Accueil / T H E M E S / PENSÉE POLITIQUE / Démocratie / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (12)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (12)

Un an après la tentative de coup d’Etat, certains continuent à nier les exactions qui ont eu lieu ce jour-là, malgré la tonne de documents photos ou vidéos le prouvant. Avec la manie des selfies des protagonistes, c’est aujourd’hui en effet l’un des événements historiques parmi les plus documentés (d’où on intérêt, vu ma formation initiale). Moi-même, après une année de collecte je n’en ai toujours pas fait totalement le tour. Malgré cela, certains qui ont participé aux événements continuent de nier jusqu’à son existence. Parmi eux, des pasteurs s’étant engagés pour Trump, ou même des élus républicains présents dans l’hémicycle, et qui, pourtant défendus par des gardes prêts à tirer sont allés déposer devant le comité d’enquête en déclarant que ce n’était qu’une « visite touristique », selon eux, une « visite » qui a laissé derrière elle 5 morts et des centaines de blessés (chez les policiers notamment) et vu plus de 600 personnes être arrêtées depuis. Cela porte au final un nom, cette attitude : c’est de l’aveuglement, pur et simple !!! 

Bienheureux les aveugles… (1)

Tout le monde n’a pas été mis au courant de ce qui se tramait à Washington dans le douillet bunker de Giuliani au Willard . Des pasteurs, en particulier, et il y en a eu une paire en effet… rien qu’au Michigan déjà, pour y revenir (cf notre épisode précédent). Ceux-là ont dû gérer comme ils le pouvaient les critiques s’ils avaient un peu trop montré leurs soutiens envers Donald… et ce, même au Michigan ! Un des pasteurs de l’Etat, Tommy Ferrel, (ici à gauche) de Decatur,  et sa Briarlake Church, soutien revendiqué  de Trump et persuadé d’une fraude, lui aussi, aura à ce propos, une drôle de réaction sur le net. Aujourd’hui, elle fait sourire. On avait appris sa présence à Washington le 6 janvier et tout de suite il avait… menacé de procès celui qui aurait dit qu’il avait participé aux émeutes alors qui n’était venu selon lui que « pour voir Trump ». Pas commode le bon pasteur !!! « Ecoutez. Ce qui s’est passé au Capitole l’autre jour, en prenant d’assaut le Capitole, je pense que c’était une mauvaise chose. Je pense qu’il y avait des extrémistes Q… qui sont entrés là-bas et ils ont dit qu’ils étaient du côté de Trump et il y avait des extrémistes Antifa qui sont entrés là-bas qui essayaient de tout gâcher, et il y avait des fous là-dedans qui ont fait de mauvaises choses, ” a déclaré Ferrell  lors de son sermon. «Et il y avait des gens bien là-dedans au Capitole. J’étais dans ce meeting avant. Je ne suis pas allé au Capitole. Je suis allé [à l’hôtel] et j’ai pris des tacos » (photo ici à droite à l’appui) . « Au cours de son sermon, il a noté que sa photo à l’hôtel était « horodatée » et a prouvé qu’il n’était pas là lorsque la foule s’est précipitée vers le Capitole. « J’étais assis dans mon lit, les pieds levés, en train de regarder Fox News et j’ai dit: » Oh seigneur, aidez-nous, ils prennent d’assaut le Capitole « , a déclaré Ferrell lors de son sermon. «Je l’ai horodaté. Je n’étais pas là. Ils peuvent venir me chercher de toute façon ». (sous entendu le FBI, le pasteur sombrant dans la parano la plus totale !).

Un Pasteur c’est quelqu’un qui croit, par définition : là il croit qu’il y a eu des « antifas »car sa déclaration date d’un sermon du 10 janvier suivant, et que chez les Trumpistes,u on a donné ordre de les en accuser à outrance (ce qui a fait un flop dans les médias !). Mais pourquoi diantre avoir donc mis en ligne une photo aussi idiote d’un poste de TV 4 jours après ? Ou plutôt, pourquoi aurait-il pensé ce jour-là à faire cette photo, et à ce moment là ??? Qui nous dit que c’est bien le même jour (on ne distingue rien sur l’écran) ?? Notre bon pasteur avait-il quelque chose à se reprocher ??? Quelle explication oiseuse et ridicule !!! Notre pasteur tentait alors de marcher sur l’eau, et au-dessus les flots de critiques, mais il n’était visiblement pas le Christ !!

Ce bon pasteur Ferrel, avant de sombrer dans la religion était, il faut le préciser avait l’habitude de l’eau c’était un militaire, un marin, sur le porte-avion Sarratoga, bâtimcent qui a one fait de gloire d’avoir résolu l’incident de l’Achille Lauro avec ses Navy Seals ou a eu affaire à Kadhafi, nous rappelle sa biographie. Mais ce qu’il en a retenu lui de sa carrière c’est que 100 marins ont été baptisés dans lle Jourdain lors de sa tournée au Proche-Orient : déjà l’habitude chez lui de ne pas regarder du bon côté ? Il est ici à gauche devant un Crusader doté de missiles  Sidwinder avec son ancien commandant, Jerry Unruh, qu’il continue à admirer. En tout cas des missiles de tweets envoyés par ses détracteurs semblent l’avoir touché. Le 8 février, après 16 années passées à Decatur, où il avait été catapulté, on suppose (ah ah), il annonçait à la surprise générale son envol pour Gwinnett County… après avoir reçu donc tout un flot de sévères critiques de ses propres ouailles. En entreprise, il est vrai, nombre de participants à la manifestation ont été virés, via des pressions extérieures. Et comme là-bas la religion est aussi un commerce (que le pasteur doit faire vivre par une demande perpétuelle de dons), il en est un peu de même, aussi a-t-il décidé de partir…  en réalité poussé à la porte de son église par ses propres fidèles  !!  Le client est roi aux USA, ne l’oublions pas  !!!

Qui va au Capitole perd son étole

Un autre cas du même tonneau ou presque est apparu, très bien raconté ici par Ministry Watch :  « Tyler Ethridge était un joueur de football vedette pour les Coyotes of Richland Springs High School dans le centre du Texas, où ses 10 000 yards de passes au cours de la saison 2008 ont établi un record qui tient toujours pour des équipes de six hommes. En 2017, il devient diplômé de la Practical Government School du Charis Bible College d’Andrew Wommack dans les montagnes à l’ouest de Colorado Springs, et décroche un poste de pasteur pour les jeunes à l’église Christ-Centered de Tampa, une congrégation à Douvres, en Floride, dirigée par un ancien élève de Charis. » Ce n’est pas le premier ancien sportif à se retrouver au Capitole, comme on l’a vu. Les pasteurs existent pour étayer la foi des fidèles et leur éviter de croire à n’importe quoi. Lui aussi a cru, pourtant à une élection volée: mal lui en a pris comme on va le voir. Le 6 janvier, il est sur place et se ballade à l’extérieur (ici à gauche, au milieu de gens casqués) puis à l’intérieur de l’édifice en se filmant en selfie et en commentant ce qu’il voit. Pas de miracle à l’horizon, Trump n’est pas remis en place… mais lui va l’être bientôt par ses supérieurs  : « Le 6 janvier 2021, Tyler a assisté au rassemblement Stop the Steal près du Capitole, avec d’autres pasteurs évangéliques soutenant Trump. Il a suivi la foule et est entré illégalement dans le Capitole, se filmant au milieu de la violence, de la destruction et du chaos et publiant la vidéo sur Parler « Juste pour que vous le sachiez, je ne suis pas impliqué dans cela », dit-il dans la vidéo qu’il a tournée depuis l’intérieur du Capitole. « Je ne fais qu’observer… Je ne veux pas dire que ce que nous faisons est bien. Mais si l’élection est volée, qu’est-ce que cela va prendre ? «  Le doute subsiste, sa foi vacille un peu de voir Trump réinstallé comme on lui avait promis. Et puis soudain une lueur (pas venue du ciel) : il se rend compte de ce qu’il vient de faire… « Il a poursuivi en disant: « Je vais probablement perdre mon travail de pasteur après cela. » écrit le magazine. Et là c’était bien une illumination prophètique chez lui : à peine rentré en Floride, le conseil d’administration de son église du Christ-Centered de Tampa, à Dover, l’a débarqué sur le champ (enfin le temps de se réunir, à savoir le 19 janvier qui suit) !!

Et ils ont eu raison, ma foi (sans jeu de mots), car manifestement, il leur a menti, lui aussi : on trouve des clichés de lui comme étant un des premiers à renverser les grilles côté Ouest, environné de Proud Boys ou de gens pas très recommandables (cf le cliché ci-dessus). Au même endroit, on le distingue parfaitement à nouveau, quelques minutes auparavant,  venant d’arriver et attendant les autres, alors que les barrières n’étaient pas renversées et les policiers encore en bas de leur escalier (au contact des grilles donc).

S’il n’affronte pas directement il est vrai  les policiers, il aide bien en revanche à se débarrasser des grilles et franchir le périmètre interdit (le panneau d’interdiction est très visible). En tout cas, peu de temps après, il  à déjà rejoint les lancers de grenade en bas de l’aile Ouest (retenez l’allure du gars devant lui avec une chemise à carreaux et un mégaphone, on va en reparler plus loin… celui-là n’à rien à voir avec la religion… ). Plus tard, Tyler Ethridge diffusera des photos de l’intérieur de tunnels du Capitole ou même de sa visite de la Rotonde envahie par les gaz lacrymogènes  (ici à gauche et ci-dessous, cette photo,-là pas de son fait  bien sûr t !). Scellant ainsi sans le savoir sa rupture morale de contrat avec son employeur et sa perte d’emploi à la clé !

 

Rien vu du tout !

Les mêmes critiques sont parvenues à des gens de la Higher Ground Baptist Church de Kingsport et leur leader, Ronnie Owens (ci-contre à droite, il paraît bien benêt  en faisant un signe de main : en langage religieux on dit « bienheureux »). Remarquez celui-là ne nous fait pas les cornes du diable avec les doigts, c’est déjà ça ! C’est le pasteur de Higher Ground. A l’entendre, il n’y aurait « pas eu de violence sur place » et lui déclare n’avoir vu sur place seulement que «  des yeux rouges »… autour de lui. Il ne s’est même pas aperçu qu’il s’était fait tirer le portrait dans une zone interdite, cet imbécile (Dieu  n’est donc pas doté d’ un GPS)  ! Ou bien que derrière lui était en train de grimper sur le mur de ceinture, Jeremiah Caplinger,(cf à droite) un gars venu comme lui du Michigan, comme également Anthony Puma ou encore Steven Thurlow, un membre des « Boogaloo Boys » (ici à gauche)  !! Un ancien militaire resté de juillet 1988 à octobre 1991 dans le 18 th Infantry Regiment, 3rd Brigade, 101 st Airborne Division, fier d’exhiber chez lui à Noël son fusil automatique son masque respiratoire et son tout nouveau (« SAPI »cf ici à gauche) : « SAPI  fait référence à un insert de protection pour armes légères et qu’une plaque « SAPI » de niveau IV est une plaque de protection balistique de haut niveau conçue pour résister à un coup direct d’une balle perforante à haute vitesse initiale » note avec surprise l’inspecteur venu l’arrêter ! Pourquoi tester cet équipement autour de Noël, sinon pour l’utiliser 10 jours plus tard ? Qui l’a prévenu que ce serait utile ce jour-là ? Son dossier lisible ici contient toutes ses idioties, comme celles de s’être installé dans le fauteuil du bureau du député, des images mises en ligne par vantardise sur le compte Facebook au nom de Stephanie Danielle Thurlow, dont une devant la sculpture décriée de  Thomas Jonathan Jackson, Robert Lee, et de Jefferson Davis. sur la Stone Mountain, en Georgie. Un lieu de prédilection et de pèlerinage pour le KKK !!! S’il n’avait pas enfilé son masque à gaz, il s’était en tout cas équipé d’une lampe pectorale, fixée  sur son fameux  « SAPI ». 

Caplinger, lui, se faisant pincer bêtement en raison de sa garde robe, pas assez fournie chez lui (un comble, être bêtement repéré pour ne pas avoir changé de veste !). C’était en fait strictement la même, de veste, en effet, qu’il portait lors de l’envahissement du Capitole de Lansing (comme quoi c’était bien une répétition !),  exhortant alors ses concitoyens à le rejoindre, et renforçant ainsi l’idée que le Michigan avait servi de laboratoire d’essai au 6 janvier à Washington !! Tout ça juste derrière son dos à nôtre si candide pasteur, et il n’avait rien vu ??? Au pays de Trump, les aveugles sont décidément rois !!!  C’est comment, au fait l’adjectif associé le plus souvent  à la croyance ? Ah oui, aveugle

Celui-là on l’avait laissé passer le portique de détection de métaux installés à l’entrée au Sud de L’Ellipse, mais sans visibelement lui confisquer son support de drapeau, en fait un gros bâton… Etrange oubli des services secrets surveillants cette même entrée… à moins qu’ils n’aient jamais vu une hampe de drapeau US, ce qui serait étonnant vu leur fonction !

Un aveuglement partagé par les  scandaleux « Trumpazees »

Remarquez, il n’est pas le seul à porter des œilllères, ce bon pasteur qui n’a pas regardé plus loin que le bout de son nez.   Emportés dans leur admiration sans bornes de Donald, ou par la crainte de perdre leur siège en abandonnant son soutien, trois élus au moins sont allés encore plus loin dans ce qui est un  négationnisme, pur et simple, car ça en est à ce stade de mensonge. Pour Ralph Norman, ici à gauche il n’est « pas sur que ce soit des trumpistes qui aient fait ça« … malgré le nombre de bonnets de casquettes de t-shirts ou de drapeaux observés : sidérant ! Andrew Clyde, républicain de Georgie va plus loin encore dans l’ignominie; car lors d’une déposition au Comité d’enquête de la Chambre, a en effet déclaré après coup que l’événement  ressemblait plus à une « visite touristique normale » (il faut oser dire ça !) qu’à « un attentat meurtrier » et que « le sol de la maison n’avait pas été violé et que les partisans de l’ancien président Donald Trump qui avaient pris d’assaut le Capitole se comportaient de manière ordonnée (…) permettez-moi d’être clair, il n’y a pas eu d’insurrection et l’appeler une insurrection à mon avis, est un mensonge audacieux. En regardant les images télévisées de ceux qui sont entrés dans le Capitole et qui ont traversé Statuary Hall, on a montré aux gens de manière ordonnée restant entre les chandeliers et les cordes de prendre des vidéos et des photos, vous le savez », a-t-il poursuivi ». Ou ça devient ubuesque chez ce fieffé menteur, c’est qu’il a lui-même été confronté directement aux émeutiers, comme en attestent les deux photos ici, et qu’il doit d’être sauf à la protection de son service d’ordre armé, jusque devant la porte bloquée par où voulaient entrer les émeutiers comme on peut le voir ici sur ces deux clichés saisissants ! Sa déclaration égale, voire supplante largement, celle du fameux porte-parole irakien Mohammed Saeed al-Sahaf (l’ex-ministre de l’infirmation) pendant la guerre surnommé « Baghdad Bob »… (ou « Comical Alii »). Si on l’écoutait alors, Saddam était en train de gagner la guerre, rappelez-vous !! Le trumpisme, c’est le mensonge répété et martelé comme méthode !!!  Avec ces deux preuves flagrantes, nous sommes bien dans le cas d’un négationnisme, il n’y a pas d’autre qualificatif possible !!! Le second a lui-même été directement confronté à la violence extrême nécessitant de sortir les pistolets de leurs fourreaux, et il affirme aujourd’hui que c’était un événement tranquille ??? Mais quel sombre individu !!! Ce gars-là n’a aucune honnêteté !!!

Et comme chez les trumpistes on fait toujours pire, c’est Paul Gosar, de l’Arizona, qui clôt le bal des débilités et arrive à retourner carrément l’événement en déclarant de façon absolument honteuse et scandaleuse  (mais sans regarder l’assemblée dans les yeux, en inclinant constamment la tête !) que ce sont les policiers qui  « ont harcelé  des patriotes pacifiques ». A s’en étrangler de honte !!! Là on n’est plus dans le négationnisme mais dans la réécriture de l’Histoire ! Chez ce dernier, il faudra chercher  une explication plus prosaïque à une telle apologie des émeutiers !!! A savoir d’avoir été mis dans le coup avec une poignée de collègues dont les noms sont aujourd’hui sur toutes les lèvres (au Colorado et en Georgie, si vous voyez qui je veux dire !) En prime, les trois étaient présents à l’intérieur du Capitole à ce moment là, avec des députés cachés sous les fauteuils et des assesseurs le pistolet derrière la porte : de quoi accueillir dignement des touristes en mal d’émotions ? Cecité absolue, encore une fois encore !!! En voilà des personnages parfaits pour faire les trois singes, mais pas de sagesse  !! Des « Trumpazees » ?

Le Michigan, ses sportifs retraités… emprisonnés et casseurs

Le Michigan de plus s’est trouvé un digne représentant de cette ambiguïté trumpienne en la personne d’un jeune homme vêtu d’un sweat-shirt à capuche « CAT » tenant l’officier de la police métropolitaine Michael Fanone, alors qu’il était traîné dans les escaliers à l’extérieur d’un tunnel du côté ouest du Capitole des États-Unis : l’homme en gris c’était lui en effet. Il s’appelle Logan Barnhart. C’est un grand sportif d’une quarantaine d’années plutôt poseur qui s’affiche en effet sur Instagram comme  » physique competitor« …  c’est devenu un bodybuilder, un  parfait poseur en fait, car il fait des concours de muscles (dits aussi de « fitness »(2).

Au Michigan, c’est une star, ce gars-là.  Ou plutôt c’était : inscrit au lycée Haslett il avait en effet mené l’équipe de football universitaire de l’école à la finale de l’État en 1999. Mais depuis le bodybulider irascible traînait derrière lui une vilaine casserole. Car au début de l’année il venait tout juste d’être accusé d’incitation à une émeute de taille lors des heurts survenus à East Lansing, qui avaient causé environ 145 000 dollars de dommages à la ville et au campus de l’Université d’État du Michigan, selon les archives du tate Journal. Selon la police, il avait lui-même aidé à renverser une voiture : s’exercer physiquement ça peut servir à tout, même à ça! N’étant pas vraiment sympathisanrt visiblement des Black Lives Matters, il aurait donc pu jouer le rôle ce jour-là « d’antifa » déguisé aurait-on pu penser : même pas, car l’émeute spontanée (celle-là), suivie de plusieurs incendies de voitures,  n’avait strictement rien de politique : elle faisait suite tout bonnement à la victoire en football US des Spartans, à 37-33  contre les Wolverines (avec une traès vieille rivalité à la base) !!! A East Lansing, il est vrai c‘est en quelque sorte une tradition de mettre à sac le quartier après chaque victoire marquante en sport, à fair pâlir l’étoile revendiquée dans le genre des supporters marseillais, ici en France !!!
A la place des gueuzes de fonte, une bagnole par exemple, pour maintenir la forme, voilà l’entraînement de notre sportif plutôt batailleur ! « Barnhart avait plaidé coupable de rassemblement illégal, un crime maximal de cinq ans, et avait été condamné à 45 jours de prison, 2 ans de probation et 100 heures de travaux d’intérêt général Il a également été condamné à payer 5 500 $ en dédommagement et en frais ».

L’ex star émeutière est donc  tout simplement un délinquant, qui est revenu exercer à Washington une de ses spécialités cachées  ! Longtemps recherché, il avait fini par être recnonnu par un cliché sans ses  lunettes détecté par les glaneurs de vidéos(ici à gauche) , reprise en annonce « connaissez-vos cette personne » mise en ligne par le FBI, pressé de demandes de partout (plus de 2000 dossiers à traiter !). Au final  en ce qui le concerner,n, l’exemple de sa condamnation done une idée de sa hauteur de vues, il paraît bien !!

 

La trahison d’un fils et le poids terrible du passé

Du Michigan et de Calumet, est aussi venu Karl Dresch, un simple poseur de parquets, piégé par ses photos et surtout ses nombreux posts violents sur le médias sociaux selon des documents de la Cour fédérale. Dans une ces commentaires au  lendemain de l’émeute, il avait  écrit : « Mike Pence a donné notre pays aux hordes communistes, traître, racaille comme les autres, nous vous suivrons à  la trace, donnez l’ordre et nous reviendrons encore plus forts, «  indique sa déposition  : soit l’idée de recommencer, comme si la démonstration du 6 janvier n’avait pas suffi !!!. Or celui-là, c’est justement le fils de Stephen Dresch, qui a été un élu républicain de Hancock, ancien membre de la House of Representatives entre 1990 et 1992, et qui est décédé en 2006. Mais aussi, avec lui, on est revenu sur les pires heures des USA, auxquelles son père avait participé mais dans « le bon sens » disons  : « en 2005, Stephen Dresch a informé le FBI et les membres du Congrès d’explosifs qui étaient cachés dans l’ancienne maison de Terry Nichols, un résident du Michigan reconnu coupable de complicité de Timothy McVeigh dans l’attentat à la bombe d’Oklahoma City en 1995. L’ancien législateur possédait une entreprise appelée Forensic Intelligence International et a obtenu l’information grâce à un travail d’interviews avec le gangster Gregory Scarpa Jr., qui était détenu dans la même prison que Nichols« . Le spectre de l’ennemi intérieur d’extrême droite, toujours vivace… et resurgi en force ce 6 janvier ! La dernière investigation de Karl Dresch portait sur la dissémination des enveloppes d’Anthrax à des dignitaires US, une énigme encire aujourd’hui… ilétait certes fantasque, imprévisible, certes mais le père de Karl Dresch « avait beaucoup aidé aidé le procureur du district de Brooklyn à inculper l’agent spécial du FBI Lindley DeVecchio pour avoir prétendument aidé une mafia de 1992 à Bensonhurst », comme on le rappelle ici. Il avait donc surtout évité un second massacre à Oklahoma City (là où tout avait commencé pour les milices) en 2005 en conduisant le FBI à une cache d’explosifs laissée par les auteurs de l’attentat, susceptible d’être utilisée pour un seconde attaque, en vue et crainte pour célébrer le dixième anniversaire de l’attentat !! Un secret avoué à un co-détenu par Terry Nichols, le second auteur de l’attentat emprisonné à vie. Touchant à des affaires sombres et à bien des mystères inavouables, il avait laissé un message à tout le monde, pourtant (mais pas entendu par son fils qui l’a donc trahi ce 6 janvier) : « je résiste à devenir un « théoricien du complot invétéré ».,

Le texte hallucinant (après coup) montrant la paranoïa présidentielle d’avant élection

Une complot pour cet élection ? Il  y en a un qui en était persuadé, comme à son habitude : c’est Donald le paranoïaque, persuadé (exactement comme en 2016, ce qui est assez surprenant) qu’il allait la perdre cette élection mais avant qu’elle ne se produise !! Ou plutôt, sa défaite programmée cette fois par les sondeurs, annoncée à l’avance, il avait pris les devants, sollicitant le plus de personnes (en commençant par ses proches, dont ses enfants !) pour répandre le fiel de la rumeur dans laquelle ils se complait davantage… car elle tourne toujours, elle.. à son seul avantage ! Et ce texte est basé sur l’exemple de Bob Cushman, un aviateur retraité (ici à droite en beau trumpiste de week-end):  « Bob Cushman s’est senti obligé de répondre à l’appel de Donald Trump à rejoindre les rangs des 50 000 observateurs du scrutin. « Ce sera l’élection la plus importante de ma vie. Cela dictera si nous continuons à être une république constitutionnelle ou si nous empruntons la mauvaise voie du socialisme », a déclaré le pilote à la retraite de 70 ans au Telegraph Son langage apocalyptique est symptomatique de la montée des tensions aux États-Unis, faisant craindre que le pays ne sombre dans le chaos le jour du scrutin et les semaines qui suivent ». On notera d’emblée que malgré cet énorme déploiement d’assesseurs républicains, fort peu de cas réels de tricherie ont été déclarés par cette meute de surveillants lâchés dans la nature ! L’ironie récemment découverte étant qu’effectivent un couple de l’Idaho, Adam Shumway, et sa femme Lindsey, a bien triché, en allant voter dans deux états différents. Mais ils sont… républicains et trumpistes  !! Et le couple devait connaître la loi, logiquement m : car en 2018, la même Lindsey avait même tentée d’être élue au  Washington House of Representatives mais avait perdu  avec 17.56% seulement des votes ! Comme profession, elle se présentait – encore une (!) – comme « coach de développement personnel » avec sa société Hello  Bliss …  (fondée en 2021) Dans l’Idaho toujours à De sMoines, c’était Terri Lynn Rote 56 ans, qui avait voté deux fois … pour Trump, mais  en 2016 ! Dans la zone des retraités fan de golfs karts de The Village, en Floride, ce sont trois pékins, Jay Ketcik, Joan Halstead e John Rider qui ont fait la même chose. On ne  peut voter deux fois bien sûr (‘est puni de 14 ans de prison !), mais on peut être légalement  inscrit à deux endroits ! En 2017, Trump, qui ne connaissait pas plus qu’en 2020 les lois de son pays s’était déjà trompé à ce sujet, rappelez-vous !  Manque de chance pour lui en 2016  son beau fils Jared Kushner, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, son conseiller Steve Bannon ou son porte parole Sean Spicer, étaient ainsi inscris dans deux Etats différents !

Avant même les résultats; Donald avait déjà crié en effet au vol (on l’a déjà dit ici-même, mais pour 2016 !): « dans une élection de plus en plus amère, M. Trump essaie de mettre des bottes sur le terrain pour empêcher les démocrates de « voler les élections ». Cela a été un thème constant lors de ses rassemblements au cours du dernier mois. « Regardez ces bulletins de vote. Regardez tous les vols, les vols et les vols qu’ils ont commis », a-t-il déclaré récemment en Caroline du Nord. Le président américain a intensifié ses allégations de fraude et son fils Donald Jr a lancé un appel pour que « chaque homme et femme valide » rejoigne une armée « pour l’opération de sécurité électorale de Trump ». Allié de longue date de Trump, Roger Stone, quant à lui, a demandé que les bulletins de vote au Nevada soient saisis par les maréchaux fédéraux ». En fait, historiquement, comme je l’ai rappelé ici  aussi, Stone est tristement célèbre pour ses tentatives d’obstruction ou d’intimidations de vote. En 2016 déjà son compère Alex Jones en avait fait des tonnes à l’antenne sur le thème… de l’élection volée  (avant la victoire de Donald !) !!

« Ce ne sont pas des hommes comme M. Cushman, qui s’est porté volontaire pour surveiller les scrutins par correspondance, qui inquiètent, mais des membres de groupes marginaux d’extrême droite qui sont également prêts à répondre à l’appel aux armes du président le jour des élections. Le vrai souci est qu’ils se présentent en grand nombre dans les bureaux de vote pour dissuader les gens – en particulier dans les zones noires – de voter. Des craintes ont été exprimées la semaine dernière lorsque la branche du Michigan des Proud Boys néo-nazis, à qui M. Trump a dit de « Rester en retrait et de se tenir debout », a republié le tweet du président « Il doit y avoir des élections équitables ».

« La situation est compliquée par le kaléidoscope des lois régissant les observateurs des élections à travers le pays. Dans plusieurs États, dont l’Arizona, l’Arkansas, la Floride, la Louisiane, le Mississippi et la Pennsylvanie, les observateurs du scrutin sont autorisés à défier les électeurs individuels lorsqu’ils arrivent pour voter. Les activités des contrôleurs républicains des sondages ont gagné en notoriété lorsque le comité national du parti a mis en place ce qu’il a décrit comme un groupe de travail national sur la sécurité des bulletins de vote dans le New Jersey en 1981. Il s’agissait en réalité d’une force d’autodéfense privée qui comprenait des agents de police et des agents de sécurité en congé. Portant des brassards et équipés de talkies-walkies, ils ont interpellé les électeurs noirs et latinos et en ont même refusé certains ». A gauche, c’est Bob Cushman en train d’haranguer au mégaphone la foule, présenté ici par l’extreme droite,  comme étant un « whistleblower » (un lanceur d’alerte)  » ayant vu une fraude… à laquelle il n’a pas assisté ! Notez le nom de la page You Tube : « Pure Social Network » !! Sous ce nom se dissimule une bande d’antisémites et d’islamophobes qui prônent la théorie inepte du « grand remplacement » ! Tel Michael J. Matt, le fils de Walter Matt du Remnant un  » Traditionalist Catholic newspaper » en réalité un torchon adepte des préceptes de Marcel Lefebvre !!! On peut -hélas-  les croiser en France, car ils organisent chaque année leur pèlerinage à Chartres (exemple à droite en 2017)  !!!  Ou plus insidieux  encore Charles Kacprowicz, le fondateur de « CITIZEN INITIATIVES », un juriste anti-avortement opposé à la Constitution actuelle ; encourt un séditieux en fait !

« L’affaire a été portée devant les tribunaux et en 1982, elle a été réglée avec le Comité national républicain, qui a nié les actes répréhensibles, en signant un « décret de consentement » dans lequel il promettait de s’abstenir « de s’engager dans des activités qui suppriment le vote, en particulier lorsqu’il s’agit d’électeurs minoritaires . » Ce décret a expiré en 2018, ce qui signifie que de telles restrictions ne seront pas en vigueur le mois prochain.  Une telle rhétorique a fait craindre que le parti soit prêt à revenir au manuel du début des années 1980. « Pour la première fois depuis 1982, le RNC n’est plus lié par un décret de consentement, et cela libère la possibilité pour les républicains et Trump de déployer un effort plus soutenu pour être aux urnes le jour des élections », a prévenu Rick Hasen, professeur de Droit à l’Université de Californie, Irvine ».

« Si la campagne Trump ne cible que les zones de vote minoritaires, cela sera considéré comme de l’intimidation, en particulier si cela est fait avec des personnes armneées ou de manière menaçante (comme ici Virginie). Si cela se produit, je m’attends à voir des groupes de droits de vote et des démocrates revenir devant les tribunaux. Il y a eu une première escarmouche juridique à Philadelphie le mois dernier lorsque des responsables de la campagne Trump se sont présentés dans des bureaux électoraux satellites et ont utilisé leurs téléphones portables pour surveiller les personnes qui se présentaient pour demander et remplir des bulletins de vote par correspondance. Ils ont reçu l’ordre de partir, à la grande fureur du président et de ses fils. Ils ont été expulsés. Ils n’ont pas été autorisés à regarder. Vous savez pourquoi ? Parce que de mauvaises choses arrivent à Philadelphie, de mauvaises choses », a déclaré le président américain lors de son débat avec Joe Biden Les démocrates voient leurs activités un peu différemment. « Je crains que le danger ne soit qu’il y ait des informations trompeuses selon lesquelles ces personnes sont des forces de l’ordre », a déclaré l’ancien membre du Congrès démocrate Barney Frank. »Mais cette fois, les démocrates sont prêts pour cela. »

« Les démocrates ont leur propre armée d’avocats prêts à agir. Estimant que le programme de surveillance du scrutin des républicains équivaut à de l’intimidation, le parti a déployé des « agents de protection des votes » dans 19 États. Les militants du parti ont également envoyé des conseils sur la façon dont ses électeurs devraient réagir s’ils sont empêchés par un « observateur du scrutin », notamment en prenant une photo sur leur téléphone portable, puis en appelant la division des droits civiques du FBI. Le coronavirus a changé le paysage politique cette année avec un nombre record d’Américains prêts à voter par correspondance – ce qui, selon le président américain, permettra à Joe Biden de « truquer »  l’élection ».

N’y avait-il pas déjà un problème, quand un parti se retrouve forcé à rameuter ses militants pour devoir empêcher les gens en armes de dissuader de se rendre aux urnes des citoyens ? On en était pourtant bien là à la veille du 3 novembre 2020… Demain, nous irons croiser, toujours au Michigan, une autre militante trumpienne bien azimutée mais qui risque fort de se retrouver élue républicaine, un avocat véreux sur lequel Donald compte énormément pour garder er entretenir l’idée d’une fraude informatique, pour retomber sur un premier aveu de liaison directe entre Trump et les émeutiers. Celui, fortuit et étonnant, au petit matin du 6 janvier,  d’un pasteur !!! Et nous découvrirons par la même ce dont on se doutait ici depuis février dernier : le QG principal de l’opération se situait bien au Willard Hotel, preuves photographiques à l’appui !!

 

(1) Psaume, Matthieu 15 :
« Laissez-les: ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse ».

(2) une autre représentante de la tendance consistant à faire du sport partout étant la députée (de Georgie !) Marjorie Greene, qui s’est vantée de faire sa gym, de façon contrainte, type Crossfit sur la moquette de son hôtel (ici à droite)  » en raison de la fermeture des salles de gym décrétée par les démocrates » (ce qui était faux, bien sûr, les salles étaient toujours ouvertes  !).  Non était alors le 14 novembre 2020, et elle était déjà à Washington en réalité, où elle avait ses habitudes de séjour ! Comme on avait parlé alors de moquette, vous pensez-bien que son cas m’a doublement intéressé : résultat dans quelques épisodes ici : je ne pouvais pas en effet rater l’occasion de la localiser et c’est chose faite, je vous rassure (et c’est plein d’enseignements, vous vous en doutez !) !!! On notera que l’Assemblée lui a imposé 48 000 dollars d’amende pour sa longue série d’infractions au port du masque. Et cette abrutie (désolée mais je ne peux respecter une personne qui ne respecte pas les autres) quand elle en porte un, c’est aussi celui-là, celui ici  à droite, par exemple (je ne comprends pas qu’elle ne soit sanctionnée dans ce cas pour outrage à la fonction présidnetielle): : avec Boebert, ce sont les deux hontes vivantes de la démocratie US, qui tous les jours sous prouvent qu’elles ne sont pas dignes de représenter leurs concitoyens….

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (26)

Dans l’épisode précédent, je vous ai proposé de commencer à étudier le cas de l’une ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *