Accueil / A C T U A L I T É / Donald et les chevaliers (1)

Donald et les chevaliers (1)

Enième surprise cette semaine parmi l’interminable liste des casseurs surpris à l’intérieur du Capitole.  Un vraiment pas malin, comme celui qui s’était baladé avec un blouson portant le nom de son entreprise et son numéro de téléphone (il s’agissait de Troy Faulkner (1).  Là, c’était un blouson de satin noir avec un dessin bien reconnaissable surmonté d’un nom bien visible et d’une adresse, qui l’est tout autant : « St. Anne’s Council #2429, Glen Oaks, New York ». Tout simplement celle d’un membre des Chevaliers de Colomb qui n’était rien d’autre qu’un futur élu du Parti Républicain, présenté en prime comme une étoile montante (auto-surnommé « le nouveau messie »):  Philip Grillo.  Avec ce phénomène-là, on entre dans une autre sphère encore des fans de Trump.  Après les nazis, voici la frange catholique réactionnaire anti mariage gay (et souvent antisémite) ayant soutenu Donald comme G.W.Bush (son frère Jeb étant lui-même chevalier). Récit d’un mouvement… hors du temps et de l’époque, qui s’accroche à ses vieux rêves et dont les responsables sont riches comme… Crésus bien sûr (2)  !

Impossible en effet de se tromper : l’un des clichés (ici à gauche) révélés par le FBI montre clairement le logo bien connu des Chevaliers de Colomb (ici à droite) dans le dos de Philip Grillo. Une particularité qui avait échappé à beaucoup jusqu’ici, beaucoup de clichés montrant Grillo de face uniquement. L’occasion de s’apercevoir qu’il était venu muni d’un mégaphone rouge et blanc. Ce qui en dit long sur son implication, déjà, tant on a pu relever le rôle important de ces engins lors de l’insurrection, pour galvaniser les foules notamment (comme avait su le faire Alex Jones). Il se trouve que les Chevaliers de Colombus, je m’y étais déjà intéressé, il y a un petit bout de temps, ailleurs qu’ici. A l’époque de G.W.Bush, le propre frère de ce dernier étant lui-même un chevalier déclaré et j’ai découvert un univers… impitoyable, pour paraphraser le slogan du feuilleton Dallas. Avant tout un univers fort cloisonné, quasiment pyramidal en fonctionnement, défendant des valeurs ultra-réactionnaires au nom du catholicisme et donc une exception dans un pays à l’écrasante majorité protestante. Des catholiques qui chez Trump ont joué un rôle décisif en 2016, on semble l’avoir oublié (3).  Même une petite minorité semble avoir effectué une bascule pendant l’élection de 2020… en faveur de Biden : « les sondages de sortie ont montré que 75% des évangéliques blancs ont voté pour Trump cette année, contre 81% il y a quatre ans. Le groupe, qui représente près d’un sur cinq de l’électorat américain, a un poids important et a été crédité d’avoir joué un rôle majeur dans la victoire de Trump en 2016. La baisse de 6% du soutien à Trump entre 2016 et 2020 a peut-être été critique dans les principaux États-clés qui décident du résultat des élections. Mais en Géorgie, où les votes sont toujours comptés dans une course serrée, les sondages suggèrent que 85% des chrétiens évangéliques blancs ont voté pour Trump et 14% pour Joe Biden. Selon les sondages, les électeurs catholiques sont également passés de Trump à Biden. Un peu plus de la moitié des catholiques (51%) ont voté pour Biden cette semaine, contre 45% qui ont voté démocrate en 2016; et 47% ont voté pour Trump cette semaine, contre 52% lors des dernières élections » notait le 6 novembre 2020 le Gardian, au lendemain même des élections. Trump avait compté sur les cathos pour emporter la rustbelt : occasion ratée !!  L’occasion de rappeler que le plus célèbre des Chevaliers de Colomb n’était autre que… John Fitgerald Kennedy, qui avait rejoint le mouvement en 1946, le jour de la fête des Irlandais (la St Patrick, le créateur du mouvement étant irlandais d’origine) et qu’il avait même atteint le quatrième degré en 1954. Ils avaient salué sa mémoire en le faisant figurer en une de leur magazine de janvier 1964 appelé « Columbia.

Grillo (ici à gauche) se faisant piéger à visage découvert par le FBI lors d’un reportage en direct de CNN, comme on peut le voir ci-dessus à droite. Et comme un chevalier par définition c’est fait pour se battre, on le retrouve aussi à l’entrée même du Capitole en train de bousculer un policier… ce qui, pour un futur élu, semble pour le moins irrespectueux des valeurs de son pays. Un faux élu: il a été évincé par jugement de la liste républicaine au profit d’un ancien membre du Conseil où il postulait, Jim Gennaro, pour ne pas avoir déposé en temps suffisamment de signatures de soutien valides. Un gars pas très sérieux en définitive note ici le Daily Eagle du Queens : « des personnes familières avec la paperasse de Grillo ont déclaré que seules 350 signatures de pétitions étaient valides. Les candidats devaient soumettre 400 signatures valides pour obtenir une place sur le bulletin de vote ». Les chevaliers recruteraient-il des charlots ?

Plongée rétrospective chez les nouveaux croisés

Drôles de chevaliers, en effet. Voyons donc ce que j’avais découvert en… 2009, il y a plus de 10 ans déjà (ça passe vite !) à l’étude de leur site internet, pour commencer. D’abord une page d’accueil d’une organisation religieuse déguisée sous une compagnie d’assurances où l’on parlait beaucoup… d’argent : «avec 1,6 million de membres, l’impact des Chevaliers de Colomb est énorme. L’an dernier seulement, nous avons fait un don de 116 millions de dollars à des œuvres de bienfaisance et effectué plus de 56 millions d’heures de service communautaire. C’est l’impact!»  Pour ce qui est de l’impact, il va sans dire que la gestion obscure et fermée de la direction de l’association laisse entendre toutes les fuites possibles.  Depuis, rien n’a changé (ça c’est la section française 2021 du bidule, qui existe bel et bien) :

L’œuvre charitable a bien reversé des sommes énormes depuis vingt ans (on les évaluait à peu près à 1,1 milliard de dollars sur les années 2000-2009!), mais les assurances en ont rapporté bien davantage. Selon les observateurs, ces preux chevaliers détiendraient plus de 60 milliards de dollars de polices d’assurances individuelles (en 2008)… !!! En 2020 ça atteint 114 milliards de dollars !!! Oui, vous avez bien lu, 114 milliards ! Leur société d’assurance était déjà la onzième dans le pays, avec 1,539 milliards de dollars en 2006. A côté, les tombolas de leur comité Québécois offrant une Toyota Camry fait un peu pingre… Avec ces milliards en caisse, ils peuvent bien annoncer fièrement verser quelques millions dans l’humanitaire, histoire de se faire une image « propre » :.

Car ils ne manquent pas non plus une occasion de mettre en scène cette œuvre de charité en cas de catastrophe notamment, exhibant leurs véhicules dûment décorés, histoire de bien les reconnaître à la télévision. Il hésitent pas non plus à sponsoriser des réunions de véhicules de collection, il est vrai aussi; l’occasion pour eux de gagner de nouveaux adeptes dans un Amérique où la voiture est reine, on le sait. Charité bien ordonnée, comme dit le proverbe : ce n’est pas tout de donner, l’important pour eux est surtout d’être vu !! Les fameux chevaliers sont en réalité des pompes à fric, avec de gros, très gros tuyaux. Des pompes prêtes à se brancher sur n’importe quoi pour en rapporter davantage, quitte à revenir après sur leur décision : «lors de leur congrès annuel il y a quelques semaines, les Chevaliers de Colomb de notre province ont décidé d’abandonner les jeux de hasard, en particulier les casinos, comme source de revenus pour soutenir leurs activités caritatives. Étant donné que le jeu peut être un moyen relativement facile de collecter de grosses sommes d’argent qui peuvent être utilisées pour faire du bien, la décision de l’abandonner a demandé du courage, mais c’était la bonne décision.», dit sans même trop sourire l’archevêque Thomas Collins. Voilà nos vertueux chevaliers (emplumés eux aussi, cf la photo en tête de chapitre) !) qui sont devenus un temps durant des indiens sur leur réserve, installant des casinos pour survivre… en cette époque devenue si difficile ? Pour redevenir prudes après ? Leur conscience les honore… ou sont-ce les lois sur les taxations des casinos qui ont changé ? Ça n’a pas vraiment changé depuis 2008, ils organisent toujours des « casinos events« , comme on peut le voir ici à droite ! Pour rencontrer Jésus à la table de roulette ??

Et comme tout est bon pour faire de l’argent, leur siège d’Arlington, le « Columbus Club of Arlington « , situé au 5115 Little Falls Road, un superbe manoir de 1850 brûlé en 1892 mais reconstruit à l’identique, racheté en 1951 à la famille Saegmuller, créateur d’instruments optiques pour la Navy, sert aussi de lieu de réception pour mariages ou autres manifestations. Lors des canicules, on recommande sa piscine…  En 2011, on y affichait un tarif de 385 dollars pour une présence ponctuelle, mais de 825 pour les non-chevaliers… on y organise aussi des ventes « sociales » de charité agrémentées ici de musique Bluegrass. « Yeeh-aw » !!!

Quant à ce qu’ils annoncent sur la confidentialité de leurs fiches,« nous maintenons les niveaux de confidentialité les plus élevés en ce qui concerne vos renseignements personnels non publics. Les employés du Bureau Suprême ont été formés pour manipuler soigneusement et protéger ce genre d’information ».  Permettons-nous d’en douter. L’informaticien de G.W. Bush, Connell, mort dans un accident d’avion douteux, partie prenante de leurs sites, aurait été bien incapable de protéger leurs adresses IP, celles des serveurs de l’Ohio ayant été découvertes dès leur mise en route !!!

L’assurance… d’éviter les impôts

Eux, « des hommes qui vivent les quatre principes du mouvement : la CHARITÉ, l’UNITÉ, la FRATERNITÉ et le PATRIOTISME » comme le dit leur slogan… on veut bien y croire, mais aux Laurentides, au Canada, leur recruteur signait de l’adresse mail discutable « bodylovesexy@hotmail.com »… qui laissait assez songeur. Et pas moyen de leur faire dire en quoi consiste leur cérémonie d’intronisation de nouveaux membres. Comme les francs-maçons ! Quant aux vidéos sur leurs réunions façon Témoins de Jéhovah,… euh elles semblent plus que bridées, et les chansons qui les accompagnant bien niaises. En fait, leurs prises de position politiques sont nettes : bien à droite toute, notamment sur l’avortement mais aussi le mariage gay. C’est très significatif chez eux, au point d’avoir rejoint très tôt le mouvement National Organization for Marriage, et d’y avoir à plusieurs reprises versé d’énormes donations. Dont 1,25 million de dollars d’un seul coup, le 14 août 2008, notamment.. Donner et ne pas payer de taxes, voilà le credo de l’association semble-t-il. Influencer l’opinion par des soutiens exorbitants à des mouvements réactionnaires, ça, oui. Ou faire dans l’humanitaire… grâce à du bénévolat, ce qui est plus facile à gérer encore. Car derrière l’obscure appellation « National Organization for Marriage » se cachent aussi des gens peu recommandables, en définitive. A droite, le tout nouveau patron des Chevaliers depuis début 2021, le successeur de Carl A. Anderson (atteint par la liste d’âge de 70 ans, ici à gauche serrant la main de Mike Pence) et le 14eme exemplaire, Patrick Kelly, le « Suprême » dans leur vocabulaire, en photo avec le pape François : comme ses prédécesseurs, il le déteste cordialement, le jugeant trop progressiste et préférant nettement l’archaïque Benoît XVI.

Maggie l’anti-gay

« National Organization for Marriage » a été fondée par Robert George et Maggie Gallagher, deux neo-conservateurs déclarés. Leur mouvement à but non lucratif contre le mariage gay a défrayé la chronique en 2005 quand on s’est aperçu que Maggie bénéficiait directement de l’argent versé par l’administration Bush .« Elle avait un contrat de 21 500 dollars avec le Département de la santé et des services sociaux en 2002 pour aider à promouvoir l’initiative de 300 millions de dollars de l’administration sur le «mariage sain», mais elle n’a pas divulgué son contrat et utilisait sa chronique pour promouvoir le programme. ». Et ce n’est pas tout. Pour bons et loyaux services à la nation, ou plutôt à la Maison Blanche seule, Robert George s’est vu remettre the Presidential Citizens Medal, l’un des trophées les plus rares chez les civils, le 10 décembre dernier, et à la Maison Blanche je vous prie (remarquez depuis Rush Limbaugh aussi l’a eue, et des mains de Melania Trump en personne !). Le 20 août 2008, la fondation de Maggie et Robert avait offert la bagatelle de 1 million, ajouté au 250 000 déjà offerts en janvier pour soutenir la Proposition 8, l’initiative antigay : avec un total de 7 574 637 dollars c’était plus que ce qu’avaient alors réuni les supporters opposés dans leur ensemble (avec (5 944 000 dollars). Parmi les généreux donateurs de leur association anti mariage gay, un nom avait retenu tout de suite notre attention : celui d’Elsa Prince Broekhuizen, pour 450 000 dollars de dons à elle seule. « Broekhuizen est la mère d’Erik D. Prince, fondateur de Blackwater Worldwide, l’opération controversée qui fournit des services de sécurité aux fonctionnaires fédéraux en Irak et dans d’autres pays. Sa fille, Betsy DeVos, est une ancienne présidente du GOP du Michigan et épouse du candidat au poste de gouverneur échoué Dick DeVos.». La mère d’Erik et de Betsy, donc.
Deux jolis cas d’espèce en politique aux USA, ces deux-là. Gallagher avait bien sûr embrassé la cause de Donald dès son arrivée au pouvoir, avec un flot de tweets laudatifs comme celui-ci encore en août 2020. La surprise avait été en septembre 2011 quand Gallagher avait été remplacée à la tête de National Organization for Marriage par un gars croisé lui aussi récemment : John Eastman; celui aux côtés de Rudy Giuliani sur la scène de l’Ellipse, le 6 janvier dernier !!! Encore une belle surprise !!! Et la constatation d’un bien petit monde de fieffés réactionnaires orbitant autour de Trump (ou de fêlés enchapeautés) !

L’association fondée exprès contre le mariage homosexuel, l’Edgar & Elsa Prince Foundation, avait donc un vice-président bien connu : c’est Erik Prince, le fondateur de Blackwater, la société de mercenaires à la gâchette trop facile en Irak !!! Tout se rejoint et le sens du slogan « CHARITÉ, l’UNITÉ, la FRATERNITÉ et le PATRIOTISME ! » prend tout son sens… Les Chevaliers sont bien de la même trempe qu’Erik Prince, c’est bien un mouvement d’extrême droite qui se pare de belles toges et d’idées de partages bien catholiques, la charité d’une main, donc, en soutenant de l’autre main les pires exactions en Irak au nom du « patriotisme » US. L’alliance traditionnelle du sabre et du goupillon  (4) ! On comprend mieux dans le site les photos des soldats en uniforme en Irak, ou ces versements médiatiques de chèques aux blessés, de soutien à des actions comme « un téléphone par soldat » . Et on en revient à ce « with god on our side » dont j’ai déjà montré les méfaits ailleurs.

Les (dangereux) nouveaux croisés 

Dans le site des chevaliers, Le texte en téléchargement « Armed with a faith » « A CATHOLIC HANDBOOK FOR MILITARY PERSONNEL » (ici à droite et là en lien sa vidéo, commentée par le grand maître des chevaliers ) est à ce propos très révélateur…. Le détournement de l’hymne national est dans le genre un véritable sommet ! « Louez la puissance qui a fait et préservé notre nation! Ensuite, nous devons vaincre, lorsque notre cause est juste, et telle est notre devise, «en Dieu est notre confiance». Nous DEVONS conquérir parce que NOTRE cause est juste ? Des Croix de Feu plutôt que des Francs-Maçons, donc, voilà ce qu’ils sont exactement ! Un soutien d’ordre politique et non religieux au gouvernement ! Avec eux, l’armée américaine est partie en croisade contre… l’infidèle :  »Comme une armée puissante fait bouger l’église de Dieu, Frères, nous marchons là où les saints ont marché, Nous ne sommes pas divisés, tout un corps nous, Un dans l’espérance et la doctrine, un dans la charité. En avant soldats chrétiens, marchant comme à la guerre Avec la croix de Jésus devant » dit ce fameux manuel du soldat fourni par les KofC (ici à droite des militaires l’ayant reçu) !!! Des croisés, des soldats (de Dieu) devenus de vrais illuminés du Christ  !! Quel endoctrinement et quel dévoiement de la fonction militaire !!! Celui nous présentant en vidéo son viatique n’est autre que . le « Chevalier Surprême », placé en haut de la pyramide !!! En l’occurrence à ce moment-là, Carl A. Anderson. Or ce dernier a des états de service intéressants : «de 1983 à 1987, M. Anderson a occupé divers postes du bureau exécutif du président des États-Unis, notamment assistant spécial du président et directeur par intérim du bureau de liaison publique de la Maison Blanche » nous dit sa biographie officielle. Ne cherchez pas sous quel président : c’était sous Ronald Reagan, (et Jesse Helms) pas vraiment un gauchiste comme président… sous son règne était déjà en place un dénommé Rumsfeld, qui à l’époque serrait de drôles de mains…

Un vilain canard dans la mare du château des chevaliers ?

Trump avait rêvé de « drainer le marais ». Dans l’organisation ultra-hiérarchisée, aux salaires pyramidaux assez croquignolets, en forme de marigot où tout le monde s’observe pour savoir qui va devenir vizir à la place du vizir en place, se dissimule un évêque; la caution religieuse de la pompe à fric.

Et pas n’importe lequel non plus. Il se trimballe une belle casserole de chevalier, celui-là. William E. Lori, avait en effet été nommé évêque à Baltimore le 20 mars 2012, par le pape Benoît XVI. Mais il a mis sept années, pas moins, pour répondre en 2019 seulement aux allégations qui duraient depuis des années à l’encontre de Michael J. Bransfield, évêque du diocése de Wheeling-Charleston, de West-Virginia, accusé de harcèlement sexuel et de  » transactions financières inappropriées » pour rester pudique. Question comportement, c’était gratiné en effet : « le document détaille un comportement qui semblait empirer avec son arrivée en Virginie-Occidentale, où il avait accès aux finances du diocèse, et il a utilisé cet argent pour acheter des cadeaux pour les jeunes hommes, les emmener en voyage privé et se livrer à un appétit pour l’alcool. Le rapport comprend un incident fortement expurgé lorsque Mgr Bransfield, et une personne dont la position est inconnue, se sont rendus à une date non précisée à Castel Gandolfo, où le pape a une résidence d’été, et où l’évêque aurait giflé les fesses de la personne, «ce qui l’a bouleversé (nom expurgé). » Un autre incident fortement expurgé raconte des «événements de convocation en mai» après lesquels «l’évêque a bu à l’excès un soir et s’est exposé», puis a tiré la personne anonyme vers lui et a passé ses mains sur sa poitrine puis sur ses organes génitaux. Dans une section décrivant les préoccupations concernant les mineurs à la cathédrale de Wheeling, le rapport indique qu’une personne anonyme a observé l’ancien évêque «toilettant» certains d’entre eux «et a dit au délégué aux affaires administratives qu’il croyait que les parents devraient être avertis de ne pas faire servir leurs enfants comme serviteurs de l’autel pour l’évêque. Une fois, l’incident décrit l’évêque à la retraite mettant de l’argent entre les mains d’un ancien serveur d’autel dans un restaurant et prenant la note pour le dîner de sa famille. «La mère du jeune homme était profondément préoccupée par l’interaction dont elle a été témoin entre l’évêque et son fils», indique le rapport ». En mars 2019, lors d’un procès pour pédophilie au sein de l’Eglise, les autorités de Virginie-Occidentale ont accusé Michael J. Bransfield, et ses prédécesseurs « d ’employer sciemment des pédophiles» – y compris certains prêtres cités dans le rapport du grand jury de Pennsylvanie de l’année dernière examinant des décennies d’abus sexuels et de dissimulation du clergé ». Car cela durait depuis longtemps !! Les journalistes du Washington Post ayant pu lire le premier rapport qui avait été rédigé l’avaient par curiosité comparé au rapport final envoyé au Saint-Siège. Surprise, il manquait un bon nombre de cardinaux et d’évêques, notamment ceux qui avaient reçu de l’argent de Bransfield… y compris Lori lui-même !!!  Pour s’amender et enterrer le poisson, Lori a refilé discrètement 7 500 petits dollars au diocèse de Wheeling, en Virginie-Occidentale et basta… et voilà, on en plus parlé après !!! Surtout du volet sexuel de l’affaire !!! Et les trumpistes de QAnon qui pourchassaient les pédophiles dans les pizzerias !!! Il ignoraient qu’ils se cachaient plutôt dans les sacristies ? (ci-dessous Lori à couverture de la 136 eme « suprême convention » de Baltimore en 2018 : dans le élevé des comptes de cette année là, l’archevêque avait été payé 125 000 dollars en tant que directeur des Chevaliers, pour une heure de travail par semaine en tant qu’«aumônier suprême» des Chevaliers (plus neuf heures par semaine pour les «organisations apparentées», une appellation fort floue pour un archevêque « En  2015, l’archidiocèse de Philadelphie a reçu 1,5 million de dollars en «soutien général», et l’archidiocèse de Baltimore 435 000 dollars pour «divers programmes». Leurs archevêques respectifs, Charles Chaput et William Lori, sont les principaux opposants au programme du pape François dans la hiérarchie religieuse américaine. »).

Lori, nommé par l’ancien et qui n’a de cesse de critiquer le nouveau pape, jugé bien trop ouvert par lui et tous les chevaliers tendance réac (ce sont un peu des Monseigneur Lefebvre, en comparaison), est en tout cas un bel hypocrite quand il se présente en train de saluer le pape François au Vatican, et le faire sur le net en termes élogieux, à l’opposé totalement de ce qu’il prône à Baltimore. En tout cas, ça n’empêche pas Donald Trump de choisir Brian C. Buescher comme juge d’un District du Nebraska le 13 novembre 2018, nomination confirmée par le sénat le 24 juillet 2019. Or c’est aussi un Chevalier de Colomb à ses heures et il est donc farouchement opposé à l’avortement, ce qui invariablement va poser problème, un jour ou l’autre dans l’exercice impartial de sa fonction, ce que ne manquent pas de faire remarquer deux sénatrices opposantes démocrates à ce choix : Mazie Hirono (d’Hawaii)  et une certaine… Kamala Harris (de Californie). Ce qui avait mis en fureur le républicain Ben Sasse qui, la fois suivante, pour questionner un autre juge prétendant à un poste, lui avait demandé « s’il faisait partie d’une association qui aimait le poisson frit », le plat préféré des Chevaliers, paraît-il… Ben Sasse, quoiqu’opposant à Trump (qu’il a jugé « médiocre » en tout, est un des sept à avoir voté pour son second Impeachment) étant il est vrai un véritable conservateur religieux. Ceci explique cela !

Nous n’en avons pas terminé pour autant avec nos si peu preux chevaliers, rassurez-vous. Demain nous allons plonger un peu plus dans leur tiroir-caisse. Ça ne ne va pas être joli…

 

(1) dans son dos était marqué clairement « Faulkner Painting » (cf ici à gauche). Rentré chez lui, à Whitehall dans l’Ohio, il écrira carrément à ses collègues ou amis sur Twitter (cf ici à droite) «nous ne nous battions pas contre les antifas, nous nous battions contre le gouvernement» !!! Il était entré par une fenêtre qu’il avait défoncée à coups de pieds (à gauche ci-dessous), une installation facturée 1 000 dollars au Capitole selon les enquêteurs, il avait ainsi décrit son « action »: « nous sommes rentrés comme ça et pas par la porte d’entrée contrairement à ces trous du culs des BLM. »  C’est dans son groupe que l’on avait crié « les traîtres méritent la guillotine » !! Les policiers n’avaient eu aucun mal à le retrouver,  lui et sa camionnette de peintre (ici à gauche garée devant chez lui)…

Sur sa page Facebook, une photo le montrait portant une casquette «Make America Great Again» avec un dessin -raciste- marqué «White lives Matt» encadrant sa tête. Selon la déposition de l’enquêteur « les archives judiciaires du comté de Franklin montrent que Faulkner a plaidé coupable à des accusations antérieures de port illégal d’une arme à feu dissimulée et de violence domestique« . Encore un beau cas d’espèce on le constate  ! Il figure dans cette longue liste.

Pour ajouter à sa bêtise, dans la page de son site professionnel, on le trouvait arborant un t-shirt « Ban Idiots, Not Guns«  (ici à gauche), exprimant son support inconditionnel au port d’armes. Le milieu du graphisme présentant le serpent à sonnettes bien connu du Gadsden Flag. Pas vraiment un flèche non plus celui-là, donc… depuis, ayant pris conscience du tarif risqué (plusieurs années à l’ombre pour destruction de bâtiment public) il a tenté de faire amende honorable : «il semblait que les flics s’opposaient à nous pour entrer directement dans le bâtiment à l’avant, donc je pense que tout était mis en place pour (lire « contre » plutôt) les gens de Trump», a-t-il déclaré. «Je savais que je n’aurais pas dû donner un coup de pied dans la fenêtre. J’étais bouleversé et je ne pensais pas de manière rationnelle.  » En y repensant, il a dit qu’il avait été pris dans l’instant, et a ajouté qu’il n’ exercé aucune violence contre les policiers. «Je ne glorifie pas ce que j’ai fait et je n’en suis pas fier», a-t-il déclaré ». Pas sûr que ses remords tardifs payent.

(2) celui-là, son demi-frère s’appelait… Pantaléon ! Sa richesse proverbiale provenait d’une rivière qui charriait des sables aurifères qui s’appelait Pactole : l’expression courante vient de là. Trump a touché le sien en partant, en détournant l’argent destiné à sa réélection versée à profusion par ses supporters bernés, qui croyaient ainsi pouvoir inverser le cours des événements. Trump lui, pense dans sa tête toujours l’avoir remporté : il vient juste d’évoquer une « troisième » victoire en 2024. Sans avoir jamais connu la deuxième en 2020 !!!

(3) c’est ce que confirme ici Tom Gjelte, dans le NPR du 26 octobre 2020 : « malgré la perte du vote populaire, Trump a accédé à la présidence en grande partie parce qu’il a remporté traditionnellement la Pennsylvanie démocratique, le Michigan et le Wisconsin, tous les États dans lesquels les catholiques sont plus nombreux que les évangéliques à des marges importantes. « C’est le vote catholique qui a remporté ces États pour Donald Trump », déclare Tim Huelskamp, un ancien membre du Congrès républicain du Kansas qui sert désormais de conseiller au mouvement Catholics for Trump, une coalition qui n’existait pas officiellement en 2016″.

(4)  L’affaire a resurgi au départ de Trump, car juste avant il avait gracié un des assassins, toujours pas repenti, loin s’en faut…Il s’agit de Nicholas Slatten (ici à droite). Son élargissement viole les accords internationaux sur les crimes de guerre, en prime.

 

 

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le sens des affaires

Enfants, nous disposions d’une formidable école de commerce qui nous dispensait son enseignement durant les ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.