Accueil / T H E M E S / PENSÉE POLITIQUE / Démocratie / Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (11)

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (11)

Le Colorado et son cirque montré au grand jour, on s’aperçoit hélas que ce dernier à essaimé au Michigan, terre d’accueil de dangereuses milices comme on le sait avec l’invasion de son capitole par des gens en armes, ou la tentative ratée d’enlèvement de la gouverneure, action sidérante racontée ici (1) dont je craignais qu’elle ne fasse des petits. Ça a été fait, d’une certaine manière et avec une plus grande ampleur à Washington ce 6 janvier. On y retrouve les mêmes ingrédients, dont l’entretien de la rumeur d’un élection volée bâtie un soir sur un forum de QAnon; et à laquelle Trump s’attache depuis, alors qu’elle n’est bâtie que sur du vent. Et en invité dans cet épisode un candidat gouverneur très représentatif de la folie trumpienne, puisqu’il a participé directement à l’assaut de Washington !!! 

Un jour sans fin au Michigan 

On trouve donc de tout, au Michigan, et surtout une implémentation religieuse forte (et donc aussi obligatoirement du Joe Oltmann !!). Et d’autres phénomènes, dont celui qui va suivre. La science ça mène à tout, y compris à Dieu et au refus de démocratie (aux USA en tout cas !). C’est aussi un peu un jour sans fin, là-bas, sans marmotte printanière mais avec de drôles de bestioles… cette fois donc ayant creusé leur trou au Michigan (?)

Suivez bien ce qui va suivre, c’est l’archétype même des années Trump. Six mois plus tard, en effet, l’un des principaux acteurs de la mise en place du mensonge érigé en vérité réapparait dans le Michigan terre d’accueil des milices armées comme on l’a déjà dit (mais ils vaut mieux le répéter, tant là-bas elles sont omniprésentes, dans la vie publique). Le 21 juin 2021, scène incroyable à Howell (Michigan) dans le parc Brighton Recreation Area pour ce qui est au départ le lancement d’une campagne électorale pour 2022. On est venu de loin (nous allons voir bientôt qui !) pour soutenir Patrick Colbeck, qu’il nous faut présenter aussi (désolé il faut mettre en place le décor du film avant de retrouver notre fil de récit – ce sera dans le prochain épisode en fait !).  Comme première ou plutôt seconde image de l’homme, celle à droite pour se faire une idée de ses récents meetings : affiliation claire à la théorie de l’élection volée et comme gros bras de sécurité à proximité… un des miliciens des  III Percenters !!

Celui là, c’est un ancien ingénieur aérospatial qui a également travaillé en France dans le Life Sciences Department de l’International Space University…. (qui est installé à Strasbourg !); l’homme devenu  sénateur républicain (de 2011 à 2019) est l’auteur du livre « Wrestling Gators: An Outsiders Guide to Draining the Swamp » qui annonce assez  la couleur il semble bien. TheSwamp, le marais, censé décrire les élus, figure chère aux trumpistes et aux QAnonistes comme on le sait. Il vient de démissionner du poste de directeur  du MI Armed Forces Hospitality Center (ou MI Freedom Center)  dont il s’occupait pour retenter sa chance aux élections de 2022. Un scientifique atteint par la religion, c’est plus rare que les alligators !!!

Le 6 janvier 2021,  il avait manifesté à Lansing, sans qu’il y ait des heurts, ce qui était plutôt à saluer, et avait effectué une prière en meeting en demandant à Dieu de « laisser bientôt la lumière de votre vérité se répandre ici sur tout ce qui se passe ». Un meeting vite transformé en manifestation hallucinante contre l’élection de Biden (et le maintien en place  subéquent de Trump !), un événement à vrai dire ahurissant, où l’on avait vu des gens porter des pancartes « Trump a gagné », puis s’agenouiller et prier, mais aussi des miliciens venus en armes escalader les marches du Capitole local, une spécialité régionale là-bas, rappelez-vous (le célèbre leader po-armes le pllus connu, Robinson  était présent, il en avait profité pour dire que les miliciens qui avaient tenté de l’enlever étaient « innocents », ça promet pour le procès à venir !). Ou encore cette scène toute aussi sidérante dans laquelle une immense  croix avait été érigé sur le parvis du Capitole, poussée par des militants mais aussi par les gros bras des Proud Boys, en une sorte de résumé flagrant de l’emprise des idées d’Oltmann sur le Michigan, désormais largement contaminé voire gangréné, comme l’est le Colorado. A droite ici-dessus, ce sont les trois responsables du meeting en prière avant de monter sur scène pour faire leur show. Les briseurs de bannières d’églises du 12 décembre (Enrique Tarrio le leader des Pros Bas a été banni de Washington le 6 janvier pour avoir incendié les manières de l’église supportant les Black Lives Matter, car il avait revendiqué en prime le geste  !) érigeant une croix c’est surprenant et inqualifiable : quel retournement de casaque (noire et jaune) !!! Quel spectacle surréaliste !!! Trump a amené ce genre de chose durant sa présidence : l’expression d’évènements inattendus ! Comme s’il avait ouvert les vannes au n’importe quoi journalier !!! En parlant de show, Colbeck fait le sien à Lansing en détournant le long plateau déjà aperçu il y a plusieurs mois aux USA, et portant le nom de Donal Trump. De là à dire que Colbeck est à la remorque de Trump, il n’y a qu’un pas qu’on franchira aisément :

Quand la charrette baladeuse croise l’un des quatre leaders des Proud Boys et un pasteur fréquentant des bars douteux

Chose à connaître, la fameuse remorque, fruit de l’initiative locale d’un particulier du Michigan, Rob Cortis, de Livonia, et surnommée “Unity Bridge », du nom de son magasin d’origine (vendeur de souvenirs Trump), créée avec le soutien politique du jeune trumpien du coin Brandon Michael Hall, elle a sillonné une grande partie du pays. (47 états !!).  Elle a été beaucoup promenée, puisque sur ce cliché on la voit déposée sur St. N.W. Washington, filmée (ici à gauche) du haut de l’étage d’un hôtel connu, en face du magasin Nordstrom Rack, celui possédant au rez de chaussée un bar encore plus connu : le Harry’s. Le propriétaire de la charrette avait très certainement loué une chambre ce jour-là au Harrington, caer c’est celui-là dont on parle.

