Accueil / T H E M E S / PENSÉE POLITIQUE / Démocratie / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (13)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (13)

Parmi les admirateurs inconditionnels Donald, on trouve de tout, comme l’a montré ma longue enquête de 2020 sur ceux avec qui il communiquait via leurs tweets. Aujourd’hui, c’est d’un couple dont on va parler, fort représentatif car obnubilé comme Donald par une prétendue manipulation des votes et prêt à écouter n’importe quoi à ce propos. Des républicains d’une espèce nouvelle, qui sont aussi anti mesures contre le Covid19 dans un pays qui atteindra bientôt le million de victimes !!! On retombera aussi sur le Michigan  avec  notre fameux  perdant d’avance, ce Colbeck falot et son soutien juridique, un personnage très  important aux yeux de Donald, car c’est en quelque sorte sa seule « garantie » pour espérer démontrer une fraude; ce qui est un combat perdu d’avance, on le sait, tant tout repose sur du vent. Avec lui des gens déjà aperçus ici, dont la foldingue de service, Melissa Carone. De l’anecdotique, certes, mais au final, nous ferons une autre découverte de taille : l’existence révélée pour la première fois d’un lien direct entre des émeutiers, des élus, des religieux, et Donald en personne (avec en prime l’implication d’un français dans le lot !) !!! Et également la révélation d’un des QG de Giuliani-Oltmann d’où sont partis tous les ordres d’assaut (ou même des manifestants !).

Les Maddock, un couple bien particulier et fort représentatif

Des perdants en puissance ou des midinettes attardées  fans de lui : c’est sur ça que s’appuie désormais Trump, pour espérer revenir en 2024. Le perdant annoncé est Patrick Colbeck, bien sur, la midinette ici à gauche en canotier lors de la convention républicaine de 2015 qui va choisir Trump après toutes les magouilles de Roger Stone pour dissuader de photos Ted Cruz, s’appelle Meshawn Maddock, (lire ici l’article sur la fameuse convention de Cleveland) une vraie fan de Trump comme le montre ses premières photos en politique, comme ici en admiratrice ravie d’être aux côtés de son idole… et la mine complètement déconfite en 2021 à Detroit, (ici à gauche) lors d’un dépouillement qui s’éternisait au centre de tri du TCF Center, en train de taper sur la vitre de rage et de désespoir en prenant des photos avec son téléphone marqué Trump… son groupe criant « Stop The Count » ! La police avait sûr intervenir ce soir là pour évacuer des visiteurs, dont certains seront découverts armés !!!  L’un d’entre eux, porteur d’un t-shirt de pirate, ici à droite avait emporté avec lui des menottes de nylon, comme celles aperçues le 6 janvier sur des émeutiers(( cf ici à droite, accrochées à son sac), persuadé qu’il arriverait  à lui seul à capturer les personnels du dépouillement pour l’empêcher de continuer son travail : on était déjà chez les fous ce soir-là Detroit !  Ce soir-là on y était allé de sa conspiration tous azimuts : Giuliani avait évoqué un obscur « camion à pizza » (un food-truck) venu apporter en douce des caisses de bulletins de vote frauduleux : il s’avéré que le camion en question, était une initiative pour offrir un sandwich aux nécessiteux désirant voter, sans pression sur leur orientation politique. (lire ici). L’engagement de Meshawn Maddox était allé très loin lors de la campagne présidentielle. Derrière les intimidations ce soir-là; il y a avait l’œuvre de Mike Roman, le directeur des opérations pour le 3 novembre de Trump. Lui s’était trouvé une mamy de Pontiac (dans le Michigan) pour venir étayer la thèse farfelue de bulletins pour les démocrates en échange  de 5 dollars (ici à droite) ! Les slogans de « honte » pour un vote « volé », c’était son idée !!!

Devenue membre du conseil également d’administration de la Michigan Conservative Coalition et membre du conseil consultatif national de Women for Trump (ici à gauche en meeting avec la veste bleue le revendiquant),
a aidé à organiser des bus partant d Muichigan jusqu’à Washington, D.C. pour transporter les partisans de Michigan Trump jusqu’à la capitale nationale. Mais elle a fait bien davantage encore, en montant carrément sur scène (ici à droite) avec son mari le 5 janvier qui précédait, sur Freedom Plaza, dans l’après-midi, tous deux porteurs du badge déjà décrit ici du mouvement pastoral très réactionnaire du Black Robe, un meeting organisé on l’a vu par Women for Trump, fêtant l’arrivée du bus de Dustin Stockton à Washington, après son bong périple à travers les USA. Mais son engagement auprès de la personne e Trump ne semble pas encore lui avoir suffit : dès le lendemain, elle se mêlait aux émeutiers, en l’avouant via son insondable bêtise crasse en forwardant un Tweet de Brendan Gutenschwager, un journaliste indépendant de Riverview. Elle y écrivait bêtement « avoir marché avec eux », alors que la photo envoyée avait été prise à l’intérieur de l’enceinte interdite ! La veille, elle avait aussi clairement exposé ses vues sur ce qui allait se passer mon elle, pour se faire il est vrai rabrouer sur Twitter par des personnes visiblement plus conscientes qu’elle (ici à droite).

