Accueil / A C T U A L I T É / La modernit? et le colonialisme

La modernit? et le colonialisme

 

paraguay-photovoice1-560Agust? Nicolau?-

G?ographe, responsable des activit?s publiques au Centre justice et foi (Montr?al)

***

L??uvre d?Enrique Dussel, un des grands philosophes latino-am?ricains actuels et ?l?ve d?Emmanuel Levinas, permet de saisir comment la modernit?, qui avait une vis?e ?mancipatrice dans le cadre europ?en, est devenue le fondement id?ologique de l?esclavage, du colonialisme, de la soumission des peuples p?riph?riques et, en derni?re instance, de la mainmise euro-am?ricaine sur une grande partie du reste du monde.

Une conception dominante, h?rit?e de Kant et de Hegel, fait correspondre l?origine de la modernit? au d?ploiement de la raison?critique, au XVIIIe si?cle, gr?ce ? laquelle l??tre humain europ?en s??mancipe de son ?tat d?immaturit?, de ?minorit??, et acc?de ? l?autonomie. La modernit?, dans cette perspective, serait l?aboutissement historique de divers processus convergents : la Renaissance italienne, la R?forme protestante, les Lumi?res et la R?volution fran?aise. Il s?agirait d?un processus propre ? l?Europe dans sa gen?se et son d?ploiement.

Une port?e mondiale?

Sans nier certains aspects de cette conception, Dussel la resitue dans un cadre d?analyse plus large, ? port?e mondiale, autant en ce qui concerne les facteurs qui rendent possible la naissance de la modernit? que la configuration et le d?ploiement de celle-ci. Selon lui, ce qui caract?rise avant tout la modernit?, c?est le fait que les ?tats, l?arm?e, le syst?me ?conomique et la philosophie des pays de l?Europe occidentale ? et de son prolongement, l?Am?rique du Nord ? deviennent le centre de l?histoire mondiale, rel?guant toutes les autres cultures ? la p?riph?rie. Une telle h?g?monie d?un syst?me g?oculturel et politique ? l??chelle du globe est une premi?re dans l?histoire mondiale.

Pour Dussel, la conqu?te espagnole de l?Am?rique centrale et d?une partie de l?Am?rique du Sud, au XVIe si?cle, constitue le point de d?part de la modernit?. Gr?ce ? cette conqu?te, l?Espagne, la premi?re nation moderne, inondera l?Europe d?argent et d?or, ce qui permettra l?accumulation du capital dans les banques des Pays-Bas et, par la?suite, le d?ploiement du mercantilisme et de la r?volution industrielle.

C?est l? la th?se centrale de Dussel : d?s la conqu?te des Am?riques, l?Europe moderne s?affirmera ainsi comme le ?centre? du monde, consid?rant toutes les autres cultures comme ?p?riph?riques?. La r?pression des cultures et des peuples autochtones, jug?s comme non conformes ? sa conception humaniste, bourgeoise et anthropocentrique, marque l?intronisation de l?universalisme de la modernit? europ?enne pour Enrique Dussel. Cette premi?re ?tape ?espagnole? de la modernit? correspond ? l??mergence de la subjectivit? moderne en tant que ?Je conqu?rant? ? comme l?a qualifi? Dussel, en r?sonance au ?Je pensant? de Descartes, qui, un si?cle plus tard, d?veloppa une conception ?triqu?e de la rationalit?, coup?e des sentiments, des ?motions et de la vie. En s?imposant comme universelle, cette derni?re balaiera toutes les autres conceptions de la rationalit? ? travers le monde.

Instrument de domination

Selon Dussel, la modernit?, en tant que processus endog?ne europ?en ? vis?e ?mancipatrice, est devenue, dans les faits, un instrument de domination, d?exploitation et de destruction dans une grande partie du monde : en s?imposant comme universelle, elle a exclu l?Autre non Europ?en ? le consid?rant comme primitif et barbare. L?Autre avait droit d?exister s?il acceptait de s??manciper en devenant europ?en ? travers la colonisation culturelle, politique et ?conomique. Cette ?uvre de civilisation a justifi? des conqu?tes, des guerres, des exterminations?

Cette modernit? ?universelle? est cependant en voie d??tre d?pass?e par la r?surgence de cultures exclues, ni?es, m?pris?es, sacrifi?es, qui ont surv?cu au processus de destruction inflig? par l?Occident et qui ont su pr?server leur mani?re propre d??tre au monde et de le comprendre. En se red?couvrant, non plus en tant que ?barbares? ? travers le regard occidental, mais plut?t comme victimes innocentes d?une injustice historique, ces cultures ?branlent l?universalisme moderne en r?v?lant son caract?re irrationnel, violent, h?g?monique, eurocentrique.

?Transmodernit? pluriverselle?

Cette contestation de la modernit? universaliste euro-am?ricaine met en ?uvre un nouveau mod?le civilisationnel que Dussel d?finit comme la ?transmodernit? pluriverselle?. Elle se caract?riserait par le fait que les autres cultures, celles que la modernit? a occult?es, peuvent d?sormais s?exprimer en tant que richesses civilisationnelles, tout en assumant simultan?ment les aspects ?mancipateurs de la modernit? (raison critique, valeur de la personne, droits individuels?). La transmodernit? serait ainsi le r?sultat de l?interaction dialogique entre les diverses cultures, dont la modernit? occidentale.

Certes, dans le contexte g?opolitique mondial actuel, les relations entre les cultures et les civilisations ne peuvent ?tre que profond?ment asym?triques : 20 % de l?humanit? (habitant principalement en Europe et en Am?rique du Nord) consomme plus de 80 % des biens et de ressources de la plan?te, une concentration jamais observ?e auparavant dans l?histoire, fruit d?un syst?me mondial amorc? en Europe. L??uvre de Dussel t?moigne d?une conscience lucide de cette r?alit?. Le passage d?une modernit? universelle ? une transmodernit? pluriverselle pourrait contribuer, selon lui, ? infl?chir les rapports de force actuels, en ouvrant la porte ? un ordre g?opolitique multipolaire qui serait politiquement, ?conomiquement et culturellement non h?g?moniste. Il en va, pourrait-on ajouter, de la survie des personnes, des peuples et de la plan?te.

A propos de

avatar

Check Also

Attaques terroristes du 11 septembre 2001 : 20 ans déjà…

  Il y aura 20 ans déjà que ce produisait les événements du 11 septembre ...