Accueil / T Y P E S / Billets / C + I + G +(X ? M), vous vous souvenez ?
Photo : Flickr Mike Licht, NotionsCapital.com

C + I + G +(X ? M), vous vous souvenez ?

Photo : Flickr Mike Licht, NotionsCapital.com

Jean Gagnon Dossier Actualit? ?conomique

C?est l??quation qui permet de d?terminer la valeur (ou la taille) de l??conomie, soit le PIB (Produit int?rieur brut). Il s?agit simplement de faire la somme des d?penses de consommation (C), des d?penses en investissements des entreprises (I), des d?penses des gouvernements (G) et de la balance du secteur ext?rieur, c?est-?-dire la valeur des exportations (X) moins celle des importations (M).

C?est ce qui d?termine la sant? de l??conomie. Quand la somme est sup?rieure ? celle de l?ann?e pr?c?dente, c?est que l?on a b?n?fici? d?une croissance ?conomique, soit un enrichissement g?n?ral. Mais lorsque cette somme est inf?rieure, c?est que nous sommes en r?cession, donc que nous nous appauvrissons.

Pourquoi revenir sur cette ?quation la plus connue de la science ?conomique ? Simplement parce qu?elle peut nous aider ? comprendre le constat que vient de faire l??conomiste en chef du Fonds mon?taire international (FMI), Olivier Blanchard.

Depuis quelques semaines, les m?dias rapportent les propos de nombreux ?conomistes qui proclament tous que la r?cession est termin?e et que la reprise s?amorce. L??conomiste du FMI pense ?galement que la r?cession est termin?e, mais il croit surtout que la reprise, ?tant donn? que la r?cession fut tr?s atypique, sera complexe, lente et douloureuse.

Revenons d?abord sur la r?cession. Elle fut violente comme pas une depuis la grande d?pression des ann?es 30. Durant les deux premiers trimestres de l?ann?e 2009, le PIB s?est contract? de plus de 6 % comparativement aux m?mes trimestres de l?ann?e pr?c?dente.

La raison est que le C et le I dans l??quation se sont ?croul?s. Les consommateurs am?ricains, par exemple, se sont mis ? ?pargner plus de 5 % de leurs revenus personnels, alors que le taux d??pargne avoisinait plut?t z?ro depuis plusieurs ann?es. Quant aux entreprises, ils ont cess? tout investissement, et se sont content?es de liquider leurs inventaires.

Si la r?cession semble maintenant ?tre termin?e, comme bien des ?conomistes le pr?tendent, c?est que le G dans l??quation est en train d?augmenter dramatiquement. On a qu?? penser au programme de d?penses de pr?s de 800 milliards de l?administration Obama.

Mais ne nous ber?ons pas d?illusions, pr?vient Olivier Blanchard. ? Plusieurs ?l?ments de notre syst?me ?conomique ont ?t? bris?s ? dit-il. Plusieurs entreprises qui auraient tenu le coup lors d?une r?cession normale n?ont pas pu r?sister cette fois-ci et ont fait faillite. Dans plusieurs pays industrialis?s, le syst?me financier est devenu dysfonctionnel, et il faudra beaucoup de temps pour le remettre sur pied. Pendant ce temps, l?interm?diation financi?re, c?est-?-dire le transfert des ressources financi?res vers les diff?rents agents ?conomiques pouvant les utiliser efficacement, est en grande partie paralys?e.

Chez les pays ?mergents, les entr?es de capitaux, dont ils sont si d?pendants, se sont ?vapor?es et prendront de nombreuses ann?es ? revenir ? leur niveau d?antan.

De plus, l?augmentation rapide et sans pr?c?dent du G aura comme effet de cr?er des d?ficits ?normes chez les gouvernements. Les cons?quences seront des hausses d?imp?ts et de taux d?int?r?t ? long terme, deux facteurs qui freineront la croissance ?conomique future.

Il est clair que pour retrouver une croissance soutenue, il faudra que les consommateurs recommencent ? jouer leur r?le si essentiel dans le syst?me ?conomique que nous connaissons, c?est-?-dire utiliser leurs ?pargnes pour augmenter le C de l??quation. Mais le feront-ils? On peut en douter s?rieusement.

La crise que nous traversons semble avoir eu raison de deux croyances populaires. D?abord, celle que le prix des maisons ne peut que monter. Mais aussi, celle qui dit que l?on peut compter sur un rendement annualis? moyen de 6 % et plus des march?s boursiers. Ces deux facteurs assuraient l?enrichissement des individus et faisaient en sorte que l??pargne n??tait pas n?cessaire.

C?est tout ?a qui a chang?. La croissance ?conomique am?ricaine sera sup?rieure ? 4 % au troisi?me trimestre parce que les compagnies regarnissent leurs inventaires et que les gouvernements d?pensent sans retenue. Mais attention, ne vous laissez pas berner, car ?a ne durera pas. On devra vraisemblablement se contenter pendant quelques ann?es d?une croissance ?conomique au mieux de 1 ? 2 %, ? peine la moiti? de celle ? laquelle nous nous ?tions habitu?s.

Autre textes sur ?conomie

Un b?mol ? la reprise??conomique

A propos de

avatar

Check Also

Chine/USA: l’arme fatale

Les chinois sont persuadés que les Etats-Unis sont une puissance sur le déclin, et ils ...