Accueil / T Y P E S / Articles / C?EST UN JOLI NOM CAMARADE !

C?EST UN JOLI NOM CAMARADE !

 

ILS ONT TOUT ACCAPAR?, ILS NE DEVRAIENT PLUS GOUVERNER

 

Camarade, ceux qui monopolisent les moyens de production, les moyens de distribution et de diffusion?; ceux qui s?emparent des ressources de la nation?; ceux qui pillent les biens publics privant chacun de ses droits ne devraient plus gouverner.

 

Camarade, ceux qui spolient la plus-value et s?emparent des profits qu?ils th?saurisent en quantit? ph?nom?nale pour sp?culer ? la bourse, soudoyer le fonctionnaire et comploter avec le gestionnaire ne devraient plus gouverner.

 

Camarade, ceux qui asphyxient tes r?ves raisonnables ne f?tent pas ce Premier Mai que nous c?l?brons ? ta gloire ? ? ta r?sistance ? ? tes luttes et ? l?avenir de l?humanit?.

 

SI L??CHO DE NOS LUTTES FAIBLIT, ?NOUS P?RIRONS

 

Chaque Premier Mai succ?de au pr?c?dent et lui ressemble ?trangement. ?Il est vingt-trois heures ? Tokyo, la manifestation est termin?e et les camarades se sont dispers?s. ?? Shanghai, les camarades ont ferm? l?usine o? les briseurs de gr?ve tentaient de s?infiltrer. ? P?kin, les dazibaos d?noncent la corruption?; alors qu?? Bombay la manifestation s??branle, immense, pour venger le paysan ??suicid? par la pauvret?. ?Au m?me instant, ? Dacca les travailleurs des ateliers de la terreur ont ameut? tout le quartier suite au dernier incendie meurtrier.? Les ouvriers immigr?s de Tel-Aviv commencent ? se rassembler pour manifester ?pendant que les camarades opprim?s de la Palestine-occup?e pr?parent leurs affiches pour d?noncer. Il est seize ?heures et les camarades du Caire se regroupent Place Tahrir, la mascarade ??d?mocratique bourgeoise?? a assez dur?.? Ceux de Tunis jurent qu?on ne les y reprendra pas, alors que les camarades d?Ath?nes, n?ayant pas rang? leurs banderoles, sont d?j? pr?ts pour le d?fil? des enrag?s. ?Il est quinze heures ? Rome et le cort?ge est d?j? imposant?; ? Paris, le muguet de la journ?e viendra parer les r?volt?s.? Il est quatorze heures ? Londres et le Tube est bond? de camarades press?s de crier leur rage contre le ch?mage.? ? New-York, le soleil est lev? sur les indign?s allong?s sur la chauss?e des ??boursiers???; ils sont venus chahuter leurs complicit?s.? ? Montr?al, le centre-ville est jonch? des s?quelles de l??meute de la veille, en ce soir du Premier Mai ce sera pareil?; ?les camarades ?tudiants ne d?col?rent pas. ? Alma les ??lockout?s?? ? qui on avait tout promis tiennent vigie devant l?usine paralys?e. Dans quelques heures les camarades de Toronto, puis ceux de San Francisco pr?pareront leurs cort?ges au soutien d?un floril?ge de revendications.

 

Camarade, le Premier Mai est la journ?e pour se compter ? appr?cier ses forces ? jauger l?ennemi de classe, ?l?affronter et en d?coudre avec les autorit?s.

 

ILS PILLENT LE NORD

 

Camarade, entends-tu au nord du Nord les g?missements de la terre-m?re nourrici?re, par-del? le 49e septentrion que leurs routes d?chirent sans m?nagement, que leurs voies ferr?es traversent affreusement, que leurs puits perforent impitoyablement, que leurs barrages inondent inexorablement, que leurs machines meurtrissent cruellement et que les ??suicides?? endeuillent ? les jeunes ??sauvages?? particuli?rement ? tristement?? ?J?enrage, camarade.

 

Camarade, comme ? toi il y a longtemps, ces usurpateurs ont promis des investissements et garanti des emplois, et comme ? toi au pr?sent, ils offriront exploitation et spoliation, et notre avenir n?en sera que plus languissant.

 

Camarade autochtone, ceux de ta tribu bloquent les routes et repoussent ces intrus, derniers? ??occupants?? avides venus du Sud avec leurs lourds ?quipements, destructeurs du perg?lisol fragile qui retient les gaz aux effets de serre, et que les premiers occupants n?avaient? jamais perturb?. Camarade autochtone, ceux-l? ne sont pas tes invit?s sur la terre de l?hospitalit?.

 

Camarade, en ce Premier Mai n?as-tu point convenu avec ton fr?re am?rindien de barrer le chemin ? tous ceux venus du Sud et des confins de la Terre piller la terre-m?re et ses richesses pour tenter de raccommoder leur syst?me en d?clin??

 

ILS D?TRUISENT L?ENFANCE

 

Camarade, ce Premier Mai, vois-tu l?enfant soldat enr?l? ? contre son gr? ? se muter meurtrier?? Les capitalistes miniers prennent l?or, extirpent le diamant, extraient le minerai, colonisent l?arri?re-pays, puis s?enfuient, laissant la mis?re mortif?re recouvrir la terre-m?re d?un linceul amer apr?s avoir d?truit l?enfance et sa conscience.

 

Camarade, as-tu chant? avec l??tudiant chass? de l?universit?, outrag?, humili?, que ni m?tier ni carri?re ni salaire, que rien n?attend hormis l?endettement et le d?s?uvrement??

 

Camarade, as-tu entendu le chauvin crier haut et fort son refrain ? propos de ??la nation en danger??, son antienne du pays puissant, ha?ssant l?autre ? l?immigrant diff?rent ? si pareil pourtant, dans sa mis?re et ses tourments ?

 

 

ASSEZ, C?EST ASSEZ

 

Camarade, ce Premier Mai, nous sommes des milliers de milliers ? marcher, ? manifester, ? hurler, r?volt?s. Ceux-l? doivent s?effacer maintenant qu?ils ont tout saccag?, tout rafl? ce que leur syst?me pourri pouvait engendrer de richesse outrageante, ne l?guant que pauvret? humiliante, d?tresse affligeante, mis?re infamante et famine d?gradante au milieu de ?guerres horrifiantes.

 

Du Levant au Couchant, des p?les ? l??quateur, leur monde tremble sur ses bases. Ce n?est pas encore la lutte finale mais ?a ne saurait tarder.? Camarade, c?est le Premier Mai et nous les confrontons, notre courage dans une main ?notre drapeau dans l?autre, et nous comptons qu?un jour ce sera l??ruption de la fin?

 

Assez de d?couragement, assez de craintes, assez de compromis, assez d?attente vaine. Ils n?ont rien ? offrir. Alors que font-ils ? la t?te du gouvernement, que font-ils ? l?administration des banques, que font-ils ? la direction des usines, que font-ils ? la gestion des services?? ?Ils ont eu tout le temps voulu pour sortir de la crise et faire fonctionner leur syst?me d?exploitation et d?oppression?; qu?ils se retirent, avant qu?on ne les r?cuse.

 

Toi camarade, fossoyeur de cet univers de guerre, de pauvret?, de haine et de famine?; toi l?accoucheur d?un monde nouveau de paix, de fraternit? et de prosp?rit?, qu?attends-tu?? Le Premier Mai est parmi nous?c?est un joli nom camarade?aux cent fleurs du mois de Mai?!

 

A propos de

avatar

Check Also

7 pistes de réflexion sur la peine de mort, abolie il y a 40 ans en France

« Notre responsabilité de protéger et de défendre la vie humaine à chaque étape de son ...

One comment

  1. avatar
    SylvainGuillemette

    Bonne fête des travailleurs!

    Bonne fête à vous, créateurs de richesses!

    Bonne fête à vous, sans qui rien de transformé n’existerait autour de nous!

    Bonne fête à vous, fructificateurs des capitaux investis par ceux et celles qui profitent des dés pipés du système capitaliste!

    Bonne fête à vous, qui vous serrez la ceinture pour sauver les banques privées quand ces dernières faillent à bien gérer leurs avoirs!

    Bonne fête à vous, qui rendez possible l’effort de masse rendant celui-là, le coût de nos services moins coûteux per capita!

    Bonne fête à vous, qui faites évoluer cette humanité si grande et sans limite quasi, qu’elle perpétuera les questionnements scientifiques pour des millénaires si notre environnement nous le permet!

    Bonne fête à vous, qui avez permis les choses grandioses que cette humanité ait pu connaître au fil de son existence!

    Bonne fête à vous, qui permettez à une minorité parasitaire de profiter du labeur, des besoins et des maladies d’autrui, afin qu’ils puissent vivre comme des rois et des reines, au dépend des misères de l’ensemble des êtres humains!

    Bonne fête à vous, les exploités!