Accueil / T Y P E S / Chroniques / « Appel de Manille » Trop tard pour éviter la fin de l’humanité

« Appel de Manille » Trop tard pour éviter la fin de l’humanité

Ce n’est pas par hasard si à dix mois de la conférence mondiale sur la climat vous pouvez lire sur les médias des articles qui envisagent une possible fin de l’espèce humaine. Pourquoi seulement possible d’ailleurs, le mot inévitable serait plus réaliste, et ce n’est pas le charme de Marion Cotillard et Mélanie Laurent, actrices principales du film « Appel de Manille » qui changera la donne. Alors que le premier rôle masculin avait été attribué à François Hollande sous la direction du metteur en scène Nicolas Hulot, avec Ségolène Royal dans second rôle féminin qui faisait tapisserie. Et si jamais par un coup de chance improbable, tous ces stars venaient à sauver la planète du réchauffement climatique, il faudrait encore un sacré miracle pour que nous nous en sortions tous vivant.

 

climate-changement

Mais gardons espoir quand même, car il paraît impossible que lorsque les derniers jours de l’humanité seront venus, quelques êtres humains particulièrement chanceux ou malins ne réussissent pas à survivre dans un coin épargné de la terre. Inutile de vous dire que pour se réchauffer pendant l’hiver nucléaire ou sous un ciel gris de cendres volcaniques, ils se reproduiront sans trop se poser de question sur leur avenir. Comment en douter, lorsque l’on sait que même la myxomatose n’a pas pu empêcher les lapins de forniquer.

Le virus mortel de la myxomatose qui décime les léporidés permet une transition aisée vers cet article de l’Obs, où vous pourrez lire que selon des chercheurs d’Oxford, une pandémie mondiale qui dépeuplerait la surface du globe représenterait une probabilité de risque de seulement 0,0001%. Alors qu’un agent pathogène qui se glisserait furtivement et accidentellement à l’extérieur d’un laboratoire, ou qui serait utilisé dans une guerre bactériologique en échappant à tout contrôle, atteindrait les 0,01%. Miracle de la science qui nous rapproche de Frank Fenner. Mais qui était donc cet homme ?

Encore un scientifique fou qui annonce seulement quelques mois avant sa mort en 2010, la fin du monde dans une centaine d’années pour faire le buzz. Ou pire encore, horreur et damnation, un complice du grand complot mondial qui viserait à soumettre les peuples à un régime totalitaire par la peur du chaos. Mais non, Frank Fenner était un éminent virologue Australien connu pour l’éradication de la variole et le contrôle de la myxomatose qui ravageait l’Australie. C’était donc un homme sérieux qu’on peut écouter, même si souvent les scientifiques exagèrent une menace avant qu’il ne soit trop tard pour réagir, et tentent d’influencer les populations pour que celles-ci exercent une pression sur les décideurs politiques. Il est toutefois pas seul à envisager le pire.

« Nous allons disparaître, quoique nous fassions maintenant, il est trop tard, l’espèce humaine devrait s’éteindre ce siècle », bigre !

En cause le réchauffement climatique noté seulement à 0,01 de probabilité selon les chercheurs d’Oxford. Mais aussi l’explosion démographique, car selon lui, « Homo sapiens devrait disparaître, peut-être dans cent ans, un grand nombre d’animaux également. C’est une situation irréversible. Je pense qu’il est trop tard. J’essaie de ne pas trop le dire car il y a des gens qui essaient de faire changer les choses. Les efforts de réduction ralentissent un peu les choses, mais il y a déjà trop de monde. »

Nous serions donc très proches de l’extinction de masse. Cela même si l’homme malgré sa très grande stupidité et dans un rare moment de lucidité, décidait finalement de ne pas jouer au ping-pong avec ses têtes nucléaires (0,005%). Ou si le prochain météorite géant ne venait jamais, faute de dinosaures à exterminer. Et si la liste n’est pas exhaustive, nous trouverons bien un moyen radical pour en finir pour de bon, depuis le temps que nous essayons. D’ailleurs, comment des scientifiques peuvent-ils évaluer avec autant d’exactitude et de certitude la fin de toutes civilisations humaines. Nous prendraient-ils pour des imbéciles à qui l’on peut raconter n’importe quoi pour les manipuler ?

Surtout que le risque majeur pour l’humanité seraient l’intelligence artificielle qui pourrait prendre le pouvoir et décider d’éliminer notre espèce ravageuse et gloutonne pour sauver la planète. Réalité ou science-fiction ?

Gruni

 

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

« Le menteur » : un rôle taillé pour Macron

Ce n’est un secret pour personne, Emmanuel Macron aime le théâtre, un art qu’il a ...

2 Commentaire

  1. avatar

    On détruit déjà toute sa beauté… C’est assez pour rendre la vie … invivable. Bizarrement, les grands projets se font pour tuer… Et non pour vivre:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Arme_%C3%A0_%C3%A9nergie_dirig%C3%A9e

  2. avatar

    Merci pour votre commentaire et la vidéo Gaëtan Pelletier.
    Si un jour l’homme apprenait à s’aimer, avant qu’il ne soit trop tard. Mais en est-il capable.