de l’Enquirer. L’histoire a certainement l’air de venir directement du consultant républicain et parfois conseiller de Trump, Roger Stone. Cruz lui-même a publiquement blâmé Stone pour avoir planté l’histoire, même s’il a nié l’avoir fait. Mais Stone est la seule personne citée dans l’article, insistant sur le fait que ces rumeurs « tournaient autour de Cruz depuis un certain temps ». Quand Cruz a fait allusion au surnom nixonien de Stone — le terme artistique pour quelqu’un dans les affaires de Stone est  » enfoiré  » — Stone a riposté de la manière la plus misogyne possible :  » Sachant à quoi ressemblent quelques-unes de ces femmes, je pense en fait que c’est lui qui a copulé avec des rongeurs. » Bien qu’il n’y ait aucune raison de croire que l’histoire est même à distance vraie, elle a atterri au moment idéal pour Trump, tout comme Cruz rassemblait les forces anti-Trump pour une confrontation finale ».

« Beaucoup de naufrageurs veulent en fait avoir une liaison, alors que Katrina peut ne pas vouloir avoir cette liaison, mais veut que vous pensiez que votre mari vous trompe », a déclaré Mackowiak, dont la version de l’histoire a été soutenue par trois autres campagnes pour aider Cruz.. Tous disaient la même chose : il n’y avait pas eu de liaison, mais Pierson semblait aller bien avec l’impression qu’il pourrait y en avoir une. Alors que Pierson a nié les allégations selon lesquelles elle faisait partie des femmes présentées dans l’histoire d’Enquirer, elle n’a pas exactement sabordé les rumeurs sur les autres femmes. » Sacré résumé de la tortueuse Pierson, non ?

(2) « Grossu (pro-life) et Weaver (Rob Weaver déjà évoqué ici), cependant, étaient plus que de simples compagnons de route de Trump. Ils étaient à la solde du gouvernement fédéral, ce qui empêche les employés de se livrer à certaines activités politiques partisanes. Grossu était un entrepreneur du bureau des droits civils du ministère américain de la Santé et des Services sociaux, avec un contrat du 6 novembre 2017 au 30 janvier 2021, selon un porte-parole de l’agence. Pour sa part, Weaver a été nommé conseiller au Centre des partenariats confessionnels et de quartier du département en juillet 2020 et a servi, selon le porte-parole, jusqu’au 8 janvier 2021. Plus tôt, en 2017, Trump avait nommé Weaver pour servir de directeur du service de santé indien de l’agence. Mais la nomination a été retirée après que le Wall Street Journal a rapporté que Weaver avait déformé son expérience sur son CV. Weaver a tiré parti de son nouveau rôle au service de la santé lors de la marche de Jericho, affirmant dans l’interview en direct ce jour-là qu’il travaillait pour le gouvernement fédéral et affirmant, sans fournir aucun détail, avoir «vu beaucoup de choses vraiment cachées que je ne peux tout simplement pas supporter. » Le pays, a déclaré Weaver dans l’interview, « repose sur les épaules de Jésus. Il est le vrai gouvernement.”

(3) là où ça devient folichon c’est que Yon, devenu supporter trumpiste, semble avoir oublié tout discernement en écrivant dans Epoch Times (journal chinois d’opposition, repris par la presse chrétienne nationaliste !) « que les Antifas ont des éléments différents, mais ce qu’il a vu dans le Capitole était la « A-Team » des forces spéciales d’Antifa qui n’est utilisée que pour exécuter des actions spéciales, un élément Antifa différent vu dans les émeutes de Portland. « Ils sont bien entraînés, ils sont bien organisés, ils se présentent avec le matériel dont ils ont besoin. Ils ont les déclarations prêtes à dire … Ils sortent, ils font de grandes déclarations pour la caméra, des extraits sonores. Ces gars-là sont des professionnels », a-t-il déclaré. Yon a déclaré que les Antifas utilise les points d’accès. Les tactiques typiques de ces agents consistent à porter les vêtements et à agiter les drapeaux de leur ennemi, ainsi qu’à effectuer des opérations appelées « opérations déguisées »(false flag) . Ils peuvent venir à une manifestation déjà organisée et exploiter l’énergie de l’événement ou organiser une manifestation mais en utilisant le drapeau de leur ennemi. Il a remarqué qu’après que Trump a prononcé son discours et que ses partisans se sont rendus au prochain rassemblement au Capitole, il a vu des personnes guider la foule pour qu’elle s’avance et franchisse le mur. Yon a dit que ces personnes sont des AP ». Le problème c’est que c’était plutôt Alex Jones, le grand copain de Donald, ou bien Samuel Lazar, tout droit sorti du bureau de Giuliani et Oltmann comme on l’a vu ! Lazar a été arrêté depuis et n’a rien d’un antifa : c’est un pote du sénateur Mastriano !!!

