Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / Coke en stock (CCCLVII) : la saga des mafieux turcs au Belize

Coke en stock (CCCLVII) : la saga des mafieux turcs au Belize

Et nous revoici donc au Belize, pays devenu ces derniers mois cimetière de jets incendiés, ou d’engins à réactions venus se poser tranquillement sur les longues routes blanches si bien entretenues par des mennonites si bien équipés en engins de terrassement vieillots (cf notre épisode précédent N° CCCLV – 355). Revenus pour parler à nouveau d’une belle escroquerie, mêlant mormons et mafia turque, une association étonnante et inattendue mais qui va se révéler diantrement efficace en détournant des millions de dollars, et en se fondant dans le paysage du pays… tout en arrosant copieusement les hommes politiques du coin ou même la police, dont la corruption n’est plus à démontrer.

Des turcs oui, et fort intéressés par les particularités cachées du pays de Lord Aschcroft (lire ici l’épisode CCCLIV – 354). Celle d’avoir accepter des repris justice sur en mal d’adoption… Tout cela sous les yeux des américains qui ont manifestement laissé faire…

Parfois en effet ça se télescope en effet. Le 5 avril 2020, je vous parlais ici du Belize en ces termes : « en remontant la filière de la corruption, celle passant par Fonseca, on tombe sur un rival de taille, John Birchman Saldivar,accusé d’avoir reçu  50 000 dollars d’un industriel. Et celui-ci nous mène à un autre personnage sulfureux.  Le Belize mène parfois loin et à de terribles turpitudes… Quelqu’un d’impliqué dans une sombre histoire de biocarburant ou plutôt à une fraude sur le produit, une fraude à 470 millions de dollars au sein de la Washakie Renewable Energy Co. L’homme s’appelle Jacob Kingston, il vient de l’Utah, et il est… mormon (et comme on va le voir polygame), et membre du très influent Davis County Cooperative Society, appelée aussi « The Order », comme Isaiah kingston. Le dernier impliqué dans l’histoire s’appelant Lev Dermen (de son vrai nom Levon Termendzhyan), un arménien responsable d’une chaîne de restauration de camionneurs. Les enquêteurs retrouvent sur leurs chemins respectifs de luxueuses propriétés, de voitures de luxe de très haut niveau (notamment une Bugatti Veyron de 1,72 million de dollars et une Lamborghini Aventador de 2015, une Lamborghini Murcielago de 2008, une Ferrari 599  de 2007 et même 6 camions Kenworth T660 !), plus une villa à Istanbul et beaucoup plus dérangeant encore avec un dernier larron : un homme d’affaires turc, Sezgin Baran Korkmaz… qui est un proche du président Recep Tayyip Erdogan !!! » A droite les deux larrons en cheville avec les deux précédents : Levon Termedzhyan, alias Lev Dermen (sur la gauche) en compagnie de Jacob Kingston.  ici On remarque d’emblée le sommet de mauvais goût consistant à peindre en doré une Ferrari de collection !! L’engin (rouge) se vend dans les 130 000 euros, la Veyron modèle 2006 culmine toujours à 1,5 million. La Aventador de notre gus étant elle en plus entièrement chromée !! Un autre gâchis !!! J’en étais resté à cet étalage de frime sans goût sans imaginer je vous avoue que ce n’était qu’un petit bout de l’iceberg, comme on va le voir !

Le roi lion d’opérette : un faux turc, associé à un vrai

Wired a dressé un terrible portrait, assez proche de la réalité du personnage ahurissant découvert qui s’appelle donc Lev Dermen (comme nom d’emprunt): « un gars plutôt trapu, faisant seulement 1,70 m et pesant quelque 90 kilos, Lev Aslan Dermen, alias Levon Termendzhyan, se comportait comme un sacré fanfaron. Il roulait dans les rues de Los Angeles dans une Lamborghini, une Maybach, une Rolls-Royce, ou un SUV blindé. Des montres chères ornaient son poignet, et des gardes du corps vêtus de noir planaient à son coude. Il avait un bureau sur Rodeo Drive et un manoir à Bel Air, et il prenait des réunions au Beverly Wilshire. Il gardait ses cheveux noirs grisonnants. et la barbe bien taillée et aimait bien dîner et faire la fête. Son totem personnel, et parfois surnom, était le Lion. (Quand il a changé son nom pour sa version actuelle, plus américaine, il a ajouté le deuxième prénom Aslan, qui signifie lion En Turquie.) » Les sticker jaunes sur les photos sont celles ajoutées par le FBI sur les éléments de son enquête….

A gauche, ci-dessus, les ceux lascars à l’entrée de la société SBK Holding de Sezgin Baran Korkmaz qui lui est bien turc. En fait l’activité principale de Kormaz fait penser à celle de Bernard Tapie dans les années  80: sa réputation (horrible) venait de son acquisition à répétition de sociétés en difficultés financières, depuis des années, ou au bord de la faillite. Par exemple, des entreprises telles que Bora Jet, Ürosan Kimya (qui fabrique du polyester), Biofarma, Münir İlaç et Umut İlaç qui ont connues pour avoir une longue histoire d’activité sur le marché turc et avoir été un temps florissantes et au moment où elles ont toutes périclité, elles sont tombées dans son escarcelle. 

Sur Linked’in notre frimeur de Lev Dermen se présentait comme «  »Prolific Fuel Entrepreneur« , ce frimeur invétéré. Arménien se faisant passer pour un turc, il se présentait en mettant en avant le fait d’être un « arménien des USA » et même d’être proche des indiens ! Voici le CV qu’il est lui-même rédigé : « depuis qu’il est un jeune homme, Levon Termendzhyan a mis à profit un sens aigu des affaires et un intérêt pour la livraison de carburant pour stimuler la création de plusieurs entreprises. Il a loué sa première station-service à l’âge de 17 ans et peu de temps après, il a créé sa propre entreprise de camions de livraison de carburant. Depuis ces premiers jours d’entrepreneuriat, Levon Termendzhyan a ouvert 12 relais routiers diesel, est devenu actionnaire d’une société internationale d’assainissement de l’air et a fondé plusieurs sociétés aux États-Unis et en Turquie. Les intérêts commerciaux de M. Termendzhyan totalisent près de 800 millions de dollars en valeur. Activement impliqué dans les nations tribales amérindiennes également, il a créé First American Petroleum en tant que coentreprise avec une nation à Yakima, Washington. Cette relation a conduit le chef de la tribu à nommer M. Termendzhyan comme chef de l’exploitation (COO) du pays, lui donnant ainsi le pouvoir de prendre des décisions sur toutes les questions commerciales. Originaire d’Arménie, Levon Termendzhyan se joint à sa famille pour faire un don pour répondre aux besoins des communautés arméniennes. Ils contribuent chaque année au programme de sensibilisation Kids of Armenia et font régulièrement des dons pour soutenir les hôpitaux à travers le pays. La famille est également active dans sa communauté actuelle de Glendale, en Californie. »  Voici donc le premier arméno-amérindien, qui, dans la vie courante rêve toujours d’être… turc ! On a surtout retenu son faisceau de relations :

Arrosage de politiciens locaux ; dans quel but ?

Parmi les sommes versées en sous-main par Lev Dermen et Sezgin Baran Korkmaz, il y avait notamment 50 000 dollars versés au politicien John Birchman Saldivar ; de Belmopan, qui a été de 2008 à 2012 le Ministre de la Sécurité Nationale de Belize ! L’homme se demande toujours ici comment cela a-t-il pu se produire en 2014, selon ses propres déclarations… mensongères (il avait été en efet photographié – ici à gauche- en  compagnie de son principal contributeur, ici à gauche sur la photo) !!! Quand on sait combien l’Etat de Belize ferme manifestement les yeux, bâcle les enquêtes sur les énormes avions qui déboulent pleins de coke sur le territoire, il y a de quoi s’inquiéter !!! Aurait-on arrosé abondamment pour que l’on ferme les yeux sur des actes indélicats… ou illégaux ?  Genre arrivée inopportune de jets en pleine nature comme ça n’a cessé d’être le cas depuis des années maintenant  (cf ici à gauche) ? Tout à coup, on regarde les photos comme celle de gauche prise le 7 décembre 2019, d’un autre œil…  Les feds US avaient versé à leur dossier la photo de la fameuse Ferrari dorée, mais à côté d’un jet….  on s’attendait donc à le voir emprunter un jour par notre ministre arrosé…  Bingo, avec l’image ci-dessous à gauche où on pouvait apercevoir de gauche à droite Jason Neal, Jacob Kingston, Khalid Belsisle, le nouveau maire de Belmopan, Lev Dermen (le plus petit de tous), un inconnu en chemise à carreaux (le pilote ?) et Douglas Grant ! Belisle confirmant le vol au Philip Goldson International Airport “fin avril début mai 2015,” après son élection en mars. Le fils de Grant, Grant JR, étant l’homme de main de John Saldivar, il a été mêlé à des rixes en pleine rue, à dégainer un peu vite son Glock…

La filière turco-bélizienne révélée et exposée en février 2020

C’est le site Belize 5 News, une référence là-bas (le seul à informer correctement sur place), qui a lâché la bombe médiatique le 7 févier 2020 (et après encore) : « Dans un témoignage explosif jeudi dernier, le fraudeur Jacob Kingston a laissé tomber le nom de l’ancien homme politique du et ministre (de Belize) Ralph Fonseca. Au cours de l’interrogatoire de l’accusation concernant le lien de Lev Dermen avec le Belize et la Turquie, Kingston a été interrogé sur plusieurs réunions et voyages internationaux qu’il a effectués en 2012. Au cours de la séance de l’après-midi, l’accusation a voulu avoir une idée de la façon dont Dermen dépensait de l’argent, comment il se comportait et avec qui Dermen s’est associé. Lorsque l’IRS a envoyé à Kingston un avis de vérification sur Washakie Renewable Energy concernant plusieurs fausses demandes de crédits d’impôt, Kingston a demandé l’avis de son partenaire commercial Lev Aslan Dermen. Dermen a réconforté Kingston en lui disant de ne pas s’inquiéter car il avait des amis au gouvernement qui pouvaient l’aider (ah tiens !!). Dermen, selon Kingston, appelait ces amis « ses garçons » et son « parapluie ». Selon Kingston, Dermen venaint et dînait avec des représentants du gouvernement, des agents, des maires, des ministres et des shérifs. Lorsque l’accusation lui a demandé ce qu’il entendait par ministres, Kingston a répondu qu’ils avaient dîné et avaient fait des affaires avec des ministres au Belize. Exemple, cette photo montre Jacob Kingston et Lev Dermen. On les voit poser devant un jet privé avec le maire de Belmopan Khalid Belisle, Douglas Grant et Jason Neal, associés de John Saldivar.  En janvier 2020, Wired (ici à droite) a aussi raconté tout ça dans un super article intitulé de façon amusante « Le lion, le polygame et l’arnaque aux biocarburants » ou Comment un membre d’une secte mormone dissidente s’est associé à un magnat fan des Lamborghini  qui faisait la fête pour tromper le gouvernement pour des centaines de millions de dollars. » Un très bon résumé, ma foi : le mormon polygame utilisait par exemple à son profit les adresses multiples de ses différentes épouses pour brouiller les pistes de la police !!! Les mormons ont toujours eu le sens de l’organisation ! Et du transfert de coke par jets privés (comme celui ici à gauche) !!! Et avec cette annonce, on commence sérieusement à penser que la fortune souvent inexpliquée de nos tycoons turcs pourrait donc provenir aussi du trafic de drogue, Belize étant littéralement saturé. d’arrivage d’avions. ..

L’avion utilisé était un de ceux de location que l’on trouve sur les sites de frimeurs affichant à la fois grosses bagnoles, de belles filles et des jets privés (comme ici avec l’incroyable « Centurion LifeStyle » ( qui est en réalité un  simple garage !) un sommet dans le genre : ces gars-là auraient pu passer pour des rappeurs ou pour Kenny West et Kim Kardashian en escapade de week-end) !! C’était un beau Hawker 800, immatriculé N888ZZ, de chez Current Aviation Group Inc. de Van Nuys, un loueur de jets privés, qui le possèdait depuis 2012 (1). Il devait être vendu en 2017  à un texan il semble, mais la vente a été déclinée et il est considéré depuis comme « dé-enregistré »: l’adresse donnée était celle d’un hangar. Or il n’est plus tout jeune ; il date de 1984, et son confrère le N293WB, (258009 retrouvé incendié à Chan Chen Corozal au Belize (ici à gauche) le 7 décembre 2019 datait aussi de 1984) .. On ignore si on  a véhiculé de la coke à son bord. Il serait toujours à Van Nuys. Connaissant l’hécatombe de ces derniers mois chez ce type d’engins, on a tout intérêt à garder un œil sur lui… mais on va y revenir bientôt, à cet avion, rassurez-vous car c’est un élément plus important qu’il n’y paraît !!!

Une association en Turquie avec un jeune mafieux 

Deux lignes aériennes turques ont été aussi dédiées à l’autre bout aux transferts locaux en Turquie : Borajet, (ici à gauche) fondé par Yalcin Ayasli doté d’un AT72-800 (ici à droite) et d’un Embraer 190, la firme a fait faillite en 2017,  et Aydın Jet  qui a été renommée plus tard SBK Air (montrant ainsi une continuité entre deux escrocs ! Fondée par Mehmet Aydın, qui s’est installé brièvement en Uruguay, ce dernier a été mêlé à un scandale avec Çiftlik Bank, sa propre banque : l’homme, un autre vantard invétéré, un « serial frauster, selon ceux qui le connaissent bien,  présente un CV absolument sidérant en effet. Surnommé « Tosuncu, habitué aux arnaques très jeune, ce fils d’agriculteurs de la région de Bursa a fondé en 2016, à Chypre, une banque bidon fonctionnant sous le système du schéma de Ponzi appelée « Çiftlik Bank (« FarmBank »). Adroit et charmeur, sorte de « Madofff pouion », il avait réussi à attirer à lui 1,6 milliard de liras (livres turques) environ 187 millions de dollars !!), en une seule année, en ponctionnant pas moins de à 132 000 personnes différentes !!! Recherché en Uruguay où il avait fui (et aperçu là-bas au volant de sa trop voyante Ferrari), fan de foot,  il n’avait pas hésité à fait appel à ses soutiens dont celui du surprenant argentin Fernando Muslera.…  le gardien de but et capitaine de l’équipe turque la plus connue celé de Galatasaray !!! Après l’Uruguay, conseillé par sa copine (ici à droite) il aurait rejoint Kiev en Ukraine pour s’y cacher; mais c’est au Brésil,à Sao Paulo , recherché par Interpol, qu’il a finalement  été arrêté et extradé aussitôt vers Istanbul le 7 juillet dernier (2021, photo ici à gauche). Pendant ce temps, des aller-retours uniquement bancaires ont également eu lieu avec nos deux lascars : Dermen et Korkmaz ont envoyé les 133 millions de dollars sur les comptes de Korkmaz d’abord par virement bancaire, puis ils les ont renvoyés sur un compte bancaire de Los Angeles créé au nom de Dermen. Tout a été fait pour dissimuler les transactions au mieux : ce n’est que lorsque l’on est tombé sur un fil qui dépassait qu’en tirant dessus tout s’est détricoté..

Tout simplement abandonné…

Au Belize, il en tombe tant d’avions que parfois les dealers mexicains qui les pilotent se trompent et atterrissent là où il ns n’étaient pas attendus. Ou certains un peu distraits se trompent de lieu de livraison… de l’appareil lui-même ! Le 11 avril  (2021), un bimoteur à réaction de type 501 Citation 501 SP se pose en plein aéroport de Belize. alors qu’il était dûment annoncé, en provenance de Cancun, au Mexique, parti de là avec un plan de vol vers Belize en règle, approuvé par les autorités mexicaines, A peine posé, les deux pilotes quittent l’avion et s’en vont tranquillement, en laisant l’appareil sur le tarmac, en déclarant « qu’il a été acheté été acheté par un ressortissant d’Amérique centrale et qu’il devait être récupéré »… bientôt. Le 17 avril, six jours plus tard, l’appareil est toujours là, au même endroit affichant une immatriculation en XB-PWF bien visible. Le journal télévisé local en parle ici. Pour interviewer la police et l’invariable Chester Wiliams qui n’a rien à nous apprendre comme d’habitude…. il affirme que l’on vérifie les papiers de l’appareil. Ironiquement, on peut admirer la photo de l’engin abandonné qui a comme décor de fond l’une des plus grosses saisies jamais faite là-bas : c’est le gros Grumman N311BD surpris  le 17 février 2020 sur la longue piste clandestine de la Sibun Forest Reserve lesté de plus d’une tonne de coke. L’avion qui s’est posé est loin d’être neuf il semble. L’étude détaillée du cliché pris par Belize 7 donne comme indaction une déco à bande latérale à trois couleurs, rouge foncé, noir et vert d’eau, avec un petit décrochage caractérisique du dessin vers le milieu, au niveau du milieu des quatre hublots aux formes caractéristiques sur les  Cessna de type Citation .

Résultat, ce n’est pas le XB-PWF, mais très certainement le XA-AGA de 1989, exporté  il y a un bon bout de temps au Mexique, en 1982 et censé appartenir toujours à Puerto Vallarta Taxi Aereo S.A. En prime en 2007 on lui avait changé ses moteurs, ou en tout cas son moteur gauche, sur l’aéroport de Dallas Love Field bien connu. Qui donc aurait bien pu acheter un vieux coucou pareil âgé de 42 ans et oublier dans la foulée de venir le chercher, pourtant livré sur le palier façon Amazon?

Les crevettes du futur !

Notre entrepreneur turc avait de grandes vues sur le futur, en tout cas: « plus loin dans le témoignage de Kingston, l’accusation a commencé à établir les liens de Dermen avec le Belize. Kingston a déclaré à l’accusation que le 2 octobre 2012, il s’était rendu au Belize avec Dermen et Zubair Kazi (ici  à droite, il se présente sur Linked’in sous le titre ronflant « d‘Investisseur institutionnel basé aux îles Vierges » une explication suffissament floue pour que ça n’en soit pas une !). Lors de son procès Jacob Kingston déclarera à la cour que Kazi avait reçu 11,2 millions de dollars provenant de la fraude sur les biocarburants et précisera que la Veyron lui avait été offerte « en cadeau » : cette voiture pour brouiller les pistes, avait été déclarée dans le Montana au nom de « Noil, LLC » : NOIL Energy Group, la   société de carburant basée en Californie, aux États-Unis créée par… Lev Aslan Dermen, plus connu sous le nom de Levon Termendzhyan !). « Kingston a déclaré qu’il avait été invité à examiner certains projets. Kingston a décrit Kazi comme l’ami de Lev Dermen au Belize. Kazi serait le directeur général de la eParadise Shrimp Farm situé sur la route côtière » (une ferme à crevettes, son sait aussi ici à quoi ça mène depuis Eric « Mika » Walter Amegan !!!) .

Un projet de Casino de plus au Belize !!!

Parmi les choses évoquées, un autre dada de mafieux (qui a plu aussi aux tribus indiennes) : « Kingston a également évoqué une réunion en décembre 2012 à Miami, en Floride. Il a dit qu’un ministre du Belize était présent. Kingston a également déclaré aux procureurs qu’en décembre 2012, il s’était rendu à plusieurs reprises au Belize avec Lev Dermen pour parler de projets potentiels. Les fraudeurs cherchaient à mettre en place un casino en ligne et réel. Kingston a déclaré qu’il avait acheté un entrepôt qui abriterait l’entreprise, en utilisant les fonds du crédit d’impôt. Lorsqu’on lui a demandé à qui avait-il acheté l’entrepôt, Kingston a répondu que l’entrepôt était sous le nom de Ralph Fonseca, que Kingston a décrit comme le ministre des Finances du Belize.Fonseca n’était plus du tout ministre des Finances ou ministre en 2012. En fait, Fonseca avait brièvement occupé ce poste de 2003 à 2004. Kingston a déclaré qu’ils cherchaient également à établir des dépôts de carburant au Belize et à remodeler un port. » Les dépôts de carburant la grande spécialité marquée en grand sur le CV de Lev Dermen ! Au procès toujours, Jacob avait témoigné qu’entre 2013 et 2015, il avait envoyé 134 millions de dollars sur des comptes en Turqie et au Luxembourg.

L’argent qui coulait à flots au Belize : « Turkish Delices » !

Au Belize, on menait grand train avec cet argent qui avait coulé à flots. Surtout les turcs qui arrosaient copieusement toute la classe politique du pays : « Lev Dermen était un gros dépensier. Kingston a rappelé l’une des premières fois qu’il a rencontré l’homme d’affaires turc. Selon Kingston, Dermen qui était toujours entouré de gardes du corps, lui a écrit un chèque de banque de plus d’un million de dollars. En fait, Dermen l’a emmené déjeuner comme un restaurant où Dermen a acheté tous les homards disponibles. De plus, Dermen a fait la navette à Kingston et est sa femme dans son jet privé. Le témoignage de Kingston ne couvrait que la période se terminant en 2012. L’accusation a déclaré au tribunal qu’elle procéderait lundi avec davantage de liens de Dermen avec le Belize, à partir de 2013, date à laquelle les SMS auraient été envoyés au ministre de la Sécurité nationale John Saldivar. On s’attend à ce que l’accusation établisse comment l’argent reçu de la fraude fiscale a été utilisé au Belize par divers moyens, notamment la corruption de ministres et de représentants du gouvernement. »

La mafia turque désireuse de se mettre au frais au Belize ?

Et ce n’est pas fini côté découvertes ahurissantes dans le pays, car il a pire encore : on avait appris avec grande surprise en 2013 que Won Hong Kim (ici à droite), le fameux fugitif coréen avait obtenu du fond de sa prison un passeport de Belize sans jamais y avoir mis les pieds, or on a découvert récemment (et après coup) qu‘ il n’était pas le seul à l’avoir obtenu : Yakup Sut, reconnu depuis des lustres comme chef de la mafia turque, avait lui aussi « obtenu illégalement la nationalité en utilisant des documents antidatés et frauduleux » obtenus  sous le même gouvernement et à la même époque en 2013 ! Un gouvernement dans lequel le ministre d’État au ministère de l’Immigration s’appelait Elvin Penner (ici à gauche), toujours le même homme, mis en procès en 2014 pour le premier passeport accordé au fugitif coréen. Yakup Sut (ici  droite lors de l’une de ses arrestations) avait été pourtant arrêté en Turquie à trois reprises,  « pour des crimes tels que « pillage, menaces, possession d’armes non autorisées, blessures intentionnelles, création ou gestion d’une organisation criminelle et appartenance à une organisation criminelle », mais il avait réussi à s’échapper de prison par deux fois, puis de l’hôpital où il avait été transféré rappelle le site Belize 5. Le le 14 février 2020 il a finalement été arrêté à Istanbul,  » Le dossier pénal de Yakup Süt, qui a été condamné à la réclusion à perpétuité pour usure au nom de la mafia tchèque des billets à ordre et meurtre de deux personnes, est plutôt chargé ». « Les équipes ont rattrapé Yakup Süt au dernier moment alors qu’il s’apprêtait à fuir vers l’île de Rhodes ». Après ça, il se serait certainement envolé pour Belize, logiquement !!! 

« Le rapport récemment adopté par le Sénat confirme que des documents de nationalité bélizienne ont été frauduleusement délivrés à Yakut Sup. Eh bien, selon le rapport, l’adresse permanente de Yakup Sut a été indiquée comme étant la zone de San Pedrito, la ville de San Pedro. Les documents ont été signés par le ministre de l’Immigration en disgrâce Elvin Penner le 3 juin 2013 et certifiés par Erwin Robinson (ici à gauche)  le 23 août 2013. Le vérificateur général a constaté qu’il y avait des divergences concernant la date des documents. Le rapport indique que Penner avait antidaté le certificat de Yakup Sut car ces certificats étaient signés par lui. Le rapport n’a trouvé aucune preuve qui avait payé les frais de trois cents dollars du Belize facturés pour la nationalité par enregistrement. Au cours de l’enquête du comité sénatorial spécial, Penner a déclaré qu’il connaissait Sut par le biais de relations d’affaires. Sut, originaire de Turquie, a rencontré Penner en Allemagne et à Los Angeles ».

Et les américains pendant ce temps ? Il chassent les mouches !

Ah ça, ça reste un autre mystère. Autant les avions Lockheed Orion poursuivent les trafiquants en mer ou sur terre en aidant les colombiens, notamment, et autant les mexicains déploient leurs Cessna Citation de traque, déjà observés ici, autant à Belize, les américains, comme par hasard, ne font rien. Ou n’aident en rien les moyens  aériens ridicules du pays  pour chasser les trafiquants ; le seul Britten-Norman BN-2 a été retiré en 2007, et leur flotte de… deux  Bell UH-1  ont déjà perdu l’un d’entre eux, le 28 février 2020 (cf le cliché ici à gauche). L’armée utilisant aussi un Bell 407  capturé à Вluе Сrееk, Оrаngе Wаlk en août 2015 (ci-dessous) , abandonné intact portant l’immatriculation N607AZ, et appartenant certainement au gang d’El Chapo comme on l’a vu.

Le fait que les mexicains aident les autorités du  Belize mais sans obtenir de leur part de résultats probants est pourtant flagrant. C’est une « whitstleblower »  (Lanceur d’alerte) connu qui l’a démontré en révélant une vidéo très impressionnante de poursuite vidéo  infrarouge d’un gros Beechcraft effectuée en 2018 par l’armée mexicaine  :  « il a deux semaines, Edward Vincent Martinez, dénonciateur d’avions antidrogue, a tenu une conférence de presse à Belize City pour fournir des détails sur les débarquements illégaux dans le Jewel. Bien que son engagement à un briefing de suivi avec des preuves n’ait pas eu lieu, des images aériennes d’un avion  suspecté d’un atterrissage d’avion chargé de drogue ont été divulguées par  la presse mexicaine. Les images aériennes sont tournées dans un format de vision nocturne montrant un avion atterrissant sur un chemin de terre. Plusieurs véhicules arrivent sur les lieux, une personne descend de l’avion avant (ici à gauche c’est un second appareil) qu’au moins dix hommes fassent l’aller-retour de l’avion aux véhicules en stationnement. Quelques minutes plus tard, l’avion serait en feu. Selon l’article de presse mexicain de Contra Corriente, ce genre d’atterrissage était de retour en octobre 2018 lorsqu’un avion avait atterri sur la route Progresso à Corozal. L’avion a été vu pour la première fois par un villageois le 25 octobre et la police est arrivée sur les lieux pour trouver l’avion en feu entre le tronçon de route entre Progresso et le village de San Estevan. L’article prétend également que les autorités béliziennes ont été impliquées dans l’activité illégale. Bien que ces détails ne puissent pas être confirmés, News Five a été informé de manière fiable que les images ont été améliorées pour montrer des policiers du nord escortant la caravane avec de la drogue à l’intérieur. Comme nous l’avons dit, cela n’a pas été confirmé, mais aujourd’hui, News Five a demandé au ComPol Chester Williams s’il examinait cette vidéo et ces preuves. Il dit que la police prendrait le commandement du Joint Intelligence Operation Center de la Belize Defence Force, elle sera en mesure de mieux intercepter les atterrissages illégaux d’avions ». Ce qui est une vaine promesse et un pieux mensonge, l’armée n’ayant aucun avion d’interception et seuls deux vieux hélicoptères comme on l’a déjà dit ici… (à gauche le dénonciateur qui ,est aussi le demi-frère du Ministre Anthony “Boots” Martinez !). On notera sur le troisième cliché l’incendie du second arrivage au milieu  d’une longue ligne droite de chemin… mennonite ! Le premier Beechraft filmé, qui n’avait pas été incendié, était le N97BD un Beech B200 King Air  (BB-1277) exporté au Venezuela  le 1er novembre 2013 par l’avocat gérant le Solomon Mark Trustee de Wilmington !

Côté US, aucune aide, donc ou plutôt si : récemment, ils ont se sont fendus d’une aide de 400 000 dollars ( une paille !), consistant à fournir du matériel pour chasser et « détruire les populations de mouches méditerranéennes dans les Sapodilla Cayes et la péninsule de Placencia.« (…) Les États-Unis restent déterminés à soutenir le gouvernement du Belize dans la promotion de la prospérité économique », a souligné Vince Lowney, responsable de l’environnement, de la science, de la technologie et de la santé de l’ambassade des États-Unis à Belmopan. (…) gouvernement des États-Unis a fièrement fourni plus de 186 000 $ US depuis janvier 2021 à l’appui du programme de surveillance de la mouche méditerranéenne du Belize, un accord de coopération signé en 1977 entre le ministère de l’Agriculture des États-Unis et le gouvernement du Belize pour lutter ensemble contre cette menace pour le pays secteur agricole. » Une aide dérisoire qui n’est pas sans nous rappeler à quoi ils ont fini par servir, en Bolivie, les Cessna chasseurs de papillions dévoreurs de récoltes, rappelez-vous… en avril 2020 je l’avais déjà énoncé : au final on ne peut que le constater ; il y a manifestement bien une volonté  de ne rien faire au Belize, de la part des USA  !!!

(1) L’adresse de Current Aviaion Inc n’étant pas faite pour rassurer : « Il s’agit d’une adresse d’enregistrement de sociétés pour 88 entreprises. Voici quelques-uns des noms : Baymark Aviation, Inc et Avilist Corporation. Seize noms sont reliés à cette adresse par des enregistrements UCC. La liste porte les noms suivants : Flightsource International Inc et Jet Fly, Inc. L’aéroport de LA City est propriétaire de cette propriété immobilière. Il y a cinq titulaires de permis enregistrés ici. Voici quelques-uns des noms : Encore Flight Corp (permis de taxe de vente de licence), Current Aviation Group, Inc (permis de taxe de vente de licence). Les archives publiques indiquent que seize permis ont été délivrés pour des activités sur le site. Le 29 juillet 2021 comme nous avons pu l’établir, est la date du plus récent permis de construire. La FCC a accordé sept licences, dont le texte contient cette adresse. »

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le centenaire d’Yves Montand l’engagé

« Tout ce qu’on peut dire et tout ce qu’on peut faire, en définitive : ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *