Accueil / A C T U A L I T É / Conversons…

Conversons…

En deux mots…

Comment y échapper ? Cela semble particulièrement difficile voire totalement impossible. Le sujet tourne à l’idée fixe et revient sans cesse sur le tapis, la toile cirée ou bien le bitume. Aventurez-vous à croiser une connaissance perdue de vue depuis quelques temps, vous n’y couperez pas, la discussion en viendra immanquablement à ce sujet qui fâche, divise, effraie, interroge ou bien rend perplexe l’ensemble de la population.

Pour agrémenter la conversation chacun y va de sa petite anecdote ou de son expérience. Il y a alors du piment à la chose pourvu qu’un rescapé se présente à vous. Vous l’écoutez admiratif, un tantinet jaloux de l’importance soudaine qu’il prend aux yeux et surtout aux oreilles de vos comparses. On l’écoute, on s’étonne, on le plaint puis on l’envie car il se distingue du commun des mortels. Gloire à celui qui est revenu de l’Enfer …

Les thèses s’affrontent, les groupes se déchirent. Il y a les craintifs qui prennent leur distance, se préservent du mieux possible tout en se lavant les mains de manière compulsive. Ponce Pilate est leur idole, ceux-là sont prêts à tuer une seconde fois le Christ pourvu qu’au bout du calvaire, la rédemption passe par une injection.

Il y a ceux qui cachent sous une forfanterie de façade une sourde angoisse. Ils prétendent ne pas céder à la terreur quand tout dans leur comportement atteste qu’ils ont été atteints dans leur âme par le virus de l’effroi. Leurs propos ne sonnent pas juste, des failles apparaissent malgré leurs dénégations. Ils font peine et sont à plaindre plus encore. Tout en eux suinte la peur.

À l’opposé, il y a les inconscients, les bravaches, les forts en gueule, les trompe la mort qui sont persuadés que rien, décidément rien ne peut les toucher. Ils ignorent l’ennemi, lui tournent le dos, nient son existence parfois. Nulle mesure préventive pour eux n’a une quelconque utilité. Ils avancent à visage découvert, serrent des pognes et claquent des baisers tout en fréquentant avec délectation les lieux les plus fréquentés.

Il reste alors les dubitatifs, circonspects, interrogatifs qui se demandent quel est le sens exact de ce cirque médiatique, de cette manipulation des consciences, de cet enfermement des esprits qu’un pouvoir maladif englue dans une obsession sans cesse alimentée de rumeurs, de fausses informations, de mensonges, de courbes illisibles et d’annonces douteuses. Ils se méfient, ils cherchent à comprendre mais surtout, ils aimeraient ne plus évoquer cette pieuvre qui nous enserre dans une étreinte mortelle pour notre société tout entière.

Mais comment sortir de ce sempiternel débat stérile ? L’humour ou la dérision sont fort mal perçus dans le premier groupe. Ils y voient une offense presque une insulte, incapables qu’ils sont de la moindre distance, le nez dans le guidon de l’information anxiogène. Le persifleur passe soudain pour un monstre pire encore que l’abominable virus qui tient le devant de la scène. En rire est devenu un crime de lèse-santé, le nouveau crime de l’époque qui mérite la peine de mort en place publique.

L’analyse n’est plus de mise. Tout ce que vous pouvez dire vous sera retourné avec l’estampille à la mode : « Complotistes » Vous êtes alors voués aux Gémonies, mis aux fers, chassés du groupe qui de toute manière se réduit comme peau de chagrin. La conversation n’a que trop duré, se parler est devenu une prise de risque, un plongeon dans l’inconnu. Les dos se tournent, les pas divergent pour confirmer que le débat est clos.

Y a-t-il eu débat au juste ? Que nenni, les positions sont si fortement ancrées, les interlocuteurs si confortablement installés dans leurs convictions que plus rien ne permet de faire bouger les lignes des uns ou des autres. Alors plus que de verser dans la connerie, je n’ai qu’un conseil à vous donner : Évitez soigneusement ce sujet de discussion !

Silencieusement vôtre.

 

C’est Nabum

Commentaires

commentaires

A propos de C'est Nabum

avatar

Check Also

Coke en stock (CCCXX) : l’épicentre de Chetumal

Ce qu’il ressort depuis des mois, c’est que l’essentiel de ce trafic se tient désormais ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.