Accueil / A C T U A L I T É / La pens?e politique de S?gol?ne Royal

La pens?e politique de S?gol?ne Royal

En cette mi-f?vrier 2011, la campagne pr?sidentielle de 2012 est bel et bien engag?e. Pour le PS, et ? l’image de quelques autres dont on ne sait s’ils vont pers?v?rer, une candidate a annonc? clairement la couleur?: S?gol?ne Royal. Une des raisons de son entr?e ?nergique dans l’ar?ne, ? huit mois des Primaires, est l’existence chez elle d’une pens?e politique forte qui a besoin d’un peu de temps pour ?tre expos?e comme elle le m?rite et qui inspire ses concurrents.

Trois s?ries de comportements lui permettent de conforter et d?velopper au fil du temps sa conception du monde nouveau ? b?tir pour le XXI?me si?cle. Il y a d’abord les r?unions de proximit?, ces d?placements nombreux dans les territoires o? la candidate rencontre toutes les cat?gories de citoyens et se fait ??la voix de ceux qui sont sans voix??, en avan?ant r?guli?rement ses principales propositions. Il y a ensuite?les rencontres d’experts, par d?finition plus feutr?es, au cours desquelles elle confronte ses propositions aux avis ?clair?s des sp?cialistes de domaines pour en ?valuer la pertinence et la faisabilit?. Il y a enfin?les voyages d’?tudes, qui n’ont rien d’une promenade de sant?. Qu’on en juge avec le dernier exemple de f?vrier en Finlande?: S?gol?ne Royal y est all?e pour analyser sur place les ingr?dients du syst?me ?ducatif finlandais, r?guli?rement en t?te dans les classements internationaux?; pour comprendre chemin faisant les strat?gies finlandaises de maintien des seniors au travail?; pour exposer enfin ? un public tr?s nombreux sa vision de ces Etats-Unis d’Europe chers jadis ? Victor Hugo.

Cet ensemble impressionnant de trois types de conduites politiques compl?mentaires, auquel il faut adjoindre les incessantes interventions dans des ?v?nements socialistes internes (conventions, soutiens ? candidats) et internationaux (r?unions de l’Internationale socialiste en qualit? de vice-pr?sidente) rel?ve de sa fa?on de pr?parer dans la rigueur la proposition qu’elle pr?sentera dans la Primaire de l’automne 2011. On peut essayer de l’esquisser en quelques lignes.

Une politique de civilisation

Le concept de politique de civilisation appartient depuis plus de vingt ans ? Edgar Morin, qui vient de publier?La Voie (2011), o? il d?crit le chemin ? suivre selon lui ??pour l’avenir de l’humanit?. Sarkozy avait tent? un jour de reprendre l’expression, avec le succ?s que l’on sait?!!

Pour le grand sociologue, le mal de notre civilisation vient de ??d?veloppements urbains, techniques, bureaucratiques, industriels, capitalistes, individualistes?? qui la rongent de l’int?rieur. Il est ? pr?sent capital de leur imposer ??les imp?ratifs d’une politique de civilisation??, que Morin r?sume par quatre verbes?:

-????????? Solidariser (par une politique de solidarit?)?;

-????????? Ressourcer et convivialiser (par une politique de qualit? de la vie)?;

-????????? Moraliser (en luttant contre l’irresponsabilit? et l’?gocentrisme).

Depuis un bon moment, S?gol?ne Royal travaille avec Edgar Morin, qui a install? son laboratoire de recherche ? Poitiers, laboratoire soutenu par le Conseil r?gional de Poitou-Charentes qu’elle pr?side. En juin 2009, ouvrant ? Poitiers l’Universit? internationale d’?t? sur les sept d?fis de la politique de civilisation ?nonc?s par Morin, elle d?clarait?: ??c’est un rendez-vous essentiel pour les ann?es qui viennent. Il y sera question des ?alternatives th?oriques au paradigme de la croissance’, des ?sept d?fis pour une politique de civilisation’ et ‘de l’ab?me ou de la m?tamorphose’. Ce sont les d?fis majeurs??. Parfaitement acquise ? ces id?es, S?gol?ne Royal parle ? son tour de ??politique de civilisation?? et de ??m?tamorphose??.

