Accueil / T Y P E S / Articles / La Turquie ? la recherche d’un lien de parent

La Turquie ? la recherche d’un lien de parent

Photo : Flickr jacoibo5731 GE
Photo : Flickr jacoibo5731 GE

Situ?e aux confins de l?Europe et au d?but du continent asiatique, la Turquie, charni?re et point de jonction entre les deux continents, est perdue entre les deux civilisations, et n?arrive pas ? trouver, entre l?Est et l?Ouest, quelle direction prendre. Tourn?e plut?t vers l?Orient, de par la religion musulmane de l??crasante majorit? de ses habitants, elle garde cependant le regard fix? sur l?Europe dont elle a h?rit? les principes d?un ?tat moderne et l?adoption de la la?cit?, bien qu?il s?agisse d?une la?cit? beaucoup plus th?orique que pratique et continuellement menac?e par un retour in?luctable aux sources originelles de l?Islam.

Cette situation n?est pas le fait du hasard. La Turquie a v?cu des si?cles ? cheval sur les continents europ?en et asiatique. L?empire turc qui a dur? plus de 600 ans, de 1299 ? 1923, s?est ?tendu sur pratiquement tout le Moyen Orient et sur une bonne partie de l?Europe du Sud Est, notamment : la Bulgarie, la Hongrie, la Serbie, la Bosnie, l?Albanie et une grande partie de la Gr?ce. Plusieurs de ces pays gardent encore aujourd?hui des vestiges et l?empreinte de ce prodigieux pass? de l?histoire turque. Il est donc tout ? fait normal que le peuple turc soit ? son tour impr?gn? des habitudes et des pratiques de vie des habitants de ces pays.

LES EUROP?ENS NE VEULENT PAS DE LA TURQUIE
Les sondages effectu?s en Europe sur l?adh?sion ?ventuelle de la Turquie ? l?Union Europ?enne, ont montr? que la majorit? relative des personnes interrog?es, soit 48% sont hostiles ? cette entr?e, avec des taux ?lev?s en :
– Autriche : 81%
– Allemagne : 69%
– Luxembourg 69%
– Chypre 68%
– Gr?ce 61%
– France 54%

Pour Philippe de Villiers la Turquie n?a pas la vocation ? entrer dans l?Union Europ?enne, car dit-il ? ni sa g?ographie, ni son histoire, ni sa culture, ne font d?elle une nation europ?enne ?. La Turquie dit-il encore, ? est un club de musulmans??. Selon lui, l?entr?e de la Turquie ? signifierait en effet l?arriv?e de 70 millions de musulmans et de 300 millions de turcophones au sein d?un ensemble de 400 millions d?habitants ?. Si la Turquie, crie de toutes forces, de Villers, entrait ? l?U.E, il faudrait que la France quitte l?Europe ? Voila qui est net.

Dans une intervention ? l?Assembl?e nationale, en 2007, Fran?ois Bayrou a d?clar? que ? l?entr?e de la Turquie dans l?Union europ?enne serait un risque de dissolution pour le projet europ?en ?. Pour les responsables du Modem ? la Turquie n?est pas un pays europ?en. Son territoire se trouve ? 90% en Asie. Seule sa t?te, en l?occurrence la ville d?Istanbul est situ?e en Europe. Or le premier crit?re d?appartenance ? l?Union europ?enne, fait-on remarquer, est l?europ?anit? comme cela a ?t? affirm? ? l?occasion du refus des candidatures du Maroc et d?Isra?l dans les ann?es 70.

Giscard d?Estaing est ?galement oppos? ? l?adh?sion de la Turquie, laquelle pour lui n?est pas du tout un pays europ?en. Nous savons par ailleurs que Nicolas Sarkozy est farouchement contre l?entr?e d?Ankara ? l?Union europ?enne et favorable juste ? un accord de partenariat. Au cours de toute la campagne ?lectorale, il n?a pas cess? de pr?ciser que la Turquie est un pays d?Asie Mineure.

Seul le PS laisse la porte ouverte. Mais nous savons que c?est plut?t pour ne pas s?aligner sur la position de la droite. Rappelant la d?cision prise ? l?unanimit? le 12 octobre 2004 par le bureau national, Julien Dray, porte-parole du parti, a d?clar? le 13 d?cembre 2004 ? les conditions de l?adh?sion turque ne sont pas r?unies aujourd?hui, mais que les discussions devraient se poursuivre en laissant toutes les options ouvertes, qu?il s?agisse d?une adh?sion ou d?un partenariat privil?gi? avec l?Union Europ?enne. ?.

COMMENT LES MUSULMANS VOIENT CE REFUS ?
Certaines d?clarations de politiques fran?aises n?ont pas laiss? indiff?rents aussi bien les musulmans de France, que la communaut? musulmane en g?n?ral et les Turcs en particulier. Les arguments avanc?s par De Villiers et Fran?ois Bayrou ont ?t? jug?s plus qu?offensants et x?nophobes. Fran?ois Bayrou rejette cat?goriquement l?entr?e de la Turquie ? l?Europe, afin dit-il de garantir un espace coh?rent. Pour lui l?adh?sion de la Turquie ? l?Europe changerait la nature de l?Europe.

Pour Julien Bartoletti (12/3/2007) Bayrou dit cela parce que la Turquie est un pays ? majorit? musulmane. ? On peut en d?duire, dit-il, que pour Bayrou, cette nature de l?Europe dont il parle serait d?essence chr?tienne. Apparemment pour le b?arnais, l?identit? et la nature de l?Europe ne peuvent se fonder que sur la chr?tient?. ?
De m?me, la crainte principale de De Villiers n?est pas motiv?e en r?alit? par une question de g?ographie ou d?histoire ou du g?nocide arm?nien, mais bel et bien par la peur d?un d?ferlement sur l?Europe de 70 millions de musulmans, rappelant en cela le d?ferlement barbare en Gaule dans le pass?.

Ce genre d?attitude de personnalit?s europ?ennes a fini par exasp?rer la plupart des observateurs musulmans qui voient en ce rejet, une humiliation et une insulte pour leur religion, leur culture et toute leur civilisation.
L?acceptation au cours de ces derni?res ann?es, d?un certain nombre de pays europ?ens de l?ancien bloc de l?Est, qui n?ont affirme-t-on, ni l?histoire et le pass? glorieux de la Turquie, ni sa puissance ?conomique, ni le niveau culturel du peuple turc, est la meilleure preuve que ce ne sont pas les droits de l?homme, ni le degr? de d?mocratie dans ces pays qui ont ?t? ? l?origine de leur admission au sein de l?Union Europ?enne.

Le principal argument du ? rejet ? de la candidature turque ? son adh?sion ? l?Europe r?side explique-t-on, dans sa situation g?ographique en Asie Mineure. Mais, soulignent certains observateurs, pourquoi un grand nombre de d?partements fran?ais font partie de l?Union Europ?enne, alors qu?ils sont situ?s en Am?rique du Sud telles, entre autres, la Guadeloupe (Aux Antilles), La Martinique (dans la Mer des Cara?bes), la Guyane (en Am?rique du Sud), la R?union (Au Sud Ouest de l?Oc?an Indien) ? Pourquoi les ?les Canaries au sud du Maroc, les villes de Ceuta et Melilla, sur la c?te m?diterran?enne du Royaume marocain, font-ils partie int?grante de l?Union europ?enne? Est-ce que Messieurs Giscard D’Estaing, ou De Villiers ou Bayrou auraient contest? l?appartenance de l?Alg?rie fran?aise ? l?Union europ?enne si ce pays avec ses trois d?partements (Oran, Alger et Constantine) faisait encore partie de la France ? Pourquoi dans ces conditions accepter une Alg?rie fran?aise et refuser une Alg?rie ind?pendante ? Est-ce que les opposants ? l?adh?sion de la Turquie se sont un jour pos? des questions sur les peuples de tous les d?partements d’outre-mer?: leurs religions, leur culture et leurs origines ? Est-ce que, dit-on, l?Union europ?enne sera plus h?t?rog?ne, avec la Turquie, qu?elle l?est, aujourd?hui, avec ses composants actuels ?

Pour un grand nombre d?observateurs, m?me europ?ens, le fait de refuser d?admettre la Turquie au sein de l?Union rel?ve beaucoup plus d?un sentiment de racisme et de rejet envers les musulmans, que de consid?rations d?ordre g?ographique, ethnique, culturel ou autre.

QUELLE ALTERNATIVE POUR LA TURQUIE ?
Apr?s tout ce qu?on vient d?exposer, il faut reconna?tre que la Turquie n?a aucun avenir au sein de l?Europe. L?intervention de l?Occident dans certains pays musulmans, tels l?Irak, l?Afghanistan et demain peut-?tre, au Soudan et en Iran, attise de plus en plus la haine et les antagonismes entre les Occidentaux et les communaut?s islamiques. La proximit? de la Turquie de ce terrain de tension qu?est le Moyen-Orient, avec le conflit isra?lo-palestinien, les circonstances actuelles au Liban, en Irak et en Afghanistan, est une situation qui ne plaide pas, du moins pour le moment, en faveur d?une ouverture de l?Europe sur cette partie de l?Asie. La Turquie peut en effet constituer une barri?re de protection de l?Europe, comme elle risque de devenir un pont de passage et une porte d?entr?e pour des actions terroristes.

Il va donc de l?int?r?t, aussi bien de la Turquie que de l?Europe, de s?orienter vers une autre forme de relations, tel un partenariat privil?gi? avec l?Union Europ?enne, comme cela a ?t? sugg?r? par le pr?sident Sarkozy. De plus, la Turquie aura ?galement toute sa place dans le projet de l?Union pour la M?diterran?e au m?me titre que tous les autres pays du Sud.

?tant un pays dont une partie des habitants appartiennent ? la communaut? kurde, la Turquie doit ?galement d?velopper ses relations avec les ?tats voisins, Syrie, Irak, des pays musulmans, en voie de d?veloppement, ayant les m?mes caract?ristiques d?mographiques et ethniques, avec lesquels elle partage les eaux du Tigre et de l?Euphrate et entretient de multiples rapports sur les plans ?conomique et culturel.

Mohamed BOUHOUCH

A propos de

avatar

Check Also

Le centenaire d’Yves Montand l’engagé

« Tout ce qu’on peut dire et tout ce qu’on peut faire, en définitive : ...

One comment

  1. avatar

    Il va donc de l’intérêt, aussi bien de la Turquie que de l’Europe, de s’orienter vers une autre forme de relations, tel un partenariat privilégié avec l’Union Européenne, comme cela a été suggéré par le président Sarkozy.

    AUCUNEMENT. La Turquie a vocation a être européenne.