Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Cette morale qui nuit au redressement ?conomique !

Cette morale qui nuit au redressement ?conomique !

0628-keynes_full_600

? Sur le long terme, nous serons tous morts ? ? en anglais ? In the long run, we are all dead ? ? est une expression qui semble cautionner tous les comportements excessifs. Elle colle aussi s?v?rement ? la peau de Keynes qui en est l?auteur. Pour autant, celui-ci ?tait ?galement soucieux de l?avenir puisqu?il avait ? dans son c?l?bre : Economic Possibilities of Our Grandchildren ? analys? les ? possibilit?s ?conomiques de nos petits-enfants ?. Car s?il est un grand enseignement ? tirer de l?oeuvre monumentale de Keynes, c?est bien qu?une politique ?conomique r?ussie se doit d??tre contre-cyclique. Voil? pourquoi il r?p?tait inlassablement que si, dans le cadre d?une r?cession, les d?ficits doivent ?tre creus?s, ils doivent en revanche ?tre r?sorb?s en p?riode de forte croissance ?conomique. La seconde partie de ces enseignements ayant h?las trop souvent ?t? n?glig?e par nos dirigeants politiques d?abord soucieux de r? ?lection, et par trop braqu?s sur les sondages d?opinion?

Toujours est-il que Keynes provoque aujourd?hui une authentique r?pulsion ? quasiment physique ou ?pidermique ? chez ceux que Paul Krugman nomme les ??gens tr?s s?rieux??, les ??very serious people??, ou ??VSP??. Ceux-ci sont en effet horrifi?s par la solution ? la crise pr?n?e par les keyn?siens et qui consiste ? d?penser plus afin de juguler la spirale d?flationniste. Les VSP sont outr?s par la simplicit? d?une telle solution qui passe n?cessairement soit par la cr?ation mon?taire, soit par une aggravation des d?ficits: deux voies qu?ils condamnent sans appel, qu?ils assimilent ? l?Ant?christ et qui d?fient leurs pr?ceptes moraux les plus basiques. Cette mouvance ultra-lib?rale n?h?site cependant pas ? franchir un degr? suppl?mentaire dans sa tentative d?sesp?r?e de d?fendre l??pargnant contre le travailleur, car elle se sait aux abois et elle se rend compte que ses jours sont compt?s.

A l?instar de l?auteur ? succ?s, professeur ? Harvard, m?diatique et tr?s conservateur Niall Ferguson qui, interrog? ? l?occasion d?une conf?rence, devait d?clarer que la ? philosophie de Keynes ?tait tronqu?e (? flawed ?) car il se fichait des g?n?rations futures : ?tant gay et sans enfant ? !! ? Mari? avec une ballerine dont il n?avait pas eu d?enfant car il passait plus de temps ? parler de po?sie avec elle que de procr?er ?, il ?tait ? logique ? ? selon Ferguson ? que l?homosexualit? de Keynes fasse de lui un membre mou (? effete ?) et ?go?ste (? selfish ?) de la soci?t?. Autrement dit, ? et dans le monde selon Ferguson ? il serait impossible de s?int?resser ? la soci?t? ou aux g?n?rations futures d?s lors que l?on est homosexuel ou sans enfant.

Aller d?lib?r?ment sur un tel terrain ? pour un membre de l??lite acad?mique et universitaire ? afin de contredire les travaux de Keynes ! Tenter de d?cr?dibiliser ses th?ories en pr?textant de son homosexualit? ! Effectuer sans sourciller le grand ?cart en affirmant qu?il ?tait naturel que Keynes exhorte aux stimuli vu qu?il n?avait pas d?enfant ! Navrante r?alit?, sale temps pour les conservateurs qui, confront?s de nos jours ? l??chec cuisant de leur politique d??conomies budg?taires dans tous les pays l?ayant mise en place, tentent un dernier baroud qui les d?shonore.

En r?alit?, les arguments de Ferguson et consorts : qui exigent des r?ductions substantielles des d?penses publiques, qui se d?cha?nent violemment contre les mesures sociales, qui r?clament la rigueur et l??quilibre budg?taires, patinent s?rieusement aujourd?hui. Ces traditionnalistes et autres ultra-orthodoxes ne pourront plus d?sormais ? avec le m?me succ?s qu?hier ? culpabiliser nos soci?t?s et ? crier au loup ? car les faits et les statistiques ?conomiques leur opposent un d?menti cinglant.

Pour ces VSP qui s?obstinent ? vivre dans le d?ni, le progr?s ne d?pend que de l?investissement qui, lui, est totalement conditionn? ? l??pargne. Toute d?rogation ? cette doctrine favoriserait un laxisme insupportable pour cette caste qui honnit l?argent facile. De m?me, toute jouissance de la vie et tout plaisir sont suspects d?s lors qu?ils ne sont pas la r?sultante de privations. Comme on le voit, cette opposition frontale entre keyn?siens et orthodoxes d?passe largement le strict cadre de la th?orie ?conomique. Elle n?est que la pointe d?un iceberg qui va questionner profond?ment les fondements m?me de notre mani?re d??tre, de nos choix sociaux et de notre orientation culturelle.

Oui, Keynes partait du principe que le ralentissement ?conomique pouvait ?tre combattu par la d?pense et m?me par le plaisir: ce qui repr?sentait une apostasie intol?rable et monstrueuse pour ses d?tracteurs. Oui, Keynes ?tait un penseur innovant qui, incidemment, aimait aussi la vie, l?art, le th??tre, la danse, la bonne ch?re, les voyages et les joutes intellectuelles. Pr?s d?un si?cle plus tard, le rejet de ses th?ories n?est toujours pas sous tendu par un d?bat rationnel, mais par une moralit? Victorienne poussi?reuse mais tenace.

The post Cette morale qui nuit au redressement ?conomique ! appeared first on Michel Santi.

A propos de

avatar

Check Also

La Chine plie sous le poids de ses contradictions

Entre les Etats-Unis et la Chine, l’écart est toujours important car le P.I.B. chinois n’est ...