Accueil / A C T U A L I T É / Donald Trump, un escroc bien ordinaire

Donald Trump, un escroc bien ordinaire

On s’en doutait un peu, et on n’a pas fini d’en découvrir d’autres du même tonneau quand on ouvrira enfin les comptes bancaires que Donald refuse toujours de révéler (il s‘agit de la Deutsche Bank). Sa fortune repose sur toute une série d’escroqueries, et l’une d’entre elle, passé inaperçue en 2018, va lui coûter cher, à lui et à ses enfants (1) . Retour sur une très étrange société américaine qui sévit partout, y compris en France… en diffusant aujourd’hui encore un message publicitaire exprimé par Donald en personne.

C’est le vigilant CNN qui l’a révélé aujourd’hui ; un juge a autorisé une enquête fédérale sur les agissements de la famille Trump (Donald, Eric, Donald Jr. et Ivanka Trump), à la suite d’une plainte qui avait été déposée fin octobre 2018 à Manhattan. Un document de 160 pages décrivant des méthodes pour le moins cavalières utilisées par la famille pour remplir leurs porte-monnaies respectifs. Selon une méthode bien connue pratiquée par la famille ; des paiements pour utiliser le nom et l’usage de l’empire Trump, comme Trump en personne l’a fait avec les hôtels qu’il ne construit pas lui-même mais qui portent son nom. On a vu, d’ailleurs ici combien il est difficile de le retirer ce nom, lorsque le bâtiment est revendu, Donald ne supportant absolument pas de le voir effacé.  Mais cette fois ces paiements ont pris une autre allure…

Cette fois la plainte est particulièrement bien étayée, elle a été patiemment élaborée par un cabinet d’experts de chez Kaplan, Hecker & Fink, qui est lié au groupe du Tesseract Research Center, proche des démocrates. Mais ce n’est pas qu’une simple attaque politique : c’est vraiment un dossier d’escroquerie généralisée, à laquelle la famille Trump a prêté son image. Et ce n’est même pas encore ce fait qui a été retenu de plus compromettant  : non, c’est surtout que les Trump ont tenté dans cette affaire de dissimuler leur participation a ses publicités construites à partir de leur image télévisuelle de The Apprentice… en exigeant d’être payés de façon « secrète », à savoir sans apparaître dans les déclarations fiscales, ce que la société en cause qui les rémunérait avait donc accepté (à gauche ce sont deux patrons de la société invités à The Apprentice). Aujourd’hui, il y a donc des photos que Donald va pouvoir regretter, notamment celle qui figure en haut de cette page, faite dans l’appartement même de Donald dans la Trump Tower avec quatre dirigeants de l’entreprise, appelée ACN. Et ce n’est pas la seule, de photo, car il a été vu a plusieurs reprises aussi au siège de la société, à Concord, comme ci-dessus à droite venu faire une apparition lors d’un de leurs grands raouts de recrutement ! Donald a cultivé pendant des années des liens étroits avec une société bien peu recommandable, en fait. Celle de la sphère des ventes directes, un procédé inauguré par d’autres dans les années 60 dont la plus célèbre est sans conteste la célèbre Tupperware et ses « Tupperware Parties » aux domiciles des consommatrices visées.

Ces liens étroits ont déjà été dénoncés. Le 13 août 2015, avant son élection, le Charlotte Business Journal avait déjà soulevé une partie du tapis : « Donald Trump a fait des millions pour avoir approuvé une société de marketing à plusieurs niveaux basée à Concord ACN Inc., qui s’est défendue contre des accusations d’avoir enfreint les réglementations nationales sur trois continents, et a été critiquée pour avoir recruté des vendeurs qui gagnent rarement de l’argent. Les bénéfices réels vont aux plus hauts de la pyramide, ont déclaré des critiques. Le Wall Street Journal a dévoilé l’histoire cet après-midi en disant que Trump reconnaissait avoir fait des discours de motivation pour ACN, mais en savait très peu sur l’entreprise. ACN recrute des vendeurs qui paient environ 500 dollars pour commencer à vendre ses produits de visiophonie. Les téléphones ne fonctionnent que lorsqu’ils sont connectés à d’autres téléphones ACN » (c’est le modèle IRIS V, une vraie catastrophe industrielle, au moment où il est lancé, en 2011, car on faisait déjà la même chose avec Skype, -sorti en 2003- qui lui était… gratuit). Le « téléphone révolutionnaire » vanté par Donald était arrivé trop tard sur le marché.

« Si Donald Trump dit que ce téléphone est un nouvel élément brûlant, qui peut en douter? » est le message qu’ACN envoie à des centaines de milliers de consommateurs » note ici Pyramid Scheme Alert. C’est alors plus qu’un four, pourtant, un vrai accident industriel, qui entraîne vers le fond son constructeur : « mais les dernières divulgations à la SEC par le fabricant du téléphone vidéo, WorldGate Communications, indiquent que le marché de cet appareil s’est effondré. La demande pour ce produit – s’il a jamais existé sur le marché réel – est en train de disparaître. La direction de l’entreprise a démissionné. Les commandes d’ACN ont été considérablement réduites. La valeur du stock du fabricant de téléphones a pratiquement disparu. La société a indiqué à la SEC qu’elle pourrait demander une protection contre la faillite très prochainement. Dans son rapport 10Q à la SEC pour le premier trimestre de 2011, le fabricant a déclaré: «Le 22 mars 2011, nous avons reçu des prévisions de commandes considérablement réduites d’ACN DPS pour le reste de 2011, en partie en raison d’une importante accumulation de stocks de visiophones invendus détenus par ACN DPS… Par conséquent, nous prévoyons que les revenus provenant des ventes à ACN DPS au cours de l’exercice 2011 sera nettement inférieur à celui de l’exercice 2010… Compte tenu de nos liquidités actuelles, de nos dépenses non discrétionnaires, de notre dette et de nos obligations au titre du service de la dette à court terme, nous avons l’intention d’explorer toutes les alternatives stratégiques qui s’offrent à nous, notamment… financières réorganisation, liquidation et / ou cessation des opérations. Nous pouvons déterminer qu’il est dans notre intérêt de demander volontairement une réparation en vertu du chapitre 11 du Bankruptcy Code des États-Unis. L’année dernière, le prix des actions de WorldGate est passé de 0,48 $ à trois cents (0,03 $ par action). » Il n’y a pas le « grand entrepreneur » Donald, comme il ne cesse de se présenter, sur ce coup-là, avait vraiment manqué de flair !!

La firme qui le distribue, étrangement, ne semble pourtant pas impactée. Il y a une raison à ça ; elle ne fait pas de bénéfice sur l’appareil, (WorldGate Communications lui appartient majoritairement !), mais sur autre chose :« les promoteurs d’ACN vantent souvent que l’entreprise progresse rapidement vers un milliard de dollars de revenus. Les consommateurs sont exhortés à y «entrer maintenant». La croissance rapide d’ACN est considérée comme l’une des principales raisons de la signature. Pourtant, selon les propres déclarations d’ACN, la société n’a apparemment pas augmenté ses revenus ou sa clientèle en quatre ans! En 2006, ACN a signalé à la FTC qu’elle avait exactement le même nombre de clients et de revenus totaux que ce qu’elle avait déclaré aux journalistes affiliés à NBC à Charlotte, NC en 2010. Mais un chiffre a changé pendant cette période. ACN a doublé le nombre de vendeurs! A cette époque, le nombre de commerciaux américains est passé de 50 000 à 100 000 selon ACN. Ainsi, sur la base des données d’ACN, une plus grande partie de l’argent d’ACN devrait provenir directement des vendeurs… » Bonne conclusion, car c’est exactement ça en effet. ACN vendrait des brouettes que ce serait pareil : ce n’est en rien la brouette qui rapporte !!! Nota : le bidule à gauche est le Ojo PVP-1000 de WorldGate. Un produit bâtard de 2006 sans lendemain. Lui aussi ne communiquait qu’avec ses confrères !!!

La participation publicitaire de Donald, cette fois-là sera retrouve dans ses revenus déclarés de campagne de 2016 : la Federal Election Commission retrouvera 450 000 dollars reçus pour chacun des trois discours effectué pour ACN Inc, une « multi-level marketing” company ». Du « marketing par paliers » (MLM pour multi level marketing), ou  de la « vente multiniveau«  l’autre nom du système pyramidal !!!
L’autre façon de présenter le même mirage ! Interrogé sur ces liens avec eux, Donald avait répondu après avoir avoir pourtant été vu à de multiples reprises à leurs conventions ou à l’intérieur de leur immeuble « je ne sais pas ce qu’ils font ni comment ils procèdent, et je le dis clairement dans mes discours »… le déni habituel chez lui : mais comment peut-on empocher 1 350 000 dollars d’une entreprise en ignorant ce qu’elle fait ? Il n’y a que Donald pour réussir à faire ça !

Avant même l’élection, ACL avait déjà été pris dans la tourmente. Le 22 juillet 2015, idem encore chez Fox 11News  de Los Angeles, repris par le Daily Caller, son site internet, qui à ce moment là n’a pas encore reçu l’ordre de Roger Ailes de soutenir à fond Donald Trump. Une enquête menée par la chaîne révélait le procédé purement pyramidal mis en place par ACN, qui faisait miroiter en réunion à des vendeurs des revenus mirobolants (33 000 dollars par moi !) s’il s’engagaient chez lui. «L’essence de tout cela est une sorte de tour de cartes», explique Robert FitzPatrick, qui exploite le site Web Pyramid Scheme Alert et est le co-auteur du livre «False Profits». Parmi les nombreuses sociétés de marketing à plusieurs niveaux qui existent, ACN est «l’une des plus prédatrices et agressives», a déclaré FitzPatrick au Daily Caller. Il a déclaré que l’entreprise facturait non seulement des frais initiaux élevés à ses agents, mais les obligeait également à signer de longs contrats pour les produits et services que l’entreprise vend. Pour soutenir ses activités, ACN s’appuie fortement sur Trump pour recruter des vendeurs de nouvelles dans le giron. L’auteur de «The Art of the Deal» figure en bonne place sur le site Web de l’entreprise et intervient régulièrement lors de ses conventions et événements de formation. «Lors de l’évaluation d’une opportunité commerciale, les gens doivent rechercher un leadership solide, des antécédents solides, des histoires de réussite, un produit solide dont les gens ont besoin et veulent et un plan clair pour l’avenir. ACN a tout cela », explique Trump dans une vidéo produite par ACN ».
« ACN a une réputation de succès, un succès qui est vraiment synonyme du nom de Trump et d’autres noms à succès, et vous pouvez en faire partie », déclare le site Web de la société. Mais alors que Trump
a rempli ses poches grâce à sa relation avec ACN, bon nombre de ses agents commerciaux et clients n’ont pas si bien réussi dans ses relations avec la société. Il est probable qu’une majorité des dizaines de milliers de personnes qui ont assisté aux pourparlers ACN de Trump ne feront jamais de profit » écrit le site. Le vocabulaire parlant de MLM et non de système pyramidal est en effet trompeur : « peu importe les mots utilisés, peu importe les structures proposées, une vérité demeure : si, à n’importe quel moment dans le plan de rémunération, il faut recruter de nouveaux membres qui devront faire la même chose que vous, alors on a affaire à une structure pyramidale. »

Un procédé bien connu que celui d’ACN : le même qui est à la base de Tupperware, jadis, mais aussi d’Herbalife surnommé « le madoff de la nutrition » ou la plus grosse de ses structure pyramidales : Amway. Il se trouve que je m’étais intéressé à eux en 2009, déjà. J’étais alors tombé sur Erik Prince, fondateur de Blackwater de sinistre mémoire… et sa sœur ; la propre sœur de Prince, Betsy Devos, est elle aussi une activiste républicaine prônant les mêmes idées réactionnaires, c’est la dirigeante du Michigan Republican Party, et elle est mariée à Dick Devos, un des hommes les plus riches du monde (nota elle est devenue depuis membre du cabinet de Trump comme ministre de l’Education !). Devenu richissime (2) avec un procédé de vente assez sidérant. Le directeur d’Alticor, maison mère d’Amway (et de Quixtar, la réincarnation d’Amway, ou d’Amivo, son nom en Europe, une société de vente directe présente en France. Allez donc voir leur histoire, avais-je écrit façon maison, sur leur site français, c’est entre Microsoft et les évangélistes, tout simplement (la page a disparu depuis). Tout en anglais, aucun effort de traduction, même pas pour les slogans simplistes assénés. On a du mal à y croire, mais non ça existe encore ce type de société. Leur idée de base est toujours la même : faire croire que le distributeur qu’ils souhaitent engager va devenir riche en vendant des matériels de nettoyage. Depuis, il est vrai, Amway est passé des produits de nettoyage et de vaisselle aux compléments alimentaires… bien plus rémunérateurs. En France, ils ont leurs supporters, comme ces deux-ci... en fait c’est Bertrand Kervalla, installé à Phuket, et qui est omniprésent sur le net. Ils se cooptent, comme ici avec celui d’Herbalife… alias « FreefitGuy » de « Fit Project » qui prétend lui gagne 16 000 euros par mois, avec « 300 personnes » sur son agenda. Il a trouvé le bon filon : les clubs de remise en forme pour y vanter Herbalife !!! On peut être surpris d’apprendre aussi qu’en Belgique les liens avec le sport sont bien plus représentés qu’on ne le croit avec ici la découverte d’un sponsort inattendu des Diables Rouges… qui se retrouvent à ingurgiter du « CR7 Drive »,  « le complément du sportif » d’Herbalife, « boisson hypotonique », « à la saveur Baie d’Açai« , dont le nom sera vite compris par tous les fans de football !!! Le produit a même une vidéo de promotion….et un slogan  « drive your destiny » !!! Et même encore plusieurs vidéos à sa gloire  ! Tarif déboursé par Herbalife pour recruter la vedette portugaise du ballon rond : 15 millions de dollars sur quatre ans !!! Sidérant !

Herbalife a pourtant derrière elle de belles casseroles, historiquement. Ici le discours inquiétant de Mark Hughes le créateur d’Herbalife… A 4’12, il explique que c’est la même chose que pour une élection : convaincre, peu importe la méthode : du Trump tout craché, quoi (ou une dictature… voire une secte) ! Comme on a pu le découvrir chez Trump, il n’avait aucune connaissance médicale… pour lancer ses produits. En 1986 il avait lâché 860 000 dollars à l’Etat US pour arrêter les poursuites sur les qualités dissimulées dans ses composants alimentaires, dont la caféine, (et même de l’éphédrine), après la mort de certains utilisateurs (avec des cas récurrents de problèmes rénaux, comme il y en aura en France), ainsi que son système de vente pyramidal, illégal.  Il est mort (jeune) d’une overdose de tranquillisants (de la Doxepin, prise avec beaucoup d’alcool, plus de 2mg/l)), et son patrimoine (de gigantesques propriétés à Malibu etBeverly Hills) est depuis l’objet d’éternelles dispute notamment avec sa quatrième femme, Darcy Lynn LaPier, l’ex de Jean-Claude Vandamme, ça ne s’invente pas non plus, ça…

Dans un schéma pyramidal classique (ou rebaptisé « multi-level marketing » et donc « MLM »), c’est la maison mère qui en bénéficie le plus, car c’est elle qui vend d’abord au distributeur, obligé d’acheter par contrat, avis-je dit aussi  (chez ACN c’est une entrée à 477,20 euros, pour le nouvel entrant, qu’il vende ou pas des abonnements au particulier). Le procédé est connu et répertorié comme escroquerie à la vente, si le système purement pyramidal est démontré. D’où les circonvolutions lexicales pour ne pas faire apparaître le mot « pyramide » chez eux !  Vu de l’autre côté… cela peut devenir très différent : derrière le rêve de devenir riche se cache un véritable endoctrinement vers « l’argent facile » et « l’enrichissement personnel« .
Le reportage visible (retiré du net depuis) a de croît effrayer en effet…. et on est bien sur les mêmes méthodes que les évangélistes ! Effrayant, très, TRÈS effrayant !!!  Finalement, à regarder ces images incroyables de manipulation des esprits, on se dit qu’il n’y a que très peu de différences entre les mercenaires de Blackwater et les franchisés d’Amway, appelés assez cyniquement des « volontaires ». Un véritable scandale de manipulation des esprits ! Il y a bien une unité « familiale » disons, chez les Prince : celui de la décérébration de leurs employés.  Notez bien la technique pour faire y arriver chez Amway : bruits, musique, pleurs, émotions, mouvements de foule, cassettes à enfourner et à apprendre par cœur, travail 24H sur 24, rabaissement psychologique des adeptes mauvais vendeurs, et pour faire signer à la convention de recrutement : la privation de sommeil… !!! De faire de pousser les gens à vendre à tout prix des produits donne aujourd’hui encore ce genre d’excès : un vendeur proposant leur filtre à air Atmosphere Sky en déclarant qu’il pouvait arrêter le Covis19, obligeant Amway à faire un démenti !
En France où la MLM a fait et continue hélas de faire des ravages, on avait eu dans le genre Jean Godzich du « Groupement européen des professionnels du marketing« en 2006 avec les même méthodes (il s’était fait naturaliser américain) : il a été jugé 10 ans après les faits en 2016. Il avait fait jusqu’à 800 millions de francs de chiffre d’affaires avant de s’éclipser aux USA, à Phoenix, avec 36,8 millions d’euros en poche. Il a finalement pris deux ans de prison dont un an avec sursis et  150 o00 euros d’amende en janvier 2017, par le tribunal correctionnel d’Evreux. Depuis, Akeo de André-Pierre Alexandre, un des anciens vendeurs du GEPM  a repris les mêmes méthodes de vente.. (avec tout un stafff émanant de l’ancien GEPM !) avec en prime un drôle de représentant... : on avait un Trump sous la main et on ne le savait même pas !)

En France on a aussi ACN, hélas. Retrouvé ici dans un sidérant reportage d’Envoyé Spécial datant de 2010 (3) qui montrait exactement les mêmes méthodes que celles qui seront vues au Etats-Unis en 2015, à part qu’au lieu de 33 000 dollars on proposait 10 000 euros par mois (et on monte aussi à 30 000 remarquez en écoutant bien). Le procédé fortement recommandé par le formateur consistant à recherche d’amis et le pompage du carnet d’adresse familial, et le chantage à l’affectif auprès du client !!! Le montage est parfait : les représentants qui s’engagent dans l’aventure ACN cela se fait par un contrat contenant 34 clauses en petits caractères, qui fait d’eux de simples travailleurs indépendants, sans lien juridique avec la société américaine !!! Censé vendre des abonnements téléphoniques avec une variante du fameux téléphone à visio conférence intégré (ou aujourd’hui un service de boutique en ligne clés en mains reposant sur le même système de cooptation), il  ne perçoit en effet en tout et pour tout que 2,50 euros par mois pour chaque ligne placée chez un particulier. Le principe n’est donc pas de vendre; mais de recruter de nouveaux adeptes et leur faire cracher les 477 euros d’inscription !!! Espérer vivre des seuls abonnements est impossible !!! Ce n’est que cela qui rapporte en fait : pour quatre abonnements, par exemple, à lui d’attirer deux copains qui se trouveront eux-mêmes deux malheureux clients chacun, ce qui alors lui rapportera une prime de 135 euros. Ce n’est en rien le produit à vendre qui importe mais le nombre de nouveaux vendeurs harponnés, puisés dans le carnet d’adresses familial ou de proximité, ce qui est recommandé en formation, via un questionnaire jouant sur l’affectif avant tout. Une manipulation véritable. Au final ça donne des drames humains avec des familles comme celle du reportage, qui vivent avec la honte d’avoir emmené des proches dans une galère dépensière qui ne rapporte rien, ou des scènes épiques comme à Londres où l’on encense de jeunes vendeurs aux dents longues, aux montres énormes, en leur remettant un insigne de bon vendeur comme une véritable médaille; venus remercier sur scène les dirigeants d’ACN de leur avoir fait confiance, en pleurant et en citant leur pauvre mère invalide, amenée sur scène… Ceci pour la galerie et la sensiblerie, car le même individu,sur Instagram se montrera le lendemain affalé dans une Jaguar, comme le font les vendeurs de cocaïne pour vanter leur réussite désastreuse  ou les petites frappes de banlieue. Tout, absolument tout, repose sur l’argent à collecter et sa célébration ; ainsi lorsque l’un des dirigeants parle en 2014 du « secret » à partager d’un énorme raout annoncé à Barcelone (aux vendeurs de s’y rendre à leurs frais !), il annonce que ceux qui ramèneront le plus de collègues seront récompensés et pas les autres. Aux pires requins de devenirs rémoras !!! Au passage, il annonce la présence sur scène de… Donald Trump ! Le système ne tient qu’avec les « compensations » très hiérarchisées et très codifiées, avec un métalangage propre à la société … comme par exemple pour devenir un « CQ-IBO » ou « Customer Qualifted – Independent Business Owner » comme le montre lui-même l’un des directeurs en intervention « live » sur le net :

Le plus hilarant est la présentation de la société en France, lue par un traducteur automatisé, ce qui donne un document savoureux, le robot s’efforçant de citer « AKNEU » pour ACN…  c’est à mourir de rire de ridicule et la preuve du peu de soucis qu’à l’entreprise US de l’Europe en calquant son modèle américain  tel quel… et en mettant en ligne de pieux mensonges, présenté comme des « exemples » agrémentés de précautions juridiques depuis qu’ils se sont faits rappeler à l’ordre. ACN n’a même pas de bureau en France, et en 2017 n’avait même pas déposé ses comptes annuels et ses documents connexes comme il en a obligation, et n’a pas non  plus été reconnu par la Fédération française de la vente directe (FVD) !! Ainsi cette copie d’écran de revenus proposés, sur laquelle devraient se pencher l’autorité de la concurrence ou le régulateur en France de la vente MLM (la deuxième est pour la gamme de produits d’amincissement Benevita que vend aussi ACN) :

Pire encore la page suivante avec la promesse de 50 000 euros mensuels !!!

Ce qu’il y a d’amusant, ou de désolant, avec ces gens-là, c’est bien qu’accusés de faire fonctionner un schéma pyramidal, il s’en défendent en montrant eux-mêmes une distribution en forme de pyramide des récompenses distribuées dans leur entreprise aux plus méritants de leurs vendeurs !!!

En 2014, ACN France a été sévèrement recadré après un procès retentissant à Bordeaux. Celui d’un abus, sur un homme de 36 ans venu de Cahors qui s’était enferré avec ACN dans un endettement de 150 000 euros. L’homme, vulnérable, avait été abusé par deux ex-amis, recrutés comme vendeurs chez ACN. A propos de l’affaire ont avait bien évoqué le mot « pyramidal » : «Cette société a mis en œuvre un système pyramidal où ses collaborateurs doivent parrainer des filleuls qui doivent, à leur tour, développer leur propre réseau. Chacun recevant ensuite sa commission, a retracé Jérôme Duphil, qui défendait l’un des deux ‘’abuseurs ». Mon client a également fait preuve de naïveté au sein de cette société ; il a été séduit par son discours. Le trio (la victime, le client de l’avocat et la tête pensante du groupe) fonctionnait bien. Chacun semblait trouver son compte.» «Ils ont reconnu leur culpabilité. On doit évidemment leur reprocher d’avoir abusé de leur collègue en le persuadant de souscrire des emprunts et de financer leur train de vie, l’achat de voitures et des voyages aux USA, en Corée, en Espagne. Ils ont même absorbé toutes ses économies, jusqu’aux 18 000 € de son Plan épargne logement», a détaillé le ministère public. » Les deux loustics écoperont de six mois de prison avec sursis et une mise à l’épreuve pendant 3 ans. En 2012, un autre cas s’était présenté ; celle d’un jeune carrossier, Cédric Chelle, qui avait carrément mis le feu au garage de son employeur, pour pouvoir bénéficier du chômage technique… et se consacrer davantage à ACN, dont il été devenu l’un des vendeurs complètement accro, et pouvoir leur consacrer plus de temps !!! Depuis, l’homme s’est amendé, à fondé son propre garage, et repeint… des Porsche !

Cette fois donc, c’est d’avoir utilisé l’image de Donald et de The Apprentice pour gruger des vendeurs attirés par l’argent promis et qui n’arrive jamais qui est en cause. Même si pour en faire la promotion ACN  a fabriqué des montages photos grossiers, comme celui-ci à droite. Trump racontera que NBC Universal l’avait viré car il avait annoncé sa candidature à la présidence 12 jours plus tôt. Or la direction de la chaîne, avait déclaré tout autre chose : « en raison des récentes déclarations désobligeantes de Donald Trump concernant les immigrants, NBC Universal met fin à sa relation commerciale avec M. Trump ». Encore une fois il s’était positionné comme martyr des médias pour éviter de parler de son racisme fondamental  !

Certains des épisodes dûment déjà tournés n’avaient même pas été diffusés, l’émission ayant été interrompue (il avait été remplacé par Arnold Schwarzenegger), aussi les plaignants ont-ils demandé à MGM de remettre des images de Celebrity Apprentice dans le cadre de ce procès contre Donald Trump. MGM avait répondu au juge en détournant la demande (certainement sous pression de Trump) en affirmant que « ces centaines d’heures de séquences vidéo qui sont stockées l’étaient dans des formats obsolètes » ce qui semblait se moquer du monde, tout simplement. Une autre personne a elle aussi demandé à pouvoir accéder à ses bandes, l’ancienne apprentie candidate Summer Zervos, (de la Saison 5) qui accuse Trump de l’avoir agressée sexuellement en 2007 lors du tournage de la série de télé-réalité ! Deux voix supplémentaires s’étaient jointes à la plainte : Tom Arnold et le magicien Penn Jillette, qui ont affirmé que le président avait fait des  commentaires sexistes et raciaux sur le plateau de tournage… un Trump qui avait aussi insulté Marlee Matlin, une des seules actrices sourdes d’Hollywood ayant gagné un Academy Award en la traitant « d’attardée mentale », toute la grande classe de l’ignoble Donald…

 

(1) sauf un ou plutôt une, vraiment rejetée par lui... la fille de Maria Maples.

(2) « Dès le début, DeVos a amassé sa fortune en escroquant des gens ordinaires. Il a inspiré à ses adhérents une croyance inébranlable dans un récit de «vous tirer vers le haut par vos amorces – puis ne leur a proposé aucune autre personne à blâmer en cas d’échec. « Ceux qui veulent vraiment réussir, réussissent », a insisté DeVos, « et les autres n’ont pas fait assez d’efforts. »

Bien sûr, c’était une imposture. Chez Amway, l’échec était et est toujours assuré: en 2011, le Consumer Awareness Institute a calculé des taux de perte supérieurs à 99,9%. Le modèle commercial d’Amway consiste à vendre des produits hors de prix (savon, vitamines, soins de la peau, produits ménagers) et à minimiser le paiement des bonus aux distributeurs par le biais d’une hiérarchie compliquée de distributeurs, appelée «downline» dans le jargon d’Amway.

Dans un cas au Royaume-Uni en 2008, les autorités gouvernementales ont indiqué que sur une population de 33 000 distributeurs, seulement 90 environ avaient généré suffisamment de revenus pour couvrir les coûts de gestion de l’entreprise. L’ancien vendeur Eric Scheibeler a publié un exposé sur Amway, Merchants of Deception, qui montrait, entre autres révélations, que DeVos était au courant des pratiques du système pyramidal d’Amway depuis plus de vingt ans.

DeVos, qui a déboursé 200 millions de dollars depuis les années 1970 pour financer le mouvement conservateur, y compris de nombreux groupes évangéliques comme le Family Research Council, Focus on the Family et l’Acton Institute, n’a jamais eu peur d’apporter l’évangélisme dans son entreprise. »

(3) Le reportage d’Envoyé Spécial :

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Darmanin à l’Intérieur : femmes violées, passez votre chemin !

La nomination de Gérald Darmanin au poste de ministre de l’Intérieur a choqué un grand ...

One comment

  1. avatar

    même technique ici :

    https://www.huffingtonpost.fr/entry/la-question-elle-est-vite-repondue-les-coulisses-dun-business-clinquant_fr_5eeb868cc5b65cd737f5bd84?utm_hp_ref=fr-homepage

    le vocabulaire en prime .. : « la question elle est vite répondue » …. pauvre clown, va !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.