Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / Non classé / Le Chevalier orange et la descente aux enfers du MoDem

Le Chevalier orange et la descente aux enfers du MoDem

Sondages en d?gringolade pour les r?gionales, perspectives peu heureuses avec un redressement miraculeux du Parti socialiste, querelles internes permanentes, la cr?ation du MoDem de Fran?ois Bayrou risque bien de devenir l?un des ?checs politiques les plus d?cevants de la Ve R?publique.

yartibayrouc02Ces derni?res semaines semblent catastrophiques pour le MoDem, le parti de Fran?ois Bayrou dont l?ambition reste toujours de devenir Pr?sident de la R?publique fran?aise.

?
Un article paru sur Agoravox essayait de comparer la d?marche centriste de Fran?ois Bayrou ? celle, quarante ann?es plus t?t, de Jean-Jacques Servan-Schreiber (JJSS)?: volont? de rassembler les deux rives du centre, id?es et valeurs fortes dans un paysage politique bipolaire. Si JJSS s??tait heurt? au mur du programme de l?union de la gauche de Fran?ois Mitterrand, il est bien possible que Fran?ois Bayrou se soit cass? les dents sur l?alliance h?t?roclite d?Europe ?cologie men?e en 2009 par Daniel Cohn-Bendit. Ou bien?sur sa propre incapacit??? diriger un parti ?
?
?
Et les id?es??
?
J?avais ?t? ?tonn? par la tr?s mauvaise campagne du MoDem aux ?lections europ?ennes du 7 juin 2009 alors que cela aurait d? ?tre les ?ch?ances les plus valorisantes pour un mouvement qui se revendiquait comme le plus favorable ? la construction europ?enne dans un contexte national de repli identitaire. Le th?me de l?Europe, le scrutin proportionnel, l?enjeu national et la future application du Trait? de Lisbonne (un trait? essentiel dans le red?marrage des institutions europ?ennes) auraient d? avantager Fran?ois Bayrou.
?
Mais le paradoxe du Fran?ois Bayrou d?apr?s mai 2007, c?est qu?il a voulu rassembler un ensemble tr?s h?t?rog?ne de personnes qui avaient vot? pour lui au premier tour de l??lection pr?sidentielle plus par refus d?un unique choix entre Nicolas Sarkozy et S?gol?ne Royal que par adh?sion ? son projet pr?sidentiel.
?
Or, une fois l??lection de Nicolas Sarkozy acquise, le seul d?nominateur commun de cet ensemble fut, au contraire de valeurs politiques fortes (redressement des d?ficits budg?taires, construction europ?enne, d?centralisation) qui avaient jusque l? toujours guid? le candidat Fran?ois Bayrou, un simple antisarkozysme primaire qui, s?il ?tait populaire dans certains recoins de l?espace politique n?en ?tait qu?un ?l?ment d?magogique peu constructif.
?
?
Un p?dalage ?lectoral pr?visible
?
Les ?lections r?gionales de 14 et 21 mars 2010 auraient d?, apr?s les europ?ennes, ?tre ces deuxi?mes ?ch?ances capables de renforcer le MoDem?: scrutin de listes, th?me de la d?centralisation en plein d?bat sur la r?forme cruciale des collectivit?s locales (avec fusion des ?lus des r?gions et des d?partements) et aussi enjeu national, ne serait-ce que parce que ces ?lections sont les derni?res majeures avant l?importante ?lection pr?sidentielle de 2012 (il y aura encore des ?lections cantonales et s?natoriales en 2011).
?
Et?qu?en est-il aujourd?hui?? Apr?s bien des querelles internes pour la constitution des listes (notamment en Languedoc-Roussillon et en Picardie), le MoDem peine ? reprendre un nouveau souffle. Les sondages qu?on lui cr?dite sont catastrophiques. Entre 2 et 7% au grand maximum, si bien qu?il n?a gu?re d?espoir d??tre en capacit? de se maintenir au second tour et m?me d??tre capable de fusionner avec une autre liste, et puis, qui voudrait d?un parti qui ne veut ?tre ni de droite ni de gauche et qui, par cons?quent, est trop ? gauche pour la droite et trop ? droite pour la gauche, et qui n?apporterait aucune valeur ajout?e ?lectorale??
?
Pour certains candidats du MoDem (notamment en Provence-Alpes-C?te d?Azur), l?objectif ? atteindre est descendu au seuil de? 2%?! Soit finalement pas loin du score de la liste de Jean-Jacques Servan-Schreiber ? sa derni?re aventure ?lectorale, les ?lections europ?ennes du 7 juin 1979 (1,8%).
?
Cette plaisanterie du seuil de 2%, c?est le myst?rieux Chevalier orange, drap? dans son ironie, qui la raconte. Enfin, pas une plaisanterie, un pari?: un candidat du MoDem a effectivement affirm? que si sa liste faisait moins de 2%, il traverserait le port de Marseille ? la nage.
?
?
Un humanisme non pratiquant
?
Le Chevalier orange est l?auteur d?un blog tr?s lu et appr?ci? dans la petite sph?re du centrisme, car tr?s bien inform? et sans langue de bois. Ses propos directs mais anonymes peuvent choquer. On peut m?me y ressentir parfois de la haine ou, du moins, une profonde d?ception de ce qu?auraient pu devenir ces 18% d?un Fran?ois Bayrou surpris lui-m?me par un tel emballement (son objectif ?tait d??tre ?lu en 2012 et pas en 2007 et il n?avait pas imagin? un tel succ?s au d?but de sa campagne de 2007).
?
Pour ?tre si bien inform?, il faut ?tre proche du (suppos?) « pouvoir ». Le Chevalier orange?est?probablement?parmi les proches de la direction du MoDem et n?h?site jamais ? imputer ? Marielle de Sarnez tous les maux du MoDem?: l?incapacit? d?organiser un parti en ordre de bataille, l?absence totale de d?mocratie interne, le choix arbitraire des candidats (aux r?gionales, aux europ?ennes etc.), et surtout, le peu d?attention et de communication port?es ? ses propres militants et sympathisants. Bref, une sorte d?humanisme non pratiquant.
?
On voyait d?s les ?lections l?gislatives de juin 2007 que le mouvement de Fran?ois Bayrou ?tait retomb? au niveau que l?UDF et Fran?ois Bayrou avaient toujours connu depuis 1998, ? savoir entre 7 et 10%.
?
?
L??rosion du bayrou?sme parlementaire
?
La raison de l?absence de « capitalisation » des 18% est en grande partie la scission survenue entre les deux tours de l??lection pr?sidentielle de 2007 o? la quasi-totalit? des d?put?s UDF fid?les ? Fran?ois Bayrou a apport? son soutien ? Nicolas Sarkozy pour le second tour. On avait dit alors que ces d?put?s avaient « trahi » Fran?ois Bayrou et que leur motivation aurait ?t? leur r??lection.
?
S?il y a ?videmment une part de vrai (mais pas toujours, comme Pierre Albertini, ex-d?put?-maire de Rouen), cette version refuse aussi une ?vidence?: ces d?put?s avaient toujours ?t? ?lus contre un candidat de gauche et toujours soutenus par une alliance avec l?UMP (ce qui fut encore le cas de Fran?ois Bayrou en juin 2007). Et la position dissym?trique de Fran?ois Bayrou pour le second tour (qui a annonc? qu?il ne voterait pas pour Nicolas Sarkozy) a, elle aussi, « trahi » l?id?al pourtant martel? « ni droite ni gauche ».
?
Aujourd’hui, le Chevalier orange affirme que ce d?part des d?put?s UDF aurait pu ?tre ?vit?. Fran?ois Bayrou aurait voulu les retenir mais Marielle de Sarnez les aurait au contraire encourag?s ? partir afin de faire table rase et construire sur de nouvelles bases un nouveau parti. L?auteur du blog contestataire aura certainement ? justifier et pr?ciser un peu mieux cette insinuation.
?
?
Absence sur le terrain des id?es
?
Il me semble que c?est cet ?l?ment fondateur (scission entre le g?n?ral et ses lieutenants) qui a tu? les 18% de Fran?ois Bayrou?: ind?pendamment d?avoir introduit une v?ritable haine entre deux centrismes pourtant id?ologiquement ?quivalents (sur la base du projet du candidat Bayrou), le MoDem et le Nouveau centre, haine de chapelles bien ?trange quand on veut rassembler de Jacques Delors ? ?douard Balladur, il a interdit ? Fran?ois Bayrou d?avoir un groupe ? l?Assembl?e Nationale (au contraire de juin 2002 o? il avait su r?agir avec combativit? ? la cr?ation h?g?monique de l?UMP).
?
Ce qui fait que Fran?ois Bayrou et son mouvement sont totalement absents des nombreux grands d?bats parlementaires initi?s par Nicolas Sarkozy.
?
