Accueil / ghostofmomo (page 33)

ghostofmomo

avatar

Coke en stock (CXXXVI): « El Chapo » et les avions (4) El Chapo et la Colombie

L’organisation d’El Chapo, son cartel, est aussi une association avec d’autres clans, d’autres cartels.  En Colombie, il va ainsi s’associer avec la famille Cifuentes, dont la disparition du patriarche, alias « Pacho » ne freinera en rien l’expansion, puisque sa propre fille, Dolly, prendra sa suite à son décès.  « Pacho » Cifuentes était aussi ...

Lire la suite

Coke en stock (CXXXV) : « El Chapo » et les avions (3). D’où viennent les avions

La question demeure :  d’où provient cette incessante noria de petits avions bourrés de ballots de cocaïne ?  C’est ce que je vous propose de découvrir aujourd’hui, avec l’étude de deux sources fondamentales :  le marché de l’occasion auquel on s’attend, et un autre plus surprenant, celui des appareils saisis aux ...

Lire la suite

Coke en stock (CXXXIV) : « El Chapo » et les avions (2). El Chapo et ses centaines de petits Cessna

Le pouvoir d’El Chapo a reposé sur l’usage de technologies spécifiques.  Outre les sous-marins de plus en plus sophistiqués et de plus en plus discrets (1), l’usage d’une noria de petits avions a marqué son empreinte.  Pas un jour sans qu’on apprenne qu’un petit Cessna s’est posé quelque part au Mexique ...

Lire la suite

Coke en stock (CXXXIII) : « El Chapo » et les avions (1). Jets, corruption et une armada d’avions Cessna

La capture, pour la troisième fois, le 8 janvier 2016, de Joaquín Archivaldo Guzmán Loera dit « El Chapo », est restée dans toutes les mémoires.  Son extradition aux USA le 19 janvier 2017 a mis fin à tous ses espoirs de retrouver la liberté, lui qui s’était échappé deux fois au Mexique.  Pour l’en empêcher, ...

Lire la suite

L’assassinat de Kennedy : Oswald, ou le parfait pigeon (35)

Voilà, c’est sorti et il va falloir s’y mettre et tout lire, attentivement.   Mais on restera de toute façon frustré puisque sur l’injonction conjointe de la CIA et du FBI, qui ont bien trop de choses à se reprocher, Donald Trump a dû faire machine arrière et ne pas publier ...

Lire la suite

Coke en stock (CXXXIV) : un autre « Air Cocaïne » était en préparation (2)

On l’a vu hier, un responsable d’une grande compagnie aérienne péruvienne a été durant des années le chef d’un gang de trafiquants de cocaïne.  Ses avions transportaient régulièrement dans leurs soutes de grosses quantités de cocaïne patiemment ramenées de la jungle par des norias de petits Cessna.  Sachant qu’il a existé des compagnies voisines, notamment, le ...

Lire la suite

Coke en stock (CXXXIII) : un autre « Air Cocaïne » était en préparation (1)

Ça n’a jamais cessé, en fait.  Dans les grandes années de l’ère Escobar-Lehder-Fuentes (voir les épisodes les plus anciens de la série), on l’a vu à maintes reprises, les barons de la drogue en voulaient toujours plus.  De coke, bien sûr, et d’avions pour la transporter.  C’est comme cela que l’on a ainsi vu des Caravelle françaises jouer au ...

Lire la suite

Coke en stock (CXXXII) : « American Traffic » : pourquoi Hollywood n’expliquera jamais l’affaire des Contras (2) !

Hier nous avons vu que le film de Tom Cruise atteint le ridicule tant il s’éloigne de la vérité sur le personnage réel qu’était Barry Seal.  C’est dans le genre une réussite, néanmoins, si l’on voulait définitivement enterrer les sombres turpitudes de l’époque, et des envois d’armes à des anti-communistes ...

Lire la suite

Coke en stock (CXXXI): « American Traffic » : pourquoi Hollywood n’expliquera jamais l’affaire des Contras (1) !

Il est des films, comme ça, qui ne marqueront pas le cinéma.  Le dernier en date, « Barry Seal :  American Traffic », est de ceux-là.  C’est une véritable pantalonnade, sur un sujet qui méritait bien mieux que cela.  Tom Cruise, dans son dernier film,  nous présente en effet un Barry Seal en ...

Lire la suite

L’assassinat de Kennedy : Oswald, ou le parfait pigeon (34)

Nous voici à la conclusion de ce long feuilleton.  Les Kennedy étaient, on vient de le voir, les rois de la dissimulation et ont utilisé à outrance les médias pour entretenir le mythe de chevaliers blancs, alors que toute leur vie n’était que turpitudes et coups tordus.  Au point d’irriter ...

Lire la suite

L’assassinat de Kennedy : Oswald, ou le parfait pigeon (33)

Qui dit complot, dit organisation, préparation et… plan B.  Rarement un crime aussi organisé, telle une pièce de théâtre, avec sa scène et ses nombreux interprètes et comédiens, n’a connu qu’une seule représentation.  Il en va de même pour l’assassinat de Dallas, qui aurait connu, selon certains… une répétition, en ...

Lire la suite

L’assassinat de Kennedy : Oswald, ou le parfait pigeon (32)

Dans l’épisode 7 de cette (longue) saga, j’avais évoqué le séjour de Lee Harvey Oswald en 1959 en URSS.  Mais au moment où je rédigeais cet épisode, une source me manquait encore.  Aussi n’avais-je pas trouvé de réelle raison pour laquelle Oswald aurait pu se rendre là-bas.  L’examen attentif de ...

Lire la suite

L’assassinat de Kennedy : Oswald, ou le parfait pigeon (31)

Une constatation s’impose :  tous ceux qui souhaitaient combattre Castro en 1963 l’avaient aidé en apportant des armes aux opposants de Batista, dont il faisait partie.  Avouez qu’il y avait de quoi être rancunier, puisque les castristes pouvaient désormais les tuer avec les fusils qu’eux-mêmes avaient parachutés.  Comment Castro avait-il réussi en un premier temps à séduire les ...

Lire la suite

L’assassinat de Kennedy : Oswald, ou le parfait pigeon (30)

Une CIA divisée dans l’appréciation du phénomène Castro, voilà ce que l’on trouve en 1956, année où Fidel a débarqué sur l’île de Cuba, sur le yacht Granma, affrété depuis le Mexique par un millionnaire mexicain, Antonio del Conde (1).  Un débarquement à moitié raté, qui a obligé l’opposant à Batista à se réfugier dans les montagnes, ...

Lire la suite

L’assassinat de Kennedy : Oswald, ou le parfait pigeon (29)

Si l’on commence à mieux cerner les divers protagonistes ayant pu mener à Dallas, il demeure des interrogations sur certains pans de la politique de JFK pouvant expliquer sa fin rapide au bout d’à peine trois années de mandat, ce qui est peu pour se faire détester au point d’être ...

Lire la suite