Accueil / A C T U A L I T É / DESCENTES AUX ENFERS

DESCENTES AUX ENFERS

La Gr?ce co?tera 15 milliards d?euros ? la France.

Combien coutera la stabilit? et la?paix sociale aux citoyens??

Que repr?sente le montant du cachet de la stabilit???

Il correspond ? la face cach?e de ce que?la masse des ignorants re?oit en p?ture?au travers?des informations?tranmises par les?gouvernements.

Les autres Nations , dont? l?U E? plongent dans le noir comme les mont?es et les baisses des bourses face au dollar.

Les humains sont-ils r?solus ou r?volus ? une d?ch?ance??

On constate le marasme comme les tourmentes, les typhons qui?boulversent les?terres,?les oc?ans.

Le Titanic a coul? plus de deux fois??

Il y a eu masse de rescap?s et de disparations??

Les diverses r?unions du G 8? nous absorbent?quelques minutes, comme les greffiers dans les tribunaux portant l?image de l?effigie des chats.

Il en est?de m?me?pour la balance et le fl?au de? Dame?Justice.

Qui donc a vu, face au fl?au, les deux plateaux de la balance int?gralement ?quilibr?s??

Donc, ? n?en??pas douter?: Selon que vous soyez riche ou mis?rable?!

Pour la majorit?, oublier?ce que nous sommes est une erreur ?norme.

Pourtant, ne ?sommes-nous pas?tous sur le m?me bateau??

Les personnes qui se souviendront de leurs divers t?moignages, comprendront qu?ils poss?daient?avec eux et les autres, un miniscule gilet: ils sont dans et sur le m?me navire.

Le Radeau de la M?duse?n?a pas inclu les mariniers ni?leurs souhaits, ils savaient qu?ils??t? li?s pour le meilleur comme pour le pire, il n?y a?pas plus?de choix que d?alternative.

Sommes-nous coul?s ??

A partir de quand?! Le 115 r?pondra t-il dans?le monde social??

Les 12 salopards?furent au travail du temps pass?, ils?poss?daient plus de valeurs que la fa?ade de certaines murailles.

Le Jour le Plus long constitue une page d?histoire plus pourrie que jamais?par l?arrivisme et la vraie?l?chet?.

Est- ce ? l?image de la Guerre de S?cession??? Alors oui?!

Hitler rechercha la s?lection aryenne, on le laissa agir. Tout comme nous; nous faisons avaler par les guerres de religions.

L?ensemble reposait soi-disant?sur le concept de la valeur europ?enne?.

On tente de faire un sauvetage provisoire, la majorit? ignore que les parenth?ses sont ouvertes, trait?es avec?un l?humour d?sinvolte qui rapporte toujours ? ceux qui savent se v?n?rer devant l?h?tel des finances.

Repos de l?observateur, foutaise, une ironie bien plus violente, ? tel point que certains la traite de mani?re plus que satyrique?!

Des attitudes de responsabilit?s pour?garder, pr?server?l?indiff?rence !

L?intol?rance qui va de pair avec le constat de l?ignorance permettent ? certains de cr?er des comportements excessifs.

Il en?r?sulte ce que d?autres appellent le hasard, il n?y a pas de responsable dans la cohorte que forment, ? ce jour, les arroseurs arros?s?:

Les marginaux d?rangent??

Les exclus

Sans oublier surtout les soci?t?s de profits et ceux qui les m?nent.

Certains leur donnent encore le sens de profits de guerre: sommes-nous proches du r?alisme??

Ces ph?nom?nes ne se limitent pas ? l?hexagone, pas d?avantage ? l?Europe.

Ils touchent bien souvent les plus d?munis en prot?geant les classes de certains nantis. L?ensemble est conforme???du virtuel?!

Le mode de vie a ?volu? sur un plan scientifique,?et tecnologique favorisant la propagation de fausses informations.

Des plus vraies que la rumeur publique.

Nous n?avons plus le droit d??tre indiff?rents en?nous voilant la face ou en?nous cachant derri?re un bien ?tre fugase?:

D?autres appellent cela leur libert? personnelle.

Apprendre?en regardant, ?couter, juste savoir faire un peu plus pour sauvegarder.

Nombre de personnes sans ?tre l?gion, de par leurs comportements tirent bien des profits, elles?d?montrent une r?elle prise du peu de conscience par rapport aux changements de comportement n?cessaire pour enrayer la d?cadence de nos civilisations.

Pourtant les uns et les autres se doivent de prendre acte du fait?qu?ils sont indiscutablement solidaires des personnes aupr?s desquelles des mesures d?urgence, de survie s?imposent.

Il faut que chacun essaie de faire ce qu?il sait faire, proprement?afin de faire?perdurer et?provoquer le dialogue.

La communication comprise reste le r?el de l?homme ? la condition expresse de?ne pas d?truire l?enfant en lui nuisant dans tous les sens.? ?

Il faut prendre les mesures indispensables pour tenter d??viter l??croulement d?finitif de nos propres fondements?:

La famille, l?union, la sant?, le terroir de tous les anc?tres, etc.?

Dans le cas contraire, nous allons directement ? la d?cr?pitude en passant ? la clandestinit??!

La clandestinit? conduit, ? toutes les formes de corruptions, de politiciens v?reux, de contradictions etc.

Les mandarins, ? tous les niveaux et grades modernes, se d?clarent en permanence d?une comp?tence ?gale ? leur nullit?, face ? la complexit? des probl?mes qu?ils ont?cr??s de toutes pi?ces?!?

A?l?or?e du 3eme mill?naire,?le plus grand danger reste?ind?niablement la politisation de tous les probl?mes, au d?triment de la richesse sociale, ?ducative, culturelle, pr?ventive etc.

La vie se tarit et les marchands de canons se multiplient. Ainsi que?les massacres sur les faux terrains de batailles.

Le cancer, maladie des temps modernes touche notre ?poque plus qu?un fl?au-virus mutant, ne trouvant aucun rem?de, sinon?dans le respect, l??acceptation de?l?autre la tol?rance.

N?importe quelle analyse, d?montre que tous les risques provienent de l?attitude d?assassins, conscients de leurs actes, et avides de profits personnels.

Il est temps d?ouvrir les portes de la libert??pour tous, afin que le sauvetage ne soit pas un ch?que virtuel et que les coffres de nos financiers, faisant?figurant sur leurs bordereaux bidons, ne soit plus que l?image d?une encre sympathique au m?me titre que la valeur des engagements des d?mocraties, similaires aux tyrannies en place.

Le provisoire est-il fait pour durer ?ternellement??

S?rement, lorsque nous constatons que le tourbillon des vies, fait place ? l?amour qui se meurt dans les mensonges alors que pour d?autres m?me sans la vue, cela serait un quotidien sup?rieur??

Nous avons la solution entre les mains.

Mais nos?actes?sont comme des ?murmures, pas assez forts face?la fin d?un syst?me compl?tement?essoufl??!

Notre soci?t? sombre?dans?une vraie?descente aux enfers, o? les religions, les sectes et tous les paroxysmes trouvent une place de plus en plus consistante.

Les escroqueries bancaires ne sont pas seulement en France, elles sont universelles comme la mort,?in?ductablement permanente.

L?, subsistent les d?c?s sur ordonnance dipl?m?e avec la supplique de la donation particuli?re !

Cet article est?issu de l?ouvrage de l?auteur, actualis? aux chiffres du moment?: Titre???Le Roseau et Le Ravi??

Le Panda

Patrick Juan?

?

A propos de

avatar

Check Also

Agir pour la fin de la déforestation importée !

Depuis des années, la déforestation générée par la production de biens que nous importons contribue ...

5 Commentaire

  1. avatar

    La Banque centrale européenne a échoué à apaiser les craintes de contagion des problèmes de dettes en zone euro. En clôture, le Cac chute de 4%, Londres, Francfort et Madrid de plus de 3%. Milan tombe de 5%.

    Après avoir rebondi de 1,66% à l’ouverture et passé toute la matinée dans le vert, le Cac 40 est repassé dans le rouge à la mi-séance, avant de s’enfoncer encore plus en territoire négatif à l’ouverture de Wall Street. Peu après le discours de Jean-Claude Trichet, alors que les marchés accentuaient leurs pertes, la diffusion de tous les indices européens, dont l’indice phare de la Bourse de Paris, gérés par NYSE Euronext, a été indisponible durant près d’une heure, en raison d’un problème technique.

    Le CAC 40 a finalement terminé sur une dégringolade de 3,90% à 3320,35 points, soit un plus bas depuis le 28 juillet 2009. Après avoir perdu 134,59 points sur la séance, il signe sa neuvième séance de baisse d’affilée, une série inédite depuis septembre 2002 et la fin de l’éclatement de la bulle Internet. Depuis le premier juillet, l’indice phare de Paris a lâché près de 17%.

    Le mouvement de panique a été le même sur l’ensemble des places boursières d’Europe: le Footsie-100 de la Bourse de Londres clôture sur une chute de 3,43% à 5393,14 points, son plus mauvais score depuis le 2 septembre dernier. Le Dax de la Bourse de Francfort termine en recul de 3,40% à 6414,76 points. La Bourse de Madrid abandonne 3,89%, sous la barre des 9000 points. L’indice vedette de la Bourse de Milan, le FTSE Mib, a finalement clôturé jeudi sur une chute de 5,16% à 16.128 points, atteignant son plus bas niveau depuis le début avril 2009, après avoir été suspendu vers 17 heures.

    Dans la foulée, le Dow Jones à Wall Street affiche une baisse de 2,96% à 11.545 points au moment de la clôture des marchés européens.

    Baisse du coût des dettes italienne et espagnole
    Les investisseurs ne sont convaincus par les conclusions de la réunion du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne. Cette dernière a sans surprise laissé son taux directeur inchangé à 1,50%. Surtout, le président de la BCE, Jean-Claude Trichet a déclaré que le programme de rachat d’actions de l’institution monétaire se poursuivait, mais ne concernerait «que des obligations irlandaises et portugaises» et non «celles d’autres nationalités».

    Après l’adjudication par Madrid de quelque 3,3 milliards d’obligations à trois et quatre ans, le rendement de l’emprunt espagnol à dix ans reculait autour de 6,09 % vers 11 heures (heure de Paris) contre 6,35 % mercredi soir. Le Trésor espagnol a par ailleurs annoncé qu’il annulait son émission obligataire, prévue pour le 18 août. Le taux de rendement du papier italien à dix ans chutait, quant à lui, jusqu’à 5,97 % avant de se stabiliser autour de 6 %, contre 6,10 % la veille.

    Toujours du côté macroéconomique, les nouvelles peu rassurantes venues des États-Unis s’enchaînent. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté aux Etats-Unis lors de la semaine au 30 juillet, à 400.000 contre 401.000 (révisé) la semaine précédente, a annoncé jeudi le département du Travail. Les économistes attendaient en moyenne 405.000 inscriptions au chômage. Les inscriptions de la semaine au 23 juillet ont été révisées en hausse par rapport à une estimation initiale de 398.000. Cette annonce a été le point de départ de la forte baisse des marchés qui attendent avec fébrilité la publication du rapport mensuel sur l’emploi américain demain.

    Sur le marché des devises, l’euro chute de 1,26% par rapport au dollar, à 1,4167 dollar au moment des clôtures en Europe. Le pétrole s’affiche également en baisse de 1,47% à New York, à 90,58 dollars. Pour sa part, l’once d’or a touché jeudi un nouveau plus historique à 1677,90 dollars, sur des craintes que l’économie mondiale ne s’enlise à nouveau et dans la foulée de la conférence du président de la BCE Jean-Claude Trichet.

    Valeurs du jour
    Veolia Environnement : -18,88% à 11,60 euros – plus forte baisse du Cac

    Veolia Environnement, qui avait averti vendredi dernier qu’il n’atteindrait pas ses objectifs pour cette année, a publié ce jeudi une perte nette de 67,2 millions d’euros pour le premier semestre, plombée par des dépréciations d’actifs exceptionnelles de 800 millions d’euros. Le numéro un mondial des services à l’environnement va concentrer ses activités « sur moins de 40 pays contre 77 aujourd’hui dès 2013 ».

    Axa : -2,66% à 11,71 euros

    En revanche, Axa a enregistré au premier semestre un bénéfice net plus que quadruplé, à 3,99 milliards d’euros (+324 %), tiré par des plus-values de cession et très peu affecté par les provisions liées au plan de soutien à la Grèce.

    Bonduelle : -2,56 % à 63,82 euros

    Bonduelle a accru de 10,7 % son chiffre d’affaires 2010-2011. Les ventes du spécialiste des légumes en conserves et surgelés ressortent à 1726 millions d’euros. Le groupe a confirmé ses objectifs annuels.

    Vinci : -5,13% à 35,30 euros

    Vinci a annoncé mercredi que QDVC, sa filiale commune avec un fonds qatari, avait remporté un contrat de 374 millions d’euros pour un projet de métro destiné à une ville nouvelle en construction au Qatar.

    Vilmorin : +1,71% à 74,50 euros

    Vilmorin a confirmé son objectif de marge 2010-2011 en annonçant une hausse de 12,1 % de son chiffre d’affaires sur l’exercice, grâce à l’activité potagère, en même temps que l’acquisition des actifs et semences de maïs et de sorgho de la société brésilienne Brasmilho.

    Hermès : -1,78% à 231,15 euros

    Hermès a répondu mercredi à l’Association de défense des actionnaires minoritaires (Adam), qui demandait pourquoi le groupe de luxe consacrait autant d’argent à racheter ses propres actions. « Les rachats d’actions ont pour objet de couvrir les programmes d’attribution d’actions gratuites pour les employés », a déclaré une porte-parole d’Hermès.

    Cegedim : -6,82% à 30,61 euros

    Cegedim a diminué son objectif de hausse du chiffre d’affaires pour l’année 2011 mais reste confiant dans sa capacité à générer un EBIT proche, en valeur absolue, de celui de 2010. Le groupe a également annoncé mercredi, pour le deuxième trimestre 2011, un chiffre d’affaires consolidé de 247,1 millions d’euros (+1,6 % en données publiées et -0,1 % en organique).

    Natixis et Dexia publieront leurs résultats du deuxième trimestre après Bourse.

  2. avatar

    Au lendemain d’une journée de forte dégringolade boursière, les places financières européennes ont de nouveau plongé, vendredi 5 août, peu après la fermeture des places asiatiques, qui ont toutes clos en baisse, sur fond d’angoisse pour l’endettement européen et la santé de l’économie mondiale en général. Les Bourses européennes ouvrent en forte baisse.
    La Bourse de Paris a ouvert sur une très forte baisse, en chute de 3,07 %. Le CAC 40 lâchait 101,96 points à 3 218,39 points, après neuf séances de baisse d’affilée, dont une chute de 3,90 % jeudi. La Bourse de Londres était en chute de plus 3 % peu après son ouverture, après avoir déjà cédé 3,43 % la veille. L’indice des trente valeurs vedettes Dax de la Bourse de Francfort a également ouvert en baisse, de 1,18 %, et dégringolé dans les minutes qui ont suivi, jusqu’à perdre 3,91 % à 9h06. Même scénario pour l’indice Ibex 35 de la Bourse de Madrid, qui a ouvert en forte baisse. Peu après l’ouverture, l’indice perdait déjà 2,40 %, avant de se reprendre légèrement : à 9h04, il était en recul de 1,79 %. La Bourse de Milan, elle, a ouvert sur une chute de 3,5 % après s’être effondrée de 5,16 % jeudi. Journée noire sur les marchés asiatiques. En Asie, la même lame de fond semblait emporter les places boursières, Tokyo ayant notamment dévissé de 3,72 %. Peu après l’ouverture, la baisse du Nikkei avait affiché son plus bas niveau en séance depuis le 18 mars, aux lendemains du séisme du 11 mars qui avait dévasté le Nord-est du Japon et ébranlé la troisième puissance économique mondiale. La Bourse de Sydney a terminé à son plus bas niveau depuis deux ans, perdant 4 %, tandis que la place financière de Séoul a abandonné 3,70 %. Hong Kong a terminé à -4,81 %. Les dirigeants européens se concertent. Face à ces turbulences, le président français, Nicolas Sarkozy, a ouvert des consultations, mercredi et jeudi, avec le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, pour évoquer la situation boursière. Il doit s’entretenir séparément vendredi au téléphone avec la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero. Le commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a quant à lui interrompu ses vacances pour rentrer à Bruxelles. Il a annoncé que la Commission européenne présenterait après l’été un rapport sur l’idée d’obligations communes à la zone euro (« euro bonds ») une idée qui avait déjà été évoquée pour le deuxième plan d’aide à la Grèce, et les possibilités à long terme pour l’infrastructure de la zone euro. Des indicateurs attendus
    « Pendant toute la journée, le marché sera sans doute dominé par l’aversion au risque et tous les yeux vont se tourner vers les chiffres du chômage et de l’emploi aux Etats-Unis » pour juillet, dont la publication est attendue à 14h30 (heure française), a estimé Kintai Cheung, économiste à la banque Crédit agricole. Les investisseurs y chercheront des indices de l’état de la première puissance économique mondiale, dont la croissance, anémique au premier semestre, ne cesse pas d’inquiéter. Les craintes d’une contagion en Asie. En Asie, la Chine et le Japon ont appelé à une coopération internationale. Le ministre des finances japonais, Yoshihiko Noda, a souligné la nécessité de traiter les problèmes de distorsion sur le marché des changes, la crise de la dette et la question économique américaine, au lendemain d’une intervention du Japon pour vendre du yen. La Chine souhaite pour sa part améliorer la coordination entre puissances mondiales face aux risques nés des problèmes de dette aux Etats-Unis et en Europe, a souligné son ministre des affaires étrangères Yang Jiechi. Ce dernier a notamment appelé la première puissance économique mondiale à adopter une politique monétaire « responsable » et à protéger les investissements en dollars des autres pays. Ces appels des deux principaux créanciers étrangers des Etats-Unis soulignent.

  3. avatar

    Le Cac 40 a clôturé dans le rouge pour la dixième fois d’affilée, du jamais vu depuis la création de l’indice en décembre 1987. Sur la semaine, la Bourse de Paris s’est repliée de 10,7%. Le rouge domine toute l’Europe.

    Le Cac 40 termine en repli de 1,26% ce vendredi soir, à 3278,56 points. Soit une dixième baisse consécutive, ce qui n’avait jamais eu lieu depuis sa création en décembre 1987. Sur la semaine, la baisse du Cac 40 atteint 10,73%. Et depuis le début de l’année, l’indice phare de la Bourse de Paris a reculé de 13,83%.

    Pourtant, l’indice phare de la Bourse de Paris a fait une incursion dans le vert dans l’après-midi, après les chiffres de l’emploi américain. Les Etats-Unis ont en effet enregistré en juillet une création nette de 117.000 postes. Un chiffre qui est donc supérieur de 38% à celui qui faisait loi dans la communauté des analystes, prévoyant 85.000 postes nouveaux créés, au mieux. Grâce à ces embauches plus dynamiques que prévu, le taux de chômage américain reflue. De 0,1 point. Si minime soit-il, ce chiffre a suffi à surprendre agréablement les marchés et à propulser le Nasdaq et le Dow Jones dans le vert à l’ouverture de Wall Street, tout comme le Cac 40 qui a bondi, regagnant jusqu’à 2% par rapport à son terrible cours de clôture hier soir, à l’issue d’une neuvième séance consécutive de baisse.

    Mais, l’apaisement provoqué par ces chiffres de l’emploi américain a été de courte durée, les investisseurs se laissant à nouveau submerger par la crainte d’un retour en récession en général, et en particulier par la question des dettes en Europe, malgré une mobilisation de Paris, Berlin et Madrid à ce sujet aujourd’hui.

    Vers 15h30, l’ensemble des marchés à travers le monde ont rebasculé dans le rouge, à Wall Street, comme à la Bourse de Paris. Ils ont un temps oscillé autour de l’équilibre, hésitant entre progression timide, et repli précotionneux. Puis dès 16 heures, ils ont glissé ostensiblement dans le rouge.

    Une clôture dans le rouge pour toutes les bourses en Europe
    Sur les autres places européennes, les investisseurs se sont montrés plus prudents tout au long de la séance. Et les replis en clôture sont un peu plus marqués qu’à Paris.

    Ainsi, à Francfort, le Dax 30 cède 2,78% à 6236,16 points. Le Footsie-100 londonien fléchit de 2,71% à 5246,99 points, soit son plus bas niveau depuis près d’un an.

    En revanche, Madrid et Milan ont échappé à la morosité tout au long de la séance, bénéficiant de rumeurs de marchés au sujet d’une probable et prochaine intervention de la Banque centrale européenne par le biais de rachats de dettes espagnoles et italiennes. L’Ibex madrilène recule donc seulement de 0,18% à 8671,2 points et l’indice phare de la Bourse de Milan ne lâche que 0,6% à 16.028 points.

    Le déficit commercial de la France recule en juin
    Autre actualité macroéconomique : le déficit commercial de la France. Il s’est fortement réduit en juin à 5,598 milliards d’euros, après 6,415 milliards en mai, selon les données publiées vendredi par les Douanes.

    Sur le podium des plus fortes baisses du Cac 40, Unibail-Rodamco perd 4,49% à 137,3 euros, Technip lâche 2,55% à 62,95 euros et Lafarge abandonne 2,35% à 30,995 euros.

    Natixis : 10,95% à 3,07 euros

    Natixis a publié jeudi un bénéfice net supérieur aux attentes au deuxième trimestre grâce notamment à une forte hausse de la contribution des résultats provenant des banques régionales de sa maison mère BPCE (Banque populaire – Caisse d’épargne).

    Dexia : -2,48% à 1,61 euros

    Dexia a dévoilé la perte la plus lourde de son histoire, une performance causée à la fois par la cession d’un portefeuille d’actifs toxiques – pièce maîtresse de son plan de restructuration – et sa contribution au plan d’aide sur la dette souveraine grecque.

    Carrefour : 0,81% à 18,71 euros

    Carrefour a annoncé une nouvelle réorganisation de sa direction, remplaçant notamment son directeur financier, au moment où le groupe peine à redresser ses activités en France et a subi un revers stratégique majeur au Brésil.

    LVMH : 0% à 115,20 euros

    LVMH a annoncé jeudi avoir reçu le feu vert de la Consob, l’autorité boursière italienne, pour son offre sur le joailler italien Bulgari, dont il avait annoncé la prise de contrôle en mars.

    Vicat : 0,04% à 46,82 euros

    Vicat dit jeudi s’attendre à un léger tassement de son niveau de marge opérationnelle en 2011 en raison de la révolution en Egypte, de la hausse des coûts de l’énergie et des coûts de démarrage d’usines en Inde.

    Air France : 3,92% à 7,23 euros

    Le trafic passager du groupe aérien franco-néerlandais Air France-KLM a progressé de 6,9% en juillet, mais celui du fret a continué de baisser de 2,7%, a-t-il annoncé vendredi. Air France-KLM a transporté 7,3 millions de passagers, soit une hausse de 6,0%.

    L’article n’était pas de Nostradamus mais bien du Panda.
    Ce qui démontre que nous citoyens de base avec le recul de notre vécu allons peut-être faire tomber le système plus que pourri

    Patrick Juan, je ne pensais être plus proche de la réalité;-)

  4. avatar

    Bien d’accord avec toi Patrick Nous sommes dirigés par des élites et des groupes mafieux !

    • avatar

      Bonjour Frédéric,

      On ne peut dire le contraire, les conséquences vont se faire sentir plus vite que nous, ne le pensons.

      Merci de ton commentaire,

      Amicalement,
      Le Panda
      Patrick Juan