Accueil / A C T U A L I T É / Guerre mondiale, aboutissement du capitalisme en crise

Guerre mondiale, aboutissement du capitalisme en crise

 

Le capitalisme en crise a besoin d?un conflit militaire majeur

 

 

Le capitalisme en crise a besoin d?un conflit militaire majeur

 

Pour Jean-Loup Izambert, journaliste ind?pendant et ?crivain, qui publie son septi?me ouvrage (1) sous le titre de Pourquoi la crise ? aux ?ditions Amalth?e, la crise du capitalisme est devenue totale. Contrairement aux d?clarations de certains ?conomistes et politiciens, il affirme qu?il n?y aura pas de sortie de crise. Pour l?auteur de la seule investigation journalistique sur les origines de la crise(2), le syst?me capitaliste ne peut survivre que par la guerre. Quelle alternative pour les peuples ? Entretien.

Geostrategie : Vous d?montrez dans votre livre Pourquoi la crise ? que le capitalisme ne peut plus supporter la d?mocratie parlementaire avec laquelle il s?est d?velopp?. Sommes-nous ? un point de rupture avec ce syst?me et les valeurs de libert?, d??galit?, de fraternit? ?

Jean-Loup Izambert : C?est ?vident. Pourquoi et quelles donn?es changent par rapport aux derni?res d?cennies ? Dans ce syst?me les grands propri?taires priv?s de l??conomie contr?lent l??conomie et tentent de l?imposer par tous les moyens comme r?gime aux peuples de la plan?te, y compris par la guerre. C?est ce qu?ils ont toujours fait avec la seule pr?occupation de s?enrichir et de faire main basse sur les richesses des peuples au seul profit des soci?t?s transnationales qu?ils dirigent. Mais parvenu au stade de l?imp?rialisme, p?riode actuelle du d?veloppement du capitalisme, les grands poss?dants ont besoin d?un pouvoir politique qui leur soit totalement d?vou? pour prot?ger et accro?tre encore la concentration des richesses qu?ils cumulent. Il faut bien comprendre qu?il s?agit pour eux d?une question de survie, de rester ma?tres du pouvoir et bien s?r de leur privil?ges. L?une des contradictions qu?ils doivent g?rer vient justement du fait que l?accumulation du Capital et la concentration des richesses qu?ils sont contraints de perp?tuer sous peine de perdre pouvoir et privil?ges implique aujourd?hui des centres de d?cisions de plus en plus ferm?s, dans l?entreprise comme dans la soci?t?. Or, cette tendance ? la centralisation va ? l?inverse de mouvement des soci?t?s qui pousse vers plus d?ouverture, de d?mocratie, de participation, de culture notamment avec le d?veloppement des sciences et des techniques.

Geostrategie : Quels faits caract?risent aujourd?hui cette concentration des richesses ?

J-L.I. : Aujourd?hui 200 soci?t?s transnationales contr?lent plus de 23% du commerce mondial et 1% des plus riches d?tient plus de 57% des richesses produites. L?augmentation des richesses conduit-elle ? l?enrichissement des peuples ? Non. Au niveau mondial 103 200 personnes, pour la plupart propri?taires priv?s de l??conomie, d?tiennent un patrimoine financier de plus de 30 millions de dollars, hors r?sidence principale et biens de consommation. Mais, si l?on se r?f?re aux statistiques de l?Organisation des Nations Unies, plus de 80 pays ont aujourd?hui un revenu par habitant plus bas qu?il y a dix ans. D?une part les peuples prennent de plus en plus conscience qu?ils ne profitent pas de l?augmentation des richesses produites, que plus les richesses se concentrent entre quelques mains plus la mis?re s?accro?t dans les soci?t?s mais ?galement que ce ph?nom?ne touche aujourd?hui le c?ur m?me de l?Occident capitaliste qui s?en croyait ? l?abri. Selon les chiffres du fisc ?tasunien, ? la veille de l?aggravation de la crise 60 millions de personnes ? vivaient ? aux Etats-Unis avec moins de sept dollars par jour. Bien que dissimul?e par les m?dias qui appartiennent aux milliardaires, la situation est analogue dans la petite Europe de Maastricht de 20 millions de ch?meurs o? 80 millions de citoyens ? soit quand m?me 16% de ses 495 millions d?habitants ? courent un risque de pauvret?, 17 millions sont r?pertori?es comme ? tr?s pauvres ? et 70 millions d?autres n?ont pas acc?s ? un logement d?cent selon les propres statistiques publi?es par la Commission europ?enne et d?autres organismes ? europ?ens ?. Dans ce contexte, les grands poss?dants de l??conomie ont besoin de faire courber la t?te aux peuples pour maintenir leur syst?me d?exploitation.

Les dirigeants bourgeois organisent le d?ficit des nations

Geostrategie : Comment le pouvoir politique favorise-t-il ces grands propri?taires priv?s de l??conomie ?

J-L.I.: De diff?rentes mani?res. Cela va du vote de lois en faveur de la grande bourgeoisie, ? une complicit? ?vidente avec le syst?me d??vitement fiscal qui appauvrit la collectivit? jusqu?au vote de cr?dit pour des guerres r?gionales dans lesquelles vous voyez appara?tre et se d?velopper des Soci?t?s Militaires Priv?es (SMP) li?es aux arm?es et services occidentaux et financ?es par les Etats et leurs transnationales. Les provocations r?p?t?es ? coups de campagnes m?diatiques contre la F?d?ration de Russie, la R?publique Populaire de Chine, la R?publique Islamique d?Iran ou d?autres mais aussi le soutien ? des dictatures comme en Irak apr?s avoir ravag? le pays par la guerre, dans plusieurs pays d?Afrique ou l?invasion et l?occupation de l?Afghanistan sont des illustrations de la tentation totalitaire du capitalisme. L?actuelle pr?sidence fran?aise, son Premier ministre et son gouvernement sont au diapason de ce qui se passe dans tous les pays capitalistes sans exception : atteintes r?p?t?es aux libert?s, vote de lois en faveur des grands poss?dants, r?duction du r?le des assembl?es ?lues ? par exemple, avec la volont? de tenter de supprimer les communes ou les d?partements en France ou en r?duisant le r?le du Parlement -, ? d?p?nalisation du droit des affaires ? qui a pour cons?quence de laisser faire le pillage de la nation par les grands propri?taires priv?s de l??conomie, retrait du r?le de l?Etat dans ses fonctions essentielles de la sant?, de l??ducation, du logement, du d?veloppement ?conomique et de l?emploi, engagement dans des guerres et occupations de pays contre l?int?r?t des peuples.

Geostrategie : La d?gradation de la situation ?conomique ne d?pend donc pas seulement de la crise comme les m?dias de masse tentent d?en accr?diter l?id?e ?

J-L.I. : Comme je l?ai dit, la crise est li?e ? la nature m?me du capitalisme. Elle prend une ampleur que n?a jamais connue le syst?me alors que le pouvoir politique n?a cess? de border son lit. Par exemple l?actuel pr?sident fran?ais s??tait engag? lors de sa campagne ?lectorale ? mettre en oeuvre une politique de plein emploi. Mais l?explosion du ch?mage et de la mis?re que nous connaissons aujourd?hui n?est pas le fait de la seule crise. Bien avant que celle-ci ne se manifeste brutalement, le gouvernement fran?ais UMP, ? peine install?, proc?dait d?j? ? la suppression de dizaines de milliers d?emplois dans la fonction publique sur plusieurs ann?es tandis que les dirigeants de grandes soci?t?s priv?es en programmaient la liquidation de centaines de milliers d?autres dans tous les secteurs d?activit?. Cette politique au service de la concentration du Capital n?est que la continuit? des pr?c?dentes politiques men?es par les gouvernements de droite comme de gauche. En fait le r?le de l?Etat bourgeois se borne ? prot?ger les int?r?ts des grands poss?dants contre l?int?r?t g?n?ral avec pour cons?quence l?aggravation du d?ficit budg?taire, l?endettement de l?Etat et une mis?re grandissante pour le plus grand nombre. Un exemple : les soci?t?s transnationales qui auraient d? payer plus de 33 milliards d?euros d?imp?ts pour la seule ann?e 2006 en ont r?gl? 6,1 milliards avec la b?n?diction de l?Etat ! Dans le m?me temps, ces entreprises qui ne cr?ent pratiquement pas d?emplois, organisent des plans de licenciements, exportent une partie de leurs b?n?fices pour ?chapper ? l?imp?t ont re?u de l?Etat 65 milliards d?euros d?aides de toutes sortes et b?n?fici? de milliards d?euros d?exon?rations fiscales. Pour vous donner une id?e, sur deux ann?es, cela repr?sente environ 130 milliards d?euros soit pratiquement l??quivalent du budget annuel europ?en pour la p?riode 2007-2013 ou le montant du d?ficit record du budget de la France fin 2009 contre 56,3 milliards en 2008. La dette publique de la France atteint aujourd?hui des sommets en se situant, selon l?INSEE, ? 1413,6 milliards d?euros pour le premier trimestre 2009 soit 72,9% du Produit Int?rieur Brut (montant des richesses cr??es dans un pays sur une ann?e enti?re). De m?me, l?Etat et les dirigeants des grandes soci?t?s priv?es doivent des milliards d?euros ? la S?curit? Sociale qui ont d?j? ?t? pay?s par les salari?s aux entreprises et les consommateurs mais ne sont toujours pas revers?s ? l?organisation de solidarit? nationale par le grand patronat. Voil? comment le gouvernement organise les d?ficits. Quand le Pr?sident de la R?publique et les ministres de l?Int?rieur qui se succ?dent affirment ? qu?il n?y a pas de zone de non droit ? en ciblant la jeunesse amput?e d?avenir qui se r?volte, ils se moquent ouvertement du monde. Les premi?res zones de non droit se situent au sein m?me de structures de l?Etat et elles sont le fait de leur politique qui conduit le pays ? la ruine ! Ce n?est qu?un aspect qui explique aussi la violence du syst?me vis-?-vis de toutes les r?sistances qu?il rencontre et de celles qui en d?coulent de mani?re plus g?n?rale dans les rapports sociaux.

Geopolitique : La violence est donc li?e ? la fin du syst?me ?

J-L.I. : Oui, un peu comme les derniers sursauts d?une b?te bless?e ? mort. Elle se manifeste par le rejet brutal de millions d?hommes et de femmes du syst?me de production, leur mise ? l??cart de la vie sociale, du logement, de la sant?, de la culture. Elle se manifeste ?galement par la destruction de pans entiers de l??conomie, de r?gions et de pays comme en Yougoslavie, en Irak, en Palestine, en Am?rique centrale ou en Afrique o? les derniers ? rois-n?gres ? ne doivent leur tr?ne qu?? la corruption d?brid?e de transnationales et, parmi d?autres, au pouvoir ?lys?en. Le capitalisme est un syst?me criminel qui a fait la prosp?rit? d?une caste de milliardaires sur la mort de centaines de millions d??tres humains, sur les souffrances les plus atroces des peuples sur tous les continents par la famine, la surexploitation, le colonialisme, la guerre. Et cela continue. Au moment o? nous parlons, selon les chiffres de l?Organisation des Nations Unies, une personne meurt de faim ? ? seulement ? de faim, ?pid?mies et guerres non comprises ? toutes les quatre secondes. Dans le m?me temps les dirigeants occidentaux en sont ? faire payer les paysans par les contribuables ? coups de primes pour mettre leurs terres en friches, ? d?truire des p?ches enti?res par des r?glements imb?ciles d?cid?s par les bureaucrates de Bruxelles. Et au moment o? nous parlons ce sont plus de 350 millions d?enfants de 6 ? 17 ans qui sont surexploit?s par les transnationales capitalistes sur tous les continents dans presque tous les types d?industrie, de l?Asie aux Etats-Unis(3). Si ce n?est de la violence et de l??go?sme, qu?est-ce donc le capitalisme ?!

Une exigence de destruction

Geostrategie : Dans votre livre vous rapportez le t?moignage de plusieurs intervenants de diff?rents milieux et pays dont certains ?voquent une crise totale contrairement aux pr?c?dentes. Quels changements avec les crises pr?c?dentes ?

J-L.I. : Effectivement la crise est presque mondiale par le fait qu?elle touche tout le syst?me capitaliste. Des pays comme la F?d?ration de Russie, la R?publique Populaire de Chine, Cuba, le Venezuela r?volutionnaire du pr?sident Hugo Chavez, le Br?sil, la R?publique d?mocratique du Vietnam ou d?autres comme la R?publique Islamique d?Iran sont moins touch?s car ils sont, pour des raisons diverses ? historiques, politiques, culturelles, ?conomiques ? moins imbriqu?s dans le syst?me capitaliste, ses r?seaux commerciaux, bancaires et financiers. Jusqu?? pr?sent nous devions faire face ? des crises conjoncturelles du capitalisme, des p?riodes o? la concentration du Capital s?acc?l?rait brusquement en mettant en difficult? momentan?e des monnaies, des ?conomies, des pays. Face ? cette situation in?dite il ?tait important que je donne la parole ? des intervenants de diff?rents milieux tous concern?s par la banque, la finance, l?organisation d?entreprise et de la soci?t?. Quelques fran?ais comme le Pr?sident du groupe Cr?dit Agricole Soci?t? Anonyme, un commissaire aux comptes ou un important cabinet d?avocats d?affaires parisien ont refus? de d?battre de la situation et de r?pondre ? des questions portant sur l??volution de l?activit? de leur secteur professionnel dans le contexte actuel. La plupart ont jou? le jeu et apportent, comme vous avez pu le lire, une contribution importante ? mon travail par leur v?cu mais ?galement par leur propre r?flexion et leurs travaux. C?est le cas du pr?sident Etienne Pflimlin du groupe bancaire mutualiste Cr?dit Mutuel-CIC, de Pierre-Henry Leroy, fondateur et dirigeant de Proxinvest, l?une des plus importantes soci?t?s de conseil aux actionnaires, du pr?sident Alban d?Amours du Mouvement des Caisses Desjardins, l?un des plus importants instituts financiers du Canada de forme coop?rative, d?Herv? S?rieyx, haut fonctionnaire, dirigeant de soci?t?, chercheur et conseil en organisation d?entreprise, de Mark Schacter au Canada qui est conseil international en organisation d?entreprise, de l?Institut Canadien des Comptables Agr??s faute de trouver un europ?en qui daigne r?pondre ? de simples questions de droit sur la transparence de gestion et la validit? des comptes des transnationales, du r?seau SWIFT sp?cialis? dans les transactions internationales, d?un syndicaliste de la CGT fin connaisseur du monde bancaire ou encore de magistrats comme Jean de Maillard, sp?cialis? dans les nouvelles formes de criminalit? financi?re, des avocats d?affaires et bien entendu des responsables du mouvement Coop?ratif international. La rencontre de tous ces acteurs de l?entreprise, de la finance, de la banque, du droit au sein d?un m?me lieu ? un livre -, la transmission aux lecteurs de leur exp?rience comme de leurs id?es et de leurs propres travaux permet de dresser un tableau aussi pr?cis que possible de la situation actuelle pour mieux comprendre les origines et mettre en exergue les responsables de la crise. De m?me cette d?marche permet de mon point de vue de tenter d?esquisser les possibles d?un nouveau mode d?organisation et de gestion ?conomique et social. Ainsi que l?explique Sherron Watkins, l?ancienne vice-pr?sidente de la soci?t? ?tasunienne Enron, transnationale de l??nergie faillie en d?cembre 2001, la crise du capitalisme est d?sormais totale. Elle touche tout le syst?me : ?conomie, finance, groupes de surveillance du monde des affaires et institutions internationales, politique, morale et id?ologie. La continuit? de ce syst?me s?accompagne aujourd?hui d?une exigence de destruction de tout ce qui entrave la concentration des richesses par les grands poss?dants. Ils appellent cela ? d?r?glementation ?, ? privatisation ?, ? lib?ralisation ? ou ? mondialisation ? et couvrent la r?pression, l?esclavage, le colonialisme et la d?pendance des mots de ? s?curit? ?, ? libert? ?, ? droits de l?Homme ? n?ayant plus que le mensonge, la tromperie et la falsification pour camoufler la fin de leur syst?me.

Geostrategie : Mais ces pouvoirs sont l??manation du suffrage universel, du vote des peuples. Si l?on pousse le raisonnement ? son terme doit-on en conclure que les peuples occidentaux souhaitent le capitalisme ?

J-L.I. : Effectivement, les peuples occidentaux se sont prononc?s jusqu?? aujourd?hui en faveur de repr?sentants du capitalisme, pratiquement sans rien conna?tre du reste de la nature de celui-ci ni m?me envisager o? ce syst?me les conduit ? l?heure actuelle. Prenons l?exemple de la France. En 1981, lors des ?lections pr?sidentielles puis des ?lections l?gislatives qui ont suivi, le peuple fran?ais a eu l?occasion de choisir entre la continuit? du syst?me symbolis?e par les partis conservateurs et la rupture que proposait ? l??poque le Parti Communiste Fran?ais avec le Programme commun de gouvernement des forces de gauche auquel ?tait associ? le Parti Socialiste et les radicaux de gauche. Ce Programme commun de gouvernement ?tait lui-m?me l?aboutissement d?ann?es d?engagement des communistes fran?ais pour ouvrir une voie nouvelle dans la construction d?une d?mocratie avanc?e. Ce programme venait en effet apr?s plusieurs grandes campagnes nationales du PCF et l??laboration et la diffusion du propre programme du PCF ? des millions d?exemplaires sous le titre de ? Changer de cap ?, programme pour un gouvernement d?mocratique d?union populaire. Pour la pr?paration de celui-ci les militants communistes ont men? ? l??poque de grandes campagnes d?information, de d?bats, collect? sur plusieurs mois avec ? les cahiers de la mis?re ? le v?cu et les espoirs du peuple dans les campagnes, les quartiers, les usines, les universit?s. Tout cela a permis d?aider les gens dans leurs probl?mes quotidiens ? par exemple en s?opposant aux licenciements dans des entreprises qui r?alisaient des profits ou ? emp?cher des saisies-expulsions ? tout en d?battant avec eux des changements ? mettre en ?uvre pour une nouvelle politique nationale. Au moment du vote, lors des ?lections pr?sidentielles et des l?gislatives qui ont suivi, une majorit? de votants a c?d? aux campagnes m?diatiques anticommunistes et s?est r?fugi?e dans le giron du Parti Socialiste. Une fois au pouvoir, celui-ci s?est empress? d?abandonner ses engagements sous la pression de la bourgeoisie et du gouvernement ?tasunien qui s?opposait ? la pr?sence de ministres communistes dans le gouvernement fran?ais. Toutes les transformations radicales contenues dans le programme commun de gouvernement, tout particuli?rement les nationalisations des secteurs cl?s de l??conomie, le d?veloppement de la d?mocratie et toute mesure qui permettait de rompre avec le syst?me ont ainsi ?t? abandonn?es par la ? g?n?ration Mitterrand ?. D?monstration a ?t? faite une nouvelle fois que sans parti r?volutionnaire, sans mobilisation et soutien ? des propositions de rupture avec le syst?me, il ne peut y avoir de r?el changement. Si les mesures pr?conis?es par le PCF avaient re?u ? l??poque un large soutien populaire, le cours des choses aurait ?t? bien diff?rent, y compris la question europ?enne. Du reste, si vous relisez aujourd?hui ? Changer de cap ?, le programme du PCF, ou m?me le Programme commun de gouvernement de 1972, vous constaterez avec le recul du temps et en regard de la situation actuelle le bien fond? des propositions de l??poque dont certaines ne demandent qu?? ?tre actualis?es. Chacun doit donc assumer ses responsabilit?s face ? l?Histoire. Le passage ? la construction d?une soci?t? socialiste ne peut se faire que sur la base d?un rapport des forces sociales et politiques favorables au peuple et ne peut ?tre que le r?sultat de sa volont? et de sa lutte. Une trentaine d?ann?es plus tard le peuple fran?ais, sans tirer les le?ons de ses exp?riences, continue de voter tant?t ? gauche, tant?t ? droite sans avoir encore conscience qu?il confie en r?alit? son pouvoir aux m?mes ma?tres de la finance et de l??conomie. La politique qu?il vit au quotidien reste par cons?quent la m?me et rien ne change dans l?entreprise, dans la vie ?conomique ? laquelle il consacre l?essentiel de son existence. Bien entendu, la situation s?est aggrav?e au fil des trois d?cennies qui se sont ?coul?es depuis 1981 et il commence ? payer ch?rement sa marche ? droite-gauche-droite-gauche ? ? coups de ch?mage, d?imp?ts, de taxes, d?exclusions, de restrictions, de lois liberticides et de guerres. Mais il ne peut s?en prendre qu?? lui-m?me car c?est en dernier ressort lui qui d?cide, par ses luttes et ses votes. Souvenons-nous toutefois que l?Histoire a montr? que les r?volutions ne sont pas pr?vues dans les calendriers ?lectoraux de la bourgeoisie.

La priorit? est ? l?action sur des propositions r?volutionnaires

Geostrategie : La responsabilit? serait-elle uniquement le fait d?un peuple ignorant de la chose politique et de sa propre histoire ou plus pr?occup? par ses ? petits probl?mes ? que du devenir de la soci?t? et de la plan?te ?

J-L.I. : Non, bien ?videmment. La crise n?incite pas ? la r?flexion et ? l?action. Les m?dias qui sont la propri?t? priv?e des milliardaires par banques et soci?t?s de communication interpos?es jouent un r?le important dans la d?sinformation et l?abrutissement des masses. Le fait qu?un navet comme le film ? Bienvenue chez les Chtis ? soit ?lev? au rang de succ?s cin?matographique ou que des foules honorent comme un dieu la mort d?un pantin m?diatique comme Michael Jackson qui, en dehors du fait qu?il n?a rien apport? d?essentiel ? la musique, se droguait, couchait avec des petits enfants et s??tait fait tirer et blanchir la peau pour ne plus ?tre noir en dit assez long sur le niveau culturel d?une frange des soci?t?s occidentales. Nous sommes bien loin des grands musiciens et chanteurs comme King Oliver, Sindey Bechet, Count Basie, Louis Armstrong, Ray Charles, Otis Redding ou d?autres dont les musiques populaires traversent les g?n?rations ! Ce n?est qu?un aspect des cons?quences des batailles que se livrent les transnationales ?tasuniennes, europ?ennes et japonaises pour le contr?le des grands moyens de communication, des groupes de presse aux satellites en passant par les majors du cin?ma. Sans doute le peuple sortira-t-il de son hibernation politique lorsque nous passerons de ? Qui veut gagner des millions ? ? ? ? Qui va partir ? la guerre ? ?? Depuis les ann?es quatre-vingt, les dirigeants du PCF ont commis de lourdes erreurs strat?giques. Comme s?ils n?avaient pas compris les le?ons du pass?, ils continuent de rechercher des alliances ?lectorales avec d?autres partis r?formistes au lieu de privil?gier des propositions pour ?veiller les consciences, organiser de grands d?bats nationaux sur les questions essentielles et rassembler dans l?action avec audace. Lorsqu?un parti ou un mouvement posera des questions comme ? Comment contr?ler le syst?me bancaire et financier ? ?, ? Quelle organisation bancaire et financi?re pour l??conomie ? ?, ? Quelles mesures pour la gestion d?mocratique des entreprises ? ? ou ? Comment rendre ? l?assembl?e du peuple sa repr?sentation nationale ? ?, questions dont les r?ponses sont essentielles pour s?engager dans une rupture avec le syst?me, alors la soci?t? commencera ? s??veiller. Et dans l?imm?diat, il ne faut pas compter sur les ?tats-majors syndicaux qui sont surtout pr?occup?s de canaliser le m?contentement afin d??viter les grandes col?res qui commencent ? gronder. Il est particuli?rement lamentable de voir des repr?sentants syndicaux n?gocier la diminution du nombre de licenci?s dans des entreprises en pleine sant? financi?re quand ceux-ci devraient non seulement appeler ? la lutte pour le maintien et le d?veloppement de l?emploi, exiger des licencieurs l?ouverture des comptes de l?entreprise et se battre pour des droits nouveaux afin de participer ? leur gestion. Dites-moi un peu ? quoi servent les comit?s d?entreprises quand des salari?s d?couvrent du jour au lendemain des plans de licenciements pr?vus de longue date ?! Avez-vous remarqu? comment le mouvement radical de s?questration de responsables de ces plans de licenciements n? ? la base a ?t? enray? ? Ce type d?action tr?s int?ressant a pratiquement disparu des journaux t?l?vis?s et autres du jour au le demain. Dans l?imm?diat, entre des partis dits progressistes sans propositions r?volutionnaires et des syndicats au minimum compatissants, le pouvoir des ? compteurs de petits pois ?, pour reprendre la formule d?Herv? S?rieyx, ne pouvait pas mieux esp?rer.

Geostrategie : Est-ce ? dire que la situation est politiquement bloqu?e et qu?il sera difficile de sortir de la crise ?

J-L.I. : L?id?e selon laquelle il pourrait y avoir sortie de crise sans sortie du syst?me qui l?engendre est une h?r?sie. Autant vouloir soigner une grippe sans tuer son virus. Cette chim?re ne vise, une nouvelle fois, qu?? berner le peuple en lui faisant croire que l?avenir sera meilleur s?il accepte de nouvelles mesures antisociales comme par exemple le report de l??ge de la retraite ? 65 ans. Ce n?est que la suite logique du ? travailler plus pour gagner plus ? d?velopp? par l?UMP. Il n?y aura pas de sortie de crise pour la simple raison que le capitalisme ne peut plus ?tre am?nag?. Vous avez pu remarquer combien les m?dias des puissances financi?res se font silencieux tant sur l?origine de la crise, ses cons?quences g?n?rales et son extension dans d?autres pays. Il faut surtout ?viter que les masses prennent conscience de l?ampleur des d?g?ts comme des responsables de la situation pour mieux les enfermer dans la fatalit? et le renoncement ? la lutte.

Nous ne sommes plus en d?mocratie

Geostrategie : Cela signifie-t-il que l?appauvrissement continu de la soci?t? va se poursuivre de mani?re plus brutale au d?triment de l?int?r?t g?n?ral et au seul profit des grands propri?taires priv?s de l??conomie ?

J-L.I. : Oui. Nous entrons dans une nouvelle p?riode o? le ch?mage s?accro?t de mani?re consid?rable et o? des millions de citoyens suppl?mentaires sont ?cart?s du droit de vivre dignement de leur travail, o? la collectivit? humaine d?j? menac?e va encore s?appauvrir tandis que le clan des grands propri?taires priv?s de l??conomie va continuer de s?enrichir. Selon le World Wealth Report publi? par la banque d?affaires ?tasunienne Merrill Lynch et Cap Gemini ? la croissance de la richesse des grands fortunes financi?res priv?es devrait ?tre de 7,7% par an pour atteindre 59100 milliards de dollars ? l?horizon 2012 ?. Voil? des gens qui sont, eux, dispens?s de l?allongement de la dur?e du travail comme de l?effort national que les gouvernements occidentaux tentent d?imposer aux peuples pour leur faire payer une crise dont ils ne sont pas responsables. Deux options se pr?sentent : la continuit? du syst?me et la guerre ou la r?volution. La premi?re hypoth?se va se traduire par un renforcement du caract?re autoritaire du pouvoir politique, dernier stade de l?imp?rialisme avant la dictature et la guerre, la guerre ?conomique conduisant toujours ? la guerre totale. C?est ce ? quoi nous assistons en France comme dans la plupart des pays capitalistes. Le pouvoir politique devient plus autoritaire, toutes les libert?s sont graduellement r?duites sous pr?texte de pr?vention, de s?curit? et d?ordre, les assembl?es ?lues sont amoindries dans leur pouvoir de d?cision et d?intervention, qu?il s?agisse des collectivit?s, des comit?s d?entreprise et autres. A ce stade, la bourgeoisie dispose encore des moyens de diviser le peuple en favorisant des ? faux-nez ? d?opposition comme le Parti Socialiste en France et en introduisant dans la vie politique des courants r?trogrades dont elle sait qu?ils contribueront ? jeter le trouble dans la bataille d?id?es. C?est le cas du mouvement Vert ou pr?tendument ?cologiste qui a germ? sur une cons?quence du capitalisme ? la d?t?rioration de l?environnement humain par les transnationales ? et grandit sur son fumier sans remettre en cause le syst?me, les causes profondes de cette d?t?rioration.

Geostrategie : Pourtant le mouvement ?cologiste d?nonce la destruction de l?environnement ?

J-L.I. : Bien s?r et le Parti Socialiste dit vouloir s?opposer ? la politique du Premier ministre de Nicolas Sark?zy de Nagy-Bocsa. Mais vous pouvez d?noncer tout ce que vous voulez, cela ne g?ne nullement la bourgeoisie du moment que vous ne vous en prenez pas ? l?essentiel, ? la cause, ? l?origine de cette destruction : son pouvoir politique et celui des puissances financi?res, son syst?me et son mode de gestion des entreprises et des soci?t?s humaines. Le discours de ces ?cologistes oppos?s, par exemple, ? la ma?trise et au d?veloppement de l??nergie nucl?aire rappelle ces mentalit?s arri?r?es qui accusaient dans les ann?es 1830 les premiers trains ? vapeur de r?pandre la tuberculose dans les campagnes. Quant ? la LCR-NPA, quelle que soit ses changements de nom, cette organisation a toujours contribu? ? diviser et affaiblir le mouvement populaire avec une phras?ologie pseudo-r?volutionnaire et elle doit ?tre combattue comme telle. Elle est du reste compl?tement absente des mobilisations ouvri?res contre la crise.

La question du Front National

Geostrategie : Et le Front National ?

J-L.I. : Il en va un peu de m?me pour le Front National qui d?nonce les puissances financi?res mais dont le programme politique n?envisage aucune mesure ?conomique radicale pour mettre un terme ? leur domination et contraindre les ma?tres de l??conomie ? rendre gorge. Contrairement aux campagnes de ce parti, ce ne sont pas les immigr?s qui sont responsables du ch?mage. Je parle bien entendu de l?immigration qui vient travailler en France avec une qualification, s?y former dans le cadre de contrats avec des entreprises ou des universit?s ou y est pr?sente depuis plusieurs g?n?ration et non de l?immigration clandestine issue de l?aggravation de la mis?re qui d?serte son combat national pour changer l?ordre des choses. Cette derni?re, la plupart du temps inculte, sans formation, analphab?te, parfois trafiquante au-lieu d??tre parqu?e dans des camps de r?tention aux frais des contribuables devrait ?tre reconduite aux fronti?res sans atermoiements. Essayez donc comme fran?ais de vous rendre clandestinement, ? sans papiers ?, dans un pays d?Afrique ou m?me en Albanie pour juger de l?hospitalit? qui vous sera r?serv?e?Ce qui co?te cher ? la France c?est le grand patronat qui attire et utilise cette main d?ouvre bon march? et inculte pour briser le tissu social et les avanc?es d?mocratiques qui sont autant d?obstacles ? son enrichissement. Et quand cela lui est insuffisant, il d?localise les entreprises, comme le groupe Michelin, pour faire du ch?mage en France et produire ? moindre co?t et bien souvent ? qualit? inf?rieure dans des pays ? la main d??uvre corv?able ? merci. Je le rappelle : 350 millions d?enfants sont actuellement surexploit?s par les transnationales ? travers le monde ! Je rappelle ?galement, puisque personne n?en parle, que le grand patronat fran?ais a re?u pr?s de 65 milliards d?euros de subventions de l?Etat tout en b?n?ficiant de 8,5 milliards d?euros d?exon?rations fiscales, de 25 milliards d?euros au titre d?une ribambelle de pr?ts bonifi?s et de la baisse du co?t du travail, etc. (4) Dans le m?me temps l?Etat ne budg?tisait que 6 milliards d?euros pour le logement et 5 pour une justice qui se situe d?j? parmi les derniers pays d?Europe par son budget !? Ce qui co?te cher ? la France, c?est le grand patronat, le ch?mage qu?il fabrique et son organisation corrompue, le Medef. Le Front National ne reconna?t pas la lutte des classes, condition essentielle du combat pour l??mancipation humaine, raison pour laquelle il ne pourra pas mener jusqu?au bout le combat qu?il pr?tend mener, ce qui ne veut pas dire qu?il n?aurait pas un r?le ? jouer. Mais pour pr?tendre ?tre ? front ? et ? national ? sans doute faudrait-il qu?il se r?f?re plus ? l?avenir qu?au pass? dans son discours et ses propositions et que ses militants n?h?sitent pas ? se trouver aux c?t?s des travailleurs en lutte pour la d?fense de leur avenir au lieu de pratiquer un discours antisyndical d?un autre ?ge. Quand le Front National d?signera pour cible le clan des milliardaires qui pille la France au lieu des immigr?s qui contribuent ? l?enrichir par leur travail, quand ce parti proposera et appellera ? la lutte pour nationaliser la haute finance, rendre ? la nation ce qui lui appartient, d?velopper la d?mocratie directe, alors celui-ci commencera ? ?tre cr?dible comme ? front national ?. Cette logique s?inscrirait d?ailleurs dans la lign?e de ses propositions pour une ?Europe des peuples ? par opposition ? ? l?Europe des banques ?. Pour l?heure il reste enferm? dans un discours anticommuniste, antisyndical, anti-fonctionnaire et s?accroche aux oripeaux du syst?me comme l??glise catholique ? je parle bien entendu de l?institution et non de la croyance, m?me si je suis ath?e ? et s?oppose ainsi ? tout grand rassemblement national sur des propositions de rupture. Imaginez la force que repr?senteraient le rassemblement et la mobilisation des organisations ? partis politiques, syndicats, associations, etc. ? agissant de concert sur des objectifs communs de rupture, chacun conservant, bien ?videmment, son identit?. Un Front National ouvert, d?mocratique, aux propositions novatrices, en prise avec la soci?t? en lutte pourrait jouer ce r?le de rassembleur. Apr?s chacun prendra ses responsabilit?s de l?accompagner ou non sur les objectifs en question mais la clart? serait faite dans la soci?t? sur qui d?fend r?ellement l?int?r?t g?n?ral des fran?ais. Pourquoi le Front National ne soutient-il pas les travailleurs qui s?questrent les licencieurs dans des entreprises en bonne sant? pour exiger des droits nouveaux dans les entreprises ? Visiblement, les propositions de changement font d?faut et se limitent plut?t aux p?riodes ?lectorales qu?au v?cu quotidien des fran?ais. Bien entendu le rejet du Front National par la classe politique est injustifiable. Mais pour une part, il porte la responsabilit? de cette situation en ne d?signant pas les vrais responsables de la crise et en restant enferm? dans un carcan droitier et populiste qui l?emp?che, pour partie, de pr?tendre ? devenir national et populaire. Des dirigeants trop souvent issus de partis bourgeois ou ? ? l?id?ologie de reclus ? s?identifient par leur propos et leur image plus aux forces du pass? qu?? une force porteuse d?avenir et de changement radical. M?me si aucune perspective de changement r?elle n?existe ? l?heure actuelle, la grande bourgeoisie est tr?s pr?occup?e par la r?duction de son assise populaire. Plusieurs faits en attestent comme ses tentatives r?p?t?es de faire voter plusieurs fois les peuples ou de remplacer un vote populaire sur des questions qui engagent toute la nation par celui du Parlement lorsque leurs votes ne lui conviennent pas, la tentative de se fabriquer des circonscriptions sur mesure, etc. Nous ne sommes plus en d?mocratie?

Les forces vives de la nation absentes du Parlement

Geostrategie : ?Parlement dont les membres sont pourtant ?lus par le peuple ?

J-L.I. : Oui, mais les Parlements ne repr?sentent plus vraiment les peuples dans les pays occidentaux et leurs ?lus nationaux sont de plus en plus coup?s des citoyens. Je n??voque m?me pas le cas du S?nat fran?ais qui est une assembl?e inutile et co?teuse qui devra ?tre supprim?e afin de renforcer les moyens et l?efficacit? de l?assembl?e des repr?sentants de la nation. Si vous vous int?ressez ? la composition de l?Assembl?e Nationale fran?aise, vous constaterez que sur les 577 d?put?s, ne figure qu?un seul d?put? issu de la classe ouvri?re, le d?put? communiste Maxime Gremetz, et un seul salari? agricole, le d?put? des Pyr?n?es-Atlantiques Jean Lassalle qui est technicien agricole. Quant aux artisans, la ? premi?re entreprise de France ?, selon leur slogan, ne compte que deux ?lus ! Par contre vous trouvez vingt-deux ? sans profession d?clar?e ? parmi lesquels dix-neuf UMP, la plupart fils et filles de petits bourgeois, quinze permanents politiques, tous de l?UMP et du PS, qui faute de faire m?tier ont fait carri?re dans la fonction d??lu et n?ont jamais particip? aux forces vives de la nation, trente-huit avocats et, toutes cat?gories confondues, 184 fonctionnaires dont l?essentiel n?est pas repr?sentatif de la fonction publique, exception faite des enseignants qui forme le gros de cette troupe avec les hauts fonctionnaires. Dans les faits, ce Parlement fran?ais n?est pas repr?sentatif de la soci?t? fran?aise dans sa composition socioprofessionnelle. Les forces vives, classe ouvri?re en t?te, celles qui font le pays et connaissent les probl?mes du quotidien, les drames de la vie sont quasiment absentes du lieu o? se d?cident les lois ! O? sont les ouvriers, les marins-p?cheurs, les paysans, les ing?nieurs, cadres et techniciens ? Ceux qui font vivre la France dans ce qu?elle a d?essentiel, de g?n?reux, de g?nie cr?ateur d?l?guent en masse leur voix et leur pouvoir ? de petits bourgeois et ? des politiciens carri?ristes qui, une fois ?lus, ont t?t fait de les oublier ! De plus, le mode de scrutin ne permet pas une v?ritable repr?sentation du peuple. L?Assembl?e Nationale fran?aise est bien moins d?mocratique dans sa composition et son fonctionnement que la Douma en F?d?ration de Russie dans laquelle tous les partis ayant obtenus un minimum de suffrages sont repr?sent?s. En France, lors du premier tour des ?lections l?gislatives de juin 2007, l?UMP s?est attribu? 98 d?put?s avec 10,28 millions de suffrages alors qu?il en a fallu 6,43 millions au Parti Socialiste pour en obtenir un seul ! Quant au PCF et au Front National ils n?en obtenaient aucun avec un peu plus de 1,11 millions chacun ! Le propos n?est pas de savoir si l?on est d?accord ou pas avec la politique propos?e par ces partis mais de constater que le mode de scrutin ne permet pas une repr?sentation ?quitable des courants de pens?e de notre soci?t?. Le second tour de scrutin avec ses alliances opportunistes et politiciennes ne fait qu?aggraver la situation en excluant des millions d??lecteurs de leurs choix et de la repr?sentation nationale. Faute de proportionnelle int?grale, un fran?ais sur trois n?est pas repr?sent? au Parlement.

Geostrategie : S?il n?y a pas grand-chose ? attendre des partis politiques et des assembl?es ?lues, comment les citoyens peuvent-ils modifier le cours des choses ?

J-L.I. : La d?mocratie est d?abord ce que les citoyens en font. Ils peuvent intervenir aupr?s des maires des communes, g?n?ralement plus accessibles pour changer la donne sur des probl?mes locaux mais ?galement aupr?s des d?put?s pour des questions qui rel?vent de la politique nationale. Les citoyens peuvent tr?s bien se grouper et agir sur des objectifs de rupture avec le syst?me ? par exemple, refuser tout licenciement dans les entreprises qui font des profits, s?opposer aux d?localisations, exiger la construction de nouveaux logements, l?embauche de professeurs pour les ?coles, de personnels pour les h?pitaux, les services postaux, etc. ? et obliger leurs ?lus ? s?engager sur leurs revendications, ? leur rendre des comptes sur leurs votes dans les assembl?es, ce qui ne sa fait pratiquement plus. Mais les questions fondamentales du passage ? une d?mocratie politique avanc?e et du contr?le des grands moyens de production, de financement et d??change reste toujours ? conqu?rir. D?une mani?re g?n?rale, de mon point de vue, les luttes sociales demeurent encore bien en retrait dans leur contenu et leur combativit? pour faire front aux attaques dont le monde du travail est l?objet. Mais l?entreprise reste le c?ur des batailles ? venir : c?est l? que les salari?s doivent agir pour obtenir de nouveaux droits leur permettant de participer ? la gestion et de b?n?ficier des bons r?sultats auxquels ils contribuent. Dans les faits comme l?explique Herv? S?rieyx dans mon livre, ? il s?agit de passer du ? personnel-instrument ? au service de l?organisation ? ? l?organisation-instrument ? au service des personnes. ? Il s?agit de cheminer d?une organisation d?entreprise destin?e ? g?rer la docilit? ? une organisation qui suscite chez chacun de ses membres le d?sir d?y devenir un acteur engag?. La route est difficile mais les partis politiques class?s habituellement comme ? progressistes ? ont failli ? leur t?che. Il ne suffit pas que le monde capitaliste s??croule pour qu?une nouvelle soci?t? prenne le relais. L??mancipation du peuple sera l??uvre du peuple lui-m?me et ? ce jour l?absence d?un courant r?volutionnaire important fait d?faut pour ?clairer les citoyens sur des propositions de rupture avec le syst?me finissant. C?est l?outil qui manque pour favoriser cette transformation politique et sociale. Le peuple est ?gar?, ce qui ne veut pas dire qu?il n?est pas en attente ou demandeur de solutions pour changer la vie.

Des premi?res mesures d?un gouvernement r?volutionnaire

Geostrategie : Quelle seraient les premi?res mesures que devrait prendre un gouvernement r?volutionnaire ?

J-L.I. : Le pouvoir devra imm?diatement stopper toutes transactions financi?res internationales le temps de proc?der imm?diatement ? la nationalisation de la Banque de France et du secteur bancaire et financier, exception faite des soci?t?s coop?ratives de banque qui pr?sentent dans leurs principes de crit?res de gestion d?mocratiques. L?un des premiers objectifs du nouveau pouvoir devrait ?galement consister ? donner de nouveaux droits aux soci?t?s coop?ratives, tout particuli?rement afin que leurs soci?taires disposent des moyens r?els de faire respecter les principes de gestion par les dirigeants quand ce n?est pas le cas. La banque et la finance sont le c?ur de l?activit? ?conomique et c?est d?abord l? que des mesures nationales et radicales doivent ?tre prises avant d?envisager par la suite une action de proposition plus importante au niveau europ?en et international, ? l?ONU par exemple ou par d?autres organisations internationales. De m?me, il devra formuler dans un second temps des propositions pour changer ces vieux outils du capitalisme (Fonds Mon?taire International, Banque Mondiale, Organisation Mondiale du Commerce, etc.) Sur ces points, le gouvernement de Vladimir Poutine de la F?d?ration de Russie peut permettre d?avancer rapidement puisqu?il est d?j? pr?t ? agir, ? proposer et ? soumettre au d?bat des solutions. Il ne faut pas perdre de vue que les mesures qui permettraient d?envisager un avenir meilleur sont ?galement valables pour tous les peuples. Parler de la ? r?glementation de la vie ?conomique ? ou de ? r?guler les march?s financiers ? comme le pr?sident fran?ais et ses homologues occidentaux en passant sous silence la nationalisation du secteur bancaire et financier ou la gestion d?mocratique des entreprises, en ne s?attaquant pas aux puissances financi?res c?est tromper les gens en discourant sur des promesses que l?on est d?cid? ? l?avance ? ne pas tenir. Comment peut-on pr?tendre contr?ler et r?glementer l??conomie sans contr?ler et r?glementer les banques, le c?ur de la vie ?conomique, sans unifier la ? comptabilit? financi?re ? de l?Etat ?!

Geostrategie : Mais la nationalisation d?mocratique des banques est une op?ration difficile qui prendra du temps ?

J-L.I. : C?est l?id?e que distillent dans l?opinion les milliardaires avec leurs m?dias qui ont pardessus tout peur de perdre ainsi la ma?trise de l??conomie et leurs privil?ges. Dans les faits cette op?ration qui ne pr?sente pas de grande difficult? sur le plan technique peut aller tr?s vite. L?individu qui aura 1500 euros sur son livret d??pargne comme celui qui poss?dera 15 millions d?euros sous forme d?actions, d?obligations ou autre garderont chacun ce qu?ils poss?dent apr?s la nationalisation. Ceux qui propagent l?id?e inverse sont uniquement motiv?s par le fait d?entretenir la confusion entre nationalisation et confiscation des biens priv?s pour prot?ger leurs privil?ges. Dans un premier temps, le nouveau pouvoir devra surtout voter des lois favorisant la d?mocratie dans les entreprises par de nouveaux droits pour la gestion et l??lection des dirigeants sur la base de leur formation, de leur comp?tence et de leur exp?rience. Les soci?t?s coop?ratives seront des outils pr?cieux pour insuffler la d?mocratie dans l??conomie. Comme vous avez pu le lire, je mets en valeur dans mon livre la contribution importante des soci?t?s coop?ratives au mouvement pour la gestion d?mocratique des entreprises en comparant leurs principes de gestion et leur v?cu avec les crit?res des soci?t?s classiques ou capitalistes si vous pr?f?rez. C?est un chantier immense, ardu et passionnant.

Geostrategie : Qu?est-ce qui changerait si une telle mesure ?tait mise en ?uvre ?

J-L.I. : Disons que nous ouvririons la porte de la rupture avec le capitalisme en donnant aux acteurs de l??conomie, et en premier lieu ? la classe ouvri?re et ? ses alli?s qui font fructifier le Capital par leur travail, des ouvriers des chantiers aux analystes financiers, les moyens de d?finir et contr?ler la marche des entreprises auxquelles ils sont associ?s, la possibilit? de s?int?resser ? leur organisation, d?intervenir pour participer ? leur transformation. Ce serait le d?but d?un long mouvement d??mancipation, d?appel aux intelligences, d?appropriation de l??conomie par tous ses acteurs au profit de l?int?r?t g?n?ral. Par exemple, concernant les banques, comme j?en fais la d?monstration dans mon livre avec l?intervention de sp?cialistes de la comptabilit? des grandes entreprises, aucun contr?le effectif de ces ?tablissement n?est actuellement r?ellement possible tant les capitalistes jouent sur des proc?d?s extr?mement complexes et subtils pour en ?tablir les bilans, les faire ? contr?ler ?, fonder des structures dans des places off shore, ?viter l?imp?t, sp?culer ? hauts risques avec des produits financiers ultrasophistiqu?s. Pourquoi avoir tant de banques qui offrent les m?mes produits financiers quand leur r?union en une seule ? exception faite des banques coop?ratives o? se trouvent en germe les principes d?une gestion authentiquement d?mocratique -, laissant ? chacun ce qu?il poss?de, permettrait le contr?le r?el du mouvement des capitaux au profit de l?int?r?t g?n?ral ? Cette nationalisation d?mocratique accompagn?e de la d?mocratisation des coop?ratives permettrait ? l?Etat de savoir o? et comment circulent les capitaux, au profit de qui et de les faire revenir ? l??conomie r?elle sous contr?le populaire. Ce serait un v?ritable poumon d?oxyg?ne pour la soci?t? toute enti?re quand on sait qu?un niveau mondial les pertes annuelles de recettes fiscales par les gouvernements du monde provenant du seul ?vitement fiscal ? fraude et blanchiment non compris ? sont estim?es ? plus de 255 milliards de dollars.

Geostrategie : Les banques ont d?j? ?t? nationalis?es ainsi que des soci?t?s transnationales. Pourtant rien n?a vraiment beaucoup chang? ? l??poque ?

J-L.I. : C?est exact et c?est la raison pour laquelle j?insiste sur l?aspect d?mocratique que devront avoir les nationalisations. Il ne s?agit pas de remplacer des dirigeants de droite par des dirigeants de gauche ? la t?te de ces entreprises pour que ceux-ci les g?rent de mani?re identique, comme des ? compteurs de petits pois ?, sur la base de seuls crit?res financiers de profit maximum imm?diat avec des hi?rarchies bard?es de pr? carr?, des atteintes r?p?t?es aux libert?s d?mocratiques, une opacit? de gestion et de trucage des comptes incompatibles avec la d?mocratie. Les dirigeants auront ? mettre en ?uvre imm?diatement les d?crets et lois du pouvoir r?volutionnaire donnant de nouveaux droits aux salari?s pour qu?ils puissent intervenir compl?tement dans la gestion, mettre un terme au d?tournement d?une partie des b?n?fices par les dirigeants actuels des entreprises des secteurs cl?s de l??conomie, d?mocratiser toutes les fonctions jusqu?? changer l?entreprise, faire que l?entreprise soit un outil au service de ses acteurs et de son environnement et non l?inverse comme aujourd?hui. C?est une ?tape d?cisive qui implique une ?l?vation quantitative et qualitative de la conscience de ses acteurs mais ?galement de l?environnement des professionnels qui l?accompagnent dans sa cr?ation et son d?veloppement : commissaires aux comptes, auditeurs, experts comptables, etc. Sans cela les nationalisations resteront lettre morte et deviendront, comme nous l?avons connu, des ? ?tatisations ?. C?est la raison pour laquelle ces grandes orientations du pouvoir pour aller vers une d?mocratie avanc?e doivent s?accompagner de ce que Pierrre-Henry Leroy, fondateur et dirigeant de Proxinvest, la principale soci?t? de conseil aux actionnaires, appelle ? les petits pas ?. Ainsi qu?il l?explique, il faudra initier des r?formes plus modestes et locales qui vont dans le bon sens.

Geostrategie : Par exemple ?

J-L.I. : Par exemple d?abord d?courager le gr?gaire et encourager la diversit? d?opinion dans les march?s en mettant fin aux conflits d?int?r?ts des ?tablissements financiers des groupes lors des op?rations de march?. Comme le souligne Pierre-Henry Leroy, ? ceci impose de recourir ? des experts vraiment ind?pendants et non pas, comme aujourd?hui, pay?s et nomm?s par les int?ress?s. Une d?finition pr?cise des conflits d?int?r?ts, des interdictions et des sanctions s?imposent. ? Ou encore abolir les r?glements qui alourdissent l??panouissement de l??conomie au profit de l?int?r?t g?n?ral, ce qui est d?autant plus facilement envisageable ? partir du moment o? ses acteurs disposent des moyens l?gaux et culturels favorisant leur intervention.

La seule issue pacifique ? la crise : une r?volution nationale et radicale

Geostrategie : Mais les ?conomies ?tant aujourd?hui tr?s li?es d?un pays ? l?autre avec la mondialisation capitaliste, pensez-vous qu?il soit possible de tenir t?te aux dispositions europ?ennes, aux r?glements internationaux et aux pressions qui ne manqueraient pas de s?exercer sur une seule nation qui s?engagerait dans cette voie de rupture ?

J-L.I. : Votre question porte sur un point essentiel : le soutien du peuple ? des r?formes radicales. Un changement social de cette ampleur ne peut ?tre le fait d?une seule avant-garde, aussi ?clair?e soit-elle. Si celle-ci est n?cessaire pour formuler des propositions, porter le niveau de conscience ? la hauteur des mesures indispensables, ouvrir le d?bat sur les questions essentielles, seul un grand soutien populaire ? celles-ci peut permettre de rompre avec la situation actuelle, quelle que soit la voie de transition choisie par le peuple, ?lectorale ou non. Le passage de la R?publique du Venezuela d?un Etat sous domination ?tasunienne ? un Etat d?mocratique, ind?pendant et progressiste est l?un des exemples les plus int?ressants ? ?tudier de notre ?poque. Toutes les attaques men?es contre le gouvernement r?volutionnaire du Venezuela, de l?int?rieur par le grand patronat et les ?l?ments conservateurs de l??glise catholique et de l?ext?rieur par les Etats-Unis et d?autres pays avec certaines associations plus ou moins li?es aux services ?tasuniens n?ont pu emp?cher le processus de rupture de suivre son cours. Aujourd?hui le pays s?engage sur la construction d?une soci?t? socialiste en faisant l?apprentissage d?une authentique d?mocratie directe. Les secteurs cl?s de l??conomie ont ?t? nationalis?s, les capitaux qui s?exportaient dans la poche de gros actionnaires ?tasuniens sont aujourd?hui inject?s dans la modernisation des entreprises et des r?gions, des dizaines de milliers de coop?ratives se sont cr??es dans tous les domaines de l?activit? ?conomique et le pays se modernise au profit de ses citoyens. Ce qui paraissait impensable ? une grande majorit? du peuple se r?alise aujourd?hui avec son soutien actif. Pourquoi cela a-t-il ?t? possible malgr? les accords r?gionaux, les r?glements internationaux et les pressions de toutes sortes, jusqu?? des tentatives de coup d?Etat orchestr?es par les Etats-Unis ? Parce que le peuple a su se constituer une avant-garde r?volutionnaire exemplaire en bien des domaines, se rassembler, se mobiliser et le rester sur ses objectifs principaux de transformation politique et sociale radicale. Vos comprenez face ? ces succ?s pourquoi le Venezuela r?volutionnaire n?existe pratiquement pas dans les m?dias occidentaux. Le gouvernement fran?ais devrait se souvenir qu?il a plus besoin du Venezuela que le Venezuela n?a besoin de la France.

Geostrategie : Est-il possible de faire une telle r?volution nationale et radicale en France ?

J-L.I. : Bien ?videmment et c?est m?me la seule issue pacifique pour sortir de la crise et rompre avec le syst?me actuel. Il est envisageable d?organiser en France le contr?le de toute la vie ?conomique, d?op?rer sa ? r?glementation ? en la ? d?bureaucratisant ?, de faire retourner ? l??conomie les capitaux que les capitalistes ?vitent de l?imp?t et du d?veloppement des entreprises sans qu?il leur soit possible de dissimuler des biens et des revenus. Il n?y a nul besoin d?un appareil sp?cial de l?Etat puisque les salari?s et les directeurs pourraient r?aliser eux-m?mes la fusion imm?diate de toutes les banques capitalistes en quelques semaines, par exemple sous l?autorit? du minist?re des Finances avec des congr?s de travail r?unissant les professionnels, cadres-dirigeants, repr?sentants des propri?taires du Capital, salari?s, syndicats, associations de consommateurs, etc. par banque, par r?gion et nationalement. Il est ?vident que ceux qui s?y opposeraient ou feraient tra?ner les choses en longueur pour se livrer ? des op?rations malhonn?tes de derni?re minute et entraver le processus de rupture en seraient exclus. Les avantages de la nationalisation du secteur bancaire seraient d?cisifs pour les PME, les collectivit?s et le peuple entier qui pourrait ainsi s?approprier les richesses qu?il cr?e et lui ?chappent. Un gouvernement qui arriverait au pouvoir avec la volont? de rompre avec le capitalisme ne peut ?tre que nationaliste et radical. Etre nationaliste, cela veut dire donner la priorit? ? l?int?r?t g?n?ral de la communaut? de territoire, de langue et de culture ? laquelle on appartient. Concernant les accords r?gionaux ou internationaux que vous ?voquiez, la petite Europe de Maastricht n?est pas un probl?me puisque pour ceux qui en doutaient l?exp?rience montre, ? moins d??tre compl?tement aveugle, qu?elle n?est qu?une organisation au service des grandes banques et des gros propri?taires priv?s de l??conomie. Elle ne pouvait par cons?quent r?soudre aucun probl?me, quel qu?il soit, dans les soci?t?s qui la composent, qu?il s?agisse d??conomie, de social, de culture, de libert?, de d?mocratie ou de droits de l?Homme. Vous remarquerez du reste que les promesses faite sur cette construction europ?enne par les dirigeants bourgeois et socialistes sur la fin du ch?mage, l?ouverture des march?s, le d?veloppement des entreprises, la solidarit? entre les peuples, les libert?s n?ont jamais vu le jour et que c?est m?me le contraire qui s?est produit. Je dresse dans mon livre un descriptif de la situation de cette petite Europe en m?appuyant sur des documents de synth?se de ses propres organismes peu connus du public. Il appara?t que celle-ci, dont les dirigeants sont si prompts ? donner des le?ons ? d?autres peuples, est en recul sur tous les fronts. Il faut se pr?parer d?s maintenant ? construire l?Europe des peuples de Dublin ? Vladivostock qui donnera la priorit? aux qualit?s et ? l?identit? de chaque peuple par la recherche de coop?rations mutuellement avantageuses, mettra un terme ? la bureaucratie de Bruxelles engendr?e par les puissances financi?res. Cela veut dire rompre avec l?actuelle ? construction europ?enne ?, avec le trait? de Maastricht et ceux qui ont suivi. Etre radical c?est avoir conscience que la classe dominante ? la grande bourgeoisie ? s?accrochera au pouvoir et ? ses privil?ges par tous les moyens et que seules des mesures radicales b?n?ficiant d?un fort soutien populaire permettront de la contraindre ? respecter les lois nouvelles, de la renvoyer dans ses foyers et de rompre avec son syst?me.

Le capitalisme a besoin de la guerre pour survivre

Geostrategie : La d?mocratie est-elle possible dans l?entreprise et tout particuli?rement dans des soci?t?s transnationales ? l?organisation complexe ?

J-L.I. : Je montre dans mon livre comment la gestion des soci?t?s coop?ratives se distingue ? du moins dans celles dont les principes de gestion sont respect?s ? des entreprises classiques. Les entreprises coop?ratives sont des exemples de gestion ? partir du moment o? ses acteurs font respecter leurs crit?res de gestion par les dirigeants qu?ils ?lisent. Cela fonctionne dans de grandes banques comme le Cr?dit Mutuel en France ou le Mouvement des caisses Desjardins au Canada et peut donc tr?s bien se mettre en place dans des PME. Chacun doit avoir conscience de la gravit? de la situation car le syst?me a aujourd?hui besoin de la guerre pour subsister. Le g?n?ral russe Leonid Ivashov a mis en garde ? plusieurs reprises contre la volont? des Etats-Unis de d?clencher un conflit militaire majeur?

Geostrategie : ?Vous voulez dire une troisi?me guerre mondiale ?

J-L.I. : Je dis ? conflit militaire majeur ? c?est-?-dire pouvant entra?ner rapidement plusieurs pays dans des conflits bien plus graves que la guerre contre l?Irak ou contre la R?publique f?d?rative de Yougoslavie. C?est du reste ce qu?ont tent? les Etats-Unis en foulant le droit international et en tentant de constituer une alliance de guerre contre l?Irak en passant outre l?ONU. Les Etats-Unis sont en pleine faillite, leur dette financi?re n?est plus remboursable et ne peut plus qu??tre remise. Comme le rappelle le g?n?ral Ivashov dans mon livre, tout se qui se trouve aux Etats-Unis ? industries, immeubles, technologies de pointe, etc. ? a ?t? hypoth?qu? plus de dix fois partout dans le monde et nous sommes au bord d?un krach du syst?me financier international sur le dollar ?tasunien. Le g?n?ral Ivashov, qui est vice-pr?sident de l?Acad?mie russe des probl?mes g?opolitiques, estime que ? les banquiers mondiaux ? en faillite ont besoin d?un ?v?nement de force majeure de proportions mondiales pour s?en sortir ?. Selon son analyse, ? l?importance des ?v?nements ? venir est r?ellement ?pique. (?) Les conflits r?gionaux comme ceux d?clench?s contre la Yougoslavie, l?Irak et l?Afghanistan ne donnent que des effets ? court terme. Ils ont besoin de quelque chose de beaucoup plus important et ce besoin est urgent ?. Les Etats-Unis et leurs sujets anglo-saxons n?ont pas r?ussi ? entra?ner les pays occidentaux dans leur croisade contre l?Irak. Ils tentent aujourd?hui de renouveler leur op?ration contre l?Afghanistan et la R?publique Islamique d?Iran avec l?OTAN et vont de provocation en provocation pour tenter de renverser le r?gime l?gitime du peuple Iranien.

Au nom de quoi l?Occident serait-il ? l?abri des guerres qu?il provoque ?

Geostrategie : Est-ce ? dire que les conflits r?gionaux actuels peuvent gagner en ampleur ?

J-L.I. : Malheureusement l?heure est ? la guerre et les dirigeants occidentaux en portent la responsabilit?. Ils font r?guli?rement la d?monstration de leur recherche d?un conflit majeur, pour sauver leur syst?me en faillite. Ils multiplient les provocations m?diatiques, ?conomiques et arm?es de mani?re r?p?t?e contre plusieurs Etats depuis quelques ann?es. Par exemple, les dirigeants Fran?ais m?nent des op?rations militaires hors fronti?res contre des peuples (Comores, Afrique, Albanie, Kosovo, Bosnie, Afghanistan, etc.) avec une structure militaire, le Commandement des Op?rations Sp?ciales dont le si?ge est bas? ? Villacoublay (Yvelines) en r?gion parisienne, la plupart du temps sans consultation du Parlement. L?arm?e n?est plus au service de la d?fense du pays tous azimuts mais des besoins des soci?t?s transnationales et des guerres ?tasuniennes. Il semble que le pr?sident Sark?zy de Nagy-Bocsa n?ait pas compris que le retour en puissance sur la sc?ne internationale de la F?d?ration de Russie, de la R?publique Populaire de Chine, de l?Inde et de l?Am?rique latine et centrale mette un terme aux sch?mas id?ologiques et aux alliances des ann?es soixante-dix. Les fran?ais peuvent du reste interpeller leurs d?put?s sur ces op?rations militaires en se servant de mon livre puisque celles-ci vont leur co?ter en 2009 plus d?un milliard d?euros avec l?invasion et l?occupation de l?Afghanistan. Aujourd?hui, le mot d?ordre des militants nationalistes et r?volutionnaires doit ?tre ? Troupes fran?aises hors d?Afrique ! ?, ? Troupes fran?aises hors d?Afghanistan ! ? L?action doit se d?velopper afin d?entraver par tous les moyens le fonctionnement des troupes d?invasion et les centres nerveux des Etats qui participent ? ces op?rations militaires meurtri?res dans lesquelles p?rissent de nombreux civils. Le temps de la guerre qui se d?roule ? plusieurs heures d?avion des capitales occidentales sans r?percussions pour l?agresseur est r?volu.

Geostrategie : Selon vous ces conflits sont donc susceptibles aujourd?hui d?avoir des r?percussions en Occident m?me ?

J-L.I. : Les occidentaux doivent comprendre que les bombes qu?ils l?chent sur les autres peuples, que l?uranium appauvri que les arm?es ?tasuniennes, fran?aises et anglaises n?ont pas h?sit? ? utiliser en 1991 lors de la guerre du Golfe, puis en Bosnie en 1995, puis encore contre la Serbie en 1999, puis ? nouveau contre l?Irak en 2003 avec les cons?quences dramatiques pour les ?tres humains et l?environnement peut aussi se r?pandre au c?ur de leurs propres villes, de leurs repaires ?conomiques, financiers et militaires. Comme le rapporte le contre-amiral Claude Gaucherand, ? l?h?pital pour enfants de Bassorah, en Irak, l?une des plus modernes maternit? du monde arabo-musulman avant la guerre, o? naissaient 12000 enfants par an, les femmes qui accouchent ne disent plus ? fille ou gar?on ? mais ? monstre ou ?tre humain ? ? Les cas de leuc?mie ont ?t? multipli?s par 13 et les cancers par 6 en douze ans et ces chiffres ne font qu?augmenter. Il faut ?galement savoir que le plus moderne institut de production de vaccins du Proche-Orient qui f?t cr?? dans les ann?es 1980 par une coop?ration de l?Irak avec les ?tablissements M?rieux a ?t? d?truit par l?ONU et ses envoy?s de l?UNISCOM avec des cons?quences dramatiques pour les populations et les animaux bien au-del? de l?Irak et de sa r?gion. L?utilisation de telles armes comme le d?clenchement des guerres sans consultation du Parlement fait des dirigeants de l??poque des criminels de guerre. Donnez-moi une seule raison qui justifierait que les populations occidentales soient ? l?abri des guerres offensives qu?elles laissent financer avec leurs deniers par leurs dirigeants et leurs repr?sentants sans sourciller ? Les bombes ne seraient-elles bonnes que pour les enfants Serbes, Palestiniens, Irakiens, Africains ou Afghans ? Ce temps l? est bien fini.

Les fraudeurs ne sont pas ? T?h?ran mais ? l?UMP

Geostrategie : Les politiciens et m?dias occidentaux parlent de ? dictature ? et de ? r?volution manqu?e ? contre le r?gime de T?h?ran, mena?ant d?intervenir pour la protection des droits de l?Homme. Quel est votre avis sur l??volution de la situation en Iran ?

J-L.I. : Premi?rement, le peuple Iranien a r??lu le pr?sident Ahmadinedjad avec une ?crasante majorit?, bien plus large que celle que le peuple fran?ais a donn?e au pr?sident fran?ais lors de l??lection pr?sidentielle de 2006. Permettez-moi de souligner au passage que l??lection du pr?sident fran?ais ne respecte m?me pas la loi qui pr?voit qu?aucun citoyen ne peut porter de nom autre que celui exprim? dans son acte de naissance, ? savoir pour ce fils d??migr?s juifs hongrois, Nicolas Sark?zy de Nagy-Bocsa. Visiblement, ? de Nagy-Bocsa ? est rest? de l?autre c?t? de la fronti?re du bulletin de vote. Ensuite, je ne pense pas que le pr?sident fran?ais et son parti, l?UMP, dont une ribambelle d??lus ont vu leur ?lection annul?e dans diff?rents scrutins parce qu?ils avaient trich? ? Serge Dassault le ? jeune ? s?nateur-maire UMP de 84 ans de Corbeil-Essonne, fabricant d?armes, a ?t? d?clar? in?ligible pour un an par le Conseil d?Etat et accus? d?avoir achet? des voix ! ? soient en mesure de donner des le?ons de d?mocratie ?lectorale ? l?Iran. Ils le sont d?autant moins que d?autres ?lus de l?UMP ont ?t? ?galement d?bout?s de leur tentative de remettre en cause plusieurs r?sultats de scrutin au pr?texte que ceux-ci ne leur ?taient pas favorables. Le parti des fraudeurs n?est pas ? T?h?ran mais bien en France. L?UMP est d?ailleurs coutumier de ?putsch ? contre le peuple et la d?mocratie.

Geostrategie : ? Putsch ? contre la d?mocratie, c?est-?-dire ?

J-L.I. : Je rappelle que le 23 mars 1999, les repr?sentants des dix-neuf pays de l?OTAN ont d?clench? les frappes a?riennes contre la R?publique F?d?rative de Yougoslavie sans consultation des parlements. Puis, ils ont viol? une nouvelle fois la Constitution fran?aise en 2001 quand le Premier ministre ? socialiste ? Lionel Jospin a, d?un commun accord avec le pr?sident UMP Jacques Chirac, d?cid? de participer ? l?invasion et ? l?occupation de l?Afghanistan. Depuis les choses n?ont fait que s?aggraver et les op?rations militaires ext?rieures p?sent de plus en plus lourdement dans le budget de l?Etat. J?ajoute que la France participe au soutien de dictatures sur le continent Africain o? elle n?a rien ? faire et dont elle ne conteste du reste pas les ?lections de dirigeants, r?ellement truqu?es celles-ci. Et voil? qu?aujourd?hui, avec leurs homologues de la petite Europe de Maastricht, ils s?entendent pour faire revoter les Irlandais qui se sont prononc?s majoritairement contre le trait? de Lisbonne et dont le vote ne leur convient pas ! Et ce sont ces dirigeants fran?ais qui ont la pr?tention de donner des le?ons de d?mocratie ? l?Iran ? Ce n?est pas s?rieux. Cette r?alit? n?est que celle d?une classe sociale, la grande bourgeoisie, qui s?accroche au pouvoir par tous les moyens, jusqu?? la guerre, pour sauvegarder ses privil?ges

Un fait dont personne ne parle

Geostrategie : Les reproches formul?s au gouvernement iranien par les dirigeants occidentaux proc?dent-ils de la volont? de chercher un conflit majeur ? S?agit-il d?une op?ration concert?e ?

J-L.I. : Oui. Plusieurs ?l?ments prouvent que nous assistons ? une tentative de d?stabilisation du gouvernement Iranien r?par?e de longue date par les services ?tasuniens avec la collaboration de membres de services occidentaux et sionistes. La strat?gie est la m?me que celle employ?e pour la pr?tendue ? r?volution orange ? en Ukraine ou dans d?autres pays comme la G?orgie avec d?autres couleurs et d?autres valets. Vous retrouvez derri?re ces ? candidats de la libert? ? les m?mes associations financ?es par des annexes des services ?tasuniens, les m?mes bailleurs de fonds, les m?mes campagnes m?diatiques spontan?es avec manifestations, pancartes, mots d?ordre en anglais, provocations, etc. Malheureusement les occidentaux, tous particuli?rement les ?tasuniens, les anglais et les fran?ais, devront se faire ? l?id?e que le pr?sident Ahmadinejad jouit d?un fort soutien populaire et de la confiance des forces r?volutionnaires d?Iran. J?attire du reste votre attention sur un fait dont personne ne parle : ces conservateurs petits bourgeois qui se pr?sentent comme des d?fenseurs de la ? libert? ?, de la ? d?mocratie ? et des ? droits de l?Homme ? ont tous le m?me programme politique : ? lib?rer ? l??conomie. Cela signifie privatiser avec les cons?quences qui s?en suivraient pour le peuple, tout particuli?rement dans le domaine de l??nergie puisque l?Iran est un grand pays producteur de p?trole. Avez-vous remarqu? le silence entretenu par les m?dias occidentaux sur le programme politique de cette opposition ? Je ferai le reproche aux dirigeants iraniens de ne pas suffisamment mettre en avant les acquis de la R?volution islamique qui a lib?r? le pays du joug de l??tranger et a permis de consacrer au d?veloppement ?conomique et social des capitaux qui partaient auparavant dans la poche des gros actionnaires des soci?t?s occidentales. La R?publique Islamique d?Iran se modernise, y compris par la ma?trise de l??nergie nucl?aire, et contr?le son activit? ?conomique au profit de toute la soci?t? : voil? ce que ne supportent pas les occidentaux, fran?ais compris, dont les milliardaires dirigeants des soci?t?s transnationales convoitent les richesses et la place strat?gique. Il est ?vident qu?un Hossein Moussavi comme tout autre dirigeant soutenu par les occidentaux permettrait ? Isra?l de poursuivre tranquillement le g?nocide du peuple Palestinien sans que cette entit? ait ? r?pondre r?gionalement et internationalement de ses crimes. La politique de paix d?velopp?e par l?Iran s?accompagne forc?ment d?une d?nonciation de la r?alit? de la politique raciste et belliciste de l?entit? sioniste, que cela plaise ou non. Il ne peut y avoir d?aboutissement ? plus de soixante ann?es de conflit sans que la r?alit? des faits soit pos?e sur la table.

Il est temps d?en finir avec ? l?Etat ? raciste isra?lien

Geostrategie : La communaut? internationale peut-elle encore jouer un r?le dans le r?glement de la question juive au Proche Orient ?

J-L.I. : La communaut? internationale n?existe plus depuis longtemps Pour qu?elle existe encore faudrait-il qu?il y ait une volont? politique commune de r?gler les conflits dans l?int?r?t des peuples, ce qui n?est plus le cas, tout particuli?rement avec ce que l?on appelle ? l?Etat ? d?Isra?l. Le pr?sident Ahmadinejad a soulign? avec raison, lors de son intervention ? la tribune des Nations Unies ? Gen?ve le 11 avril dernier qu? ? apr?s la deuxi?me guerre mondiale, sous pr?texte ? des souffrances des juifs ?, un groupe de pays puissants a eu recours ? l?agression militaire pour faire d?une nation enti?re une population sans abri. Ces pays ont envoy? des migrants d?Europe, des Etats-Unis et d?ailleurs pour ?tablir un gouvernement totalement raciste en Palestine occup?e. Il est tout ? fait regrettable qu?un certain nombre de gouvernements occidentaux ainsi que les Etats-Unis aient entrepris de d?fendre ces racistes auteurs de g?nocide. Ils ont toujours soutenu les actes odieux du r?gime sioniste ou sont rest? silencieux face ? ces actes ?. Tout cela n?est que la triste v?rit? et nous sommes aujourd?hui confront?s ? une peste sioniste qui se r?pand comme un poison de mani?re analogue ? celles des nazis : puret? de la ? race ? qui place le juif , ? peuple ?lu ?, au-dessus de tout autre ?tre humain ? et je vous renvoie sur ce point ? La question juive ?crit par le juif allemand Karl Marx -, implantation de colonies qui r?pond au besoin d?espace vital ? l?image de l?ancien Reich allemand, populations chass?es ? coups d?interventions militaires, villages ras?s, terres spoli?es, torture, etc. L?ouvrage de Serge Thion, Le terrorisme sioniste,(5) est sur ce point r?v?lateur de la terreur qui accompagne l?occupation de la Palestine par l?entit? sioniste depuis 1947. Isra?l n?est pas un Etat mais une entit? raciste sans fronti?res d?finies et sans constitution. C?est l?amie assassine du pr?sident Sark?zy de Nagy-Bocsa dont l?historien Paul-Eric Blanrue d?crit fort bien l?introduction dans l?appareil d?Etat fran?ais dans son ouvrage Sarkozy, Isra?l et les juifs.(6)

Geostrategie : Vous ?tes l?un des rares journalistes fran?ais ? soutenir l?intervention du pr?sident Ahmadinejad. Selon vous, le pr?sident Iranien n?a fait que rapporter la r?alit? des faits ? la tribune de l?ONU ?

J-L.I. : L?un des rares ? le soutenir ? Je ne pense pas. Sans doute dans les salons dor?s des capitales occidentales et de l?ONU ? Gen?ve ? et encore car il y f?t applaudi par la grande majorit? des participants ? la d?ception des repr?sentants occidentaux. Je renvoie ceux qui doutent de la triste r?alit? de la Palestine occup?e et du racisme de l?entit? sioniste ? se rendre dans les pays arabes. Je ne parle pas de descendre dans les h?tels cinq ?toiles pour l?interview d?une personnalit? et de partager le reste de son temps entre le bar et la piscine de l?h?tel comme le font certains journalistes occidentaux. Je parle de vivre avec le peuple, d?aller ? sa rencontre, de l??couter, d?essayer de le comprendre. Ils verront alors que le pr?sident iranien jouit d?une grande popularit? dans le monde arabo-musulman. Par ailleurs, un rapport de la F?d?ration Internationale des Droits de l?Homme qui fait suite ? une importante mission d?enqu?te en Isra?l rapporte, je cite, ? les nombreuses discriminations raciales (?) tant l?galis?es qu?empiriques, sans aucun fondement de quelque nature que ce soit ? qui constituent ? une violation ? la D?claration universelle des droits de l?homme, au Pacte international relatif aux droits civiques et politiques, au Pacte international relatif aux droits ?conomiques, sociaux et culturels et ? la Convention internationale pour l??limination de toutes les formes de discrimination raciale ?. Il est ?vident que si les occidentaux continuent de soutenir une telle entit? raciste, ils devront finir par assumer ?galement la responsabilit? du g?nocide du peuple Palestinien et de la guerre qui se pr?pare. Depuis 62 ans cette entit? viole toutes les lois internationales, proc?de ? une v?ritable ?puration ethnique de la Palestine, refuse d?appliquer les r?solutions de l?ONU et poursuit sa guerre d?occupation et d?expansion ? l?abri du discours trompeur de ses dirigeants. Vous seriez enfant Palestinien et vous auriez vu votre famille d?cim?e sous les bombes sionistes ou chass?e de sa terre, pensez-vous que vous continueriez d?applaudir aux rencontres diplomatiques sans lendemain avec un occupant qui pi?tine la diplomatie et les pactes internationaux jusqu?au sein de l?ONU ? Quant aux dirigeants des pays arabes au pouvoir qui ne sont, exception faite de la Syrie, que des mod?r?s corrompus agenouill?s devant les occidentaux, ils portent une lourde responsabilit? dans l?extermination du peuple Palestinien et la pr?sence coloniale dans cette r?gion du monde.

Geopolitique : Dans de telles conditions, pensez-vous qu?apr?s tant d?ann?es une solution diplomatique puisse encore ?tre trouv?e ?

J-L.I. : En refusant toute v?ritable n?gociation pour que la Palestine retrouve l?int?gralit? de sa terre et ses droits, l?entit? sioniste empoisonne la vie politique internationale et diplomatique depuis plus d?un demi-si?cle. Ce racisme religieux que les occidentaux et l?ONU refusent de combattre oblige ? consid?rer que la seule alternative qui reste d?sormais pour en finir avec Isra?l est la guerre. Que voulez-vous qu?il reste quand des dirigeants refusent de voir la r?alit? des choses, d?entendre la voie de la diplomatie et donc de la sagesse ? Ainsi que je le rapporte dans mon livre, une mission d?enqu?te de la F?d?ration Internationale des Droits de l?Homme conclut que ? le projet politique fondateur de l?Etat d?Isra?l, l?instauration d?un ? Etat juif ? est porteur d?une discrimination ? l??gard de la population non juive ?. Si ? l?Etat d?Isra?l est ? l?Etat des juifs ? comme le stipule l?article 7 de la loi fondamentale sur la Knesset, alors tout juif qui se trouve en dehors de cet Etat doit ?tre consid?r? comme immigr?. Une liste noire des Etats et soci?t?s qui commercent avec Isra?l, fournissent ? cette entit? du gaz, du p?trole ? comme la F?d?ration de Russie, la Turquie, la G?orgie et quelques autres -, des armes et autres bien de consommation doit ?tre dress?e afin de d?noncer publiquement leur participation au massacre du peuple Palestinien et d?organiser un boycott progressif et massif de leur commerce. Il faut ainsi s?opposer comme le font une centaine d?organisations, de partis politiques, d?associations, y compris juives, ? l?implantation de la soci?t? isra?lienne Agrexco ? S?te et ailleurs en France. Ce n?est qu?un aspect du combat qu?il faut aujourd?hui mener contre cette entit? raciste jusqu?? la contraindre ? la raison car chaque jour elle vole la vie et la terre des Palestiniens.

Renforcer l?action commune des peuples contre l?imp?rialisme

Geostrategie : Revenons ? l?Iran. Pensez-vous que la R?publique Islamique d?Iran puisse affronter la crise provoqu?e par les occidentaux ?

J-L.I. : Crise est un bien grand mot. Je parlerai plut?t de nouvelle provocation occidentale et d?ing?rence dans les affaires du peuple iranien. Non seulement elle le peut mais elle en sortira renforc?e. Il faut savoir qu? au-del? d?un appareil d?Etat en pleine modernisation, la R?publique Islamique d?Iran dispose de militants r?volutionnaires aguerris ? la lutte contre les provocations occidentales, d?une jeunesse form?e dans les ?coles et Universit?s ouvertes ? toutes les couches de la population qui soutient majoritairement le r?gime contrairement ? ce que diffusent les m?dias occidentaux, de penseurs et d?intellectuels riches de la culture perse, d?une religion avec laquelle la corruption et l?enrichissement personnel contre l?int?r?t g?n?ral ne sont pas compatibles. Il ne faut pas oublier qu?en ao?t 1953 les occidentaux ont eux-m?mes pr?par? le coup d?Etat pour renverser le r?gime d?mocratique de Mohammad Mossadegh afin d?installer au pouvoir la dictature des Pahlavi qui a plong? l?Iran dans un bain de sang. Quelques mois apr?s son installation au pouvoir par les occidentaux, en 1954, un consortium compos? de compagnies ?tasuniennes, anglaises, fran?aises et hollandaises se mettait en place pour g?rer l?exploitation p?troli?re de l?Iran au profit des actionnaires des grandes compagnies occidentales. Un v?ritable pillage de l?Iran s?est ainsi op?r? pendant pr?s de vingt-six ann?es de dictature jusqu?? la R?volution islamique en 1978 et 1979. Il est ?vident que les dirigeants occidentaux entendent aujourd?hui dicter de nouveau ? l?Iran sa politique ?conomique tant?t en lui interdisant d?utiliser l??nergie nucl?aire, tant?t en le mena?ant, tant?t en exer?ant des pressions ?conomiques ou en essayant de d?stabiliser son r?gime d?mocratiquement ?lu pour imposer une marionnette ? leur solde afin de s?approprier ses richesses.

Geostrategie : Mais vous ?tes vous-m?me ath?e et vous soutenez le pouvoir religieux de T?h?ran ?

J-L.I. : O? est le probl?me ? Notre foi n?est pas la m?me mais je constate que le r?gime de T?h?ran d?fend l?ind?pendance ?conomique du pays, les nationalisations ? m?me si celles-ci doivent aujourd?hui passer ? un niveau qualitatif sup?rieur ? et donc la possibilit? pour le peuple Iranien d?am?liorer ses conditions d?existence en participant plus fortement ? la vie ?conomique. On ne peut en dire de m?me du Vatican ou de l?entit? sioniste qui sont deux des principales destinations du blanchiment de l?argent du crime organis? et du commerce des armes, ni des Etats-Unis avec leurs 60 millions de pauvres o? la mis?re, contrairement ? la R?publique Islamique d?Iran, est en pleine expansion ! Quant ? l?Union Europ?enne, donneuse de le?on de droits de l?Homme elle devrait commencer par s?occuper de ses 20 millions de ch?meurs, de ses 70 millions de citoyens mal log?s, de ses 80 millions d?autres qui courent un risque de pauvret? dont ? la moiti? d?entre eux est dans une situation de pauvret? durable ? si j?en crois le Rapport conjoint 2008 sur la protection sociale et l?inclusion sociale de la Commission europ?enne ! O? sont les droits de l?homme pour ces habitants de la petite Europe ? Par ailleurs, la France a fait le choix de servir de refuge ? une organisation arm?e log?e ? Auvers-sur-Oise, en r?gion parisienne, qui ?tait, voici peu de temps, class? sur la liste noire des mouvements terroristes du D?partement d?Etat ?tasunien et de l?Union Europ?enne. Elle vient d?en ?tre retir?e car les dirigeants anglo-saxons ont r?alis? qu?ils avaient besoin de l?instrumentaliser pour d?velopper une grande campagne contre la R?publique Islamique d?Iran. Tout ce qui peut leur servir contre l?Iran r?volutionnaire est bon. Il serait du reste int?ressant de savoir de qui cette organisation re?oit des fonds et des armes en quantit? impressionnante? Le gouvernement fran?ais devrait prendre garde. Que n?entendrait-on si l?Iran abritait sur son sol une organisation dont le but avou? serait de renverser le gouvernement fran?ais ?! Sans intervenir dans les affaires int?rieures iraniennes, je pense que les dirigeants iraniens devraient revoir les conditions des ?changes avec les pays de l?Union Europ?enne, tout particuli?rement la France, et choisir des partenaires commerciaux plus fiables et respectueux de l?ind?pendance des peuples. Cela vaut pour l?Iran comme pour tous les peuples qui se l?vent sur tous les continents et qui doivent, au-del? de leurs croyances diff?rentes, se rapprocher pour agir en commun contre l?imp?rialisme.

Geostrategie : Le conflit majeur dont vous parlez pourrait prendre des formes nouvelles ?

J-L.I. : Je le pense car les occidentaux semblent oublier qu?il ne peut y avoir de second Hiroshima puisque cela signifierait la fin de l?Humanit?. Le pr?sident ?tasunien Obama qui a pris un ton aux relents de guerre froide vis-?-vis de la F?d?ration de Russie devrait bien r?fl?chir ? changer d?attitude contre le c?ur de l?Eurasie. De m?me, son implication et celle de son administration ? CIA, Institut de l?h?misph?re occidental pour la s?curit? et la coop?ration(7) et Commandement Sud des Etats-Unis (Southcom) ? dans le coup d?Etat en juin dernier contre Manuel Zelaya, pr?sident d?mocratiquement ?lu du Honduras, ne fait que confirmer la poursuite de la politique belliciste et agressive de ses pr?d?cesseurs. Vous constaterez au passage la disproportion du traitement dans les m?dias fran?ais entre le coup d?Etat ?tasunien au Honduras avec des centaines de morts et des milliers d?arrestations qui n?ont eu droit qu?? quelques toutes petites minutes d?antenne et le coup d?Etat manqu? des occidentaux en Iran qui a fait chaque jour l?objet de commentaires aussi faux qu?abondants. Les Etats-Unis ne sont plus en ?tat de dicter leur volont? au monde et leur pr?sident va devoir faire front sur le plan int?rieur aux d?ceptions qui vont na?tre des promesses qu?il a faites pour ?tre ?lu et qu?il ne pourra tenir. Sur le plan ext?rieur les guerres qu?il entretient et les nouvelles qu?il cherche ? provoquer vont accro?tre l?endettement et contribuer au processus d?affaiblissement majeur des Etats-Unis et du capitalisme en faillite. Imaginez ce qu?il adviendrait de la soci?t? ?tasunienne dans un tel contexte politique, ?conomique et social si son pr?sident noir ?tait victime d?un odieux attentat raciste perp?tr? par un groupe sioniste ou des miliciens extr?mistes blancs ?!? Imaginez ce qu?il adviendrait demain si les images capt?es par satellite et cam?ras sur le pr?tendu attentat contre le Pentagone en septembre 2001 ?taient publi?es ? Certains responsables du Federal Bureau of Investigation en ont une id?e pour avoir fait saisir aux Etats-Unis certaines de ces bandes vid?os?Il est ?trange, ne trouvez-vous pas, que cette manipulation et mise en sc?ne hollywoodienne ait ?chapp? aux ? yeux du ciel ? pour l?un des b?timents les plus surveill?s de la plan?te ? Sans doute faut-il encore laisser du temps au temps. Les occidentaux ne sont plus les seuls ? ma?triser les nouvelles technologies et les peuples ? qui ils ont pris leurs familles, leurs terres, leurs richesses, leur espoir, leur avenir n?ont plus rien ? perdre. Ces ? terroristes ? l? seront les lib?rateurs d?aujourd?hui comme l??taient hier communistes et sans partis dans la R?sistance contre le nazisme. A mains nues ou en costume cravate nous devons ?tre ? leurs c?t?s car pour eux comme pour nous, l?avenir c?est aujourd?hui la r?volution ou la guerre.

 

Notes :

(1) Dipl?m? de l?Ecole des Hautes Sociales, de l?Ecole des Hautes Etudes Internationales et de l?ESJ, Jean-Loup Izambert est un journaliste ind?pendant qui a ?galement exerc? comme conseil en communication politique et communication de crise. Sp?cialis? depuis les ann?es quatre-vingt cinq dans l?investigation ?conomique, politique et financi?re, il est notamment l?auteur de plusieurs ouvrages : Le krach des 40 banques (Ed. du F?lin, 1998), Le Cr?dit Agricole hors la loi ? (Ed. Carnot, 2001), Cr?dit Lyonnais, la mascarade (Ed. Carnot, 2003), ONU, violations humaines (Ed. Carnot, 2003), Faut-il br?ler l?ONU ? (Ed. du Rocher, 2004), Les D?mons du Cr?dit Agricole (Ed. L?Arganier, 2005), Pourquoi la crise ? (Ed. Amalth?e, 2009)

(2) Lire R?sistance, n?56, juin 2009 et le site Internet voxnr.com

(3) Source : Organisation Internationale du Travail.

(4) Source : Rapport sur les aides publiques aux entreprises, Inspection g?n?rale des Finances, des Affaires sociales et de l?Administration, janvier 2007.

(5) Le terrorisme sioniste, par Serge Thion, Ed. Akribeia, Paris (disponible ici).

(6) Sarkozy, Isra?l et les juifs, par Paul-Eric Blanrue, Ed. Oser dire (disponible ici).

(7) L?institut de l?h?misph?re occidental pour la s?curit? et la coop?ration, aussi appel? ? Ecole am?ricaine ? est un centre d?entra?nement et de formation ?tasunien destin? ? former des militaires et commandos pour contrer les forces progressistes et r?volutionnaires du continent d?Am?rique centrale et latine. Plusieurs chef militaires des derni?res dictatures de ce continent soutenues par Washington en sont issus.

 

http://www.geostrategie.com/point-fort/le-capitalisme-en-crise-a-besoin-d%E2%80%99un-conflit-militaire-majeur

A propos de

avatar

Check Also

« Le menteur » : un rôle taillé pour Macron

Ce n’est un secret pour personne, Emmanuel Macron aime le théâtre, un art qu’il a ...