Accueil / T Y P E S / Articles / Critias l?Ath?e!!!

Critias l?Ath?e!!!


ANDR? LEFEBVRE:

Critias et Tim?e

Critias fut un po?te et un politicien grec qui, la derni?re ann?es de sa vie, participa, en 404 av J.C., ? l?instauration de la ??Tyrannie des trente?? dont il fit partie. Il en fut un membre influent. Cette tyrannie, appuy?e par Sparte, s?av?ra cruelle pour les grecs. Elle condamna, entre autres, Socrate ? la mort. Critias fut reconnu pour sa rapacit? et sa cruaut?. Ce qui est assez ?tonnant, ? premi?re vue, de la part d?un habitu? de Platon et de Socrate, durant sa jeunesse; mais qui s?explique par un extrait de l?un de se propres ?crits?: Sisyphe?:

??Il fut un temps o? la vie des hommes ?tait sans r?gle, comme celle des b?tes et au service de la force, o? les hommes honn?tes n?avaient nulle r?compense, ni les m?chants, non plus, de punition. Je pense que c?est plus tard que les hommes ?tablirent des lois punitives pour que la justice f?t reine sur le genre humain et qu?elle maint?nt les d?bordements en esclavage?: on ?tait ch?ti? chaque fois qu?on commettait une faute. Plus tard, encore, comme les lois emp?chaient les hommes de mettre de la violence dans les actes commis ouvertement, mais qu?ils en commettaient en cachette, c?est alors, je pense, que, pour la premi?re fois, un homme avis? et de sage intention inventa pour les mortels la crainte de dieux, en sorte qu?il y e?t quelque chose ? redouter pour les m?chants, m?me s?ils cachent leurs actes, leurs paroles ou leurs pens?es. Voil? donc pourquoi il introduisit l?id?e de divinit?, au sens qu?il existe un ?tre sup?rieur qui jouit d?une vie ?ternelle, qui entend et voit en esprit, qui comprend et surveille ces choses, qui est dot? d?une nature divine?: ainsi, il entendra tout ce qui se dit chez les mortels et sera capable de voir tout ce qui se fait. Si tu m?dites en secret quelque forfait, celui-ci n??chappera pas aux dieux, car il y a en eux la capacit? de le comprendre.??

Il explique ainsi l?apparition de la notion de divinit?. En r?alit? il explique que la divinit? est une ??cr?ation?? de l?homme pour contr?ler les ??fautes commises en cachette??. Il pr?c?de donc, et de beaucoup, ceux qui, pompeusement, affirment que Dieu fut cr?? par l?homme. La notion n?est pas tout ? fait nouvelle, elle date de pr?s de 3,000 ans. Rien dans cet extrait ne peut justifier de contr?ler tous nos ??d?bordements?? possibles puisque la divinit? est une ??invention?? humaine. Ce qui, ?videmment, lui permettait ? lui, lorsqu?il d?tint le pouvoir, d??tre rapace et cruel. Plusieurs autorit?s actuelles semblent de son avis. Et surtout, plusieurs individus sont de son avis au sujet de l?origine de Dieu. Comme Critias, ils ne croient pas en son existence. Cons?quemment, ceux-ci devraient ?tre port?s ? croire les affirmations de ce m?me Critias lorsqu?il donne son opinion sur un autre sujet. Je doute que ce soit le cas, mais nous verrons bien.

Critias est mentionn?? dans les ?uvres de Platon. Entre autres, dans le Tim?e et le Critias. Ces deux ?crits sont l?unique source originelle du r?cit de l?Atlantide. Tout ce qui a ?t? produit sur le sujet, APR?S ces r?cits, en sont tir?s, ou encore sont de simples ?lucubrations.

Dans le texte?: ??Contre les math?maticiens?? de Sextus Empiricus, on d?couvre la pens?e de Critias au sujet des dieux, pr?sent?e un peu diff?remment :

Et Critias, un de ceux qui furent tyrans ? Ath?nes, semble appartenir au groupe des ath?es?: il d?clare que les anciens l?gislateurs ont fabriqu? la fiction de Dieu, d?fini comme une puissance qui porterait son regard sur les actions justes et les fautes des hommes, afin que personne ne port?t tort en cachette ? son prochain, ayant toujours ? se garder du ch?timent des dieux. Voici comment il formule cette id?e?:

En ce temps-l? jadis, l?homme tra?nait sa vie
Sans ordre, bestiale et soumise ? la force,
Et jamais aucun prix ne revenait aux bons,
Ni jamais aux m?chants aucune punition
Plus tard les hommes, je le crois, ont pour punir
Institu? des lois, pour que r?gn?t le droit
Et que pareillement <?galement ? tous>,
La d?mesure soit maintenue asservie
Alors on put ch?tier ceux qui avaient faut?.
Mais, puisque par les lois ils ?taient emp?ch?s
Par la force, au grand jour, d?accomplir leurs forfaits
Mais qu?ils les commettaient ? l?abri de la nuit,
Alors, je le crois, <pour la premi?re fois>,
Un homme ? la pens?e astucieuse et sage
Inventa la crainte < des dieux > pour les mortels
Afin que les m?chants ne cessassent de craindre
??C??tait, leur disait-il, comme un d?mon vivant
d?une vie ?ternelle. Son intellect entend
Et voit tout en tout lieu. Il dirige les choses
De par sa volont?. Sa nature est divine,
Par elle il entendra toute parole d?homme,
Et par elle il verra tout ce qui se commet.
Et si dans le secret encore tu m?dites
Quelque mauvaise action, cela n??chappe point
Aux dieux, car c?est en eux qu?est log?e la pens?e.??
D?avoir compte ? rendre de ce qu?ils auraient fait,
Dit, ou encore pens?, m?me dans le secret?:
Aussi introduit-il la pens?e du divin.
Et c?est par ces discours qu?il donna son cr?dit
? cet enseignement par? du plus grand charme.
Quant ? la v?rit?, ainsi envelopp?e,
Elle se r?duisait ? un discours menteur
,
Il racontait ainsi que les dieux habitaient
Un c?leste s?jour qui par tous ses aspects
Ne pouvait qu?effrayer les malheureux mortels.
Car il savait fort bien d?o? vient pour les humains
La crainte, et ce qui peut secourir le malheur.
< Maux et biens > provenaient de la c?leste sph?re,
De cette vo?te immense o? brillent les ?clairs,
O? ?clatent les bruits effrayants du tonnerre;
Mais o? se trouve aussi la figure ?toil?e
De la vo?te c?leste, et la fresque sublime,
Le chef-d??uvre du temps, architecte savant,
O? l?astre de lumi?re, incandescent, s?avance.
Et d?o? tombent les pluies sur la terre assoiff?e.
Voil? les craintes dont il entoura les hommes,
Par lesquelles il sut, par l?art de la parole,
Fonder au mieux l?id?e de la Divinit?,
Dans le s?jour voulu; et ainsi abolir
Avec les lois le temps de l?ill?galit?.

Puis, peu apr?s, il conclut?:

C?est ainsi, je le crois, que quelqu?un, le premier,
Persuada les mortels de former la pens?e
Qu?il existe des dieux.

?

Cette? pens?e indique que les Grecs ??croyants?? et tous les hommes qui les ont pr?c?d? qui croyaient aux dieux, sont d?avis que ces dieux ??voient? tout??, m?me ce qui est cach?, de sorte que si l?on va ? l?encontre de leur volont?, on est ch?ti? par eux. C?est ce que Critias appelle ??la crainte des dieux??.

Critias a v?cu durant la derni?re partie du 5e si?cle av J.C. Par contre, on retrouve cette ??crainte des dieux?? ? une ?poque beaucoup plus recul?e. Elle existe chez les Sum?riens 3,000 ans av J. C. et elle est confirm?e, m?me, par le comportement d?Abraham dans la Thora, qui aurait v?cu vers 2,000 av J.C.. La pens?e ath?e de Critias est donc le r?sultat d?une ?volution de la pens?e religieuse? qui a dur? plus de 2,500 ans. Mais est-ce une ?volution qui s?est fait durant la vie de Critias? Il serait int?ressant de le d?couvrir.

C?est ce que nous tenterons de voir en ?tudiant les textes de Platon.

Remarquons, cependant, que l?ath?isme n?est pas une ??d?couverte?? de l??poque des Lumi?res.

? suivre

Andr? Lefebvre

 

A propos de

avatar

Check Also

Dans les règles de l’art

Le 5 septembre dernier, la sémillante ministre de la Culture lâchait au cours d’une (longue) ...