Agitatrice compulsive, cette organisatrice de manifestations anti-lockdown à répétition, appelées fièrement par elle « Opération Grilock  » (ici à droite, avec un commentateur faisant remarquer quels étaient les  drapeaux déployés par ses supporters de ce chaos urbain !!!), bien évidement pourrait-on dire, on ne l’a jamais vue une seule fois elle aussi porter de masque. Son mari, avec qui elle mène son combat sous l’étiquette républicaine, contestée par cette agit-prop perpétuelle chez elles (se montrer avant tout est son credo comme se faire prendre ostensiblement en photo lors de l’organisation d’un loto local à Howell, entre petits vieux, ce réservoir à bulletins si choyé, transformé en réunion d’adhésion à Trump – cf ci-dessous elle en train d’en faire uno  selfie promotionnel). Son marin qui avait aussi porté le canotier trumpiste en 2016  ayant lui reçu adoubement fort spécial qu’il s’est empressé de divulguer à la presse :  signature de la main même de Donald, avec un commentaire élogieux sur… sa femme !!

Et quand elle se targue de politique étrangère, c’est aussitôt pour aller s’empresser de faire un autre selfie avec le député anglais d’extrême-droite Nigel Farage, le champion du Brexit dont les anglais constatent en ce moment même les effets calamiteux sur leur économie, elle encensant le fait, en parlant d’exemple de lutte contre la « tyrannie » de sa gouverneure actuelle. Chez elle, tout est excessif : c’est ça aussi cette nouvelle espèce de républicains, porté par leur exemple ravageur qui bouscule tout, ils osent tout au grand dam des anciens qui ne se retrouvent ne pas savoir lutter contre leur brossage perpétuel  d’électeurs dans le sens le plus à droite. Les deux artistes ne doutent leur notoriété que d’avoir été parmi les premiers, dès le 7 janvier à embrayer sur le thème de la fraude , ce qui leur vaut depuis ne reconnaissance éternelle de Donald… et pas mal de haine et de frustration chez les caciques républicains du Michigan qui les jugent comme étant deux arrivistes issus du Tea Party et rien d’autre !!  Toujours en vertu de cette soi-disrant « tyrannie », c’était elle aussi qui, fort dangereusement médicalement comme socialement, encourageait carrément en avril 2021 ses électeurs à attaquer en justice un employeur qui forcerait à utiliser un masque anti-covid19, alors que son pays a franchi depuis la barres des 800 000 morts et s’achemine vers le million de décès ! C’est une inconscente, doublée d’une inquiétante agitatrice partisane de répandre le chaos dans le pays !!! A un président fou, supportrice démente !

Encore deux fanatiques (flagrant ici à gauche) qui briguent aujourd’hui un siège dans un bâtiment qu’ils ont contribué à vouloir détruire !!  Ron Weiser, leader du parti investi pour la place de gouverneur, qui avait, sous la pressio, accepté d’accorde la seconde place à Meshawn ne sait plus quoi faire vec son cas, sinon se résigner à en faire sa co-listière (!),  une candidate qui divise profondément le parti… mais qui ravit Donald qui le pousse ainsi au long terme vers le cimetière électoral !! Réponse au dilemme du GOP le 6 février prochain pour les primaires locales. La responsable actuelle Laura Cox a annoncé en effet ne pas vouloir se représenter ouvrant un Boulevard au ticket Weiser-Maddock ! Cox, elle-m^me déjà une extrémiste, qui avait bénéficié pour devenir à la tête du GOP de Brad Parscale (!) avait suspendu l’annonce de la victoire de Biden dans le Michigan au prétexte malhonnête  qu‘il n’y avait pas d’assesseurs républcains à Wayen County (à majorité noire) pour surveiller les dépouillement : or il y en avait en fait 134 sur place !!!  Derrière tout le brouhaha, d’une base qui gronde car des slogans ineptes l’attisent, un homme pour choisir au final, un des deux républicains, qui heureusement en a plus dans la cervelle que Maddock : Aaron Van Langevelde (1), opposé à son collègue plus vieux Norman D. Shinkle, il n’était pas persuadé comme lui qu’il y aurait pu y avoir des erreurs lors du vote (lire ici) Biden héritera bien de ses 16 délégués du Michigan, le 23 novembre seulement, une semaine après que l’idée d’un Coup d’Etat n’ait germée au sein du staff de Trump (organisé par de multiples rendez-vous préparatoires à la Maison Blance comme vient tout juste de l‘avouer Phil Waldron, ici à gauche, le vendeur de bière auto-bombardé spécialiste informatique invité par les enquêteurs à venir déposer devant les enquêteurs – lire ici sa légèreté totale )…

Les vedettes du show trumpiste, déjà de retour sur scène (au Michigan) !

Nous revoici donc (enfin) au début de notre démonstration d’hier, au Michigan, avec un candidat soutenu par Trump alors qu’au sein même de son parti il passe plutôt pour un vilain canard ainsi décrit par la presse qui s’est renseignée auprès de ses collègues : » on ne peut pas en dire autant de Colbeck (ici à droite juché sur la fameuse charrette, derrière sa statue de la Liberté !)   qui a passé une grande partie de ses huit années au Sénat de l’État à se faire des ennemis de ceux avec qui il n’est pas d’accord. Peu importe « atteindre à travers l’allée ; » Colbeck est le genre de lanceur de bombes colérique qui agace les collègues parlementaires des deux partis. Il est, en bref, un candidat qui a à peine attiré l’attention des électeurs du GOP, » note de façon sarcastique un journaliste qui nous indique qu’en fait  tout ce baroud est inutile car Colbeck n’a aucune chance d’être sélectionné, même dans son propre parti ! Bref que c’est un… looser, version XXL ! Alors Trump a donné quelques coups de klaxon par téléphone, et on  a monté vite fait une claque pour venir l’applaudir, en y croyant pas trop, mais en faisant comme si. Ou parce que Trump a toujours une autre idée en tête… et c’est le cas justement !!

,
L’un des principaux orateurs dans le parc sélectionné au tout début de ce article débuté dans l’épisode précédent  (j’y reviens) n’est autre en effet que… Matt DePerno (lire ici en note (2)), c’est un avocat de Kalamazoo) ici à droite pendant son discours,  et c’est surtout le  principal « poids lourd » venu soutenir Colbeck (auparavant – en 2013- le même Colbeck avait été le chouchou du Tea Party !)  mais il y a aussi ce jour-là Robyn Peake (de la Republican Women Federation of Michigan, et de Leelanau County, le Dr Franck (et oui le même encore avec ses calculs toujours aussi faux), Bob Cushman (se présentant comme « Political Activist/ Charter School Mentor » de Northville, Michigan c’est en fait un pilote chevronné licencié sur plusieurs types d’avions (3), c’est le même qui a été cité hier dans l’épisode 12, et pour faire du spectacle, Mellissa Carone, la revenante et célèbre « vedette » du show Giuliani (4) qui a aussi été invitée en super VIP le 6 janvier ainsi que son ex-petit ami  et même le candidat républicain au poste de gouverneur, Ryan Kelley, le fondateur de l’American Patriot Council, qui a organisé les protestations anti-lockdown durant la crise du Covid et qui est membre de la commission des défenseurs de statues confédérées d’Allendale…  dans le Michigan toujours (et le même qui est allé lui aussi se pavaner dans le Capitole comme on l’a vu ici-même !). Et celui-là nous ramène çà bien plus grave encore… dans un Etat où Biden l’a emporté d’une marge de 154 000 votes, soit 14 fois celle de Trump en 2016… Encore un petit détour donc à faire avant de voir pourquoi Trump tient autant à Colbeck..

Derrière eux plane toujours l’ombre de Donald Truck, le fossoyeur de démocratie

Le 18 septembre dernier c’est un Trump mort politiquement qui insiste et pratique la terre brulée derrière lui en poussant au premier plan « son  » candidat dans le Michigan à Lansing (!) où des milices avaient envahir le Capitole local, on s’en souvient, quelle ironie : «  un avocat qui a fait de fausses déclarations sur les machines de dépouillement des votes lors des élections de 2020 dans le Michigan a obtenu l’approbation de l’ancien président Donald Trump pour le procureur général de l’État. Matthew DePerno a obtenu le soutien de Trump mercredi soir. Cela pourrait s’avérer décisif lorsque les républicains se réuniront lors des conventions l’année prochaine pour approuver et nommer plus tard un candidat pour affronter la démocrate Dana Nessel, qui est candidate à sa réélection (et qui a eu le droit aux « compliments » de Trump, infoutu de se rappeler de son nom). DePerno, originaire de Kalamazoo, était l’avocat d’un résident du comté d’Antrim qui a poursuivi sans succès après qu’une erreur d’un greffier a conduit le comté à montrer initialement à tort une victoire locale de Joe Biden sur Trump. Cela a été rapidement corrigé. Un audit de décompte manuel post-électoral de chaque bulletin de vote Antrim a révélé que les machines de Dominion Voting Systems comptaient les votes avec précision. »
Ce qui n’est pas ce que pense Donald, bien sûr, qui dit de lui « qu’il a défendu la Constitution pendant 20 ans et a été en première ligne pour des élections justes et précises, alors qu’il se bat sans relâche pour révéler la vérité sur l’arnaque des élections présidentielles du 3 novembre », a déclaré Trump, qui a perdu contre Joe Biden en Michigan par environ 154 000 voix, soit 2,8 points de pourcentage ». Trump, c’est simple, n’en démordra jamais : il a cru et continue aujourd’hui encore à croire  à cette histoire bancale, tripatouillée par Phil Waldron, et poussée au maximum par un dénommé Joe Oltmann, qui s’est de plus en plus rapproché de son oreille au point de figurer dans le team de préparation du Coup d’Etat, soutenu par un coup de force préparé pendant un mois et demi (du 12 novembre au 6 janvier). Et c’est pourquoi Donald  a autant besoin aujourd’hui de cet obscur avocat devenu la pièce maîtresse d’un gros mensonge répété à l’envi depuis le 3 novembre !! Sans De Pernon Trump n’a aucun élément à mettre en avant : c’est l’homme de sa fuite éperdue vers le mensonge, initié par Joe Otltmann, on le rappelle !!
Politiquement, ce soutien d’après coup est en effet une première dans le pays : « Rick Pildes, professeur de droit constitutionnel à la faculté de droit de l’Université de New York, a déclaré que l’attention de Trump sur les postes avait changé le type de candidats qu’ils attiraient, avec « beaucoup plus d’activistes partisans » intéressés. «C’est une chose extraordinaire pour un ancien président qui pourrait très bien chercher à se représenter pour peser sur les bureaux du secrétaire d’État. Je ne sais pas si nous avons déjà vu cela auparavant », a déclaré Pildes. Et il pèse en effet, l’individu en question : De Perno a collecté pas moins de 400 000  dollars pour sa défense en vue de son procès,  plus 280 000 pour approvisionner le recomptage en Arizona !!! Avec Trump on peut en effet mentir et empocher plus d’un demi-million de dollars !!! Cette de fêlée Sydney Powell en a bien engrangé 14 millions de dollars, dont on est incapable de dire où il sont passés !!! Le mensonge, ça rapporte grosaux USA ! !  Bien sûr, le principal contact qu’a eu régulièrement De Perno s’appelait… Steve Bannon, qui en a fait des caisses dans son émission War Room sur le compté d’Antrim censé être emblématique d’une fraude inexistante !! Le manipulateur en chef à l’œuvre, encore et toujours lui !! A parti d’un hoax ridicule monté en épingle !
Les hommes de terrain choisis par Trump pour paver la voie de demi mandat puis de 2024
Car Trump, incapable d’abdiquer, son gigantesque égo aidant recommence en effet le même cirque, dans le Michigan notamment, en choisissant des fidèles pour les postes-clés pour mettre la main sur les élections, ou les invalider si elles lui sont défavorables, ou en imposant de nouvelles lois qui refusent le vote par correspondance,  comme le précise ici récemment (le 6 décembre) CNN : « dans le Michigan, par exemple, plusieurs nouveaux républicains nommés aux conseils de démarchage des comtés qui ont déclaré qu’ils n’auraient pas certifié les élections de 2020 remplacent les membres du GOP qui ont certifié le résultat des élections. Une personne nommée dans le comté de Macomb a exhorté Trump après les élections à invoquer la loi sur l’insurrection et à suspendre la réunion du collège électoral pour mettre en place des tribunaux militaires chargés d’enquêter sur les allégations de fraude électorale. Le Michigan est un microcosme d’une stratégie nationale plus large menée par des alliés de Trump comme Steve Bannon, qui a plaidé pour que les partisans de Trump infiltrent les positions locales du Parti républicain ainsi que les postes électoraux. « Nous prenons le contrôle du Parti républicain via la stratégie du comité de la circonscription. Nous prenons le contrôle de toutes les élections », a déclaré Bannon dans un épisode de son podcast « War Room » le mois dernier. « On va aller au bout du trois novembre et on va décertifier les électeurs », a-t-il poursuivi. « Et vous allez avoir une crise constitutionnelle. Mais vous savez quoi ? Nous sommes un pays grand et difficile, et nous pouvons gérer cela, nous pourrons gérer cela. Nous allons nous en sortir. » Dans ce schéma « s’en sortir  » signifie établir une dictature, tout simplement !!!
Des menaces (de mort) et la pression qui continuent tous les jours !
Battu dans les faits, Trump n’a rien abdiqué. Rancunier comme pas un, preuve de sa faiblesse intellectuelle, il a lâché la meute de ses fans qui depuis le 3 novembre 2020 harcèlent tous ceux qui ont selon eux « abdiqué » devant le verdict des urnes. Et chez eux, ça va très loin comme on peut le lire ici avec effroi en Georgie envers celui qu’ils rendent responsable de la défaite : « tard dans la nuit du 24 avril , l’épouse du plus haut responsable des élect!ions géorgiennes a reçu un SMS effrayant : « Vous et votre f amille serez tués très lentement. Une semaine plus tôt, Tricia Raffensperger,  épouse du secrétaire d’Etat Brad Raffensperger, avait reçu un autre SMS anonyme : « Nous prévoyons la mort de vous et de votre famille tous les jours. » Cela faisait suite à un avertissement textuel du 5 avril. Un membre de la famille, lui a dit le texto, allait « avoir un incident très malheureux ». Ces messages, qui n’ont pas été signalés auparavant, illustrent le barrage continu de menaces et d’intimidations contre les responsables électoraux et leurs familles des mois après la défaite électorale de l’ancien président américain Donald Trump en novembre. Alors que des informations faisant état de menaces contre des responsables géorgiens ont émergé dans les semaines houleuses qui ont suivi le vote, les entretiens de Reuters avec plus d’une douzaine de travailleurs électoraux et de hauts responsables – et un examen des textes, messages vocaux et e-mails inquiétants qu’eux et leurs familles ont reçus – révèlent les informations précédemment cachées. l’ampleur et la sévérité des tactiques menaçantes ». Avec Trump, Raffensberger ne fait en fait que commencer, hélas un long chemin de croix ! Trump, celui qui fait vivre l’enfer à ceux qui lui barrent la route !