Ainsi, la politique de civilisation est lou?e dans l’installation ? Poitiers du Comit? scientifique de L’Institut politique de civilisation (12 f?vrier 2010)?; dans son discours de Rio ? L’Internationale socialiste (avril 2010)?; dans la campagne des r?gionales de 2010 o? elle ?voque les sept d?fis de cette politique?; dans sa contribution au sommet du climat de Cancun (fin 2010).

Ainsi, la m?tamorphose, qui est le point de passage oblig? de cette politique de civilisation, est d?j? mentionn?e?: dans le discours de Dakar (2009) o? elle r?clame de ??penser le monde diff?remment, faire le serment de d?passer tous les sch?mas, les lieux communs, les syst?mes de pens?e qui rapetissent???; dans le discours de New York (juin 2010) o? elle d?clare que ??les crises sont aussi des chances de m?tamorphose??, qu’il faut ??entreprendre une mutation radicale qui transforme en profondeur la cha?ne des activit?s humaines??, que?les R?gions doivent faire ??le choix de vivre ? leur ?chelle et avec leurs moyens d’une nouvelle politique de civilisation sociale-?cologique??.

Dans cette perspective, l’alliance des civilisations sera fond?e sur ??une nouvelle d?mocratie plan?taire?? (Discours de Rio, 2010) et l’Europe, que Marcel Gauchet envisage comme ??laboratoire de civilisation??, doit alors devenir pour S?gol?ne Royal ??un mod?le de civilisation?? (Discours d’Ath?nes, 2009).

Pour sourire un peu?: entendant Sarkozy parler de ??politique de civilisation??, Moscovici avait qualifi? en 2007 cette expression de ??concept fumeux??. Mais, pilotant en 2010 la premi?re convention socialiste sur l’?conomie et le mod?le de d?veloppement, il avait avec d’autres fait figurer le concept dans le texte?!

Pr?n?e par Edgar Morin depuis plus de vingt ans pour ?tre d?clin?e dans tous ses aspects en 2011 par le sociologue dans?La Voie, reprise avec fermet? par S?gol?ne Royal depuis quelques ann?es, la politique de civilisation est la construction d’un autre monde aux trois niveaux?: r?gional/national, europ?en, mondial. Pour S?gol?ne Royal, cet autre monde reposerait sur une alliance des civilisations et une d?mocratie plan?taire, une R?publique du respect qui soit un ordre juste et notamment une d?mocratie participative. Elle exige la pratique de ??la politique par la preuve??, exp?riment?e patiemment au niveau r?gional. Telle est l’architecture g?n?rale du projet de S?gol?ne Royal projet, ? nos yeux.

Des Etats Unis d’Europe

Le 27 mai 2009 ? Rez?, venant soutenir les candidats socialistes aux Europ?ennes, et en pr?sence de Martine Aubry, S?gol?ne Royal avait ?voqu? ??l’Europe unie de tous les peuples d’Europe??. Pour elle, c’est ??une Europe plus juste, plus attentive, plus d?mocratique, plus efficace, plus passionn?e, plus combattive aussi pour la paix du monde??. Elle n’h?sitait pas ? pr?ner une Europe capable de se dresser contre la junte birmane pour obtenir la lib?ration d’Aung Sang Suu Kyi, ce qui est quand m?me autre chose que d’accueillir sur tapis rouge le leader lybien?! Bref, S?gol?ne Royal veut ??les Etats-Unis d’Europe?? pour ??la justice sociale au service de l’efficacit? ?conomique, une d?mocratie exemplaire, un combat ?cologique et des libert?s toujours plus grandes??. C’est une ??Europe unie, sociale, humaniste?? avec un pr?sident de l’Europe, un Parlement ? l’avant-garde de la d?mocratie, un gouvernement d?mocratique et ??pas seulement un gouvernement ?conomique.. un directoire de la zone euro??.