« Il a déclaré que les AP ont aidé les participants au rassemblement à installer des échelles pour franchir le mur en utilisant les barrières du porte-vélos. Ils agitaient également des drapeaux qui disaient : « C’est votre travail. C’est votre chance. Défendez-vous pour votre pays. » « Celui qui a le microphone a le pouvoir. Une fois que les gens s’énervent, ils le feront. Parce que nous sommes des humains et nous irons avec le troupeau », a-t-il poursuivi ». Là, le problème c’est que c’est son « pote » Hansen qui tenait le micro, justement !!! Ou les gens d’Alex Jones, comme celui-ci équipé d’un casque militaire (ci-dessus et à côté à droite)    » Il a également vu des partisans de Trump dire « il y a des Antifas ici ». Ils disaient que ce n’étaient pas eux qui avaient attaqué la police mais des membres d’Antifa« . Là encore, les arrestations menées sur les assaillants de policiers ont toutes abouti… sur des partisans de Trump, et il y en a plus de 600 aujourd’hui  !!  Yon a donc faux sur toute la ligne (comme le montrent ici les photos) !!

(4) à noter qu’elle se fait aussi appeler aussi CJaye Engelstad sur Facebook, pour se présenter de la même façon (« America lover, Freedom lover, Jesus lover, Trump lover and a MAGA mom »: elle a déjà en effet deux enfants !). Bêtement, elle y affiche une photo d’elle portant exactement la même tenue que celle du concert du 5 février et exhibant son badge VIP de la « Save America March » – encore une autre appellation !), ou une photo avec deux autres demeurées trumpiennes bien connues ici : Diamond and Silk; le sommet de la bêtise sur le net durant l’ère Donald (lire ici la double catastrophe) !!!

Le petit monde de Donald a vraiment été peuplé d’imbéciles ! Elle y affiche ses convictions anti-masques ou anti-vaccins qui lui ont fait écrire une chanson pour l’homme déjà cité (Chad Prather le fan d’armes à feu déjà croisé ici): il  s’intitule « Quarantine Life« , bien sûr, et c’est.. pitoyable et insupportable à écouter!

(5) pour des montants assez croquignolets : « selon les données sur les dépenses fédérales, l’agence devrait payer à une entreprise de Delray Beach jusqu’à 92 740 $ d’ici juin pour un nombre indéterminé de « voitures de golf ». L’entreprise qui fournit les chariots, Maddox Joines Inc., exerce ses activités sous le nom de « Sunshine Golf Car » et se trouve à 24 miles directs de l’autoroute à péage du Trump International Golf Club à West Palm Beach ».

Sources

La liste vidéo You Tube de Jeff Rainforth est ici.  La mise en ligne de son arrêt crucial dans la tournée ne date que du 18 décembre dernier !!

Ses vidéos du 6 janvier sont sur Rumble.

Toutes ces vidéos détectées une à une ici :

Rumble0:00 – https://www.youtube.com/watch?v=P4FuUyXw4Uc&t=11120s

6:25 – https://www.youtube.com/watch?v=_UIiYyRtDTw&t=197s

la liste des inculpés :

https://www.justice.gov/usao-dc/capitol-breach-cases

les visges des émeutiers (pris grâce à une faille du réseau Parler)

https://facesoftheriot.com/#

Celle de USA today :

https://eu.usatoday.com/storytelling/capitol-riot-mob-arrests/

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (26)

Dans l’épisode précédent, je vous ai proposé de commencer à étudier le cas de l’une ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *