Accueil / T Y P E S / Articles / La Nsa a un ? acc?s d’ensemble ? aux centres de traitement des donn?es de Google et Yahoo gr?ce ? un programme secret

La Nsa a un ? acc?s d’ensemble ? aux centres de traitement des donn?es de Google et Yahoo gr?ce ? un programme secret

Par Alex Lantier
1 novembre 2013
La?National Security Agency?(NSA) espionne des centaines de millions d’utilisateurs de Google et Yahoo, selon un article du?Washington Post?paru le 30 octobre et s’appuyant sur les documents internes fournis par l’ex-agent Edward Snowden.

La NSA a p?n?tr? les principaux canaux de communication qui relient les serveurs de Yahoo et Google sur toute la plan?te dans le cadre d’un programme intitul? ??MUSCULAR?? ?tabli en partenariat avec le GCHQ (Government Communications Headquarters) britannique. Ces agences collectent et passent en revue toutes les communications – qu’elles concernent des citoyens am?ricains ou non – entre ces serveurs.

En raison du caract?re indiscrimin? de cette collecte de donn?es, la NSA d?crit cette op?ration comme une ??prise compl?te,?? un ??acc?s total?? et de ??gros volume.?? Une fois les communications collect?es, elles sont explor?es en s’appuyant sur des crit?res qu’elle ne divulgue pas, et l’essentiel est stock? de mani?re permanente dans des sites de la NSA.

Ce reportage d?ment totalement les affirmations du gouvernement Obama et des d?put?s am?ricains selon lesquelles les agences am?ricaines respectent la vie priv?e et op?rent sous supervision stricte de la loi. Les t?moignages des chefs des agences de renseignements devant la Commission de la Chambre des d?put?s mercredi, qui visaient ? d?samorcer la crise diplomatique sur les r?v?lations d’espionnage par les Etats-Unis de la Chanceli?re allemande Angela Merkel et de centaines de millions d’appels t?l?phoniques et de SMS en Europe, ?taient de la d?sinformation et du mensonge.

Un document top secret de la NSA montre que durant la p?riode d’un mois pr?c?dant le 9 janvier 2013, le programme MUSCULAR a exp?di? plus de 181 millions de nouveaux enregistrements pour archivage au quartier g?n?ral de la NSA ? Fort Meade, dans le Maryland. Ces donn?es comprennent ? la fois des ??metadonn?es?? – comme l’identit? ou l’emplacement de l’exp?diteur et du destinataire des messages – et le contenu des communications, qu’elles soient en texte, audio ou vid?o.

Google et Yahoo g?rent d’?normes centres de traitement des donn?es sur toute la plan?te, qui conservent les donn?es des utilisateurs en plusieurs endroits en cas de perte accidentelle des donn?es ou de coupure du syst?me. Ils exp?dient ?galement des sauvegardes d’archives enti?res – contenant des ann?es d’emails et de fichiers joints – d’un serveur ? l’autre, que la NSA collecte dans leur ensemble. Les documents de la NSA affirment que cela permet ? l’agence non seulement d’intercepter des communications sur le vif, mais aussi d’avoir ??une vue r?trospective de l’activit? de la cible.??

Les ing?nieurs de Google qui ont parl? au?Post?sous le couvert de l’anonymat ??ont prof?r? un flot d’injures?? quand les journalistes leur ont montr? les diagrammes de la NSA sur l’??exploitation du cloud de Google,?? qui r?v?lent comment la NSA a bris? le cryptage de Google.

??L’objectif clair de la NSA n’est pas simplement de collecter tout cela, mais de le conserver aussi longtemps qu’ils peuvent,?? a d?clar? le journaliste Glenn Greenwald au quotidien espagnolEl Mundo. ??Donc ils peuvent d?signer ? n’importe quel moment un citoyen espagnol ou de n’importe o? ailleurs et savoir ce qu’il a fait, avec qui il a communiqu?.??

Les responsables de la NSA contact?s par le?Post?et?Politico?ont refus? de nier le rapport duPost?ou d’expliquer les caract?ristiques du programme MUSCULAR. Une porte-parole de la NSA a d?clar? ??Politico, ??la NSA est une agence de renseignements ext?rieurs. Et nous nous concentrons sur la d?couverte et le d?veloppement de renseignements sur des cibles valides pour les renseignements ext?rieurs uniquement.??

Les affirmations de la NSA n’ont cependant aucune cr?dibilit?. Des documents du tribunal FISA (Foreign Intelligence Surveillance) montrent que les agences am?ricaines de renseignements ont d?j? collect? une ?norme masse de donn?es sur les citoyens am?ricains et ont menti ? ce sujet devant ce tribunal. (Lire en anglais?:?FISA records document « daily violations » by government spy agencies).

Les responsables de Google et Yahoo, qui confient d?j? des donn?es sur leurs utilisateurs au gouvernement am?ricain dans le cadre du programme PRISM de la NSA, ont d?clar? qu’ils n’?taient pas au courant de cette infiltration suppl?mentaire dans leurs Centres de traitement des donn?es. Google a publi? une d?claration disant qu’ils sont ??troubl?s par les all?gations sur l’interception par le gouvernement du trafic entre nos centres de traitement des donn?es, et [qu’ils ne sont] pas au courant de cette activit?.??

Cet article est une indication de plus de la mani?re dont le complexe militaro-secret am?ricain a d?velopp?, par des moyens ill?gaux, l’infrastructure de surveillance dont aurait besoin un ?tat policier mondial.

L’ampleur des op?rations et le fait qu’elles visent des chefs d’?tats europ?ens d?mentent les affirmations selon lesquelles ces programmes sont con?us pour lutter contre Al Qa?da dans le cadre de la ??guerre contre le terrorisme??. Ils visent toute personne consid?r?e comme une menace potentielle pour les int?r?ts strat?giques de la classe dirigeante am?ricaine, non seulement les gouvernements europ?ens, mais, surtout, la population des ?tats-Unis, d’Europe et du monde.

Cette activit? a ?t? men?e durant des ann?es en violation manifeste du droit des ?tats-Unis, ce que m?me le tribunal FISA, un tribunal secret qui fonctionne sans rendre de comptes au public et sans possibilit? d’appel, a reconnu. En 2011, quand il a d?couvert que des m?thodes similaires ?taient utilis?es ? une plus petite ?chelle pour espionner les flux d’informations aux ?tats-Unis, le juge John D. Bates de ce tribunal a rendu une d?cision qui affirmait que ce programme n’?tait ??pas conforme?? au quatri?me amendement de la constitution am?ricaine.

La tentative du gouvernement de rassurer le public sur ces programmes a consist? en des s?ances de d?sinformation. L’audience de mercredi a ?t? l’occasion d’une d?claration conjointe minutieusement ?labor?e par James Clapper, directeur des renseignements nationaux, le g?n?ral Keith Alexander, directeur de la NSA, et James Cole, adjoint du ministre de la justice.

Cette d?claration insistait sur l’id?e que les reportages des m?dias sur la collection de renseignements effectu?s conform?ment ? la section 215 du?USA Patriot Act?et ? la section 702 de la Loi sur les renseignements ext?rieurs (Foreign Intelligence Surveillance Act) ?taient ??inexacts.?? Ils affirmaient que dans le cadre de la section 215, les agences de renseignement ??ne collectent le contenu d’aucun appel t?l?phonique ni d’aucune information identifiant les appelants, nous ne collectons pas non plus les informations sur la localisation des t?l?phones portables.?? Ils expliquaient aussi que l’espionnage men? dans le cadre de la section 702 ??ne visait que des non-Am?ricains ? l’?tranger.??

Aucune de ces affirmations ne r?fute les informations qui disent que Washington est impliqu? dans une vaste op?ration d’espionnage contre des cibles aux ?tats-Unis comme ? l’?tranger. En admettant que ces affirmations ne sont pas des mensonges ?hont?s, elles signifient simplement que les espions utilisent d’autres justifications pseudo-l?gales pour enregistrer les appels t?l?phoniques des citoyens am?ricains et pour espionner ceux-ci.

Dans le cas des saisies totales de donn?es de Google et Yahoo, la NSA a exploit? le fait que les centres de traitement des donn?es en question sont situ?s en dehors des ?tats-Unis, ils ne tombent pas sous la juridiction de la FISA, mais rel?vent directement du pouvoir ex?cutif. Les donn?es en question sont cependant les m?mes que celles qui se trouvent dans les centres de ces compagnies situ?s aux ?tats-Unis.

??Une collection de contenu Internet d’une telle ampleur serait ill?gale aux ?tats-Unis,?? ?crit lePost, ??mais les op?rations ont lieu ? l’?tranger, o? la NSA a le droit de pr?sumer que toute personne qui se sert d’un lien de communication ?tranger est un ?tranger.??

En d?pit des contorsions et des mensonges ?vidents des responsables des services de renseignements, les repr?sentants du peuple se sont aplatis devant les chefs de l’espionnage mercredi. Le d?put? d?mocrate Dutch Ruppersberger a d?clar? qu’il voulait ??remercier les gens de la communaut? des renseignements?? et a ajout??: ??la NSA ne cible pas les Am?ricains aux ?tats-Unis et ne cible pas non plus d’Am?ricains?n’importe o??ailleurs, sans un mandat judiciaire.??

Comme le montrent clairement les r?v?lations du?Post, les affirmations de Ruppersberger sont fausses et l’ensemble de cette audience n’?tait qu’une parodie destin?e ? tromper le public.

(Article original paru le 31 octobre 2013)

wsws.org

A propos de

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (24)

Et puis parfois c’est la surprise, en fouillant le fond des centaines de vidéos disponibles sur You Tube (à cette ...

One comment

  1. avatar

    Faut-il s’en inquiéter? Depuis décembre 2010, nous savons que toute une partie de l’administration étasunienne est passée à l’entreprise Google.

    « Les Services d’Administration Générale (GSA) américains ont annoncé aujourd’hui leur décision de faire passer leurs 17 000 employés et contractuels à la solution Google Apps for Government. La GSA supervise les activités du gouvernement fédéral américain, fournissant des services de gestion et d’acquisition de biens immobiliers et bâtiments, et procurant également une assistance à d’autres agences fédérales. »
    http://humanisme.blogspot.ca/2012/07/v-behaviorurldefaultvmlo.html