Accueil / T Y P E S / Articles / La "plastax" Irlandaise

La "plastax" Irlandaise

Les ?les ont des enjeux environnementaux qui peuvent parfois ?tre bien plus graves que les autres lieux du monde. Prenons l’exemple de la gestion des r?sidus solides. Sur un territoire large, comme le Qu?bec, il est plus facile d’avoir des sites d’enfouissement. Nous avons un territoire large et l’?cosyst?me, bien qu’affect?, n’est pas des plus influenc?s au niveau global. Sur une ?le, le territoire est limit? et l’?cosyst?me est influenc? par les fluctuations environnantes.

C’est donc peu ?tonnant que l’Irlande ait eu de graves probl?mes dans la gestion des r?sidus solides, dans le pass?. Je parle bien s?r de la R?publique d’Irlande (L’Irlande du Nord ?tant encore une “province” Britannique). Mais dans les ann?es 2001, ce pays a choisi de d?clarer la guerre aux sacs de plastique.

Pourquoi les sacs en plastique ? En Californie, par exemple, les sacs en plastique de poly?thyl?ne repr?sentent 270 000 tonnes d’enfouissement par ann?e, soit 5% de la masse qui s’en va vers les sites d’enfouissement. Leur dur?e de vie est en moyenne de 20 minutes, mais les sacs se d?gradent dans les sites en approximativement 400 ans. Cela signifie que votre sac restera dans un site d’enfouissement 10 millions de fois plus longtemps qu’il ne sera utilis?.

Les sacs en plastiques peuvent aussi causer d’autres probl?mes. Bombay, par exemple, a compl?tement banni les sacs de plastiques, car les gens les jettaient dans la rue et que ceux-ci arrivaient ? bloquer des bouches d’?go?ts. Cela a contribu? dans le pass? ? l’augmentation de l’intensit? des innondations.

Mais maintenant que l’on conna?t certaines cons?quences possibles d’une surutilisation des sacs de poly?thyl?ne, revenons au cas de l’Irlande. En 2001, pour pallier ? une partie de leur probl?me de gestion des r?sidus solides, le gouvernement a lanc? la fameuse plastax. La plastax (taxe sur le plastique) imposait aux clients un prix pour chaque sac de plastique utilis?. En effet, il faut d?penser 0.15€ en Irlande pour un sac. Le montant de cette taxe est ensuite employ? pour investir dans des initiatives ?cologiques.

La premi?re ann?e, le gouvernement a r?ussi ? tirer l’?quivalent de 9.6 millions de dollars am?ricains. Mais cela n’est pas l? que les changements ont ?t? positifs. L? o? le programme s’est av?r? redoutablement efficace, c’est au niveau de la consommation des sacs. En effet, entre 2001 et 2002, seulement 200 millions de sacs de plastique ont ?t? utilis?, contre environ 1 milliard et 200 millions auparavant.

La taxe a donc eu un avantage majeur pour couper la consommation de sacs en plastique. Elle a favoris? l’emploi de sacs r?utilisables, a offert une source de revenus au gouvernement pour investir dans les technologies vertes et a r?duit les co?ts d’op?ration dans les sites d’enfouissement. Et le pire ? Les Irlandais sont fiers et heureux de cette taxe ! Qui parmi vous est heureux de payer un produit et des r?sultats que cela emm?ne ?

Suite aux r?sultats du projet ?s? de l’Irlande, d’autres pays ont adopt? une plastax. Un des plus r?cents ? La Chine, qui veut r?duire son empreinte ?cologique et a, elle aussi, des probl?mes d’enfouissement.

Au Qu?bec, nous avons l’infrastructure ad?quate pour lancer une plastax tr?s efficace. Nos ?piceries et nos commerces offrent d?j? des sacs r?-utilisables, ou m?me des bacs. Ces derniers temps, ?a ne m’est m?me pas rare qu’on me demande si je veux un sac, au lieu de m’emballer le produit tout de suite. Mettre une taxe symbolique de 25 sous sur les sacs de poly?thyl?ne, ce serait la derni?re ?tape pour arriver ? diminuer la quantit? de sacs de plastique dans nos sites d’enfouissement.

Mais une question revient : pourquoi ne pas recycler les sacs de plastique ? Parce que ?a se recycle mal, mais surtout parce que, en prenant l’exemple de la Californie, un maigre 1% des sacs de plastique se rendent dans le bac vert. Rendu l?, aussi bien dire que l’on ne recycle pas les sacs, quoique m?me si on les recyclait,ils ont peu de valeur ? valoriser.

A propos de

avatar

Check Also

Dans les règles de l’art

Le 5 septembre dernier, la sémillante ministre de la Culture lâchait au cours d’une (longue) ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Je m’excuse, le lien vers l’article original ne fonctionne pas. Essayez celui-là :

    La « plastax » Irlandaise.

  2. avatar
    François Marginean

    Personnellement, je suis écoeuré de me faire taxer. Pourquoi ne pas taxer les compagnies de plastique ou les forcer à produire des sacs complètement biodégradables ?

    Ou bien si on veut taxer les citoyens qui paient environ 200 taxes au Canada, pourquoi ne pas en abolir d’autres, comme la TPS qui est supposée être supprimée depuis belle lurette ?

    Je comprend l’idée de réduire la quantité des sacs de plastique, ici à Taiwan ça fonctionne bien aussi, mais j’en ai raz-le-bol des taxes. Je ne vais sûrement pas en demander une autre de plus en souriant.

  3. avatar

    Excellentes questions.

    Pourquoi ne pas taxer les compagnies de plastique pour faire des sacs biodégradables ? Parce que cela coûterait probablement plus cher et qu’ils finiraient à 25 cents chacun.

    Mon sujet ne concerne pas la façon dont la taxe devrait être gérée. Pour une épicerie de 100$, on utilise environ 3 ou 4 sacs. Cela coûte donc 1$. C’est un élément symbolique dissuasif, plutôt qu’une taxe majeure redonnée au consommateur.

    Mais c’est évident qu’une taxe a toujours un effet négatif au niveau de la population. Ce que j’explique, c’est que les Irlandais sont fiers de la taxe, non pas à cause des sous, mais surtout à cause des résultats. Une chutte de 90% des sacs de plastique donnés, c’est extrêmement impressionnant. Ce n’est pas étonnant que d’autres pays avec des problèmes dans la gestion des résidus solides ont emboîté le pas.