Le r?cent discours d’Helsinki (f?vrier 2011) fait retour sur ces exigences et se veut explicite sur trois propositions?: retrouver une vision par retour ? l’esprit de pionniers de l’Europe?; construire ces Etats-Unis d’Europe comme la f?d?ration d’Etats-nations ch?re ? Jacques Delors?; d?velopper une grande politique ?conomique et sociale europ?enne.

Explicitant les mesures ?conomiques qui constituent l’urgence du moment, elle propose la taxation des mouvements de capitaux sp?culatifs, l’?largissement du p?rim?tre d’intervention de la Banque centrale europ?enne, une agence de notation sp?cifiquement europ?enne, de nouvelles r?gles de supervision des banques et des fonds sp?culatifs.

Une nouvelle politique de d?veloppement

L’heure est ? l’unanimit? en ce qui concerne le d?veloppement?: tout un chacun le veut ??durable??, quand certains altermondialistes et ?cologistes le pensent ??soutenable??, sans parler de la minorit? qui pr?ne la d?croissance. La belle entente sur le qualificatif ??durable?? est trompeuse car elle permet d’embarquer en elle la sacro-sainte croissance. Or, sur ce point, Edgar Morin par exemple rejette syst?matiquement le concept de d?veloppement au motif qu’il couve en lui l’?conomisme de la croissance ind?finie, cette ??folie ?conomico-politique?? non encore per?ue comme telle. En lieu et place de la croissance verte, il parle d’?conomie verte, laquelle doit imposer de cro?tre sur certains plans, stagner ou d?cro?tre sur d’autres (pollution, d?chets, etc.). Ce qui veut dire qu’une politique de civilisation r?clame d’abord une r?forme de la pens?e et que le d?veloppement doit ?tre probl?matis?.

S?gol?ne Royal n’a pas abandonn? le terme de d?veloppement, mais elle en a parfaitement compris tous les enjeux et parle plut?t de ??d?veloppement humain??. A ses yeux, la politique doit ?tre d’abord ??sociale-?cologique??.

Sur le plan ?conomique, il ne suffira donc pas de r?clamer la r?gulation (n?cessaire) du capitalisme, de la finance internationale, des march?s mondiaux. Comme il ne suffira pas de mentionner qu’ont cess? les d?r?gulations pr?n?es un temps par le FMI, auxquelles a succ?d? ? pr?sent la rigueur ?conomique impos?e aux Grecs et autres Irlandais. Il faut avant tout avoir le courage, quand on est de gauche, d’abandonner le culte de la croissance ind?finie. Et le meilleur moyen est de d?velopper une politique de civilisation fond?e sur la priorit? de l’?cologie et du social.

Ce travail est ? l’?uvre dans le laboratoire de la R?gion Poitou-Charentes, travail politique que Jean-Fran?ois Macaire (Vice-Pr?sident) a qualifi? dans un livre de ??r?volution silencieuse??. Il sait de quoi il parle, il la vit au jour le jour depuis 2004 et c’est ce que S?gol?ne Royal qui l’orchestre nomme ??la politique par la preuve??.

J.-F. Macaire affirme que ce qui se passe dans ce laboratoire du changement, et dont on ne parle gu?re, ??ne ressemble pas ? ce qui se fait g?n?ralement dans les collectivit?s territoriales??. Il y voit un changement ??dans les principes, dans les actions, dans les m?thodes, dans la fa?on de faire les choix??. Cela touche ??tous les param?tres strat?giques?: conception, d?cision, m?thodologie de conduite de l’action?? et cela rel?ve d’un ??nouveau regard port? sur l’?conomie, sur la soci?t?, sur le monde et sur la politique??.

