Accueil / SERVICES-PUBLICS / PRESSE & INFORMATION / Entrevue / Julian Assange : « un véritable régime de surveillance de masse, parfaitement orwellien »

Julian Assange : « un véritable régime de surveillance de masse, parfaitement orwellien »

julian-assange-le-fondateur-de-wikileaks-a-londres

afp.com/John Stillwell

Selon Julian Assange : « Nous voyons finalement l’émergence progressive d’un véritable régime de surveillance de masse, parfaitement orwellien. Qui est le fait principalement des gouvernements américain et britannique et auquel s’associent aussi 38 autres pays. Les téléphones, les disques durs du monde entier sont sous surveillance aujourd’hui… à quoi s’ajoute la coopération d’entreprises comme Google… »


Europe 1, le 1er mars 2015 : Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, se confie en exclusivité au micro de Thomas Sotto. Assange : « La Russie ne m’a pas accusé d’espionnage, les Etats-Unis si ! »

L’Express, le 2 mars 2015 : Le fondateur de WikiLeaks, interrogé par Europe 1, a affirmé que les « téléphones et disques durs du monde entier sont sous surveillance ». Il a également indiqué redouter « la menace qui pèse sur sa famille et ses enfants ». (voir l’article)

Julian Assange : « Quand on croit en quelque chose, il faut en payer en le prix »

Interview exclusive de Julian Assange, instigateur de Wikileaks, qui vit reclus à l’ambassade d’Equateur à Londres depuis 2012.
Extrait du journal de 19:30, une émission de la Radio Télévision Suisse, lundi 02 mars 2015.

Courrier International, le 11 février 2015 (extraits) :
« La surveillance policière autour de Julian Assange a coûté environ 10 millions de livres sterling (13 millions d’euros) au contribuable britannique depuis juin 2012, a révélé Scotland Yard. (…)
Ce coût vient de la présence, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, de policiers prêts à arrêter Julian Assange si ce dernier quittait l’ambassade. (…)

Le fondateur du site WikiLeaks, à l’origine de la publication de documents secrets, est réfugié depuis deux ans à l’ambassade d’Equateur à Londres pour éviter l’extradition en Suède, où il est accusé de viol sur deux femmes. Comme l’explique le quotidien britannique The Independent, « Assange pense que s’il est extradé en Suède, il sera forcé d’aller aux Etats-Unis, à la suite de la publication d’informations sensibles menaçant la sécurité nationale ». » (voir l’article)

Nina K

Source:  Agoravox.fr

 

A propos de CP

avatar
Média citoyen

Check Also

L’Ekranoplan d’Alexeïev, une formule d’avenir ? (3)

Le père des ekranoplanes subsistants actuellement est allemand.  Il s’appelle Hanno Fischer, il est aujourd’hui ...