Et la suite est plutôt dérangeante. Celui qui avait posté l’image le 5 juillet 2020 en effet signait alors « Hunter Donohoe” : il s’agissait en fait de Charles Donohue, car l’hôtel cité, le plus ancien, de la ville, l’hôtel Harrington, était aussi celui attitré des Proud Boys  !!! Un « Hunter », dirigeant les Proud Boys de Caroline du Nord,  ancien Marines (comme Zach Rehl, vétéran lui aussi) toujours fier de montrer son amitié avec la Police, parmi les vétérans… En bas, le fameux bar entretenant aussi de bonnes relations avec cette même police comme l’avait montré la vidéo tournée en pleine crise du Covid dans le bar où personne ne portait de masque… sans aucune remarque des policiers présents… un vidéo vite devenue virale et exploitée par Donald Trump en personne qui n’avait pas raté l’occasion de montrer que la police et « ses » Proud Boys vivaient en bonne entente ! Son « informateur » du moment s’appelant David Harris Jr, ce « bon » pasteur visiblement porté sur l’alcool (e l’absence de port du masque !). « Plusieurs règles potentielles de réouverture de l’arrêté du maire de la phase 2 semblent être enfreintes dans la vidéo, y compris les mandats selon lesquels «tous les invités doivent être assis» et «aucune station debout dans les bars n’est autorisée». Les règles stipulent également que les invités doivent porter des masques faciaux ou des couvertures à l’intérieur en tout temps, sauf lorsqu’ils mangent ou boivent ». Donohue, alias « YutYut Cowabunga » sur Twitter, avait décrit en 2019 son obsession : « nous devons arrêter de combattre Antifa dans les rues où se trouvent les flics et commencer à les combattre dans les bars et les ruelles », a écrit Donohoe en 2019. « Nous devons les piétiner. Nous devons ruiner leur vie physiquement comme ils ont ruiné la nôtre financièrement avec le doxxing. Nous devons accumuler leurs factures d’hôpital. devons utiliser des tactiques d’opérations spéciales et que la foudre les frappe. » Il s’adressait alors à un sympathisant appelé Colin Cole qui était policier en réalité, qui l’avaitpris par l’épaule en bon frère d’armes vétéran, celui-la même dépêché pour surveiller la manifestation à venir (la Mega March à l’époque). Le 17 mars 2021, Donohoe a pourtant été arrêté à Kernersville pour sa participation à l’insurrection du 6 janvier, et ses multiples vantardises sur le net qui ont suivi l’événement, mais surtout en tant que… leader du groupe, avec Biggs, Rehl et Nordean ! Le soi-disant copain des policiers est l’un des dirigeants du groupe qui leur a foncé dedans le 6 janvier !

Lors des 5 et 6 janvier, l’hôtel Harrington, plus prévoyant que de coutume, avait décidé d’être fermé obligeant les Proud Boys a aller crêcher ailleurs. La charrette a donc été amenée ce 5 janvier cette fois à proximité de Freedom Plaza et a même servi le soir de support à une sono débitant les morceaux favoris des meetings de Trump, comme celui de Village People (ici à gauche).
Comme déco dessus, il y a ses pancartes stipulant « All Lives Matter« , « American Culture », « Drain the swamp« , « Hire American », et « Secure America’s borders » !!! L’engin avait été déposé à l’angle de la 11th ST NW et de Pennsylvania Avenue, disposé de façon à être visible… du Trump Hôtel situé à quelques dizaines de mètres plus loin !! Le 6 novembre 2020, le même véhicule avait été immobilisé  par la police de Detroit pour défaut de plaque d’immatriculation (image de l’arrestation de Cortis ici à gauche), alors qu’il circulait autour du  TCF Center, où l’on dépouillait toujours les bulletins de vote, et le 22 septembre 2021 il a été pris dans un carambolage de 3 voitures nous a apris Wikipédia ! J’en avais déjà parlé ici-même en octobre 2020. Durant la journée du 7 qui a suivi l’envahissement, la remorque a tourné autour de Capitol Hill, diffusant un message par haut-parleurs comme quoi les émeutiers « n’avaient non brûlé ni volé »  la veille… l’œuvre de propagande et de mensonges de Rob Coris n’ayant visiblement pas de fin !

Oltmann (encore lui) derrière la candidature de Colbeck

Derrière tout cela, tout ce cirque, c’est encore une fois l’Election Integrity Fund d’Oltmann qui se dissimule derrière le candidat Colbeck (il se revendique en effet de ce mouvement), un Oltmann qui continue donc à distance sa croisade teintée de religion … sur cette prétendue fraude électorale qui n’a pas existé et que personne n’a réussi à démontrer à ce jour. Le Michigan s’enfonce avec lui dans ses démons, ceux qui ont conduit à tentative d’enlèvement de la gouverneure par des fêlés qui s’étaient montés le chou (leur procès va arriver bientôt), des gens qui avaient résolu de s’en prendre de façon armée à la représentante de la démocratie sur place, comme ceux… du Capitole de Washington. J’ai toujours dit ici que cet acte était gravissime  : les événements du 6 janvier, qui suivent la même démarche (mettre fin à un fonctionnement démocratique par la force) me donnent raison ! Eux aussi s’étaient entraînés militairement; eux aussi avaient emmené avec eux des liens de nylon pour faire des prisonniers !! Selon Jeffrey Swartz, qui enseigne le droit criminel à la Western Michigan University’s Thomas M. Cooley Law School c’est très clair : « Pouvons-nous dire « répétition générale ? Ces choses ne se produisent pas dans le vide », a-t-il déclaré, notant le lien avec un mouvement antigouvernemental plus large qui est devenu très visible récemment dans le Michigan et dans d’autres États. Comme pour  son collègue Jonathan Hanson ancien assistant législatif  : « Voir que vous pouviez entrer dans le Capitole dans le Michigan leur a probablement donné des idées et ces gens sont allés à D.C. avec l’intention de pouvoir faire la même chose », a-t-il déclaré. Même son de cloche chez la gouverneure que certains envisageaient de juger sommairement et d’exécuter…  Des phrases entendues le 6 janvier visant Mike Pence après son refus de se plier à la mascarade établie par le clan Trump. Les manifestants du Michigan ayant apporté des armes en plus du même matériel aperçu au Capitole à Washington (cf ici à droite, à savoir drapeaux et hampes, bâtons, pancartes, sac à os militaires et… indispensables mégaphones : ne manquent à l’appel que des talkie-walkies : il n’y avait pas il est vrai à Lansing plusieurs groupes à coordonner, les Proud Boys faisant d’emblée cause commune avec les milices des III Percenters !). C’était bien une simple répétition ! Si d’autres Etats si mettaient aussi, à ce plan machiavéflique, l’aboutissementinal ne pouvait que se terminer… à Washington, avec un envahissement programmé, donc, du Capitole fédéral  !

Un Trump qui avait applaudi cette intrusion dans un tweet aujourd’hui prémonitoire… car il les avait salués comme étant « des gens très biens » !!! Un tweet  qui avait révolté la gouverneure, qui songe depuis elle aussi à une redite dans la capitale. « C‘est un spectacle très familier, je veux dire, « , a déclaré Whitmer à MSNBC jeudi. « Quiconque y prêtait attention a vu cette pièce se dérouler dans le Michigan il y a huit ou neuf mois. » « Des mois plus tard, les mêmes personnes qui ont pris d’assaut notre capitale avec des armes d’épaule et des fusils automatiques avaient pour but d’intimider les législateurs – ce qui s’est passé la nuit dernière dans la capitale de notre pays – certaines de ces personnes ont été impliquées dans le complot visant à me kidnapper et à me tuer », dit Whitmer. »

Un parti républicain gangréné

A Washington c’est allé encore plus loin avec des gens qui se présentent à la députation au au Michingan en ayant envahi le Capitole ne présentent aucun remords, tels Ryan Kelley (on va en reparler), Jason Howland (ici à droite il nous vante sa petite entreprise de faiseur rapide d’argent !), Audra Johnson, Jon Rocha et Angela Rigas, candidate, elle, à la State House (ci dessus les quatre derniers pris la main dans le sac le 6 janvier photo extraite d’ici). Embarqués dans la folie trumpienne, le GOP a du mal à calmer ses troupes, à l’évidence : « les candidats sont une contradiction ambulante », a déclaré Jeff Timmer, ancien directeur exécutif du Michigan Republican Party, qui fait partie d’un groupe national exhortant le GOP à rompre les liens avec Trump », qui résumait parfaitement la contradiction déjà perçue dans le Colorado dans notre épisode précédent : « votre vote compte, mais cela n’a pas vraiment d’importance car il sera de toute façon frauduleux et truqué » n’est pas un message intellectuellement cohérent. » Et pourtant, c’est celui qui va mener au saccage (au marteau comme on l’a vu) du bâtiment fédéral !!

Ah, leur demander de l’intelligence, c’est peut-être trop pour des fans de Trump… intellectuellement absent pendant quatre ans : « dans l’ensemble, les candidats font campagne sur des thèmes similaires pour protéger la liberté et restaurer « l’intégrité électorale » ajoute le commentateur.  En septembre 2019, lors d’une autre manifestation, on était tombé sur ce cliché qui résumait assez bien la situation à Lansing : un jeune élu républicain (il n’a que 29 ans), Beau LaFave, amputé d’une jambe,  debout sur les marches du Capitole local, porteur d’un fusil automatique plutôt rare, un Noveske ‘Space Invader » (à 2550 dollars) !!! … en décembre, il s’était plaint de la volonté des démocrates de restreindre l’usage des armes… et il ose se présenter comme secrétaire de l’Etat en 2022 !! « Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait que l’élection avait été volée à Trump, Fave a répondu lundi : « L’élection a été volée à travers quatre ans de fausses nouvelles, de propagande, de gros titres et de sensationnalisme, ainsi que par le canular Trump-Russie ». Les quatre années de fausses nouvelles étant plutôt côté Trump et ses Tweets mensongers, comme beaucoup s’accordent à dire (lire ici toute la série « Le petit monde de Donald »)... Mais chez les trumpistes les inversions de valeurs et de faits sont chose commune. Un président fou à lier leur à inoculés le même virus : celui de l’imbécillité comme moyen de gouverner.

Et encore une Qanoniste qui soutient ne pas l’être

Manque de chance pour lui, Trump a trouvé dans le Michigan plus crétin que lui à soutenir : Kristina Karamo. Il l’a trouvée plus à son goût celle-là car «  elle est « forte en matière de criminalité, y compris le crime massif de fraude électorale ». A ça, c’est vrai ; elle s’était bien vite répandue sur Fox News et chez son pote Sean Hannity sur le sujet de la prétendue fraude électorale, à propos du prétendu lanceur d’alerte Jesse Morgan, qui travaillait pour l’U.S. Postal Service (USPS), au centre de Bethpage, sur Long Island, un témoignage qui se révélera être un fake grotesque ! C’est lui aussi portant qui était cité comme source sûre dans le document de 28 pages lu par Giuliani, soutenu par Daryl Metcalfe et rédigé par cette folle de Terpsichore Maras-Lindema, une complète affabulatrice (nous nous occuperons plus loin de son cas) !! Auparavant, son informateur Morgan s’était fait connaître chez l’Amistad Project de la Thomas More Society, un site religieux opposé à l’avortement… mais pas que : « et c’est ainsi que Morgan, un chauffeur de camion de York, en Pennsylvanie, avec, selon les archives judiciaires, une longue histoire de toxicomanie, de problèmes de santé mentale et d’allégations de violence domestique, est devenu le visage d’allégations de fraude électorale dans les tentatives républicaines de annuler les résultats des élections en Pennsylvanie » note en résumé USA Today. La forte en criminalité avait fait du témoignage d’un délinquant une valeur certifiée ! Question certification,  elle s’est aussi rendue en Arizona pour admirer le fiasco du recomptage (ici à droite). En sortant et dire que c’était ça qu’il faudrait faire partout dans le pays !! Affolant de bêtise crasse !

Une disciple de Von Spakowsky !

En fait c’est son seul critère de soutien, à Trump, et chez elle ça a pris une certaine dimension, disons, car elle a assisté au dépouillement à Detroit, y a décrit « ses doutes »  et a tenté devant le comité de surveillance du Sénat de l’État le 1er décembre de faire signer une résolution ordonnant au seul GOP pouvoir de certifier les résultats des élections !! Quand elle ne relaye pas du Candace Owens, déjà vue ici comme extrémiste sans trop de cervelle,  elle reprend mot pour mot les fake-news du site d’extrême droite « Just The News », comme celui des morts qui votent, un hoax entretenu par la Public Interest Legal Foundation dont le patron s’appelle J. Chistian Adams, assisté de Ken Blackwell, qui s’y connaît en tricherie électotrale, celui-là (lire ici ses exploits assez ahurissants à l’époque où, effectivement les machines centralisatrices de résultat étaient branchées sur le réseau ce qui n’est plus le cas depuis )… mais aussi, vous ne rêvez pas… du bon « docteur » John C. Eastmann tout droit sorti du bureau de Giuliani au Willard  sans oublier le roi de la triche, Hans Von Spakosky  «  un véritable obsédé de la réforme électorale » (lire ici) ! Toujours le même lot de désinformateurs comme source ! On lui a trouvé facilement deux copains en photo, à Karamo : Michael Flynn et Mark Finchem, comme on trouve facilement son nom à une convention QAnon. Celle de Las Vegas, organisée par Matt Couch : on prend les mêmes, et on recommence (c’est fou ce qu’on retombe sur les mêmes noms, invariablement, dans ce dossier): c’est vraiment un jour sans fin ce dossier ! Pour sa défense, elle avait osé et fait dire que « « Kristina ne peut pas contrôler qui sera à la conférence et (si) certains parmi les centaines qui seront là croient en QAnon, qu’il en soit ainsi, mais on ne le saura probablement jamais car ce n’est pas le sujet de la conférence. Pour la presse continuer à dire le contraire est simplement une tentative de salir une bonne personne par la culpabilité par association. » Euh ??? On l’accuse plutôt là d’être d’une bêtise insondable en participant à un meeting dont elle ne connait même pas le thème principal !!!

Sur place, elle s’est déclarée sans aucune surprise membre de l’Election Integrity de Joe Altman, un autre nom revenu constamment dans cette enquête, avec quatre autres candidats pour 2022 pour le poste de secrétaire d’État : Rachel Hamm (Californie), Jim Marchant (Nevada), soutenu par Andy Biggs et Paul Gosar, tous les deux très impliqués dans la tentative du 6 janvier, Mark Finchem en Arizona (idem, – encore lui !) et le représentant de Georgie Jody Hice (d’Athens, celui qui souhaite qu’on se balade partout armé et qui pose ici à drite en train de tirer avec un énorme calibre – un Barrett de 0.50, soit 12,7 mm)  !!!). Les bailleurs de fonds, sans surprise, étant le PDG de MyPillow, Mike Lindell, et l’ancien PDG d’Overstock, Patrick Byrne. Un groupe auquel vient s’affilier… Doug Mastriano, « qui envisage une candidature au poste de gouverneur en Pennsylvanie »… ne manquait plus que lui !! Décidément, ce sont toujours les mêmes individus qui sont cités !!!

Le coup d’Etat avait bien été prophétisé, mais pas par des religieux ! 

Dans Politico, le 1er novembre 2020, à la veille de se rendre aux urnes, on avait craint un « jour d’apocalypse » avec celui de l’élection, avec les milices comme les Oath Keepers prêts à en découdre. Finalement ça s’est produit quelques semaines plus tard. Ils s’étaient déjà rodés : ci-dessous le groupe des Oath Keepers de Stewart Rhodes en démonstration de forcent novembre à Washington, descendant (déjà !) Pennsylvania Avenue. Derrière le leader, les mêmes que ceux croisés le 6 janvier, dont la bien reconnaissable Jessica Watkins; en jean bleu derrière son mentor :

« Certains groupes – comme les Oath Keepers, qui recrutent des vétérans de la police et de l’armée, et Patriot Front, (2) qui recrute et forme des extrémistes suprémacistes blancs – ont été francs, disant à leurs partisans les plus fidèles de se préparer à la guerre contre les gauchistes violents et émeutiers ce jour-là. Lors d’une apparition jeudi avec Alex Jones d’Infowars, un théoricien du complot, le chef de la milice Oath Keepers, Stewart Rhodes, a déclaré que les « vétérans endurcis au combat » du groupe veilleraient dans les bureaux de vote pour « protéger » les électeurs des « contraintes et menaces » anti-Trump les forces. Beaucoup de ces groupes militants – qui épousent souvent des idéologies anti-gouvernementales, suprémacistes blanches et pro-Trump – sont déconnectés et diffus, sans grandes bases de membres dévoués. Mais les chercheurs et les responsables gouvernementaux affirment qu’ils représentent toujours une menace aiguë. Un récent rapport du Center for Strategic and International Studies a révélé que les extrémistes d’extrême droite étaient à l’origine des deux tiers des complots et des attaques terroristes signalés aux États-Unis cette année. Et une récente évaluation de la menace du Département de la sécurité intérieure a averti que les extrémistes suprémacistes blancs sont la « menace la plus persistante et la plus meurtrière dans la patrie ». Un autre homme avait déjà une petite idée de comment ça se passerait : Alex Jones, invitant en studio Stewart Rhodes (avec derrière eux une image du Capitole !), et en menaçant carrément : « ce ne sera pas un combat facile pour la gauche radicale », a-t-il déclaré à Jones.« Ils vont être submergés de vétérans très compétents et aguerris à nos côtés. » Bref, c’était clairement annoncé !! Un combat de rues !!!

Une analyse plus  prophétique encore avait été  faite à partir des événements du Michigan et l’inquiétude qu’ils avaient suscitée. La voici à nouveau, et c’est franchement fort lucide et très étonnant après coup : « si Trump gagne, nous y sommes pour le moins à long terme. Il incarnera toujours plus de juges de droite, et se débarrassera de plus en plus de réglementations environnementales et sanitaires, poussant l’agenda de la majorité chrétienne blanche, poursuivant des politiques d’immigration cruelles et des discours haineux ici chez nous. Pendant ce temps, il continuera à traiter avec les dictateurs et à renverser les blocs des autres habitants du monde entier, ignorant le réchauffement climatique au détriment de l’humanité. Nous, de gauche, serons obligés de nous lever – espérons-le sans violence – pour marcher dans les rues, sachant que nous pourrions nous faire casser la tête par la police soutenant Trump ou par des milices autoproclamées, comme cela sera discuté ici. Le maintien de la démocratie serait au mieux discutable, et le réchauffement climatique ne serait pas traité, comme nous nous sommes battus contre la domination de droite. La situation sera cependant encore pire s’il perd. Il revendiquera une ingérence électorale ou quoi que ce soit d’autre, et lorsque nous essaierons de le mettre à la porte, il pourra trouver des émeutiers ou des milices venant pour soutenir, et intimider ».  Saisissant, non ? Car c’est exactement ce qui s’est passé !!! Quelle clairvoyance ! Remarquez, j’en connais un qui a titré le 4 juin 2020 que de « manipuler les émeutes mène à la guerre civile » (3). 

La situation explosive du Michigan  

Un homme du Michigan, pays des milices privées qui ont défrayé la chronique en 2020 (ici à gauche deux de leurs membres), résume à lui seul toute la situation. Un jeune républicain prétentieux (il se présente comme gouverneur en affichant son image léchée de bon père de famille nombreuse : 5 enfants déjà en 6 ans, un 6eme est annoncé pour mars 2022 : il tente de repeupler lui seu le GOP ou quoi ? »), du nom de Ryan D. Kelley, venu d’Allendale. L’homme qui utilise sa famille comme carte de visite électorale (voir ici).  En mettant en scène tous les actes ou presque de sa vie privée, ce qui devient un truc d’un ridicule achevé ! Comme la naissance chez lui d’un de ses enfants – dans l’eau d’une piscine gonflable – en juin 2020, du pur voyeurisme !!! D’emblée, avec lui,  on a le sentiment que le lascar en fait un peu trop, notamment côté jeunisme, en n’hésitant pas à se présenter le plus souvent  sans cravate ou même en posant casquette inversée vissé sur le crâne et ray-bans, se faisant appeler « Ryan » pour faire plus « d’jeune » encore….  dans un geste assez grotesque (ci-dessus à droite). On se dit qu’avec ça ce gars doit être prêt à tout pour conquérir le place y compris l’usage de slogan provocateurs « anti-lockdown » comme celui ici à gauche reprenant un logo à effigie de lion cher aux trumpiens. La « tyrannie » prétendue étant les dispositions de fermetures (lockdowns) préconisées par la gouverneure en place pour éviter la propagation du virus. Excessif en vocabulaire, comme en comportement !

C’est en effet l’archétype de ce qui vient de se produire, avec ce genre de personnage politique : à le voir se pavaner durant ses campagnes électorales avec des gardes du corps bien particulier, on pouvait en effet se dire qu’on devrait logiquement le retrouver mêlé aux manifestants du 6 janvier… et ça bien été le cas pour lui en effet. Lui aussi on ne l’a jamais vu porter de masque, car c’est d’abord le fondateur de l’American Patriot Council, fondé au début de 2020 pour s’opposer aux restrictions anti-covid imposées par la gouverneure Whittmer, celle qui a été l’objet d’une tentative d’enlèvement par une bande de demeurés qui s’étaient montés le bourrichon contre elle, pour les mêmes raisons. lls voulaient la kidnapper, mais certains d’entre eux voulaient aussi la pendre !!  Ici à gauche la manifestions du 30 avril 2020 anti-restrictions, jour où les miliciens ont défilé lourdement armés (Kelley haranguant alors la foule… plutôt maigre, d’ailleurs).

Comme par hasard, parmi ces derniers miliciens, deux frangins, les frères William et Michael Null, qui avaient aussi envahi en armes le capitole local de Lansing (photo ici à gauche). Deux gros lascars placés sous la férule d’un vieil habitué de la sédition : Phil Robinson, le leader local du groupe armé de la Michigan Liberty Militia, présent lors de la manifestation du 6 janvier à Lansing même. Celui fort reconnaissable à sa barbe à tressée, ci-dessus  sur la photo à droite (et encore ci-contre)… en compagnie des deux frères Null (un nom prédestiné ?) ! Deux inconscients complets ces deux-là : 5 mois après avoir été arrêté pour tentative d’enlèvement, l’un des deux (William Null) s’était vanté sur internet de s’être baladé armé dans les lieux, prêt à tirer, en se filmant en train de répondre à un collègue : « je ne vais pas mentir, si les tirs commencent, je me dirige vers le nord. « Pas moi, mec », a répondu Null. « Je vais m’amuser à chasser. »

« À un moment donné, Null et d’autres se sont tenus avec des armes d’épaule dans la galerie du Sénat alors que les législateurs et leur personnel travaillaient en dessous, incitant au moins un législateur démocrate à enfiler un gilet pare-balles, dans son bureau » peut-on lire ici. Ils avaient terrorisé les administrateurs, comme les envahisseurs de la capitale ferront des frayeurs aux personnels et aux congressistes pris au piège de l’intrusion. Une situation comparable à l’envahissement du 6 janvier à Washington ! Ci-dessus, Robinson devisant côte à côte avec William Null dans le parc de Lansing venu « protéger » les monuments de la guerre civile visés par les militants anti-racistesde BLM.

Robinson est bien sûr un fervent défenseur du port d’armes personnel, comme il l’a montré lors de la fête célébrant la chose, appelée Open Carry Gun, tenue de manière fort provocatrice  le 17 septembre 2020 devant le capitole de Lansing et où on avait pu voir défiler outre une ribambelle d’armes et tout un lot de drapeaux d’où émergeait surtout le désormais connu Gadsden Flag (tenu ici à droite par une enfant), mais aussi une profusion de signes suprémacistes effectués par des miliciens (cf ci-dessous). Ainsi que la présence remarquée… des Proud Boys !! Tout y était déjà, à un mois et demi avant l’élection et à trois des événements de Washington ! Tous les ingrédients propices à une démonstration de force des milices ou des groupuscules jugés dangereux par le Homeland Sécurity ! Le ferment était bien là, visible, flagrant !  Le Michigan après lez Colorado était lui aussi devenu une cocotte minute prête à exploser !

Kelley, le candidat émeutier : un résumé à lui tout seul de la situation 

Revenons à notre si bon père de famille. Et débutons d’emblée par une photo mémorable : celle non plus du bon père de famille mais du candidat républicain Ryan D. Kelley, en pleine campagne électorale (celle du 50 eme gouverneur de l’Etat !), prise dans les abords d’Allendale le samedi 24 octobre 2020 :

L’image est suffisamment parlante, il me semble. Pour assurer sa sécurité et celle de sa famille exhibée sur scène lors de la « Freedom March » de ce 24 octobre,  (une de ses petites filles se demande vraiment ce qu’elle fait là), notre prétendant au titre de gouverneur a rameuté, juste devant lui … Phil Robinson en personne, ici à gauche, et son acolyte, tous deux porteurs de badges bien significatifs, pourtant (cf ceux ici à droite). On se dit que, allez, ce jour-là (« a smashing success ») au Rosa Parks Circle (quelle ironie !) de Grand Rapids, il n’avait trouvé personne d’autre, qui sait mais note indulgence se fracasse vite avec l’apparition d’autres clichés, comme celui du ‘FreedomRally » organisé par le dénommé Jason Howland (ici à gauche) au nom de l’American Patriot Rally et ceux de sa proximité avec William Null (ici en haut à gauche). Là avait défilé un beau panel aussi : le sénateur (controversé) Mike Shirkey, aperçu ici en compagnie de William Null, lui aussi (ci-dessousà droite), ou bien Mike Detmer (lire ici son ahurissante tirade après la dernière fusillade dans un campus pour lui ça vient « d’avoir retiré en premier Dieu des écoles et de la société « , et pas des armes »!) ) mais aussi le célèbre shérif de Barry County, celui qui avait tenu le micro… à Robinson et les frères Null, lors de l’envahissement du Capitole de Lansing (ici à gauche) !! Une proximité de Kelley avec les suprémacistes du Michigan qui tranche pas mal avec ses efforts pour être reconnu en haut lieu, car il a tout fait pour ça, se faisant prendre en photo successivement avec Donald, son fils et sa belle fille,  Mike Pence ou même Ronna McDaniel , la responsable nationale du GOP :

Notre homme entretien d’autres sulfureuses amitiés encore : il s’est fait prendre aussi en photo avec Matt DePerno, l’avocat véreux ayant entretenu l’hoax d’une tromperie informatique en Pennsylvanie(on en reparlera demain), et il propose mème de faire des meetings en sa compagnie, agrémentés en Guest Star supplémentaire d’April Moss, la météorologiste  de CBS,anti-masque promptement virée  après qu’elle ait révélée (à l’antenne !) qu’elle jouait aux espionnes aux nom du Project Veritas de O’Keefe !

A ce stade, Kelley coche toutes les cases de la trumpitude la plus flagrante, en jouxtant le pouvoir d’un côté et en flirtant de l’autre qu’avec des gens fort peu recommandables !

A moins que le trumpisme lui-même ne se résume à ça, une mafia politiques aux procédés douteux sous les ordres d’un boss omniprésent ! Quel ramassis ! Et tout ça en  n’oubliant pas lui-même de faire devant les marches du Capitole de Lansing la promotion de l’opération Stop The Steal !!! La complète chez lui !

 

Mais ce n’est rien encore avec ce qui s’est passé le 6 janvier à Washington. Commençons par son grand ami Jason Howland, déjà entr’aperçu plus haut déambulant dans les couloirs du Capitole alors que lui aussi se présente aux élections. Trois images dont deux  empruntées à Sedition Hunters résument son parcours : il est entré par l’étage côté Ouest en escaladant l’échafaudage mis en place pour l’inauguration de Joe Biden. Un cliché le montre en tenue de jogging estampillée Nike, au milieu déjà des vapeurs de vapeurs d’extincteurs et de jets de lacrymogènes. Le second le montre escaladant la tour de tubes entoilés, le dernier en train de téléphoner au milieu de l’ allée de statues Capitole.

L’autre responsable de l’American Patriot est donc Keley. Sur le site, ils ont affiché ensemble leurs principes et leurs engagementds. Parmi ces principes, ceux ci, qui dénotent donc aujourd’hui :

« La non-violence est un mode de vie pour les gens courageux. Nous condamnons les actes de violence, notamment à des fins politiques.Nous ne tolérons pas les comportements anarchiques ou les actions illégales ».

Or comme le note le critique qui y fait référence, « le seul moyen pour toute personne liée au siège du 6 janvier d’entrer dans le bâtiment du Capitole américain ce jour-là était par la force ».

Et effectivement puisqu’on a pu retracer aussi le parcours du prétendant au titre de gouverneur, surpris à plusieurs reprises et photographié en train de hurler et de vociférer, à lever le poing (ici à droite) et surtout d’inciter la foule à faire comme lui avec une  gestuelle les appelant de la main, à savoir d’escalader un pignon grâce à des barrières arrachées et posées verticalement pour devenir des échelles, ou bien de contribuer à arracher la toile masquant l’échafaudage pour entre plus facilement et suivre le même chemin que son collègue Howland !

Davantage encore que son coéquipier, Kelley a montré une fougue et un allant de véritable émeutier. Bêtement; c’est par sa casquette – à l’envers –  et ses Ray-Bans qu’il se fera repérer dans l’émeute, en plus de ses gesticulations.

On le trouvera même à faire une bien étrange pose au sommet de l’échafaudage à prendre en photo avec son téléphone le sang versé par un émeutier (ou un policier) pour s’en faire une archive dont le but demeure inconnu, mais en laissant bêtement ainsi à la police qui entrerait en sa possession la preuve de sa présence dans un périmètre qui lui était pourtant interdit !!

Bref, notre futur prétendant à diriger un Etat s’était déplacé juste Washington, mais pas pour faire du tourisme : il savait ce qui l’attendait, et il s’y était préparé !! Il ne s’est pas rendu compte non plus de l’exceptionnel timing dans lequel il a escaladé le fameux échafaudage, car une seule vidéo, lisible ici, montre qu’il se retrouve à pousser les policiers, encadré des deux côtés par des Proud Boys bien répertoriés :

Christopher Worrel, sur sa gauche, venu en tenue militaire complète (avec sac à eau dans le dos, lui aussi on va en reparler) et par Dominic Pezzola, sur sa droite, qui a gardé avec lui le bouclier de policier avec lequel il va fracasser une vitre pour pénétrer dans le bâtiment !!!

Mais aussi en compagnie à quelques mètres de lui de « Milkshake », en réalité Dan Lyons Scott, une figure marquante car de taille imposante  des ¨Proud Boys », photographié moult fois ce jour à à proximité des quatre  leadersdéjà cités, justement, des Proud Boys (ici à gauche avec Ethan Nordean, et tatoué lui-même Proud Boy (cf ici à droite) !!

A un moment, lors de leur regroupement avant l’attaque,  Nordean le reprendra alors qu’il venait de s’écrier « « lets take the f***ng capitol », en lui disant « ne le crie pas, fais-le »… (photo ci-dessous) !

On notera que le fameux  « Milkshake » avait deux paires de lunettes sur lui ce jour-là : une, légère, en plastique à verres fumées bleus et montants blancs, genre lunette d’après-ski, et une enveloppant mieux les yeux à bordure interne orange et externes noires,
à verres jaunes, à savoir pour éviter les conséquences des tirs de lacrymogènes (celle ont il s’affublera pendant l’assaut,  ici à droite)  !!! Juste derrière-lui, un autre Proud Boy bien répertorié aussi : Christopher Worell, et pas très loin devant un autre aussi reconnaissable, William Pepe. Vous en connaissez beaucoup, vous, de gens qui viennent à des manifestions  avec deux paires de lunettes, dont une spéciale pour éviter d’être incommodé par les gaz lacrymogènes ??? C’était bien des gens préparés pour l’affrontement !!! Et bien toujours le même groupe !

« Nous condamnons les actes de violence » disait Kelley sur sa profession de foi électorale d’une totale hypocrisie !!! Mais il se moque de qui, celui-là (ici en train d’affirmer qu’il n’est jamais entré dans le bâtiment, malgré les photos le montrant au milieu du groupe de Proud Boys ) ? Encore un négationniste républicain (il n’est pas le seul comme on va le voir) : il  est beau, ce parti , avec de pareils représentants !!!

Et Colbeck, dans tout ça, me direz-vous ? Oh, on le retrouvera demain, rassurez-vous. Et il va nous mener bien loin, par personne interposée. Le Michigan a servi de laboratoire d’essais, à l’ évidence : on y a appris comment tenter de faire peur au élus !!!

(1) on peut relire les épisodes afin de mieux comprendre ce qui s’est passé à Washington : tous les ingrédients y sont (y compris la remorque citée !).

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (1)

 

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (2)

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (3)

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (4)

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (5)

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (6)

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (7)

(2) le groupe vient de faire reparler de lui le 4 décembre dernier lors d’une parade honteuse, en vraie démonstration de force, car elle s’est déroulée sur les lieux mêmes du 6 janvier. Une petite centaine de militants d’extrême droite ont en effet paradé pendant un petit bout de temps le long du Mail, partis (symboliquement) du monument de Lincoln, organisés dans un défilé réglé au cordeau avec tous la même tenue, des masques et des boucliers (des petits malins ont trouvé qu’ils s’étaient fournis en Chine pchez AliBaba pour 139 dollars chacun, pour les nouveaux modèles circulaires, un comble !), mais aussi… des radios Baofeng, similaires à celles largement utilisées le 6 janvier. Un journaliste curieux qui les suivait  avait en effet reçu leur appel, intitulé « Reclaim America » sur son appareil (ici à gauche). Une démonstration de force, à l’évidence, menée promptement, les miliciens débarquant (et réembarquant) de camions de location fermés : le retard pris par celui qui les a amenés dans des embouteillages ayant révélé la méthode de transport. Ils avaient fait le même cirque, en débarquant aussi de camions clos,  à Philadelphie le 4 juillet, jour de la fête de l’indépendance, (là ils s’étaient fait coincer ce jour-là par des riverains opposants et avaient dû battre en retraite !) !

A l’époque, comme ci-dessus à Arlington le 4 juillet dernier (2021, ils se promenaient avec des boucliers rectangulaires tricolores (et encore cette fois-ci, mais en fin de cortège), et étaient débarqués aussi de camions fermés (à gauche, et à droite ici lors d’une autre manifestation avec un autre camion  de location: une vraie habitude chez eux !). Les pro-nazis aiment les rituels et prouvent par là leur manque total d’imagination ! Ici à gauche les fascistes en cage dans leur camion attendant de faire leur tour de marche de propagande. Une ultime provocation sur des lieux devenus preuve de la folie d’un président, de la part d’un groupuscule qui ne cache pas ses amitiés nazies (son fascisme revendiqué apparaissant en logo, celui des célèbres faisceaux mussoliniens). On a trouvé  un de leurs noyaux durs à Discord, au Texas (quel nom prédestiné !) qui a révélé leurs techniques d’intrusion et de propagande chez les jeunes, notamment  : « lors d’une réunion vocale sur Discord le 13 février, un membre du Patriot Front avec le nom d’utilisateur « Himmler » a décrit comment il avait piraté des centaines d’imprimantes sur les campus universitaires pour imprimer des dépliants antisémites. L’homme affirme avoir accédé à distance à 29 000 imprimantes et décrit ses actions comme entreprises en collaboration avec « Weev », alias Andrew Aurenheimer, pirate informatique condamné et administrateur système du Daily Stormer. « Himmler » se vante d’avoir causé « plus de 20 000 $ » de dommages financiers en raison de l’encre utilisée dans l’impression. Il a nommé UMass et DePaul comme étant les écoles qu’il avait personnellement ciblées. Un utilisateur du serveur Patriot Front Discord, «Machinesmiter-IL», s’est vanté de la façon dont il utilisait secrètement sa position de fondateur au sein du chapitre des républicains du Collège de l’Université Roosevelt de Chicago pour inciter les jeunes hommes blancs susceptibles d’être réceptifs à l’idéologie fasciste. Il s’est vanté d’avoir affiché des centaines de dépliants sur son campus et ses environs, et comment, le 4 novembre, il « a frappé durement la Federal Plaza et toute la zone environnante… J’ai probablement mis au moins 150 à 200 affiches au centre-ville ». A droite le bloggeur de Discord incriminé effectuant le salut nazi dans un pick-up avec deux de ses frères d’armes, beaucoup plus jeunes que lui. Agauche  un de leurs auto-collants de propagande, collé sur une bouche d’incendie.

En fait ce n’est pas la première fois en effet dans l’année qu’ils paradaient ainsi : dès le 29 janvier, ils avaient déjà défilé de la même façon au même endroit et avaient fait la même opération déjà le 8 février de l’année précédente avec les mêmes apparats – et le même slogan). Leur leader s’appelle Thomas Ryan Rousseau (ici à gauche à ses débuts en 2017 et ci-dessous à droite en 2020), et il a commencé ses activités pro-nazies alors qu’il n’était qu’un adolescent, rapidement affilié au Vanguard America dont on a parlé précédemment ici.  C’est après le meeting mortel de de Charlottesville qu’il avait modifié le nom du groupe en Patriot Front. Ici à gauche une de leurs premières apparitions en « uniforme », notez le drapeau « mussolinien » à faisceaux à gauche… et toujours le même genre de manifestation. Le pire étant que James Alex Fields Junior, âgé de 20 ans à peine, filmé portant les premiers boucliers à faisceaux de son groupe nazi, est celui qui a tué avec sa voiture à Charlottesville, et il qu’il appartenait bel et bien au Vanguard America.

Avant de se rendre en voiture  la manifestation, la veille il avait envoyé à sa mère un SMS – pour qui « Trump n’est pas un suprémaciste » – en réponse au sien (« sois prudent ») indquanr en fierà b-ras débile «  nous ne sommes pas ceux qui doivent faire attention » et en y joignant… une photo d’Hitler ! Sa mère, en  chaise roulante, avait déjà été menacée au couteau par lui. Il pourra désormais avoir le temps de relire plusieurs Mein Kampf , celui-là : il a été condamné à la prison à vie le 29 juin 2019 ! C’est toujours le même  petit monde de fascisants, ici celui des nostalgiques de l’hitlérisme. Et des gens qui manifestent aussi soutiennent Trump ! Des gens préférant la dictature à la démocratie, assurément et qui peuvent tranquillement défiler, aux USA, an nom du premier amendement aux effets bien pervers avec cette engeance nauséabonde  !

(3) avec cette intro : « Aux USA, l’explosion des émeutes après la mort de George Floyd n’est pas le fruit du hasard : il y a certes l’expression d’une colère légitime, mais il y a aussi des manipulations flagrantes, dans la rue, comme sur les réseaux sociaux.  Pour Donald Trump, il n’y a qu’une sorte de responsables, qu’il a clairement désignés :  les « antifas », selon lui.  Nous allons découvrir qu’il en est tout autrement et que d’aucuns dans le pays préparent depuis quelques années déjà une guerre civile dont ils souhaitent ardemment la venue, portés par un président qui ne sait que souffler sur les braises, alors qu’il devrait veiller à éteindre les incendies ou éviter qu’ils ne se propagent dans le pays.  Donald n’est vraiment pas fait pour la fonction et les deux récentes crises le démontrent avec éclat ». On notera après coup dans le cliché du 4 juin de la milice devant le capitole de Lansing un logo bien spécial sur le drapeau à droite ; celui des « Praetorians » croisés le 6 janvier, à l’époque cela m’avait échappé, à vrai dire !!! Et une alerte qui s’était terminée tragiquement avec un poseur de bombe déclaré:« en mars, un homme du Missouri ayant des liens avec des néonazis a été tué par balle lorsque des agents du FBI ont tenté de l’arrêter. Timothy Wilson, 36 ans, prévoyait de bombarder un hôpital dans la région de Kansas City le jour où une ordonnance de séjour à la maison COVID-19 devait entrer en vigueur, ont annoncé les autorités. Wilson a déclaré à un agent secret du FBI que son objectif était de « déclencher une révolution » et a qualifié ses plans d « Opération boogaloo », selon un affidavit (déposition sous serment) à un agent ».  Celui-là prévoyait de se rendre en Ukraine pour y rejoindre le groupe d »extrême droite de l’ Azov Battalion !  Lui aussi avait vu dans la crise sanitaire actuelle une « opportunité » stratégique : « Avec la pandémie actuelle de COVID-19, Wilson a décidé d’accélérer son plan pour faire exploser une [voiture piégée] afin de causer de graves dommages et des pertes massives », a indiqué le FBI dans son alerte ».

 

 

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (25)

Aujourd’hui, je vous propose de commencer à nous intéresser à une personne qui à ce ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *