Récents articles
Accueil / A C T U A L I T É / Immigration : charit? ou exploitation ?

Immigration : charit? ou exploitation ?

?immigration

???migr?, ?migr?, reste l?, t?en va pas, maintenant que t?es install?, mon vieux tu es chez toi, chez moi (?)????

Ce refrain chant? par un certain?Philippe Val?au d?but des ann?es 80 refl?te toute la sournoiserie de la bien-pensance gauchiste qui, en se travestissant en porte parole de l?humanit? d?sh?rit?e,?contribue et l?gitime son exploitation.?Sous couvert de g?n?rosit?, cette pr?tendue gauche instrumentalise le malheur des uns, ? d?faut de favoriser le bonheur de tous, pour au final n?accro?tre les profits que de quelques uns.?Voici que nos charitables donneurs de le?ons professent depuis plus de 30 ans qu?il est tout ? fait naturel pour un africain ou un asiatique, de quitter sa terre, sa famille et sa culture, pour ?migrer en France et y travailler. Comme si pour ces hommes et ces femmes remplir nos clapiers p?riph?riques ?tait une destin?e de choix, voire un progr?s ? leur condition. Combien d?entre nous pensent ainsi que nous offrons ? ces ??mal n?s?? une chance unique de vivre dans un monde plus civilis? ?

Aussi, nos m?dias ne cessent de nous servir la soupe d?un monde fractionn? (??tiers-monde??, ? monde sous-d?velopp? ??) reclus entre guerres, famines, et autres mis?res sanitaires, prenant bien soin de ne jamais r?v?lercomment notre Occident entretient le chaos dans ces r?gions-l?.?Il l?gitime ainsi son?droit d?ing?rence,?lui-m?me dissimulant un pillage commenc? il y a des si?cles et devenu vital pour maintenir un certain ?panouissement ?conomique.

Les fortunes d?une civilisation se font n?cessairement au d?triment d?une autre?

Comment ne pas voir d?sormais dans cette pr?tention ? accueillir sans compter, un des sympt?mes de cette arrogance paternaliste qui, ayant mal dig?r? sa?culpabilit? coloniale, tente de l?expier en pr?tendant pouvoir offrir l?hospitalit? au monde entier.
Ali?n?s de la sorte?nous regardons ? travers une petite lucarne ethnocentr?e un monde qui pourtant devrait s?appr?hender plus globalement.?Posture compr?hensible en m?me temps, pour celui qui cherche ? renforcer son statut de privil?gi?. Mais, qui dit d?un cot? privil?gi? dit immanquablement de l?autre d?favoris??
Enfin, peu importe ! Nous arguons, suffisants et satisfaits, que ces trag?dies seraient le fruit d?une certaine fatalit?, qui voudrait que les gouvernements et les peuples concern?s soient incapables de s?assurer le minimum n?cessaire pour vivre d?cemment.?Comme une sorte d?immaturit? citoyenne, conjugu?e ? un go?t prononc? pour la corruption et la paresse?

? Le devoir de civiliser les races inf?rieures ?

Au temps de l?esclavage notre???code noir???d?cr?tait simplement qu?un esclave ?tait un ??meuble??. On pouvait donc?exploiter ? bon droit?ces ? femmes ? et ces ? hommes ? apr?s les avoir achet?s.
Puis, suite aux temps des comptoirs, vint celui de la colonisation? ce temps o??Victor Hugo?clamait fi?rement devant le Parlement qu??? Au dix-neuvi?me si?cle, le blanc a fait du noir un homme ; au vingti?me si?cle, l?Europe fera de l?Afrique un monde ?.?Il l?gitimait ainsi une politique h?g?monique sous couvert de vertus civilisatrices.
Mais il y a pire : rappelez-vous, lors de son intronisation?Fran?ois?Hollande?rendit un hommage symbolique ?Jules Ferry, ? cet homme qui revendiquait en 1885 😕??les races sup?rieures ont un droit vis-?-vis des races inf?rieures. (?) Parce qu?il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inf?rieures.??
Quoique ! A regarder notre civilisation actuelle, on peut se demander si en d?finitive ce qu?elle pr?tend ?tre n?est pas pire que ce qu?elle a ?t? : son prestige repose, en effet, sur sa capacit? ? offrir plus qu?ailleurs?des biens de consommation destin?s ? asservir des citoyens?s?imaginant?acheter leur libert??dans l?illusion d?un confort !

Mais, paradoxalement nos modes de vies en font r?ver plus d?un !?A force de propagande?hollywoodienne, de revenu minimum, de s?curit? sociale, d??ducation nationale,?tous les migrants en viennent ? id?aliser notre Occident repu, esp?rant d?autant plus fuir une mis?re provoqu?e par nos?exactions coloniales?et nosexploitations privatis?es. C?est toute la perversit? de notre?France?terre d?accueil 😕elle offre un asile ? ceux dont elle a extorqu? les richesses pour assurer un confort ali?nant ? sa propre population, qui pour le pr?server alimente ? son tour, une ?conomie? ravageant la plan?te.

? la faveur de dictateurs corrompus, la?Banque mondiale, le?FMI,?et autre tr?sor public fran?ais, ont?surendett? l?Afrique, ne lui laissant d?autre choix que de?brader ses immenses ressources naturelles?pour le compte de nos multinationales, groupes p?troliers, et grandes compagnies de constructions. Cette politique d?exploitationg?n?re des milliards de profits ? ses propri?taires, tout en laissant les populations locales dans un?d?nuement criminel.? Pour qui tout cet or, ce p?trole, cet uranium, ce bois ou ces diamants ? S?rement pas aux peuples des pays, o? ces richesses et mati?res premi?res sont extirp?es.
Certes, ici certains de nos politiques ont beau jouer les bons samaritains lors d?envol?es humanistes, mais quand d?nonceront-ils les volont?s cupides que leurs gouvernements successifs contribuent ? organiser ?? Le pire, c?est que?c?est bien nous, ?lecteurs d?Occident, qui avons donn? les pleins pouvoirs ? ces repr?sentants alimentant cette spirale de la paup?risation.

Alors oui, vous pourrez toujours nous reprochez de jouer le jeu du?FN, de vanter un?protectionnisme fasciste?sous couvert d?une dialectique grossi?re ! Vous pourrez ainsi tenter de noyer votre servitude aur?ol?e d?ignorance dans vos pr?jug?s et insultes ? notre ?gard, il n?emp?che que nous avons d?j? pr?sent? dans le texte phare ??Pas de d?mocratie sans fronti?res?? nos modalit?s du vivre-ensemble.
C?est ?videmment?le droit du sol qui doit r?gir toute d?mocratie v?ritable. A partir du moment o? vous vous introduisez dans un lieu ? qui que vous soyez -, vous devez participez?? part enti?re, c?est-?-dire??gale,?? la vie du collectif.
Nous ?crivions pr?cis?ment :

P?n?trer l?enceinte born?e, c?est ?tre concern? par ce qui s?y passe. Les r?gles du lieu de vie, qu?il soit temporaire ou d?finitif, sont ?tablies dans un int?r?t commun ? tous. Franchir la fronti?re, c?est signer le contrat d?mocratique, partager le pouvoir avec les autres. ?

A propos de

avatar

Check Also

L’Ekranoplan d’Alexeïev, une formule d’avenir ? (3)

Le père des ekranoplanes subsistants actuellement est allemand.  Il s’appelle Hanno Fischer, il est aujourd’hui ...