Récents articles
Accueil / T Y P E S / Articles / De Hitler ? Bush

De Hitler ? Bush

Article datant de 2003, mais d’un grand int?r?t concernant l’Histoire du « r?gime » Bush.?

De Hitler ? Bush

par?Federico Fasano Mertens

Ce texte est la r?ponse faite par Federico Fasano Mertens, directeur du quotidien urugayen?La Rep?blica, ? l?ambassadeur des ?tats-Unis en Urugay qui reprochait ? son journal d?avoir compar? George W. Bush ? Adolf Hitler. Il ne s?agit pas, pour le journaliste, de se livrer ? ce rapprochement ? la seule fin de d?nigrer le pr?sident ?tats-unien. Au contraire, il met en balance le r?gime de Washington et le Troisi?me Reich sur les plans id?ologique, diplomatique, ?conomique et militaire. Federico Fasano Mertens compare aussi la prise de pouvoir des deux hommes. ? la diff?rence du dictateur allemand, George W. Bush n?a pas ?t? d?mocratiquement ?lu, mais, comme lui, il a appuy? son pouvoir par un ?v?nement traumatisant que l?auteur d?signe comme ??l?incendie du Reichstag am?ricain??.

R?SEAU VOLTAIRE?| MONTEVIDEO (URUGUAY)?| 30 JANVIER 2004

Este art?culo puede ser consultado en espa?ol en redvoltaire.net
Cet article est disponible en Espagnol sur redvoltaire.net

JPEG - 4.9 ko
Federico Fasano Mertens
Directeur du quotidien urugayen
La Rep?blica.

Il y a quelques jours, Martin Silverstein, ambassadeur des ?tats-Unis d?Am?rique en Uruguay, m?a envoy? une lettre dans laquelle il accusait le journal uruguayen?La Rep?blica?- quotidien que j?ai l?honneur de diriger ? de manquer??de toute mesure d?int?grit? journalistique???pour avoir compar? leur pr?sident, George W. Bush, avec le chancelier du Troisi?me Reich allemand, Adolf Hitler.
Je n?ai pas pu lui r?pondre avant, car l?acte de piraterie internationale que les ?tats-Unis ont commis en attaquant un peuple sans d?fense et presque d?sarm? avec la plus formidable machine ? tuer dont l?histoire universelle se souvienne, m?a oblig? ? consacrer plus de temps que d?habitude ? la pr?paration des ?ditions sp?ciales sur le carnage en Irak. J??tais ?galement fort occup? ? faire condamner devant la justice ? et avec succ?s ? des tortionnaires uruguayens entra?n?s aux ?tats-Unis, qui ?taient en train de me calomnier.
Il y a quelque temps, l?ambassadeur ?tait venu me rendre visite ? mon bureau et j?avais mentionn? ? mes collaborateurs qu?il ?tait l?ambassadeur des ?tats-Unis le plus intelligent, le plus perspicace et le plus sympathique que j?avais connu?:???Enfin, avais-je dit, un repr?sentant de l?Empire avec qui on peut discuter sur des th?mes en dehors des habituels clich?s insipides et ennuyeux qui nous intoxiquent dans ces r?unions que nous devons partager.??
Mais la sagacit? de l?ambassadeur n?a pas pu lui ?pargner le malheur d?avoir ? repr?senter le 43e Pr?sident de son pays, George Bush Junior, un fanatique parano?aque, intoxiqu? de messianisme, moins brillant qu?une limace, ivre de pouvoir comme il l?a ?t?, par le pass?, d?alcool (il fut condamn? le 4 septembre 1976 pour un important exc?s de vitesse en ?tat d??bri?t? apr?s avoir ?t? interpell? par le c?l?bre pr?dicateur Graham qui lui demanda?:???Qui es-tu pour te croire Dieu??), militant de la Christian Right (la droite chr?tienne texane et sudiste), raciste amoureux de la peine de mort, surtout lorsqu?elle s?applique aux Noirs, enfin le pire pr?sident am?ricain de ce dernier si?cle, qui a su engendrer des trag?dies contre son propre peuple, bref, l?autre face de l?homo sapiens, l?incarnation m?me de l?homo demens.
Comme tout bon raciste, il est aussi misogyne. Personne ne peut oublier les humiliations publiques faites ? son ?pouse, Laura Bush, lorsque le Pr?sident expliqua ? la presse que sa femme ne l?accompagnait pas ce jour-l????parce qu?il avait plu et qu?elle devait balayer l?entr?e de la maison puisque le lendemain le pr?sident de Chine, Jiang Zemin, devait leur rendre visite dans leur ranch de Crawford (Texas).??
Son compatriote, le vieil ?crivain Kurt Vonnegut n?a pas h?sit? un seul instant ? le d?crire comme ?tant le???plus sordide et pitoyable usurpateur d?op?rette qu?il soit possible d?imaginer??.
Mais allons droit au but. Que l?ambassadeur am?ricain garde sa path?tique m?saventure d?avoir ? d?fendre le plus d?lirant des habitants de la Maison-Blanche et moi, l?honneur de lui faire un proc?s avec l?arme la plus redoutable?: la parole.

IL S?AGIT DE COMPARER ADOLF HITLER ET GEORGE W. BUSH.

Il y a, bien ?videmment, des diff?rences. La premi?re consiste en ce que le criminel de guerre, auteur du massacre du peuple juif et du peuple sovi?tique, avait gagn? les ?lections avec une large majorit?, alors que l?autre criminel de guerre, auteur du massacre du peuple irakien, est arriv? au pouvoir de mani?re frauduleuse, ? travers le plus grand scandale ?lectoral de toute l?histoire am?ricaine.
D?un point de vue th?orique, la comparaison entre Bush et Hitler est correcte. Les sp?cialistes ont d?fini le nazisme comme ?tant la dictature terroriste du capital financier en expansion. Lorsque Bush devient un hors-la-loi en envahissant une nation sans d?fense, qui ne l?a pas agress?, pour s?emparer de ses richesses p?troli?res ? la deuxi?me plus grande au monde ? et qu?il annonce peu apr?s que d?autres nations pourvoyeuses de p?trole pourraient subir le m?me sort, il s?approche de la d?finition de la dictature terroriste du capital financier. Que cela lui plaise ou non.

George Bush porte le nazisme dans ses g?nes.

Son grand-p?re, Prescott Bush, fut d?j? l?associ? de Brown Harriman et l?un des propri?taires de l?Union Banking Corporation. Ces deux entreprises ont jou? un r?le cl? dans le financement qui a permis l?ascension de Hitler au pouvoir. Le 20 octobre 1942, le gouvernement am?ricain ordonna la confiscation de l?Union Banking Corporation, propri?t? de Prescott Bush, et il saisit les avoirs de la Corporation de Commerce am?ricano-hollandaise et de la Seamless Steel Corporation, toutes les deux g?r?es par la banque Bush-Hamman. Le 17 novembre de la m?me ann?e, Franklin Delano Roosevelt confisqua tous les biens de la Silesian American Corporation administr?e par Prescott Bush, car elle avait viol? la loi du commerce avec l?ennemi. L?arri?re-grand-p?re de notre George, guerrier de Dieu, Samuel Bush, p?re du nazi Prescott Bush, ?tait la main droite du magnat Clarence Dillon, roi de l?acier et du banquier Fritz Thyssen qui ?crivit le livre ??I paid Hitler?? (??J?ai financ? Hitler??) et devint membre du parti nazi en 1931 (Parti ouvrier national-socialiste allemand).
Et si notre ambassadeur a encore un quelconque doute sur l?odieuse alliance des Bush avec Hitler, je le prie de lire le brillant essai de Victor Thorn dans lequel il est mentionn? qu???Une importante partie de la fortune de la famille Bush provient de l?aide financi?re investie dans le soutien ? Adolf Hitler. L?actuel pr?sident des ?tats-Unis, ainsi que son p?re (ex-directeur de la CIA, vice-pr?sident et pr?sident), ont atteint le sommet de la hi?rarchie politique am?ricaine parce que leur grand-p?re, leur p?re et leur famille politique ont aid? et encourag? les nazis par le pass?.??
Et je ne mentionne encore pas les escroqueries de la famille Bush dont les quatre millions et demi de dollars ? la Broward Federal Savings ? Sunrise, Floride, ou l?escroquerie faite ? des millions d??pargnants de la Banque d??pargne Silverado (Denver, Colorado).
Arri?re-grand-p?re nazi, grand-p?re nazi, p?re qui n?a pas eu le temps de le devenir car Hitler s??tait d?j? suicid? dans les jardins de la Chancellerie en ruines, George a b?n?fici? de la fortune mal acquise de ses anc?tres.

Mais ne condamnons pas notre?homo demens?pour ses g?nes obscurs.

Jugeons-le seulement sur ses actes. Et comparons. Comparons seulement.
Comment Monsieur l?ambassadeur croit-il que le d?lirant caporal allemand est arriv? au sommet du pouvoir?? Hitler arrive au pouvoir ? travers des ?lections propres, mais il se heurte ? la Constitution de Weimar qui lui impose des limites que son omnipotence refuse d?accepter. Il planifie alors l?incendie du Reichstag et en une seule nuit il est couronn? en tant que d?cideur de la guerre ou de la paix.

Ces ?v?nements ne sont-ils pas familiers ? notre cher ambassadeur am?ricain??

L?INCENDIE DU REICHSTAG AM?RICAIN

La destruction criminelle des tours jumelles du World Trade Center ? New York fut la m?me bou?e de sauvetage que l?incendie du Reichstag.
Je ne vais certainement pas avoir l?audace de m?associer aux th?ses de ceux qui accusent le groupe belliciste ??bushien?? d?avoir planifi? ce massacre ou du moins de n?avoir rien fait pour emp?cher cette trag?die alors qu?il savait ce qui se pr?parait.
Il n?y a pas de preuves r?elles pour l?affirmer, malgr? le fait qu?il existe de multiples indices de n?gligence coupable, de vastes soup?ons amplifi?s par une censure de fer, sans pr?c?dent dans la d?mocratie moderne am?ricaine.
Le jour o? le peuple am?ricain aura r?cup?r? toute sa libert? d?information et son droit ? conna?tre la v?rit? sur ce mardi 11 septembre 2001 (informations aujourd?hui tr?s restreintes par le Patriot Act approuv? avec un seul vote contre ? celui d?une femme ? symbole de la dignit? nationale am?ricaine) on saura alors la raison pour laquelle les nombreux avertissements et mises en garde lanc?s ? travers tout le pays concernant cet acte terroriste n?ont pas ?t? ?cout?s et pourquoi les avions militaires ont mis quatre-vingts minutes pour d?coller et intercepter les appareils d?tourn?s, alors que l?on savait d?j? peu de temps apr?s leur d?collage de Boston, que des pirates de l?air avaient pris les commandes des avions et qu?ils se dirigeaient vers Washington?: en cas de d?tournement d?avion, le manuel d?alerte pr?voit une intervention des forces a?riennes en moins de cinq minutes.
On saura enfin pourquoi les restes du pr?sum? avion qui s?est ?cras? sur le Pentagone ont ?t? cach?s. On saura pourquoi le directeur des services secrets pakistanais, qui venait de se r?unir ? Washington avec Tenet, chef de la CIA am?ricaine, a fait verser par Islamabad ? comme l?a r?v?l? le journal conservateur?The Wall Street Journal?- la somme de 100 000 dollars ? Mohammed Atta, chef du commando-suicide contre les Tours Jumelles de New York. Sur cette terrifiante information, il est interdit de faire des recherches, car les libert?s civiles ont ?t? suspendues d?s que le Patriotic Act fut promulgu?.
Finalement on saura ?galement pourquoi quinze des vingt et un ravisseurs du commando-suicide ?taient originaires d?Arabie Saoudite, l?un des principaux alli?s des ?tats-Unis dans le golfe Persique. Il n?y avait pas un seul Irakien, pas m?me un seul par hasard.
Mais au-del? des soup?ons, il ne fait pas de doute que le d?r?gl? 43e pr?sident des ?tats-Unis, couronn? dans des ?lections frauduleuses, dans le cadre d?une impressionnante r?cession dont on ne voit point la fin, avec le plus bas niveau de popularit? au d?but de son mandat, a r?ussi ? dominer tout le sc?nario, obtenir des pouvoirs inconcevables auparavant dans une d?mocratie, ?tre ?lev? au rang d?Empereur vengeur pour laver l?affront commis par des barbares envers son peuple.

L?incendie du Reichstag am?ricain du 11 septembre a offert ? George W. la chance de sa vie.
La moins bonne des victoires ?lectorales d?un pr?sident des ?tats-Unis depuis 1876 s?est transform?e en une chance historique jamais donn?e ? un belliciste pour imposer au monde le nouvel ordre am?ricain.
Comme Hitler l?a fait dans le pass? en s?entourant de Goering, Goebbels, Himmler, Mengele, Eichmann, ? savoir d?une bande d?arnaqueurs semblables ? lui, tous fanatis?s par le pouvoir et la force, le pr?sident texan a cherch? ? se fa?onner une cuirasse protectrice par une garde de fer, plus belliqueuse que lui-m?me, pour le prot?ger de la tentation du doute et dont les membres portent tous sur le front la m?me marque que lui?: le sceau du p?trole. Le Vice-pr?sident Dick Cheney appartenait au groupe Halliburton Oil, le chef du Pentagone, Donald Rumsfeld est issu de la Compagnie p?troli?re occidentale, la conseill?re pour la S?curit? Nationale, la vieille fille Condoleeza Rice, dont le pr?nom ? ironie du sort ? signifie ??avec douceur??, fut un cadre important de la direction de Chevron et c?est pour lui faire honneur que des bateaux p?troliers ont re?u son pr?nom. M?me la secr?taire du minist?re de l?environnement, Gale Norton, est li?e au lobby du p?trole, tout comme Bush Senior l?a ?t? avec le groupe p?trolier Carlyle ou l?actuel pr?sident Bush Junior avec la Harkins Oil.
Ce quintette de la mort qui entoure le guerrier Bush est une v?ritable maffiocratie, comme l?a ?t? dans le pass? le quintette d?Hitler. Et ils se nourrissent d?une Bible tr?s particuli?re.
La philosophie de Hegel, Nietzsche, Schopenhauer qui a vivifi? et passionn? le cr?ateur de l?Holocauste du XXe si?cle a ?t? remplac?e par des sp?cimens moins cultiv?s et d?un niveau intellectuel assez bas, mais plus pragmatiques pour le nouvel Hitler du XXIe si?cle.

QUI SONT CES AUTEURS INTELLECTUELS INSPIRATEURS DE NOTRE QUINTETTE BELLIQUEUX??

Le Bostonien Henry Cabot Lodge qui affirme qu????au XIXe si?cle aucun peuple du monde n?a ?gal? nos conqu?tes, notre colonisation et notre expansion et aujourd?hui rien ne nous arr?tera??. Merse Henry Watterson a d?clar? que les ?tats-Unis sont???une grande r?publique imp?riale destin?e ? exercer une influence d?terminante sur l?humanit? et ? fa?onner l?avenir du monde, comme aucune autre nation ne l?a encore fait dans le pass?, m?me pas l?empire romain.??
Ou Charles Krauthammer qui a ?crit il y a ? peine quelques ann?es dans?The Washington Post?:???Les ?tats-Unis chevauchent dans le monde comme un colosse. Depuis que Rome a d?truit Carthage, aucune autre puissance dans le monde n?a atteint les sommets que nous connaissons. Les ?tats-Unis ont gagn? la Guerre Froide, ils ont mis dans leur orbite la Pologne et la R?publique Tch?que, apr?s avoir pulv?ris? la Serbie. Et du m?me coup ont d?montr? l?inexistence de l?Europe.??
Ou Robert Kaplan qui pr?cise que?:???La victoire des ?tats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale est aussi importante que la victoire de Rome dans la deuxi?me Guerre Punique qui la convertit en puissance universelle.??
Ou encore le tr?s connu historien Paul Kennedy qui nous explique que???ni la Pax Britannica, ni la France napol?onienne, ni l?Espagne de Felipe II, ni l?empire de Charlemagne, ni l?empire romain ne peuvent se comparer ? l?actuelle domination am?ricaine. Jamais il n?a exist? une telle disparit? de pouvoir dans le syst?me mondial.??
Ou le directeur de l?Institut des ?tudes Strat?giques Olin de l?Universit? de Harvard, le professeur Stephan Peter Rosen qui nous dit que?:???Notre objectif n?est pas de lutter contre un rival car celui-ci n?existe pas, mais de pr?server notre position imp?riale et maintenir cet ordre imp?rial.??
Ou l?ineffable Zbigniew Brzezinski qui a d?clar? que???l?objectif des ?tats-Unis doit ?tre celui de maintenir nos vassaux dans un ?tat de d?pendance, garantir la docilit? et la protection de nos sujets et pr?venir l?unification des barbares.??
Ou le Pr?sident Wilson qui a parl? au Congr?s de l?Union??qu?il apprendrait aux r?publiques sud-am?ricaines de choisir de bons d?put?s??.
Ou le c?l?bre Billy Sunday qui a fait le portrait du gauchiste latino-am?ricain comme celui d?un type???qui a un museau de porc-?pic et une haleine qui ferait fuir un renardeau??, il a ajout? que???s?il le pouvait, il les mettrait tous en prison jusqu?? ce que leurs pattes sortent par les fen?tres??.

?coutons maintenant Dick Cheney, l?actuel Vice-pr?sident des ?tats-Unis et le Secr?taire de la D?fense, Donald Rumsfeld, qui constituent avec Condolezza Rice un triangle belliqueux plus redoutable que celui des Bermudes.
Le Vice-pr?sident Cheney a d?clar? avant cette guerre sainte?:??Les ?tats-Unis n?ont pas ? rougir d??tre une superpuissance et ils ont le devoir d?agir avec force pour construire un monde ? l?image des ?tats-Unis.???Le chef du Pentagone a ?t? encore plus clair au cas o? nous n?aurions pas compris. Rumsfeld a dit en citant la phrase pr?f?r?e d?Al Capone?:???On obtient davantage avec un mot aimable et un revolver qu?avec un mot aimable seulement.??
Le langage qui nourrit l??piderme et les neurones de Bush est un langage encratique, autoritaire, d?intimidation qui conduit in?vitablement ? la perversion morale de la fin qui justifie les moyens. La caract?ristique essentielle du langage de la ??bande Bush??, comme pour le langage nazi, est la simplification, le r?ductionnisme et l?intimidation. Le langage de ce groupe pr?dateur est un langage sch?matique, ?motionnel, charg? de pr?jug?s qui incite ? l?exaltation des sentiments les plus nobles du peuple. Je n?ai pas le moindre doute que Bush se nourrit d?un langage nazi.
Bush ne croit pas, comme Hitler ne le croyait pas non plus, ? un ?tat de droit, qui n?est pas l??tat qui poss?de des lois, sinon l??tat qui se soumet lui-m?me ? l?empire de la loi et ne peut la transgresser pour aucun motif, et encore moins pour une raison d??tat. C?est au nom de la raison d??tat ou de la Patrie ou de la S?curit? nationale que sont commises les pires atrocit?s.
Y a-t-il une diff?rence entre la construction intellectuelle de Bush et celle d?Hitler dans le cadre de la raison d??tat?? Je ne le pense pas. Seulement des diff?rences de style, d??poque et de magnitude en ce qui concerne la force utilis?e et le pouvoir.

Le discours de la ??bande Bush?? est un discours de ma?tre ? esclave. Il n?y a pas de diff?rences avec le discours de la bande d?Hitler.

L?un est plus gentil que l?autre. Quoique l?histoire est en train de prouver que le moins gentil a ?t? le moins meurtrier.
Civilisation, barbarie, pacification des barbares, peuple ?lu?: jusqu?? la race ?lue il n?y a qu?un pas. Enfin, tout cela ne nous rappelle-t-il pas l?histoire du psychopathe ? la petite moustache??
En parlant de la petite moustache, le r?cit d?un conseiller influent de la s?curit? am?ricaine qui habite ? Washington est tr?s instructif. Il a racont? au magazine argentin?Noticias?:??Pour le meilleur ou pour le pire George Bush Jr. est l?homme indiqu? pour mener cette guerre [NDE?: en Irak]. Il est n? pour ?a. La puissance qui lui vient de l?int?rieur le fait trembler. Quand quelqu?un parle avec lui dans son bureau, on dirait qu?il va d?vorer celui qui est en face. Il s?assied au bord du fauteuil, presque sans s?appuyer et agite les bras comme s?il ne savait pas quoi en faire. Il a besoin d?action.??
Quelle imitation de la gestuelle du dictateur nazi?! Bien que le flegme du cow-boy texan, revolver ? la ceinture, ne ressemble pas ? la rage presque ?pileptique du Teuton, qui s??touffe en parlant et en gesticulant. Le corps de Bush ne crache pas en parlant. C?est son ?me qui crache de la haine et de la violence et engendre la terreur. Mais ?a ne lui fait rien. Il doit avoir bien appris le ??Oderint dum Metuant?? de l?empereur romain Caligula?:???Laissez-les nous ha?r du moment qu?ils nous craignent.??
L?incontinence ?motionnelle de Bush est d?j? un classique et, comme Adolf, il ne peut pas admettre un NON. Sa femme Laura Bush a rappel? ? la presse que la premi?re fois qu?elle a dit ? son mari que l?un de ses discours ne lui plaisait pas, celui-ci, furieux, a fracass? sa voiture contre le mur du garage ? l?entr?e de leur maison.
Il se sent comme le?numen?nazi, un envoy? de Dieu, qu?il invoque dans n?importe quelle circonstance. Il a d?cr?t? que toutes les r?unions de son Cabinet doivent commencer avec une pri?re. Il dit avoir consult? Dieu avant d?attaquer l?Irak, au m?pris de l?opinion de la grande majorit? des nations de la plan?te et des 90% d??tres humains qui ?taient contre. Il essaie d?imiter le pr?sident William McKinley lors de l?invasion des Philippines pour ?vang?liser les indig?nes, tout en culpabilisant Dieu de l?avoir forc? ? entrer dans ce pays.
Autre co?ncidence entre ces vies parall?les qui aurait enchant? Plutarque?: tant Hitler que Bush auraient pu ?viter de se trouver dans le mus?e de grands bouffons de l?histoire, s?ils avaient eu un psychanalyste ? leurs c?t?s. Un bon psychanalyste les aurait tous deux aid?s ?norm?ment ? canaliser leur libido vers des occupations plus normales, sublimant ainsi le seul aphrodisiaque qu?ils poss?dent, soit le pouvoir universel et cruel sur autrui.

Continuons avec les ressemblances entre le guerrier de la race aryenne et le guerrier de Dieu, comme Telma Luzzani a surnomm? notre Texan exalt?.

Bush proclame?urbi et orbi?le bien-fond? de la guerre pr?ventive. Dwight Eisenhower en 1953 n?a pas h?sit? un seul instant ? ce sujet?:???La guerre pr?ventive est une invention d?Adolf Hitler. Franchement, je ne prendrais au s?rieux aucune personne qui proposerait une chose pareille.??
Demandons-nous?: guerre pr?ventive contre qui?? C?est bien connu que la premi?re victime d?une guerre est la v?rit?. Et la premi?re chose que fait Bush pour fabriquer sa guerre pr?ventive, apr?s l?incendie du Reichstag, c?est de nous mentir fa?on Goebbels, d?une mani?re si primaire qu?? la fin personne n?a plus rien cru. D?abord il a dit que l?Irak soutenait Al Qaida. Il a ?t? prouv? peu apr?s qu?une haine irr?conciliable existait entre Saddam Hussein et l?ancien employ? des ?tats-Unis, Oussama Ben Laden. Puis Bush a demand? d?inclure l?Irak dans le courant fondamentaliste musulman. Difficile ? croire, car l?Irak ?tait le pays le plus la?c du monde arabe. Alors on a invoqu? les armes de destruction massive. Bush a assur? que l?Irak ne permettrait pas les inspections et quand l?Irak les a permises, il a alors r?p?t? que Saddam ne laisserait pas entrer les inspecteurs de l?ONU dans les palais et les endroits strat?giques. Quand il a accept?, l?administration Bush a voulu nous faire croire qu?elles ?taient bien cach?es. Finalement, on n?en a pas trouv? une seule. Quand tous ces arguments ont ?t? r?duits ? n?ant, ils ont alors demand? l?abandon du pouvoir ou l?exil de Saddam Hussein et c?est ? ce moment-l?, qu?ils ont admis la seule et r?elle v?rit??: nous voulons occuper le territoire irakien quoi qu?il arrive et d?cider qui va le gouverner. C?est la d?mocratie plan?taire, nous dit-on. Les m?mes op?rations manipulatrices de d?sinformation que Hitler a utilis? contre la Tch?coslovaquie, l?Autriche et la Pologne. Le m?me type d?excuses changeant au fur et ? mesure qu?elles ?taient an?anties.
Autre ressemblance?: le m?pris de la communaut? internationale et de l?opinion publique mondiale. Hitler a d?truit la Soci?t? des Nations fond?e en 1919. Bush a r?duit en miettes les Nations unies, obtenant contre lui la plus grande opposition ? un pays depuis la fondation de l?ONU en 1945?: 170 pays contre la guerre, seulement 30 pays en sa faveur, la plupart d?entre eux des nations ?mergentes de l?ex-Union sovi?tique et qui se vendent au plus offrant.
Mais la plus grand d?faite diplomatique depuis la fondation de l?ONU n?a ?t? un obstacle ni pour l?un ni pour l?autre. Pour Hitler, le refus et la col?re des peuples du monde contre son action ont ?t? sans importance. Bush veut surpasser le Teuton. Les manifestations contre lui ? sans pr?c?dent sur la plan?te?-, se transforment en musique guerri?re ? son ou?e wagn?rienne. Face ? lui, il y a l?esprit de Seattle qui a fond? en 1999 le mouvement anti-mondialisation et pacifiste le plus imposant de l?histoire universelle. Mais rien ne l?arr?te.
C??tait r?voltant de voir comme on a trait? Hans Blix, chef des inspecteurs de l?ONU, avec ses 75 ans qui devraient inspirer le respect, originaire de cette merveilleuse ville glac?e d?Uppsala, dans une Su?de social-d?mocrate, un digne adepte des traditions d?mocratiques du martyr Olof Palme.

LE M?PRIS ENVERS LES GENS ET LEURS DROITS EST LE MOTEUR DE SON HUMANISME

?coutons le mar?chal Goering devant ses juges ? Nuremberg?:??Naturellement, les gens ne veulent pas la guerre, mais apr?s tout, ce sont les dirigeants d?un pays qui d?terminent la politique, c?est facile ensuite d?entra?ner le peuple. Qu?il dispose de la libert? d?expression ou pas, on peut amener le peuple o? l?on veut et lui faire ce que veulent les gouvernants. C?est tr?s facile. Il suffit de leur dire qu?ils sont en train d??tre attaqu?s et de d?noncer les pacifistes pour leur manque de patriotisme qui met le pays en danger.???Ces paroles sont du nazi Goering en 1945 et non celles de Bush. La seule diff?rence, c?est que le nazi Goering l?a dit en allemand et Bush en anglais.
L?invasion d?une nation souveraine qui n?avait agress? personne avait besoin d?une l?gitimation ?thique, bien qu?illicite?: renverser le tyran Saddam Hussein et imposer par la force un gouvernement ??d?mocratique et populaire??. Tout cela semble tr?s beau, m?me si la communaut? internationale et les normes qui la r?gissent en soient le prix ? payer.
Mais cela n?est pas vrai. Personne ne met en doute que Saddam Hussein est un sinistre dictateur, qui a assassin? son peuple et que son parti socialiste Bass, n?a rien de socialiste du tout. Mais qui va croire que Bush va instaurer la ??d?mocratie?? en Irak, alors que ses pr?d?cesseurs qui ont administr? l?Am?rique, moins nazis que lui, ont envahi et occup? pendant des ann?es et des ann?es des nations souveraines et ont install? des dictatures f?roces qu?ils ont soutenues et prot?g?es contre leur propre peuple?? Par exemple Somoza au Nicaragua, Duvalier en Ha?ti, Trujillo en R?publique Dominicaine, Pinochet au Chili. Tout comme les r?gimes fantoches et despotiques qui furent impos?s par les nazis lors de l?occupation de l?Europe, y compris la France anti-de Gaulle du mar?chal P?tain.
Hitler a envahi l?Europe ? la recherche de son?Lebensraum, pour ?tendre son territoire et satisfaire son besoin en mati?res premi?res et soutenir le d?veloppement ?conomique allemand servant ? l??dification du nouvel empire germanique, qui vengerait l?affront du Trait? de Versailles. De la m?me fa?on Bush va ? la recherche de son propre?Lebensraum. UnLebensraum?qui dans notre monde d?aujourd?hui ne se mesure plus par la quantit? de kilom?tres de territoire physiquement occup?s, mais par la domination ?conomique et politique qu?on exerce sur ces lieux, dirig?e ? partir de lointains centres financiers.

Les objectifs de notre nouvel Hitler sont multiples.

LE P?TROLE

En premier lieu, s?approprier le r?servoir d?essence du capitalisme mondial qui n?est autre que le golfe Persique. Bush sait tr?s bien que dans dix ans, le p?trole produit par son pays, locomotive commerciale du monde, s??puisera irr?m?diablement. Dans quarante ans il n?existera plus de p?trole sur la plan?te. C?est une course contre la montre. Selon la?Statistical Review, la d?couverte de nouveaux gisements p?troliers ?nerg?tiques diminue de mani?re pr?occupante. Elle a augment? seulement de 5% contre 45% lors de la d?cade ant?rieure. Les 65% de r?serves sont situ?es au Moyen-Orient. Des 77 millions de barils produits chaque jour dans le monde entier, les ?tats-Unis en consomment vingt millions quotidiennement, mais seulement dix millions sont produits par les Nord-Am?ricains. Ils sont donc tributaires des autres pour rester une superpuissance. L?objectif de l?attaque en Irak, deuxi?me r?serve mondiale p?troli?re, ?tait de contr?ler ces gisements, contr?ler leur prix et leur production. Ne parlons plus d?armes cach?es ni de n?importe quoi. Comme l?a dit l??crivain Eduardo Galeano, si l?Irak ?tait un producteur de radis au lieu de p?trole, qui aurait eu l?id?e de l?envahir??

Pour Bush, le p?trole est l?. Il n?y a qu?? le prendre et se servir. Il ne sait pas qu?il peut s??touffer en mangeant.

Le deuxi?me coup de Bush consiste ? discipliner son alli?, l?Arabie Saoudite, premier producteur mondial de p?trole et la plus grande r?serve ?nerg?tique du monde, dont les prix ne conviennent pas aux int?r?ts am?ricains. Le troisi?me objectif, tel que r?v?l? en f?vrier de cette ann?e par John Bolton, sous-secr?taire d??tat, c?est envahir l?Iran et la Syrie qui, avec la Cor?e du Nord, constituent ??l?axe du mal?? et si la situation est favorable, inclure la Libye dans ce saint des saints. Le quatri?me pas consiste ? d?truire l?OPEP et ? s?approprier les combustibles fossiles du monde. S?il n?arrive pas ? exproprier les gisements fossiles et ne trouve pas ? temps de solutions alternatives ?nerg?tiques, le capitalisme am?ricain devra modifier le mod?le de consommation de son peuple et il risque de perdre le point d?appui de son h?g?monie mondiale. Le cinqui?me objectif est repr?sent? par les fructueuses affaires de la reconstruction de l?Irak sur lequel vont se jeter les quelque 500 transnationales qui contr?lent le monde, la plupart am?ricaines. Le sixi?me objectif n?est pas moins important et il se nourrit des enseignements de Lord Keynes?: utiliser l?industrie militaire pour sortir de la profonde r?cession dans laquelle est plong?e l??conomie am?ricaine dont le taux de croissance est z?ro. N?oublions pas qu?une guerre ne se gagne pas quand on a impos? la supr?matie militaire sur l?adversaire, mais lorsqu?on obtient les b?n?fices ?conomiques qui sont la quintessence et la raison de son d?clenchement.

IMPOSER LA SUPR?MATIE DU DOLLAR FACE ? L?EURO

On ne peut pas continuer sans mentionner le dernier objectif et peut-?tre le plus important de cette guerre?: imposer la supr?matie du dollar face ? l?euro, qui ces derniers temps n?a pas arr?t? de donner une racl?e au dollar sur divers fronts inattendus, mettant en danger le privil?ge et l?importance am?ricaine dans la commercialisation du p?trole. Le dollar a chut? ces derniers mois par rapport ? l?euro de 17%, chiffres inimaginables depuis la cr?ation de la monnaie unique europ?enne. La d?cision iraquienne de libeller 10 milliards de dollars de leurs r?serves en monnaie europ?enne a contribu? ? cette d?pr?ciation etaprovoqu?unesecoussesismiquepourle dollar. C?est une raison de plus pour attaquer l?Irak, car un gouvernement fantoche et ? la solde des ?tats-Unis renverra s?rement ce montant en zone dollar. La Russie libelle ses op?rations p?troli?res en euros?; l?Iran et d?autres pays de l?OPEP sont en train d??tudier la possibilit? d?abandonner le dollar pour l?euro. Les ?conomistes pr?voient que si cela arrive, il se produira une d?pr?ciation inusit?e du dollar qui fera plonger la valeur des actifs am?ricains, provoquant l?effondrement du g?ant aux pieds d?argile comme dans les ann?es trente.

L?invasion est aussi due au besoin d?un nouveau partage du monde apr?s l??chec des accords de la triade (?tats-Unis, Europe et Japon) en 1998 sous les auspices de l?OCDE ? Paris et ceux de la r?union de l?OMC ? Washington. Il n?y a pas eu d?accord pour la r?partition du march? mondial menac? par une diminution du pourcentage du produit brut mondial, qui ? la fin du si?cle dernier avait atteint un degr? de concentration de 50?% dans les mains des membres de la triade et de ses transnationales. L??chec du n?olib?ralisme pour maintenir le plus grand taux d?exploitation de nations d?pendantes, la fatigue et la d?cadence de l?h?g?monie unipolaire et la possibilit? relativement proche d?une crise mondiale qui transformerait l?arrogante domination d?aujourd?hui en une h?g?monie en haillons, tous ces enjeux sont ? l?origine de cet acte de piraterie internationale.
L?Europe n?a pas accept? cette r?partition et a attaqu? avec son euro. Les ?tats-Unis ont r?pliqu? avec l?instinct des b?tes et s?ils parviennent ? contr?ler les lacs d?or noir, ils auront du p?trole bon march? et abondant pendant que leurs alli?s le paieront cher et ne l?obtiendront qu?au compte-gouttes et leurs ?conomies en souffriront.
Voil? le plan de guerre. C?est le m?me objectif de domination ?conomique qui a pouss? Hitler dans les bras de Mars, avec la devise?: ??Occuper, administrer, exploiter??. De l? ? dire que Bush y parviendra, il y a un long chemin. Surtout si l?on sait que cette guerre, pour la premi?re fois, il devra la financer ?conomiquement tout seul. L?invasion pr?c?dente de l?Irak avait ?t? l?gitim?e par la communaut? internationale et pay?e par tous les pays. Cette fois-ci, il s?agit d?une invasion ill?gitime, un crime de l?se-humanit? contre le monde civilis?, et les ?tats-Unis la paieront seuls, sauf une petite partie qui sera prise en charge par le Royaume-Uni du ren?gat Blair. Tout cela repr?sente beaucoup d?argent. Suffisamment pour d?stabiliser encore un peu plus le ma?tre de la petite machine ? faire des dollars, install? dans le D?partement du Tr?sor de la nation la plus endett?e de la plan?te?: les ?tats-Unis d?Am?rique.

LA STRAT?GIE MILITAIRE NAZIE

Une fois d?termin?s les objectifs royaux, Bush et sa bande de faucons ont patent? la strat?gie militaire nazie?: la tristement c?l?bre?Blitzkrieg?- la guerre ?clair ? avec laquelle les nazis ont d?vast? l?Europe, combinant des attaques de divisions enti?res de tanks Panzers, appuy?s par des vagues d?avions et des pi?ces d?artillerie. Les temps changent et la?blitzkrieg?nazie s?est transform?e en?super-blitzkrieg?am?ricaine, mais la modalit? invent?e par les mar?chaux d?Hitler est la m?me que celle de Bush, bien qu?avec une puissance de feu mille fois sup?rieure.
Une autre ressemblance?: le d?s?quilibre des forces en pr?sence. L?invasion nazie de la Tch?coslovaquie et de la Pologne, o? la cavalerie polonaise s?est heurt?e ? des tanks allemands apr?s avoir ?t? d?cim?e par l?aviation, n?est rien en comparaison avec la puissance de feu infernale de la plus grande broyeuse technologique de l?histoire, comme si les Polonais s??taient d?fendus avec des frondes face ? la Luftwaffe de Goering. Lors de la premi?re invasion de l?Irak, les pertes irakiennes se sont mont?es ? 120 000 hommes contre 137 Am?ricains morts et 7 disparus. Mise ? part la Garde r?publicaine de Saddam, l?arm?e irakienne n?est plus compos?e que par des paysans fam?liques sans entra?nement, ni technologie, ni armement ad?quat, face ? plus de 300 000 soldats entra?n?s ann?e apr?s ann?e pour tuer sans se poser de questions.
Que peut faire un pays qui a un budget militaire de 1400 millions de dollars contre un autre qui investit 400 000 millions de dollars annuellement dans ses Forces arm?es?? Et comme si cela n??tait pas suffisant, Bush vient de demander encore quelque 75 000 millions de dollars de pourboire pour ce massacre. Il promet en ?change que le butin de guerre compensera largement l?investissement.
Avant de commencer le massacre, l?arm?e irakienne a ?t? saign?e comme on saigne un taureau de combat quand il p?n?tre dans l?ar?ne pour que le tor?ador coure moins de risques. Une d?cade de sanctions ?conomiques, d?embargos, de manque de pi?ces de rechange, une arm?e sans avions, avec un nombre de tanks limit?, peu de batteries anti-a?riennes et seulement ?quip?e de vieux fusils d?assaut AK-47, toutes ces mesures ont mis ? genoux le taureau iraquien. Le tor?ador n?a plus qu?? plonger son ?p?e et attendre l?agonie. Cependant les nouvelles du front ont d?montr? que, m?me saign?, le taureau a ch?rement vendu sa peau.
Le vagabond viennois devenu proph?te de la race aryenne, Adolf Hitler, a attaqu? sans respect les grands tr?sors de l?humanit?, d?truisant des villes magnifiques, des cultures irr?cup?rables et des monuments fantastiques cr??s par l??tre humain au fil des si?cles. Imitant le prot?g? de sa famille, George Bush est entr? ? grand fracas dans le berceau de l?humanit?, la M?sopotamie, l?Irak d?il y a 8 000 ans, ??le pays entre les fleuves??. C?est l? qu?est n? le premier ?tat, la premi?re civilisation agraire et que l??criture cun?iforme a ?t? invent?e. Dans le pays de la l?gendaire biblioth?que de Ninive, celui de la Tour de Babel, des jardins suspendus de Babylone, entre l?Euphrate et le Tigre, Bush se lance sans mis?ricorde dans la premi?re guerre pr?ventive du XXIe si?cle. Il devra r?pondre lui aussi pour les tr?sors culturels qu?il a ras?s. Sonhomo demens?devra rendre des comptes ? l?homo sapiens. Comme ce fut le cas pour Hitler et ses complices qui ont d? rendre des comptes ? l?histoire au proc?s de Nuremberg.
L?ambassadeur des ?tats-Unis d?Am?rique en Uruguay dit dans son communiqu? de presse en guise de r?ponse au journal?La Rep?blica??tre constern? par la comparaison de son pr?sident avec Hitler. Il explique que Bush est en train de faire en Irak la m?me chose qu?ont fait les USA en lib?rant l?Europe du nazisme.
Je pense que c?est une insulte ? l?intelligence que de comparer le brillant auteur du?New Deal, Franklin Delano Roosevelt, avec cet ?nergum?ne du pouvoir qui tue les id?es au nom des id?es, et les hommes avec.
Roosevelt est entr? en guerre avec la l?gitimit? que lui conf?raient tous les peuples confront?s ? la barbarie nazie. En premier lieu, le peuple sovi?tique qui a sacrifi? sur l?autel du Moloch germanique trente millions de ses meilleurs hommes, femmes et enfants pour changer le cours de la guerre quand le Troisi?me Reich ?tait encore invaincu. Bush fait comme Hitler et non pas comme Roosevelt. Bush viole toutes les lois internationales, il affronte les Nations unies et comme Hitler il envahit une nation pratiquement d?sarm?e qui ne l?a attaqu? ? aucun moment.
De plus, il convient de pr?ciser par rapport ? ladite lib?ration de l?Europe par les ?tats-Unis, ? travers le don h?ro?que de la vie des soldats am?ricains, que l?entr?e dans la conflagration fut tr?s tardive, presque ? la fin du conflit quand l?Allemagne ?tait d?j? us?e par la r?sistance sovi?tique, qui se mesurait alors seule aux 95?% du potentiel militaire nazi concentr? sur le front oriental. Les ?tats-Unis furent les seuls b?n?ficiaires de la Deuxi?me Guerre mondiale, pendant et apr?s le conflit. Pendant, comme l?explique si bien Heinz Dieterich dans?La Republica, parce qu?ils d?velopp?rent, loin des champs de bataille, leur industrie et leur agriculture en augmentant les salaires r?els de 1941 ? 1945 de 27?%, en g?n?rant dix-sept millions de nouveaux postes de travail et en offrant en 1944 davantage de produits et services ? leur population qu?avant la guerre. Apr?s la guerre, ils demand?rent le prix de leur participation multipli?e par dix. ? Yalta, ils s??rig?rent en premi?re puissance de la plan?te, prenant la place de l?Angleterre, bien que craignant aussi, il est vrai, l?Union Sovi?tique, son nouvel adversaire historique.
Et de m?me que nous affirmons qu?il est insultant de comparer Bush ? Roosevelt, il convient de pr?ciser qu?il ne faut pas non plus confondre les p?res fondateurs de la d?mocratie am?ricaine, ces h?ros de la libert?, George Washington, Abraham Lincoln, Thomas Jefferson, avec ce p?dagogue du crime, ce plouc de la mort, qui ? la t?l?vision ne peut cacher son expression sournoise de l?che. Charles de Gaulle, courageux rebelle de la France anti-nazie, demandait un jour au grand philosophe Jean Guitton?:???Qu?est-ce la l?chet?, ma?tre?????? ce puits de sagesse de r?pondre?:???La l?chet?, G?n?ral, c?est de rechercher l?approbation et non la v?rit??; les m?dailles et non l?honneur, la promotion et non le service rendu?; le pouvoir et non le salut de l?humanit?.???Que cette r?ponse s?applique bien ? notre nouvel Hitler qui dit d?fendre les Droits humains des Irakiens, alors qu?il se sp?cialise dans leur conversion en d?chets humains?!
Mais ce comportement nous surprend-il vraiment de la part d?un dirigeant qui nie ne pas vouloir sauver la plan?te de la d?vastation en refusant de signer les protocoles de Kyoto, approuv?s ? l?unanimit? par la communaut? internationale?? Un dirigeant qui a rejet? le contr?le des armes bact?riologiques parce qu?il estimait que l?accord pour ?viter la prolif?ration de ces arsenaux portait pr?judice ? son pays. Un dirigeant qui exige des nations ind?pendantes qu?elles signent un document dans lequel elles renoncent ? leur droit de juger des citoyens am?ricains pour des d?lits commis ? l??tranger. Un dirigeant qui refuse de signer et de participer ? la Cour P?nale Internationale, cr??e r?cemment par la communaut? mondiale pour juger les crimes de l?humanit?. En rejetant une institution approuv?e par plus de 190 pays, avec seulement 7 pays contre, son vote co?ncide avec celui du pays envahi, l?Irak, qui lui non plus ne veut pas qu?il existe dans le monde une Cour P?nale de dix-huit jur?s ind?pendants pour emp?cher l?galement que des crimes de guerre continuent ? ?tre perp?tr?s, tant par le gouvernement des ?tats-Unis que par celui de l?Irak.
Que peut-on attendre d?un dirigeant qui, dans son propre pays, berceau des traditions d?mocratiques, a suspendu les droits civils, instaur? la censure, les listes noires, l??limination de l?Habeas corpus, droit pour lequel tant de g?n?rations ont donn? la vie, imposant des jugements clandestins, des prisons secr?tes, et le d?lit d?opinion, plongeant ainsi sa soci?t? dans la nuit noire du marasme le plus anachronique??

NATIONALISME ET FAUX PATRIOTISME

Malgr? tout, il dispose actuellement d?une importante majorit? silencieuse dans son propre pays en faveur de l?horreur de la guerre, au beau milieu d?une gigantesque panne intellectuelle dans la soci?t? am?ricaine, provoqu?e par la d?sinformation, la d?formation de la r?alit? ?rig?e en syst?me, la douleur l?gitime apr?s l?attaque criminelle contre les Tours Jumelles qui a fait p?rir pr?s de quatre mille ?tres humains, et un nationalisme attis? par le Tartuffe de la Maison-Blanche. Le nationalisme et le faux patriotisme constituent un lien suppl?mentaire, une ressemblance de plus, le cha?non qui unit Bush ? Hitler. Ce type de nationalisme est le dernier refuge des canailles qui sont soutenues par la culture des ignorants. Albert Einstein le d?crivait fort bien?:???Le nationalisme est une maladie infantile, la rougeole de l?humanit?.??
Mais un mouvement populaire commence enfin ? se d?velopper depuis la base, la racine, dans les meilleures traditions civiles du peuple am?ricain, pour s?exprimer dans les grandes villes, pour arr?ter, avec l??nergie mentale engendr?e par la conviction d?avoir raison, les crimes en s?rie que la plus monstrueuse iniquit? belliqueuse des derni?res d?cennies est en train de construire. Le peuple am?ricain, lentement il est vrai, commence ? comprendre que???la libert? ne peut ?tre fertile pour les peuples qui ont le front t?ch? de sang??.

QUI SE D?CIDERA ? ARR?TER CE PSYCHOPATHE??

C?est la question qui circule ? travers toute la plan?te.

Les Nations unies n?ont pas pu le faire. L?OTAN non plus. Leurs alli?s europ?ens ont ?t? tromp?s et humili?s. Mais du fin fond de l?histoire, l?antidote commence son incubation. Tous les empires et leurs proph?tes ont gliss? d?une victoire ? l?autre jusqu?? leur ?croulement final. Et cet empire tout comme son empereur, ? qui il importe peu de gagner l?esprit et les c?urs des peuples du monde, qui est sourd ou feint la d?mence face ? la r?volte ?norme du sens commun, devant le grand g?missement des soci?t?s sorti des entrailles exasp?r?es des multitudes, qui se sont jet?es sur les routes du monde entier, clamant pour la paix et la cessation du massacre, cet empereur devra finalement comprendre que dans cette croisade le vainqueur n?obtiendra que les d?pouilles.
Les hommes comme Bush pensent que les crimes s?enterrent et s?oublient. Ils se trompent car le souvenir des crimes survit. Les gens en ont assez de la violence. Ils en ont assez des vendettas mis?rables des uns contre les autres. Ils veulent mettre fin ? l??re des assassinats. Si on les conduit vers des impasses, ils r?agiront.
Le discours sinistre du ma?tre et de l?esclave se termine presque toujours par la f?rocit? de l?esclave qui n?a plus rien ? perdre. Spartacus dixit. La protestation continue dans tous les recoins de la plan?te. Il n?y a jamais eu d?empire aussi orphelin de soutien que celui incarn? aujourd?hui par ce toxicomane du pouvoir. Cet immense mouvement mondial contre Bush seulement comparable au mouvement mondial contre Hitler fait face au strabisme classique des messies qui les emp?che de voir la r?alit?. Le strabisme est une disposition vicieuse et malsaine des yeux qui fait que les deux axes visuels ne se dirigent pas en m?me temps sur le m?me sujet. Ils voient la r?alit? d?form?e.
Le chuchotement de millions de personnes peut se transformer en bras qui arr?teront cette folie.
Il ne faut pas avoir peur de ces g?ants qui ignorent les lois de l?histoire. Ils sont plus rus?s qu?intelligents. C?est ce qui les renvoie au monde des dinosaures, ces animaux gigantesques qui avaient d?velopp? un corps ?norme pour une t?te minuscule. Quand les grands changements climatiques sont arriv?s, leurs minuscules t?tes n?ont pas su s?adapter. Contrairement aux moustiques.

Il existe un proverbe allemand qui se r?f?re ? Hitler ainsi?:??Quand tu vois un g?ant, ?tudie d?abord la position du soleil, il pourrait en fait s?agir de l?ombre d?un nain.???Nous ne savons pas encore quelle est la part de g?ant et quelle est la part de nain de notre nouvel Hitler.
Souvenez-vous de Gandhi, cet incendie moral qui alerta les consciences. Avec sa seule voix et sa conduite non-violente, il a mis ? genoux l?empire le plus important de son ?poque. Gandhi disait que le silence des bons est le grand mal perp?tr? par les mauvais. Ce silence n?existe plus aujourd?hui. Tous les peuples, ceux des pays riches comme ceux des pays pauvres, gouvern?s par la droite ou par la gauche, tous ? l?exception de celui qui habite le pays agresseur, qui commence peu ? peu ? sortir de sa torpeur, tous ont pris conscience que pour la premi?re fois au XXIe si?cle, la guerre, en tant que croisade irrationnelle, peut changer l?humanit?. Ils savent qu?une guerre injuste est une catastrophe qui paralyse et scl?rose la rencontre de l??tre humain avec l?humanit?. Ils unissent leurs mains plan?taires pour dire au tueur ? gages de la Maison-Blanche qu?il existe une vie et une race moins sordide que la sienne. Et qu?il vaut la peine que nous nous levions pour la d?fendre.

Ceci est ma r?ponse, Monsieur l?Ambassadeur.

Montevideo, Uruguay, le 30 mars 2003.

A propos de

avatar

Check Also

L’Ekranoplan d’Alexeïev, une formule d’avenir ? (3)

Le père des ekranoplanes subsistants actuellement est allemand.  Il s’appelle Hanno Fischer, il est aujourd’hui ...