Accueil / A C T U A L I T É / AU MINISTRE DES RELATIONS EXT?RIEURES DU CANADA

AU MINISTRE DES RELATIONS EXT?RIEURES DU CANADA

EN HA?TI, LE CANADA AU SERVICE DE L’EMPIRE

Qu?bec, le 22 janvier 2011

Honorable Lawrence Cannon, ministre des Affaires ext?rieures

Parlement canadien

Honorable repr?sentant du peuple canadien,

Je viens de lire votre d?claration demandant au gouvernement d?Ha?ti de se soumettre aux recommandations du Rapport de l?OEA sur le premier tour des ?lections pr?sidentielles. Vous savez, autant qu?un certain nombre d?entre nous, que cette intervention de l?Organisation des ?tats am?ricains (OEA) r?pond d?abord et avant tout ? la volont? de Washington de modifier les r?sultats annonc?s, pla?ant Jude C?lestin, candidat du parti gouvernemental, au second rang et, ? ce titre, participant au second tour. Dans cette d?marche, Mme Clinton a pu compter sur vous, sur le Secr?taire de l?Organisation des ?tats am?ricains (OEA) ainsi que sur la France, fort pr?occup?e par cette pr?sence de M. C?lestin.

Vous connaissez tr?s bien l?OEA, ceux qui en sont les membres, ainsi que celui qui y agit en tant que Secr?taire g?n?ral. Je n?ai pas ? vous faire un dessein pour vous convaincre que ce dernier, M. Insulza, est un alli? fiable sur lequel le Canada et les ?tats-Unis peuvent compter. Il en a donn? la preuve lors du coup d??tat militaire au Honduras et encore tout r?cemment en faisant une d?claration, tout ? fait hors de ses responsabilit?s de mandataire, contre la loi habilitante, vot?e par l?Assembl?e nationale du Venezuela. Ce ne fut donc pas difficile de le convaincre de cr?er une commission sp?ciale de v?rification de ce scrutin, jug? inacceptable dans le cadre des int?r?ts de Washington, de la France et du Canada. Par pur hasard, les trois pays sollicit?s par l?OEA ?pour composer l??quipe de v?rification furent? les m?mes qui exig?rent cette v?rification. Des sept membres choisis, six ?taient de ces pays. Il ne fallait pas ?tre devin pour anticiper la conclusion principale, ? savoir le passage de C?lestin du deuxi?me rang au troisi?me rang et de Martelly, du troisi?me au second. Une op?ration beaucoup moins couteuse qu?un coup d??tat, comme celui du Honduras ou encore celui du Venezuela, en 2002. Une simple prise de contr?le du scrutin suffit.

Par rapport au scrutin analys? par les sp?cialistes de l?OEA,? je vous r?f?re ? une ?tude ind?pendante r?alis?e par le Center for economic and policy research (CEPR) qui se demande comment l?OEA et le Conseil ?lectoral provisoire (CEP) ont pu valider un tel scrutin. D?abord, les auteurs rel?vent le taux de participation qui ne d?passe pas 22.9% de l?ensemble de l??lectorat. De plus, ils font ressortir que les deux candidats retenus pour le second tour ne vont chercher respectivement que 6%? et 4% des votes de l?ensemble de l??lectorat ha?tien. Sur cette simple base, parler de d?mocratie et d??lection valide, est d?j? fort probl?matique.? Que dire maintenant de l?exclusion du parti le plus populaire, celui de M. Aristide, le Fanmi Lavalas? ?Une exclusion difficilement justifiable dans un contexte o? il est question ?de ?d?mocratie. De quoi soulever de s?rieuses questions sur le caract?re d?mocratique ?d?un tel scrutin. Et maintenant que dire de la manipulation des votes, de l?achat des votes, de la corruption infiltr?e ? tous les niveaux? des acteurs en pr?sence? ?Voici ce qu?en disent les auteurs du Rapport?:

? En se basant sur le nombre d?irr?gularit?s, il est impossible de d?terminer qui devrait acc?der au second tour. S?il y a un second tour, il sera bas? sur des suppositions et/ou des exclusions arbitraires. Le rapport note que les plus grands probl?mes dans le processus ?lectoral ont eu lieu avant le jour du suffrage : l?interdiction de scrutin d?une douzaine de partis (dont le parti le plus populaire), et la ? tache gargantuesque ? de tenter d?enregistrer des centaines de milliers de personnes d?plac?es ? l?int?rieur du pays, une tache qui fut clairement un ?chec retentissant. ?

Je suis convaincu de ne vous apprendre absolument rien en vous disant ces choses. Vous les savez encore mieux que moi et c?est l?, justement, o? le bas blesse. ?En effet, vous trompez les Canadiens en taisant ces choses et vous videz de leur sens des mots qui ne devraient ?tre utilis?s qu?avec beaucoup de respect et? de responsabilit?. Lorsque vous parlez de la communaut? internationale vous parlez du Canada, des ?tats-Unis, de la France et de quelques autres alli?s. Vous savez que la communaut? internationale comprend 192 ?tats? et qu?on ne peut parler en son nom sans un certains sens de la responsabilit?. Il en va de m?me pour le mot d?mocratie dont le sens est celui qui met directement le peuple en lien avec le pouvoir politique. Malheureusement, l?usage qui en est fait le plus souvent est pour couvrir des combines politiques, des int?r?ts corporatifs et oligarchiques.

Le Canada est un grand pays aux id?es diversifi?es et aux orientations souvent des plus contradictoires. Il y a toutefois un patrimoine fondamental de concepts qui ne doivent pas ?tre r?cup?r?s et servir de couverture ? n?importe quoi. C?est le cas pour la d?mocratie, la communaut? internationale, le droit international, les droits humains. Plus importants encore sont ceux de la v?rit?, de la justice, de la libert? et de la solidarit?. Le discours que vous maintenez ne peut que servir la d?sinformation des canadiens et, de ce fait, la d?mocratie pour laquelle nos soldats acceptent de faire la guerre, tuant et risquant leur propre vie.

Monsieur Cannon, l??lection d?un gouvernement ne se fait pas ? Washington, mais ici au Canada. Je sais que les ?lus canadiens sont vite courtis?s, aussit?t l??lection termin?e, par les lobbies qui viennent de Washington et d?ailleurs. Toutefois, nous osons esp?rer que nos ?lus aient suffisamment d??toffe et de fiert? nationale pour leur r?sister et demeurer fid?le ? leur ?lectorat canadien et ? leurs valeurs.

Parfois, il m?arrive de regretter ce temps de l?Honorable Lester B. Pearson, prix Nobel de la paix, au d?but des ann?es 1960. Le Canada d?alors avait une personnalit? internationale qui inspirait respect. Maintenant, il donne plut?t l?impression d??tre un appendice de son voisin du sud dont les int?r?ts de solidarit? ne sont pas les m?mes que les n?tres.

Oscar Fortin

Qu?bec, le 22 janvier 2011

http://humanisme.blogspot.com

http://www.haitilibre.com/article-1963-haiti-social-les-causes-de-l-echec-de-la-communaute-international-en-haiti.html

http://www.vigile.net/Comment-reprendre-le-controle-d-un

http://www.cepr.net/index.php/other-languages/french-press-releases/une-verification-independante-des-resultats-des-elections-a-haiti-revele-des-irregularites-massives-au-dela-de-celles-constatees-par-loea-et-le-cep

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=22866

A propos de

avatar

Check Also

Hyman Minsky, mal-aimé clairvoyant

Décédé en 1996, Hyman Minsky fut un économiste quasiment inconnu de son vivant. A l’époque, ...