Accueil / T Y P E S / Articles / La Tunisie vers la faillite par Nader Haddad

La Tunisie vers la faillite par Nader Haddad

Quand arr?tera-t-on le chant des sir?nes, vantant les avanc?es et r?alisations et menant l??conomie du pays vers un effondrement certain? Le Chant des sir?nes pour ceux qui ne le savent pas est irr?sistible, il attire les marins s?duits vers les r?cifs les menant ? une mort certaine. Il en est ainsi de notre ?conomie de laquelle tous les membres du gouvernement ?ou presque- parlent avec une ??rudition? qui rendrait jaloux les Stiglitz, Krugman, Roth et Shapley. Quand arr?terions-nous de jouer aux autruches parlant d?un taux de croissance de 3,2% et de la cr?ation de 100.000 postes d?emplois?
Hafedh Ateb, universitaire, chercheur ? l’Ecole Polytechnique de Tunisie et ancien directeur g?n?ral de l’Agence nationale pour l’emploi et le travail ind?pendant (ANETI), vient d?affirmer dans un article sur le site Nawaat que si ?l?on ne tient pas compte des recrutements dans le secteur public et des programmes actifs de l?emploi (SIVP et assimil?s), on parvient ? un bilan tr?s d?cevant pour l?ann?e 2012: seulement 5.800 emplois cr??s sous le gouvernement de Jebali en 9 mois. Les 116.000 emplois, cr??s au total depuis mai 2011, ne repr?senteraient que 73% des emplois nets perdus au cours des 4 premiers mois de la r?volution (janvier 2011 ? avril 2011) et sont essentiellement des cas de retour ? l?emploi?, explique-t-il dans son article.

Alors pourquoi tient-on toujours la langue de bois ou plut?t d?acier? Pourquoi affichons-nous un sourire narquois, un air de bonheur surfait comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes? Qui cherche-t-on ? leurrer? Les propres militants des partis au pouvoir acquis ? la vie ? la mort ou leurs compatriotes Tunisiens cr?dules, na?fs et guettant la moindre lueur d?espoir qui puisse les rassurer et les conforter sur leur avenir et celui de leurs prog?nitures?

Non! L??conomie ne va pas bien, tenons-nous le pour dit!, et arr?tons de prendre nos d?sirs pour des r?alit?s tout comme il serait plus honorable et plus honn?te pour ces ministre qui d?filent ? longueur de soir?es sur les plateaux de t?l?vision de reconna?tre leurs limites en connaissances et analyses ?conomiques et dissimulant mal leur incomp?tence en la mati?re.

L??conomie va mal, Mesdames et Messieurs, et faute de chant de sir?nes, c?est un chant de crise que nous entendons ?a et l?. Il para?trait m?me que les n?gociations pour un accord de ligne de financement ? la Tunisie avec le FMI ? titre pr?ventif d?un montant de 2,7 milliards de dinars ne serait pas totalement acquis, ce qui compromettrait dangereusement l?ann?e 2014.

L??chec de l?initiative Jebali m?ne le pays vers l?inconnu ?conomique, social et s?curitaire

L?on s?attendait ? ce que le gouvernement Jebali form? et approuv?, le pays red?marre et retrouve sa s?r?nit?. L??chec de l?initiative remet le pays sur la voie de l?inconnu. Pour Mouez El Joudi, ?conomiste, ?le co?t de l?instabilit? politique devient cons?quent en Tunisie et les r?percussions touchent de pleins fouets l?activit? ?conomique. Nous savons tous qu?? la base de la relance ?conomique et de la croissance, il y a l?investissement qui ne peut se r?aliser et se d?velopper qu?avec des conditions fondamentales et indispensables. La stabilit? politique fait partie int?grante de ces conditions, et aujourd?hui en Tunisie, c?est cette stabilit? qui nous fait d?faut et qui retarde et handicape la relance ?conomique. Les consid?rations et les int?r?ts politiques et partisans qui priment, les pourparlers et les ?changes infructueux, les querelles de chapelles et les d?bats sans fin sur des questions futiles d??go et d?id?ologies obsol?tes et contreproductives impactent en effet n?gativement le climat g?n?ral et d?motivent les investisseurs et autres op?rateurs ?conomiques. Conjugu?e ? l?incomp?tence, au manque de vision, ? l?absence de strat?gies et de politiques claires et pertinentes, la situation s?aggrave, les d?ficits s?accumulent, les fondamentaux sont touch?s et les ?quilibres vitaux sont en p?ril?.

Et si la Tunisie retombe dans les bras du FMI, attendons-nous de nouveau ? des r?formes structurelles et des privations qui ne pourraient ?tre support?es par une population d?j? en souffrance.

La derni?re fois o? la Tunisie avait recouru ? un pr?t du FMI, c??tait en 1986 en pleine p?riode de restructuration de l??conomie. Pire, le recours de la Tunisie au FMI est la plus grande preuve que les portes des march?s financiers ordinaires et celles des accords de pr?ts bilat?raux lui ont ?t? ferm?es. L?endettement ext?rieur qui ?tait ma?tris? est pass? de 38% ? 47%. Les financements n?ont servi ni ? des activit?s cr?atrices de richesses, ni ? des postes d?emplois, contrairement ? ce que nombre de hauts responsables pr?tendent.

Les faux chiffres de la croissance tunisienne

Les chiffres de croissance sont faux, car ils ne refl?tent pas la r?alit? de la situation ?conomique du pays. Pour ceux qui estiment avoir des connaissances cons?quentes en ?conomie, comme le taux de croissance en 2011 ?tait de -1,8% et que celui de 2012 ?tait de 3,5%, l?addition des deux a pour r?sultat: 5,3%. ?Scandaleusement faux, nous avons rat? deux ann?es de croissance, d?nonce un expert en ?conomie. Les chiffres que nous diffusons ne sont m?me pas conformes ? ceux publi?s par les instances internationales telles le FMI ou la Banque mondiale, alors que la Tunisie a ratifi? la convention internationale sur la fiabilit? des donn?es chiffr?es?.

Alors qu?on parle de l?augmentation des exportations, on oublie le glissement du dinar: ?Pour une croissance positive des exportations de 3,9%, nous avons un dinar qui s?est d?pr?ci? de 10%. Les importations flambent gr?ce entre autres aux circuits parall?les et aux trafics de tous genres, pratiquement prot?g?s qui nourrissent, entre autres, les r?gions et cit?s marginalis?es o? foisonnent les mouvements extr?mistes de tous bords qui peuvent ainsi devenir indispensables ? des populations dans le besoin?.

Le co?t de la vie ne cesse d?augmenter et le pouvoir d?achat du Tunisien moyen se d?grade de plus en plus avec une inflation d?sormais structurelle de 6% hors produits subventionn?s, lesquels si on les consid?re l??l?veraient ? 10%.

Cette situation laisse la porte grande ouverte ? de nouvelles vagues de revendications sociales, pr?n?es par Hassine El Abassi, secr?taire g?n?ral de l?UGTT qui avait d?clar? que si la chert? de la vie continuait, il n?h?siterait pas ? appeler ? de nouvelles n?gociations pour l?am?lioration des salaires. Interpr?tation sur la r?alit?, nous sommes en plein dans le mythe de Sisyphe?

Pour ce qui est des autres signaux forts inqui?tants de la r?cession ?conomique, nous ne pouvons omettre de parler de l??pargne, laquelle, en une seule ann?e, a accus? une chute de 22% du PIB ? 16%. Pour r?tablir le taux d??pargne dans ses moyennes nationales, il va falloir au moins 10 ans ? hauteur de 1% par an. Pour pr?cision, le syst?me bancaire fonctionne sur les d?p?ts. Les 16% de taux d??pargne servent ? financer l?investissement et la cr?ation d?emplois.

Le d?ficit commercial, quant ? lui, a atteint 13% du PIB avec 11,7 milliards de dinars, soit un d?ficit qui ouvre grande la porte ? un endettement excessif et ? la d?gradation de la notation de la Tunisie.

Que faire? Un plan de sauvetage ?minent impliquant l?ensemble des parties prenantes et mettant l?int?r?t national au dessus de toute autre consid?ration, estime Mouez El Joudi qui pr?cise que ?dans le cas contraire et d?ici mi-2013, le sc?nario grec se pr?cisera pour la Tunisie et nous risquerons d?atteindre le point de non-retour sans aucune exag?ration!?.

Pierre de Coubertin disait : il faut ?Voir loin, parler franc, agir ferme?. Combien y en a-t-il qui soient ainsi dans le leadership tunisien?

A propos de

avatar

Check Also

Philip Morris : tabac, cigarettes, et… morts de soldats au Sahel (5)

Le Sahel est traversé tous les jours par une meute de camions fumants qui laissent ...