Or, n?avoir pas de d?put?s europ?ens, ?tre absent des conseils r?gionaux, perdre ses adh?rents, ce n?est peut-?tre pas bien grave quand le point de mire est l??lection pr?sidentielle. En revanche, l?absence d?une force capable d??tre ?cout?e au Parlement sur tous les grands sujets politiques est un handicap ? mon sens insurmontable pour celui qui pr?tend assumer le r?le supr?me dans nos institutions. Ce n’est pas ?tonnant que les id?es du MoDem ne r?sonnent pas m?diatiquement : hors du Parlement, un parti est rapidement inaudible sauf s’il fait dans la provocation ou la d?magogie (comme le Front national).
?
?
L?absence d??quipe solide nuit ? la cr?dibilit? d’un pr?sidentiable
?
Cette absence pointe du doigt l?immense solitude de Fran?ois Bayrou. ? cet ?gard, le Chevalier orange s??tait amus? ? se faire peur en imaginant l??ventuel gouvernement de Fran?ois Bayrou s?il arrivait ? l??lys?e.
?
J?avais consid?r? ? l??poque de la campagne de 2007 que l?absence d??quipe valable aupr?s de Fran?ois Bayrou ?tait une critique irrecevable car en cas d??lection, l??lu aurait rassembl? plus de 50% et la classe politique se serait naturellement adapt?e (avec de nombreuses offres de service de la part de ceux qui sentiraient le vent tourner). L?exemple de Val?ry Giscard d?Estaing ?lu en 1974 avec tr?s peu de « troupes » illustre bien que les institutions recentrent toujours le paysage politique autour du Pr?sident de la R?publique.
?
Maintenant, j?ai un v?ritable doute sur cet argument. Le Pr?sident de la R?publique est devenu de plus en plus un « manager », de moins en moins un « roi fain?ant », et la capacit? ? choisir et motiver une ?quipe est essentielle pour r?ussir (?tre ?lu mais aussi faire du bon travail une fois ?lu).
?
C?est ce qui a permis d??lire George W. Bush au lieu du favori Al Gore en novembre 2000 (c?est d?ailleurs la seule qualit? de Bush Jr., celle de meneur d?hommes). C?est ce qui a fait ?galement le succ?s de Lionel Jospin (qui continue encore ? parler avec nostalgie de sa « dream team » de 1997). C?est aussi ce qui a permis l??lection de Nicolas Sarkozy bien mieux pr?par?, d?un point de vue des ressources humaines, que S?gol?ne Royal ? diriger la France.
?
Aujourd?hui, le comportement de Fran?ois Bayrou confirme que ce dernier n??coute aucune personnalit? de valeur qui aurait pu lui apporter des atouts suppl?mentaires ? son ambition?: une Corinne Lepage, par exemple, est tellement ignor?e que cela ne fait gu?re de doute qu?elle reprendra sa libert? apr?s les ?lections. Fran?ois Bayrou ne vaut gu?re mieux que S?gol?ne Royal dans son incapacit? ? constituer une ?quipe politique solide qu?il pourrait lui-m?me respecter.
?
?
Une micro-chance de survie??
?
Pourtant, s?il devait rester une chance minime pour Fran?ois Bayrou en 2012, ce serait d?en finir avec son isolement politique?: en faisant une alliance publique et claire avec au moins une autre personnalit? qui souhaite affronter Nicolas Sarkozy?: Dominique de Villepin ou Dominique Strauss-Kahn. Et en pr?cisant clairement la r?partition des r?les.
?
Depuis trois ans, il semble que Fran?ois Bayrou a fait le choix de pr?f?rer perdre seul ? gagner ensemble. Aut caesar aut nihil. Cela risque donc bien d??tre nihil.
?
Le MoDem ne serait alors qu?une petite entreprise de Fran?ois Bayrou o? tout serait fait pour le pr?server. L?effondrement aux r?gionales serait tellement acquis dans les cerveaux que la direction du MoDem r?fl?chirait d?j? ? la r?action ad?quate ? communiquer ? l?issue de l??ch?ance pour affronter une vague de dissidence qui se pr?parerait elle aussi d?s maintenant.
?
Pour vous faire une id?e particuli?re de l’?tat actuel du MoDem, je vous encourage donc ? lire les billets fort bien renseign?s du Chevalier orange, tout en ignorant?la d?plorable?animosit? verbale de l?auteur contre certains responsables du MoDem et en fermant les yeux ?galement?sur les?fautes d?orthographe, et d?y lire aussi les nombreux commentaires parfois tr?s instructifs sur une ambition politique?qui n?a jamais su se concr?tiser pleinement.
?
?
?
Sylvain Rakotoarison (23 f?vrier 2010)
?
?
Pour aller plus loin?:
?
?
?
?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCCX) : réseau, logistique et des tas d’avions

Nous décortiquons toujours dans cet épisode le gros dossier du clan Rocha. C’est toute une ...