Un début d’aveu au Michigan passé inaperçu

Et toutes ces combines se sont donc passées avant le 6 janvier sous le nez des républicains dociles soumis au Trumpisme, cette admiration de soi  perpétuelle sans aucun recul, sauf ceux mis dans la confidence, une poignée d’ élus dont l’un d’entre eux va faire une énorme révélation ce jour là, à Lansing, mais une révélation qui était venue se perdre dans l’indifférence du brouhaha de la sono (qui retransmettait en direct les événements de Washington !). Ce 6 janvier, note The Detroit News (à qui on doit les excellentes photos de l’épisode précédent sur le meeting de Lansing) « le représentant de l’État Steve Carra, de Three Rivers, était le seul législateur actuel de l’État à prendre la parole lors de l’événement » (ici  à droite). « Il a déclaré à la foule que lui et d’autres législateurs du Michigan avaient signé une lettre demandant au vice-président Mike Pence de retirer la certification des résultats des élections dans cinq États-clés. La lettre, qui a été signée par des législateurs de cinq États clés, demande à Pence « de laisser à notre nation plus de temps pour examiner correctement les élections de 2020 en reportant l’ouverture et le dépouillement des votes du 6 janvier d’au moins 10 jours ». »

Or c’est exactement cette lettre dont parlera un autre personnage important comme on va le voir bientôt !!! Preuve que le coup d’Etat concerté avait été imaginé .. au Willard Hotel, comme une tentative de dernier recours d’urgence, qui serait appuyée  au cas où Pence rechignerait à se mouiller … par un coup de force de centaines de supporters alertés et pour certains munis de stock d’armes au cas où !!! Une demande reposant sur le faux calculs et faux documents fournis par… Oltmann !!! Et Carra, avec cet aveu oublié depuis, avait visiblement été mis dans la connivence (avec plusieurs autres sommités républicaines !). Par qui, ça on l’ignore… mais « Joe » (Oltmann) ne devait pas être loin… au téléphone. Vu qu’il était… à Washington (avec Giulianin au même endroit que lui) !

Trahis par la foi ? La révélation d’un contact direct des émeutiers avec « Potus » (et avec un français dans le coup !) !

Bon, restait à savoir s’il avait vraiment créché lui aussi au Willard notre fameux Oltmann pour clore notre sujet sur sa personne. Là c’est une de ses relations religieuses qui va le trahir mais aussi évoquer ici cette tentative de dernière minute de renverser la vapeur… grâce à lui !! L’homme qui déballe le pot aux roses s’appelle Lance Wallnau, c‘est un pasteur évangélique déjà croisé ici qui a comme carte de visite d’être « l’un des trois ayant prédit la victoire de Trump en 2016″. Celui aussi aux pièces en forme de jetons de prise directe d’interphone avec Dieu, rappelez-vous ! Encore un roi du selfie, ce jour-là (ci-dessous à gauche), qui commente tôt le matin du 6 janvier alors qu’il est déjà devant la tribune de L’Ellipse en proposant un texte débutant ainsi : »salut Lance, Ken (un autre évangéliste, Kenneth Copeland on suppose, fier trumpiste lui aussi et un grand malade il semble bien –  il n’est pas le seul dans la confrérie!) et Cindy » (Jacobs, très certainement, le monstre du marais, et non Chafian, ce qui l’aurait directement reliée dans la boucle des complotistes ce jour-là et à un niveau très élevé) « s’il vous plaît regardez ci-dessous. Je peux vous connecter à Paul si vous le souhaitez. » « J’ai reçu le texte ci-dessous ce matin de mon ami, le Dr Paul Coyer (profondément trumpiste, le gars est à la fois chercheur professeur à l’Institute of World Politics  (Washington, D.C.) mais c’est avant tout un français (il est ci-dessous à droite), qui est aussi enseignant associé à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, ce qui pose problème ici en France, car il était au courant de ce qui se tramait d’après ce texte : un véritable coup d’Etat fomenté à plusieurs, alors qu’il enseigne ici sur le territoire français à des militaires en exercice ! « faites-moi savoir si vous avez des idées sur la meilleure façon de transmettre ces informations aux personnes qu’il répertorie, et priez : nous avons des preuves que l’IA a été utilisée pour voler à la fois les élections présidentielles et les élections sénatoriales de Géorgie d’hier soir. Nous avons besoin d’aide et de prières dès que possible, il est urgent que nous transmettions ce message rapidement à POTUS (à savoir Trump en personne !!!), au VP Pence, à Josh Hawley « (jeune congressiste républicain aux dents longues, opposé d’emblée à la certification de Biden et celui qui a créé la controverse en saluant en vainqueur  les émeutiers en arrivant au Capitole, ici à gauche) et aux principaux dirigeants du Congrès ce matin. Nous sommes restés éveillés jusqu’à tard hier soir à l’hôtel Willard (quel aveu, superbe, il mouille tout le monde, y compris lui-même !!!) en comparant les notes de l’agrégateur de données et mathématicien Joe Oltmann (ah, le voilà cité, le fameux « millionnaire de la technologie »r qui aaconté partout avoir entendu Eric Coomer, PDG de Dominion, dire qu’il avait truqué les élections, ce qui est un vulgaire mensonge -.nota : un jugement a rejeté cette prétention, et Oltmann n’a jamais été « mathématicien », mais… garagiste !), qui avait découvert en montrant le plan de fraude systémique et ce que Matt DePerno, (on y est en effet, c’est pourquoi il est aussi important aux yeux de Trump) avocat du plaignant du comté d’Antrim au Michigan dans l’affaire Dominion Voter System, a pu confirmer et prouver par ses éléments probants » (revoir la note N°3 en bas de page, et là aussi c’est faux de bout en bout !!!).

La phrase-clé du pasteur fanatique étant celle-là : « nous pouvons maintenant démontrer l’architecture de cette fraude nationale systémique. Cela motivera les sénateurs et les membres de la Chambre à prendre la fraude électorale présidentielle plus au sérieux – ce n’est pas seulement la présidence, mais leurs sièges sont menacés s’ils ne traitent pas ce problème. Il faut que cela soit présenté à autant de sénateurs et de députés sympathiques que possible ce matin. Toute aide que vous pouvez être à cet égard serait appréciée »…  Trump avait accordé crédit à cette thèse inepte, au point le 6 janvier de tweeter encore son résumé à 13 heures pile encore (après un premier jet dès 8h22, à peine descendu de son hélicoptère le ramenant à la Maison Blanche) …. A 13 heures, cela semblait pourtant impossible : il était  alors encore sur scène, ne terminant son discours qu’à 13h10, alors que la première barrière avait déjà été renversée dix minutes avant sur l’aile Ouest par les Proud Boys…. Or tout le monde sait que ce n’est pas lui nécessairement qui les envoie mais son assistant en médias Dan Scavino, son ex caddie de golf  ! La dernière injonction de Donald dans son discours étant « si vous ne vous battez pas comme des diables, vous n’aurez plus de pays »: comment un public chauffé à blanc depuis deux mois devait-il la prendre ? Ou l’interprêter ? C’était bien jeter de l’huile sur le feu, et inciter… à aller se battre !

Un très intéressant montage signé des anglais du Telegraph (un remarquable travail de  tri d’information, un des meilleurs résumés de la journée, sinon le tout meilleur !) !!!) nous donne ici en simultané les propos à gauche de Trump sur scène, et à droite la réaction de la foule et ses commentaires immédiats : automatiquement, les spectateurs traduisent directement les paroles de Trump et qu’il faut se rendre au  Capitole et le prendre d’assaut : c’est peut-être bien LE document le plus accablant, celui qui montre le plus la terrible irresponsabilité de Donald Trump et ses propos  incendiaires (5)… Une fois le refus de Pence de participer à la mascarade, un refus formulé déjà la veille en fait devant Donald en personne, ce dernier fera chanter par ses troupes de le pendre, comme on a pu l’entendre dans la foule même PENDANT son discours, la fuite du refus de Pence de faire le coup d’Etat ayant déjà été disséminée à dessein – par l’équipe de Trump- pour faire pression ! Encore une preuve en fait d’une coordination  en très haut lieu ! Voilà donc ce qui se tramait  auplus haut sommet !!  Voilà donc ce qu’ils avaient concocté !! Un coup d’Etat !!! Préparé et fomenté toute la nuit précédente encore (et depuis deux mois) , dans un endroit bien précis…

L’un des QG de l’attaque

Car ils étaient donc tous au Willard Hôtel, pardi !!! Et dans un endroit bien reconnaissable en effet : c’est la suite du Willard dite « One Bedroom Suite« , la « One King » exactement, faisant 93 m2 et dont seul le lustre a été enlevé pour faire place à un éclairage plus fonctionnel (ou pour éviter qu’on s’y cogne la tête en venant discuter avec Rudy !)… tout ce que l’on a noté précédemment sur nos clichés correspond point par point (y compris la fameuse moquette !), comme on peut le vérifier (revérifiez avec les épisodes 1 et 2 surtout ) : le QGde Giuliani, Oltmann et Eastman, cet endroit, le voici en effet, tout droit sorti… de Trip Advisor, encore une fois :

Particularité de cette suite : elle dispose d’une « connexion » vers la plus grande des suites de l’hôtel, la « George Washington Presidential Suite » de 162 m2, qui dispose d’une salle à manger de 8 places et d’un garde-manger tout équipé (« Butler’s Pantry »). l’épisode 1 de la série), c’est déjà la deuxième suite que l’on découvre occupée par des complotistes souhaitant renverser la nomination de Joe Biden. La table et les chaises faisant partie de l’équipement standard de l’hôtel, comme on peut le voir ici à gauche dans une des suites en duplex, sur deux étages, l-es deux éléments reliés par un escalier : notez la moquette, toujours la même et le lustre, identique !). On va voir bientôt qu’il y  en avait une troisième… et même si vous êtes patients… une quatrième (et même une cinquième  !). Ce n’est plus un hôtel, à ce stade, c’est un centre complet de commandement de type militaire (avec l’un d’entre eux sur place, un vétéran exactement, mais celui-là on va se le réserver pour la fin si vous le voulez bien) !!!

Et comme Rudy est une vraie buse, il n’a pu s’empêcher dès le 8 janvier de tenter de se disculper et de disculper Trump en partant dans une longue diatribe incohérente comme à son habitude, une intervention filmée devenue invisible aujourd’hui et dont il ne reste que l’audio. Mais on a eu le temps de garder quelques bribes d’images, dont celle ici à gauche, qui nous font comprendre aujourd’hui pourquoi on ne les présente plus. Malgré le soin porté à l’angle de prise de vue et la carrure de Rudy masquant la chaise caractéristique du lieu, on reconnaît en effet… le même endroit décrit ci-dessus,  avec un angle de mur et des moulures au même endroit, la même couleur de tapisserie que celle supportant le miroir et le même meuble brun foncé (de la loupe de noyer,  du merisier ?)  à dessus noir brillant. Rudy, encore une fois se grille tout seul comme un débutant en nous indiquant où était son QG de l’opération !!!  Et où il était  toujours au surlendemain de l’événement spectaculaire et dramatique !!!

Tout cela donc préparé dans un endroit devenu centre névralgique des opérations trumpiennes dans lequel demain nous découvrirons une autre suite encore, celle louée depuis plusieurs mois par.. Roger Stone, qui y habitait lui à demeure  (c’est l’autre surprise de ce dossier) !!

1) pourtant tout s’était bien passé dans le Michigan raconte Politico : « l‘ironie de l’effondrement électoral du Michigan est que le jour du scrutin, aux yeux des greffiers chevronnés et des agents électoraux de tout l’État, a été le plus fluide qu’il n’ait jamais été. Comme sur des roulettes, on peut toujours compter sur des controverses – parfois des mini-scandales – pour surgir à midi un jour d’élection donné. Mais pas en 2020. Il n’y a eu aucun cas documenté d’intimidation d’électeurs. Aucun tollé sur les enceintes qui ouvrent tard ou ferment tôt. Zut, dans les juridictions de vote les plus grandes et les plus fréquentées de l’État, il n’y avait aucune mot à redire. La journée s’est étrangement déroulée sans incident. Cela est dû en grande partie à des mois de préparation inlassable par les responsables électoraux aux niveaux national et local. Bien sûr, cela avait aussi quelque chose à voir avec la nature historique de 2020 : plus de la moitié des électeurs du Michigan ont choisi de voter par correspondance, le résultat d’une nouvelle loi qui a précédé la pandémie mortelle de Covid-19 qui a effrayé de nombreuses personnes de voter en- personne. Pour cette raison, les Michiganders ne se sont pas félicités lors de la fermeture des bureaux de vote le soir des élections. Ils savaient que lea vraie punition les attendait »…

(2) De Perno est un avocat qui a pris fait et cause dans l’affaire d’Atrium, ce comté dans lesquels des machines Dominion ont été accusées de mal fonctionner suite à une cabale montée de toute pièces selon The Daily Beast: « le 27 novembre 2020, alors que le président de l’époque, Donald Trump, faisait la promotion de canulars de fraude électorale , un utilisateur de Twitter a semblé partager des photos exclusives de l’intérieur de l’opération de droite Stop the Steal . L’utilisateur, @We_Have_Risen, a tweeté des images de ce qu’il impliquait comme des décomptes bruts de votes photographiés dans le comté d’Antrim, dans le Michigan, un État clé au centre du fantasme électoral volé. Entre autres offres, il a inclus des photos d’une machine à voter du Dominion disséquée (les républicains ont accusé le Dominion d’avoir aidé à truquer les élections, et la société poursuit maintenant les médias pro-Trump pour ces fausses affirmations). Les légendes du complot ont été bien reçues par ses abonnés, dont certains s’étaient auparavant intéressés aux communications de l’utilisateur avec l’administrateur d’un forum de discussion connecté à QAnon. @We_Have_Risen était dans le Michigan en tant que «témoin expert» pour un examen des votes du comté d’Antrim. Mais @We_Have_Risen n’est pas un expert en élections. Il s’agit de Conan Hayes, un ancien surfeur professionnel et co-fondateur de la célèbre marque de vêtements RVCA. Et dans plusieurs États, il est apparu en personne comme une figure calme mais centrale dans les efforts pour renverser les élections de 2020 en faveur de Donald Trump ». Tout provenait d’un surfeur Qanoniste ! Embarqué depusi 2015 dans une grosse histoire d’argnet, ses parts de l’entreprise évaluées à 8 millions de dollars et revendiquées par son ex associé Pat Tenore Sr.

Et pourtant le petit monde de Trump (et D’Oltmann surtout, est monté à bord de ce bateau qui tanguait déjà, cet hoax assez fabuleux car soutenu clairement que par QAnon  : « en novembre 2020, @We_Have_Risen s’était accroché aux théories du complot sur la fraude électorale et avait attiré plus de 40 000 abonnés. Sur 8kun, le forum qui hébergeait la théorie QAnon, les utilisateurs partageaient fréquemment les messages de @We_Have_Risen, en particulier lorsqu’il interagissait avec l’administrateur de 8kun Ron Watkins. (Un nouveau documentaire soutient que Watkins contrôle le compte anonyme auteur de la théorie QAnon, une accusation que Watkins nie.) Certaines des allégations les plus bruyantes de fraude électorale se sont concentrées sur le comté d’Antrim, dans le Michigan, où un greffier du comté (un républicain) a brièvement annoncé un décompte préliminaire incorrect des votes, avant de publier une correction qui montrait que Trump avait remporté le comté. Les partisans de Trump ont saisi l’erreur comme preuve d’inexactitudes généralisées dans les élections de l’État. À la suite d’un procès intenté par un homme de la région, l’État a autorisé une équipe de « témoins experts » à examiner les informations de vote dans le canton de Central Lake, dans le comté d’Antrim. » Une erreur transformée en aubaine par les trumpistes qui n’avaient jusque là rien à se mettre sous la dent !!

Un audit manuel effectué le 17 déembre du comté litigieux donnera comme résultats finaux ceci :

Résultats certifiés précédemment :
Trump: 9,748
Biden:    5,960

Résultats corrigés :
Trump:  9,759
Biden:    5,959

Comme on peut le constater, pas de quoi renverser le vote : 11 voix de plus pour Trump et une de moins pour Biden !! 12 voix de différence sur  un peu plus de 15 000 voix, dans un comté de plus largement dominé par Trump !!

Or qui retrouvait-on derrière cette agitation basée sur du vent ? Les mêmes qu’au fameux « Symposium » de Mike Lindell : « ces témoins n’étaient pas exactement des experts, comme l’a rapporté pour la première fois le Traverse City Record-Eagle . Le groupe était dirigé par ASOG, le groupe basé au Texas. Et parmi la délégation du comté d’Antrim du groupe se trouvaient le colonel à la retraite de l’armée Phil Waldron (qui allait bientôt faire des déclarations démystifiées sur les données des électeurs lors d’une audience au Congrès) et Doug Logan (un PDG de la technologie qui a promu les allégations de fraude électorale avec Watkins sur Twitter). Après avoir inspecté les données des électeurs, l’ASOG a publié un rapport notoirement truffé d’erreurs qui alléguait une fraude électorale, en partie parce que les auteurs du rapport avaient accidentellement confondu les États du Michigan et du Minnesota’. Et qui avait sauté sur l’occasion pour clamer que Trump l’avait emporté au final ? Breibart News, par exemple, le journal de… Steve Bannon qui avait orchestré tout ce buzz !! Steve Bannon, encore lui !!

Et voici qu’apparait la caution sérieuse que Trump attendait tant : « Hayes était l’un de ces témoins, a déclaré Matt DePerno, l’avocat plaidant l’affaire Antrim. Je le connaissais depuis son arrivée dans le comté d’Antrim et j’ai aidé à la collecte d’informations médico-légales et à l’analyse des informations que nous avons mises dans le rapport de l’ASOG le 14 décembre », a déclaré DePerno au Daily Beast en mai. « C’est son implication dans notre cas. » (Quelques jours après cette conversation, un juge a classé l’affaire . DePerno, qui fait appel de la décision, n’a pas répondu aux nouvelles demandes de commentaires cette semaine (…) À l’époque de cette fuite apparente, DePerno qui est avocat,  (ici à gauche) et au moins un de ses « témoins experts » étaient en communication avec le réseau d’information d’extrême droite OANN, selon les documents déposés par le tribunal dans le cadre d’un procès séparé ». Et l’homme qui s’était saisi de l’hoax circulant alors rapidement n’était autre que… Joe Oltmann ;« quelques heures après l’e-mail d’Oltmann sur la publication de « données brutes des machines du comté d’Antrim », un site Web de courte durée a semblé publier 114 fichiers d’informations sur les machines à voter du comté d’Antrim, a précédemment noté le chercheur Trapezoid of Discovery. Plus tard dans le mois, Oltmann a envoyé ce lien à d’autres personnes des  » election truthers », dont l’ancienne avocate de Trump, Sidney Powell, selon des e-mails. Oltmann a également prétendu envoyer des liens de téléchargement direct vers les données des électeurs du comté d’Antrim à Powell et à d’autres, qui ont répondu avec enthousiasme par courrier électronique. (…). La caution de l’avocat devenait alors fondamentale pour rendre crédible ce dossier fort  bancal dès le départ et c’est à quoi s’était engagé De Perno. D’où l’importance du gus aux yeux de Trump (on note sur l’affiche ses  trois collègues, dont l’ineffable Kelley, qui a lui-même participé au saccage du Capitole !!

