Accueil / A U T E U R S / LES 7 DU QUÉBEC / André Lefebvre / La “topologie” et la “forme” de l’univers

La “topologie” et la “forme” de l’univers

La question fut présentée au début du 20e siècle avec les mots suivants :

L’univers est-il ouvert, plat ou fermé?

La prémisse sur laquelle cette question était basée découlait de la notion universelle de la gravitation; qu’elle soit celle de Newton ou de la Relativité Générale.

Et on présentait le dessin qui suit comme explication de  ces trois propositions:

 

Sauf que le dessin porte beaucoup â confusion; parce que la « forme » de l’univers est présentée par les parties « noires » quadrillées et sa « topologie » est représentée par les trois « triangles » inscrits en rouge  sur ces parties noires quadrillées.

Il est évident, en effaçant le quadrillage topologique, on pourra toujours y tracer un triangle équilatéral et que la topologie peut toujours être « plate » quelle que soit la « forme totale » impliquée.

Par contre, si la topologie est « fermée », l’univers se recroquevillera sur lui-même; si elle est « ouverte » elle continuera son expansion éternellement et si elle est « plate » elle continuera également son expansion éternellement. Cette « déduction » est complètement illogique puisque, que la topologie soit « ouverte » ou « plate », l’expansion de la « forme » totale de l’univers, se fera de la même façon. Ce qui n’est pas possible.

Pour s’en rendre compte il ne suffit que de considérer la question :

Est-ce que l’univers est « fini » ou « infini »?

Si nous adoptons le concept d’univers « infini », il est évident qu’il est impossible de lui donner une « forme »; et que cet univers soit infini ou non ne dérange en rien la topologie de cet univers.

Conclusion :

La forme de l’univers n’a rien à voir avec sa topologie.

Alors qu’en est-il de cette topologie?

Les résultats scientifiques, obtenus dernièrement, nous confirment que l’univers est « presque » plat. Mais ce « presque » n’est pas du tout justifié par une mesure établie; il est justifié par une absence de précision suffisante de nos mesures actuelles.

Autrement dit, l’univers est « plat » jusqu’à ce que notre technologie soit assez avancée pour déterminer le « peu » de courbature encore possible, laissée par la marge des mesures actuelles.

Ce qui signifie que nos mesures ne parviennent pas à prouver sans l’ombre d’un doute, que l’univers n’est pas « plat ».

 

Quelle est donc le degré de précision atteint par nos mesures actuelles?

Les derniers résultats, donnés par le satellite Planck en 2015, indiquent que la courbure, qui reste encore possible d’exister, est de 0.000±0.005. C’est-à-dire une possibilité de 5 millièmes de 1 millionième.

C’est ce qui fait dire aux scientifiques que l’univers a toutes les chances d’être « plat ». En fait ce qu’ils veulent dire est que l’espace a toutes les chances de posséder une topologie « plate »; et nous venons de voir que la « forme » de l’univers n’a rien à y voir.

Par contre, disons tout de suite qu’une telle micro-possibilité, pour la courbure de l’espace, ne peut pas justifier les trajectoires courbes que nous observons chaque jour.

Avant de réagir en disant qu’à l’intérieur d’un « champ gravitationnel » l’espace est définitivement  courbe, il convient de considérer le résultat des données scientifiques et d’admettre qu’aucun de ces résultats n’appui la possibilité d’un espace courbe dans un « champ gravitationnel ».

Cette supposée « courbure » de l’espace est appuyée exclusivement comme étant une explication plausible, justifiant les trajectoires courbes observées. La Relativité Générale d’Einstein est l’une de ces explications plausibles et l’autre est la gravitation de Newton. Ce ne sont que deux « modèles » d’explication plausible.

Par contre, il faut bien admettre que les mesures actuelles de la topologie de l’espace contredisent ces deux modèles. Et le plus précis des deux modèles, la Relativité Générale, devient obsolète, puisqu’il s’appuie sur la « déformation » de la géométrie de l’espace qui n’est évidemment plus du tout « déformée » puisque sa topologie est prouvée « plate ».

Ajoutons que le satellite Planck a confirmé que l’univers est euclidien; ce qui élimine qu’il possède 4 dimensions. L’univers possède trois dimensions (espace euclidien) qui prend de l’expansion pendant que le temps s’écoule vers le futur.

Avouons que cette description de l’univers est d’une simplicité déconcertante et que toutes les questions tellement « profondes » et « mystérieuses », surgies au cours du dernier siècle, deviennent totalement inutiles.

Reste à déterminer si l’univers est « fini » ou « infini ».

Nous savons que l’univers est apparu au moment du Big-bang. Mais qu’est-ce que cet univers dont on parle?

Cet univers est tout simplement « l’espace-temps ».

Et nous venons de voir que cet univers est un espace en expansion au cours du temps qui s’écoule. Donc l’univers est, tout simplement et strictement, un volume d’espace en expansion et c’est ce « volume d’espace » qui est apparu au moment du Big-bang affublé de cette caractéristique expansionnelle.

Autrement dit, lors du Big-bang, ce fut l’espace qui apparut. Conséquemment, avant son apparition, l’espace n’existait pas.

Conclusion,

l’univers est un  volume d’espace qui est apparu dans … « rien ». L’univers est donc entouré de … « rien » et c’est dans ce … « rien » qu’il prend de l’expansion. Autrement dit, l’espace se crée de l’espace.

De sorte que ce volume universel n’étant limité par … « rien », devient un volume d’espace défini par lui-même, n’étant limité par aucune frontière.

Libre à vous de dire qu’il est « fini » ou « infini »; les deux descriptions sont tout à fait exactes.

Une chose reste certaine; l’univers est « tout ce qui est » et ne peut pas être « deux » puisqu’alors ils devraient être « séparés » par … « rien ». Ce qui est illogique, sinon impossible.

Comme je le disais, l’univers est tellement simple à comprendre que les mathématiques, malgré leur aide dans l’étude des détails, ne peuvent qu’en compliquer la notion générale.

 

André Lefebvre

Auteur de:

L’Histoire… de l’univers

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 1:  La Science Secrète)

Les Hommes d’avant le Déluge (Trilogie – Tome 2: Le Mystère Sumérien

Le tout dernier livre, paru en novembre 2016 (version gratuite):

Histoire de ma nation

Tous mes livres sont offerts GRATUITEMENT chez:

http://manuscritdepot.com/a.andre-lefebvre.7.htm#menu

Commentaires

commentaires

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

Election 2020 (IV) : une erreur de stratégie des républicains

Ils se sont plantés les républicains. Et en beauté, donc. Leur principale erreur est flagrante ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.