Récents articles
Accueil / A C T U A L I T É / La face cach?e des parcs nationaux

La face cach?e des parcs nationaux

Image Flickr par Super.Apple

Le 30 mars 2006, l?Assembl?e nationale a examin? pour la derni?re fois la loi sur les parcs nationaux. Pour ? aller vite ?, la ministre de l??cologie, Nelly Olin, avait pr?par? le d?cret d?application trois semaines auparavant (1) . La loi ? consensuelle ?, d?battue ? avec courtoisie ?, a ?t? adopt?e le 14 avril 2006 ? l?unanimit? par les d?put?s, moins les abstentions de la gauche (parti communiste et parti socialiste) et du centriste (Modem) Jean Lassalle.

Aujourd?hui des voix s??l?vent contre cette r?forme. En cause, l?extension de la superficie des parcs nationaux existants (2) qui a ?t? multipli?e par dix. En effet, la loi de 2006 inclut d?autorit? la zone p?riph?rique dans le p?rim?tre des parcs.
Jusqu?alors, cette zone mal d?finie ?chappait aux contraintes impos?es ? la zone centrale o? tout ?tait interdit (p?che, chasse, cueillette, activit?s, r?fection des b?timents d?agriculture et d?habitation, etc…), sauf autorisation du directeur… Des contraintes s?v?res qui ont cr?? ? un sentiment d?injustice (…) dans le c?ur de ceux qui avaient jusque l? gard?, avec jalousie et pr?caution, les temples de la nature ?, reconnaissait le d?put? du Var, Jean-Pierre Giran (droite,UMP), dans son rapport au premier ministre justifiant la r?forme des parcs (3).
A l?exception des C?vennes, o? le droit de chasse a ?t? conserv?, les communes p?riph?riques se sont soud?es contre les c?urs de parcs et s?en sont d?tourn?es. Ces m?mes communes doivent d?sormais accepter ou refuser leur ? adh?sion ? aux parcs, sachant qu?elles ne pourront pas en sortir avant quinze ans. La ville d?Hy?res n?a m?me pas eu cette chance ; les parlementaires l?ont dessaisie de ce pouvoir en le transf?rant au conseil d?administration du parc national de Port-Cros (Var) (4).

Libert? et d?mocratie bafou?es

L?ancienne zone centrale, appel?e d?sormais ? c?ur ? des parcs, est enti?rement sous l?autorit? du directeur, et les communes sont d?poss?d?es de leurs pouvoirs. L?ancienne zone p?riph?rique, appel?e d?sormais ? zone d?adh?sion ?, doit ob?ir ? une charte ?labor?e par le conseil d?administration du parc et approuv?e par d?cret. Le directeur du parc contr?le son application.
Gr?ce ? la charte, on voudrait faire croire que les communes en zone d?adh?sion d?tiennent encore leur pouvoir. Il n?en est rien, les communes concern?es sont moins repr?sent?es dans les conseils d?administration qu?avant. Il a suffi d?ajouter un coll?ge scientifique au conseil d?administration des parcs, de r?server des si?ges aux intercommunalit?s, aux d?partements, aux r?gions, pour marginaliser les communes dans le coll?ge des ?lus. Par ce tour de passe-passe, les chartes d?poss?dent les communes des aires d?adh?sion de la gestion de leur territoire.
Relayant les associations de protection de la nature, le d?put? communiste Jacques Desallangre (Aisne) s?en est expliqu? : ? le renforcement du poids des ?lus locaux dans le conseil d?administration des parcs comport(ait) un triple risque : celui (…) de fragiliser leur dimension d?int?r?t national ; celui (…) d?entra?ner un d?classement des parcs dans l??chelle de classement de l?UICN ? l?Union mondiale de la nature ? ; celui de conduire(…) ? un effacement de l?objectif premier : la protection d?espaces naturels exceptionnel« (5).
La d?mocratie repr?sentative est ainsi musel?e. En outre, le directeur concentre d?sormais tous les pouvoirs. Alors qu?il devait auparavant appliquer les d?cisions du conseil d?administration, il se contente d?sormais de l?informer. Enfin, le directeur dispose d?une police verte aux pouvoirs ?tendus, pouvant perquisitionner les habitants pour v?rifier qu?ils ne disposent pas d?armes, de plantes ou d?animaux interdits chez eux (6) .

? Le pacte mondial ?, cheval de Troyes du monde des affaires

Le r?le de l?Union internationale de conservation de la nature (UICN) est peu connu du grand public. Cette organisation non gouvernementale (ONG), qui s?apparente ? une v?ritable agence de l?ONU (organisation des nations unies), agit d?sormais pour le compte des minist?res de l??cologie et des Affaires ?trang?res, au terme d?un accord de coop?ration sign? le 22 novembre 2005, et renouvel? le 18 septembre 2009. Il est assorti d?une aide de pr?s de 8 millions ? (7). L?UICN a ainsi pu ? v?rifier l?ad?quation du projet de d?cret sur les parcs nationaux fran?ais avec les r?gles et standards internationaux ?, expliquait la ministre Nelly Olin aux d?put?s (30 mars 2006).
Elle g?re ?galement les relations internationales de la France sur les th?mes de la biodiversit?.Ensemble, l?UICN et l?ONU (organisation des nations unies) ont obtenu ? Nagoya (Japon), en Octobre 2010 (8), que les pays transforment 17% de leur territoire et 10% de leur espace maritime en aires prot?g?es. Or, ces deux?organisations refl?tent les int?r?ts des transnationales et des banques qui les financent, d?s lors qu?elles r?pondent ? quelques crit?res de d?veloppement durable (9). En effet, l?ONU a sign? le ? Pacte mondial? (Global compact) en 1999, les grandes ONG de l?environnement pratiquent la m?me d?marche. GSM (granulats), EDF, GDF-SUEZ, Veolia?Environnement, Yves Rocher (10) sont ainsi partenaires du comit? fran?ais de l?UICN. A l??chelon international, l?UICN r?unit quelques grands pollueurs de la plan?te (Shell, Sakhalin Energy investment company, Rio Tinto…) que l?on retrouve ?galement dans le World business Council for sustainable development (WBCSD) (11).

La main invisible du march?

D?ailleurs, la directrice de l?UICN, Julia Marton Lef?vre, a pr?sent? ? Londres, le 13 juillet 2010, le ? TEEB for the business ? (The economy for ecosystems and biodiversity), autrement dit l??conomie des ?cosyst?mes et de la biodiversit? pour le monde des affaires. Ce rapport, co-r?dig? par l?UICN et le banquier Pavan Sukhdev pour donner une valeur ? la nature, promet 1 100 milliards de $ de profits aux entreprises gr?ce ? la biodiversit?… Lors d?un colloque (12), on a appris que la montagne Sainte-Victoire (situ?e en Provence) pouvait rapporter 46 millions ? par an.
Ce n?est pas un hasard. La doctrine ultra-lib?rale, mise en ?uvre par les Etats-Unis, l?Europe, l?ONU, l?OMC, la Banque Mondiale, le FMI (…) affirme que seul le march? peut et doit g?rer le monde, qu?il faut abolir toute entrave ? son fonctionnement. Milton Friedman, le p?re de cette id?ologie et fondateur de l? ? ?cole de Chicago ?, pr?conisait d?j? dans les ann?es 50 qu?il fallait « tout privatiser, y compris les parcs nationaux ? (13). On comprend pourquoi il faut augmenter le nombre de parcs nationaux et d?aires prot?g?es, y compris marines, sous pr?texte de prot?ger la biodiversit?. De fait, les parcs nationaux d?poss?dent les communes, ou les communaut?s autochtones, de leur territoire et des ressources qu?elles avaient su g?rer et pr?server. Ils favorisent l?industrie touristique (tourisme de masse et de luxe), les majors du BTP et l?immobilier (14) en faisant grimper les prix, l?industrie pharmaceutique (et autres) gr?ce aux d?p?ts de brevets sur les plantes et les savoir- faire… tout en d?truisant l??conomie traditionnelle (agriculture, p?che, artisanat, petites et moyennes entreprises…).
Les banques ne sont pas en reste puisqu?il est pr?vu de faire entrer ces aires prot?g?es dans le march? financier du carbone, comme on le fait d?j? pour les for?ts des pays du Sud. Ainsi, les industries financeront n?importe quels parcs nationaux dans le monde pour s?exon?rer de la pollution qu?elles g?n?rent…Ce n?est pas un hasard si les aires prot?g?es sont d?j? consid?r?es comme des actifs par le FMI (15). Les parcs nationaux peuvent ?tre utilis?s pour convertir la dette d?un pays contract?e avec une banque ?trang?re, un autre pays, un organisme international. Ces ? conversions de dettes pour l?environnement ? s?op?rent selon les crit?res ?tablis par les ONG (16) et sous leur contr?le. Elles s?appliqueront ?galement aux aires marines prot?g?es. Voil? comment les parcs nationaux int?ressent ? le march? ?.

Notes :

1 – Assembl?e nationale, s?ance du 30 mars 2006, discussion du texte de la commission paritaire.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/cra/2005-2006/187.asp
2- C?vennes, ?crins, Guadeloupe, Mercantour, Port-Cros, Pyr?n?es, Vanoise
3- ? Les parcs nationaux : une r?f?rence pour la France, une chance pour ses territoires ? par Jean-Pierre Giran. Juin 2003, P.6
4- Loi du 14 avril 2006 sur les parcs nationaux, article 31, alin?a 7. ( Publi?e le 15 avril)
5- D?bat ? l?Assembl?e nationale le 30 mars 2006 (premi?re s?ance, discussion g?n?rale) du projet de loi sur les parcs nationaux.
http://www.assemblee-nationale.fr/12/cri/2005-2006/20060187.asp
6- D?cret n?2009-406 du 15 avril 2009 sur la d?limitation et la r?glementation du parc national des Pyr?n?es occidentales en application de la loi n?2006-436 du 14 avril 2006.
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do? cidTexte=JORFTEXT000020522179&fastPos=1&fastReqId=2131219774&categorieLien=cid&oldAction=rechTexte
7- http://www.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=10990 8- 10?me conf?rence sur la Convention de la diversit? biologique (CDB), ou COP10.
http://www.cbd.int/cop10/
9- Le Pacte mondial d?finit dix principes ? respecter par les entreprises dans les domaines suivants : droits de l?homme, normes de travail, environnement, lutte contre la corruption.
www.unglobalcompact.org 10- http://www.uicn.fr/Entreprises.html?var_recherche=partenaires
11- http://www.iucn.org/about/union/donors/#priva http://www.iucn.org/search.cfm? uSearchTerm=world+business+council
12- Colloque sur la Biodiversit? dans les Bouches-du-Rh?ne.
http://www.cg13.fr/fileadmin/mes_documents/Cadre_de_vie/documents/environnement/prog- 2010_biodiversite.pdf
13- Cit? par Naomi Klein, dans son livre « La strat?gie du choc, mont?e d?un capitalisme du d?sastre », P. 91-92
14- Les retomb?es ?conomiques et les am?nit?s des espaces naturels prot?g?s. Rapport g?n?ral. ?tude r?alis?e pour les Parcs nationaux de France 255 Novembre 2008Centre de recherche pour l??tude et l?observation des conditions de vie (CREDOC)
http://www.credoc.fr/pdf/Rapp/R255.pdf
15- Manuel de statistiques de finances publiques 2001(Manuel SFP 2001) du FMI. Chapitre 7 : Comptes du patrimoine.
http://www.imf.org/external/pubs/ft/gfs/manual/fra/index.htm
16- ? Conversions de dettes pour la lutte contre leVIH/SIDA ?. R?sum? d?information de l?ONUSIDA sur les politiques. Mai 2004
http://whqlibdoc.who.int/unaids/2004/9291733679.pdf

Fran?oise DEGERT

———-
Bellaciao : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article114400

A propos de

avatar

Check Also

L’Ekranoplan d’Alexeïev, une formule d’avenir ? (3)

Le père des ekranoplanes subsistants actuellement est allemand.  Il s’appelle Hanno Fischer, il est aujourd’hui ...