(3) un engagement très à droite politiquement chez lui, pour cet ancien de la Navy. Il sait piloter des Citation 2, 3,6,7, et le modèle X,  les Saab 2000, le Gulfstream 350 et le plus gros modèle « V ». ·Plus les King Air 200, Convair 580, et même MU-2 . Il serait très intéressant de voir quelle « aide » du genre il a pu apportert à l’équipe Trump. Mais il était venu pourtant, à Washington… en voiture : « Cushman a travaillé pour élire Patrick Colbeck, l’ancien sénateur de l’État et allié de Trump qui a colporté de fausses allégations sur l’élection du Michigan, lorsque Colbeck s’est présenté comme gouverneur (il est ici à gauche en train d’haranguer la foule, entouré de Peoud Boys !). « Cushman a soumis un affidavit sur la fraude électorale dans le cadre d’un procès qui visait à arrêter la certification des résultats des élections du comté de Wayne, à annuler les élections du 3 novembre et à en ordonner une nouvelle. Certains ont rejoint une caravane de voitures organisée par un théoricien du complot QAnon qui dit être originaire du Michigan et s’appelle Dr. Enoch sur Twitter (à l’adresse en @elenochle, notez-le bien quelque part, on va le revoir bientôt) . Les adhérents de QAnon croient en une théorie du complot infondée selon laquelle une cabale mondiale « de l’État profond » d’élites pédohpiles sataniques est responsable de tout le mal dans le monde ».  Dans le comté de Wayne, après avoir râlé pour la forme, les républicains ont bel et bien portant accepté et certifié les résultats le 18 novembre 2020 !! Malgré l’énorme pression en tweets rageurs de Donald ! En cause, le comté d »Antrime… et son hoax !! Donald avait sorti un chiffre de son chapeau  de 68%  d’erreurs de votes à partir d’un rapport fumeux de l’équipe de Giuliani !!! Commentaire de CNN : « l’auteur du rapport a l’habitude de répandre de la désinformation sur les élections dans le Michigan. Dans un affidavit pour une affaire judiciaire distincte, il a confondu les bureaux de vote du Minnesota avec ceux du Michigan et a fourni des totaux inexacts du taux de participation des électeurs du Michigan, ce qui a contribué à la fausse théorie de la fraude « plus de votes que de personnes » précédemment vantée par le président et ses alliés » . L’erreur grossière et ridicule était l’œuvre de Russell Ramsland, …travaillant pour Lin Wood  ! Le même avait cité « des erreurs » à Mercer County, en Georgie, qui n’existe même pas, et surtout cité Albertville, Houston, Monticello, Runeberg, Lake Lillian, Brownsville, Wolf Lake, Height of Land, Detroit Lakes, Frazee, et Kandiyohi, alors que ce sont des villes… du  Minnesota !!! Avec ça, facile d’atteindre les 68% d’ereurs;.. et les 100% de connerie !

(4) étrange double convocation en siège VIP quand on sait ce qui s’est passé entre les deux tourtereaux, raconté ici par le Daily Mail : chez Trump on est constamment surpris, et on s’enfonce un peu plus encore à chaque fois. Carone semble également surtout avoir voulu faire oublier son ancien métier de strip-teaseuse, également dans un bouge au patron accusé de tortures ! Le « swamp », les fidèles de Trump baignaient dedans en fait ! Condamnée pour harcèlement envers son eux, invité lui aussi sur l’Ellipse (?), sa probation finissait quelques jours avant sa mémorable prestation pour Rudy Giuliani, qui lui avait obligé d’infirmer les dires sur une prétendue déposition dans un état alcoolique avancé (à gauche, le bras de Rudy tentant de la calmer)… Visiblement, elle avait besoin d’argent, et l’engrenage semble sans fin pour elle a venir devoir encenser un candidat dont tout le monde s’accorde à dire qu’il n’aucune chance de passer ne serait-ce que sa propre primaire !!!

(5) ici la timeline des propos de Trump  incitant à la violence … depuis  2015 ! Se rendait-il compte de ses gestes lors du commentaire sur les événements sanglants de Charlottesville en août 2017 ? Rejetant la faute  ce jour-là sur les opposants à la manifestation à parts égales avec les nazis venus que pour en découdre, comme à leur habitude, dont un qui a tué comme on l’a vu ??? Dans une manifestation truffée de nazis dont il dira au final que c’étaient des « bonnes gens » eux  aussi ??? Sait-il au moins ce qu’est let signe( de ralliement, lui qui le fait constamment cf ici à droite)  ?

 

 

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (26)

Dans l’épisode précédent, je vous ai proposé de commencer à étudier le cas de l’une ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *