Accueil / A C T U A L I T É / Avenir ?nerg?tique: La France id?ale, selon n?gaWatt

Avenir ?nerg?tique: La France id?ale, selon n?gaWatt

Par Ivan du Roy (30 septembre 2011)

Baisser nos ?missions de CO2, cr?er plusieurs centaines de milliers d?emplois, sortir du nucl?aire en deux d?cennies, all?ger la facture ?nerg?tique de l??tat et des m?nages? Le tout, sans changer radicalement nos modes de vie. Tel est le r?jouissant programme que propose l?association n?gaWatt dans son ??sc?nario 2011??, qui vient d??tre rendu public. Un sc?nario ?nerg?tique tout a fait r?alisable? ? condition que citoyens et politiques s?en saisissent.

C?est plus qu?un sc?nario, c?est un programme politique. D?ailleurs sa conclusion a tout d?un slogan de campagne?: ??Rendre possible ce qui est souhaitable.?? Pourtant, l?association n?gaWatt se garde bien de tout positionnement partisan. Elle vient de livrer au d?bat public son ??sc?nario n?gaWatt 2011???: la trajectoire que la France devra suivre si elle souhaite r?duire ses ?missions de CO2, ne plus d?pendre des ?nergies fossiles, se passer du nucl?aire, tout en pr?servant son mode de vie actuel. C?est aussi ??le seul vrai programme qui existe pour les trente prochaines ann?es et qui permette une r?industrialisation de la France. Une machine ? faire r?ver ? partir de choses concr?tes??, ass?ne Marc Jedliczka, porte-parole de l?association. Et c?est le cas.

L?Association n?gaWatt s?est cr??e en 2001. Elle regroupe des praticiens de l??nergie, des ing?nieurs, des urbanistes et des sociologues. Face aux enjeux du r?chauffement climatique et de l??puisement progressif des ressources p?troli?res, elle publie un premier sc?nario de transition ?nerg?tique en 2003, puis un deuxi?me en 2006. Cinq ans plus tard, voici son nouveau cru, dans un contexte d?urgence grandissante. Le Grenelle de l?environnement a accouch? d?une souris. Les ?missions de CO2 continuent de s?accumuler dans l?atmosph?re. La question de la s?ret? du nucl?aire se pose encore plus cr?ment. La facture ?nerg?tique p?se lourdement sur le budget de l??tat et celui des m?nages.

Quatorze mois de travail, et la mobilisation d?une vingtaine de chercheurs de l?association, ont ?t? n?cessaires pour boucler le document. Trois grands axes sont d?velopp?s?: la sobri?t?, ce que chacun, individuellement, peut faire pour r?duire sa consommation?; l?efficacit?, comment ?viter la d?perdition d??nergie?; et une fois ces besoins d?finis, la production n?cessaire pour y r?pondre, qui s?appuie tr?s largement sur les ?nergies renouvelables. Le r?sultat?: un sc?nario mod?lis? heure par heure jusqu?en 2050 pour mesurer les besoins en ?nergie ? partir de multiples contraintes et r?pondre ? toutes les hypoth?ses (que se passerait-il aux heures de pointe de consommation, si, faute de vent, les ?oliennes ne tournent plus??). Les sc?naristes ont aussi pr?vu l?accroissement d?mographique de la France?: en 2050, ce sont 72?millions d?habitants qui devront se chauffer, s??clairer et se d?placer.

Le m?thane ??renouvelable???: le carburant du futur

??quoi donc ressemblera la France du futur ? l?horizon 2050?? Les villes seront plus denses, pour limiter l??talement urbain, et raccourcir les distances. Pour se rendre ? son ??centre partag? de t?l?travail??, on utilisera principalement les transports en commun, une petite voiture ?lectrique, un v?lo, ou m?me un taxi collectif. Aujourd?hui, ??un v?hicule qui p?se 1?650?kg pour transporter une personne de 70?kg ? 25?km/h en moyenne en ville, est-ce vraiment adapt?????, interrogent les sc?naristes. Pour les parcours plus longs, les berlines familiales ou les camions rouleront au ??GNV?? (gaz naturel pour v?hicule).

Ce gaz ne sera plus import? de Russie ou d?ailleurs, mais fabriqu? localement gr?ce ? plusieurs proc?d?s de m?thanisation techniquement d?j? au point. Du biogaz peut ?tre obtenu par fermentation bact?rienne. La biomasse ??ensemble des mati?res organiques d?origine v?g?tale ou animale?? peut ?tre transform?e en m?thane. Enfin, un proc?d? de m?thanisation par m?lange d?hydrog?ne et de CO2 est envisag? pour reconvertir les ?missions de CO2 de l?industrie?[1]. Le m?thane deviendrait ainsi ??le carburant du futur???: ??Une mol?cule stockable pour tous les usages du gaz??, profitant du r?seau gazier existant, et rempla?ant presque totalement le p?trole, r?serv? au k?ros?ne des avions ou ? certains moteurs ? combustion. R?sultat?: l??nergie d?pens?e pour se d?placer sera r?duite de plus de la moiti?, sans alt?rer les besoins de mobilit?.

R?novation active pour maisons passives

Autre ??gisement consid?rable?? d??conomie d??nergie?: les b?timents. La chaleur ??chauffage, climatisation, eau chaude et cuisson?? repr?sente le gros morceau?: 40?% de notre consommation d??nergie actuellement. Elle d?pend, l? encore, majoritairement des ?nergies fossiles, en particulier le gaz?[2], et ? 15?% de l?uranium, via les radiateurs ?lectriques. Si la biomasse, tel le chauffage au bois, tend ? se d?velopper, elle demeure encore moins utilis?e que la fission nucl?aire. Pour sortir de cette d?pendance, les maisons de demain seront bien mieux isol?es. Elles consommeront en moyenne 40?kWh par m2 contre quatre fois plus aujourd?hui. Les maisons passives peuvent m?me descendre sous les 15?kWh par m2, comme le d?montre l?exp?rience des ?co-quartiers ou les habitations haute qualit? environnementale (HQE). Reste que cela signifie un titanesque programme de r?novation des logements existants.

??Apr?s une p?riode n?cessaire ? la mont?e en puissance de ce programme, ce sont ? terme 750?000?logements (?) qui sont concern?s chaque ann?e.?? Mission impossible?? Il existe bien ??une obligation de ravalement des fa?ades et une obligation de r?novation des ascenseurs, pourquoi ne le fait-on pas pour l?isolation????, se demande Thierry Salomon, pr?sident de n?gaWatt. En quarante ans, la r?novation de l?ancien et des crit?res stricts de construction pour le neuf aboutiraient ? r?duire de plus de la moiti? notre consommation en chaleur.

Sortir du nucl?aire en 22 ans

Autre gros usage ?nerg?tique, apr?s la mobilit? et la chaleur?: l??lectricit?. Cela rassemble tous les besoins en ?clairage, en ?lectrom?nager, en informatique (hors chauffage ?lectrique)? Elle ne repr?sente que 15?% des usages finaux en ?nergie. La production d??lectricit? repose principalement sur le nucl?aire et l?uranium. Mais le rendement des centrales est assez m?diocre. Seul un tiers de l??nergie produite arrive chez les consommateurs, le reste sert ? alimenter le fonctionnement des centrales ou est tout simplement perdu (la chaleur qui passe dans les rivi?res apr?s le refroidissement des r?acteurs, par exemple). Un g?chis consid?rable.

Pour ne plus faire courir le risque radioactif aux g?n?rations futures, les sc?naristes plaident pour une fermeture progressive du parc nucl?aire fran?ais. D?autant que, sauf ? prolonger la dur?e de vie des centrales au-del? de 40?ans, avec toutes les questions de s?ret? et de surco?t que cela supposent, 80?% des r?acteurs fran?ais (entr?s en service entre 1977 et 1987) devront fermer. Plut?t que de construire 10?nouveaux r?acteurs EPR, n?gaWatt propose la mont?e en puissance des ?nergies renouvelables. L??olien, le photovolta?que ou les ?nergies marines, adoss?s ? l?hydraulique, suffiront ? pourvoir nos besoins en ?lectricit?. Avec quelques centrales au gaz naturel comme ??variable d?ajustement?? pour l?ensemble des usages ?nerg?tiques.

Cette politique ?nerg?tique quasi id?ale est-elle r?alisable?? ??Les r?gles ?conomiques actuelles ne nous emm?nent pas vers une trajectoire soutenable??, rappelle Yves Marignac, en charge du dossier nucl?aire ? n?gaWatt. Car les co?ts les plus comp?titifs aujourd?hui ne le seront pas forc?ment demain. Le prix des ?nergies fossiles, int?gralement import?es, ne cessera d?augmenter. Le prix du baril a d?j? ?t? multipli? par 3 en moins de dix ans. Le co?t du nucl?aire ?galement?: la mise ? niveau des centrales existantes apr?s l?accident de Fukushima n?cessite environ un milliard d?euros par r?acteur. Si le choix du nucl?aire se poursuit, les investissements seront consid?rables. La facture de l?EPR de Flamanville d?passe d?j? les 5?milliards. Sans oublier le co?t du d?mant?lement des r?acteurs vieillissants ou le recyclage de d?chets radioactifs.

Au moins 600?000?emplois cr??s d?ici ??2020

Baisser progressivement les importations d?hydrocarbures et ne plus investir des dizaines de milliards dans le nucl?aire permettront de d?gager des ressources consid?rables. Si, par exemple, 25?milliards d?euros sont ?conomis?es chaque ann?e sur les importations d?or noir et de gaz, en 2050, cela repr?sentera une ?conomie de 750?milliards?! N?gaWatt propose par ailleurs la mise en place d?une ??contribution sur l??nergie primaire et les externalit?s environnementales??, calcul?e en fonction des impacts des diff?rentes sources d??nergie, ou la g?n?ralisation du principe de bonus-malus sur tous les biens d??quipements (l?association ?tait d?j? ? l?origine de l?id?e du bonus-malus sur les voitures). De quoi investir dans le programme de r?novation du b?ti, le d?veloppement de fili?res renouvelables de plus en plus comp?titives et la lutte contre la pr?carit? ?nerg?tique. Cette transition cr?e des emplois?: 600?000 d?ici ??2020 estime pour l?instant l?association. Et r?duit la facture ?nerg?tique des m?nages. Le bilan carbone est largement positif?: les ?missions fran?aises de CO2 seront ainsi divis?es par 2 d?ici ??2020, par 16 en 2050?! Bref, le b?n?fice est grand.

Quelques obstacles demeurent, et non des moindres. La volont? politique d?abord. On a vu l?incapacit? du gouvernement et de l?UMP ? traiter s?rieusement ces d?fis. Le sc?nario n?gaWatt devrait largement irriguer la r?flexion d?Europe ?cologie-Les verts et du Parti de gauche. Les conseillers de Martine Aubry semblent s?y int?resser. Une telle transition signifie ?galement que les collectivit?s territoriales puissent jouer leur r?le dans ce nouveau maillage ?nerg?tique et urbain. Des ?lus et des ministres convaincus devront donc se confronter ? la vision centralisatrice du puissant Corps des mines, ?lite de la haute administration fran?aise. Surtout, la ??trajectoire?? imagin?e par n?gaWatt remet fondamentalement en cause le poids actuel des gros op?rateurs ou des multinationales p?troli?res. Car Areva, EDF, GDF-Suez ou Total verront leurs profits ??et donc leur raison d??tre?? s?envoler. Pas s?r qu?ils y soient r?solus.

Ivan du Roy

Notes

[1] Ce proc?d? a ?t? ?labor? au d?but du XXe?si?cle par le prix Nobel de chimie Paul Sabatier.

[2] gaz ? 44?%, fuel ? 17?%, charbon ? 3?%.

A propos de

avatar

Check Also

Le summum de la médiocrité historique

  Quand la politique se mêle de l’histoire, le résultat est toujours le même depuis ...