Accueil / T Y P E S / Articles / Egypte: fin du printemps, l’Arm?e au pouvoir

Egypte: fin du printemps, l’Arm?e au pouvoir

(W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (W)

Dans un coup militaire, la junte militaire soutenue par les Etats-Unis a dissout le parlement domin? par les Islamistes. Cet ?v?nement survient deux jours ? peine avant le dernier tour des ?lections pr?sidentielles en Egypte ? les premi?res depuis l??viction l?ann?e derni?re d?Hosni Moubarak au milieu des protestations de la classe ouvri?re.

La d?cision du Conseil supr?me des Forces arm?es (CSFA) de la junte de dissoudre le parlement a ?t? pr?c?d?e par une d?cision de la Cour supr?me constitutionnelle (CSC). Elle d?clara brusquement inconstitutionnelle la loi ?lectorale en vertu de laquelle le parlement avait ?t? ?lu en novembre-janvier.

La CSC, une cour compos?e de juges nomm?s par Moubarak, a statu? qu?un tiers des si?ges au parlement ?taient invalides parce que des candidats des partis politiques avaient ?t? ?lus pour des si?ges r?serv?s exclusivement aux ind?pendants.

Les pr?paratifs de la junte pour cette d?cision montrent clairement que la principale cible est la classe ouvri?re ?gyptienne, et que sa principale crainte est un renouvellement des luttes de la classe ouvri?re qui avaient renvers? Moubarak l?ann?e derni?re. Avant la d?cision de la cour, la junte avait renforc? les mesures de s?curit? au Caire. Des chars furent d?ploy?s devant le b?timent fortement prot?g? de la Cour supr?me.

La Corniche, une route qui longe les rives du Nil pr?s du tribunal, fut barricad?e par du fil de fer barbel?, avec des rang?es de soldats stationn?s derri?re pour en interdire acc?s aux manifestants qui hurlaient contre la junte SCAF et exigeaient l??puration du pouvoir judiciaire. Des jeunes en col?re ont incendi? des affiches de Shafiq et d?autres ont lanc? leur chaussures en l?air en signe de m?pris.

Lors de la m?me s?ance de la cour, la CSC a aussi approuv? la candidature pr?sidentielle d?Ahmed Sahfiq qui fut le dernier premier ministre sous le r?gime Moubarak. Le premier tour des ?lections avait donn? lieu ? un affrontement entre Mohamed Mursi, le candidat des Fr?res musulmans (FM) islamistes, et Shafiq, le candidat favori de l?arm?e,

La candidature de Shafiq fut menac?e par la pr?tendue loi d?isolement politique, adopt?e en d?but d?ann?e par le parlement et qui interdit aux responsables de haut rang du r?gime Moubarak de se porter candidat.

Afin de garantir la pr?sence de Shafiq dans les scrutins, la CSC a ?galement d?clar? inconstitutionnelle la loi d?isolement politique. Elle a cyniquement d?clar? que la loi d?isolement politique visant les responsables de la dictature de Moubarak violait le droit ? l??galit? devant la loi.

Une source militaire cit?e dans le journal Egyptian Independent a indiqu? que la junte dissoudra aussi l?assembl?e constituante ?lue mardi par le parlement et charg?e de d?buter les travaux pour l??laboration d?une nouvelle constitution ?gyptienne. Au lieu de cela, ? une d?claration constitutionnelle devrait ?tre publi?e par le Conseil supr?me des forces arm?e, et qui comprend la formation de l?Assembl?e constituante, ? a pr?cis? cette source.

Les d?cisions de la cour et les d?cisions de la junte ont d?masqu? l?escroquerie de la ? transition d?mocratique ? promue par l??lite dirigeante ?gyptienne et ses alli?s imp?rialistes aux Etats-Unis et en Europe.

En dissolvant le parlement et l?assembl?e constituante, le CSFA s?empare de toute l?autorit? qu?il avait transmise au parlement en janvier en reprenant le contr?le de la r?daction de la constitution du pays.

Au cours de ces derniers mois, la composition de l?assembl?e constituante avait ?t? l?une des principales sources de conflit entre le CSFA et le parlement domin? par les Islamistes. En d?cidant de contr?ler la r?daction de la constitution, la junte a clairement fait comprendre qu?elle ?tait d?termin?e ? pleinement contr?ler la politique future de l?Egypte. Elle est notamment en mesure de d?cider quels seront les pouvoirs dont le pr?sident disposera ou non. Dans ces conditions, les ?lections pr?sidentielles en soi ont peu d?importance r?elle.

L?objectif imm?diat du coup militaire au sein de l?appareil d?Etat de l?Egypte est les FM. Apr?s une coop?ration ?troite de la junte militaire CSAF avec les FM pour r?primer la classe ouvri?re durant les premiers mois de la r?volution, des divisions se sont d?velopp?es entre eux apr?s que les Islamistes ont remport? les ?lections l?gislatives. Tous deux, l?arm?e et les FM, contr?lent de vastes pans de l??conomie ?gyptienne en repr?sentant les int?r?ts ?conomiques et politiques de factions concurrentes de l??lite dirigeante ?gyptienne.

Imm?diatement apr?s que les juges de Moubarak eurent donn? le feu vert ? la campagne de Shafiq, celui-ci a tenu une conf?rence de presse ? la t?l?vision qui ressemblait fort ? un discours de victoire. Il a fait l??loge du SCAF et de la police en d?clarant qu?il ? affronterait le chaos et qu?il restaurerait la stabilit? dans le pays ?.

Dans une menace directe ? l?adresse de ses adversaires politiques, il a dit que ? l??poque des r?glements de compte, de la r?daction des lois visant certaines personnes en particulier et du recours aux institutions de l?Etat pour la r?alisation d?objectifs priv?s ?tait r?volue?.

Apr?s l?annonce des d?cisions de la cour, les FM et leur bras politique, le parti de la Libert? et de la Justice (PLJ), ont tenu une r?union d?urgence. Mursi a d?clar? qu?ils respecteront la d?cision de la CSC et qu?il ne restera pas dans la course. Il a dit : ? Nous irons aussi loin que nous le pouvons, et si l?ancien r?gime tente de s??tablir, la r?volution sera plus dure cette fois?.

Mursi a montr? toutefois clairement que l?objectif des FM est de trouver un accord avec la junte. Il a soulign? qu?il n?y avait pas d?autre option que ? la r?volution par les urnes ? en r?clamant ? la passation de pouvoirs et la fin de la p?riode de transition ?.

La porte-parole du d?partement d?Etat am?ricain, Victoria Nuland, a dit sans ambages que Washington soutenait secr?tement le coup. Elle a cyniquement d?clar? que les Etats-Unis voulaient ? que le peuple ?gyptien obtienne ce pour quoi il a combattu, un syst?me de gouvernement libre, juste, d?mocratique et transparent ? une gouvernance qui repr?sente la volont? du peuple, un parlement et un pr?sident ?lus de cette mani?re ?.

Les commentaires de Nuland sont une diversion cynique. En ne soulevant aucune objection contre le coup, les Etats-Unis soutiennent les mesures contre-r?volutionnaires du SCAF tout aussi fermement qu?ils avaient soutenu l?ann?e derni?re Mubarak, leur comparse de longue date alors qu?il avait d?cha?n? une violence meurtri?re contre les protestations de masse de la classe ouvri?re.

Par leur offensive contre-r?volutionnaire, les g?n?raux de Moubarak indiquent qu?ils ne veulent pas seulement enti?rement r?tablir le r?gime de Moubarak, mais qu?ils projettent d??liminer tous les centres potentiels d?opposition au sein de l?appareil d?Etat et des partis officiels.

L?objectif final d?une telle r?pression sera toutefois, la classe ouvri?re ? qui a men? les luttes r?volutionnaires qui ont renvers? le r?gime Moubarak et qui ont ? maintes reprises secou? le r?gime du SCAF. Le coup d?Etat pr?pare le terrain ? une confrontation violente entre la junte et la classe ouvri?re.

La veille de la d?cision de la cour, le ministre de la Justice avait publi? un d?cret autorisant la police, la police militaire et les officiers du renseignement d?Etat ? arr?ter des civils. Le d?cret est en fait une r?introduction d?une version plus s?v?re de la loi d?urgence qui ?tait arriv?e ? expiration il y a deux semaines.

Le d?cret autorise la junte ? d?tenir toute personne qui ? nuit au gouvernement, ? ? d?truit des biens, ? ? s?oppose aux ordres ? ou ? perturbe la circulation. ?

Article original, WSWS, paru le 15 juin 2012

Articles de Johannes Stern publi?s par Mondialisation.ca

A propos de

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (21)

Aujourd’hui, on va parler golf. Le spectre de Donald rode toujours à ce point, allez-vous ...