Accueil / A C T U A L I T É / La vitamine du soleil : un nutriment hors du commun, pourtant laiss? dans l?ombre

La vitamine du soleil : un nutriment hors du commun, pourtant laiss? dans l?ombre

 



?La vitamine D, souvent surnomm?e la vitamine du soleil, est un nutriment hors du commun, pour plus d?une raison.? Premi?rement, en d?pit du nom qu?on lui attribue, la vitamine D est mieux d?crite en tant que pr?hormone. En effet, la vitamine D est ?le pr?curseur d?une hormone,? synth?tis?e dans l?organisme humain ? partir d?un d?riv? du cholest?rol sous l?action des rayonnements UVB? du soleil.1 ?Ensuite, la vitamine D est le seul nutriment dont la source naturelle principale n?est pas l?alimentation. C?est le soleil qui constitue la source naturelle principale de la vitamine D.? 2,3,4

Alors que la plupart des nutriments sont essentiels pour un fonctionnement optimal de la plupart des tissus humains, l?activit? globale de la vitamine D est particuli?rement frappante. Des avancements r?cents en biologie cellulaire ont r?v?l? que?:

1)????? la plupart des cellules de la plupart des tissus du corps humain contiennent des r?cepteurs de vitamine D.2

2)????? Au moins 229 g?nes du corps humain sont influenc?s par la vitamine D. 5

Une exposition r?guli?re de presque 100% de la surface de la peau aux rayons du soleil a ?t? normale durant l??volution de l?esp?ce humaine, car nous avons ?volu? dans des climats tropicaux, sans v?tement. Dans les temps modernes, la concentration sanguine moyenne de vitamine D des gens qui travaillent principalement ? l?ext?rieur est de? 49 ng/ml,6 ?ce qui laisse sugg?rer que le taux sanguin qui a pr?valu durant l??volution ?tait de ce niveau. De nombreuses ?tudes documentant la magnitude de l?effet de l?exposition au soleil laissent supposer que l?apport primitif aurait ?t? de 4000UI ? 12?000 UI de vitamine D par jour.7? C?est seulement au cours des derniers mill?naires ? un temps trop court pour changer la nature fondamentale de notre biologie- que nous avons commenc? ? nous cacher des rayons du soleil, avec des v?tements et de la cr?me solaire,? et en travaillant ? l?int?rieur. ?La vitamine D est probablement le nutriment que l?homme moderne a perdu le plus, depuis son ?volution.

 

Pour que le corps d?une jeune personne en sant? produise 1000 UI de vitamine D, il ne suffit que d?une tr?s courte exposition au soleil, sans ?cran solaire, sous un ciel ? indice UVB mod?r?, du quart de la peau (visage, bras et une partie des jambes). 8 ?Le temps n?cessaire correspond ? un quart de ce que les experts de la vitamine D nomment ?la dose minimale d??ryth?me (DME), c?est-?-dire la dose ? partir de laquelle la peau devient l?g?rement ros?e. Une exposition compl?te du corps d?une dur?e correspondant ? un quart de DME peut faire produire 4000 UI de vitamine D,8 ce qui correspond ? 40 verres de lait enrichi en vitamine D et ? environ 6 portions de saumon rouge grill?.9? Une exposition compl?te du corps pour une dur?e ?quivalente ? un DME apporte entre 10?000 et 20 000 UI de vitamine D.4? La dur?e moyenne associ?e ? un DME est d?environ 16 minutes. Toutefois,? plusieurs facteurs contribuent ? modifier cette dur?e. Parmi ces facteurs on compte?: la pigmentation de la peau, l?indice UVB, la pr?sence de nuages, l?altitude et l?hypersensibilit? de la peau caus?e par des m?dicaments.

Le guide alimentaire canadien recommande de manger deux portions de poisson par semaine et de boire deux verres de lait par jour, ce qui peut ?constituer un apport quotidien moyen de vitamine D d?entre 240 UI et 400 UI.9? L?Institute of Medicine (IOM) a ?tabli qu?un taux sanguin de 20 ng/ml ?tait le seuil minimum qui assure une sant? osseuse chez 97.5% de? la population.10?? Une r?gle connue?des chercheurs de la vitamine D permet de calculer que suivre cette di?te apporte une contribution d?entre 8.4% et 14%? des apports n?cessaires pour atteindre le taux sanguin de 20 ng/ml.? La r?gle de calcul rapide indique que, pour chaque augmentation d?apport quotidien de vitamine D de 100 UI, il y aura, chez les gens non ob?ses, une augmentation du taux sanguin de vitamine D d?une moyenne de 0.7 ng/ml.11

Un des crit?res commun?ment accept?s en science est la plausibilit? biologique. Bien que les essais randomis?s n?ont pas r?ussi ? prouver les bienfaits de la vitamine D sur le corps au-del? de la sant? osseuse, le fait que des r?cepteurs de vitamine D se retrouvent dans presque toutes les cellules humaines rend improbable que cette derni?re ne sert qu?? la sant? des os.? De plus, il est hautement invraisemblable qu?un niveau s?rique de vitamine D qui a pr?valu durant l??volution de l?humanit? puisse constituer plus de risques que de b?n?fices pour la population concern?e.

?Nous n?avons pas les r?ponses ? toutes les questions sur la vitamine D. Mais nous vivons dans un monde o? nous devons prendre des d?cisions pragmatiques, au meilleur de notre connaissance, tout en supportant le degr? d?incertitude qui est associ?e ? cette d?cision. Comme l?ont soulign? les p?res de la m?decine fond?e sur les preuves, Sacket et ses collaborateurs?: ?? Si aucune ?tude randomis?e a ?t? men?e pour? la situation difficile de nos patients, nous devons prendre une d?cision en utilisant rigoureusement , explicitement et judicieusement les meilleures donn?es disponibles??.12

?

Sept associations britanniques, incluant la? British Association of Dermatologists, ont pris leur d?cision et se sont unis en 2010 dans une d?claration d?un consensus sur la vitamine D.3 ?Leur recommandation principale est de sortir r?guli?rement au soleil pour quelques minutes aux alentours de midi, sans ?cran solaire, pour exposer la plus grande partie de la peau possible.? Ils ont affirm? que l?exposition aux rayons du soleil est la principale source de vitamine D, mais qu?une exposition excessive est la principale cause de cancer de la peau.? Profiter du soleil de fa?on s?curitaire, en s?assurant de ne pas br?ler sa peau, peut faire rapporter des b?n?fices sans augmenter ind?ment le risque de cancer de la peau, ont-ils d?clar?.

 

R?F?RENCES

 

1. Wikipedia.? Vitamin D. [En ligne ], 2011. [ http://en.wikipedia.org/wiki/Vitamin_D]

 

2.? Joan M. Lappe, PhD. The Role of Vitamin D in Human Health: A Paradigm Shift. JEBCAM 2011;. 16(1) 58-72. Disponible en ligne ?? http://chp.sagepub.com/content/16/1/58.full.pdf+html

 

3. Consensus Vitamin D position statement. 2010. Cancer Research UK. Disponible en ligne ? : http://info.cancerresearchuk.org/news/archive/cancernews/2010-12-16-Joint-position-statement-issued-to-provide-vitamin-D-clarity-

 

4.? Michael F. Holick. ?The Physiology and Treatment of Vitamin D Deficiency : Letters to the editor. ?Mayo Clin Proc 2004, Vol 79.??? Disponible ? : http://www.mayoclinicproceedings.com/content/79/5/707.full.pdf

 

5.? Sreeram V. Ramagopalan. Andreas Heger et coll. A ChIP-seq defined genome-wide map of vitamin D receptor binding: Associations with disease and evolution. Genome Res. 2010?; 10.1101/gr.107920.110 Disponible en ligne ??: http://genome.cshlp.org/content/early/2010/08/20/gr.107920.110.full.pdf+html

 

6.? Barger-Lux MJ et Heaney R. Effects of above average summer sun exposure on serum 25-hydroxyvitamin d and calcium absorption. JCEM ?2002?; 87(11):4952?4956
Disponible en ligne ? : http://jcem.endojournals.org/content/87/11/4952.full.pdf

 

7.? Heaney RP et Holick M.? Why the IOM recommendations for vitamin D are deficient. J Bone Miner Res. 2011;452?454. DOI: 10.1002/jbmr.327
Disponible en ligne ?? : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/jbmr.328/full

 

8. Hanley D,? Cranney A et coll.? Vitamin D in adult health and disease: a review and guideline statement from Osteoporosis Canada. ?CMAJ? 2010 ; vol. 182 no. 12 E610-E618
Disponible en ligne ??: http://www.cmaj.ca/content/182/12/E610.full

 

9.? Leigh Underhill, Le calcium et la vitamine D : nouvelles recommandations. L?EXPLORATEUR? 2011?; vol . 21 no 3? Disponible en ligne???: http://www.ohdq.com/Ressources/Documents/Octobre2011.pdf

 

10.? Institute of Medicine. Dietary Reference Intakes for calcium and vitamin D. Washington, DC: National Academies Press, 2011. Disponible en ligne ? : http://books.nap.edu/openbook.php?record_id=13050&page=R1

 

11.? Heaney RP, Davies KM et coll. Human serum 25-hydroxycholecalciferol response to extended oral dosing with cholecalciferol. Am J Clin Nutr. 2003?;
vol. 77
no. 1 204-210 Disponible en ligne ??: http://www.ajcn.org/content/77/1/204.full

 

 

 

 

 

 

 

 

12.? Sackett D, Rosenberg W et coll.? Evidence based Medecine: what it is andwhat it isn’t. BMJ 1996 ; volume 312, num?ro 7023. ?Disponible en ligne???:? http://www.bmj.com/content/312/7023/71.full

 

A propos de

avatar

Check Also

Au bord du gouffre: marche forcée vers le vide

Au bord du gouffre. Réflexions désespérées. Une récente promenade dans les entrailles de la terre ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Superbe article des plus informatif, Nathalie!

    N’oublions pas qu’en cette venue de la saison froide, le meilleur moyen de se protéger contre le rhume et la grippe est la vitamine D, alors que les autorité de la santé et du complexe pharmaceutique ne cesse de nous bourrer le crane avec leur produits miracles tels que ces vaccins contre la grippe saisonnière. Et dire qu’ils se disent surpris de voir les taux de vaccination baisser!

    Après l’hystérie frauduleuse de la fausse pandémie de grippe aviaire du H1N1, qui croit encore ces idiots menteurs manipulateurs inconscients???

  2. avatar

    UNE ÉTUDE BIDON SUR LA VITAMINE D.
    Source: Alter Info

    Sous le manteau d’une pseudoscience corrompue, nous voyons encore et toujours la santé naturelle bousillée. Nous voilà à présent avec une autre étude truquée, qui montrerait que les fortes doses de vitamine D n’ont aucune valeur thérapeutique. Les gens ciblés sont cette fois les victimes de sclérose en plaques.

    L’expérimentation

    L’étude, intitulée « A randomized trial of high-dose vitamin D2 in relapsing-remitting multiple sclerosis » [Essai randomisé de la vitamine D2 à forte dose dans la sclérose en plaques cycliques], a été publiée dans la revue Neurology. Cet essai de six mois impliquait 23 patients atteints de sclérose en plaque. Près de la moitié d’entre eux ont reçu 1000 UI par jour de vitamine D2. Les autres ont reçu deux doses de 6000 UI de vitamine D2. Au bout de six mois, quatre patients de chaque groupe ont rechuté.

    Points faibles de l’étude

    Les deux premiers défauts évidents de cette expérimentation sont le petit nombre de patients et sa courte durée, six mois à peine. Chose néanmoins bien plus grave, les patients n’ont pas reçu de la vitamine D naturelle ! Ils ont reçu une version de qualité inférieure. La vitamine D2 n’est pas de la vraie vitamine D. C’est la vitamine D3 qui l’est. Les sujets ont reçu le type D2.

    Les auteurs étaient au courant de l’importance du type de la vitamine D administrée. Ils ont déclaré :

    Les corrélations entre nutrition à haute teneur de vitamine D3 et fréquence plus basse de sclérose en plaques, activité et mortalité, ont conduit à l’hypothèse que les taux élevés de vitamine D pourraient être bénéfiques dans la sclérose en plaques.

    Les chercheurs étaient conscients de ne pas avoir donné aux patients une chose identique à celle qu’ils avaient reconnue associée à une meilleure activité et mortalité chez les victimes de sclérose en plaques. Néanmoins, ils leur ont donné de la D2 ! Ces soi-disant chercheurs ne sont nullement gênés !

    Là encore, nous ne devrions pas être surpris. Les chercheurs ont admis recevoir finance de Big Pharma, en particulier de Sanofi-Aventis, Biogen Idec, Merck Serona, et Bayer Schering Pharma.

    Les médias ont naturellement fait étalage du bien-fondé des pseudo-données médicales sorties de cette étude. MedPage Today, Medscape, Science Daily, Doctor’s Channel, CBS News, et d’autres, ont de concert couvert l’information avec la même affectation. Aucun d’eux ne propose de véritable analyse. À part le battage médiatique habituel, il n’y a rien. Tous acceptent la conclusion de l’étude, selon laquelle la vitamine D ne présente aucun intérêt, et aucun n’enquête sur la qualité ou les défauts éventuels de l’étude.

    Simplement une autre étude bidon

    Une fois de plus, une étude pipée a été montée, pour faire croire qu’un traitement naturel ne marche pas. En dépit d’avoir noté que la vitamine D3 est reconnue bénéfique pour les victimes de sclérose en plaques, les auteurs ont conçu une étude prodiguant aux sujets de la vitamine D2. Elle a manifestement été imaginée pour donner l’impression que la vitaminothérapie ne marche pas.

    Ces soi-disant scientifiques devraient avoir honte d’eux-mêmes, mais leur ego semble consolé par les grosses perfusions de fric de Big Pharma. Ils n’ont manifestement rien à fiche que leurs conclusions finissent par nuire aux gens qui comptent sur leur travail

    Autres informations (en anglais) sur la vitamine D :
    – S’appuyant sur un défaut évident, l’Institute of Medecine préconise le minimum de vitamine D
    – La lumière du Soleil est un nutriment obligatoire, pas un risque sanitaire
    – Comment avoir de la vitamine D sans le Soleil
    – Selon un essai en double aveugle randomisé, la vitamine D réduit la grippe de moitié
    – Une étude montre que la vitamine D réduit de 77 pour cent le nombre de maladies cardiovasculaires
    – Une grande institution caritative pour le cancer admettre avait tort sur le bronzage !
    – La propagation de la peur du Soleil a fait que pas moins de 40% des enfants britanniques souffrent de rachitisme