Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / Non classé / La productivit? au Qu?bec

La productivit? au Qu?bec

 

L??cole des Hautes ?tudes Commerciales (HEC) a r?cemment publi? son?rapport?sur la productivit? au Qu?bec. Le premier constat qui en ?mane est que le Qu?bec dispose d?un niveau de vie inf?rieur ? la moyenne des pays d?velopp?s (graphique 1) et des autres provinces canadiennes (graphique 2). Pour ce faire, ils utilisent le PIB par habitant comme mesure de niveau de vie, ce qui est ?videmment contestable car cette mesure est loin d??tre parfaite, mais elle demeure n?anmoins la plus fiable dont nous disposons pr?sentement.

 

 

 

Les auteurs de l??tude mette cette lacune sur le dos d?une productivit? plus faible. Contrairement ? ce que Lucien Bouchard affirmait il y a quelques ann?es, cette productivit? plus faible ne d?coule pas vraiment d?une ardeur au travail moindre de la part des Qu?b?cois, lui qui mentionnait b?tement que les Qu?b?cois ??ne travaillent pas assez?? (ici). En fait, ce constat est bon en comparaison aux autres provinces, mais pas en comparaison aux autres pays d?velopp?s.

En fait, les HEC d?composent le niveau de vie en trois composantes (voir figure 1) : 1) le PIB par heure travaill?es (productivit?), 2) le nombre d?heures travaill?es par emploi (intensit? du travail) et 3) le nombre d?emploi sur la population totale (ou taux de participation).

Les tableaux 1 et 2 montrent comment le Qu?bec se classe sur ces trois mesures. Au niveau du taux de participation, le Qu?bec se classe 11/21 relativement ? l?OCDE et 6/10 par rapport aux autres provinces. Bien qu?il puisse s?am?liorer, ce n?est pas cet aspect qui explique l??cart de niveau de vie.

En ce qui concerne l?intensit? du travail, le Qu?bec se classe 12/21 versus l?OCDE, ce qui n?est pas mauvais, mais au dernier rang comparativement aux provinces canadiennes. Cette mesure peut ?tre influenc?e par des choix personnels de d?sirer plus de vacances ou un emploi qui facilite la conciliation travail/famille ou des cong?s de maternit? plus long. Ces trois ?l?ments ne figurent pas au calcul du PIB, mais b?n?ficient positivement au niveau de vie. On peut aussi penser ? une semaine de travail moins longue et l?utilisation moindre des heures suppl?mentaires.

Le troisi?me ?l?ment, la productivit? du travail, est selon moi le plus int?ressant. Le Qu?bec se classe 17/21 et 6/10 pour le PIB par heure travaill?e. Cela signifie que pour chaque heure de travail, le travailleur moyen Qu?b?cois produit pour presque $18 de moins de valeur de biens et services que le travailleur moyen Am?ricain, soit presque 25% de moins. Cela signifie que les Qu?b?cois occupent des emplois ? plus faible niveau de comp?tence et/ou ? plus faible valeur ajout?e et/ou disposent d??quipements moins performants.

Les graphiques 16 et 17 ci-bas pr?sentent un contraste important entre les d?penses gouvernementales en pourcentage du PIB et par habitant. Ces d?penses par habitant ne sont que 5% plus ?lev?es que la moyenne des 20 pays de l?OCDE de l??chantillon, alors qu?en proportion du PIB, le Qu?bec est plus de 20% en haut de la moyenne. En fait, comme le Qu?bec produit moins de PIB par habitant (en raison de sa plus faible productivit?), il est automatique que ses d?penses gouvernementale en pourcentage du PIB soit ?lev?es. Ceci dit, les HEC indiquent que les d?penses plus ?lev?es servent surtout ? financer des services sociaux tels que les garderies subventionn?es et les cong?s parentaux.

Cela signifie que m?me s?il g?n?re 12.1% moins de PIB par habitant que la moyenne de l?OCDE, le gouvernement y d?pense 5.1% de plus par habitant.?Pour maintenir ce rythme, le Qu?bec a deux choix : soit taxer davantage, soit emprunter. ?videmment, le Qu?bec taxe davantage que la moyenne des pays de l?OCDE et que les autres provinces (ici?et?ici), mais il y a une limite au niveau de taxation maximal qui puisse ?tre appliqu? sans nuire ? l?activit? ?conomique et miner la comp?titivit? des entreprises (effet Laffer). C?est pourquoi la deuxi?me solution (l?endettement) est celle qui a ?t? davantage utilis?e. C?est d?ailleurs pourquoi la principale conclusion de l??tude des HEC est que?le Qu?bec vit au-dessus de ses moyens.

Les revenus de taxation en proportion du PIB sont plus ?lev?s que la moyenne au Qu?bec, mais plusieurs pays de l?OCDE ont une ponction fiscale nettement sup?rieure en pourcentage du PIB (graphique 19). Cependant, encore une fois comme le Qu?bec dispose d?un PIB/habitant inf?rieur, les revenus de taxation par habitant (graphique 20) sont tout juste en bas de la moyenne.?En d?autres termes, le Qu?bec taxe un peu plus en pourcentage du PIB, mais r?colte moins de taxes en dollars par habitant parce que le PIB/habitant est plus bas.?Notez aussi que sans les milliards qu?il re?oit en p?r?quation, le Qu?bec devrait taxer davantage pour maintenir ses niveaux de d?penses gouvernementales.

Pour revenir au coeur du probl?me : pourquoi donc est-ce que le Qu?bec a une productivit? inf?rieure aux pays de l?OCDE? La r?ponse propos?e par l??tude des HEC est que l?investissement (en pourcentage du PIB) est inf?rieur au Qu?bec (graphique 25). La logique veut qu?en investissant moins, les Qu?b?cois se retrouvent avec des ?quipements moins avanc?s, ce qui nuit ? la productivit? des travailleurs.

Bien que ce constat soit int?ressant et alarmant, l??tude des HEC nous laisse sur notre faim quant aux explications possibles de cet ?cart. Voici les quelques causes que j?ai pu trouver :

  • Taxation plus ?lev?e (donc l?argent est dilapid? par le gouvernement plut?t que d??tre investi).
  • ?pargne?moins ?lev?e (en partie parce que la taxation est plus lourde).
  • R?glementation plus contraignante.
  • Interventionnisme gouvernemental (subventions, protectionnisme, Caisse de D?p?ts; diminuent l?incitatif des entrepreneur ? investir pour am?liorer leur comp?titivit?).
  • Moindre flexibilit? du march? du travail et pouvoirs syndicaux accrus.
  • Syst?me d??ducation de moindre qualit?, qui subventionne les programmes d??tudes ??non-vocationnelles?? (le r?sultat ?tant un moindre degr? de comp?tence de la main d?oeuvre, ce qui nuit ? l?investissement en quantit? et en qualit?).
  • Risque de s?cession (repousse les investissements ?trangers).

Combien de temps cela pourra-t-il durer? Plus le Qu?bec emprunte, plus il s?endette et il y a une limite ? l?endettement. Si on observe la?dette du Qu?bec?en pourcentage du PIB, on constate qu?elle est tr?s ?lev?e. Si on lui additionne sa part de la dette du gouvernement f?d?ral, le Qu?bec s?approche des 100% dette/PIB, versus environ 80% pour l?OCDE. Selon les ?tudes des ?conomistes Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, le d?passement du seuil des 90% m?ne g?n?ralement ? un effondrement de la croissance ?conomique, et le d?passement du 100% am?ne des doutes quant ? la solvabilit? qui pourraient faire augmenter le taux d?int?r?t sur les emprunts du gouvernement Qu?b?cois. D?ailleurs, l?agence de notation de cr?dit Fitch a failli abaisser la cote de cr?dit du Qu?bec l?an dernier (elle est pr?sentement sous surveillance avec perspective n?gative).

R?cemment, l?ancien premier ministre p?quiste Jacques Parizeau a fait une sortie m?diatique (ici), clamant que la dette du Qu?bec est exag?r?e et n?est pas si probl?matique. Il aurait mieux fait de rester dans son ch?teau ? cuver son vin? Le tableau suivant est issu d?un?rapport?publi? en f?vrier 2010 par le ministre des finances Raymond Bachand. Il utilisait alors les chiffres du 31 mars 2009 et appliquait la m?thodologie de l?OCDE pour comparer la dette du Qu?bec ? celle des pays de l?OCDE. La dette se chiffrait alors ? 94% du PIB, un niveau inqui?tant.

Malheureusement, ces chiffres n?ont pas ?t? mis ? jour par le gouvernement, mais nous savons tout de m?me que la dette nette du Qu?bec a depuis augment? de 6.4% pour atteindre 49.0% du PIB au 31 mars 2013 (ici). La dette nette du f?d?ral a aussi augment? de 2009 ? 2013 de 5% pour atteindre 37% du PIB. On peut donc affirmer sans se tromper que le chiffre est pass? au-dessus des 100% (ici). ?videmment, on nous dira que la moyenne de l?OCDE a elle aussi augment? ? c?est vrai ? mais ce n?est certainement pas de quoi rassurer?

Le gouvernement du Qu?bec alloue cette ann?e 8,6 milliards de dollars aux int?r?ts sur sa dette. Cela repr?sente 10,5 % de ses d?penses, ce qui en fait le troisi?me poste budg?taire, m?me si les taux d?int?r?t sont ? un plancher historique?

L?autre portion int?ressante de l??tude concerne les in?galit?s de revenus. Les HEC mesurent les in?galit?s en fonction du ratio revenus des 20% plus riches sur les revenus des 20% plus pauvres (premier quintile / cinqui?me quintile). ? noter qu?avant imp?ts et transferts, le Qu?bec est presque la province la moins ?galitaire. Apr?s redistribution, le Qu?bec figure parmi les provinces les plus ?galitaires. Apr?s imp?ts et transferts, les in?galit?s n?ont pas augmenter depuis une douzaine d?ann?es ni au Qu?bec, ni au Canada. C?est durant les ann?es 1990s qu?elles avaient fortement augment?, ? un rythme moins ?lev? au Qu?bec que dans le reste du Canada, ce qui explique l??cart actuel.

N?anmoins, la conclusion quant aux in?galit?s est que celles-ci sont d?j? peu ?lev?es au Qu?bec et qu?il serait tr?s nuisible ?conomiquement de tenter de les diminuer davantage en taxant plus pour redistribuer la richesse.

 

MINARCHISTE

 

A propos de

avatar

Check Also

Désactivation de comptes Facebook : Jeu malsain, arbitraire infini, incompétence de gestion ou pur mépris ?

Une, plus que férocement stupide, ahurissante désactivation. Il y a quelques jours, j’ai personnellement aidé ...