Sur le plan ?conomique, un nouveau mod?le est engag? en Poitou-Charentes par restructuration compl?te du budget r?gional. Il passe par une strat?gie r?gionale de march?, des participations de la R?gion au capital d’entreprises, la possession par la R?gion de brevets industriels, un Fonds d’investissement Proximit? qui draine l’?pargne des particuliers vers les entreprises r?gionales innovantes. La d?croissance affecte les budgets de la communication, des d?placements, des r?ceptions et les aides et subventions sont r?orient?es.

Sur le plan ?cologique, les instruments de l’excellence environnementale vis?e sont un Plan r?gional Initiative Climat, un Plan apr?s-p?trole (Lyc?e Kyoto, TER fonctionnant aux bio-carburants), un Fonds r?gional d’excellence environnementale. Le P?le de comp?titivit? des ?co-industries regroupe plus de 400 entreprises et laboratoires de recherche. On exploite les ?nergies renouvelables, tout sp?cialement photovolta?ques, et de nouveaux produits ?cologiques (v?hicules ?lectriques, biocarburants, granulats, etc.).

Sur le plan social, l’attention se focalise sur les r?volutions de l’emploi, de la formation, de la citoyennet?. Enfin, une coop?ration d?centralis?e tr?s active est ? l’?uvre avec le Qu?bec, le S?n?gal, l’Inde et le Vietnam, en totale coh?rence avec la politique de d?veloppement humain en R?gion.

Un triptyque central

Il n’est pas de politique coh?rente et ambitieuse si elle ne met pas en synergie les p?les de la R?publique, de l’Etat-nation et de la D?mocratie. Sur ces trois points, S?gol?ne Royal a affirm? ses positions, au risque de devoir bousculer tabous et st?r?otypes, de provoquer des critiques qui se sont transform?es en r?cup?ration.

R?publique du respect et Fraternit?

??La cl? de tout, c’est la R?publique du respect. C’est d’abord un Etat respect? parce que ceux qui l’incarnent nous respectent…C’est celle de l’?galit? du traitement, pas des passe-droits et des privil?ges. Celle o? l’Etat fonctionne bien…Celle qui conduira de vraies r?formes parce qu’elles seront justes et ?labor?es d?mocratiquement…C’est une conduite dans le respect des services publics?? (Si la gauche veut des id?es).

Martine Aubry y voit une soci?t? du ??care??, mot intraduisible recouvrant des r?alit?s complexes?; mot proche de sollicitude, attention port?e aux autres, aide et accompagnement des personnes?; notion qui conduit ? privil?gier la soci?t? des services. Dans un entretien donn? auMonde magazine (5 juin 2010), Martine Aubry s’exprime en des termes qui sont ceux de S?gol?ne Royal. Deux exemples?:

-????????? Elle en appelle deux fois ? ??une soci?t? du respect?? qu’elle d?crit comme ??une soci?t? d?cente, une soci?t? du soin…et non pas une soci?t? dure, violente, brutale, ?go?ste??.

-????????? Au journaliste qui lui fait remarquer que le lien social qu’elle ?voque ??ressemble finalement ? la fraternit? r?clam?e par S?gol?ne Royal??, elle r?pond?: ??Oui, absolument??. Et sa conclusion pr?cise?: ??Nous devons d?fendre l’?galit? sans laquelle il n’y a pas de libert? et porter haut la solidarit? et la fraternit? pour bien vivre ensemble??.

C’est parfaitement exact, mais la gauche a trop longtemps ignor? la fraternit?, celle qui avait ?t? d?crite par Jacques Attali en 1999 (Fraternit?, Fayard)?; celle qui a ?t? analys?e par R?gis Debray, dix ans plus tard (Le Moment Fraternit?, Gallimard, 2009) et que l’AG de D?sirs d’avenir de mars 2009 avait ?voqu?e. Les d?clarations de S?gol?ne Royal sur la fraternit? sont nombreuses?: ??elle nous permet d’affronter les grands d?fis et sugg?rer aux peuples les plus grands desseins?? (mars 2009)?; ??une cl? essentielle pour permettre une nouvelle conscience mondiale, ce nouveau si?cle citoyen. La fraternit?, c’est ce sentiment qui d?passe toutes les diff?rences pour nous permettre de vivre ensemble?? (septembre 2009). A L’Internationale socialiste, S?gol?ne Royal en appelle tout naturellement ? ??la fraternit? des peuples?? (Ath?nes, 2009), elle r?clame ??une politique de g?n?rosit? et de fraternit? des peuples?? (New York, 2010).

Le 31 d?cembre 2009, Sarkozy dans ses v?ux a promis de redonner ??sens au beau mot de fraternit? qui est inscrit dans la devise r?publicaine???! Dans ses v?ux, Martine Aubry en a appel? aussi ? ??une France plus fraternelle??. Tout le monde veut donc ? pr?sent la fraternit??!

Ordre juste de l’Etat

Les gens de gauche r?pugnent ? parler de la Nation, du drapeau, de l’hymne national. Les nationalismes meurtriers du XX?me si?cle en sont la cause. Mais S?gol?ne Royal n’a pas oubli? que la Nation, issue de la R?volution fran?aise, est fille de la philosophie des Lumi?res.

L’Etat n’a gu?re ?t? pris? des marxistes, qui l’ont r?serv? au seul pouvoir bourgeois, et cet impens? leur a jou? des tours dans tous les r?gimes communistes. Traditionnellement associ? ? la notion d’ordre public, l’Etat r?publicain a le monopole institutionnel de la violence l?gitime, celle qui r?duit le d?sordre ou violence ill?gitime par des dispositifs judiciaires et policiers, sur le mode de la s?curit?. La droite a longtemps courtis? l’ordre moral et autoritaire, elle uniformise peu ? peu de nos jours toutes les violences, elle ?tend alors le champ d’intervention de l’Etat et pourrait nous conduire ? une soci?t? de surveillance. La gauche se doit aussi de r?guler les rapports sociaux, r?fr?ner les d?bordements, red?finir les notions d’int?r?t public, bien public, service public. Comment passer alors de l’ordre injuste ? l’ordre juste, expression qui a ?t? utilis?e d?s 1996 par S?gol?ne Royal dans?La V?rit? d’une femme ? L’ordre juste est la contrainte l?gitime?; l’ordre injuste est la domination pure et la violence institutionnelle.

Cet ordre juste est mondial?: ??il n’est pas d’autre direction ? suivre que de peser de toutes nos forces pour l’av?nement d’un ordre international juste et des outils qui lui sont n?cessaires?? (Si la gauche veut des id?es). Ces outils sont nomm?s?: introduire dans les r?gles de l’OMC le respect des normes sociales et environnementales?; r?former FMI, Banque mondiale pour les mettre su service du d?veloppement humain?; cr?er une Organisation mondiale de l’Environnement?; promouvoir une Politique agricole commune mondiale. S?gol?ne Royal affirme?: ??L’ordre juste. Je ne vois pas ce que je pourrais trouver de mieux dans ma vie politique que ce concept auquel je crois?: l’ordre ?conomique, politique, environnemental juste. Il faut absolument tout changer en gardant ce triptyque ? l’esprit…C’est une question de survie nationale et plan?taire?? (Femme debout).

Cet ordre juste est ?videmment national. Il r?sulte d’un nouvel ?quilibre ? trouver entre la ??nouvelle puissance publique?? de l’Etat – qui est pour S?gol?ne Royal pr?ventif, correcteur et protecteur – de nouveaux droits des citoyens et groupements organis?s (associations, syndicats, etc.) dans la R?publique du respect. Il passe obligatoirement par le ciment de la la?cit?, l’?galit?, la justice ?conomique, les droits fondamentaux ? l’?ducation et ? la formation, la s?curit?, la d?mocratie participative.

