Accueil / A C T U A L I T É / Encomienda : le vol de la pluie

Encomienda : le vol de la pluie

 

??La th?orie, c?est quand on sait on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c?est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons r?uni th?orie et pratique : rien ne fonctionne? et personne ne sait pourquoi !??

Albert Einstein

L?encomienda??tait un syst?me appliqu? par les?Espagnols?dans tout l?empire colonial espagnol?lors de la conqu?te du?Nouveau Monde?? des fins ?conomiques et d??vang?lisation. C??tait le regroupement sur un territoire de centaines d?indig?nes?que l?on obligeait ? travailler sans r?tribution dans des?mines?et des champs?: il s?agissait d?un ??pseudo-servage??1, d?une ??forme rajeunie de?r?gime seigneurial??2. Ils ?taient???confi?s???(??encomendados??), c?est-?-dire plac?s sous les ordres d?un???Encomendero??, colon espagnol ainsi r?compens? de ses services envers la monarchie espagnole3?; dans la pratique, celui-ci disposait librement des terres des indig?nes, bien qu?elles appartinssent toujours ? la Couronne4.

M?me la pluie?

Le film oublie son propos en chemin : c?est, aujourd?hui comme hier, l?indiff?rence qui pr?vaut. Les indiens doivent encore se battre pour avoir le droit ? l?eau courante. Et les occidentaux, m?me les intellectuels, m?me les artistes, sont d?accord pour d?noncer tout ce qu?il faut tant qu?ils ont, eux, l?eau courante, tant qu?ils rentrent chez eux le soir prendre un bon repas en famille. Le spectateur, apr?s avoir vu M?me la pluie, sera lui aussi d?accord pour tout d?noncer, tant qu?il retrouve son petit confort ensuite. Le film est tomb? dans son propre pi?ge et perd de vue l?essentiel au moment o? l?intrigue historique et l?intrigue contemporaine se dissocient. Dans notre monde lib?ral, l?hypocrisie est partout. Et chacun se bat simplement pour soi.?Source

?

Note du film?: 5/10?

On ne sait pas lire, on ne sait pas voir, on ne sait pas creuser entre les lignes, ni d?terminer les finesses en m?me temps que le massacre actuel des sauvages que nous sommes , ?attach?s aux pays qui doivent donner un peu de leur or pour gonfler les coffres, non plus d?un pays, mais de rois souterrains, camoufl?s.

On ne peut gu?rir une soci?t? si on ne comprend pas la trame historique et sa r?p?tition maquill?e.

Le monde ??moderne?? est ? la merci des milliers de Christophe Colomb qui n?ont d?autre but que de d?engranger la richesse par les ignorants, les petits, les agenouill?s, les croyants au ?d?veloppement durable?, cette notion vendue par le n?olib?ralisme pour satisfaire la soif de justice du citoyen.

Le film n?est pas une histoire? C?est l?Histoire qui se r?p?te et un film dans un film qui d?note un film rat?. Qui serait celui d?une soci?t? rat?e, soumise ? la barbarie nouvelle du d?veloppement ?conomique.

Voler la pluie?

Vendre l?eau ? l?entreprise priv?e? Sous un nom? espagnol mais en v?rit? sous le couvert de?Bechtel Corporation.?Une autre salet? ? la Monsanto?

Vendre ce qui tombe du ciel.

Vendre ce que l?on a sous terre.

Vendre les terres.

Vendre son ?me ? des acheteurs d?esclaves.

Telle est la v?rit? du monde actuel.

Il n?a pas chang? d?un iota. Il est d?guis?. De la puissance de dieu et de la foi chr?tienne ? ?vang?lisation-v?rit?, ?servant d?outil aux pillages et aux massacres, la foi actuelle est la peur. On craint l?enfer de la pauvret? et de la mis?re dans un univers riche, une plan?te abondante en ressources, mais si pauvre en ressources humanistes.

Encore?

On a cr?? l?enfer ailleurs ( apr?s la mort), alors que la Vie a cr?? le paradis ici.

Les hurlements de la toile

Depuis quelques ann?es, les d?nonciations se multiplient concernant notre ???tat d?esclave et de paup?risme??.

Au-del? de toutes ces manifestations finaudes, d?finissant bien les causes, trouvant les recettes de r?ussites de bonheur, il n?en reste pas moins que le pouvoir est l??uvre des petites p?pites d?or que nous fournissons chaque jour pour entretenir des syst?mes ? paillettes. ?Et des arm?es de d?fenseurs de la ??v?rit? du syst?me n?olib?ral mondialiste.

En r?alit?, nous n?avons pas de pouvoir. Car, hurler n?est pas un pouvoir. Malheureusement?

La plus grande invention et na?vet? du monde moderne est d?avoir cr?? le mot ??civilis?.

??On va en discuter??.

Pas de blessures, pas de sang, des avocats par dessus des avocats?

Mais en dessous du maquillage, le massacre des soci?t?s dites ??civilis?es?? est pire que celui des agents Christophe Colomb. La mis?re des pays pauvres a empir? et celle des pays riches s?est camoufl? sous les malheurs et les souffrances de l??me, du cerveau, et d?une culture de ??gu?rison?? par la pharmacologie, les sp?cialistes de toutes disciplines, tous des patent?s de LA v?rit?.

Les missionnaires de du 21e?si?cle n?ont plus de soutanes?

Ils ont de bonnes intentions?: sauver des citoyens. Non plus des ?mes? Et ils s?acharnent chaque jour ? nous convaincre du bien fond? et de la n?cessit? des richesses suppos?ment collectives.

Mais ? quel prix?

Il faut alors revisiter l?Histoire et constater que chaque d?cennie, chaque si?cle a eu ses v?rit?s arr?t?es.

Les ?nouveaux missionnaires nous parlent d??volution, de d?veloppement, de richesses ??n?cessaires??, du bien des sables bitumineux et des r?serves enfouies qu?il faut absolument violer.

Ils pensent en terme ??d?argent??, avec des ?valuations temporelles de cent ans.

Un si?cle.

Le temps d?effacer des millions de v?rit?s d?fendues ? coups de gueule, de discussions civilis?es.

Plan d?aust?rit??

Ah!

Avons-nous les moyens de nous payer un enfer dans un paradis mal tress? par des ?vang?lisateurs pseudo-savants?

La vie n?est pas un sacrifice ?ni une crucifixion aux fins de nourrir des requins ? canne blanche.

Le civilis? d?antan supposait que les autochtones n?avaient pas d??me.

Nous voil? ? l?envers, si nous ne sommes pas na?fs, de penser que les d?veloppeurs n?ont pas d??me.

Il y a des milliers d?ann?es, pas un ?tre humain sur Terre n?aurait pu ?crire sur la pierre une nouvelle de science fiction dans laquelle l?Homme vendrait la pluie tombant du ciel.

Il faut avoir pers?v?r? dans la d?bilit? pour penser que c?est normal.

Au fond, nous avons tous? lentement vendu notre ?me ? des anormaux.

Mais c?est nous qui payons la note?

Houdini, Christophe Colomb, Georges W. Bush, Obama.

On dirait les Beatles en format ???conomie???

Il faut distinguer l?amour propre de l?amour sale?:

Close your eyes and I?ll kiss you
Tomorrow I?ll miss you
Remember I?ll always be true

All My Loving?

( Paul McCartney)

P.S.: Comme je disais ? mon chat?: pour avoir du sang, il faut de l?eau, mais chez les humains, pour avoir de l?eau, il faut donner de son sang. Mais pour les ma?tres, dou?s d?eux-m?mes, si on ne donne pas d?eau, ils ne pourront pas avoir de sang?

Le chat n?a rien compris?

Ga?tan Pelletier

16 novembre 2012

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Robert Mundell, père de l’Europe ?

Bien avant la création de l’euro, le Canadien Robert Mundell décédé il y a quelques ...

4 Commentaire

  1. avatar

    La phrase clef à mes yeux:

    « Il faut avoir persévéré dans la débilité pour penser que c’est normal. »

    Mais les choses vont bientôt « se tasser »; car malgré l’extraordinaire « puissance de contrôle » de l’homme civilisé actuel sur son environnement, l’ONU nous avertit qu’il y aura une « crise alimentaire » mondiale en 2013. La nature en a assez.

    Les gens croient que cette crise sera, « comme d’habitude », pour les pays sous-développés; mais non, elle sera chez les pays développés. Sinon, l’ONU ne parlerait pas d’une chose « normale ».

  2. avatar
    Carolle Anne Dessureault

    Le spectateur, après avoir vu Même la pluie, sera lui aussi d’accord pour tout dénoncer, tant qu’il retrouve son petit confort ensuite.
    @Gaetan Pelletier

    Bonsoir,

    Je suis touchée par cet article. Tant de mots profonds qui nous atteignent, comme des coups de poing au coeur, des «réveille-toi»!

    Entre autres phrases que vous avez écrites et qui me touchent personnellement, je cite :

    «On craint l’enfer de la pauvreté et de la misère dans un univers riche, une planète abondante en ressources, mais si pauvre en ressources humanistes.»

    «En réalité, nous n’avons pas de pouvoir. Car, hurler n’est pas un pouvoir.»

    « La vie n’est pas un sacrifice ni une crucifixion aux fins de nourrir des requins à canne blanche.»

    «Le civilisé d’antan supposait que les autochtones n’avaient pas d’âme. Nous voilà à l’envers, si nous ne sommes pas naïfs, de penser que les développeurs n’ont pas d’âme.»

    Merci pour ce texte.

    CAD

    • avatar

      Bonsoir Carole,
      J’ai parfois l’impression que je bousille un peu… Car, en fait, j’aurais aimé inclure quelques dialogues du film qui pointait la réalité historique d’alors… qui est la même qu’aujourd’hui.
      Pour les amateurs de cinéma, il faut absolument voir
      Margaret, http://www.imdb.com/title/tt0466893/ , encore sous estimé mais si percutant dans les dialogues et de nos différences de perception.
      Genre de film qui peut susciter de longues heures de conversation par la suite.
      Étonnant qu’il soit américain… 🙂
      Bonne soirée! Ou bon dimanche…