Accueil / A C T U A L I T É / ?cologie des pauvres, ?cologie des riches : quand les in?galit?s sont aussi environnementales

?cologie des pauvres, ?cologie des riches : quand les in?galit?s sont aussi environnementales

PAR?SOPHIE CHAPELLE

Les catastrophes naturelles et pollutions industrielles ne frappent pas de la m?me mani?re toutes les populations. Au contraire.???Si vous voulez savoir o? un stock de d?chets a le plus de chances d??tre enfoui, demandez-vous o? vivent les Noirs, les Hispaniques, les Am?rindiens et autres minorit?s raciales??, interpelle le sociologue Razmig Keucheyan dans son dernier ouvrage?La nature est un champ de bataille. Saturnisme, mal-logement, pr?carit? ?nerg?tique? Autant de facettes d?un ??racisme environnemental?? qu?il propose de combattre. En s?attaquant aux racines du capitalisme. Entretien.

Basta?!?:?Votre ouvrage,?La nature est un champ de bataille, bat en br?che l?id?e que l?humanit? subit uniform?ment les cons?quences de la crise ?cologique. Qu?entendez-vous par ??in?galit?s environnementales????

Razmig Keucheyan?[1]?: Les in?galit?s sont classiquement associ?es ? trois dimensions?: les in?galit?s de classes, de genres (in?galit?s entre hommes et femmes) et ethno-raciales. Je propose d?en ajouter une quatri?me, la dimension environnementale. On ne subit pas les effets de la crise environnementale de la m?me mani?re, selon la classe sociale, le genre ou la minorit? ethno-raciale ? laquelle on appartient. Or le discours ?cologique dominant d?crit souvent la question ?cologique comme ?tant v?cue uniform?ment par la population mondiale. La notion d???in?galit?s ?cologiques?? permet de montrer que les diff?rentes cat?gories de population ne sont pas ?gales face au changement climatique par exemple.

Une des facettes de ces in?galit?s, c?est le ??racisme environnemental??…

Exactement. Le concept de ??racisme environnemental?? est n? aux ?tats-Unis au d?but des ann?es 80 dans le cadre du mouvement pour la justice environnementale, qui est une bifurcation tardive du mouvement des droits civiques (pour l??galit? des droits entre Noirs et Blancs, ndlr). Les animateurs de ce mouvement s?aper?oivent que les entreprises priv?es et l??tat ont tendance ? stocker les d?chets toxiques ? proximit? de quartiers noirs. Et ? prot?ger les cat?gories sociales les plus favoris?es, les blancs en particulier, des nuisances environnementales. Le concept de racisme environnemental permet de penser ensemble discriminations racistes et questions environnementales.

En quoi l?ouragan Katrina qui a d?vast? la Nouvelle-Orl?ans en 2005 est-il le r?v?lateur de ce racisme environnemental??

Ces in?galit?s environnementales s?inscrivent dans la dur?e. Et parfois, cette temporalit? s?acc?l?re, notamment lors des catastrophes naturelles. L?ouragan Katrina a ?t? une expression extr?mement visible, y compris m?diatiquement, du racisme environnemental. Les personnes ?g?es et les Noirs, issus majoritairement des classes populaires, ont particuli?rement souffert au moment o? l?ouragan a frapp?, mais aussi dans la dur?e. Comme le montre Naomi Klein dans?La Strat?gie du choc, Katrina a ?t? l?occasion pour la municipalit? de gentrifier le centre-ville, et d?emp?cher le retour des populations noires pauvres.

Le racisme environnemental existe-t-il en Europe et en France?? Sous quelles formes??

La litt?rature sur cette question porte beaucoup sur le monde anglo-saxon. Du fait de la centralit? de l?esclavage dans l?histoire des ?tats-Unis, la probl?matique du racisme environnemental y tient une place plus forte que dans d?autres pays. Mais ces probl?mes existent aussi en France sous des d?nominations diff?rentes. Par exemple, j??voque dans le livre le cas du saturnisme, li? aux peintures dans les logements anciens d?grad?s qui ont souvent ?t? habit?s par des immigr?s africains subsahariens?[2]. Une??tude statistique?de 2012 sur la justice spatiale en France r?v?le ?galement que si la population ?trang?re d?une ville augmente de 1?%, il y a 29?% de chances en plus pour qu?un incin?rateur ? d?chets, ?metteur de diff?rents types de pollutions comme les dioxines?[3], soit install?. Les incin?rateurs ont donc tendance ? se trouver ? proximit? de quartiers populaires ou d?immigration r?cente, car les populations qui s?y trouvent ont une capacit? moindre ? se d?fendre face ? l?installation par les autorit?s de ce genre de nuisances environnementales. Ou parce que les autorit?s pr?f?rent pr?server les cat?gories ais?es ou blanches de ces nuisances.

Le cas de la Gr?ce montre aussi comment une crise ?conomique peut se transformer en crise ?cologique. L?-bas comme ailleurs, se chauffer au fioul co?te beaucoup plus cher que de se chauffer au bois. La crise ?conomique a acc?l?r? les coupes ill?gales en Gr?ce et la d?forestation. Dans le m?me temps, les licenciements des gardes forestiers du fait des mesures d?aust?rit? ont acc?l?r? indirectement la d?forestation. Crise ?conomique et crise ?cologique sont une seule et m?me crise.

Certains estiment que les pauvres polluent beaucoup plus que les riches, en particulier du fait du poids d?mographique des pays les plus pauvres. Que r?pondez-vous ? cela??

Ce que j?appellerai ???cologie de droite?? repose sur deux piliers. D?une part, la confiance dans les m?canismes de march? pour r?gler le probl?me du r?chauffement climatique (march?s carbone, de produits financiers comme les obligations catastrophe ou les d?riv?s climatiques…), et d?autre part l?obsession pour la d?mographie. ??L??cologie de gauche?? devrait ?tre extr?mement critique vis-?-vis de tous les arguments d?mographiques. Il faut admettre que des populations qui sont en situation de survie, notamment dans les pays du Sud, peuvent engendrer des d?vastations ?cologiques. D?s lors que la survie de populations est en jeu, la question environnementale est secondaire. D?veloppement et ?cologie sont intimement m?l?s. Mais il existe par ailleurs des travaux qui montrent que l?empreinte ?cologique des populations les plus riches est bien sup?rieure, du fait de leur consommation, ? celle des populations pauvres. La question n?est pas d?mographique mais rel?ve de la dynamique du syst?me. La crise environnementale est li?e au capitalisme et aux in?galit?s qu?il g?n?re.

S?attaquer au capitalisme serait donc une fa?on de r?soudre la question environnementale??

Oui, tout ? fait?! Quatre caract?ristiques du capitalisme en font un syst?me n?faste pour l?environnement. D?abord, le capitalisme est productiviste?: il cherche en permanence ? augmenter la productivit? pour g?n?rer des profits. Il n?y a pas dans le capitalisme de m?canisme d?auto-limitation, mais une logique de fuite en avant permanente. Le deuxi?me aspect est la dimension pr?datrice du capitalisme?: il ne peut survivre que gr?ce ? la pr?dation sur les ressources naturelles. La troisi?me caract?ristique est que le capitalisme ? industriel en particulier ? est li? ? un syst?me ?nerg?tique bas? sur les ?nergies fossiles, le carbone (charbon, p?trole, gaz). Enfin, il repose sur une injonction permanente ? consommer toujours plus, qui a des effets catastrophiques sur l?environnement. Le probl?me est donc fondamentalement li? ? la dynamique du capitalisme et ? ses effets sur l?environnement et les in?galit?s.

Remettre en cause le capitalisme suppose de mettre en question l?avenir de secteurs industriels polluants ? p?trole, chimie, automobile… ? et donc l?avenir de leurs salari?s. Comment r?soudre ce dilemme??

J?ai essay? dans mon ouvrage de construire un langage, des concepts et un imaginaire qui puissent ?tre partag?s par deux mouvements souvent s?par?s, les mouvements ?cologistes au sens large et le mouvement ouvrier. Pour cela, je me suis beaucoup appuy? sur l?approche marxiste. Le marxisme parle aux mouvements ouvriers au travers de cat?gories comme les in?galit?s, l?imp?rialisme, la lutte des classes. Et ces cat?gories aident ? comprendre la crise environnementale. L??volution des secteurs de l?industrie doit ?tre r?fl?chie par les acteurs et syndicats de ces secteurs. Mais le pr?alable, quand on travaille dans une perspective marxiste ?cologique, est d?essayer de construire une grille d?analyse commune qui parle aux uns et aux autres, et qui permette de trouver des solutions.

Comment faire prendre conscience aux classes populaires des pays ??riches??, actrices de la consommation de masse, que les in?galit?s ?cologiques sont aussi mondiales??

Il y a un travail ? faire de r?activation du concept marxiste d?imp?rialisme. Il faut parvenir ? montrer que cette exploitation des pays du Sud par les pays du Nord, et l?exploitation des classes moyennes et populaires dans les pays du Nord sont le fruit d?une m?me logique, d?un m?me m?canisme. Le capitalisme est producteur d?in?galit?s. Quelque chose de crucial se joue autour des notions de dette ?cologique et de dette ?conomique. Il suffit de voir le succ?s du livre du chercheur ?tats-unien David Graeber (lire?notre entretien)?: la dette et l?aust?rit?, toutes deux extr?mement li?es, sont des questions politiques centrales aujourd?hui. Il faudrait ?tudier la mani?re dont la dette ?conomique entraine des r?formes de l??tat et des privatisations, et dont la dette ?cologique, via l?exploitation du Sud par le Nord, vient accentuer ce ph?nom?ne.

Selon vous, qu?est-ce que ??l??cologie qui vient????

??L??cologie politique qui vient?? est une ?cologie qui se fond dans les autres probl?matiques. Elle n?est pas cloisonn?e mais se m?le de ce qui ne la regarde pas?: in?galit?s, finance, guerre, lutte des classes… La question ?cologique doit ?tre pens?e ? partir des cat?gories habituelles de la gauche radicale. Le mouvement sur le racisme environnemental, ou la mani?re dont certains syndicats ? comme Sud ? se r?inventent au contact des cat?gories populaires, semblent pr?figurer un lien accru entre la question ?cologique et la probl?matique des in?galit?s par exemple. Poser la question du changement climatique en rapport avec les in?galit?s environnementales permet de rendre les choses concr?tes et peut constituer un v?ritable levier de mobilisations.

Propos recueillis par Sophie Chapelle
@Sophie_Chapelle

Photo?: CC Eden Politte (Parc Bellevue, Washington) Duane Romanell (La Nouvelle Orl?ans apr?s Katrina) / Thibaud Saintin (une d?charge quelque part en Tha?lande)

A lire?: Razmig KEUCHEYAN,?La nature est un champ de bataille. Essai d??cologie politique,?Hors Collection ZONES/La D?couverte, mars 2014. Pour commander ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous,?rendez-vous sur le site lalibrairie.com.

Notes

[1]?Razmig Keucheyan est docteur en sociologie et ma?tre de conf?rences ? l?universit? de Paris-IV-Sorbonne. Il est l?auteur de?Constructivisme. Des origines ? nos jours?(Hermann, 2007), d?une anthologie des?Cahiers de prison?d?Antonio Gramsci,?Guerre de mouvement et guerre de position?(La Fabrique, 2012) ainsi que de?H?misph?re gauche, cartographie des nouvelles pens?es critiques, Zones/La D?couverte, 2013, 2e?d..

[2]???Le saturnisme est une maladie ancienne qui a refait son apparition ? Paris dans les ann?es 1980. On l?observe principalement dans l?habitat ancien d?grad?. Les cat?gories de la population affect?es sont celles qui r?sident dans ces immeubles?: principalement ? cette ?poque des immigr?s africains subsahariens. C?est l?absorption des ?cailles et des poussi?res de peinture qui provoque le saturnisme. L?air que l?on respire, on le voit, a une teneur ?minemment politique.???Note de l?auteur.

[3]?Voir cette?publication du CNIID?(Centre national d?information ind?pendante sur les d?chets).

A propos de

avatar

Check Also

7 pistes de réflexion sur la peine de mort, abolie il y a 40 ans en France

« Notre responsabilité de protéger et de défendre la vie humaine à chaque étape de son ...