Le concept a ?t? moqu? par DSK avec la formule ??l’ordre juste, c’est juste le d?sordre???! Il a ?t? r?cup?r? un instant par Sarkozy en octobre 2006. En 2009, Michel Barnier a d?clar? dansLes Echos, lors de la campagne des Europ?ennes?: ??je suis pour un ordre juste en Europe. Le monde ne sera pas stable s’il n’est pas juste??. Dans la m?me campagne, les socialistes s’engageaient pour ??une Europe du juste ?change?? et Elisabeth Guigou se pronon?ait ? son tour dans son livre ??Pour une Europe juste??. A peu d’exceptions pr?s, quelle belle unanimit??!

D?mocratie participative

L’expression est pr?sente dans tous les discours de S?gol?ne Royal prononc?s sur le plan national, europ?en (Discours de Berlin ? L’Internationale socialiste) et international (Discours de Dakar).

Ce type de d?mocratie est pratiqu? en Poitou-Charentes avec les budgets participatifs des lyc?es (deux r?unions annuelles)?; les ateliers participatifs proches des jurys citoyens (ateliers sur le changement climatique, les bourses d’aide ? la cr?ation d’entreprise)?; les forums participatifs (sur la sant?, le handicap, les ?co-industries, l’enseignement sup?rieur, la formation). En d?cembre 2006, S?gol?ne Royal en a fait un moment essentiel de sa campagne pr?sidentielle, affirmant que ??les citoyens sont les meilleurs experts de ce qu’ils vivent?? (Rennes). En d?cembre 2009, dans son?Contrat pour les r?gions, le PS a ?crit?: ??parce que nous pensons, que les citoyens sont les meilleurs experts de leur vie, nous voulons qu’ils soient co-auteurs des politiques publiques avec leurs ?lus et les acteurs de la d?mocratie sociale…Nous d?velopperons la d?mocratie participative sous toutes ses formes??.

On a voulu caricaturer ces r?unions participatives en les r?duisant ? des successions de moments d’expression port?s par le comportement compassionnel de l’animatrice. C’est ne rien comprendre ? la question?! Cependant, il est n?cessaire d’avoir un minimum de formation ? la conduite de ces r?unions d’expression montante et il convient de s’entourer de pr?cautions quand on opte pour un dispositif complexe. Mais, m?me si elle impose quelques contraintes, la d?mocratie participative est et sera r?clam?e par tous les acteurs politiques de l’avenir et il suffisait d’avoir lu Pierre Rosenvallon et quelques autres pour le comprendre bien plus t?t?!

Ce texte a tent? de d?crire rapidement les lignes de force et l’architecture d’ensemble de la pens?e politique de S?gol?ne Royal. Pour tous ceux qui ont lu ses livres, analys? ses discours, particip? aux Universit?s populaires participatives organis?es par D?sirs d’avenir, il n’est aucun doute?: S?gol?ne Royal sait parfaitement o? elle va depuis plusieurs ann?es et elle ne cesse d’approfondir sa r?flexion. Le d?nigrement d’hier concernant ses id?es s’est invers? en victoire id?ologique. Et ce qui frappe, c’est l’ampleur de sa vision, l’originalit? de ses propositions, le sens de l’avenir qui les traverse. Qu’on se le dise?!

http://www.da-nancy.fr/

No?l Nel

auteur de « Pour un nouveau socialisme » aux ?ditions ?L’Harmattan

 

A propos de

avatar

Check Also

« Maudits anglais ! »

                        Elle s’appelle Évangéline, ...

One comment

  1. avatar

    Instaurer cette « conscience sociale » produira un changement plus important que celui de la révolution française.

    C’en est probablement le deuxième pas à franchir.

    Si oui, l’humanité a des chances.

    La « démocratie participative »…au départ, démocratie = participation; ce qui n’est pas le cas actuellement.

    Amicalement

    Elie l’Artiste